AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 romeo & juliette, version cheap et légèrement infidèle à l'oeuvre originale (aileen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: romeo & juliette, version cheap et légèrement infidèle à l'oeuvre originale (aileen) Jeu 18 Oct - 14:47

Aujourd’hui, il faisait beau à Wellington : le soleil était au rendez-vous, mais malheureusement, on ne pouvait pas en dire autant de la chaleur. C’était précisément ce qu’était en train de se dire Eymeris Dewey, l’antihéros de l’histoire. Le jeune médecin, vêtu en ce jour d’automne d’un long manteau gris lui arrivant aux genoux et d’un foulard décoré de rayures noires et blanches, avait décidé de passer l’après-midi à l’extérieur, soit à Oriental Bay, la plage la plus connue de toute la Nouvelle-Zélande. C’était son jour de congé, il avait bien le droit de s’offrir quelques heures de repos bien méritées, après tout la semaine avait été chargée en émotions : un de ses patients, en phase terminale d’un cancer des poumons, s’était éteint il y avait deux jours et il avait été chargé d’annoncer le décès à la famille, présente dans la salle d’attente. Vraiment, le brun détestait cette partie de son travail : sensible comme il était, il répugnait à être témoin de la souffrance d’autrui de cette manière. Il se sentait si impuissant dans ces moments-là et préférait largement être porteur de bonnes nouvelles. Malheureusement, il ne pouvait pas toujours l’être, car rentrer à l’hôpital ne signifiait pas nécessairement en ressortir debout et en pleine forme.

Eymeris, qui aimait beaucoup marcher, était venu à la plage à pied – c’était bon pour la santé et l’environnement, autrement dit il faisait deux pierres un coup, c’était cool. Même si la température était plus ou moins clémente en ce qui concernait la chaleur, le jeune homme avait quand même tenu à venir, car la vue de la mer l’apaisait toujours, comme par magie. Le bruit des vagues au loin, la vue de l’écume léchant le sable doré, tout cela lui faisait un bien fou. Certains prenaient du thé pour mieux aller, lui c’était de venir à la plage. Car Eymeris ne pouvait pas dire qu’il allait bien, ce serait comme se mentir à soi-même : inutile et vain.

La vérité, eh bien c’était qu’il déprimait. C’était tout bête, vraiment tout bête. Récemment, il avait été abordé par une jeune femme dans la rue, qui avait envie de transposer son visage sur papier, à coups de pinceau. Intrigué, il s’était laissé prendre au jeu, qui avait bien évidemment fini au lit. Il avait été surpris et brusqué, étant habitué à y aller en douceur, mais étonnamment il s’était laissé faire, sensible au charme de la demoiselle, sans doute. Le lendemain matin, quel n’avait pas été son désarroi en apprenant que rien n’était sérieux. Il s’était fait avoir comme un adolescent, elle, elle n’avait fait que s’amuser. Elle n’était même pas sérieuse, elle n’avait voulu que son corps, rien d’autre. Le temps d’une nuit, c’était tout. Une boule dans la gorge, il l’avait laissée partir en tentant de l’oublier. Mais il avait lamentablement échoué. Il peinait à se souvenir de son prénom, pourtant elle le lui avait bien dit lorsqu’elle lui avait demandé s’il voulait être son modèle. Oh, voyons, c’était quoi, Hayley ? Sûrement pas. Et puis, il valait mieux ne plus y penser. C’était du passé, et le passé appartenait au passé. Le ressasser sans arrêt ne servirait à rien, sauf à empêcher ses blessures intérieures de cicatriser.

Parce que oui, Eymeris l’avait cru sincère, honnête. Il avait vraiment pensé qu’elle voulait de lui en tant que compagnon, ou partenaire – « petit ami » faisant tellement immature – et pas que pour une nuit chaude. Apparemment, il s’était trompé sur toute la ligne, et résultat, il encaissait le coup avec difficulté. Pauvre, pauvre et naïf Eymeris. L’homme, les mains dans les poches et une moue triste sur le visage, se mit à marcher péniblement sur le sable froid et dur, à une distance respectable de l’eau mouvante. Il ne savait pas trop où il allait, c’était justement cela qui rendait sa promenade intéressante. Ne pas savoir où ses pas allaient le mener, c’était fun. Il soupira en observant du coin de l’œil les vagues à l’agonie qui crevaient pratiquement à ses pieds. Il ne comprenait tout simplement pas pourquoi la femme n’avait pas voulu aller plus loin avec lui après la nuit qu’ils avaient passée ensemble. Elle ne l’avait abordé que pour vivre les plaisirs de la chair avec lui, au final ? Rien que pour cela ? Cela dépassait Eymeris, littéralement. Il ne parvenait pas à le comprendre; pour lui, un tel acte se devait d’être pris au sérieux – ou peut-être devenait-il vieux jeu et ses idéaux, démodés… Ouais, peut-être. Il releva la tête sans enthousiasme, vers les couples, les familles, les amis, tous présents autour de lui, et tous riants et s’amusant bien. Eux, ils n’étaient pas seuls, ils ne devaient probablement jamais l’être. Quant à lui, pauvre petit médecin sans prétention, il se retrouvait toujours seul, c’était pathétique et lassant. Il avait l’impression d’être incompris et sans cesse mis à l’écart.

Bon sang, il avait juste envie d’être aimé à sa juste valeur, était-ce trop demandé ? Jamais, au cours de sa vie, il ne s’était senti pleinement apprécié par quelqu’un. Même pas par ses propres parents, trop occupés à faire ci, à faire ça. Eymeris s’arrêta un moment et s’humecta les lèvres, devenues sèches à cause du vent marin. Il ne devrait pas penser à cela. Il ne devait pas. Cela ne faisait qu’empirer les choses, au fond. C’était dommage, la journée avait été si sympa jusqu’à présent, et voilà qu’elle commençait à être gâchée à cause de pensées moroses et déprimantes. Tsst. Il ne changerait donc jamais, voilà il devait être maudit ou condamné. Eymeris, le docteur esseulé et condamné. Digne d’une grande épopée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: romeo & juliette, version cheap et légèrement infidèle à l'oeuvre originale (aileen) Sam 20 Oct - 12:27

Assise dans le sable face à l'océan, la jeune Aileen contemplait l'horizon d'un air fatigué, presque nostalgique. La jeune femme avait fait la fête toute la nuit la veille. Elle avait trop bu, mal dormi et elle avait fini dans le lit d'un parfait inconnu.  Va savoir comment elle avait atterri là ? La jeune femme avait du mal à s'en souvenir.  Quand elle s'était levée auprès de ce beau et sexy jeune homme la demoiselle s'était rhabillée sur la pointe des pieds pour ne pas le réveiller. C'était toujours embarrassant de devoir s'expliquer avec eux le lendemain d'une nuit bien agitée avec en plus les idées pas très claires à cause de l'alcool.  C'est pour cela qu'Aileen préférait s'éclipser sans rien dire. Sans laisser un mot. Sans donner de nouvelles. Oui, la jeune australienne n'aimait pas s'attacher à ce genre de conquête... Elle aimait cette liberté. Cette façon de vivre. Elle avait toujours été comme ça.  Une fois sur dix, il arrivait  que c'est coup d'un soir voulait la revoir. Soit parce que elle était un bon coup ou soit c'était des mecs complètement naïfs qui avait pris ça sérieusement. Ce qui saoulait légèrement Aileen.  

Après être partie de l'appartement de ce parfait inconnu Aileen était rentrée chez elle prendre une bonne douche. Elle avait ensuite enfilé un jean, un sweat bleu trois fois trop grand pour elle mais qu'elle adorait tant et une longue écharpe blanche qui lui tenait bien chaud. Car malgré le grand soleil éclatant dehors il y avait un vent frais fort qui soufflait. 

Avant de sortir de chez elle, elle prit son carnet de dessins, elle ne s'en séparait pratiquement jamais. Puis elle se rendit à la plage à pied qui ne se trouvait pas bien loin de chez elle. Sur le chemin elle avait pris un café au starbuck pour se réveiller un peu. 

Aileen se trouvait face à la mer. Le vent marin caressant son visage. Ses cheveux étaient en bataille. Mais elle s'en fichait. Elle buvait une gorgée de ce café tiède en admirant les vaguelettes s'échouaient sur le sable blanc. Au loin elle entendit des rires d'enfant. C'était le week-end les familles venaient passer un bon moment ensemble. Aileen regarda un peu autour d'elle, observant avec le moindre détail ces gens sur cette plage. Son regard fut attiré par un grand jeune homme marchant seul au bord de l'homme. Il était grand brun, il portait un manteau gris et son écharpe flottait derrière lui. Aileen remarqua sa solitude et sa tristesse sur les traits de son visage. Elle le contempla quelques instants puis finalement elle ouvrit son carnet et commença à dessiner.  
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: romeo & juliette, version cheap et légèrement infidèle à l'oeuvre originale (aileen) Dim 21 Oct - 3:41

Eymeris se remit à marcher sans grand enthousiasme, les mains toujours dans les poches de son manteau. Il croisa deux jeunes enfants, de peut-être sept ans, un garçon et une fille. Monsieur pourchassait Madame, avec dans les mains une pelle en plastique et un petit seau d’eau rempli à rebord, en criant comme un damné. Quant à la jeune demoiselle, elle se mit à beugler des « MAMAN ! MAMAN ! PETER VEUT M’ARROSER ! » quelques secondes après avoir dépassé Eymeris. Ce dernier eut un petit sourire à la fois indulgent et amusé. Ces jeunes enfants étaient si attendrissants. Ils ignoraient tout des problèmes liés à l’amour et à toutes ces conneries. Le médecin était certes naïf de nature, mais il était conscient des souffrances du cœur, c’était en fait justement ce qu’il ressentait. Il ne pouvait pas affirmer aimer cette fille, après tout ils se connaissaient à peine, mais il s’y était attaché, c’était un fait. Eymeris s’attachait beaucoup trop vite aux gens, il avait besoin d’être constamment entouré et aimé et prenait très mal le fait qu’on ne veuille plus de lui.

Soudain, il se sentit étrangement épié et tourna la tête dans toutes les directions, scrutant la plage centimètres après centimètres, afin de découvrir qui l’observait. Enfin, s’il y avait quelqu’un qui l’observait bien sûr, ce n’était qu’une simple impression, mais quand même… Finalement, le docteur trouva la source de cette impression : quelqu’un l’avait pris comme modèle, apparemment. Oh, c’était cool et mignon, ça. C’était une jeune femme vêtue d’un sweat et d’un jean, les fesses bien enfoncées dans le sable, à quelques mètres de lui. Curieux, Eymeris abandonna sa contemplation morose de l’océan pour se diriger vers elle, les sourcils levés.

Ce n’est qu’une fois près d’elle qu’il se rendit compte de son erreur. Il était trop tard pour faire demi-tour, ce ne serait pas bien naturel. Devant lui se trouvait la fameuse « Hayley », la fille avec qui il avait couché il n’y avait pas si longtemps. La dessinatrice, celle qui voulait le prendre comme modèle, et qui aujourd’hui recommençait ! Elle n’avait pas dû le reconnaître de loin, car sans doute aurait-elle pris quelqu’un d’autre. Eymeris grimaça, mal à l’aise. Il hésitait entre aller lui poser tout plein de questions, comme « Pourquoi t’es partie ? », ou s’en aller, tout simplement, faire comme si de rien n’était. Le brun n’était pas courageux, il avait plutôt tendance à fuir ce qui l’effrayait ou ce qui pourrait lui faire du mal – quoique de ce point de vue-là, on pouvait simplement le considérer comme étant non masochiste, tiens – et l’idée de se barrer sans rien dire était très tentante. La femme se trouvait toujours assise dans le sable, le nez baissé sur son dessin, comme déconnectée de la réalité. Une passion pareille, c’était bien beau, tout à fait admirable. Apparemment, elle ne ressentait pas cette même passion en amour, ou alors Eymeris n’avait vraiment pas compté pour elle, elle ne l’avait choisi que parce qu’il passait par là… Ce qu’il pouvait être naïf, Eymeris. Il en était presque dégoûté. Dégoûté de la réalité, dégoûté de lui-même…

Finalement, le brun décida de s’approcher de l’artiste. Lentement, sans un sourire. Un visage triste, mais pas pathétique. « Salut ! » lança-t-il au bout d’un moment, comme il arrivait tout près d’elle. Il ne se présenta pas, ne lui rappela pas qui il était pour elle, non, il se contenta d’attendre, les cheveux lui cachant une partie du front, comme une ombre. Il n’avait tout simplement pas envie de lui montrer qu’il souffrait de son comportement, mais il était comme un livre ouvert et elle s’en rendrait forcément compte à un moment ou un autre de la conversation. Il ne savait pas ce qu’il allait bien pouvoir lui dire, mais il avait simplement envie… envie qu’elle lui explique ce qui s’était passé ? La vérité pouvait faire peur, mais elle était toujours préférable à un mensonge éhonté ou un silence obstiné.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: romeo & juliette, version cheap et légèrement infidèle à l'oeuvre originale (aileen) Sam 27 Oct - 23:56

Le nez dans son dessin Aileen ne quittait pas des yeux sa feuille. Peu à peu, elle était en train de dessiner le jeune homme qu’elle avait vu au loin marchant près de l’eau. Il l’avait tout de suite attiré, sans doute par son air triste et solitaire que la jeune femme avait remarqué en posant les yeux sur lui. Il avait un petit truc qui le rendait différent, un je ne sais quoi, mais il avait de suite inspiré la jeune femme. Elle ne quitta plus sa feuille depuis presque cinq minutes. Elle n’avait pas vu le temps qui était passé vite tellement elle était concentrée dans ce qu’elle faisait. Le dessin c’était vraiment ce qu’il la passionnait le plus. C’était comme un deuxième amour. Un amour dont elle était sûre qu’il n’allait jamais la laisser tomber. Aileen avait toujours eu un don dès qu’elle était en possession d’un crayon et d’une feuille. Elle pouvait faire des choses vraiment magnifiques. C’était une vocation qu’elle s’était découverte dès son plus jeune âge.

Quand l’australienne détacha sonregard de son dessin pour jeta un coup d’œil à l’océan et au jeune homme en question, elle le trouva planté devant lui. Elle ne l’avait pas entendu approcher, à cause de brouhaha autour des gosses qui jouaient, criaient, des familles ou des amis qui discutaient. Elle fut d’abord surprise qu’il soit là devant elle. Il lui avait un « salut » qu’elle avait à peine entendu. Son visage était à moitié caché par sa chevelure brune. Aileen mit quelques instants à reconnaître le jeune homme. Tout lui revint d’un coup. Comme un électro choc. C’était.. c’était Eymeris. Une de ses dernières conquêtes. Pour une coïncidence ça en été une. La demoiselle resta quelques secondes sans rien dire. Toujours surprise et finit pas dire « Eymeris ? »

Aileen n’avait pas l’habitude de revoir ces coups d’un soir, pour la simple et bonne raison qu’elle n’amait pas s’attacher à ce genre de personne. Dans la plupart des cas, c’était réciproque. Parfois il lui arrivait de tomber sur des mecs tout simplement naïfs et surtout collant qu’ils n’avaient pas compris qu’ils avaient fait ça juste pour le fun. Pour un soir, qu’il n’y avait rien de sérieux entre eux. Rien du tout. Avec eux, c’étaient plus délicat quand Aileen les recroisaient. Elle devait leur expliquer calmement sans se prendre la tête le pourquoi et comment elle était partie sans rien dire, sans laisser de nouvelles le lendemain matin. Leur remettre les idées bien en place. Bref Aileen avait l’habitude de ce genre de situation…

Elle sourit à Eymeris. Finalement elle était contente de le revoir, il était un mec plutôt sympa, d’après ces souvenirs de cette soirée « Alors ça va ? » lui demanda elle.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

romeo & juliette, version cheap et légèrement infidèle à l'oeuvre originale (aileen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always love ::  :: archives rp.-