AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Drunk in love. ~ Brewkins. ღ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.
avatar
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 2960
▵ arrivé(e) le : 06/10/2014
▵ avatar : Jessica Lowndes. ♡

MessageSujet: Drunk in love. ~ Brewkins. ღ Lun 13 Juin - 3:24


 

 
 


« Drunk in love. »
Brewkins ღ

 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Ses derniers mots n’ont cessé d’accaparer son esprit. Elle les a tournés et retournés dans sa tête. Comme les paroles d’une mélodie dont elle n’arrive pas à écrire la musique, elle les entend inlassablement qui trottent dans sa tête depuis près d’une semaine. Elle ne devrait pas. Elle ne devrait pas accorder tant d’importance à quelques mots qui peuvent si facilement détourner la vérité. Hades. Encore, toujours, Hades. Si elle comptait encore pour lui, il aurait tenté de la prévenir de son départ. Si elle comptait encore pour lui, il aurait cherché à la joindre durant tout ce temps. Si elle comptait encore pour lui, il serait venu la retrouver. Mais ce n’est pas le cas. A chaque fois qu’il aurait pu prouver ce qu’il a avancé lors de ces retrouvailles inopinées, il n’a rien fait d’autre que démontrer tout le contraire. Elle est convaincue qu’elle ne compte plus pour lui depuis longtemps. En réalité, elle n’a même jamais compté pour lui. Et cette vérité, elle fait mal. Elle aurait voulu ne jamais y être confrontée. Au fond… Elle aurait préféré ne jamais le revoir. Cela ne lui ressemble pas. Elle a toujours préféré les certitudes aux hypothèses, les points aux virgules. Mais c’est trop dur cette fois. Surtout, il ne confirme qu’une fois encore ce qu’elle a toujours ressenti au fond d’elle. Elle doit l’oublier. Elle l’avait oublié. Elle pensait l’avoir oublié. Aujourd’hui, elle est heureuse. Après des relations vouées à l’échec, elle a enfin su trouver quelqu’un qui sait lui donner le sourire au lieu de la faire pleurer, quelqu’un qui sait la rendre heureuse en une fraction de seconde. Tout paraît si simple, avec Alexia. Elle lui a apporté l’équilibre et la sérénité dont elle avait cruellement besoin. Avec Hades… C’est tellement différent. C’est tout l’inverse. Dès le départ, les choses ont été compliquées entre eux, mais tellement intenses. Elle a ressenti dès le début ce déferlement d’émotions tout aussi contradictoires les unes que les autres face à lui. Et aujourd’hui encore, en quelques instants seulement, il a provoqué le trouble dans son esprit. Un trouble qu’elle cherche à chasser depuis une semaine maintenant. Elle est retournée à sa vie, à ses petites habitudes, à son quotidien agréable et tranquille. Mais il n’a eu de cesse de venir envahir ses pensées, malgré elle. Elle a tenté de se focaliser sur sa famille, ses amis, et plus que jamais à sa petite-amie. Mais il est difficile d’oublier un fantôme du passé qui revient, surtout lorsqu’on l’a attendu durant si longtemps. Elle ne sait pas renier, elle ne sait pas fuir. Et à force, c’est trop. Ce soir, elle se sent étouffée dans la villa pourtant immense où elle réside. Alors elle s’échappe. Elle comprend mieux que jamais l’expression « besoin de prendre l’air ». Il faut qu’elle fasse le vide dans son esprit, il faut qu’elle oublie. Elle avance de quelques mètres, sans vraiment savoir où ses pas vont la guider. Elle déambule sans but durant plusieurs minutes, et finalement, elle atterrit dans le quartier voisin, à New Town. Elle attrape dans le sac qu’elle porte en bandoulière une petite boîte métallique de laquelle elle sort un joint préparé un peu plus tôt dans la soirée. Elle l’allume distraitement et reprend sa route, l’esprit déjà un peu plus tranquille. Elle aime le calme de la nuit. Il l’apaise, mieux que la journée. Pendant que tout le monde dort ou fait la fête à cette heure tardive, elle profite simplement de ces quelques minutes où elle peut enfin oublier tout ce qui l’accapare. Et pourtant… Le destin semble se jouer d’elle puisque, subitement, au détour d’une ruelle, elle croise une silhouette qui lui est étrangement familière. Dangereusement familière. Elle sent les battements de son cœur qui s’accélèrent instinctivement sans qu’elle ne puisse les contrôler. Hades. Pourquoi ? Pourquoi faut-il qu’elle le recroise, encore ? Elle songe durant une fraction à rebrousser chemin mais elle remarque alors qu’il titube. A peine, mais assez pour qu’elle s’en rende compte. Elle fronce les sourcils, cette fois surprise. A chaque fois qu’elle a pu le voir, il a eu une telle maîtrise de lui-même qu’elle ne s’y attend pas. Sans comprendre, elle sent spontanément son cœur qui se serre dans sa poitrine. Elle hésite tout de même. Juste… Une demi-seconde. Mais son instinct est plus fort. Elle ne peut pas rester indifférente. D’abord, parce qu’elle n’est pas comme ça, Julia. Elle ne sait pas détourner le regard face à quelqu’un qui semble avoir besoin d’aide. Jamais. Mais, surtout, elle serait incapable de le laisser, lui. Alors elle s’approche, doucement mais elle s’approche quand même. Elle ne sait pas comment il va réagir. Après tout, elle a été claire à leur dernière entrevue. Il a sans doute compris qu’elle ne veut plus le voir seulement… C’est différent, alors qu’elle le trouve visiblement mal en point. Mais qu’importe. Elle ne peut rebrousser chemin. D’autre part, elle ne fait que lui renvoyer l’ascenseur, ce soir. Elle arrive à sa hauteur, un air plus inquiet qu’elle ne le voudrait sur le visage. – Hades… murmure-t-elle dans la nuit, assez faiblement pour ne pas l’effrayer mais assez fortement pour qu’il l’entende. Elle plonge ses yeux bleus dans les siens similaires, lui offrant ce soir un regard bien plus doux que la dernière fois. – Hades, ça va ? demande-t-elle, réellement préoccupée par son état. C’est un peu étrange au fond. Cela fait une semaine qu’elle cherche à le chasser de son esprit. Et à peine apparait-il dans son champ de vision qu’elle se précipite vers lui.

 


  CODAGE DE © MRS HYDE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 666
▵ arrivé(e) le : 21/05/2016
▵ avatar : aaron paul. ♥

MessageSujet: Re: Drunk in love. ~ Brewkins. ღ Lun 13 Juin - 16:20

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Drunk in Love
Julia & Hades.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Une semaine. Une semaine de déchéance brutale. Tu avais beau être aussi fort que le dieu des enfers, mais tu n’avais pas résisté à cette spirale qui te tendait les bras de façon si attirante. Voilà longtemps que tu prenais des coups, que le destin se jouait de toi en te faisant mal de n’importe quelle façon. Tu ramassais les coups d’erreurs que tu avais bêtement faites, à cause de ta faiblesse, si caractéristique de la nature humaine. Tu avais beau avoir la dénomination d’un dieu, mais finalement tu n’en étais qu’un pâle représentant. Ton contrôle de soi, ta maturité légendaire, c’est comme si tu les avais définitivement perdu, ce soir. Hades le fort, Hades qui tenait bon en toutes circonstances, voilà qu’il ne semblait plus être un lointain souvenir. Ce soir, tu noyais tes déboires trop importants dans un tourbillon d’alcool qui t’avait semblé inévitable. Trois, quatre … Peut-être même six verres, tu étais trop imbibé pour t’en souvenir, mais au moins, tu n’avais plus cette sensation d’avoir mal. Tu faisais pourtant le mal de nouveau autour de toi, à ta seule famille qu’il te reste, mais qu’importe, tu avais besoin de lâcher prise, ne serait-ce qu’un soir. Tu n’avais pas pris cependant la meilleure méthode qu’il soit, car toi qui n’aimait plus ne plus être maître de toi, celui qui avait presque foi en l’idée de se battre, encore et toujours, tu avais fait un écart que tu allais sans aucun doute, amèrement regretter.

Si cela faisait longtemps que tu te trouvais dans ce bar miteux, tout cela n’avait aucune importance pour toi. La serveuse te donnait les verres dont tu avais besoin, sans doute charmée par la tristesse de ton regard qui te donnait un air qu’elle te disait, assez sexy. Tu en aurais souri si tu n’avais pas été aussi mal, mais tu lui avais répondu par un silence tellement indifférent, qu’elle s’était contentée de faire son boulot. Tu n’étais pas le genre de mec à céder aussi facilement aux charmes d’une demoiselle qui se révélait bien fade, alors que tu connaissais déjà celle qui t’avait soulevé le cœur d’une manière indescriptible. C’était con d’ailleurs qu’elle ne te regardait plus de la même façon à cause de tes erreurs, mais encore une fois, tu l’avais mérité. Tu punissais d’ailleurs ce démon au fond de toi qui t’avait fait perdre définitivement l’attention de cette femme pour qui tu aurais pu tout donner, au risque même de t’en retrouver complètement à la ramasse, tu n’en avais plus rien à faire, tu en avais tellement à oublier. Alors, tu avais bu, autant qu’il te fallait pour ne plus ressentir la moindre souffrance, le moindre mal au fond de toi, mais simplement le vide intérieur, l’inconscience de l’ivresse, celle que tu avais si bien connu dans ton passé. Subtil retour de ses conneries de gosse, de son côté sombre que tu avais imaginé révolu, il ne l’était plus finalement.

Tu étais sorti de ce bar, complètement hors de toi. Le poids de l’alcool alourdissait ton corps et ton esprit, tu n’étais plus que l’ombre d’un triste alcoolique trop ramassé par ses nombreuses erreurs noyé dans le néant de ton conscient. Tu n’avais même pas pris la peine de filer un pourboire à cette portant jolie serveuse qui a tenté de jouer la psychologue, même si t’avais bien senti qu’elle avait envie d’autre chose que de l’argent en récompense de ses bons et loyaux services, mais t’avais ben fini par lui faire comprendre qu’elle n’en tirerait rien de plus de toi. Te retrouvant dans la rue, seul, tu marchais sans but précis, ou tout du moins, ton corps se mouvait aux ordres de ton subconscient sur lequel tu n’avais aucun contrôle, encore plus dans l’état où tu étais. Tu ne t’en rendais pas compte, mais tu étais carrément noyé par la boisson, au point même où on pouvait le sentir sur tes vêtements. Tu étais dans un état minable, carrément indigne de toi, de ce que tu étais réellement, mais qui allait s’en soucier, à présent ? Tu n’avais plus personne en qui croire maintenant, personne autant qu’elle. Tu avançais et soudain, dans une bribe de conscience, tu entends qu’on t’appelle. Derrière toi, devant toi, t’en sais rien, t’es clairement défoncé. « quoi encore ? je t’ai dit que t’aurais rien de plus de moi, joli cœur. » Tu étais tellement à côté de la plaque tu ne faisais pas la différence, que la serveuse était encore dans tes pattes, mais tu cligna des yeux alors que c’était une brune que tu voyais apparaître dans ton champ de vision brouillé par la boisson. Sa voix, elle te soulève ton cœur mort, et ses yeux que tu n’avais jamais pensé revoir te ramène un peu à la réalité, sauf qu’à cet instant précis, elle en était déformée, et tu n’étais clairement plus toi-même. « tiens, julia, comme on se retrouve … » Lui lançais-tu, un sourire alcoolisé, mais au fond très ironique, sur les lèvres, te tenant sur le mur à côté de toi pour t’empêcher de t’écrouler comme un vulgaire pantin. « je croyais que tu voulais plus me voir, qu’est-ce que t’en as à faire de savoir comment je vais ? » Et suite à cette phrase, ton visage s’assombrit de nouveau. Tu commençais à peine à te sentir mieux que la douleur de revoir ta belle déchue te renvoyait toute ta douleur poignarder ton cœur. « t’en fais pas, j’vais très bien va, je n’ai que ce que je mérite ! » Et tu partais dans un long rire nerveux, en fait, t’avais plutôt envie d’hurler de rage, l’alcool te faisant carrément faire des montagnes russes en ce moment même. Finalement, tu étais plutôt heureux en fait, durant ta période de drogué, peut-être que tu devrais y replonger un de ces jours, d’ailleurs …

black pumpkin


Dernière édition par G-Hades J. Brewster le Mar 13 Déc - 21:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.
avatar
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 2960
▵ arrivé(e) le : 06/10/2014
▵ avatar : Jessica Lowndes. ♡

MessageSujet: Re: Drunk in love. ~ Brewkins. ღ Lun 13 Juin - 18:06


 

 
 


« Drunk in love. »
Brewkins ღ

 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Le cœur battant, elle se retrouve une fois encore confrontée à celui qui l’a tant troublée autrefois. A celui qui, même si elle n’est en aucun cas prête à l’avouer, même pas à elle-même, la trouble encore aujourd’hui. A celui qui, sans doute, la troublera toujours un peu. Il y a des attirances qu’on ne contrôle pas, des attirances qui sont ancrées en nous, pour toujours. Et c’est ce que Hades représente pour Julia, loin, très loin de ce que sa raison lui dicte. Malgré ses hésitations, la jeune femme n’attend pas longtemps avant de manifester sa présence, murmurant le nom du gardien des enfers dans le silence de la nuit. La réponse du ténébreux la trouble durant quelques secondes, avant qu’elle ne comprenne que ce n’est pas à elle qu’il pense s’adresser. Elle chasse dans un coin de son esprit ses interrogations quant à l’identité de ce « joli cœur » à qui il croit avoir affaire. Il y a quelque chose de plus urgent à cet instant dont elle doit se préoccuper. S’approchant de lui, la belle brune l’appelle une fois encore, révélant cette fois sa présence, sa présence à elle, celle qui l’a rejeté une semaine plus tôt seulement. Et c’est d’ailleurs sans attendre longtemps que le jeune homme lui rappelle sans détour, avec sa franchise désarmante habituelle, qu’elle ne voulait plus le voir. Mais c’était avant. Avant de le voir si mal en point, avant de sentir que, les rôles s’inversant, cette fois, c’est lui qui a besoin d’elle. Peut-être qu’au fond, malgré tout ce dont elle a tenté de se convaincre, il y a bien quelque chose d’inéluctable entre eux, quelque chose qui la pousse ce soir encore à s’inquiéter pour celui qui l’a tellement blessée. Ou peut-être qu’elle est stupide, tout simplement. Peut-être qu’une autre se serait contentée de rebrousser chemin, peut-être qu’une autre n’aurait pas daigné jeter un regard en sa direction. Mais son cœur… Son cœur la poussera toujours à suivre ce qu’elle ressent en dépit de toute réalité. Elle a le cœur pur, Julia. Il a subi quelques fissures, quelques failles dont elle s’est difficilement remise. Mais elle reste fidèle à elle-même, à ce qu’elle a toujours été. A ce qu’ils ont toujours été, même, dirait-elle, si seulement elle parvenait encore à y croire. Les yeux tournés vers Hades, elle marque un petit silence avant de lui répondre. Elle sent bien qu’il n’est pas dans son état normal. Sous l’effet de tout l’alcool qu’il a sans doute ingurgité au cours de la soirée, son visage est plus sombre encore tandis qu’il lui parle avec une amertume certaine dans la voix. – Je n’ai jamais dit que j’avais cessé de m’en faire pour toi. lui répond-t-elle avec toute la sincérité du monde. Elle sait que sa réaction est en contradiction avec son rejet, elle sait que son attitude paradoxale est souvent difficile à suivre. Mais elle ne fait que suivre ce qu’elle ressent, Julia. Elle ne l’a jamais oublié, comme elle n’a jamais cessé d’espérer que tout allait bien pour lui. Même lors de leurs retrouvailles où elle s’est révélée en colère comme il ne l’avait jamais vue. Sa colère, ce n’est qu’un masque pour cacher ce douloureux sentiment de trahison. Car tout le problème est là, c’est qu’elle a justement l’impression que c’est lui, il a cessé de se préoccuper d’elle du jour au lendemain, depuis ce jour où il est parti sans un mot pour elle. Sortant de ses obscures pensées, la belle entend alors son interlocuteur tenter de la rassurer. En vain. Son rire nerveux lui glace le sang, à Julia. Il n’allait pas bien, pas bien du tout, même. Elle relève aussi ses dernières paroles. Selon lui, il mérite ce qui lui arrive. De quoi parle-t-il ? De se retrouver saoul ? Certainement, parce qu’il l’a lui-même engendré. Et elle est loin d’être la personne la mieux placée pour le juger sur ce point. Pour le reste, elle ne sait aucunement ce dont il peut parler. Elle décide de ne pas en tenir compte, revenant sur ses premiers mots. – Tu n’as pas l’air d’aller bien pourtant… Laisse-moi te ramener chez toi. demande-t-elle, le ton doux. Elle connait assez bien les effets de l’alcool pour savoir qu’il rend imprévisible… Même la personne qu’on connait par cœur peut devenir un inconnu lorsqu’elle se retrouve dans cet état. Alors elle tente de se montrer la plus conciliante, la plus apaisante possible. C’est encore ce que le petit ange brun sait faire de mieux. Alors qu’elle avance un peu plus près de Hades encore, elle se saisit avec délicatesse de sa main. Son but est de capter son attention, mais elle sent un trouble étrange l’envahir malgré elle à ce contact. Elle essaye de s’en accommoder et plonge son regard bleuté dans l’océan si triste des yeux du beau brun. Ces yeux dans lesquels elle s’est noyée si souvent sans s’en rendre compte. Il lui faut d’ailleurs quelques secondes avant de retrouver ses mots, pour pouvoir s’adresser à nouveau à lui. – Je ne peux pas te laisser comme ça. D’autant plus que tu ne l’as pas fait toi, quand c’était moi qui en avais besoin. ajoute-t-elle finalement, dans l’espoir qu’il obtempère sans trop résister. Malgré son état alcoolisé, il reste un homme, et elle une femme. Il a irrémédiablement plus de force qu’elle. Mais elle a la volonté. Elle ne le lâchera pas, quoi qu’il en soit. Comme elle l’a affirmé, il a agi de la même manière, il y a si longtemps déjà. Ce souvenir lui revient amèrement en mémoire maintenant que tout a changé. Mais, quelque part, malgré tout ce qui a pu se passer entre eux, elle le lui doit bien. C’est ce dont elle essaye de se convaincre, en tout cas. Si seulement c’était aussi simple que ça.

 


  CODAGE DE © MRS HYDE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 666
▵ arrivé(e) le : 21/05/2016
▵ avatar : aaron paul. ♥

MessageSujet: Re: Drunk in love. ~ Brewkins. ღ Lun 13 Juin - 23:22

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Drunk in Love
Julia & Hades.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
TTu avais sombré dans les ténèbres de façon si directe. Tu t’étais douté que les retrouvailles avec Julia n’allaient pas être de bonne augure, mais elles t’avaient achevé, et même plus que de raison. L’énorme goutte d’eau qui avait fini par faire déborder ce vase déjà bien trop plein. L’implosion était arrivée, tu avais déversé ta peine dans de nombreux verres ingérés, et te voici dans cet état second, dans lequel tu trouvais quelque peu réconfort. Tu ne penses plus à Los Angeles, à cette vérité qui faisait mal, et surtout, la perte de Julia. Enfin, ce n’était que le temps d’une soirée, et de cette garce de roue du destin qui irrémédiablement, ramenait la peine au premier plan. Tu ne t’attendais pas à ce que Julia, recroise ta route aussi vite, sans doute elle non plus, ne l’avait-elle-même pas prémédité. Dans un sens, tu te sentais clairement maudit, ce n’était pas de sa faute, ni de la tienne au final, c’était simplement ce karma de merde qui ne t’avait pas quitté une seule seconde depuis le début de ton existence, fallait-il croire.

Et alors que tu te perdais seul dans les limbes de l’alcool, ce n’est plus de la violence que tu ressentais dans les paroles de Julia, mais le retour de cette douceur si caractéristique qui aurait dû te faire le plus grand bien. Elle t’avait appelé, sans agressivité aucune, te demandant comment tu allais. Mais à cela, tu avais répondu sur la défensive, car tu le savais très bien, votre dernière conversation s’était soldée sur une séparation, de son côté à elle. Julia, elle semblait avoir oublié tout ce qui s’était passé quelques jours plus tôt, et cela ne te disait rien qu’il ne vaille. Tout du moins, ton état ne permettait pas de faire la part des choses. Et la douceur de sa voix, te fait entendre qu’elle n’avait alors jamais dit qu’elle avait cessé de s’en faire pour toi … Belle ironie. « ah oui ? ce n’était pas ce que tu me disais la dernière fois, tu avais plutôt l’air de m’en vouloir de ne justement pas penser à toi. t’occuper d’un égoïste, tu ne devrais pas, ça va te perdre. » Eh oui, tu parlais presque de façon lucide, mais au moins, l’alcool te faisait débiter exactement ce que tu avais sur le cœur, sans aucun filtre. Tu te sentais encore énormément coupable de ton erreur et t’estimais que même dans ton état, tu ne méritais toujours pas sa pitié, alors elle devrait partir, retourner à sa propre vie à présent. Tu n’étais, et tu le savais, plus rien du tout pour elle. Mais, d’un élan que tu ne comprenais pas, elle ne lâcha pas l’affaire, Julia. Campant sur ses positions, la voilà alors qu’elle décrypta ton état, n’écoutant pas le fait que tu lui avais pourtant dit que tout allait bien. C’était réel pour toi, tu te sentais bien mieux maintenant que dans ton conscient à ressasser ton passé, ou tout du moins, tu avais la forte conviction d’être au meilleur de toi, quand tu ne maîtrisais plus rien. « je … je peux rentrer chez moi julia. seul. » Tu appuyais tes mots avec une force que tu n’avais plus, ou que tu essayais au moins d’imiter. Tu ne voulais pas qu’elle te prenne en pitié, tu avais bien compris qu’elle ne voulait plus de toi alors ce n’était pas la peine de retourner sa veste maintenant. Tu allais, difficilement, reprendre ta marche vacillante, la contournant pour reprendre ton chemin, lui faire comprendre que tu n’avais besoin de personne, qu’un pénitencier devait exécuter sa peine sans l’aide de personne. Mais elle attrapa ta main, Julia, et ce contact t’arrêta net, et te fit retourner le regard vers elle, quelque peu électrisé par un ressenti inconnu, mais d’une chaleur certaine. Elle ne voulait pas te laisser comme ça, pas après l’évènement similaire, ou tu l’avais abritée pour la nuit, alors qu’elle était aussi cuitée que toi en cet instant présent. Ouais, tu n’avais toujours pas cette conviction de mériter autant d’attention, et brusquement, tu retiras ta main, rompant le charme, que tu aurais pourtant adoré si tu avais été sobre. « sauf que je préfère encore me débrouiller, je ne mérite aucune compassion julia, j'ai bien compris, et encore moins la tienne.» Tu étais buté au naturel, mais dans ton état, c’était alors bien pire, et tu étais loin de te rendre compte que tu n’étais clairement pas en état. Après quelques pas, tu finis alors par trébucher sur une chose inconnue, t’arrachant un juron non maîtrisé. Tu avais voulu jouer au fort, te voilà sur tes genoux, comme une chose sans aucune conscience, ton esprit faisant tanguer ton regard de droite à gauche, te faisant perdre toute notion d’équilibre … Tu avais besoin d’aide, mais tu ne te l’acceptais pas. Tu t’étais mis dans la merde tout seul, eh bien, de par ton éducation, tu allais devoir t’en sortir, sans l’aide de personne. Ce n’est pourtant pas sans compter la témérité de cette femme qui était finalement ta seule source de lumière encore viable sur cette Terre, même si tu ne la méritais plus.

black pumpkin


Dernière édition par G-Hades J. Brewster le Mar 13 Déc - 21:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.
avatar
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 2960
▵ arrivé(e) le : 06/10/2014
▵ avatar : Jessica Lowndes. ♡

MessageSujet: Re: Drunk in love. ~ Brewkins. ღ Mar 14 Juin - 2:43


 

 
 


« Drunk in love. »
Brewkins ღ

 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Quelques jours plus tôt seulement, il a créé ce déferlement d’émotions si tumultueuses en elle. Il l’a blessée, trahie, agacée, mais surtout touchée en plein cœur. Et ce soir, encore, il sait l’atteindre comme il ne devrait plus avoir le droit de le faire. Il a plus d’emprise sur elle qu’il ne le croit, Hades. Il lui suffit de le voir si mal en point en cette nuit sans étoile pour changer subitement sa rancœur envers lui par une inquiétude sincère et un profond intérêt. C’est comme ça, elle est comme ça, Julia. Elle ne peut aller à l’encontre de ses sentiments. On lui a toujours dit de suivre son cœur, et c’est exactement ce qu’elle fait en venant lui apporter son aide malgré tout ce qui s’est passé. Mais, naturellement, le jeune homme n’est pas aussi facile à raisonner qu’elle le voudrait. Il lui rappelle leur dernière entrevue, il lui rappelle les reproches implicites mais pourtant bien visibles auxquels il a le droit de sa part. C’est légitime, au fond. Pourquoi accepterait-il son aide alors qu’elle l’a rejeté sans ménagement une semaine seulement plus tôt ? Parce qu’il en a besoin, en premier lieu. Mais aussi, elle aime à le penser, parce qu’au fond, il tient assez à elle pour céder et la laisser le soutenir en cette soirée où il n’est clairement pas apte à se débrouiller tout seul. Pourtant, comme s’il juge ne pas mériter son aide, il cherche à l’en dissuader. Mais c’est en agissant ainsi qu’il la persuade davantage encore qu’elle doit l’aider. Et ce n’est pas par simple esprit de contradiction. Elle comprend surtout la détresse qui l’habite, une détresse qui la touche malgré elle. Alors elle ignore ses paroles. Il a peut-être raison au fond. Peut-être qu’elle va s’y perdre, peut-être qu’elle va s’y brûler les ailes. Peut-être qu’elle est en train de prendre un certain tournant dans sa vie à cet instant même, en prenant cette décision. Mais elle n’en a pas conscience. Tout son être est accaparé par Hades. Hades qui, malgré ses dires, ne va pas bien du tout. Tout, de son regard jusqu’à sa manière de se tenir en passant par le ton de sa voix, tout lui démontre que l’alcool qu’il a dans le sang est loin de le laisser insensible. Elle veut simplement le ramener en sécurité, à l’abri chez lui. Mais, à son tour, il la rejette. Elle reconnait le semblant d’assurance qui lui est d’ordinaire si habituel, mais il n’est pas en état d’affirmer quoi que ce soit. Et elle le voit clairement, Julia. – Non, tu ne peux pas, Hades. lui assure-t-elle d’une voix ferme, mais toujours aussi douce. Elle essaye d’abord la délicatesse mais s’il continue ainsi, elle va devoir se montrer plus explicite. Elle lui saisit la main pour le retenir, peut-être aussi pour parvenir à attirer réellement son attention. Si ce contact soudain la trouble, elle arrive également à l’arrêter. Enfin, leurs regards se croisent durant quelques petites secondes… Avant qu’il ne rompt le contact une nouvelle fois. Elle sent un pincement dans son cœur, son cœur qui se serre un peu plus aux paroles si dures du jeune homme. Il semble s’en vouloir, Hades. Il semble blessé, aussi, par les derniers mots qu’ils ont échangés. Elle avale difficilement sa salive alors que la culpabilité l’envahit peu à peu malgré elle. Elle est en train de se demander si elle n’y est pas allée trop fort, ce soir-là. Elle a laissé éclater son mal-être, mais peut-être pas de la meilleure des façons. Peut-être qu’il a de réels problèmes, peut-être qu’il a besoin d’aide et elle… Elle n’est pas parvenue à outrepasser sa propre douleur. A cet instant, elle a l’impression d’avoir été aussi égoïste que ce qu’elle lui a reproché d’être. Douce Julia, fragile Julia, son cœur qu’elle pensait avoir fermé pour de bon au ténébreux s’entrouvre dangereusement alors que, lui, de son côté, commence déjà à partir sans attendre sa réponse. Elle ne réagit pas tout de suite, trop perdue dans ses pensées. Et c’est ainsi qu’elle le voit brusquement trébucher au sol, lâchant un juron au passage. Son cœur manque un battement face à cette scène trop douloureuse à regarder. Elle déteste le voir comme ça, Hades. Instinctivement, elle sort de ses songes pour se précipiter vers lui, cette fois sans hésitation aucune. Elle ne lui laisse plus le choix, et elle lui fait savoir. – Tu vas me laisser t’aider maintenant. affirme-t-elle avec une assurance inébranlable, plus déterminée désormais à lui offrir son aide qu’il a tant de mal à accepter. Elle saisit à nouveau l’une de ses mains dans la sienne. Et de l’autre, elle passe son bras autour de sa taille pour qu’il puisse se raccrocher à elle. Elle l’aide à se relever avant de plonger son regard dans le sien pour lui adresser quelques mots. – Ça peut prendre quelques minutes, ou ça peut durer toute la nuit. Mais je ne compte pas partir avant de t’avoir ramené chez toi, que tu le veuilles ou non. lui confie-t-elle avec force et conviction. Il ne l’a sans doute jamais vue aussi déterminée, aussi décidée. Mais cette fois, elle ne lui demande pas son avis. Elle resserre l’emprise qu’elle a sur lui, et reprend la parole, comme pour clore la précédente conversation. – Tu habites toujours dans New Town ? Elle a comme un air de déjà-vu, Julia.

 


  CODAGE DE © MRS HYDE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 666
▵ arrivé(e) le : 21/05/2016
▵ avatar : aaron paul. ♥

MessageSujet: Re: Drunk in love. ~ Brewkins. ღ Lun 25 Juil - 0:46

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Drunk in Love
Julia & Hades.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Tu étais tombé bien bas. Tout aussi physiquement, avachi sur le sol, que mentalement parlant. Julia était loin de se rendre compte du tel ascendant qu'elle avait sur toi. Tu pensais avoir tout vu, tout pris dans la figure avec ces aléas de la vie, mais il fallait croire que dès qu’il s’agissait d’amour, tu n’étais plus la force de ce dieu, mais la fragilité d’un simple pantin de chair. Parce que oui, alors que tu avais tout espoir de te relever avec elle, c’était cette même personne qui t’avait mise à terre, Julia. Et clairement, depuis ces quelques jours où vous vous étiez séparés avec ce froid béant, t’en avais bavé. Mais ça, ce n’était pas le moment de lui dire, et ce serait d’ailleurs inconvenant dans cet état. Et en étant si bien alcoolisé, même pas besoin de le dire d’ailleurs. Tes blessures pouvaient se lire sur ton visage, et quand bien même ce ne serait pas assez, un aveugle pourrait le comprendre avec tous ces effluves d’alcool qui pouvaient passer dans l’air. Enfin bref, toi, Hades, tu n’étais plus qu’une loque, avachie, devant une femme. Clairement, tu étais une merde. Voilà ce qui passa dans ton esprit alors que tu te rendais peu à peu compte que tu étais au sol, puni par ta trop grande assurance sur l’alcool qui te rappelait à l’ordre.

Serrant les poings, tu t’insultais intérieurement. Une fois de plus, comme cela n’avait jamais cessé depuis ton retour. T’aurais dû t’en douter, évidemment que cela n’aurait pas été si simple de la retrouver. Tu pensais renouer les ponts aussi vite que la première fois où tu l’avais rencontrée, et tu t’étais fait mal. Elle t’avait fait mal. Mais tu ne pouvais t’en prendre qu’à toi, finalement. Julia avait toutes les raisons du monde de te détester, même si ton histoire ne t’avait pas laissé le choix de t’en aller. Et pour une raison que tu ne comprenais pas vraiment, elle restait, Julia, et plus incompréhensible encore, elle t’imposait presque son aide, de la douce fermeté de sa voix. Et puis, étais-tu vraiment en état de lui riposter le contraire ? Pas vraiment, mais tu poussas tout de même un grognement, jusqu’à ce que sa main vienne trouver la tienne, et força ton regard ébahi à croiser le sien. Elle était tenace, la ténébreuse, c’était d’ailleurs sans doute pour cela que tu étais tombé pour elle, petit à petit. Au fond, Julia était comme toi. Une âme brisée mais avec un caractère qui savait ce qu’il voulait. Vous étiez deux écorchés vifs, pour des raisons qui vous étaient propres. Mais pourquoi ? Maintenant qu’elle t’avait descendu au plus bas, elle te ramassait ce soir ? Cela ne tournait sans doute pas rond dans ta tête à ce moment précis, peut-être qu’en étant défoncé, tu aurais pu trouver cela logique, mais même pas. Trop affaibli pour tenter quoi que ce soit, ton esprit têtu eut décidé de se faire la malle, laissant tout le soin à Julia de traîner ta lourde carcasse. Ouais, t’allais la laisser t’aider, de toute façon, ce n’était pas comme si t’étais en état d’aller plus loin, pauvre âme en peine. « mais t’as aucune raison de le faire. j’ai bien compris que je ne suis qu’un con qui t’a laissé tomber. » Au moins, la boisson n’avait pas fait taire ta subjective franchise. Tu ne savais pas vraiment quel effet cela allait faire à Julia, d’avoir prononcé ces mots, peut-être qu’elle te rejetterait au sol, au fond t’en avais rien vraiment à faire pour le moment, tu t’en étais mis dans des états, même pire que cela. Mais Julia, elle ne lâcha pas le morceau, en te balançant aussi sec que même si cela prendrait que quelques minutes, ou toute la nuit, elle te ramènerait à la maison, avec son air ferme et déterminé. C’est alors qu’elle te maintient contre son corps frêle, heureusement d’ailleurs que tu n’étais pas un tas de muscles non plus, et qu’il te restait un peu de force physique pour ne pas l’écraser sous ton poids. « c’est bizarre, j’ai l’impression que la situation se répète … » Un rire nerveux s’échappait de tes lèvres, mais retombait lourdement. Tu ne savais pas vraiment toi-même à quoi tu faisais référence, si c’était à cet état déplorable si courant de ta période d’adolescent et de jeune adulte, ou le fait d’avoir ramené chez toi Julia dans de telles circonstances … Et tout aurait pu commencer à ce moment-là, ou tu l’avais fixé intensément, presque désireux de l’embrasser, mais que tu avais fini par coucher dans ton lit, la laissant se défaire de son inhibition. Cette pensée, elle te refit un peu mal sur le moment, vu qu’il s’était soldé par une occasion manquée. Toute ta vie, finalement, reposait sans doute sur ce funeste enchaînement. Des occasions manquées … et un karma de merde. « ouais, toujours new town. » Au fond, tu n’avais pas vraiment envie de la contrarier … Et puis, plus vite ce serait fait, et plus vite elle pourrait se débarrasser de toi. Avec son aide, tu te déplaçais avec hésitation, ne te rendant même pas compte du chemin. Tu étais juste une merde, qui allait retourner tristement au point de départ. Seul, avec toute ta misère que tu traînes..

black pumpkin


Dernière édition par G-Hades J. Brewster le Mar 13 Déc - 21:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.
avatar
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 2960
▵ arrivé(e) le : 06/10/2014
▵ avatar : Jessica Lowndes. ♡

MessageSujet: Re: Drunk in love. ~ Brewkins. ღ Mar 26 Juil - 2:49


 

 
 


« Drunk in love. »
Brewkins ღ

 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Son regard océan fixé sur celui qui a si souvent hanté son esprit, elle ne peut détourner les yeux, Julia. Ce n’est déjà pas dans sa nature de rester indifférente face à une personne qui, visiblement, a besoin d’aide. Mais quand il s’agit de l’un de ses proches, cette évidence s’affirme plus encore. Est-ce un proche, Hades ? D’un simple inconnu, il est devenu le troublant gardien des enfers qui l’attirait tant. Comme le feu attire le papillon, il a su capter son attention là où aucun homme ne l’avait plus fait depuis le tout premier qu’elle a aimé. Mais elle s’y est brûlée les ailes, en se retrouvant abandonnée, à nouveau seule avant même qu’ils ne soient véritablement deux. Il y a pourtant eu un semblant d’amitié entre eux. Parce que, malgré ses réserves, le ténébreux a su se montrer présent pour elle lorsqu’elle en a eu besoin. Mais, au fond, ils ne sont pas amis. Elle sait qu’ils ne sont pas amis. Cette sensation particulière qu’il lui procure depuis que leurs regards se sont croisés pour la première fois, elle n’a rien d’amical. Mais elle refuse d’y réfléchir, surtout pas à cet instant où il a cruellement besoin d’elle. Et c’est justement pour cette raison qu’elle lui tend la main. Elle serait incapable de faire autrement même si elle le voulait, même si elle le devrait. Et puis, non, elle ne devrait pas. Elle serait incapable de se regarder en face si elle l’abandonnait ce soir. Même s’il persiste à lui rappeler tous les reproches qu’elle lui a balancés, la dernière fois. – Tu n’es pas un con Hades. lui affirme-t-elle d’une voix douce. Elle espère l’apaiser, elle espère lui ôter cette noirceur dans ce regard. Il peut devenir si lumineux quand il veut, ce regard. Alors qu’elle passe son bras autour de la taille du jeune homme, elle tente de faire abstraction du trouble qui l’envahit. C’est le premier véritable contact qu’ils ont depuis… Depuis un an. Comme en écho, il lui rappelle à ce moment-là qu’il a l’impression que la situation se répète. Ce n’est pas qu’une impression, elle est tentée de lui répondre. Mais elle préfère garder le silence, les choses étant déjà suffisamment troublantes ainsi. Elle préfère se concentrer sur son unique but, le ramener en sécurité chez lui. Ses pas sont guidés par son instinct qui se souvient aisément de l’adresse de la demeure du jeune homme. Il habite près d’elle, Alexia, mais elle n’y songe pas à cet instant. Tout ce qu’elle veut, c’est qu’ils arrivent à bon port sans trop de heurts. C’est dingue comme la situation s’est inversée, en effet. Elle a grandi depuis cette époque, Julia. Elle a toujours cette naïveté adolescente, mais elle a cessé de virevolter sans but. Elle est plus stable, plus équilibrée même s’il n’en demeure pas moins chez elle cet aspect aérien qui la caractérise tant. Elle est un peu triste, en réalité, de se dire que le contraire s’est peut-être produit chez lui. Hades lui a toujours donné cette impression d’être un roc, un homme qui sait encaisser les coups durs. Mais peut-être en a-t-il encaissé un de trop. Naïve, toujours naïve Julia, elle ne pense pas un instant qu’elle peut être l’un d’entre eux. Après tout, c’est vrai, c’est lui qui l’a abandonnée. Mais en le sentant si désemparé en cette nuit étoilée, elle ne peut qu’être atteinte. Le trajet se fait dans le silence, parfois interrompu par les passants qu’ils croisent au détour d’une rue. Autant qu’elle s’en souvienne, le ténébreux n’a jamais été un grand bavard. Saoul, il semble taciturne également, à moins que ce soit l’effort de marcher qui le rende si calme. La jeune femme, quant à elle, se concentre sur sa tâche. Ce n’est qu’après de longues minutes qu’ils arrivent devant l’immeuble de Hades. Elle lui demande ses clefs pour ouvrir la porte, et commence le périple jusqu’à son appartement. Elle se souvient encore de cet ascenseur si souvent en panne. Rien ne semble avoir changé, si ce n’est eux, Julia et Hades. A mi-chemin dans les escaliers, la belle brune l’encourage avec douceur. – On est bientôt arrivés. Et comme promis, ils arrivent quelques instants plus tard face à la porte de la demeure du dieu des enfers. Une nouvelle fois, Julia se charge d’ouvrir la porte. Elle cherche à peine l’interrupteur pour éclairer la pièce, constatant avec surprise que l’appartement semble vide, dépourvu de la baby-sitter qu'elle pensait trouver. Elle ne fait pas attention à la décoration de l’endroit, seule une interrogation subsiste dans son esprit. Où est Jehan ? C’est la question qu’elle se pose à cet instant. Elle n’a pas oublié la fille, presque autant qu’elle n’a pas oublié le père. Mais elle se dit rapidement qu’il a dû la faire garder. Elle ferme la porte derrière eux une fois à l’intérieur et pose simplement son sac à main sur le comptoir pour amener directement le propriétaire des lieux jusqu’à sa chambre. – On y est. déclare-t-elle simplement alors qu’elle l’incite avec délicatesse à s’allonger dans son lit. Il va pouvoir se reposer, décuver tout l’alcool qu’il a ingurgité et, elle l’espère, aller mieux. Elle plonge ses yeux bleutés dans les siens, similaires. – Tu as besoin de quelque chose avant que je te laisse ? demande-t-elle d’une voix tendre, avec cette douceur qui lui revient naturellement alors qu’elle le sent si vulnérable.

 


  CODAGE DE © MRS HYDE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 666
▵ arrivé(e) le : 21/05/2016
▵ avatar : aaron paul. ♥

MessageSujet: Re: Drunk in love. ~ Brewkins. ღ Dim 14 Aoû - 16:07

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Drunk in Love
Julia & Hades.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Tes pas lourds te traînent, mais Julia, forte de sa détermination, était encore une fois ce point central dont tu avais tellement besoin. En t’aidant ce soir, elle ne se rendait pas compte qu’au fond tu avais tellement besoin d’elle, besoin de savoir qu’elle partageait les mêmes sentiments que les tiens, elle s’était tellement ancrée en toi depuis ton départ à Los Angeles que le con que tu étais, avait encore l’espoir d’entrevoir cette lumière, un jour. Mais t’avais bien compris que depuis ton retour cela n’était plus possible, tu lui avais fait mal, chose indigne de la part d’un homme espérant conquérir son cœur. Tu le savais pourtant, tu aurais dû prévenir, tu savais qu’elle t’aurait sans aucun doute attendu, Julia, mais non, trop impulsif, trop à fleur de peau, tu t’étais envolé sans rien dire, et pour au final, te reprendre la vérité sèche en pleine figure, les douleurs incessantes de ta vie tellement mal lunée. T’en avais tellement pris dans la gueule, raison pour laquelle tu te retrouvais dans un état déplorable, aidé par cette femme qui ne te devait d’ailleurs plus rien. Vraiment, t’avais de quoi faire un roman dramatique avec toutes tes histoires.

Et alors que tu te perdais seul dans les limbes de l’alcool, ce n’est plus de la violence que tu ressentais dans les paroles de Julia, mais le retour de cette douceur si caractéristique qui aurait dû te faire le plus grand bien. Elle t’avait appelé, sans agressivité aucune, te demandant comment tu allais. Mais à cela, tu avais répondu sur la défensive, car tu le savais très bien, votre dernière conversation s’était soldée sur une séparation, de son côté à elle. Julia, elle semblait avoir oublié tout ce qui s’était passé quelques jours plus tôt, et cela ne te disait rien qu’il ne vaille. Tout du moins, ton état ne permettait pas de faire la part des choses. Et la douceur de sa voix, te fait entendre qu’elle n’avait alors jamais dit qu’elle avait cessé de s’en faire pour toi … Belle ironie. « ah oui ? ce n’était pas ce que tu me disais la dernière fois, tu avais plutôt l’air de m’en vouloir de ne justement pas penser à toi. t’occuper d’un égoïste, tu ne devrais pas, ça va te perdre. » Eh oui, tu parlais presque de façon lucide, mais au moins, l’alcool te faisait débiter exactement ce que tu avais sur le cœur, sans aucun filtre. Tu te sentais encore énormément coupable de ton erreur et t’estimais que même dans ton état, tu ne méritais toujours pas sa pitié, alors elle devrait partir, retourner à sa propre vie à présent. Tu n’étais, et tu le savais, plus rien du tout pour elle. Mais, d’un élan que tu ne comprenais pas, elle ne lâcha pas l’affaire, Julia. Campant sur ses positions, la voilà alors qu’elle décrypta ton état, n’écoutant pas le fait que tu lui avais pourtant dit que tout allait bien. C’était réel pour toi, tu te sentais bien mieux maintenant que dans ton conscient à ressasser ton passé, ou tout du moins, tu avais la forte conviction d’être au meilleur de toi, quand tu ne maîtrisais plus rien. « je … je peux rentrer chez moi julia. seul. » Tu appuyais tes mots avec une force que tu n’avais plus, ou que tu essayais au moins d’imiter. Tu ne voulais pas qu’elle te prenne en pitié, tu avais bien compris qu’elle ne voulait plus de toi alors ce n’était pas la peine de retourner sa veste maintenant. Tu allais, difficilement, reprendre ta marche vacillante, la contournant pour reprendre ton chemin, lui faire comprendre que tu n’avais besoin de personne, qu’un pénitencier devait exécuter sa peine sans l’aide de personne. Mais elle attrapa ta main, Julia, et ce contact t’arrêta net, et te fit retourner le regard vers elle, quelque peu électrisé par un ressenti inconnu, mais d’une chaleur certaine. Elle ne voulait pas te laisser comme ça, pas après l’évènement similaire, ou tu l’avais abritée pour la nuit, alors qu’elle était aussi cuitée que toi en cet instant présent. Ouais, tu n’avais toujours pas cette conviction de mériter autant d’attention, et brusquement, tu retiras ta main, rompant le charme, que tu aurais pourtant adoré si tu avais été sobre. « sauf que je préfère encore me débrouiller, je ne mérite aucune compassion julia, j'ai bien compris, et encore moins la tienne.» Tu étais buté au naturel, mais dans ton état, c’était alors bien pire, et tu étais loin de te rendre compte que tu n’étais clairement pas en état. Après quelques pas, tu finis alors par trébucher sur une chose inconnue, t’arrachant un juron non maîtrisé. Tu avais voulu jouer au fort, te voilà sur tes genoux, comme une chose sans aucune conscience, ton esprit faisant tanguer ton regard de droite à gauche, te faisant perdre toute notion d’équilibre … Tu avais besoin d’aide, mais tu ne te l’acceptais pas. Tu t’étais mis dans la merde tout seul, eh bien, de par ton éducation, tu allais devoir t’en sortir, sans l’aide de personne. Ce n’est pourtant pas sans compter la témérité de cette femme qui était finalement ta seule source de lumière encore viable sur cette Terre, même si tu ne la méritais plus.

black pumpkin


c'est pourri. pardon bichette. cry


Dernière édition par G-Hades J. Brewster le Mar 13 Déc - 21:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.
avatar
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 2960
▵ arrivé(e) le : 06/10/2014
▵ avatar : Jessica Lowndes. ♡

MessageSujet: Re: Drunk in love. ~ Brewkins. ღ Ven 19 Aoû - 18:53


 

 
 


« Drunk in love. »
Brewkins ღ

 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Elle ne le déteste pas, Hades. Elle ne pourrait pas le détester, même si elle essayait. Mais elle lui en a voulu, réellement. Le revoir après tous ces mois, par hasard en plus au détour d’une ruelle, c’était trop. Il y avait quelque chose entre eux. Elle ne sait pas exactement quoi, mais il y avait quelque chose. Et il y a brusquement coupé court en disparaissant de sa vie, et de Wellington, du jour au lendemain. Alors, bien sûr qu’elle lui en a voulu. Mais, ce soir, la belle brune veut oublier sa rancune. Il n’a pas besoin de ça, pas maintenant. Peut-être aussi qu’elle se rend compte qu’il a changé. Il semble avoir vécu un événement particulier, quelque chose qui l’a mis à terre. Il est si loin de l’homme fort et solide qu’elle a connu. Il est plus fragile, plus tourmenté encore qu’il ne l’était à l’époque. Et ça lui serre le cœur de le voir ainsi, Julia. Alors elle tente de se montrer forte, à son tour. Elle parvient à le ramener jusqu’à son appartement, tant bien que mal. Elle a une curieuse impression de déjà-vu, à la différence que cette fois, c’est lui qui a besoin d’elle. C’est sans se préoccuper des conséquences qu’elle se saisit des clefs qu’il lui tend. A ses paroles, elle comprend son allusion à cette fois-là, elle sent ce doux pincement au cœur. Il lui a peut-être accordé plus d’importance qu’elle ne l’a cru dernièrement. Ses émotions s’emmêlent quelque peu, et finalement elle lui adresse un tendre sourire. – Je vais prendre le risque. Elle ne sait pas ce qui l’attend, sans doute. La seule chose qu’elle sait, c’est que Hades a besoin d’elle. Alors elle entre dans l’immeuble à ses côtés. Ils montent les escaliers tant bien que mal ensemble. Et après ce long périple, elle arrive enfin à déposer le jeune homme sur son lit. Elle s’apprête à partir, elle se doute qu’il a besoin de se reposer… Mais c’est alors qu’elle entend un petit son, un son qui lui est familier… Celui d’un bébé. Elle entrouvre les lèvres, sous le coup de la surprise. Jehan est là. Surtout, Jehan était là, seule. Son regard se tourne automatiquement vers le père de la petite fille, mais la réaction du ténébreux lui fait froid dans le dos. Elle est vraiment sous le choc, Julia. L’une des choses qui caractérise le plus Hades est cette façon qu’il a de s’occuper de son enfant. Elle l’a toujours admiré, elle l’a toujours trouvé incroyable d’assumer seul le rôle si compliqué de parent. Elle ne parvient pas à croire qu’il a vraiment laissé ce petit être innocent livré à lui-même. Elle a le cœur qui se serre, pour Jehan, mais aussi pour Hades qui doit vraiment être au plus bas pour en arriver à une telle extrémité. Mais ce n’est pas le moment de lui en parler, elle en a conscience. Il est épuisé, affaibli par tout l’alcool qu’il a ingurgité. Elle le fera, mais à son réveil. Alors elle prend une inspiration, et lui retire ses chaussures pour le laisser s’enfoncer dans son lit. – Tu dois te reposer. Bonne nuit Hades. Le ton de sa voix est neutre. Elle a perdu de sa douceur mais elle n’a aucune dureté dans sa voix. Elle ne juge pas, Julia. Jamais. Au fond, elle est inquiète plus qu’autre chose, pour cette famille qui n’a pas de chance. Elle contemple le beau brun une dernière fois avant de fermer la porte de la chambre en partant. Elle rejoint d’un pas timide celle de la petite Jehan, allongée dans son lit parapluie. Elle laisse un doux sourire se dessiner sur ses lèvres alors que la petite fille lui attrape le doigt, presque comme si elle la reconnaissait. Mais ça fait si longtemps… Son regard se perd quelques instants dans le vide alors qu’elle songe au passé, à l’avenir aussi qui aurait pu exister. Quand elle se reprend, elle se rend compte que le bébé s’est déjà rendormi. Elle rejoint le salon et récupère son sac à main avant de s’asseoir sur le canapé. Elle sait qu’elle ne parviendra pas à dormir. Déjà en temps normal, elle a du mal mais ce soir, son esprit est en plus bien trop préoccupé. Elle traîne un moment sur son téléphone portable. Et finalement, elle se saisit du bloc-notes dans lequel se trouvent toutes ses compositions. Elle commence à écrire, sans réfléchir. L’inspiration lui vient naturellement. C’est cette soirée qui en est la cause, cet homme surtout. Elle passe le reste de la nuit à créer la chanson qui, plus tard, l'aidera à percer, déjà vu. Et elle s’endort au petit matin, son calepin toujours entre les doigts.

 


  CODAGE DE © MRS HYDE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 666
▵ arrivé(e) le : 21/05/2016
▵ avatar : aaron paul. ♥

MessageSujet: Re: Drunk in love. ~ Brewkins. ღ Ven 21 Oct - 23:24

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Drunk in Love
Julia & Hades.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Elle a cette détermination, Julia. Elle a cette envie de te sortir de là, pourtant sorti de nulle part. Elle a beau te détester, ce qu’elle était tout en droit de le faire, et elle était encore présente à tes côtés, comme pour te ramasser à la petite cuillère. A tes yeux de bourré trop triste et ne ressemblant clairement à rien, elle était décidément trop belle pour toi. Quel bon dieu avais-tu à ce point touché pour que cet ange que tu avais sans aucun équivoque, appris à aimer, pour qu’il t’adresse une telle faveur ce soir ? Décidément, il y avait ces temps dans la vie où tu n’y comprenais fichtrement rien. La seule chose qui te restait maintenant, au fond de ton cœur qui lui, sous aucun effet de l’alcool sur lui, battait doucement en faisant vivre ce sentiment si fort que tu n’avais pas ressenti depuis si longtemps ... Et Julia, elle-seule, sans le savoir réellement, en était l’unique responsable, de ce feu si ardent qui brûlait tout tes sens en étant simplement à tes côtés.

Mais tu t’étais senti si mal, en entendant la plainte de ta fille et la pointe de déception dans la voix de Julia, en plus de tout cet alcool qui te rendait si faible et si fatigué, que la nuit qui s’en suivit en fut tellement tourmentée. Au fond, ton inconscient te martyrisait, te battait pour avoir été si négligent. Tu n’étais pas toi, tu n’étais pas un Brewster, aussi fort que tu voulais te le montrer. Alors comment mériter une aussi belle et douce femme que Julia ? Tourments et cauchemars, qui bientôt seront noyés par l’affluence des mélanges que tu t’étais enfilé quelques heures plus tôt. Un sommeil sans rêve, un sommeil torturé, comme le fond de ton âme, ton esprit, si marqué par toutes tes blessures du passé.

Lorsque tu ouvris enfin les yeux, ce fut lorsque les lumières du soleil naissant traversèrent les rideaux et baignant ta chambre de ses premiers rayons. Battant les paupières, le sommeil laissant rapidement place à un esprit préoccupé, vide de tous les souvenirs de la veille, tu te redressas promptement, te demandant même un instant où est-ce que tu étais. Et tu compris bien vite lorsqu’une mine de douleur se mit tout à coup à exploser de plein fouet dans ton crâne. Une cuite. Putain que cela ne te ressemblait pas. Tu n’étais pourtant plus cet homme-là depuis bien longtemps déjà. Mais il fallait croire que les démons pouvaient toujours te rattraper, à ton plus grand désespoir. Pensant alors à ta fille, à ton devoir de père et à ton instinct qui te dictait sans attendre d’aller la voir, tu bougeas de ton lit, en mesurant tes pas et ta force pour ne pas embrasser le sol. Tu ne te rendis même pas compte que tu étais toujours habillé, ni même réfléchi sous quelle circonstance tu avais pu rentrer chez toi, mais tu compris bien vite en voyant cette silhouette si belle, si féminine, assoupie sur ton canapé.

Tu crois rêver en voyant Julia endormie, et Jehan dans son berceau se reposant tout aussi tranquillement. Cette scène te paraissait si surréaliste, et pourtant, c’était bien cela qui se produisait sous tes yeux. Elle avait dormi ici, sans aucun doute avait-elle veillé sur ta fille alors que tu payais le prix de ta lourde négligence de la soirée passée, et c’est à ce moment que tu te sentis tout aussi mal que tu lui étais clairement redevable. Il ne fallait pas être devin pour en déduire qu’elle t’avait aidé à rentrer chez toi sans faire de conneries que tu aurais pu regretter. Tu soupiras un instant, comme pour te décharger de toute cette culpabilité que tu sentais bien ne pas vouloir s’en aller aussi facilement. Clairement, tu te maudissais. Tu t’approchais alors d’elle, en prenant soin de ne pas trop faire de bruit pour ne pas embêter Jehan, et tu posais doucement ta main sur l’avant-bras de l’endormie, découvrant alors un calepin où son écriture était apposée. Tu ne pouvais cacher le fait que tu fus pris de curiosité, mais tu te ravisa. Elle avait sans doute passé une nuit inconfortable sur ce vieux divan, tu avais plus envie de prendre soin d’elle que de t’adonner à une intrusion dans sa vie. « julia … ? » Murmuras-tu en secouant doucement sa main. Elle était si douce, sa peau, elle était belle, dans son sommeil … Non, réellement, tu ne méritais décidément pas qu’elle t’aime, toi, le connard qui lui avait fait autant de mal. Et lorsqu’elle ouvrit les yeux, tu essayais de soutenir son regard sans céder sous toute la honte qui s’abattait sur toi. « je … merci d’être restée ... enfin … merde. » Juron sifflé entre tes dents. Tu baissas la tête, clairement abattu, n’ayant même pas les mots pour expliquer ton comportement. Elle avait toutes les raisons de te descendre, et franchement tu n’avais rien à dire contre ça, rien du tout à rétorquer.

black pumpkin


Dernière édition par G-Hades J. Brewster le Mar 13 Déc - 21:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: Drunk in love. ~ Brewkins. ღ

Revenir en haut Aller en bas

Drunk in love. ~ Brewkins. ღ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always love ::  :: archives rp.-