AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 there is a light that never goes out (julia)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
VIEILLE CROUTEd'Always Love.
avatar
VIEILLE CROUTE ∞ d'Always Love.

en savoir plus sur moi
∞ posts : 8024
∞ arrivé(e) le : 28/08/2012
∞ avatar : Scarlett Johansson

MessageSujet: there is a light that never goes out (julia) Ven 26 Aoû - 21:30

there is a light that never goes out
Julia & Emma
"You seem to replace your brain with your heart. You take things so hard, and then you fall apart."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]« C'est pas vrai ! » Tu fulmines. Personne n'est libre ce soir. Personne n'est libre ce soir, pour sortir avec toi. Une fois de plus, t'es toute seule. Un profond sentiment de solitude vient te frapper de plein fouet, te laissant un temps pétrifiée. Au fond, ce n'est que ta faute, si t'es toute seule. Si t'étais un peu moins agressive avec certains hommes, si t'étais un peu moins tournée vers les coups d'un soir, t'aurais peut-être trouvé quelqu'un de plus longtemps. Quelqu'un capable de te supporter. Mais de toute façon, ça fait des années que tu n'as pas la volonté de trouver un homme. Avant, ça t'allait. Ça te va toujours, crois-tu. Et puis, y'a eu Nathan. Tu savais que t'aurais dû faire comme pour les autres. Ne jamais tenter les hommes mariés, JAMAIS. Ne jamais tout faire pour en séduirer un. Ne jamais revoir un coup d'un soir. Tout ça, tu l'as fait. Maintenant, voilà où t'en es. Encore obsédée par un homme que tu as blessé. Encore hantée par lui, à cause de toutes tes erreurs. Encore malheureuse, encore déprimée. Tu t'es infligée tout ça toute seule. Tu ne peux t'en prendre qu'à toi-même. Tu ne peux t'en prendre qu'à toi-même, si ce soir encore, tu es seule.
Tu décides d'y aller quand même. De sortir même si aucun de tes amis n'est disponible. Tu approches doucement de la trentaine, et en fin de compte, ça commence à te faire bien flipper. Mais tu ne veux pas y penser ce soir. Alors tu te hâtes d'aller à un bar – au CLP, plus précisément, un bar qui a ouvert il a quelques temps. Tu veux noyer ta déprime, oublier Nathan, ne pas penser à ta petite sœur partie si loin, ni à ce bouquin, que tu as peur d'écrire, à cette angoisse de la page blanche omniprésente. Tu t'approches du comptoir, pour commander un verre d'alcool, lorsque tu remarques une jeune chanteuse sur scène. Le concert semble être commencé depuis un moment, mais tant pis : tu attrapes ton verre, et vas t'asseoir à une table pour l'écouter. Au moins, écouter un peu de musique, t'évite de te soûler à l'excès. Lorsque la jeune chanteuse a terminé de chanter, tu remarques que tu n'as même pas terminé ton verre. Elle a réussi à te changer les idées, sans même en avoir conscience. Tu ne peux pas la laisser partir comme ça, pas sans lui parler. Tu attends qu'il y ait un peu moins de monde autour d'elle, puis tu t'approches d'elle doucement. « Bonsoir, excusez-moi... » commences-tu, avec un sourire. « J'ai beaucoup aimé vous écouter chanter. Vous avez une très jolie voix. »
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.
avatar
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.

en savoir plus sur moi
∞ posts : 2575
∞ arrivé(e) le : 06/10/2014
∞ avatar : Jessica Lowndes. ♡

MessageSujet: Re: there is a light that never goes out (julia) Ven 2 Sep - 21:35


 

 
 


« There is a light that never goes out. »
Emma ღ  

 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



C’est une nouvelle soirée qu’elle passe au CLP, Julia. Elle n’est pas là pour s’amuser, ni pour retrouver des amis. Même pas pour rejoindre sa petite-amie. Elle est là pour elle, uniquement pour elle. Elle a tellement de chance de pouvoir venir chanter ici, elle en a conscience. Elle a commencé à enregistrer ses premières compositions, à se faire connaître, petit à petit. Mais elle est encore bien loin d’être célèbre, Julia. Si elle peut se produire ce soir, sur scène, c’est surtout parce que ce bar appartient à la belle-sœur d’Alexia, et parce qu’elle était là quand l’idée est arrivée dans l’esprit de toute l’équipe qui le compose aujourd’hui. Mais elle tente de mériter cette chance. Elle se donne, corps et âme. Comme elle l’a toujours fait, pour la musique. Et elle commence à s’y faire, tout doucement, la petite Julia. Elle s’habitue à cette estrade qui lui faisait si peur, quelques semaines plus tôt seulement. Elle ne serre plus son micro comme si sa vie en dépendait. Elle est bien, à l’aise. Elle prend plaisir sur scène, plus que nulle part ailleurs. Elle ne s’est jamais autant sentie à sa place en réalité que sur cette scène, face à son public. Son public, le terme lui paraît encore bien trop présomptueux pour ces fêtards qui viennent profiter d’une belle soirée sans penser réellement à la chanteuse occasionnelle du CLP. Et pourtant, elle sent que ce qu’elle fait est apprécié. C’est le plus doux des sentiments, ce bonheur pur, total que seule la musique sait lui donner. Elle chante de toute sa voix, de toute son âme. Il n’y a plus rien d’autre qui compte durant ces moments magiques. Rien d’autre que ce contact, cette relation qui se crée entre un chanteur et son public. Loï avait raison, il n’y a rien de meilleur. Et, si sa nervosité première a disparu au fil de ses prestations, cette excitation qui l’envahit, elle, est toujours là. Elle sent son cœur battre à vive allure, elle sent cette adrénaline intense à laquelle elle devient déjà accro. Les chansons passent, une à une. Sa voix se fait tantôt douce, tantôt plus passionnée. Et sur sa dernière note, elle finit par saluer son public et quitter la scène. Comme toujours, sa prestation est passée vite, bien trop vite. Elle déambule auprès des clients, tente de se frayer un chemin jusqu’au comptoir. Elle entend quelques compliments brefs mais qui lui réchauffent le cœur. Mais c’est finalement une belle jeune femme aux cheveux bruns qui l’intercepte au passage. La chanteuse lève son doux regard vers elle, un petit sourire sur les lèvres alors qu’elle la salue à son tour. – Bonsoir. Très vite, son sourire s’agrandit lorsqu’elle entend les paroles de l’inconnue. Elle la touche au plus haut point, parce que c’est bien là le plus beau compliment qu’on puisse lui faire, à Julia. – Oh, merci beaucoup ! C’est vraiment très gentil.


 


  CODAGE DE © MRS HYDE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIEILLE CROUTEd'Always Love.
avatar
VIEILLE CROUTE ∞ d'Always Love.

en savoir plus sur moi
∞ posts : 8024
∞ arrivé(e) le : 28/08/2012
∞ avatar : Scarlett Johansson

MessageSujet: Re: there is a light that never goes out (julia) Dim 4 Sep - 18:01

there is a light that never goes out
Julia & Emma
"You seem to replace your brain with your heart. You take things so hard, and then you fall apart."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Tes pas t'ont guidée jusqu'à un bar, qui a récemment ouvert ses portes à Wellington. Y'avait pas tellement d'autres endroits, où tu pouvais aller. T'avais pas envie de rester chez toi, à ne rien faire, à déprimer, à regarder la télévision, ou, en tout cas, à zapper sans arrêt. Tant pis si tu es seule, tu as choisi de sortir quand même. Tu préfères boire, boire et oublier, plutôt que rester chez toi, rester chez toi et te souvenir. C'est si simple, de choisir la facilité. Toi, qui ne t'imaginais pas si lâche ! Mais tu l'es. Tu le remontres en cet instant précis. T'as été lâche tellement de fois, dans ta vie, en fin de compte. Même avec ton ex. Quand t'as rampé à ses pieds, quand tu l'as supplié de ne pas partir, quand tu t'es écrasée par amour pour lui, c'était un peu lâche. T'avais trop peur d'être seule. T'avais l'impression de n'avoir plus personne. Tu étais prête à tous les sacrifices pour qu'il veuille encore bien de toi. Même s'il était un connard fini. Même si tu souffrais. T'as toujours eu peur de la solitude, bien plus que tu ne l'as jamais admis. Parce que quand on est seul, on déprime si aisément parfois. On se sent plus faible. Parce qu'on l'est, faible. Vulnérable. On n'est jamais aussi fort que quand on est plusieurs, ensemble.
Mais ce soir, t'as pas voulu rester lâchement chez toi – autant être lâche dehors, avec une bouteille d'alcool. Tu voulais t'amuser, te changer les idées. Ou boire, boire jusqu'à en être ivre morte. Mais non, tu ne peux pas. T'es pas alcoolique. L'alcool, t'aime ça. Mais pas à l'excès, pas tout le temps du moins. Tu finis rarement soûle, tu sais t'arrêter. Mais disons honnêtement que ce soir, tu n'étais pas sûre de finir dans un bel état.
Et puis, il y a eu cette voix. Cette voix, qui t'a détournée un instant de ton verre. Tu te sentais tellement mal, en arrivant ! Et maintenant, tout va mieux. Non, pas « tout ». Mais, toi, tu sens un peu mieux. Tu n'arrives pas à y croire. Quoique, si : la musique a toujours eu un effet positif sur toi, surtout quand ça ne va pas. Alors t'as suivi ton instinct, t'as fait ce que tu voulais faire : t'es allée voir cette chanteuse, cette fille brune d'une vingtaine d'années qui semblait avoir un don. Tu lui dis que tu trouves qu'elle a une jolie voix. Et tu le penses sincèrement. Tu as été touchée au plus profond de ton être. Cette fille ignore ce qu'elle a fait pour toi ce soir. Elle te remercie, te dit que c'est gentil. Elle a un grand sourire, et elle a l'air de l'être, elle aussi, gentille. Tu ne sais pas pourquoi, mais elle t'inspire confiance – intuition féminine, sans doute. « Ça fait longtemps, que vous chantez ici ? » tu demandes, avec curiosité. « Ou que vous chantez tout court, d'ailleurs. » Tu ne fais pas preuve d'un grand tact, en posant tes questions. Tu as toujours eu du mal, à réfréner ta curiosité. « Désolée. J'ai tendance à être trop curieuse. À cause de mon boulot, sans doute. D'ailleurs, je m'appelle Emily Newton. Mais on m'appelle Emma. » te présentes-tu soudain. Te voilà bavarde, tout à coup. Toi qui ne l'es jamais, d'ordinaire.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.
avatar
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.

en savoir plus sur moi
∞ posts : 2575
∞ arrivé(e) le : 06/10/2014
∞ avatar : Jessica Lowndes. ♡

MessageSujet: Re: there is a light that never goes out (julia) Ven 9 Sep - 22:13


 

 
 


« There is a light that never goes out. »
Emma ღ  

 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



C’est comme un rêve éveillé qu’elle vit, Julia. Un an plus tôt, elle n’y aurait jamais cru. A cette époque où, victime d’un énorme blocage, elle chantait uniquement lorsqu’elle se retrouvait seule, à l’abri des oreilles indiscrètes. Elle chantait pour elle, et ça lui suffisait. Jusqu’à ce qu’elle le rencontre, lui : Loï. C’est par hasard qu’il a entendu le son mélodieux de sa voix pour la première fois, et pourtant c’est comme s’il avait été mis sur son chemin. Il lui a donné tellement, il n’imaginera sans doute jamais à quel point. Sans lui, elle ne serait pas là, tous les soirs, à chanter face à un public. Le chemin a été long, excessivement long. Mais, aujourd’hui, elle a dépassé toutes ses craintes. Elle n’a plus peur de chanter devant une personne, une dizaine ou même une centaine. Elle l’a prouvé, une fois encore, en se produisant sur cette scène à laquelle elle commence à devenir accro. Et c’est le cœur en fête et l’esprit sur un petit nuage qu’elle finit par la quitter pour tenter de rejoindre le bar où se trouve justement son meilleur ami. Mais elle n’a pas le temps d’arriver jusqu’au comptoir. Elle se fait intercepter par une jeune femme qui vient la complimenter. Elle ne peut prétendre avoir des fans, elle ne sait même pas si elle pourra le faire un jour. Pour cela, elle doit attendre que les chansons qu’elle a composées sortent enfin. Mais elle est d’autant plus touchée lorsque des personnes qui lui sont totalement inconnues viennent la féliciter. Non pas qu’elle n’a pas confiance en ses proches. Apple, Alexia ou Celeste savent lui témoigner leur soutien, jour après jour. Mais c’est différent quand le compliment vient d’un inconnu, car elle le sait totalement désintéressé et sincère. Objectif serait peut-être plus adapté. Un beau sourire sur les lèvres, elle se fait un plaisir de lui répondre. Elle pense toutefois que la jolie inconnue va partir mais non, elle reste. Elle semble même vouloir en apprendre davantage sur elle. Mais elle s’excuse rapidement pour ses questions, lui apprenant qu’elle est sans doute trop curieuse à cause de son métier. Elle déclenche un sourire amusé de la jeune chanteuse avant de se présenter. Elle s’appelle Emily Newton. Enfin, Emma. C’est doux, c’est joli. Mais elle n’a pas à s’inquiéter, Julia ne prend pas mal ses questions, bien au contraire. Le fait qu’on s’intéresse à son talent ne peut que l’atteindre en plein cœur. – Enchantée Emma ! Je suis Julia, Julia Hawkins. Et il n’y a pas de mal, au contraire ça me fait plaisir qu’on s’intéresse à ma passion. déclare-t-elle avec légèreté mais non moins sincère pour autant. Elle a l’insouciance et l’entrain de celle qui découvre le métier, celle qui a encore l’impression d’être dans son plus beau rêve. Et c’est naturellement qu’elle engage la conversation avec la belle Emma. – Je chante ici depuis quelques semaines, et tout court depuis… Que j’ai appris à parler, je crois. avoue-t-elle d’une voix amusée. Son père était chanteur. Elle baigne dans la musique depuis sa naissance. Elle a appris à jouer de la guitare avant même d’apprendre à compter. La musique est plus qu’une passion pour elle, c’est l’essence même de celle qu’elle est. Elle n’en parle pourtant pas souvent, hormis avec son meilleur ami. C’est peut-être pour cela que, gentiment, elle finit par lui proposer. – Venez, je vous offre un verre ! Enfin si vous voulez.

 


  CODAGE DE © MRS HYDE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIEILLE CROUTEd'Always Love.
avatar
VIEILLE CROUTE ∞ d'Always Love.

en savoir plus sur moi
∞ posts : 8024
∞ arrivé(e) le : 28/08/2012
∞ avatar : Scarlett Johansson

MessageSujet: Re: there is a light that never goes out (julia) Lun 10 Oct - 20:48

there is a light that never goes out
Julia & Emma
"You seem to replace your brain with your heart. You take things so hard, and then you fall apart."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Tu ne sais pas tellement ce que tu attends de la vie, maintenant. Amanda n'est plus là, alors il n'y a plus que ton boulot qui compte. Et Raphael. Et Lucy, sa fille, ton adorable filleule. Tes parents, aussi, peut-être ? Tu ne les vois plus tellement. A quoi bon ? Tu commences à te demander si t'as pas foiré ta vie. T'as peur de les décevoir. Terriblement. C'est vrai, qu'est-ce que tu as accompli, jusqu'à présent, à part réussir à avoir une bonne place au sein du Wellington's magazine ? T'es devenue bien différente d'Amanda, au fil des années. Elle a sa famille à elle, maintenant. Sa famille, qu'elle forme avec Aaron et Dawn. Ils te manquent, même Aaron, que tu n'as jamais pu apprendre à connaître. Amanda est partie, Amanda est à Paris. Avocate, maman, un jour épouse peut-être : elle peut être fière, de ce qu'elle a fait. Toi, en tout cas, tu es fière d'elle. Et tu le seras toujours. Oui, elle te manque. Cruellement. Elle amenait un peu de douceur dans ta vie, elle trouvait toujours les mots justes. Maintenant, tu dois te contenter des sessions skype, une fois de temps en temps, quand vous n'êtes pas occupées. Oui, parce que le décalage horaire n'arrange pas les choses. Mais au moins, ça te permet de la « voir ». C'est drôle, d'avoir autant besoin de sa sœur, à vingt-neuf ans. Ou peut-être que c'est normal ? Vous étiez proches, très complices, parfois même assez fusionnelles. Son départ a été un véritable coup dur pour toi. Mais tu n'en parles jamais. Comme tu ne parles jamais de Nathan, en fait. Deux choses qui te font souffrir particulièrement, ces derniers temps. Tu ne sais pas trop comment sortir de ce cercle vicieux de la dépression, de cette période merdique qui dure depuis bien trop longtemps, et qui ne te ressemble pas. T'étais censée aimer la vie, en profiter le maximum, sans te soucier de l'avis des autres. T'as fait qu'une erreur, une seule foutue erreur. On se croirait dans les tragédies grecques, à la Oedipe Roi. Une erreur, et plus de retour possible : pas de fin heureuse pour toi, c'est la fatalité qui l'a décidé. Mais non, tu n'es pas dans la mythologie grecque. C'est la réalité, ici. T'as tes propres épreuves. Mais des fois, t'en as vraiment marre, des épreuves. T'aimerais juste être tranquille, pour de bon. Peut-être que toi aussi, il faudrait que tu partes, à l'autre bout du monde.

Mais pour la première fois depuis longtemps, comme lorsque tu avais fait cette soirée déguisements avec Raphael, tu te sens bien. Ici, ce soir. Tu es comme apaisée, depuis que tu as écouté cette jeune chanteuse. T'as tellement aimé l'écouter chanter, que t'as pas pu t'empêcher d'aller lui parler. C'est toi, ça. Aimant parler aux gens que tu ne connais pas. Tu commences à la questionner, sans doute avec une curiosité mal dissimulée. Finalement, tu t'excuses, et décides de te présenter, avant de paraître trop impolie. « Enchantée, Julia. Oh, tant mieux alors. » réponds-tu, avec un sourire. Oui, tu es intéressée par sa passion. Tu trouves qu'elle a du talent – tu n'es peut-être pas une professionnelle de la musique, mais elle a vraiment quelque chose. La dénommée Julia répond alors à tes questions. Elle t'intrigue, sans que tu ne saches tellement pourquoi. « Oh, ça fait un bon moment, alors ! C'est génial, de rencontrer des gens qui s'accrochent à leurs passions, comme vous le faîtes. C'est devenu bien trop rare, de nos jours. » réponds-tu en soupirant un peu. C'est vrai, beaucoup abandonnent leurs rêves, persuadés qu'ils ne parviendront pas à aller jusqu'au bout. C'était ton cas, entre autres. Avec l'écriture. Et puis, finalement, t'as décidé de te lancer. Il n'y a pas si longtemps, en plus. C'est peut-être l'un des rares trucs positifs qui te soient arrivés récemment. « Oh, pourquoi pas. Avec plaisir ! » dis-tu alors qu'elle te propose de t'offrir un verre. Tu retournes alors t'asseoir. « Ce doit vraiment être une superbe opportunité pour vous, de chanter dans le dernier bar en vogue. » dis-tu, un sourire aux lèvres. Tu avais beaucoup entendu parler de ce bar, puisqu'il avait ouvert récemment, mais tu n'avais encore jamais eu l'occasion d'y faire un tour, avant ce soir. Et pour ta première venue ici, tu as aussi découvert une nouvelle chanteuse, sans doute promise à un grand avenir dans la musique.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.
avatar
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.

en savoir plus sur moi
∞ posts : 2575
∞ arrivé(e) le : 06/10/2014
∞ avatar : Jessica Lowndes. ♡

MessageSujet: Re: there is a light that never goes out (julia) Ven 14 Oct - 17:59


 

 
 


« There is a light that never goes out. »
Emma ღ  

 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Il serait impossible de décrire ce que représente la musique aux yeux de Julia. Ce n’est pas seulement sa passion, cela va beaucoup plus loin. La musique l’accompagne depuis toujours, ou presque. Elle a grandi dans cet univers artistique et décalé, un peu loin des standards traditionnels. Et jamais, elle ne l’a quittée. Plus d’une fois, elle a souffert. Plus d’une fois, elle a dû subir l’abandon, le départ ou même la mort de quelqu’un qu’elle aimait. Elle sait combien les relations humaines ne tiennent qu’à un fil. Qu’il s’agisse d’amour, de famille ou d’amitié, elle sait mieux que personne combien on peut perdre quelque chose auquel on tient plus qu’à sa propre vie. Ce qui est toujours resté, envers et contre tout, c’est la musique. Elle est sa meilleure amie, sa confidente la plus précieuse, son soutien le plus fidèle. Elle s’en sert comme échappatoire lorsque la vie devient trop difficile, comme exutoire lorsque ses émotions la rattrapent. C’est ce qu’elle aime le plus au monde. Et savoir que ce qu’elle fait peut apporter une petite part de bonheur, même infime, à ceux qui l’écoutent, c’est magique. Cela lui procure une drôle de sensation, assez difficile à cerner. Un parfait mélange entre la gratitude, la fierté et l’excitation. Mais il y aussi cette impression d’accomplir quelque chose qui compte, ne serait-ce que pour quelques heures. C’est pour cette raison que l’intervention de cette jolie inconnue lui fait tant plaisir. Elle semble avoir réellement apprécié sa voix. Et, en réalité, de tous ceux qui existent, c’est le plus beau compliment qu’on puisse faire à la jeune chanteuse. L’inconnue n’en est plus vraiment une. Elle s’appelle Emma, et elle ne sait pas combien elle la rend heureuse par ses petites paroles. Affichant un sourire sur ses lèvres une fois les présentations de rigueur faites, la belle brune enchaîne la conversation avec plaisir. Cela lui fait tout drôle, d’intéresser quelqu’un. Surtout, cela lui fait tout drôle que sa musique intéresse quelqu’un. Ses compliments touchent Julia bien qu’elle sait, au fond d’elle, que le mérite ne revient pas qu’à elle. Si Loï ne l’avait pas secouée, elle ne serait jamais montée sur cette scène. Elle lui doit tout, ou presque. – A vrai dire, on m’y a beaucoup poussé ! Toute seule, je n’aurais jamais été capable de me retrouver ici. confie-t-elle sans détour. Elle ne calcule rien de ce qu’elle peut dire. Elle a l’innocence de celle qui débute dans le métier, celle qui n’a pas peur de se livrer, peut-être un peu trop. Si le monde de la musique est le sien, celui de la célébrité lui est dangereusement inconnu. Et c’est ainsi qu’avec facilité, elle invite chaleureusement son interlocutrice à boire un verre en sa compagnie. Celle-ci accepte, et les voilà bientôt assises l’une en face de l’autre. Aux propos d’Emma, la jeune femme hoche la tête avec enthousiasme. – Oui, ça l’est ! J’ai encore parfois l’impression de rêver. déclare-t-elle avec sincérité. Même si elle chante ici depuis plusieurs semaines maintenant, une partie d’elle ne se rend toujours pas compte qu’elle est vraiment devenue une chanteuse. A vingt-six ans, son plus grand rêve s’est réalisé. Ne lui manque plus qu’à percer au sein d’un public plus large. Peut-être y parviendra-t-elle lorsque son album sortira dans les bacs, elle veut y croire. Mais même si cela ne fonctionne pas, elle sera comblée. Chanter, qu’importe la taille de son public, c’est tout ce qu’elle demande. – C’est la première fois que je me produis sur scène, c’était un peu effrayant au début… Mais j’adore ça. On en devient vite accro. avoue-t-elle en levant un instant le regard vers la scène. C’est maintenant le D.J qui se retrouve aux platines pour la remplacer. L’ambiance n’est pas la même, mais le public semble tout autant apprécier de se défouler sur la piste de danse. Elle aime l’atmosphère qui se dégage du CLP, elle est plus hétéroclite que celle des autres bars en général. Mais elle n’est peut-être pas totalement objective, elle connait toute l’équipe qui le compose. Alors qu’une serveuse vient prendre les commandes, Julia lui demande un Mojito fraise et laisse sa nouvelle connaissance commander à son tour avant qu’elles ne se retrouvent à nouveau seules. – Alors, vous m’avez dit que votre curiosité s’expliquait par votre métier. Vous êtes journaliste, peut-être ? demande finalement la petite brune avec un petit sourire sur le visage, quelque peu intriguée par cette femme.

 


  CODAGE DE © MRS HYDE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIEILLE CROUTEd'Always Love.
avatar
VIEILLE CROUTE ∞ d'Always Love.

en savoir plus sur moi
∞ posts : 8024
∞ arrivé(e) le : 28/08/2012
∞ avatar : Scarlett Johansson

MessageSujet: Re: there is a light that never goes out (julia) Lun 24 Oct - 21:05

there is a light that never goes out
Julia & Emma
"You seem to replace your brain with your heart. You take things so hard, and then you fall apart."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Ta vie n'est devenue qu'un éternel recommencement. Tes journées sont seulement rythmées par le travail, les repas de temps en temps, et le sommeil. L'essentiel. Parfois, tu lis. Parfois, tu écris. Parfois, tu sors. Mais c'est devenu plus rare. Plus rare qu'avant, plus rare qu'avant ta fausse couche, plus rare qu'avant Nathan. Mais tu sors toujours. Mais tu as quand même tendance à privilégier l'écriture. Alors, voilà comment sont rythmées tes journées, en réalité : tu écris, tout le temps.Tu écris au travail, pour des articles. Parfois, tu sors pour trouver la matière nécessaire à tes articles. Mais le plus clair de ton temps, tu le passes à écrire. Et quand tu rentres, tu écris encore. Quand tu en trouves l'envie, quand tu te sens bien. Ce soir, tu n'avais pas envie d'écrire. Tu voulais sortir, sortir avec des amis, t'amuser, t'aérer l'esprit, bouger, te sentir vivre, te sentir jeune, te sentir toi. T'as trouvé personne. Mais t'es sortie quand même. Généralement, les soirées se terminent toujours de la même façon : chez un inconnu. Mais ça dépend de ton humeur, ça aussi. Plus tu te sens mal, plus il y a de chances que tu ne rentres pas chez toi, étrangement. Peut-être que ce soir encore, tu aurais pu te trouver un autre amant d'une nuit ; t'étais pas forcément dans un très bon état en arrivant. Mais ce n'était que le début de la soirée. Ça avait le temps de changer. Ça a changé.
Et Julie ne le sait pas, elle ne peut pas le savoir. Elle ne te connaît pas, tu ne la connais pas. Mais quelque chose en elle, te donne envie de la connaître. Elle paraît gentille, elle semble intéressante. Tu es curieuse, tu ne t'en es jamais cachée. Pour toi, la curiosité est autant un défaut qu'une qualité. Tu aimes rencontrer des gens, tu aimes parler avec eux. C'est quelque chose que tu ne peux pas expliquer, ça a toujours été ainsi. C'est peut-être bien ce qui t'a donnée envie d'être journaliste, même si c'est loin d'être la seule raison qui a motivé ton choix. « Ce doit être difficile de se lancer, aussi. Mais si vous en êtes là, c'est quand même grâce à votre voix. » réponds-tu à Julia, un sourire aux lèvres. Quel âge doit-elle avoir ? Elle ne doit pas être beaucoup plus jeune que toi. Vingt-quatre, vingt-cinq ans, peut-être ? Quelque chose comme Amanda, sans doute. Amanda. Et dire que tu ne pourras plus lui souhaiter son anniversaire que par sms, à présent.

Julia t'a proposé de t'offrir un verre, et tu as accepté. Tu ne t'y attendais pas vraiment, mais pourquoi pas. Au moins, ça t'évitera de faire des bêtises en étant seule. Tu ris doucement, en écoutant les propos de la jeune brune. Tu comprends aisément le sentiment qu'elle décrit. Ça fait tellement longtemps, que ça ne t'est pas arrivée, à toi. Mais bref. Elle est plutôt chanceuse, de pouvoir chanter dans ce bar, récemment ouvert. Mais tu ne doutes pas qu'elle l'a mérité. Parce qu'encore une fois, tu la trouves talentueuse. Vraiment. Tu l'écoutes toujours, sincèrement intéressée par son histoire. Parce que tu es quelqu'un, qui s'intéresse aux gens. Mais qui ne le montre pas forcément, selon les gens en question. « Je vois... la peur est la meilleure des drogues, d'une certaine manière, je trouve. Le mélange avec la passion du chant, doit être... génial. Enivrant. » réponds-tu, sourire aux lèvres, limite un peu rêveuse. Ça fait longtemps, que tu n'as pas ressenti ce genre de choses. L'adrénaline. Il n'y a rien de plus exaltant. À tes yeux, du moins.
La brune commande un mojito fraise. Tu t'apprêtes à demander quelque chose d'alcoolisé, mais change d'avis, pour commander plutôt une boisson gazeuse. Tu es plutôt raisonnable d'habitude, mais tu as encore en tête ce qu'il s'est passé la dernière fois que tu as vu Nathan. Il ne faudrait pas que ça recommence, sait-on jamais. La question de Julia te prend un peu au dépourvu. « Oui, c'est ça. » dis-tu en acquiesçant. « Je ne sais pas si ça explique ma curiosité, mais en tout cas... on ne peut pas dire que ça l'a calmée. » ajoutes-tu, en te mettant à rire un peu. « Et vous, vous faîtes autre chose, en dehors du chant ? » Curiosité prouvée, une fois encore.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.
avatar
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.

en savoir plus sur moi
∞ posts : 2575
∞ arrivé(e) le : 06/10/2014
∞ avatar : Jessica Lowndes. ♡

MessageSujet: Re: there is a light that never goes out (julia) Jeu 10 Nov - 13:27


 

 
 


« There is a light that never goes out. »
Emma ღ  

 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Il y a plusieurs sortes d’artistes qu’on peut différencier. Il y a ceux qui ont simplement besoin de le vivre, de le ressentir, de le retranscrire. Ce sont les plus passionnés, dit-on. Leur art leur suffit, et le reste leur importe peu. C’est dans cet état d’esprit qu’a grandi la petite Julia. Son père, paix à son âme, était un chanteur talentueux et rêveur. Il aimait chanter, il aimait se donner au public. Mais il n’a jamais tenté de devenir véritablement célèbre. Pas d’agent, pas de maison disque, il se rendait là où on l’appelait sans s’en préoccuper aucunement. Il vivait pour la musique, et non par la musique. C’est ce qu’il lui a enseigné, ce qu’elle a retenu. S’ajoute à cette façon de penser cette peur qui l’a longtemps paralysée, Julia. Qu’il s’agisse de ses parents, de son premier amour ou de cette autre Emma qui a su la prendre sous son aile lorsqu’elle s’est retrouvée sans rien, tous ceux qui l’ont entendue chanter ont fini par sortir de sa vie, d’une façon ou d’une autre. Peu à peu, elle a vu son don le plus précieux comme une malédiction. Elle s’est sentie incapable de chanter face à quelqu’un durant si longtemps. Et finalement, c’est ce garçon aux allures de rebelle qui l’a écoutée à son insu. C’est lui qui lui a donné le courage de surmonter cette peur et se rendre compte qu’au fond, la seule chose qui l’effrayait, c’était le succès. On en revient à cette division entre ceux qui vivent pour la musique, et ceux qui vivent par la musique. Est-elle réellement prête à passer de l’autre côté ? Est-elle capable de devenir une chanteuse populaire, de tenir compte des envies des potentiels fans qu’elle obtiendra plutôt que de suivre simplement ses envies et ses inspirations ? Pourra-t-elle rester fidèle à sa musique ? Ce sont là des questions qui lui ont fait peur, longtemps. Et qui lui font sans doute encore un peu peur, alors qu’elle s’apprête à se lancer dans sa première tournée, aussi courte soit-elle, pour se faire connaitre. Mais la musique, elle ne l’a jamais autant ressentie que lorsqu’elle l’offre à son public. C’est lui qui la rend si vivante, si intense. Elle communique sa passion, elle partage ce qu’elle a de plus précieux. Et c’est électrisant, c’est incomparable à tout ce qu’elle a connu d’autre. Cela lui paraît encore si difficile à croire, et pourtant, la gentille Emma n’a pas tout à fait tort. Sans sa voix, elle n’en serait pas là. Elle va devoir apprendre à avoir confiance en elle. Mais elle est encore rougissante face aux compliments. Ils sont si rares, ceux qui prennent le temps de l’encourager comme le fait cette jeune femme en ce moment même. – Merci beaucoup. se contente-t-elle de répondre, timidement mais avec surtout beaucoup de reconnaissance. Et finalement, elle lui en est tellement reconnaissante qu’elle a envie de l’inviter à boire quelque chose. Elles se retrouvent ensemble, et la discussion se poursuit. Avec transparence, elle confie ses états d’âme à son interlocutrice. Elle n’est pourtant pas de ceux qui aiment parler d’eux, Julia. Elle préfère écouter, souvent. Mais Emma a quelque chose de différent. Elle semble être attentive, intéressée. Attentionnée aussi. Elle a l’air d’être une bonne confidente, du genre de celle à laquelle on a envie de parler lorsqu’on n’a envie de parler à personne. Une confidente, un rôle que la jeune artiste n’a encore osé confier à personne, jusqu’à ce soir. Et la belle femme qui lui fait face semble aussi particulièrement comprendre ce qu’elle ressent. Comme si elle connait cette sensation, ou comme si elle l’a connue, peut-être. Elle lui paraît mystérieuse, ce qui donne envie à la chanteuse de la connaitre davantage. – C’est exactement ça. Ça donne la sensation de se sentir vivant. avoue-t-elle sans détour, elle qui trop souvent eu l’impression de se contenter d’exister sans vivre pleinement. Leurs commandes effectuées, elle décide de lancer la conversation sur son interlocutrice, ne voulant pas risquer de l’ennuyer en parlant un peu trop d’elle, de sa passion. Un sourire se dessine sur les lèvres de la petite brune quand son intuition est confirmée. Emma est bien journaliste. Elle provoque un petit rire de la jeune Hawkins qui avoue rapidement. – Je peux être très curieuse aussi. Elle ne l’est pas toujours, pas avec n’importe qui. Et peut-être un peu moins que sa nouvelle amie qui lui pose une nouvelle question. Un sourire en coin sur les lèvres, Julia lui répond. – Je suis photographe à l’origine. J’essaye de continuer pour le moment mais avec… Tout ça… Elle fait un geste vers la scène du bar tout en poursuivant. – Je pense me consacrer à la musique maintenant.

 


  CODAGE DE © MRS HYDE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIEILLE CROUTEd'Always Love.
avatar
VIEILLE CROUTE ∞ d'Always Love.

en savoir plus sur moi
∞ posts : 8024
∞ arrivé(e) le : 28/08/2012
∞ avatar : Scarlett Johansson

MessageSujet: Re: there is a light that never goes out (julia) Dim 20 Nov - 19:15

there is a light that never goes out
Julia & Emma
"You seem to replace your brain with your heart. You take things so hard, and then you fall apart."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Toi, le chant, t'es pas vraiment douée pour ça. C'est pas que tu chantes faux, ou quoi. Ça va plutôt, en général. Mais ça pourrait être mieux. Mais tu t'en fiches. Parce que toi, quand tu chantes, c'est seulement quand tu es seule, dans ta voiture, ou dans ton appart'. Tu chantes quand la musique est forte, trop forte, pour laisser entendre ta voix. Ça te défoule, ça te fait du bien, c'est le plus important. De toute façon, le chant est difficile, tu peux aisément l'imaginer. C'est pour ça que tu es assez admirative de cette fille, cette Julia, que tu viens de rencontrer. Elle a du talent, et elle a eu le courage de monter sur scène, de saisir la chance qui s'offrait à elle. Parce qu'il faut avoir du courage, pour décider de chanter devant une foule d'inconnus. Il faut avoir une certaine confiance en soi, ou du moins, essayer. Ça fait peur, mais ce qui fait peur est aussi parfois très agréable. Tu ne la connais que depuis cinq minutes – et encore, « connaître » est un grand mot –, mais elle te paraît automatiquement forte. Parce qu'elle a trouvé la force de faire ce qu'elle aime. Ce n'est pas donné à tout le monde. Combien de gens laissent tomber leurs rêves, par peur de l'échec, par flemme, ou par lâcheté ? Elle a su monter sur scène, et rien que pour moi, tu la respectes et l'estimes déjà énormément.
Alors vous parlez de chant, même si tu n'en connais pas un rayon sur le sujet. Tu n'as jamais joué d'instrument, et pourtant, Dieu seul sait à quel point tu aurais adoré apprendre un, ne serait-ce que le piano. Alors pour toi, la musique, tu te contentes de l'écouter. D'écouter des groupes plus ou moins célèbres, des chanteurs avec plein de groupie, ou au contraire, des chanteuses moins connues, mais qui mériteraient de l'être. Comme Julia. Peut-être que ça viendra, pour elle. Surtout si elle débute. T'as déjà foi en elle. « Je vois. » réponds-tu, toujours un peu avec cet air rêveur, un peu ailleurs. « Alors je suis ravie pour vous, que vous puissez faire ça. » On ne peut pas faire plus sincère. Combien de gens sont enfermés dans une routine interminable ? Combien de gens se sentent mal dans leur peau ? Combien de gens s'ennuient, dépriment, ne se sentent pas vivants ? « C'est vrai ? Ça nous fait un point commun. Et pas des moindres. » dis-tu en te mettant à rire doucement. « Mais c'est bien, des fois, la curiosité. » C'est vrai. Ça permet de faire des rencontres intéressantes, parfois surprenantes. Si tu n'avais pas été curieuse, aurais-tu été parler à Julia ? Tu en doutes fortement. « Oh, mais c'est génial ! Vous avez déjà exposé, par le plus grand des hasards ? Figurez-vous que je m'intéresse beaucoup à la photographie. » Et ton superbe appareil photo amateur attend d'ailleurs depuis des lustres d'être utilisé. Ça fait trop longtemps que tu l'as mis de côté, ce que tu regrettes amèrement. « Et ça se comprend totalement, j'imagine que ce n'est pas facile de gérer les deux. » réponds-tu avant de boire quelques gorgées de ta boisson gazeuse. « Vous avez des projets, pour la suite ? » demandes-tu alors, en la regardant, toujours avec un vif intérêt. « Oh et surtout, si je suis trop indiscrète... n'hésitez pas à me le dire. Je ne sais pas toujours me contrôler. » dis-tu, un peu gênée soudain, chose rare. Pour une fois, tu as peur de déranger. Parce que, pour une raison qui t'est inconnue, tu as envie qu'elle t'apprécie. T'es peut-être en manque d'amis. Peut-être que tu te sens trop seule. Ou peut-être, tout simplement, que vous avez des atomes crochus, et que vous êtes faites pour être amies.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.
avatar
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.

en savoir plus sur moi
∞ posts : 2575
∞ arrivé(e) le : 06/10/2014
∞ avatar : Jessica Lowndes. ♡

MessageSujet: Re: there is a light that never goes out (julia) Ven 25 Nov - 18:25


 

 
 


« There is a light that never goes out. »
Emma ღ  

 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Elle la trouve touchante, cette inconnue. Elle ne sait d’elle rien d’autre que son prénom, Emma. Ce beau prénom qu’elle connait si bien, celui d’une époque à la fois douce et amère, une époque aujourd’hui révolue. Sans le savoir, la jeune femme la ramène des années en arrière lorsqu’elle n’avait rien d’autre qu’elle, Emma. C’est peut-être idiot, peut-être enfantin. Mais c’est l’une des choses qui la met tout de suite à l’aise avec elle. Pourtant, il n’y a pas seulement son prénom. Il y a surtout elle, tout bonnement. Son regard. Elle a cet air si rêveur alors qu’elles parlent de la passion de la chanteuse, mais aussi presque, un peu, impressionné dans les yeux. Elle l’intimide d’ailleurs, cette Emma. Elle lui donne la sensation d’être quelqu’un qu’on peut admirer alors que… Alors qu’elle est juste elle, Julia Hawkins, une fille aussi banale que toutes les autres. Elle n’a pas l’impression de mériter réellement d’éloges. Si elle en est là aujourd’hui, c’est grâce à son meilleur ami. Sans lui, elle sait qu’elle n’aurait jamais osé chanter devant tout un public comme elle le fait si aisément tous les soirs désormais. Même devant une seule personne, en fait, elle en était simplement incapable. Si, un jour, sa carrière décolle véritablement à un échelon plus important, la jeune chanteuse n’a nul doute sur le fait qu’elle le devra principalement à Loï. Elle, elle n’a eu que le talent. C’est lui qui a eu la force de s’en servir. Même si, peu à peu, elle a la sensation de prendre son envol, Julia. Elle s’émancipe de tous ses doutes, ses craintes et ses interrogations. Elle trouve le courage de le dire et l’affirmer, elle est devenue une chanteuse. Une artiste. Son regard scrute la jolie Emma, discrètement. Elle la voit ailleurs, alors elle se demande avec curiosité ce qu’elle pense à cet instant précis. Mais elle n’ose pas lui demander. A la place, elle lui offre un doux sourire en guise de réponse. Et finalement, elles se rendent compte qu’elles ont un trait de caractère en commun. Les paroles de son interlocutrice déclenchent un petit rire de la part de Julia même si elle est plutôt d’accord avec elle. La curiosité, au fond, n’est-elle pas simplement une forme d’intérêt ? – C’est vrai ! Sinon, on ne se serait peut-être pas parlé, ce soir. confirme la petite brune avec entrain. En effet, la jeune femme aurait pu se contenter d’apprécier sa musique sans chercher à la connaître, elle. Elle ne l’a pas fait, et la chanteuse en est heureuse. Elle ressent quelque chose d’étrange, elle ne sait pas exactement quoi. L’impression qu’elles peuvent véritablement s’entendre, toutes les deux. Elle n’a pas tant d’amis que cela, Julia. Elle est pourtant sociable et chaleureuse, tout du moins elle pense l’être suffisamment. Mais c’est comme s’il y avait toujours cette barrière qu’elle n’arrive pas à ôter avec les autres. Avec Emma, cette barrière semble inexistante. La preuve étant qu’elle parvient avec une facilité étonnante à répondre à ses questions, à parler d’elle, elle qui le fait si rarement. Souriant face à l’enthousiasme de la journaliste, son sourire s’agrandit lorsqu’elle apprend qu’elle est passionnée de photographie. Cela leur fait un nouveau point commun. – Oh, c’est génial ! C’est une belle forme d’art également, je trouve. commente-t-elle d’abord, en pensant à son premier amour durant quelques secondes, celui qui lui a tout appris de cet univers. Et finalement, elle répond à l’interrogation de la belle. – Je n’ai jamais exposé, je suis photographe indépendante, alors vous avez peut-être vu certaines de mes photos dans des magazines, ou le journal de la ville. A vrai dire, elle n’a jamais pensé à exposer. Comme elle n’avait jamais pensé à monter sur scène pour chanter. Elle est de ceux qu’il faut pousser à réaliser leurs rêves, Julia. Elle a toujours été si seule, au fond. Sans parent depuis l’âge de seize ans, sans famille pendant longtemps, elle n’a eu personne pour lui donner cette force, personne pour la guider dans ses choix de vie. Peut-être s’en serait-elle mieux sortie si elle n’avait pas pensé tout au long de sa vie être fille unique, si elle avait eu un grand frère, une grande sœur. Elle a retrouvé son demi-frère récemment, et elle apprend tout juste ce que c’est. Et, elle ne le sait pas encore, mais la rencontre qu’elle est en train de faire risque de lui apporter ce petit quelque chose, celui qui manque tant à sa vie. Un peu songeuse, elle boit quelques gorgées de son cocktail avant de répondre. – J’ai l’impression que, lorsque je me plonge dans la musique totalement, j’ai moins de place pour le reste. C’est… Encore un peu difficile à gérer, je dois l’avouer. Un petit sourire sur les lèvres, il laisse place à un rire franc aux propos suivants d’Emma. Elle ne la dérange pas, au contraire elle la trouve adorable de s’intéresser autant à elle. – Il n’y a pas de souci, au contraire ! Ça m’entraîne pour mes potentielles futures interviews comme ça ! affirme-t-elle à la journaliste avec humour, avant de reprendre rapidement. – J’ai enregistré quelques-unes de mes compositions, et je pars faire une petite tournée dans quelques jours... Pour voir si ça peut plaire à un public un peu plus large. J’appréhende un peu. Elle rit avec un petit embarras. C’est tellement nouveau pour elle, tout ça. Elle a encore du mal à réaliser tout ce qui lui arrive, Julia.

 


  CODAGE DE © MRS HYDE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

there is a light that never goes out (julia)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always love ::  :: archives rp.-