AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 and the more i drink the more i think about you (nathan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: and the more i drink the more i think about you (nathan) Ven 28 Oct - 21:23

and the more i drink the more i think about you
“You're gone and I gotta stay high all the time to keep you off my mind, ooh-ooh, ooh-ooh, high all the time to keep you off my mind, ooh-ooh, ooh-ooh. Spend my days locked in a haze trying to forget you babe, I fall back down, gotta stay high all my life to forget I'm missing you.”
B
am, la porte claque, après que tu l'aies fermée un peu violemment. Tu n'es pas forcément pressée de rentrer, et tu n'as rien de prévu en particulier après, t'es juste un peu dans la lune, alors tu n'as pas prêté grande attention à ta pauvre porte d'entrée, tant martyrisée. Tu as l'impression que ta vie est devenue une routine sans fin ; tu ne fais que travailler, écrire, sortir, dormir. Tout le temps. Est-ce que ça te convient ? Tu sais pas trop. Tu fais avec. T'as pas tellement d'autres choix dans l'immédiat. T'attends peut-être que quelque chose change. Ou t'attends de voir, ce qu'il se passe. Mais quoi ? Il te manque. Terriblement. Tu en as marre de penser à lui tout le temps. Il t'obsède nuit et jour. Il te hante au travail, te poursuit même quand tu es dans les bras d'un autre, un autre qui ne compte pas, qui ne comptera jamais autant que lui. Il est toujours là. Et pourtant, ça fait longtemps que c'est fini. Plus d'un an et demi. Tu passes pas à autre chose. Tu n'y arrives pas. Ou tu ne le veux pas. Encore moins depuis cette dernière soirée, où tu lui as en quelque sorte tout avoué. En réalité, tu ne t'en rappelles pas tellement. Tu sais juste que tu as eu la merveilleuse idée de te rendre ivre sous ses yeux. Quelle honte. Tu devais être tellement pitoyable. Tu n'aimes pas y repenser. Autre chose dont tu te souviens ? Qu'il t'a ramenée chez toi. Par pitié, sans doute. Tu te rappelles vaguement lui avoir dit quelque chose à propos de ta grossesse. Mais est-ce que tu lui as tout dit ? Tu ne sais même plus, ou peut-être que tu ne veux tout simplement pas te rappeler. Argh, il est toujours là, encore maintenant. Il faut que tu fasses quelque chose pour l'oublier, à tout prix. Peut-être qu'il faudrait que tu partes, vraiment. Ce n'est pas la première fois que tu y penses. Mais tu rejettes toujours cette idée. Wellington est ta maison, tu ne peux pas quitter tes amis, ta famille. Tes derniers piliers. Mais tu as de plus en plus l'impression, que si tu ne l'oublie pas, tu ne seras jamais bien.
Ton voyage à Hawaï avec Temperance t'a permis d'oublier un temps les problèmes. Mais sitôt de retour à Wellington, ils sont revenus. En réalité, tu as eu l'impression de penser plus encore à Nathan là-bas, peut-être parce que tu n'avais jamais été aussi loin de lui. Mais non, il fallait définitivement que tu arrêtes de penser à lui tout le temps, dès que tu faisais quelque chose. Ce n'était pas sain. Comme ton obstination à ne pas voir tes sentiments pour lui. Quand admettras-tu que tu l'aimes ? Pas besoin d'être hyper intelligente pour le voir. Parce que si tu ne l'aimais pas, alors pourquoi penserais-tu aussi souvent à lui ?
Ce soir encore, c'est pareil. Quand tu regardes la télévision, quand tu prépares ton dîner, quand tu donnes à manger à ton chat, quand tu lis, il est toujours là. Tu vas sortir. T'as besoin de prendre l'air. Ton esprit aussi. Tu veux juste marcher un peu. Pas d'excès ce soir. Tu n'as pas la tête à séduire, même si tu ne l'as pratiquement jamais, en réalité. Plus depuis... Toujours la même raison. Alors, tu vas te contenter d'aller marcher un peu. En passant devant le miroir, pour aller chercher ton manteau, tu observes un instant tes cheveux roux. Tu pensais leur laisser retrouver leur blondeur d'origine, mais tu as décidé de les teindre à nouveau en roux. Ça ne te va pas trop mal. Amanda le pensait aussi. C'est drôle, elle aussi avait fait quelque chose à ses cheveux, après que son ex l'ait larguée. Ça doit être un truc de Newton. Comme si les cheveux étaient représentatifs de vos histoires amoureuses.
Tu enfiles ton long manteau, et tes bottes. Et tu te diriges vers la porte d'entrée, ton sac sur l'épaule. Tu ouvres la porte. Et tu le vois. Ton cœur fait un bond, immédiat. Tu fais demi-tour. Tu claques la porte, encore. C'était peut-être une illusion. Peut-être que tu l'as imaginé. Non, c'était lui, tu en es sûre. Parce que tu le reconnaîtras toujours. Parce que c'est Nathan.
Tu te poses contre la porte, lui tournant le dos. Et lentement, tu te laisses glisser jusqu'au sol. Tu passes tes mains sur ton visage. Oh, non. Nathan est là.
© Mister Hyde
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: and the more i drink the more i think about you (nathan) Dim 27 Nov - 13:53

and the more i drink the more i think about you
“You're gone and I gotta stay high all the time to keep you off my mind, ooh-ooh, ooh-ooh, high all the time to keep you off my mind, ooh-ooh, ooh-ooh. Spend my days locked in a haze trying to forget you babe, I fall back down, gotta stay high all my life to forget I'm missing you.”
T
u as appris qu’elle était partie en voyage à l’étranger. Tu avais cherché à savoir pourquoi tu ne l’avais pas revue après cette fameuse soirée. Parce que, suite à cette soirée, il avait été clair dans ton esprit qu’une conversation devait avoir lieu entre Emma et toi. Elle t’avait plus ou moins avoué qu’elle avait été enceinte ce soir-là. Ce soir-là justement, après l’avoir déposée chez elle, tu étais rentré chez toi et tu n’avais fait que penser à cette nouvelle. Le choc avait eu raison de toi. Tu avais remercié le ciel que Clarke était sortie avec des amies d’ailleurs. Tu avais pu enfuir ta tête dans l’oreille et hurler. Les jours suivants, tu avais pris sur toi. Tu avais encaissé. Tu avais même cherché des excuses à Emma. Et, d’un autre côté, tu ne pouvais t’empêcher de lui en vouloir. Certains t’auraient dit que tu n’étais pas à sa place, que jamais tu ne pourrais comprendre ce qui était passé dans sa tête. Vrai. Mais tout de même … Tu aurais du être mis au courant plus tôt, désolée. Ton point de vue ne pouvait changer à ce niveau-là. Tu pouvais juste remercier l’alcool. Grace à lui, tu en avais plus appris en une soirée qu’en des semaines. C’était le seul mérite de l’alcool pour toi dans tout cela. Aujourd’hui, tu retournes une nouvelle fois chez elle dans l’espoir de la voir, de pouvoir lui parler. Tu t’éloignes encore plus de Clarke ces derniers temps. Souvent partie pour son travail et toi, tu ne lui avais encore rien dit. Comme toujours. A mesure que tu approches du lieu d’habitation d’Emma, tu te demandes si c’est une bonne idée. Ne faut-il pas mieux la laisser venir vers toi ? Tu ne sais même pas si elle fera le premier pas. Tu en doutes largement pour dire la vérité. Une fois devant sa porte, tu hésites encore une fois. Tu prends une grande inspiration. Un peu de courage bon sang ! Elle ne va pas te manger. Tu lèves le poing pour frapper à la porte mais, subitement, celle-ci s’ouvre. Tu as juste le temps d’apercevoir Emma, long manteau et bottes avant que la porte ne se referme d’un coup. Tu réalises bien vite qu’elle vient de te fermer la porte au nez. Ce n’est pas un courant d’air. C’est juste Emma qui a fermé la porte. Juste sous ton nez. Ca commence bien, c’est le moins qu’on puisse dire. Tu soupires longuement avant de frapper à la porte. « Emma, ouvre cette porte s’il te plait. » annonces-tu d’une voix calme. Tu n’as pas envie de crier, inutile que les voisins viennent s’en mêler et jouer les oreilles indiscrètes. Tu n’as pas besoin de ça et Emma non plus. « Il faut qu’on parle. Du moins, que je te parle. » Elle aussi elle doit te parler. Elle n’est plus saoule, tout sera plus clair. « Je ne compte pas partir d’ici avant qu’on ait eu cette discussion, je te préviens. Tout cela a assez duré. Autant en parler une bonne fois pour toutes comme on arrache un sparadrap. » Tu pousses un léger soupir et croises les doigts mentalement pour qu’elle t’ouvre la porte.
©️ Mister Hyde


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: and the more i drink the more i think about you (nathan) Ven 16 Déc - 21:28

and the more i drink the more i think about you
“You're gone and I gotta stay high all the time to keep you off my mind, ooh-ooh, ooh-ooh, high all the time to keep you off my mind, ooh-ooh, ooh-ooh. Spend my days locked in a haze trying to forget you babe, I fall back down, gotta stay high all my life to forget I'm missing you.”
T
u te demandes à quel moment tu es devenue lâche. À quel moment tu as commencé à fuir. Ça ne te ressemblait pas, pourtant. Avant. On te voyait comme la femme sûre d'elle et forte, celle qui semblait ne craindre personne. Mais il est à présent évident que tu fuis Nathan. Du moins, cela dépend. Tu es pleine de contradictions. Un coup tu le fuis, un coup tu le cherches. Tu l'évitais lorsque tu étais enceinte, et même encore après ta fausse-couche, parce que tu avais trop peur. Trop peur de quoi ? Qu'il te laisse tomber ? Qu'il te demande d'avorter ? Qu'il mette toute la faute sur ton dos ? Tu as pensé à toutes ces possibilités des milliers de fois, et c'est sans doute pour cela que tu as préféré te taire, le fuir, l'oublier. Et puis, tu as perdu ce petit être qui grandissait en toi. D'une certaine manière, c'était sans doute mieux ainsi. Au moins, tu n'étais pas obligée de lui dire. Même si tu aurais dû. Parce que ça le concernait, parce qu'il était le père, parce qu'il était en droit de savoir, parce qu'il devait savoir. Mais t'as tout gardé pour toi. [i]Lâchement[i]. Fuir les problèmes, c'était bien plus simple que de les affronter. Ta confiance en toi avait été ébranlée par la perte de ce bébé qui n'en était même pas encore un. Et maintenant, voilà où tu en es. Fuyant toujours. Fuyant parce que tu es incapable d'assumer tes actes. Mais pour ce coup-ci, Nathan semble déterminé à obtenir des réponses. Il ne paraît pas vouloir te laisser tranquille de sitôt.
Tu l'écoutes te dire d'ouvrir la porte. Tu ne réponds pas, tu fais la morte. Tu ne veux pas lui ouvrir. Tu ne veux pas lui parler. Ou plutôt, si, mais tu préfères ne pas le faire. Tu crains que ce ne soit pas bon pour ta santé mentale. Et puis, vu ta tendance à être plutôt faible ces temps-ci, tu ne voudrais pas éclater en sanglots devant lui. Tu t'es déjà suffisamment humiliée devant lui.
Alors tu ne réponds pas. Mais Nathan continue, insiste, ne baisse pas les bras. « Et moi, si je ne veux pas parler ? » oses-tu finalement, de l'autre côté de la porte. « Je pourrais appeler la police, et porter plainte pour harcèlement. » Mais tu ne le ferais pas, il doit le savoir pertinemment. T'essaie juste de retrouver un peu contenance. Mais tu es lâche, encore une fois, puisque tu n'oses toujours pas ouvrir la porte. « Je n'ai rien à te dire. » Mensonge. Peut-être que si tu avais ouvert la porte, tu paraîtrais plus crédible. Mais de toute façon, dans tous les cas, tu ne l'es pas. Tu fuis Nathan depuis des mois, à cause de ces sentiments qui ne cessent d'accroître, à cause de ta grossesse, à cause de la fausse-couche. Tu le fuis parce qu'il te rend faible. Sentiment que tu as toujours détesté, mais qui semble te poursuivre.
© Mister Hyde
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: and the more i drink the more i think about you (nathan) Dim 19 Fév - 21:30

and the more i drink the more i think about you
“You're gone and I gotta stay high all the time to keep you off my mind, ooh-ooh, ooh-ooh, high all the time to keep you off my mind, ooh-ooh, ooh-ooh. Spend my days locked in a haze trying to forget you babe, I fall back down, gotta stay high all my life to forget I'm missing you.”
T
u out cela, tout ce que tu venais d'apprendre, jamais tu n'aurais penser que cela puisse t'arriver. Toi, tu as une femme aimante, que tu aimes aussi. Du moins, normalement bien que tu l'as trompée avec Emma. Mais Emma, il ne se passe plus rien avec elle. Pas depuis qu'elle t'évite. Pourtant, tu l'as croisée plus d'une fois la journaliste. Dans un ascenseur et puis dans un bar. A différents degrés, tu as été marqué par ces deux rencontres. Mais celle du bar... Ah celle-là, tu t'en souviens parfaitement. Tu te souviens des mots qu'Emma a dit. Tu te souviens de ce qu'elle a laissé sous-entendre. Enceinte elle avait été. Et toi, tu n'en avais rien su. Sans doute avait-elle commencé à t'ignorer à l'annonce de la grossesse. Mais enceinte, elle n'est plus. Tu te doutes que tout cela a du la chambouler au plus haut point. Mais tu as un droit de regard là-dessus. Tu as le droit d'en apprendre plus sur cette grossesse. Surtout que, jusqu'à preuve du contraire, c'était toi le père. Si elle ne l'avait pas perdu ... Mon dieu. Tu aurais été un futur papa. Tu aurais été un père. Toi qui refusais d'avoir un enfant avec Arlo car manque de temps et autres excuses. Emma qui elle, commence à parler d'appel à la police, d'harcèlement. Non mais franchement ! Tu crois rêver. Quelque chose te dit qu'elle bluffe, que jamais elle ne te fera un coup pareil mais après cette histoire de grossesse non avouée avant un certain temps... Peux-tu encore en être si certain ? Le doute est bien de mise. « C'est ridicule Emma ! Tu te comportes comme une gamine! » vocifères-tu depuis l'autre côté de la porte. Au diable les voisins s'ils t'entendent. Tu n'en as que faire. Tout ce que tu veux, c'est qu'elle t'ouvre cette saleté de porte. « Je sais que tu dois être des plus tristes de voir cet événement revenir sur le devant, désolé de t'y faire repenser mais tu ne me laisses pas le choix. Je te rappelle que j'ai appris ça comme un cheveux dans la soupe dans un bar. Tu étais ivre. Alors oui, je compose avec ce que j'ai. » Tu soupires, las. « Je ne sais plus quoi dire Emma. Je ne peux t'obliger à ouvrir cette porte. Je ne peux te promettre que tu iras mieux si on a une discussion en face à face mais... Tu dois essayer, ça ne coûte rien. Et j'ai le droit de savoir. » Savoir en détails ce qu'il s'était passé.

© Mister Hyde
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: and the more i drink the more i think about you (nathan) Dim 19 Mar - 12:29

and the more i drink the more i think about you
“You're gone and I gotta stay high all the time to keep you off my mind, ooh-ooh, ooh-ooh, high all the time to keep you off my mind, ooh-ooh, ooh-ooh. Spend my days locked in a haze trying to forget you babe, I fall back down, gotta stay high all my life to forget I'm missing you.”
N
athan te dit que tu te comportes comme une gamine – c'est vrai. Et le pire, c'est que tu le sais. Mais tu ne sais jamais comment te comporter, avec lui. Tu ne sais plus vraiment, en fait, comment te comporter, avec un homme pour qui tu éprouves des sentiments. Parce que Nathan, il n'a jamais été comme les autres. Tu le sais depuis que tu l'as rencontré. Il n'a rien en commun avec les autres. Ce n'est pas la même chose. Pas le même comportement, justement. T'aimerais retrouver ta confiance en toi du début, de vos débuts. C'est quand même toi qui es allée séduire un homme marié, en en ayant pleinement conscience, alors que tu méprisais toutes les personnes capables d'une telle chose. Faut croire que, justement, avec lui, c'était différent. Pour lui, ça valait le coup de prendre des risques. Mais comme d'habitude, quand il s'agit de lui, tu as tout fait foirer. T'es pas douée avec lui, t'es pas douée quand il s'agit de lui. T'es pas douée quand il s'agit d'amour. Il s'est entiché de la mauvaise, il s'est faite avoir par la pire des connasses. Tu te détestes pour le mal que tu lui as fait subir, tu te hais pour ce que tu lui fais subir encore, en cet instant précis. T'as peur, t'as jamais été aussi effrayée qu'en ce moment, sans doute.
Tu ne réponds pas à sa remarque, même si tu sais qu'il a raison. Tu as peut-être peur, mais ta fierté est toujours là, toujours présente. Mais Nathan continue. Lui aussi, il est obstiné. Ça peut se comprendre. Il te dit être désolé de faire revenir en mémoire un sujet douloureux, et tu le crois. « Il y a des choses qu'il ne vaut mieux pas savoir. » réponds-tu, pas très fort, mais suffisamment pour qu'il entende. Est-ce qu'il entend à quel point tu souffres, en prononçant ces mots ? Oui, il fait revenir dans ta tête un souvenir qui fait mal, mais en réalité, ce souvenir est tout le temps là. Tu ne l'oublies pas. Tu n'avances pas. Peut-être que tu aurais dû en parler à quelqu'un. Peut-être que ça t'aurait aidée, peut-être que ça t'aurait fait du bien. Tu n'en sais rien. Tu n'en as jamais rien fait. T'es restée toute seule, t'as gardée ça pour toi. Même à Amanda, tu ne lui as pas dit tout de suite. Comme si tu attendais que la douleur s'estompe, ou diminue. Mais elle ne diminue pas, elle ne change pas. Elle reste la même, toujours. Tu n'en peux plus.
Il a raison, Nathan. Il a le droit de savoir. Tu le sais, tu le sais depuis que c'est arrivé. Mais tu lui as caché tout ce temps. Pas sûr qu'il apprécie. Mais t'as pas envie de passer un moment. Oui, mais il ne s'agit plus de toi. C'en est assez, que tout toune toujours autour de toi. Il y a Nathan, aussi. « D'accord. » tu te contentes de répondre, avant de déverrouiller la porte, et de l'ouvrir. Il est là, face à toi. Toi, en piteux état. Quelques larmes ont coulé, ton mascara n'a pas apprécié. Tu n'oses pas regarder Nathan dans les yeux, alors tu te contentes d'observer le sol. « Entre. » Tu t'effaces pour le laisser passer. Et poliment, tu demandes : « Tu veux boire quelque chose ? » C'est sûrement stupide, parce qu'il n'est pas là pour discuter bouquins et ragots, mais pour parler d'un truc sérieux. Un truc qui vous concerne tous les deux. Ou plutôt, qui vous a concernés.
© Mister Hyde
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: and the more i drink the more i think about you (nathan) Dim 2 Avr - 12:15

and the more i drink the more i think about you
“You're gone and I gotta stay high all the time to keep you off my mind, ooh-ooh, ooh-ooh, high all the time to keep you off my mind, ooh-ooh, ooh-ooh. Spend my days locked in a haze trying to forget you babe, I fall back down, gotta stay high all my life to forget I'm missing you.”
T
u u essayes tant bien que mal de lui faire ouvrir cette fichue porte. C'est comme si la Emma que tu avais connu n'existe plus. Comme si cette franche et directe jeune femme a été remplacée par une timide. Et peureuse. L’événement dont tu souhaites parler n'est pas des plus faciles. Ca peut donc être normal qu'elle soit si réticente. Généralement entre deux personnes, quand l'une ne veut pas parler d'un sujet bien précis, l'autre fait tout pour lui tirer les vers du nez. C'est ce que tu es en train de faire. Tu essayes de lui faire entendre raison. Elle ne peut continuer à garder tout cela pour elle. T'as l'impression qu'elle est en train de détruire à petit feu à avoir enfui cela en elle. Il y a des choses qu'il ne vaut mieux pas savoir. Tu ne peux être que d'accord avec elle mais dans certains cas, non. Comme ton cas, actuellement. Tu es tout autant concerné qu'elle dans cette histoire. Au final, tu crois que c'est perdu, qu'elle ne t'ouvrira pas. D'accord. Oh ! Est-ce que cela voudrait dire qu'elle accepte de parler ? Tu n'oses vraiment y croire sur le moment. Et puis, tu entends ce bruit qui t'informe que la porte est déverrouillée. Emma ne tarde pas à apparaître. Tu remarques bien vite qu'elle a pleuré. Elle a beau éviter ton regard, tu vois sans peine que son mascara a coulé le long de ses joues. Des yeux de panda comme disent certains. T'as de suite mal au coeur à la voir dans un tel état mais tu ne cherches pas à la prendre dans tes bras. Elle n'accepterait sans doute pas et c'est pas le moment. La discussion sur le sujet qui fâche d'abord. Tu entres dans son habitation. Elle te demande si tu veux à boire. Tu réponds machinalement, c'est une habitude. « Un coca s'il te plait. » Juste après avoir dit cela, tu te rends compte que cela fait un peu étrange. Bon, d'accord, la politesse veut qu'elle te demande si tu souhaites boire quelque chose mais après ce qu'il vient de se passer ... Tu regardes rapidement autour de toi avant de te décider à t'asseoir dans le canapé. Tu seras mieux assis pour discuter que debout. Déjà que derrière une porte, c'est pas évident. « Alors ... C'est pas évident d'en parler, je le conçois. Par chance, je ne suis pas psy, tu n'as aucune crainte que je te fasse la morale ou que je te cherche un problème psychologique ou un traumatise qui remonte à ton enfance. » Quelle piètre tentative d'humour que voici ... « Donc, tu as été ... enceinte? » Bombe lâchée. Peut-être est-ce dit de façon trop directe mais as-tu encore le choix ?

© Mister Hyde
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: and the more i drink the more i think about you (nathan) Lun 17 Avr - 12:12

and the more i drink the more i think about you
“You're gone and I gotta stay high all the time to keep you off my mind, ooh-ooh, ooh-ooh, high all the time to keep you off my mind, ooh-ooh, ooh-ooh. Spend my days locked in a haze trying to forget you babe, I fall back down, gotta stay high all my life to forget I'm missing you.”
T
'aimes pas être prise en pitié. T'as appris à te débrouiller seule, t'as appris à ne dépendre de personne – et surtout pas d'un homme. C'est peut-être aussi pour ça, que t'as pas osé en parler, ou plus simplement, que t'as pas trouvé le courage, d'en parler. T'as peut-être ta fierté, ta fierté de femme indépendante qui n'a besoin de personne et qui est capable de tout gérer, toute seule. Seulement, des fois, y'a des choses que tu ne peux pas contrôler, ni gérer. Des fois, il arrive des choses qui nous frappent de plein fouet, qui nous anéantissent, et dans ces moments-là, t'y peux rien, tu ne peux plus gérer. Faudrait peut-être que t'acceptes davantage l'aide des autres – ça te ferait sûrement du bien. Tu pourras pas rester seule toute sa vie. D'ailleurs, tu ne l'es pas vraiment. Tu as ta famille, tu as tes amis, même. Surtout. Tu penses surtout à Raphael, ou Temperance. Tes plus vieux amis, ceux qui sont encore là, même des années après. Le temps a passé, mais votre amitié est toujours la même ; tu sais que tu peux compter sur eux, et ils savent que l'inverse est vrai aussi. T'aimes à penser que t'es pas une si mauvaise amie – du moins, tu l'espères. C'est pas égocentrique de ta part, c'est juste une constatation ; tu gères mieux en amie qu'en amante. Tu fous pas la merde, tu fais pas de conneries. T'es affectueuse, et y'a qu'avec eux, que c'est comme ça. T'as même tendance à être surprotectrice, des fois. T'es là pour eux, quand ça ne va pas. T'as des défauts, c'est sûr. Tu peux être incroyablement chiante, tu le sais. Mais quelque part, tu peux être adorable, aussi. Au fond, ça dépend tellement des gens. « D'accord, je t'apporte ça tout de suite. » T'essaie tant bien que mal de reprendre contenance. Sauf que pour avoir plus de crédibilité, faudrait peut-être que ton maquillage n'ait pas coulé. Tu ne te sens plus à ton aise, alors que tu es chez toi. Tu veux pas te montrer faible – pas encore une fois. T'en as marre, de l'être. T'en as marre, de pleurer, aussi. C'est arrivé beaucoup trop de fois, ces derniers temps.
Tu apportes le coca à Nathan. « Excuse-moi, j'en ai pour deux minutes, je vais enlever... ça. » dis-tu à voix basse, en montrant ton visage d'un geste vague. Et sans attendre de réponse, tu cours à la salle de bain. Tu ne fuis pas, pour une fois. Tu veux juste pas te ridiculiser. Alors tu tentes, tant bien que mal, de retirer tout le maquillage, qui a lamentablement coulé avec tes larmes salées. En réalité, ça prend un peu plus de temps, que les deux minutes annoncées. Quand ton visage semble à peu près tiré d'affaire, tu quittes la salle de bain, après avoir préalablement pris une grande respiration. Maintenant, tu ne peux plus y échapper.
Nathan s'est assis sur le canapé. Toi, tu décides de t'asseoir sur un fauteuil, juste en face, plutôt. Tu préfères éviter d'être trop proche de lui. Tu ne sais pas si c'est mieux qu'il soit en face de toi, mais de toute façon, tu ne peux plus fuir. T'as juste du mal à le regarder dans les yeux. Peut-être à cause de ce secret, ou peut-être à cause de ce que tu ressens. Argh, tu te détestes d'être comme ça. Tu te détestes d'éprouver ça. « Je suis rassurée alors. » Malgré toi, tu esquisses un faible sourire. Sans que tu ne saches trop pourquoi. Et puis l'instant d'après, c'est beaucoup moins drôle. Nathan n'y va pas par quatre chemins – il a raison. Tu ne réponds pas tout de suite, sans pour autant laisser durer l'attente. « Oui. » dis-tu finalement, d'un ton plus assuré – du moins, c'est l'impression que tu as, mais ce n'est peut-être pas le cas. Tu te tais quelques instants encore, avant de reprendre : « C'était un accident. Je sais même pas comment ça a pu arriver. J'ai flippé. » Flippé après l'avoir appris, flippé en imaginant quelle serait sa réaction. Flippé, en se faisant à l'idée que, bientôt, tu serais maman. « Quelque part, j'appréhendais ta réaction. Alors je fuyais. » Ca ne te ressemble tellement pas, à toi, d'ordinaire si forte. Mais c'était pas pareil. Ça t'arrive d'être sensible. Plus souvent qu'il n'y paraît, d'ailleurs. « Et puis, j'ai fait une fausse-couche. » termines-tu, d'une voix blanche. Tu sais qu'il risque de t'en vouloir. Ce serait logique, et compréhensible. Tu ne pourrais pas le blâmer. « Je suis désolée. » dis-tu finalement, après un long silence. Peut-être s'en fichera-t-il. Un « Je suis désolée » ne peut rien réparer. Seulement, c'était criant de sincérité. Ça venait du plus profond de ton cœur. T'es blessée, blessée depuis longtemps. Et tu t'en veux, aussi. Terriblement.
© Mister Hyde
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: and the more i drink the more i think about you (nathan) Mer 24 Mai - 19:18

and the more i drink the more i think about you
“You're gone and I gotta stay high all the time to keep you off my mind, ooh-ooh, ooh-ooh, high all the time to keep you off my mind, ooh-ooh, ooh-ooh. Spend my days locked in a haze trying to forget you babe, I fall back down, gotta stay high all my life to forget I'm missing you.”
P


réponse perdue du à une mauvaise manipulation de ma part snif rain


©️ Mister Hyde




Dernière édition par Nathan C. Gray le Mer 19 Juil - 19:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: and the more i drink the more i think about you (nathan) Dim 9 Juil - 17:29

and the more i drink the more i think about you
“You're gone and I gotta stay high all the time to keep you off my mind, ooh-ooh, ooh-ooh, high all the time to keep you off my mind, ooh-ooh, ooh-ooh. Spend my days locked in a haze trying to forget you babe, I fall back down, gotta stay high all my life to forget I'm missing you.”
L
e meilleur comportement aurait été de le dire tout de suite, à Nathan. D’attendre quelques jours, éventuellement. Le temps de te faire à l’idée. Le temps de l’accepter – ou quelque chose comme ça. Au fond, peu importe le temps que ça aurait dû te prendre, tant que tu ne lui aurais pas caché. Parce qu’il était en droit de savoir, parce qu’il devait le savoir ; parce qu’il était le père, parce qu’il était le principal concerné. Ça, tu l’as très vite compris ; seulement, jamais, tu n’as trouvé le courage de le lui dire. Etre mère, tu n’arrivais déjà pas à t’y faire, alors tu n’aurais pas su lui expliquer, puisque tu ne savais déjà pas le comprendre. Il te fallait du temps, c’est ce que tu t’étais dit au début. Et puis tu l’as perdu, cet être qui grandissait en toi. Perdu avant de comprendre, qu’il grandissait, justement, en toi. Quelque part, c’était peut-être mieux, tu t’étais dit, parce qu’alors, Nathan, il n’avait plus besoin de savoir. Sauf que t’es partie en vrille ; surtout, tu as commencé à le fuir. Le fuir. Un comportement de coupable ; parce que tu l’étais. Ton comportement est devenu louche, et Nathan, il n’a pas compris. Tu as essayé de l’éloigner, utilisant des mots durs, des mots que tu ne pensais pas ; et toi, pitoyable, tu es revenue vers lui, parce que c’est toujours comme ça que tu fonctionnes, quand il s’agit de lui. Tu es revenue, et tu t’es humiliée devant lui, à t’enivrer comme tu l’as fait. Et tu lui as balancé une vérité que tu gardais pour toi depuis bien trop longtemps. Maintenant, il est là, Nathan, et il veut des réponses à ses questions. « J’ai paniqué. J’ai pas réfléchi. Je ne comprenais pas moi-même ce qui arrivait. » En réalité, ça n’explique pas tout, et surtout, ça ne justifie pas ta décision, à toi, de te taire, et de le fuir. Peut-être que t’essaie juste de lui expliquer comment tu t’es sentie, et pourquoi t’as réagi comme ça. C’était pas bien, c’était pas la meilleure chose à faire, et maintenant, t’en as conscience, même si t’es là, honteuse, à éviter son regard, parce que t’as conscience de tes erreurs, et parce que, surtout, maintenant, Nathan, il sait. « Je sais que j’aurais dû te le dire. C’était une erreur de ne rien dire. » Maintenant t’assume ton erreur, t’assume tes choix. T’en es pas fière, mais tu en prends la responsabilité, parce que c’est toi, rien que toi, qui as décidé tout ça. T’en avais même pas parlé à Amanda, alors que tu lui avais toujours fait énormément confiance. Mais c’était quelque chose qui te faisait trop mal ; quelque chose que tu ne te sentais pas capable de partager. Quelque chose que tu préférais garder pour toi, parce que le partager avec d’autres, aurait ravivé la douleur. Et t’avais tellement souffert, tellement eu de mal à passer à autre chose, que quand c’était finalement passé – quoique ce n’était jamais réellement passé –, tu avais simplement décidé de ne plus en parler, comme si ça n’avait pas existé, comme si ce n’était pas arrivé. « Non, tu n’as pas à l’être. Ce n’est pas de ta faute. » T’as toujours la voix blanche, parce que c’est un sujet difficile, aujourd’hui encore. « C’était trop compliqué, mais jamais je n’ai plus voulu de toi. » tu admets, à voix basse, toujours, parce que ce n’est peut-être pas si bien de l’admettre, parce qu’il est toujours marié, Nathan, et puis toi dans l’histoire, t’es toujours la garce de maîtresse qui a foutu un peu son mariage en l’air et qui l’a repoussé quand il lui a dit avoir des sentiments pour elle, et surtout, la fille qui l’a fui, et lui a fait du mal, par égoïsme, parce qu’elle était incapable d’assumer ce qu’elle avait fait. Puis Nathan, il se lève et s’approche de toi, s’asseyant à proximité sur l’accoudoir, t’entourant de son bras. Et toi, honteuse mais blessée, tu finis par poser ta tête contre lui ; cédant finalement, laissant tomber définitivement ton impression de force. T’en as marre de te battre contre toi-même, contre ce que tu ressens ; ça fait trop longtemps que tu souffres, t’en peux plus, t’es à bout. « Je crois qu’au fond de moi, je le savais. Que tu aurais été là. » Nathan, ce n’est pas un connard tout court ; t’as jamais pensé ça de lui. Peut-être que si t’étais pas arrivée, il mènerait toujours sa petite vie tranquille avec sa femme, et il ne l’aurait pas trompée. T’avais peur de sa réaction, mais peut-être plus encore, des sentiments que tu commençais à développer pour lui. Et maintenant, tu le comprends, alors que tu te laisses aller dans ses bras, parce qu’en fin de compte, t’es faible, et c’est peut-être bien à cause de lui, à cause de ce que tu ressens pour lui, ce quelque chose qui est déjà là depuis beaucoup trop longtemps déjà, et que tu repousses, depuis tout aussi longtemps. « Merci. » tu finis par dire, toujours aussi bas, parce qu’il t’a dit qu’il est là, encore, si tu as besoin. Et la Emma de d’habitude, devrait refuser, dire qu’elle n’a pas besoin de son aide, mais peut-être que tu en as marre, d’être cette Emma-là, ou que, simplement, tu n’en as plus la force.
© Mister Hyde
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: and the more i drink the more i think about you (nathan) Mer 19 Juil - 19:42

and the more i drink the more i think about you
“You're gone and I gotta stay high all the time to keep you off my mind, ooh-ooh, ooh-ooh, high all the time to keep you off my mind, ooh-ooh, ooh-ooh. Spend my days locked in a haze trying to forget you babe, I fall back down, gotta stay high all my life to forget I'm missing you.”
P
aniquer et ne pas réfléchir. Une chose qui arrive plus souvent qu’on ne le pense. Toi aussi tu avais déjà eu à agir de la sorte. Pour des conneries ou non. Tout humain peut agir de la sorte. C’est pas une erreur, c’est pas une faute, c’est ainsi. T’aurais voulu savoir dès le début, qu’elle ne te cache rien. Mais il n’en fut rien. Mais maintenant, tu sais. Tu sais tout. Emma assume en disant que se taire était une erreur. Pas vraiment au final. Elle voulait se protéger. Elle préférait s’éloigner de toi. Chacun sa façon de réagir penses-tu bien qu’à la base, tu n’étais guère content de cela. Et puis, ton cœur rate un battement quand elle avoue que, jamais, elle n’avait plus voulu de toi. Oh. Ca te rend heureux d’un coup. « C’est bon à savoir… » murmures-tu à ton tour, un sourire se dessinant sur tes lèvres. Ca n’arrangeait en rien cette situation entre elle, toi et Arlo mais tu es heureux, tout simplement. Ce côté heureux qui diminue quand même, ton esprit revenant à cette histoire de perte du bébé. Tu finis par te lever et tu te retrouves près d’elle. Elle te repousse pas. Sa tête contre toi, tu pousses un léger soupir de soulagement. Tu la laisses dans tes bras, tu ne dis rien pendant un moment. Tu entends bien son merci mais tu ne réponds rien. Pas maintenant. Tu préfères ce petit silence, profiter de l’avoir près de toi. Un chose qui n’avait plus eu lieu d’être depuis un certain temps. Les choses ont été dites au final. Tu sais vraiment ce qu’il en est, la raison de son éloignement. Ah ce silence dans cet appartement … Tu es bien là, avec Emma à tes côtés. Un petit poids a quitté tes épaules. Et tu réalises que Emma, ben, elle n’a pas agi de la façon dont elle aurait agi en temps normal, non. Elle a dit ce qu’elle avait sur le cœur, elle t’a laissé la prendre près de toi. Aucune résistance, plus du moins. T’as l’impression qu’elle a jeté l’éponge, baissé les bras. Mais ce n’est pas ce que tu voulais vraiment. Tu voulais la vérité, tu l’as eu mais à regarder dans quel état est Emma … Bien entendu, le fait d’avoir gardé cela pour elle ne l’avait sans doute pas aidée. « Il faut se relever maintenant. Aller de l’avant. Je suis certain que cela va te faire du bien d’en avoir enfin parlé. D’avoir enfin parlé de cela. » Ca ne résolvait pas tout en attendant. « J’ai énormément pensé à toi durant ce laps de temps. Même avec les mots que tu m’avais balancés à la figure, je ne pouvais te sortir de la tête. Je pense que jamais je ne serai capable de le faire. » avoues-tu doucement. « Je serai toujours là. Quoiqu’il arrive. Toujours. » Une promesse que tu comptes bien tenir. Pas comme celle que tu avais faite à Arlo devant l’autel par contre… Cruel tu sais que tu l’es.


©️ Mister Hyde


Spoiler:
 
j'ai édité dans ma précédente réponse du coup, j'ai perdu ce que j'avais écris dans la précédente mdr
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: and the more i drink the more i think about you (nathan)

Revenir en haut Aller en bas

and the more i drink the more i think about you (nathan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always love ::  :: archives rp.-