AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 [Alejandro] The world in green and blue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
∞ posts : 6810
∞ arrivé(e) le : 13/07/2015
∞ avatar : Leighton Meester ღ

MessageSujet: [Alejandro] The world in green and blue Lun 9 Jan - 22:52

the world in green and blue

Alejandro & Rose

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]La matinée n’aurait pas pu être claire, ni le ciel plus bleu ou la mer plus calme. La plage semble curieusement abandonnée à cette heure encore matinale. C’est trop tôt pour les touristes et les surfeurs sont partis chercher des vagues ailleurs. La bande large de sable blanc s’étend, vide, et à ma droite et à ma gauche.
Où que mes yeux se posent, ils se noient dans les mêmes teintes. Azur, turquoise, acier. Du bleu, du bleu à perte de vue, à l’horizon, sur nos têtes et dans le regard chastement baissé d’Alejandro. On dit que c’est la couleur des rêves, aussi je me sens songeuse ce matin. J’ignore pourquoi. Un peu de vague à l’âme avec un arrière-goût à la fois doux et amer. C’est très bizarre.

J’aime la sensation du sable sous mes pieds nus. J’ai ôté mes sandales à l’entrée de la plage exprès pour le sentir couler, frotter, se dérober. Ça me donne l’impression de déraper et de reculer en même temps, et pourtant, nous avançons.
L’immensité plate d’eau n’est plus qu’à quelques mètres, à présent. Je m’arrête et tourne la tête vers mon meilleur ami.
« On se pose ici ? »
Ici, ça semble parfait. C’est loin du front de mer, et il y a le recul idéal par rapport à l’horizon. J’attends son approbation pour poser mon grand panier sur le sable et en sortir la nappe de pique-nique, que je déplie. Elle est à grand carreaux rouges, comme celles qu’on voit sur les photos des restaurants français dans certains guides. Je me suis toujours dit que c’était un cliché, mais j’attends toujours d’aller vérifier par moi-même.

On s’assoie. Mon regard s’aimante au fin ourlet d’écume qui se brise à chaque vague sur le sable. On dirait de la dentelle fine et translucide. Ce serait très facile de me laisser complètement hypnotiser et de rester pendant des heures dans cette position – et étrange aussi, et idiot. Je m’arrache à la contemplation de l’eau et reporte mon attention sur Alejandro.
« Merci d’avoir accepté de venir en promenade avec moi. Ça, ça faisait longtemps qu’on ne s’était pas vus. Tu m’as manqué. »
Ma voix sonne un peu faux et pourtant je suis sincère. Depuis leur déménagement en Espagne, avec Apple, je ne vois plus aussi souvent mes deux meilleurs amis qu’avant. Seulement, à chaque fois que je dis quelque chose dans ce genre à Alejandro, je ne peux pas m’empêcher de penser : ça n’a jamais été aussi long que l’année dernière. Il ne peut jamais me manquer autant que quand j’ai cru l’avoir perdu pour de bon, pendant les « problèmes ».

Je secoue un peu la tête, dans l’espoir que ça chassera les pensées tristes.
« J’ai fait des madeleines. Ou plutôt, c’était censé en être, même si ça ne ressemble à rien. Elles sont toutes plates, la cuisson a raté. Tu me diras, ça ne change pas beaucoup de mes tentatives culinaires de d’habitude. »
C’est le moins qu’on puisse dire. Quand j’ai tort, ou quelque chose qui me gêne ou à me reprocher, je parle vite et sans réfléchir. Un vrai moulin.
Made by Neon Demon


Dernière édition par Rose H. Berry le Mer 19 Avr - 22:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
∞ posts : 2737
∞ arrivé(e) le : 27/12/2016
∞ avatar : Liam Hemsworth

MessageSujet: Re: [Alejandro] The world in green and blue Lun 16 Jan - 18:51


The world in green and blue


C'était une bonne journée en perspective. Une de celle où vous êtes sûr que le soleil sera au rendez-vous. La chaleur caressant la surface de votre peau. Laissant une douce odeur, d'un été passé, ou en fin de vie. On ne profitait jamais assez des bonnes choses, c'est ce qu'il courait. Le temps, des bonnes choses de la vie. Je préférais toutefois mettre certaines réserves sur le sujet. On profitait simplement des choses différemment chacun à notre manière.
Une journée à la plage adéquate, sans l'ombre d'un nuage. La plage était désertique. Pour seul fond sonore, la présence d'oiseaux, nous faisant part de leur chant caractéristique. Une vision bien différente, qu'on pouvait observer en pleine saison. Avec cette sensation irrésistible, de vouloir s'allonger sur le sable, profitant des biens faits que pouvait engendre se calme paisible. Bien sûr si j'étais disposé à le faire évidemment. Parce que je n'étais pas vraiment le genre de personne a resté très longtemps en place.

Nos pas laissaient des traces visibles sur le sable. Une trace parmi tant d'autres. Une seule ne montrait pas l'importance de sa présence. Les mains dans les poches avec cette envie presque folle, de siffler. Montrant un certain enthousiasme pour cette journée. Elle l'était dans un sens. J'approuvais d'un signe de tête le choix avait fait Rose pour l'emplacement, face à cette étendue d'eau, aux aspects calme. Mais elle cachait bien son jeu, un peu comme certaines personnalités qu'on pouvait rencontrer au cours de sa vie. Imprévisible...
J'aidais Rose à étendre la nappe sur le sable chaud. Pour prendre, une place sur cette espace vide. J'avais accepté de venir, pour profiter du temps avec ma meilleure amie. Une amie chère et un temps qu'on avait trop perdu par le passé. Sans comprendre, le mal dont elle souffrait exactement. Il paraît que le temps ne se rattrape pas... Et pourtant, je l'espérais et je préférais mettre cette mauvaise aventure de côté. Ils étaient passés au-dessus. Maintenant, il n'y avait que du bon devant eux.
« Ne me remercie pas, c'est toujours un plaisir de passer un moment avec toi. Moi aussi tu m'as manqué, on devrait faire... Plus de choses comme ça. Pourquoi pas à chaque fois que je reviens à Wellington, un peu comme un petit rituel »
Je sentais un manque d'émotion dans sa voie. Je ne prenais pas cela pour moi. Je pouvais comprendre que les choses étaient un peu plus compliquées pour elle. Tout était compliqué, dès l'instant, ou on avait décidé avec Apple de déménager, de prendre notre propre liberté. Laissant les personnes les plus proches de nous, attendre notre retour.


Un sourire s'échappait d'entre mes lèvres. À la mention de ces madeleines, de sa cuisine en général. Parfois, je la trouvais bien trop sévère avec elle-même. Un petit trait de caractère qui la caractériser à la perfection. Et qui la rendait touchante à sa façon. Le nombre incalculable de fois, ou elle avait tenté ces expériences culinaires sur ma personne. Et elle s'en sortait bien à sa façon. « Elles ressemblent à des crêpes, mais ça ne veut pas dire qu'elles ne sont pas pour autant mangeables... » Je lui accordais un clin d'œil dans sa direction, tout en prenant une madeleine, qui avait prit tout de suite, la direction de ma bouche, pour une bouchée gourmande. Laissant place au silence, je prenais le temps de déguster...«Et qui a le goût de madeleine...» ou presque...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
∞ posts : 6810
∞ arrivé(e) le : 13/07/2015
∞ avatar : Leighton Meester ღ

MessageSujet: Re: [Alejandro] The world in green and blue Jeu 19 Jan - 22:43

the world in green and blue

Alejandro & Rose

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
À l'horizon, la mer se gonfle, et comme le soleil éclate de blancheur de ce côté-là, elle paraît plus noire qu'elle ne l'est réellement. À mesure qu'elle se rapproche du bandeau de sable, elle perd en profondeur ce qu'elle gagne en transparence. Des bouts d'écumes se forment, comme des dentelles usées, et se déversent et se brisent contre le bord. La mer repart dans un mouvement de balancier. L'eau fait un léger bruit de clapotis.
Des vagues, des vagues, toujours des vagues. Ça n'en finira jamais.

Je n'aime pas autant ce bord de mer que la simple mare aux canards du parc. On venait ici quand j'étais petite, mon père, ma mère, moi et le bébé minuscule qui allait devenir la grande adolescente qu'est aujourd'hui ma soeur.
J'avais pris l'une de mes boîtes préférées, avec le sentiment de faire un sacrifice énorme, mais nécessaire. Je l'avais rempli de petits coquillages et de tout un tas d'autres bricoles, avec un mot écrit de ma main, et je l'avais enterré quelque part sur cette plage. Pour moi, plus tard, qui reviendrait le chercher, ou pour la postérité.
Qui peut bien savoir où elle se trouve encore aujourd'hui.
Je ne regrette pas ces longues après-midis de mon enfance trop lentes, trop vides, trop solitaires, et pourtant... pourtant, je retrouverais bien l'image de la petite fille qui pataugeait tout au bord, les pieds dans les algues échouées, sans se douter de ce qu'elle aurait à vivre un jour.

Beaucoup de peines, pour sûr, et de gros morceaux de joie luisants comme le soleil. Je ne veux pas penser à tout ça, ni à mon père, ni à la boîte qui dort six pieds sous terre, ni à la Rose qui arborait des couettes. Oh non.
Je veux parier qu'il me reste trop de jolies choses à connaître pour avoir le temps de me retourner sur celles passées. Comme c'est philosophe.
Et il y en aura avec Alejandro, cela je n'en doute pas. Je ne laisserai jamais plus rien se mettre entre nous comme il y a deux ans. Il va falloir qu'il me supporte encore un long, un très long moment. Pour l'heure, rien n'indique que ce projet lui déplaise, au vu de sa proposition.
J'acquiesce, l'air très sérieux.
« Tu as totalement raison. On devrait faire ça. »

Je pioche une madeleine, m'attendant au pire. Ce n'est pas pour rien que je le laisse toujours goûter le résultat de mes expériences culinaires en premier... déjà, elle n'a pas du tout la forme attendue, mais si on l'avale très vite, ça peut s'oublier. Oh, bon sang, j'aurais du m'y attendre... Quand Alejandro laisse ses phrases en suspens, ça n'est jamais bon signe. Je m'étouffe presque avec ma bouchée, de rire, et puis parce qu'il faut bien l'avouer, ce n'est pas bon du tout.
« Arrête de mentir, je te connais ! Je ne sais pas comment tu fais pour continuer de jouer les cobayes après tout ce que je t'ai fait avaler. »
Ni comment moi, je fais pour m'obstiner à essayer, après d'innombrables cuissons ratées, confusions entre les ingrédients, erreurs dans la recette ou juste catastrophes inexplicables. Pauvre Al, vraiment.

Cette épisode derrière nous, je reprends un ton plus posé.
« Je ne t'ai pas encore demandé, comment ça va... là-bas. En général. »
Made by Neon Demon


Dernière édition par Rose H. Berry le Mer 19 Avr - 22:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
∞ posts : 2737
∞ arrivé(e) le : 27/12/2016
∞ avatar : Liam Hemsworth

MessageSujet: Re: [Alejandro] The world in green and blue Lun 6 Fév - 19:25


The world in green and blue


L'horizon se différenciait assez bien. Séparant la mer bleutée et sombré, de son ciel clair. Un contraste des plus harmonieux, un patchwork de couleur, une peinture oubliée, qu'on ne prenait pas le temps d'admirer. Trop pressé par la vie parfois, même le plus souvent. On ne prenait pas le temps d'observer, le monde qui pouvait nous entourer. C'était bête et j'étais devenu nostalgique. Une conséquence, peut-être du passé. LA mer en mouvement et les sons qui l'accompagnaient, j'aimais cet endroit. C'était d'ailleurs la première chose que j'avais vue en arrivant ici.

Le taxi avait à peine fait sa course dans la ville de Wellington. Que mon regard admiratif était déjà conquis. Un rappel, à ma ville natale qu'était l'Espagne. Certes, un peu moins catalane, un peu moins méditerranéenne. Pourtant, elle m'avait conquis, moi le petit espagnol dans l'âme. Qui n'avait jamais quitté son pays. Les lieux avaient étaient un second refuge pour moi. Une deuxième maison, qui allait me voir m’épanouir dans la voie de jeune adulte. Les bons comme les mauvais jours. Ces moments partageaient autour d'une feu de camp improvisé, des virées entre potes, pour se perdre au milieu des eaux agitées ou calme, en toutes saisons. Toutes ces perceptives, je les avais vécus à cent à l'heure, des souvenirs pleins la tête. Et puis je me suis assagie par obligation. , parce qu on ne m'avait pas laissé le choix, dans cette espace sans fin. Pour j'aimais toujours autant y aller. Sentir le vent qui inondait mon visage, et le sable sous ma peau, s'incrustant dans le moindre petit espace de vêtement.

Mais le passé faisait partie du passé. Le présent avait plus d'importance, de poids dans la balance. Aujourd'hui, je voulais tout simplement profiter de ce moment. Ce moment avec Rose, le temps ne nous l'avait pas permis jusque-là. Vivant dans un pays différent... Bien sûr, laissé votre proche, votre vie derrière vous après des années passaient ici, n'avait pas été une chose aisée. Loin de là, mais c'était comme un besoin. Rose faisait partie des personnes dont j'avais besoin de savoir qu'elle faisait partie de ma vie. Le temps nous avait séparées, c'est vrai, mais après tout la chose qu'on pouvait voir, c'est la discorde s'était évanoui. Je lui ne lui en voulait pas, ou plus. Et se souvenir des bons moments était la meilleure solution... « Alors mademoiselle Berry, on va mettre ça en place. Je te préviendrais une semaine voir deux semaines à l'avance de notre arrivée et à chaque fois, on fera une sortie différent. Marché conclu ? » Je tendis ma main vers elle, comme pour sceller ces dernières paroles. Cette idée qu'ils avaient eue ensemble. Au fond, j'étais content qu'elle accepte...

Une madeleine en bouche, c'est vrai que sur l'instant, j'avais hésité à poursuivre pour la manger. Elle n'était pas si mauvaise, pas vraiment le goût d'une madeleine. Elle avait quelque chose en plus... Alors a savoir si cela avait un côté positif ou non... C'était une habitude de goûter les expériences culinaires de Rose. Mais je le faisais avec plaisir. Parce que cela me semblait naturel, normal. J'éclatais de rire en la voyant recracher sa part avec dégoûtée. J'aurais p faire la même chose, mais je fis tout le contraire. Autant dire que j'avais fini ma madeleine pour en prendre une autre, et mordre dedans à pleine bouche. Avec un grand sourire. « Je vois enfin un sourire illuminait le visage de ma petite Rose ! Je ne sais pas peut-être que je suis suicidaire ou avec le temps mon estomac s'est habitué. Ou la troisième possibilité parce que j'aime tout simplement être ton cobaye. » Un clin d’œil, suivait mes phrases comme pour les appuyer. Puis elle avait repris une conversation plus sérieuse. Qui me fit réagir, changeant de position, une jambe en dessus de l'autre, un regard vers l'horizon. À la recherche d'un bout de terre ou simplement regardait les mouvements des vagues. « Tout va bien, trop bien. J'ai repris un poste d'éducation sportive dans une association, et avec Apple, on peut dire que c'est le bonheur. Vous me manquez tout de même… Et toi plus sérieusement Rose, tout va bien pour toi ? » Bien sûr, avec une petite inquiétude, une rechute potentielle. Une petit crainte toujours présente. J'allais peut-être regretter ou non cette question. Mais il fallait quand même que je la pose, avec ce petit sous-entendu. ou presque...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
∞ posts : 6810
∞ arrivé(e) le : 13/07/2015
∞ avatar : Leighton Meester ღ

MessageSujet: Re: [Alejandro] The world in green and blue Sam 11 Fév - 22:35

the world in green and blue

Alejandro & Rose

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Alejandro me manque c’est vrai, tout comme Apple. À une époque – bon sang, ça va déjà faire quelques années – je voyais l’un ou l’autre, ou tous les deux ensembles presque tous les jours. C’était la grande époque, bien sûr, le temps d’avant la cascade de problèmes. Le bon vieux temps que je n’ai pas cessé de regretter depuis. Il y a eu mes problèmes, ma méchanceté, et puis il y a eu leur déménagement ; autant d’évènements qui nous ont séparés malgré que les attachements restent toujours aussi forts.
Tous les jours, toutes les secondes, tous les éclats de rires que nous avons partagés me semblent être balayés par le mouvement mécanique des vagues. Je ne les oublie pas et il y en aura d’autres, beaucoup.
Alors, oui, elle me séduit terriblement, son idée de nous organiser quelque chose à chacun de ses passages à Wellington. Je le regarde avec un demi sourire et je lui tends ma main pour serrer la sienne. Le pacte est scellé.
« Marché conclu. »

Mes madeleines sont ratées. J’ignore ce à quoi c’est dû. La recette qui était mauvaise, une erreur dans les quantités d’ingrédient, le four pas assez chaud ? Il y a au moins huit cent occasions de se tromper lorsqu’on cuisine, ce qui fait que j’ai tellement échoué que je n’arrive même plus à envisager réussir un gâteau un jour. Mais je m’obstine. J’aime bien faire de la pâtisserie – pour le plus grand malheur de mes proches et notamment de mon cobaye attitré, Alejandro. Remarquez que je ne l’ai jamais forcé à avaler quoi que ce soit. Ça s’est arrangé comme ça entre nous : je fais, il goûte et je compte le nombre de fois où il réussit à se retenir de grimacer. Les rares fois où j’en ai marre, où je manque raccrocher mon tablier pour de bon, il a toujours un mot gentil pour minimiser le désastre. Et je retente, encore et encore. Ma main à couper qu’il s’en mord les doigts après coup.
Cette fois-ci, il fait le suprême effort de se resservir avec le sourire tandis que je n’arrive même pas à avaler ma deuxième bouchée. Son courage m’épate sincèrement. Non. Il ne me fera pas avaler – c’est le cas de le dire – que son rôle de goûteur l’enchante au plus au point. Qu’il en ai prit l’habitude, passe encore, mais pas plus.
« Ça, j’ai du mal à le comprendre ! » Je jette un regard mi-dépité mi-amusé sur la boîte à gâteaux ouverte. « C’est infect. »

Il ne me dit que quelques mots lorsque je lui demande des nouvelles, mais ça me suffit à être rassurée. J’aime imaginer que mes amis ont une vie parfaite. Ce n’est pas exactement ce qu’il a dit, bien sûr, et son air lointain peut être sujet à interprétation… mais il n’a pas évoqué un quelconque souci. Je me demande s’il le ferait, s’il en avait. Je l’espère. Nous sommes amis, après tout, non ? Et il ne peut pas croire que je me plaindrais à lui, moi, si les confidences ne vont pas dans les deux sens.
« Ça va. Ma sœur est partie faire sa dernière année de lycée à l’étranger et je suis en train de corriger mon manuscrit. »
Elenei, mon roman. Je n’aborderai rien d’autre, pas les sujets fâcheux, parce que ce moment ne mérite pas d’être gâché par des inquiétudes.

Le roulis des vagues attire nos regards et me donne irrésistiblement envie de goûter à l’eau. Nous n’avons rien prévu pour cela, car même si la journée est chaude, le plus fort de l’été est déjà derrière nous. Je décide que ça m’est égal et me lève d’un coup.
« Tu sais quoi ? J’ai envie de me baigner. Juste jusqu’aux genoux, sur le bord. »
Mon regard lui demande si ça le tente aussi. Je teste nos compétences télépathiques par ce système.
Made by Neon Demon


Dernière édition par Rose H. Berry le Mer 19 Avr - 23:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
∞ posts : 2737
∞ arrivé(e) le : 27/12/2016
∞ avatar : Liam Hemsworth

MessageSujet: Re: [Alejandro] The world in green and blue Dim 12 Mar - 2:52


The world in green and blue


Le choix du déménagement n'avait pas été facile. Parce que déménagement rimait forcement par un éloignement. Quitté, les proches, la famille, c'était peut-être la chose la plus difficile. Pourtant, ce n'était pas comme s'ils ne revenaient pas régulièrement. Toujours ce n'était pas tous les jours, ni même à la rigueur une fois par semaine. Ou la disponibilité était moindre quand le moral n'était pas au beau fixe. C'était peut-être la crainte qui me tirait parfois, en ce qui concernait Rose. Un instant de leur passé commun, cachait dans l'ombre, signifiant sa présence à la moindre faiblesse, ou même occasion. Toutefois, les jours à se revoir, constituaient toujours plus de souvenirs. À se remémorer dans le futur...

Comme aujourd'hui, une anecdote en plus. Même si sur l'instant, cela constituait plutôt une mauvaise expérience. Bien qu'il faille l'avouer, cette situation me faisait plutôt rire. Oui, elle n'était pas une des cuisinières les plus... Remarquables. Elle n'avait pas la fibre, il fallait l'avouer. Mais j'étais l'un de ces plus grands fans et peut-être un peu maso certainement à goûter encore l'un de ces plats. Toutefois, j'étais convaincu qu'avec un peu de persévérance, elle pouvait arriver à des plats délicieux. Donc jusque-là, je l'encourager dans ce sens. Un sourire illuminait mon visage, un regard tendre pour mon amie, frottant mes mains de miettes imaginaires. « Que ? Je suis suicidaire ou que j'aime jouer les cobayes pour toi ? » Ma main replongeait dans la boîte, laissant à peine, à Rose de pouvoir réagir. Observant ce petit biscuit doré, mais absent de forme briller au soleil. « Ils ne sont pas si infects, je te jure... Ou alors j'ai faim et il faut que je creuse ce trou qui remplie mon estomac. Elle a une robe dorée, une belle couleur... » Sous ces mots, l’objet d'attention, disparaît sous ces yeux, avec malice.

La mer plutôt calme reflétait le soleil qui trônait assez haut dans le ciel. Je me levais à mon tour, le sourire aux lèvres, prenant sa main. C'était une très bonne idée, la meilleure. Sans la moindre réponse et l’entraînant vers l'eau, creusant sous le poids, de leurs traces. Le chemin sur le sable tiédi, d'une journée encore chaude pour la saison. L'eau venait vite lécher la surface de la peau. Un bien-être, que j'avais oublié. Juste tremper mes jambes sur l'instant, me semblait minimum. Sans même réfléchir, ou un même mot, mon regard croisait celui de Rose, avec malice. Plongeant dans l'eau, pas de rechange me semblait dérisoire. Par contre, dès l'instant, ou sa tête s'immergea dans l'eau, la sensation de liberté était plus enviable et agréable. Remontant à la surface, débarrassant les quelques cheveux rebelles de mon champ de vision, d'une main. « Un peu froide, mais je dois dire que c'est agréable, ça dépend. Tu devrais tester ? » Un clin d'œil pour appuyer mes dires. Je devais bien avouer que l’entraîner avec moi, avait été ma première idée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
∞ posts : 6810
∞ arrivé(e) le : 13/07/2015
∞ avatar : Leighton Meester ღ

MessageSujet: Re: [Alejandro] The world in green and blue Sam 25 Mar - 19:51

the world in green and blue

Alejandro & Rose

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Et il continue. Il fait de son mieux, très sincèrement, très gentiment, pour me persuader et peut-être se persuader lui-même que mes madeleines ne sont pas totalement infectes. Il n'arrive à tromper personne cependant. Un coup d'oeil à la boîte à gâteaux suffit à réaliser que les petites choses ratatinées qui s'y trouvent sont immangeables. Mais c'est adorable de sa part. Et je lui souris tout doucement en sentant monter un éclat de rire dans ma gorge.
« Les deux. J'ai du te faire avaler quelque chose une fois qui t'a retourné le cerveau. »
J'aurai plutôt dit blanchâtre que doré pour parler de ces fichues pâtisseries, mais il faut dire que la description qu'il en fait est assez poétique. De toute manière, elle s'évapore d'entre ses doigts comme par magie en un quart de seconde.
Comment fait-il...

Nous nous levons tous les deux et nous dirigeons à pas lents vers l'étendue bleue devant nous. Encore quelques pas... les premières vagues viennent nous lécher les pieds. L'écume glisse sur le sable et se retire, et nous continuons d'avancer. Rapidement, j'ai les chevilles dans l'eau et je ne peux me retenir de m'exclamer : « Elle est gelée ! » On dirait de la glace à peine fondue. Normal, la logique veut que l'eau paraisse plus froide qu'elle ne l'est réellement quand la température ambiante est particulièrement élevée.
Je n'avais pas prévu de m'enfoncer dans l'eau plus haut qu'aux genoux mais le roulis régulier des vagues nous entraîne et Alejandro ne cesse d'avancer plus loin. Ne voulant pas paraître en reste, je le suis, me demandant jusqu'où il osera aller. Ah voilà... genoux, cuisses, et enfin mon short. Je décide alors que ça n'a aucune importance que je sois habillée et fais de grands pas pour rejoindre mon ami à quelques mètres de là. Lui a déjà plongé tout entier dans la mer.
« Je suis là ! »
Comme il remonte à la surface après avoir plongé, je ne résiste pas à la tentation de lui jeter un peu d'eau à la figure. Tant pis pour les représailles que cela ne manquera pas de me valoir.

Les quelques autres baigneurs se trouvent derrière nous. En restant tourné, on se croirait seuls au monde. Je me tourne vers l'horizon sublime et plisse les yeux du fait de l'éclat du soleil. La silhouette d'un bateau glisse sur la mer, plus loin.
« J'ai l'impression que nous pourrions partir sur un coup de tête et nager jusqu'à atteindre un autre continent. Sauf qu'on se fatiguerait avant, bien sûr. »
Made by Neon Demon


Dernière édition par Rose H. Berry le Mer 19 Avr - 23:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
∞ posts : 2737
∞ arrivé(e) le : 27/12/2016
∞ avatar : Liam Hemsworth

MessageSujet: Re: [Alejandro] The world in green and blue Mer 5 Avr - 10:22


The world in green and blue
Visiblement, j'avais un problème avec les limites. Un, deux,trois, j'en étais plus à un près. Fou l'étais-je ? Rose avait l'air d'y croire. La folie était-elle si dangereuse, comme on pouvait le croire ? Tout le monde avait cette petite part de folie en soi. Plus prononcé que d'autre. Certain le montrait qu'à des personnes de confiance. D'autre a divers personnes parfois inconnue, à diffèrent niveau. Je crois que je faisais partie de la première catégorie. Ou Rose avait peut-être raison, une erreur d'ingrédient, dans une de ces recettes ... « Tu as peut-être mis le doigt, sur une éventualité... c'est à creuser » Cela cimentait pourtant la base de notre amitié. J'aimais jouer le goûteur de cette recette les plus folie. Et cela depuis plusieurs années. Un engrenage qui s'était installé naturellement.

Si les mots semblaient au départ, avoir du mal à s'installer entre nous. Au fil du temps qui s'écoulait, la liberté, le naturel prenaient tout simplement ces droits. Les craintes, l'oublie s'effaçait, comme si de rien n'était... Tout était bien plus simple. Dés l'instant, ou on oubliait le reste. La mer était aguicheuse, tentante. Sous ces airs tranquilles et envoûtante avec ces couleurs azur. C'était d'ailleurs une des raisons qui m'avait poussé à accompagner Rose, mais pas seulement... De sentir les picotements de la fraîcheur de l'eau tiraillait ma peau. Car oui, elle était froide mais si agréable. Comme des petites aiguilles. Une fois la tête dans l'eau le plus dur était passée. « Ce n'est qu'une impression... Une fois dans l'eau, tu ne sens plus rien » Ou presque. Toutefois, l'hypothermie était encore loin. Un sourire s'affichait sur mon visage, tournant juste à temps la tête, pour paraît l'attaque de mon amie. Oubliant visiblement la fraîcheur de l'eau, pour venir me taquiner. Il ne me restait plus qu'une chose à faire.

La moitié du visage cachait par le niveau de la mer, qui s'arrêtait juste en dessous des yeux, qui la fixaient de mes yeux azur sur elle. M'avançant comme un prédateur avec elle. Certainement, une prévention, pour lui indiquait l'erreur de sen geste. Pourtant, l'avancer s'arrêta dès l'instant ou son regard effleurait l'horizon. Ou sa phrase avait fait écho à un intérêt soudain, à une réflexion. Un mouvement de tête, évacuant un flot d'eau important assez pour éclabousser ma partenaire de baignade, un avant-goût ou répartie de son attaque. Tout dépend du point de vue, ou on se place. Certainement, une prévention, pour lui indiquait l'erreur de sen geste. « Partir sur un coup de tête ? Sans rien avoir prévu, simplement le fait de partir, et de connaître autre chose… Juste partir », c'était une bonne idée qui me laissait dans mes songes durant un court instant. Pour laisser le temps s'écoulait, baissait toutes les barrières, et les défenses. Une occasion, pour moi de reprendre mes esprits, pour faire basculer Rose sur mes épaules. « Mademoiselle, je crois que ma vengeance est de mise... » Je ne lui avais pas laissé le temps de protester, que je l'attirais avec moi, sous les eaux froides.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
∞ posts : 6810
∞ arrivé(e) le : 13/07/2015
∞ avatar : Leighton Meester ღ

MessageSujet: Re: [Alejandro] The world in green and blue Mer 12 Avr - 18:46

the world in green and blue

Alejandro & Rose

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Nous sommes comme deux enfants qui s'enfoncent dans la mer, se laissent asperger avec bonheur par les vagues, plongent et s'éclaboussent. Quoique j'ai commencé par protester tout à l'heure sur la fraîcheur de l'eau, ça n'a aucune importance. Sa température glaciale me fouette le sang et me le vivifie. Je me sens pleine de tonus pour accueillir à bras ouverts la vague qui se forme juste devant nous. Une pluie de gouttelettes me mouchète le visage, mes cheveux forment de petites mèches sombres collées par le sel. Aucune importance. Comme c'est bon, c'est trop bon d'avoir l'impression qu'il n'existe plus rien d'autre autour - rien que la caresse chaude du soleil, les embruns, l'eau froide et nos rires.
Juste ça.

Lorsque je regarde l'horizon, je suis prise d'un drôle de sentiment. Il y a un bateau qui trace lentement sa route au loin et je me dis que nous pourrions décider de partir comme ça, en moins d'une minute. Il suffit de se mettre à nager, de se diriger vers la ligne bleue là-bas, et de ne plus s'arrêter avant de tomber sur un autre bout de terre. Dans ma tête, c'est un joli voyage. En vérité, c'est impossible. Même jusqu'à l'île du sud, je ne tiendrais pas le coup, alors jusqu'à un autre continent... et puis, au vu de mon sens de l'orientation, il y a de grandes chances pour que je me retrouve à mon point de départ après des heures de pénibles efforts. Projet à classer dans le tiroir des songes flous alors. Ce n'est pas grave. J'arrive à l'imaginer, c'est presque comme le vivre, et il a l'air de ne pas déplaire à Alejandro aussi. Allons, peut-être un jour, quand j'aurais pris beaucoup de muscle et de souffle, nous tenterons le coup.
Je lui adresse un sourire candide, heureuse de partager ce moment de flottement avec l'infaisable avec lui. Malheureusement, mon air innocent ne sait tromper personne, et encore moins mon meilleur ami. Il n'a pas oublié le coup de l'eau jetée à sa figure tandis qu'il émergeait de son plongeon. J'ai à peine le temps de réaliser que je vais le payer sans doute doublement que je me retrouve la tête sous la surface. Ferme les yeux, vite. Ne regarde pas les rayons du soleil qui traversent la fine ligne d'eau et la rendent un peu blanche, translucide. La mer c'est plein de sel et le sel pique les yeux.
Une fois ressortie, je recrache une gorgée d'eau ; la gorge me brûle. Je me retourne vers Alejandro l'air de lui dire qu'il ne perd rien pour attendre. Je m'accorde deux secondes de réflexion pour décider quelle forme prendra ma vengeance.

Et nous jouons parmi les vagues, comme des enfants.

Et arrive le moment où cet instant de bonheur parfait se fane, où l'eau devient décidément trop froide, le soleil trop mordant et mes yeux trop brûlés par le sel. Match nul entre nous ?
« Désolée, mais là je n'en peux vraiment plus ! »
Je rebrousse chemin à grandes enjambées en direction de nos affaires abandonnées sur le sable.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Alejandro] The world in green and blue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always love ::  :: archives rp.-