AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Locked out of heaven ✰ Aly

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Locked out of heaven ✰ Aly Jeu 26 Jan - 22:30

Locked out of heaven ✰
watch this madness, colorful charade, no one can be juste like us any way
Raphael ✧ Aaliyah
Cette sensation de malaise ne le quittait pas, malgré tout ce qu’il avait, ce métier, cette famille, ce foyer aimant… Raphael avait tout bonnement le sentiment que rien n’allait, que ses projets initiaux n’aboutiraient jamais. Certes, tout allait à merveilles, il n’avait pas à se plaindre, mais il savait pertinemment que le fait de s’être promis de ne plus aborder un sujet l’avait laissé relativement perplexe, sans compter que le couple qu’ils formaient avec Aly marchaient littéralement sur des œufs concernant la bague offerte et le point tabou qui était l’agrandissement de la famille. Certes, ce n’était pas à l’ordre du jour, mais le blond gardait l’espoir qu’un jour ou l’autre, ils auraient cette chance d’être un de plus, mais il ne devait pas être le seul à le vouloir. Non, du tout, pour l’instant, il se taisait, acceptait, enchainait les journées de travail puis rentrait chez lui afin de rejoindre les deux femmes de sa vie. En apparence tout allait bien, oui tout allait bien. À l’intérieur, c’était une bataille permanente qui se livrait. Assis devant son bureau, Raphael relisait les quelques mots écrits sur cette feuille blanche, des mots qui exprimaient ses peurs, ses craintes, ses envies, ses regrets. Il expira en se doutant que sa compagne prendrait peur, imaginerait le pire, mais il avait tout simplement besoin de mettre ses maux en mots. Aly, à l’heure où tu liras ces quelques mots, je ne serai plus là. je ne vous abandonne pas, je vous aime trop mais les silences fissurent les murs les plus épais. Je te laisse ce présent pour que tu comprennes que ce n’est pas un adieu, parce qu’entre nous, cela n’a jamais été possible. L’immensité m’aidera surement à réfléchir » . Le chef d’entreprise espérait qu’elle comprendrait qu’il se rendrait à la plage, oui il n’avait aucun doute sur sa perspicacité. Finissant par quitter son fauteuil, il s’était emparé de la lettre qu’il avait posée sur la table du salon à coté du boitier contenant la précieuse bague achetée avec sa compagne, ce bijou qu’elle ne portait pas constamment, avant de partir chercher les affaires qu’il avait regroupées dans un sac. Jetant un dernier regard au loft, il était parti, le cœur lourd. Jamais il n’avait quitté sa brune ou sa fille, mais il le fallait. Les souvenirs de Noel et des présents échangés avaient le don de le faire sourire, mais ce n’était pas cela qui allait le faire éclater de rire, non loin de là. Regagnant son véhicule, il avait démarré, n’hésitant nullement à appuyer sur l’accélérateur afin d’avoir la sensation d’adrénaline, celle là même qui pourrait tout lui faire oublier, même durant un court laps de temps. le blond était finalement arrivé à son hôtel, avait déballé ses affaires avant de mettre le nez brièvement dans les mails professionnels reçus, mais il n’était pas concentré, comme il ne l’était plus depuis ces dernières semaines. Une bonne douche s’imposait, lui rappelant un souvenir de ce soir où le déclic avait eu lieu dans son esprit. Punaise, mais qu’est ce qu’il lui arrivait ? Raphael, lui le romantique, l’homme aimant qui n’avait pas connu une autre femme depuis Aaliyah, le père complètement gâteux se réfugiait dans une chambre d’hôtel parce qu’il voulait plus, il voulait ce qu’il avait toujours souhaité avec la femme de sa vie, avec son âme sœur à laquelle il n’avait pas tenu rigueur sa fuite précipitée, celle à laquelle il avait rapidement tout pardonné. Les minutes s’étaient égrenées et il avait fini par s’habiller pour sortir se promener sur la plage, en prenant soin de prendre cet écrin qu’il gardait précieusement avec lui depuis le dernier jour de l’année 2016. Au grand air, il sentit les bienfaits d’être là, se rendant compte que face à l’océan, ses tracas étaient bien minces, et il ne regardait nullement derrière lui, n’attendait personne, même s’il espérait secrètement qu’Aly saurait le comprendre, saurait le rejoindre afin de crever l’abcès, de mettre les choses à plat et d’être heureux. « mais qu’est ce qu’il nous arrive » , murmura-t-il, en croisant les bras sur son torse. Le début de la fin ? la remise en question de tout ce qui avait été construit ?
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
VIEILLE CROUTEd'Always Love.
avatar
VIEILLE CROUTE ∞ d'Always Love.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 4000
▵ arrivé(e) le : 10/10/2013
▵ avatar : ashley greene

MessageSujet: Re: Locked out of heaven ✰ Aly Sam 22 Avr - 11:34

Locked out of heaven ✰
watch this madness, colorful charade, no one can be just like us any way
Raphael ✧ Aaliyah
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Ma… Ma.. » Aly redressa la tête froissant sans faire exprès la feuille qu’elle tenait entre les mains alors que son regard se posait sur sa fille, ses petites mains accrochées aux barreaux de son parc pour se tenir debout et qui la fixait. Un sourire étira doucement ses lèvres alors qu’elle reposa la feuille sur la table pour se rapprocher d’elle et Lucy tendit instinctivement ses bras vers sa maman. Aly la prit dans ses bras et embrassa sa joue comme si cela allait lui permettre de tout oublier. De ne pas y penser. Son regard dévia tout de même vers la table du salon. Elle ne l’avait lu que deux fois et pourtant elle avait l’impression de le connaitre par cœur. Elle savait que tout allait tourner dans sa tête encore et encore. Elle avait l’impression de revenir quelques années en arrière. Quand elle s’était retrouvée toute seule un matin et que la seule chose qu’elle avait eu envie de faire, c’était de partir, de rentrer chez elle et de pleurer un bon coup dans l’espoir que ce soit suffisant pour oublier. Tout en sachant très bien que ce n’était qu’une illusion. Si elle avait été toute seule, elle l’aurait peut-être fait. A la place, elle reporta son attention sur sa fille qui balançait sa peluche dans tous les sens tout en babillant joyeusement. L’image réussit à arracher un sourire à la jeune femme alors qu’elle quittait le salon pour passer dans la chambre de la petite puis pour aller jusqu’à la salle de bain. « Et si on allait se préparer, qu’est-ce que t’en dis ? » Lucy baragouina deux ou trois mots sans cohérence et Aly prit cela pour une réponse affirmative. Pas comme si elle laissait vraiment le choix à sa fille. Elle passa les minutes suivantes à la changer, l’habiller, la préparer, se concentrant plus que d’habitude sur ce qu’elle faisait. Comme si c’était la première fois alors qu’elle ne pouvait même plus compter le nombre de fois où elle avait fait tout cela. Mais la jeune femme savait surtout que pendant qu’elle s’occupait, elle n’y pensait pas. Tout comme elle savait que si tôt son esprit libéré de cette concentration, il commencerait à partir sur des chemins qu’elle n’était pas certaine d’avoir envie de découvrir. Et ça ne manqua pas d’arriver. A partir du moment où elle remit Lucy dans son parc avec ses jouets pour qu’elle puisse se préparer à son tour. Tout ce qu’elle avait essayé de mettre de côté tournait dans son esprit la faisant passer par tous les sentiments qu’il était possible d’imaginer. De l’inquiétude, à la peine en passant par la colère. La jeune maman vérifia finalement les affaires de Lucy avant d’enfiler sa veste et d’attraper son sac. Elle repassa devant la table du salon, relisant le mot pour la troisième fois sans pouvoir s’en empêcher. L’immensité. Parce qu’en plus il fallait s’amuser à jouer aux devinettes. Un léger soupir traversa la barrière de ses lèvres alors qu’elle reposa la feuille et récupéra sa bague pour la mettre dans son sac, sans trop savoir pourquoi. Elle savait déjà ce qu’elle allait entendre à ce sujet là. Elle l’avait mis. De temps en temps. Mais sûrement pas assez et elle savait que dans le fond c’était simplement parce qu’elle avait eu peur. C’était sans doute ridicule mais c’était exactement le genre de chose qui ne s’explique pas. Elle déposa Lucy à la crèche comme elle avait l’habitude de le faire et l’embrassa une dernière fois avant de repartir en direction de sa voiture. Lorsqu’elle referma la portière, la jeune femme appuya son bras contre la vitre appuyant son visage contre sa main et ferma les yeux. Les mots repassaient dans sa tête, la laissant encore plus perdue. En fait, elle ne savait plus si elle devait en rire ou en pleurer. Elle remit finalement le contact et se gara quelques minutes plus tard. Resserrant les pans de sa veste, Aly fit quelques pas sur la promenade aménagée au bord de la plage. Même si elle ne le trouvait pas, elle pouvait espérer au moins que marcher lui vide la tête. Mais il ne lui fallut pas plus de quelques minutes de plus pour l’apercevoir un peu plus loin. La jeune femme se décala un peu pour ne pas qu’il la voit et se rapprocha doucement. « C’est marrant, j’allais justement te demander la même chose… » Elle s’arrêta à côté de Raphael, laissant son regard balayer l’océan en face. « Enfin marrant, tout est relatif… J’avais aussi une impression de déjà vu et honnêtement c’est pas ce que je préfère. » soupira-t-elle. Elle détestait même ce genre d’impression quand c’était pour reprendre quelque chose qu’elle n’avait déjà pas aimé la première fois. « Est-ce que j’ai au moins une chance de savoir ce qu’il se passe ? » Son calme l’étonnait elle-même mais elle était incapable de dire jusqu’à quand cela allait durer. Aly tourna finalement la tête, relevant les yeux vers Raphael. De nombreuses hypothèses lui avaient traversé l’esprit mais pour le moment ce n’était que ça pour elle. Des incertitudes.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: Locked out of heaven ✰ Aly Jeu 27 Avr - 16:34

Locked out of heaven ✰
watch this madness, colorful charade, no one can be juste like us any way
Raphael ✧ Aaliyah
Partir, abandonner… Voilà ce qu’avait fait Raphael, alors que cela ne lui ressemblait nullement. Le renoncement n’appartement pas à son vocabulaire, que ce soit d’un point de vue personnel ou professionnel, le passé l’avait démontré à maintes reprises. Toutefois, il ne réussissait pas à voir une éventuelle lumière au bout du tunnel dans lequel il semblait être depuis quelques semaines déjà. D’un point de vue extérieur, sa vie était parfaite, et elle l’était sans nul doute. Mais au fond de lui s’était levée une tempête qu’il n’arrivait nullement à apaiser, voilà pourquoi il avait préféré partir, en ne laissant derrière lui qu’une lettre afin d’informer sa compagne de sa décision. Il n’avait pu que laisser un indice de taille quant à sa destination, peut-être parc qu’il espérait au plus profond de lui que leur histoire ne se termine pas de la sorte. En même temps, il y avait Lucy dans cette équation, la prunelle de ses yeux, la chair de sa chair, et il considérait toujours Aaliyah comme son âme sœur, mais se refusait qu’elle ne devienne son âme damnée. A vrai dire, cette idée était devenue sa crainte, surtout en se rendant compte que rien ne se passait comme il avait pu l’imaginer à maintes reprises. Bien évidemment que le chef d’entreprise n’était pas du genre à croire aux contes de fées, où tout se terminait bien. L’histoire avec sa compagne ne se rapprochait nullement à la vie en rose, non loin de là, comme l’avait démontré leur passé plus que tragique. Néanmoins, tout ceci n’était plus d’actualité, et tout semblait aller pour le mieux, aucun nuage ne semblait fondre sur le ciel bleu au-dessus de leurs têtes. L’avenir ne s’annonçait pas plus serein à ses yeux, et il n’avait pu que prendre ses affaires et trouver refuge dans un endroit neutre, un endroit qui ne lui rappellerait nullement les non-projets, du moins ceux qu’il envisageait pour leur petite famille et qui étaient passés sous silence. Même une fois arrivé dans la chambre d’hôtel, son esprit s’égarait toujours vers celle à qui il avait donné son cœur dans jamais vouloir le reprendre. Les dossiers de travail n’avaient nullement réussi à calmer ses esprits, comme il en était le cas depuis des jours voire même des semaines. Il s’était alors résolu à se rendre sur la plage, lieu où chaque problème semblait bien moindre face à l’océan, même si les questions revenaient toujours, une que Raphael avait formulée à voix haute, sans se rendre compte d’une présence derrière lui. La voix relativement familière qui lui était parvenue aux oreilles lui avait réchauffé le cœur. Ainsi, la brune avait résolu son énigme. A vrai dire, cela ne l’étonnait pas le moins du monde. Il ne s’était nullement retourné, parce qu’elle s’était avancée à ses côtés. Le blond sentait bien que ce calme n’était qu’apparent et qu’il ne durerait pas bien longtemps. « Sauf que tu avais une lettre, un mot… » , murmura-t-il, en tant que réponse à sa sensation de déjà-vu. Oui, la fuite n’était pas un fait inédit dans leur relation, sauf que là, c’était lui qui avait levé les voiles, en laissant les deux personnes qu’il affectionnait le plus. Il s’en voulait terriblement de ce qu’il avait dit, mais il était à présent trop tard pour revenir dessus et effacer ces quelques paroles. Tournant la tête et plongeant son regard dans celui de la jeune femme, le blond ne put que soupirer. Elle voulait avoir des explications, et c’était normal. Seulement, trouver les bons mots n’était pas chose facile, surtout quand il n’arrivait pas à formuler aisément. Se pinçant les lèvres, il avait une nouvelle fois croisé les bras sur son torse, commençant à réfléchir de manière méticuleuse afin de ne commettre aucun impair et ne prononcer aucune parole qui pourrait être mal interprétée. « Tu as laissé Lucy à la crèche ? » , la questionna-t-il, comme pour se rassurer. Ou pour gagner du temps. Deuxième option sans nul doute. « Je crois que j’ai plus ou moins dit les choses, Aly. Je ne sais juste pas où on va ensemble. Non pas que je me vois partir ailleurs avec quelqu’un d’autre, parce que c’est tout bonnement impossible. Mais… » . Raphael fit une pause, haussant les épaules. « Quels sont nos projets ? Quels sont-ils réellement ? Je veux dire tu nous vois comment ? Tu vas me dire avec Lucy, puis la voir quitter le cocon dans de longues années, puis nous voir vieillir ensemble, sauf si tu trouves mieux ailleurs bien sur. » . Il s’était bien gardé de rajouter quelqu’un qui te fera franchir un pas et te fera surpasser tes peurs . Faisant un pas vers l’océan, il se retourna vers elle. « tu te doutes bien que ces questions me trottent en tête depuis longtemps, et je ne parle même pas de l’objet qui est resté sur la table… » . Bien évidemment qu’il mentionnait la bague, un détail en soi, mais qui le faisait douter d’eux, de lui…
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
VIEILLE CROUTEd'Always Love.
avatar
VIEILLE CROUTE ∞ d'Always Love.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 4000
▵ arrivé(e) le : 10/10/2013
▵ avatar : ashley greene

MessageSujet: Re: Locked out of heaven ✰ Aly Sam 13 Mai - 18:52

Locked out of heaven ✰
watch this madness, colorful charade, no one can be just like us any way
Raphael ✧ Aaliyah
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Les lèvres de la jeune femme s’étirèrent en un sourire. Léger. Inhabituel quand il était, pourtant, adressé à sa fille. Heureusement qu’elle n’avait qu’un an et demi. A cet âge là, Lucy ne pouvait pas encore voir la différence entre un sourire heureux, honnête et les autres. Ceux en demi-teinte parce que la personne ne savait pas quoi penser. Ne savait même pas quoi faire. Aly avait beau essayer de se concentrer sur autre chose, elle n’y arrivait pas. Son esprit finissait toujours par repartir vers les mots qu’elle venait de lire et elle savait que rien n’arriverait à l’en empêcher. A moins qu’il n’arrive quelque chose de plus grave encore à sa petite fille. Mais à choisir, la jeune femme préférait sans aucune hésitation être tourmentée, elle, plutôt que de voir quelque chose arriver à sa princesse. Elle l’avait déjà trop craint. Elle l’avait même déjà vécu. Peut-être qu’inconsciemment, elle se braquait toute seule à cause de cela. C’était même une certitude mais elle ne pouvait pas s’en empêcher. S’il y a bien une chose que la jeune femme n’avait pas envie de revivre, c’était ce moment-là. La solitude et la douleur qui l’avaient traversé et qui n’avaient pas voulu la quitter pendant des jours, voire des semaines. Elle arrivait à ne plus y penser. Mais le souvenir ne disparaitrait jamais totalement. Il revenait la hanter de temps en temps, de plus en plus rarement heureusement, sans prévenir la replongeant dans des souvenirs qu’elle aurait préféré oublier. Qu’elle aurait même préféré ne jamais vivre. En réalité, la brune savait parfaitement que quelques mots suffisaient. Comme ceux-là. Ceux qui continuaient à tourner en boucle dans son esprit, encore plus maintenant que Lucy n’était plus là pour l’occuper. Une minuscule partie d’elle avait simplement envie de rentrer chez elle, de retrouver son lit et de s’enrouler sous la couette pour échapper à tous les problèmes. Pour échapper à tout, tout simplement. Mais Aly était assez bien placée pour savoir que fuir n’était pas la solution et ne l’avait jamais été. Elle avait déjà essayé et même des années plus tard, c’était évident qu’elle avait tout fait de travers ce jour-là. La jeune femme coinça une mèche de ses cheveux derrière son oreille, longeant la plage jusqu’à le rejoindre. Elle ne savait même pas si elle devait être en colère, déçue ou simplement triste. Sûrement un peu des trois à la fois sans réussir à déterminer quel sentiment la représentait le plus. « Oui, tu marques un point… » répondit-elle dans un chuchotement. Sauf qu’elle, elle avait dix-neuf ans. Mais Aly ne rajouta rien. Revenir sur cela n’était pas utile et ne servirait à rien non plus. Elle se contenta de relever les yeux, attendant simplement, se demandant comment elle faisait pour être aussi calme. Elle hocha simplement la tête en réponse à sa question suivante. Lucy n’avait pas besoin d’assister à ça et il ne valait mieux pas changer certaines habitudes. Aly croisa les bras à son tour, ses sourcils se fronçant au fur et à mesure. Ses lèvres s’entrouvrirent, cherchant quelque chose à dire pour l’arrêter sans vraiment savoir quoi. Peut-être qu’il ne valait mieux pas. « Quoi ? Pourquoi est-ce que je trouverais mieux ailleurs ?! C’est… » Un léger soupir s’échappa de la barrière de ses lèvres alors qu’elle passait une main dans ses cheveux. Elle aurait préféré rêver mais ce n’était même pas la peine d’essayer de se pincer, elle savait que ce n’était pas le cas. Finalement, une partie d’elle n’était même pas si étonné. Elle avait passé son temps à esquiver toute conversation qui s’en rapprochait mais elle avait toujours su qu’à un moment ou un autre, elle ne pourrait plus fuir. Elle n’aimait pas particulièrement cela d’ailleurs, elle ne l’avait jamais fait par plaisir. Elle avait simplement peur de ne pas savoir quoi dire ce jour-là et de finir par parler de choses qui n’avaient aucun sens et qui ne feraient que la perdre encore un peu plus. « C’est… ça en faisait partie oui. De quoi est-ce que tu veux que je te parle ? En avoir un deuxième ? Elle n’a même pas deux ans, je pensais pas qu’il fallait envisager ça tout de suite et je crois que… Que je voulais profiter d’elle un peu, d’abord… C’est peut-être idiot mais j’ai eu tellement peur pour elle, que maintenant… J’ai peur de pas réussir à aimer le deuxième autant qu’elle et je veux pas infliger ça à un enfant innocent. A chaque fois que j’y pense, je me trouve horrible… » La jeune femme releva des yeux douloureux vers Raphael, serrant les lèvres. Peu importe à quel point elle avait entendu que ce n’était pas vrai. Qu’elle pourrait en aimer un autant que l’autre, elle ne pouvait s’empêcher d’y penser et elle ne voulait pas devenir une de ses femmes qui préférait leur premier enfant, simplement parce qu’il était le premier et que les autres n’étaient que des copies. « J’ai toujours pas l’intention d’avoir une équipe de foot, cela dit. » ne put-elle s’empêcher de rajouter, un mince sourire au coin des lèvres. Elle le suivit du regard, baissant les yeux à la mention de la bague. Sans rien dire, elle ouvrit son sac pour l’y chercher. « Tu parles de celle-là ? » Même si elle n’avait absolument pas besoin de la réponse. Elle ouvrit la main dans sa direction, tenant la bague dans le creux de sa paume. « C’est à cause de ça ? Parce que je n’ai rien dit, ou parce que je ne l’ai pas mise autant que tu le pensais ? » Aly croisa son regard et ne put rien dire de plus. Peut-être que si elle avait osé en parler avant, ils n’en seraient pas là.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: Locked out of heaven ✰ Aly Dim 14 Mai - 18:32

Locked out of heaven ✰
watch this madness, colorful charade, no one can be juste like us any way
Raphael ✧ Aaliyah
Certaines raisons vous poussaient à effectuer des actes impensables, inimaginables et qui ne ressemblaient nullement à la personne en question. C'était exactement le cas de Raphaël, qui pour la première fois de son existence baissait les bras, se refusant tout simplement de parler. Quelle preuve de lâcheté que de laisser derrière lui une lettre emplie de mystère pour celle qui était censée être la femme de sa vie, son âme soeur! Le pire dans tout cela était qu'il s' en voulait, oui mais à ses yeux, c'était sans nul doute indispensable pour leur futur. Enfin si futur il y avait. Carte pessimiste bonjour! Cela ne lui ressemblait tellement pas, le blond le savait. Il n'imaginait pas sa vie sans Aly ou bien sans Lucy, non c'était tout bonnement inconcevable. Le départ s'était avéré relativement compliqué, tout comme se retrouver seul dans la chambre d'hôtel réservée. Alors oui, la plage s'était voulue plus rassurante, comme si l'immensité de l'océan lui faisait clairement comprendre que tous ses problèmes n'étaient que futilité et moindres. Jusqu'á présent, il avait été capable de vive avec ses questions, le bonheur étant présent au sein du foyer construit avec sa compagne, alors pourquoi cela changeait-il à présent? Bonne question... enfin le chef d'entreprise n'était la resté bien longtemps seul, Aaliyah ayant compris toute la subtilité de son message. Un détail sur lequel il avait appuyé, comme pour rappeler la différence qui existait entre leurs deux fuites. Remuer le couteau dans la plaie n'était pas la meilleure des solution, si ce n'était raviver le souvenir de leur séparation et de la perte qu'ils avaient subie il y a quelques années. Il n'avait pas pris le soin de rajouter quoique ce soit, après la remarque d'Aly sur le fait de gagner un point. En temps normal, il aurait peut-être fait un signe de victoire mais la situation n'était tout bonnement pas propice à surveiller le score. Raphaël s'était contenté d'hausser les épaules machinalement, en esquissant un lège sourire par la suite en apprenant que leur fille se trouvait à la crèche. Au moins, celle-ci ne serait pas témoin de cette scène. Les mots avaient fini par sortir, exprimant tout bonnement ce qu'il avait sur le coeur depuis si longtemps. Visiblement, le fait qu'il imagine qu'elle puisse trouver mieux ailleurs semblait stupide, même si la brune n'avait pas pris le soin de terminer sa phrase. " une solution possible... Et c'est quoi? Ridicule? Ou une excellente idée?" . Raphaël espérait connaître la réponse, en redoutant la seconde option. Ils étaient liés de la plus belle des manière, et ça jamais personne ne pourrait jamais le leur effacer ou ôter. L'heure de la discussion avait enfin sonné, ressemblant presque à une confrontation alors qu'il s' agissait juste de mettre carte sur table et d'ôter tout tabou. Parce qu'il y en avait quelques-uns. Le blond fixait le visage de sa compagne, écoutant et surtout sans l'interrompre. Certains propos n'étaient pas cohérents, bien qu'il comprenne la douleur traduite par le regard que la jeune femme lui lançait. À cet instant, il n'avait envie que d'une seule chose : la prendre dans ses bras et tout oublier. Pourtant, il ne pouvait pas, pas maintenant. " le réel souci est que tu refuses d'en parler, et que de mettre la tête dans le sable n'a jamais rien fait disparaître Aly. Visiblement, ca te derange énormément que je puisse envie d'avoir un autre enfant avec toi, et tu veux quoi? Qu'ils aient dix ans d'écart voire plus? Combien de parents ont deux enfants avec encore moins d'écart? Et ils sont tout autant capables de profiter des deux. Quant à ton excuse de l'aimer moins, j'espère que tu plaisantes... parce que je te donne clairement l'exemple de ton frère Et toi.vos parents n'ont pas fait de différence entre vous, si? Enfin, laisse tomber, je crois que les arguments ne servent à rien et Lucy restera fille unique, pour notre plus grand bonheur et ca nous évitera d'avoir peur et de redouter le pire...". Raphaël cédait, ne tenant pas à démontrer une nouvelle fois tout le ridicule de la discussion et de son raisonnement. La mention de la fameuse equipe de foot le fit soupirer en levant les yeux au ciel. " ouais..." , retorqua-t-il, se rendant quand même compte qu'ils passaient d'un extrême à l'autre en à peine quelques secondes. La plaisanterie radoucissait peut-être l'atmosphère mais cela ne faisait pas disparaître tous les soucis. Surtout que maintenant le sujet de la bague arrivait sur le tapis ainsi que dans la paume de sa compagne. Le regard de Raphaël se posa dessus, et il ne put que déglutir. " les deux. Mais je ne te force et ne te forcerai jamais à rien. Tu ne veux pas de cette bague ou qu'elle devienne plus? Très bien. Tu ne veux pas d'un autre enfant? Très bien. Va rejoindre notre fille s' il te plaît alors, continue de l'aimer. Et ne regrette rien de nous." . S' avançant vers elle, il vint l'embrasser tendrement, en attrayant le précieux écrin qu'il avait mis dans sa poche. " oui cette fois-ci, c'était la bague de demande, histoire de commencer 2017 de la plus belle des manières. Tu pourras la ramener et prendre une gourmette pour notre Lucy. Le nom Redbird ne sera pas collé à ton prénom Aly. N'oublie jamais que je t'aime et que tu es et resteras la seule que je veux à jamais.". Ses yeux s' embuèrent et il préféra s' écarter de la femme de sa vie. C'était mieux voire même préférable. ..
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
VIEILLE CROUTEd'Always Love.
avatar
VIEILLE CROUTE ∞ d'Always Love.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 4000
▵ arrivé(e) le : 10/10/2013
▵ avatar : ashley greene

MessageSujet: Re: Locked out of heaven ✰ Aly Sam 29 Juil - 19:47

Locked out of heaven ✰
watch this madness, colorful charade, no one can be just like us any way
Raphael ✧ Aaliyah
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Un léger coup de vent fit bouger ses cheveux bruns et la jeune femme rattrapa les quelques mèches avec ses doigts. Elle jeta un coup d’œil à l’océan à quelques mètres de là et Aly réussit à retenir son soupir, essayant de comprendre comment ils avaient pu en arriver là. La dernière fois qu’elle était venue ici et qu’elle s’était sentie aussi mal, elle venait de faire son retour en ville après trois ans d’absence. Elle avait commencé par essayer de renouer avec son frère et au fur et à mesure était partie à la redécouverte de ses endroits préférés. Ceux où elle avait passé tout son temps. Avant. Mais le jour où elle s’était enfin décidée à aller faire un tour sur la plage, c’est là qu’elle l’avait vu. Après trois ans et sa disparition éclair, elle avait eu l’impression que tout son sang venait de quitter son corps au moment où Raphael était arrivé devant elle. Elle se souvenait encore de ses bafouillements, de son malaise quasi-permanent, de ses tentatives d’explication et de ses larmes. Si les choses avaient tourné différemment après ce jour-là, elle n’aurait certainement jamais remis les pieds sur la plage. Mais heureusement pour ses souvenirs d’enfance, elle n’avait pas eu besoin d’en garder un souvenir si douloureux. Et elle n’avait même plus pensé à cet épisode depuis bien longtemps, jusqu’à aujourd’hui. Tout semblait lui revenir en mémoire parce que la situation lui semblait familière. Un peu trop familière pour qu’elle arrive à réfléchir et à organiser ses pensées correctement. Il s’en était passé des choses depuis. Dans sa vie, dans leur vie et Aly n’avait jamais imaginé un seul instant qu’ils puissent se retrouver là, une nouvelle fois. Pas comme cela, en tout cas. Elle était trop perdue pour garder son calme indéfiniment et pourtant elle savait bien que ça ne mènerait à rien. Elle lui en voulait d’avoir agi ainsi autant qu’elle s’en voulait de n’avoir rien vu avant. Serrant les lèvres, la jeune femme renonça à sa répartie habituelle alors que son cœur manqua un battement en repensant à ce qu’il s’était passé quelques années avant. Gardant les bras croisés, elle avait baissé les yeux avant de les relever, ses sourcils se fronçant dans le mouvement. Un soupir s’échappa de la barrière de ses lèvres, comme si elle ne voulait pas croire qu’il lui pose réellement la question. « A ton avis ?! C’est toi qui es ridicule à poser la question… » La jeune femme réussit à retenir un autre soupir alors qu’elle lançait un regard à Raphael qui voulait sûrement tout dire. Dans d’autres circonstances, elle aurait sûrement été vexée qu’il lui pose vraiment la question. « Solution possible, j’aurais tout entendu… » marmonna-t-elle pour elle-même, sans se soucier de savoir s’il pouvait l’entendre ou non. Malgré tout, Aly essaya de mettre des mots sur ce qu’elle ressentait. Elle savait bien que tout n’était pas forcément cohérent, que parfois ce qu’elle pensait pouvait paraitre étrange mais peu importe ce qu’elle avait essayé de se dire, le nombre de fois où elle avait essayé de se rassurer, de se convaincre qu’elle n’était pas abonnée aux catastrophes, certaines peurs ne pouvaient pas s’envoler du jour au lendemain. A moins d’être insensible et elle en était bien loin. « J’ai jamais dit que ça me dérangeait et je reconnais que je pourrais, sans doute, accepter d’en parler un peu plus souvent plutôt que de me fermer, mais mets toi un peu à ma place. C’est pas évident pour moi non plus… J’ai bien quatre ans d’écart avec mon frère et ça nous a jamais posé problème, alors non je pensais pas que c’était aussi urgent... » Elle savait bien qu’elle avait ses torts, mais si les admettre n’était pas un problème, elle savait très bien que le reste n’allait pas être aussi simple. « Mes parents ? Ma mère est morte quand j’avais quatre ans et mon père s’est inscrit à la liste des abonnés absents à peu près à la même période, alors non c’est sûr, ils n’ont pas fait de différence ! » répliqua-t-elle, vivement. Elle releva les yeux, ne sachant pas si elle devait laisser la colère gagner ou simplement essayer de se calmer pour essayer de trouver une solution. Une qui soit plus durable et plus raisonnable que les « on verra plus tard » et dont elle avait été la championne, elle devait bien le reconnaitre. Son mince sourire s’effaça bien vite de ses lèvres alors que la réalité la rattrapait. Dans le fond, Aly ne devrait pas être surprise. Il était évident qu’un jour où l’autre, tout ça allait finir par lui retomber dessus, au moins en partie. Mais c’était tellement plus facile de fermer les yeux et de faire comme si… qu’elle en avait presque réussi à oublier que tout ne se passait pas toujours comme on le souhaitait. La bague posée dans sa main, elle observa la réaction de Raphael, se pinçant les lèvres alors qu’elle s’en voulait encore un peu plus. « J’ai jamais… » commença-t-elle mais la fin de sa réponse n’atteignit jamais ses lèvres alors qu’il se rapprochait d’elle. Trop perdue entre ce qu’elle ressentait et ce qu’elle essayait de comprendre, Aly ne réagit pas au baiser et releva la tête lorsqu’il s’éloigna d’elle, ses yeux se posant sur ce qu’il avait dans les mains. Sa bouche s’ouvrit dans un mélange de surprise et de gêne parce qu’elle avait l’impression d’avoir tout gâché et que rien de ce qu’il pouvait dire ne l’aidait à aller mieux. « Attends, depuis quand tu… » La jeune femme s’interrompit, prenant une inspiration alors que les battements de son cœur s’affolaient. « J’ai jamais dit que je voulais rien de tout ça. C’est pas parce que je dis rien que je veux pas mais… Pourquoi est-ce que tu l’as pas dit ? Je sais que je te facilitais pas la tâche mais t’es au moins aussi borné que moi. » Aly releva les yeux, incertaine. « Pourquoi est-ce que tu me l’as jamais demandé ? T’avais vraiment peur que je dise non ? J’ai beau me cacher derrière des excuses, tu crois vraiment que j’en aurais été capable ? Je… Tu peux pas juste dire tout ça et après faire comme si de rien n’était, c’est pas possible. C’était quoi ton plan, au fait ? Me dire tout ça, soulager ta conscience et me faire pleurer… » Elle détourna les yeux, à peu près dans le même état que les siens. Il pouvait bien dire ce qu’il voulait, elle ne serait pas capable de simplement rentrer chez elle et continuer sa vie tranquillement.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: Locked out of heaven ✰ Aly Jeu 3 Aoû - 18:57

Locked out of heaven ✰
watch this madness, colorful charade, no one can be juste like us any way
Raphael ✧ Aaliyah
Il était évident que Raphael ne savait plus où donner de la tête, que les questions devenaient de plus en plus nombreuses voire même trop afin que son esprit ne s’égare pas. il avait juste la sensation de s’être perdu et de ne pas savoir retrouvé son chemin initialement prévu. Pourtant, sa vie était idyllique en apparence, entre une affaire fleurissante, une famille parfaite. Et pourtant. Oui, il ne voyait pas s’aligner les différentes lignes imaginées depuis très longtemps, et cela en était arrivé à un point qu’il était parti. C’était du grand n’importe quoi, et il s’en rendait compte. Et cette prise de conscience n’arrivait pas alors que sa compagne l’avait rejoint sur la plage. Rien ne se passait comme d’habitude, parce que justement la situation était inédite et sordide. Et tout ceci était de sa faute, de ses questions, de ses silences qui avaient instauré une tension ultime et engendrait une réelle cassure. Même le retour de la jeune femme en ville n’avait pas provoqué de tels remous, et cela en était fortement dérangeant. Les rôles avaient été inversés, et Aly l’interrogeait, et lui s’enlisait dans sa bêtise, dans des hypothèses impossibles à concevoir. Les épreuves avaient été nombreuses et pourtant, cela n’avait cessé de les rapprocher, de les lier à jamais, comme leur petite Lucy. Alors, oui, la brune n’avait surement pas tort lorsqu’elle disait qu’il était ridicule dans le fait d’imaginer qu’elle pourrait partir avec un autre. Il se sentait penaud, voulant disparaitre dans un trou de souris bien que sa carrure ne le lui permettait nullement. Ou alors, le blond aurait pu enfouir sa tête dans le sable en faisant la politique de l’autruche, ce qui aurait résolu bien des soucis en un certain sens. Raphael serra la mâchoire, en croisant le regard de la mère de sa fille. « Oui, je suis ridicule, depuis le début » , rétorqua-t-il en un murmure. Il savait pertinemment que continuer dans cette voie ne les mènerait nulle part, si ce n’est vers un conflit incessant et qu’aucun ne lâcherait prise. Seulement, si habituellement, ils plaisantaient, là ce n’était absolument pas le cas. Tout s’embrouillait dans l’esprit du chef d’entreprise, aucune pensée cohérente ne réussissait à l’emporter sur le reste, à son plus grand dam. Enfin, il avait réussi à rassembler ce qui le travaillait depuis un petit moment déjà pour le formuler, et cela concernait bien évidemment cet enfant qu’il désirait ainsi que des propos pour la rassurer, mais il avait oublié une chose essentielle, la peur ressentait par Aly, une peur partagée suite à ce que le destin leur avait déjà fait subir une fois. Sans compter la question des parents, qui avait eu le don de lui faire baisser les yeux au sol. Il avait mis le doigt sur le sujet le plus sensible et un des plus douloureux en soi. Laissant échapper un soupir, il osa relever son regard azur, avant de répondre d’un ton doux. « En quoi ce n’est pas évident ? Parce que dès qu’on mentionne le sujet, tu es fermée et on passe à autre chose. Et c’est sans cesse le même refrain, Aly. Ce n’est pas urgent, mais je.. Je n’ai pas envie qu’on loupe le coche et qu’on ait le moindre regret par la suite. » . Il avait pris une nouvelle inspiration, avant de poursuivre. « Je ne… merde, désolé » . Il ne pouvait que s’excuser, inlassablement. Il ‘était pas magicien, ne pouvait pas faire de miracles en remontant le passé et changer certains évènements du passé. non, c’était tout bonnement impossible. Et par miracle – ou non – un sujet avait été amené sur le tapis, à savoir celui de la bague que la demoiselle ne mettait quasiment jamais à son doigt. Il avait laissé parler son cœur, en sortant de sa poche l’écrin qu’il avait soigneusement gardée depuis le début de l’année. A présent, à quoi servirait-elle ? Pas à grand-chose, il n’était même pas capable de poser le genou à terre et de lui demander de devenir une Redbird. Non, Raphael avait réussi à tenir un discours illogique quand on connaissait l’amour infini qu’il portait à la jeune femme, avant de partir. se détourner d’elle une nouvelle fois, parce qu’il n’était tout bonnement pas capable de rester devant elle, alors que les larmes étaient quasiment en train de ruisseler sur ses joues. La voix de sa compagne le fit se retourner légèrement, alors que les battements de son cœur commençaient à s’accélérer. Pourquoi fallait-il qu’ils abordent les sujets les plus importants concernant leur futur maintenant et surtout dans de telles circonstances ? Le blond avait essuyé rapidement ses yeux, avant de soupirer. « Je quoi ? J’ai cette idée en tête, c’est ça ? Depuis que je t’ai retrouvée. Parce que ce jour là, je me suis juré que je ne te laisserai plus jamais partir et que je te voulais à mes cotés jusqu’à la fin de mes jours. » . Le ton de sa voix était empli d’émotion, et il se pinça les lèvres afin de la laisser parler. il n’aimait pas la voir ainsi, et il ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même. il avait fait un pas dans sa direction, et avait posé sa main sur son bras. Alors oui, il avait envie de la prendre dans ses bras, de la bercer et de lui murmurer que c’était fini, que ce n’était qu’un mauvais rêve. Mais ça serait repousser une nouvelle fois la conversation. Il avait opté pour un ton doux « mais tu n’as pas dit que tu le souhaitais également. Je ne te l’ai pas dit parce que tu as paniqué pour la première bague, et que je ne tenais pas non plus à ce que tu quittes la table précipitamment. J’ai toujours été borné, la preuve : je t’ai toujours voulu toi, et pas une autre. » . Raphael avait esquissé un léger sourire, avant de poursuivre sur sa lancée. « je ne te l’ai pas demandé parce que j’appréhende, j’appréhende un non qui me mettrait un sacré coup derrière la tête. Parce qu’on a une fille ensemble, qu’on habite ensemble, mais à coté de ça, tu crains l’investissement, ou alors je me trompe lourdement. » . Il avait réduit la dernière distance les séparant, et avait tourné la tête de sa compagne pour sonder son regard. Il lui caressa la joue « je ne veux pas te faire pleurer, ni rien. je t’aime, et ça ne changera jamais. Je veux juste ton bonheur, et je ne suis pas sûr que cet écrin soit ce que tu souhaites. Alors, oui, je pourrais mettre le genou à terre, te dire que tu es celle dont j’ai toujours rêvé, que je n’aurais jamais imaginé une femme aussi parfaite à mes cotés et pour la mère de ma fille. Tu es celle avec laquelle j’aime rire, plaisanter, je veux partager plus qu’une aventure ou un chapitre de ma vie. Raly, c’est notre livre sur lequel je n’ai pas envie d’inscrire le mot the end, mais plus un « ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Est-ce trop ou suis-je trop rêveur ? » . Raphael avait esquissé un sourire, malgré les yeux brillants. Attrapant la main de la brune, il avait saisi l’écrin qu’il avait soigneusement rangé dans sa poche, avant d’entremêler ses doigts aux siens. Moment privilégié après tempête ? sans doute mais ce contact était plaisant, rassurant..
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
VIEILLE CROUTEd'Always Love.
avatar
VIEILLE CROUTE ∞ d'Always Love.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 4000
▵ arrivé(e) le : 10/10/2013
▵ avatar : ashley greene

MessageSujet: Re: Locked out of heaven ✰ Aly Mar 12 Sep - 21:04

Locked out of heaven ✰
watch this madness, colorful charade, no one can be just like us any way
Raphael ✧ Aaliyah
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Les bras toujours croisés, Aly laissa son regard s’échapper vers l’océan pendant quelques secondes. Quelques secondes de répit dont elle ne réussit même pas à profiter. Il n’y avait que ses yeux qui pouvaient échapper à toute cette situation. Le reste de son corps, lui, et son esprit étaient comme bloqués. Bloqués par un mélange de peur, d’appréhension et sans doute même un peu de colère sans qu’elle n’arrive à déterminer quel sentiment allait l’emporter, ou même lequel était le plus justifié. Elle aurait voulu être ailleurs tout en sachant pertinemment que ce n’était pas possible et qu’en plus de cela, ce n’était pas non plus la solution. A trop attendre, elle avait empiré la situation et maintenant elle ne savait plus quoi faire pour réussir à l’arranger. La jeune femme serra les lèvres pour empêcher un soupir de les traverser. Elle fut même tentée de lui répondre, de rajouter que ce n’était pas ce qu’elle avait dit, ni même ce qu’elle avait sous-entendu mais elle se ravisa. Dans un autre moment, elle aurait certainement pu en rire. Elle, Aaliyah, qui ne renchérissait pas, qui ne cherchait pas à avoir le dernier mot. C’était presque étrange sur le coup et pourtant elle n’avait pas envie de le faire. Parce qu’elle savait que ce serait inutile, que cela lui permettrait peut-être de gagner quelques secondes par rapport au sujet vraiment important mais à quoi bon… Quelques secondes de plus ou de moins ne pourraient rien changer à ce qu’elle ressentait et ne lui permettrait pas non plus de trouver de solution miracle, mais au moins pour une fois elle ne cherchait pas à se défiler. Est-ce qu’elle le pouvait encore, de toute façon ? Dans le fond, ce n’était peut-être pas si mal. En temps normal, elle n’était pas celle qui fuyait ainsi n’importe quelle conversation. Elle n’était peut-être pas parfaite mais elle n’avait jamais évité quelque chose à ce point-là. Sauf une fois et d’une manière ou d’une autre, elle avait l’impression que tout l’y ramenait. Encore et encore. Aly releva doucement les yeux, essayant de ne pas oublier de respirer dans le processus. « Je… » Comment était-elle censée expliquer quelque chose qu’elle n’arrivait même pas à comprendre elle-même ? Elle avait déjà essayé d’y penser mais à chaque fois les mêmes sentiments paralysants la traversaient et alors tout ce qu’elle était capable de faire c’était de parler d’autre chose. De changer de sujet avant de se mettre à paniquer encore un peu plus. Peu importe le nombre de fois où Raphael avait lancé l’idée, parfois rien qu’avec une seule petite phrase, elle n’avait su expliquer ce qu’elle ressentait. Même pas à elle-même alors comment pouvait-elle le faire avec lui sans que cela ne ressemble au discours d’une fille désespérée qui ne sait pas ce qu’elle est en train de faire de sa vie. Alors qu’elle, elle le savait très bien et jusqu’à présent, elle n’avait pas envie d’y changer quoi que ce soit. « Je sais que… que j’ai pas géré ça comme il aurait fallu. Mais je ne savais jamais quoi dire alors plutôt que de dire quelque chose de mal, je préférais passer à autre chose… Je sais même pas moi pourquoi j’ai peur à ce point alors qu’est-ce que j’étais censée te dire ? » Sûrement ça, tout simplement, puisque c’était la vérité. « T’en as des regrets ? » souffla-t-elle ensuite, incertaine. Parce que c’est ce qu’elle était depuis le début de cette conversation : incertaine. Elle pouvait retourner le problème dans tous les sens, elle savait bien qu’aucune solution n’allait apparaitre devant ses yeux. Pas comme cela. Pas d’un seul coup. « Et si… » commença-t-elle avant de s’interrompre, fermant les yeux un court instant pour se donner du courage. Enfin, si elle avait été un tant soit peu courageuse depuis le départ ils n’en seraient peut-être pas là. « Si j’accepte d’en parler ? Vraiment en parler, je veux dire. Comme j’aurais sûrement dû le faire avant, mais au moins j’aurais le temps de m’y préparer et t’auras le droit de sortir tous les arguments que tu veux. Enfin pas ici, parce que… » Elle tourna la tête sur le côté et haussa les épaules comme si cela expliquait tout. Elle doutait fortement que la plage ou n’importe quel autre lieu public soit l’endroit idéal pour ce genre de chose. Alors qu’elle ramenait son regard vers Raphael, Aly esquissa un léger sourire. Elle savait bien que ce n’était sûrement pas la réponse à tout mais pour le moment c’était bien tout ce qu’elle avait à proposer. Et à défaut d’une meilleure idée, elle supposait que celle-ci n’était pas si mal. L’espace d’un instant, la jeune femme avait même espéré que ça suffirait. Mais encore une fois, elle était bien loin du compte. Sa main se referma sur sa bague alors que ses yeux se posaient sur celle que Raphael tenait entre les siennes. Et elle avait peur de comprendre. Peur de comprendre ce qu’elle avait finit par ruiner à force de se cacher derrière ses appréhensions et ses changements de sujet. Elle eut à peine le temps d’hocher la tête en réponse à sa question alors qu’il se retournait vers elle. Ses lèvres s’entrouvrirent, aussi surprise et touchée qu’elle l’était, mais la brune savait qu’elle n’arriverait pas à dire quoi que ce soit. Rien de cohérent, en tout cas. Elle prenait conscience de tout ce qu’elle avait fait. De tout ce qu’elle n’avait pas fait en réalité et la jeune femme ne savait pas comment faire pour rattraper un tant soit peu les choses. Pleurer ne servirait pas à grand-chose, bien sûr, mais ses yeux déjà brillants finirent par rendre les armes au fur et à mesure qu’il lui parlait. Aly passa une main sur sa joue, essuyant une larme jusqu’à ce que la suivante ne prenne sa place. Elle s’en voulait. Plus qu’elle ne pourrait jamais le dire. Plus qu’il ne pourrait jamais l’imaginer. « Je suis désolée. » lâcha-t-elle dans un murmure. Parce qu’elle lui devait au moins ça. Elle leur devait au moins ça. « J’ai pas paniqué, j’étais surprise et… enceinte et je sais que c’est pas une excuse mais les réactions sont pas toujours les plus appropriées dans ces moment-là mais je… » Un soupir s’échappa de la barrière de ses lèvres, de désespoir contre elle-même. « La seule chose dont j’ai besoin c’est toi et Lucy. C’est notre famille. J’ai jamais vraiment pensé à ce qu’il pouvait y avoir ensuite parce que vous êtes tout ce qu’il me faut pour être heureuse. C’est sûrement ridicule, normalement c’est les filles qui imaginent des mariages de princesse mais je crois que je m’estimais assez chanceuse, après tout ce qu’il s’était passé, pour ne pas avoir à en espérer encore plus. Je crains pas vraiment l’investissement, pas si c’est avec toi. Mais je… j’ai pas envie que ça s’arrête un jour et ça ouais… ça me fait peur. Alors je me suis convaincue que ne rien changer, c’était moins risqué… » Pourtant, même elle pouvait se rendre compte que ce n’était pas nécessairement suffisant. D’un nouveau revers de main, elle effaça une autre larme qui dévalait sa joue. « De toute façon, t’avais pas prévu de te mettre à genou, n’est-ce pas ? » Un sourire réussit à étirer le coin de ses lèvres alors qu’elle relevait les yeux, croisant le regard de Raphael. « Demande le moi. » souffla-t-elle finalement. Parce que quitte à avoir peur autant que cela soit pour une bonne raison.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: Locked out of heaven ✰ Aly Lun 25 Sep - 14:29

Locked out of heaven ✰
watch this madness, colorful charade, no one can be juste like us any way
Raphael ✧ Aaliyah
Plus les minutes s’égrenaient, plus Raphael prenait conscience que le lieu où il se trouvait avec Aly était le tableau idéal pour représenter leur relation. Si le calme pouvait régner, la tempête n’était jamais loin, pouvant survenir dans les moments les plus inattendus. Comme lors de cet instant où le chef d’entreprise s’était laissé submerger par tous ses doutes, par toutes ces questions sans réponse qui lui avaient doucement mais sûrement lâcher prise, abandonner. Seulement, c’était sans compter sur cette brune au caractère bien trempé qui avait su d’abord le retrouver, en exigeant des explications. Au moins, le passé ne se réécrirait pas de la même manière, avec un départ précipité et deux êtres anéantis. L’issue ne serait pas la même, bien que la fin ne soit pas encore écrite. Et bien que le dialogue ne soit pas rompu et que le couple parvenait tant bien que mal à mettre des mots sur ce qui n’allait pas, Raphael avait la sensation de se trouver dans un bolide fonçant droit dans un mur, sans parvenir à en modifier la trajectoire. Le regard d’Aly s’échappait, le fuyait et il la comprenait très bien. À vrai dire, il avait envie de se gifler de la mettre dans un tel état, lui qui était quand même censé la protéger, l’aimer, la chérir et non engendrer douleur, larmes ou appréhension. Mais voilà tout simplement à quoi avait abouti cette non-discussion quant aux sujets essentiels de l’avenir de leur couple. Même à l’heure actuelle, le fait qu’elle ne renchérisse pas, qu’elle commence une phrase sans la terminer lui faisait redouter le pire, au point qu’il n’avait pu que soupirer fortement, alors que ses yeux se portèrent sur le sable, puis sur l’immensité qui se trouvait à leur proximité. Ses mots n’aidaient nullement. Son regard dévia sur elle. Il tentait de comprendre, d’assimiler chacun de ses propos. La lecture entre les lignes n’était sans doute pas la meilleure chose à faire, surtout qu’elle pouvait conduire à des quiproquos, et se méprendre sur les attentions de sa compagne n’était tout simplement la meilleure des solutions ni le plus adéquat dans la situation actuelle. Il passa sa main sur sa nuque, en réfléchissant. Il fallait qu’il trouve les bons mots, les bonnes paroles afin de ne pas mettre un peu plus d’huile sur le feu. « Et tu peux constater que cela ne résout rien en fuyant. C’était juste repousser pour mieux quoi ? Pour en arriver là, à ce qui s’apparente à un gâchis flagrant… » . Ses propos s’étaient tus en un murmure, alors qu’il s’en voulait déjà d’avoir utilisé des termes aussi forts. Il l’aimait, inexorablement et intensément, et cela le minait littéralement de se comporter comme le pire des goujats. « Aly, je ne veux pas te forcer à faire quoi que ce soit, tu sais très bien qu’entre nous, cela a toujours spontanéité, et ça nous a réussi, la preuve notre petite Lucy. Seulement, ce qui me trotte en tête ne se réalise pas en un claquement de doigts, et que… j’attendrai que tu sois prête, et tu as raison, ce n’est pas le lieu approprié pour cette discussion.. » . À son tour, son regard balaya les alentours. Même s’ils étaient seuls, ils seraient bien mieux chez eux pour en parler posément, et non comme ça, alors que les émotions étaient présentes, prêtes à les submerger à tout moment. Ce n’était pas suffisant, non pas avec les bijoux présents, car oui Aly avait en sa possession une bague, et Raphael également. Ses intentions étaient simples, il n’y avait aucun doute à avoir. Mais les larmes qui coulaient sur les joues de la brune eurent le don de le faire frémir, et il réduisit la distance qui les séparait pour la prendre doucement contre lui pendant un bref instant. Il ne pouvait pas la laisser ainsi, et s reculant un bref instant, il effaça de son pouce une larme qui avait réussi à s’enfuir de ses sublimes yeux. « Ne t’excuse pas » , murmura-t-il, en se voulant être rassurant. Le blond avait fait quelques pas en arrière, en l’écoutant. Il connaissait très bien les raisons de sa fuite, de la peur qu’il n’accepte pas cette grossesse et qu’il la renie, elle et leur enfant. Mais c’était sans le connaitre. La preuve en était qu’il lui avait tout pardonné et qu’ils avaient poursuivi leur relation là où elle s’était arrêtée il y a des années de cela. Alors évoquer le passé faisait mal, surtout après la perte subie qui les suivrait à tout jamais. D’un geste de la main, Raphael n’avait pu que l’arrêter, ou du moins à l’inciter à ne pas continuer sur cette voie. « S’il te plait, pas cet épisode. Cela appartient au passé, je ne t’en ai jamais voulu et j’ai compris pourquoi tu avais agi de la sorte… » . Son sourire était des plus sincères, et le sourire de la brunette n’avait pu que lui faire hausser un sourcil avant qu’il ne prenne la parole, pour répondre calmement. « Ce n’est surement pas ridicule, notre famille est également ce qui compte le plus pour moi. Pour ta défense, tu n’as jamais été du genre de filles à vouloir les choses tant attendues, tant espérées, y compris voire surtout la robe meringue, le diadème, la bague hors norme et être prise sous toutes les coutures. Parc que tu crois réellement que ça ne s’arrête un jour ? Après tout ce qu’on a traversé ? Avec la petite merveille qu’on a réussi à créer ensemble ? Et ce n’est pas parce qu’on va apporter quelques modifications que notre bulle va voler en éclats, je te le promets. Mais ainsi soit-il » . Lui forcer la main n’était pas souhaité, mais au moins, la voir s’ouvrir était plaisant, réellement. Pourtant, elle ne pouvait qu’effacer une nouvelle fois une larme qui coulait alors qu’elle plaisantait sur ce qu’il avait dit quelques instants plus tôt, à savoir mettre le genou à terre. Le blond n’avait pu que rire, en sondant son regard. « Tu devrais savoir que je suis toujours très sérieux quand il s’agit de toi, de nous. Et que tu n’as pas de chance parce que tu es tombée sur le pire romantique possible, qui pourrait te décrocher la lune si tu le souhaitais ou si tu le lui demandais. » . Il avait souri en se disant qu’il était à coup sûr en train de l’effrayer davantage, mais ce fut elle qui eut le don de le surprendre. « Aly… » , souffla-t-il. Ce n’était pas le moment idéal, pas ce qu’il avait espéré dans ses rêves les plus fous. « Pas ici, rien n’est prêt… » . Bon sang, il était en train de tout gâcher, mais il redoutait ce qui pourrait être répondu par la mère de sa fille. Prenant une profonde inspiration, il n’avait pu que s’approcher d’elle, lui caresser la joue avec une tendresse infinie. « Tu sais que tu vas devoir faire preuve d’imagination, parce que j’avais songé à une soirée dans un restaurant que j’aurais réservé pour nous. Des bougies t’auraient conduite à notre table, où aurait été posé un bouquet de roses rouges, et avant la fin du repas, j’aurais mis un genou à terre alors qu’une musique douce aurait été lancée… » . Il n’avait pu qu’accompagner ses mots par le geste, en s’armant du précieux écrin récupéré dans sa poche. « Et je pense que je t’aurais tenu à peu près le discours que je t’ai tenu juste avant. ». Il ne se sentait pas bien, une boule se formait au creux de son ventre, mais il devait la surmonter. Après tout, il avait vu bien pire, enfin sauf que là, cela concernait son couple, leur famille. L’amour qu’il lui portait lui permit de ne pas défaillir, et de se lancer, les yeux brillants. « Tu es mon roc, ma force, ma faiblesse. Tu as été réellement la première pour laquelle les mots je t’aime ont pris un véritable sens, et je veux que tu sois la dernière. Ensemble, on a commencé à construire quelque chose qui n’est pas à mes yeux sans valeur. Non, vous êtes mes trésors, et je peux très bien te dire que peu importe ce qui m’arrive professionnellement parlant tant que je vous ai, tant que je surprends ton sourire au réveil, que j’ai ton parfum qui vient me chatouiller les narines et ton corps au contact du mien, sans compter notre fille qui est la preuve de notre amour. Je t’aime pour ce que tu es, pour ce que tu transmets, et tu es essentielle, tu es mon essentielle, ma vie, mon souffle. Alors, je te dirai simplement, Aaliyah Phoenix Osborne, veux-tu m’épouser ? » . Sa voix trahissait son émotion, et il n’avait pu qu’ouvrir l’écrin malgré ses mains tremblantes. Ça y était, il l’avait fait, et il ne savait pas si son cœur allait tenir, les secondes s’apparentant cruellement à des minutes, sans doute les plus longues de son existence…

la fameuse bague dans l'écrin
©️ Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: Locked out of heaven ✰ Aly

Revenir en haut Aller en bas

Locked out of heaven ✰ Aly

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always love ::  :: archives rp.-