AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 The sun always rises ~ Sora-Plùm.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
VIEILLE CROUTEd'Always Love.
avatar
VIEILLE CROUTE ∞ d'Always Love.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 670
▵ arrivé(e) le : 07/06/2015
▵ avatar : Max Riemelt

MessageSujet: The sun always rises ~ Sora-Plùm. Lun 30 Jan - 9:52





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
The sun always rises.
Wyatt & Sora




J'irais chercher ton cœur, si tu l'emporte ailleurs.


Ma fille allait mieux. Ce simple phrase tournait en boucle dans mon esprit depuis que les bonnes nouvelles étaient tombées. C’était un véritable miracle bien que je ne sois pas du genre à croire à tout ses trucs. Je devais quand-même avoué que tout mes souhaits avaient étés finalement entendus, peu importe par qui au final. Ces dernières semaines avaient été les pires de ma vie. Et là, après tout ces moments difficiles j’entrevoyais enfin le bout du tunnel. Bien sûr, le chemin était encore long et j’avais beaucoup perdu en route mais je ne pouvais m’empêcher de retrouver l’espoir. J’étais entrain de finir de remplir le camion après notre dernière intervention de cette longue nuit de garde que nous venions de passer, mes gars et moi. J’avais la tête ailleurs et je doutais de donner le change. « Hey lieutenant, si c’est pour avoir la tête dans les nuages, je peux m’en occupé. Va rejoindre ta fille et oublie pas de te reposé un peu. » Me dit un de mes gars en tapant sur mon épaule en montant dans le camion à mes côtés. Je lui souris, reconnaissant. « Merci vieux. Je reste joignable si vous avez besoin de moi. » Lançais-je en sautant hors du camion pour rejoindre les vestiaires. Je prenais des affaires propres, une serviette et allais prendre une bonne douche chaude revigorante. Les nuits de garde été éprouvante. Nous enchaînions les interventions de toute sorte. C’était épuisant mais moi j’appréciais. Les interventions de nuit étaient totalement différentes de celle en journée. Cela nous permettait de voir autre chose et d’être toujours concentré.
Après cette douche, j’étais un autre homme bien qu’épuisé mais je refusais de perdre mon temps à dormir alors que ma fille m’attendait. Je quittais la douche et allais m’habiller rapidement. Je rangeais alors mes affaires dans mon casier et le refermais après avoir pris mon portable, mon porte feuille et le collier ainsi que la chevalière que je mettais toujours. Je quittais ensuite la caserne, me dirigeant vers ma voiture. Le programme de la journée que j’avais en tête était clair. Je voulais passé la journée avec ma fille et lui changeait les idées du mieux que je pouvais. Elle le méritait bien. Il avait fallu batailler pour que cela soit possible, hors de question que quelque chose, ou que quelqu’un vienne gâcher tout ça. Avant d’aller la rejoindre, je passais chercher ce dont j’avais besoin pour que la journée soit parfait et que ma fille passe un bon moment et oublie, le temps de quelques heures toutes les épreuves qu’elle venait de vivre.
Je me rendais donc à l’hôpital une fois mes achats fait, me rendant presque mécaniquement à sa chambre. Je connaissais le chemin par cœur, preuve des jours et des jours que j’avais passé ici, à son chevet. Une fois à sa chambre, je toquais à sa porte avant de passer ma tête par l’ouverture, un sourire sur mes lèvres. « Toc toc ? » Lançais-je avant d’entrer, aucunement surpris qu’elle soit déjà prête. Je refermais derrière moi, m’approchant d’elle. Je la serrais tendrement dans mes bras avant d’embrasser sa tempe. « Salut ma puce. » Lui dis-je avant de la relâcher, amusé. « Pourquoi j’ai l’impression que ça fait des heures que tu es prête à m’attendre ? » Lançais-je, secouant la tête. Cela faisait tellement de bien de la voir reprendre des couleurs mais je ne voulais quand-même pas qu’elle en fasse trop. Elle n’était pas encore sorti d’affaire. Je souris. « C’est bon ? Prête à passer la journée avec ton papa chéri ? » Lançais-je en riant. C’est vrai que normalement, à son âge, on a bien d’autre chose à faire que passer une journée avec son père mais notre relation n’était pas celles des autres et j’étais content qu’on passe un moment ensemble, même si cela ne rattraperait en rien les nombreuses années ou je n’avais pas été là pour elle. Je ne savais pas si elle était au courant pour sa mère et moi et je ne comptais pas mettre ça sur le tapis. Cette journée été pour nous deux et je refusais qu’elle ne soit pas aussi magnifique que l’était ma fille.


camo©015


Dernière édition par Wyatt S. Rhodes le Mer 1 Fév - 20:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMINa suricate full of love.
avatar
ADMIN ∞ a suricate full of love.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 2141
▵ arrivé(e) le : 20/07/2015
▵ avatar : danielle c.

MessageSujet: Re: The sun always rises ~ Sora-Plùm. Lun 30 Jan - 19:49


Wyatt & Sora
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
The sun always rises
Enfermée dans une cage dans laquelle tu ne pouvais pas trouver d’issue. Dernièrement, tu avais été au bout du rouleau, usée par la fatigue ainsi que par tous ces traitements que tu devais avoir à longueur de journée. Ton cœur était toujours très mal en point. Tu étais toujours dans l’attente d’un autre cœur, mais tu peinais à y croire .Les médecins se voulaient confiant, car ton cœur tenait encore la route, mais pas suffisamment pour faire des folies. Aujourd’hui, tu allais pouvoir échapper à cette prison dans laquelle tu étais. Tu allais pouvoir caresser du bout de tes doigts l’air qui t’étais pourtant invisible à l’œil. Tu étais d’autant plus heureuse de passer cette journée avec ton père. Oui, ton père, tu n’avais jamais vraiment prévu de rester à Wellington après avoir retrouvé sa trace et celle de ta mère. Non, tout au contraire tu aurais voulu pouvoir ne plus jamais les voir suite à la première conversation, mais tu étais bien plus faible que prévu. Puis Pacôme qui avait fini par revenir ! Tout n’avait cessé de se mélanger dans ton esprit, te laisser croire à une vie parfaite, une vie que tu n’avais fait que désirer durant ta jeunesse. Mais tout était ruiné à présent. Tu ne pouvais pas croire que ta vie allait devenir mieux, tu étais presque mourante, c’était peut-être la dernière fois que tu allais te sentir vivante. Tu avais tout fait pour que celui que tu aimais ne revienne pas, même s’il avait bien tenté de revenir, de s’accrocher telle une sangsue à ma personne. Tu ne pouvais pas le laisser revenir, même si cela voulait dire que tu pleurerais durant de long moment durant tes nuits qu’il te restait à vivre. Tu ne pouvais pas le laisser souffrir de cette mort qui tendait ses bras pour venir t’enlever à cette vie à laquelle tu étais plus qu’attacher. C’était ton cœur et ton âme qui prenait chacun des coups affligés par cette maladie cardiaque que tu avais depuis toujours. Enfin, pour une fois, tu allais porter autre chose que cette blouse qu’on filait au patient, tu allais être une fille comme une autre avec son père. Tu avais besoin de ce moment, même si c’était compliqué pour toi de ne pas penser au fait que tu allais tout perdre et que tu n’allais pas pouvoir passer un temps certes limité comme pour tout le monde auprès des tiens. Personne ne devrait connaître la date approximative de sa mort, toi c’était dans quelques mois et encore si tu suivais le traitement. Tu attendais plus qu’impatiente dans ta petite robe bleu que ton père arrive, tu étais réveillée depuis l’aube à rendre dingue les infirmières qui était malgré tout heureuse à leur dire de te voir si rayonnante. Tu avais hâte de sortir de cet endroit et surtout accompagné de ton père, même si ce n’était que pour une journée. Jouant sur ton téléphone, tu entendis la voix de ce dernier se frayer un chemin à travers la porte de ta chambre qui était entrouverte. Tu le regardais et finissais par lui offrir un rire cristallin, tu te levais lâchant ton téléphone sur ton lit pour accourir dans ses bras, nichant ta tête dans le creux de son cou. L’étreinte finit tu souris. « Non, je viens juste de finir de m’habiller ! » Que tu disais en lui offrant un clin d’œil, car il avait totalement raison, tu étais prête depuis des heures … si tu te serais écoutée tu te serais levée encore plus tôt. « Totalement prête ! » Que tu lançais enjouée. Cela te faisait un bien fou de t’imaginer loin de ces murs tristes et dépourvu de couleur tout en oubliant le reste. Tu le regardais prenant un petit air enfantin. « On va faire quoi alors mon papa chéri ? » Que tu reprenais avec le sourire. Tu ne l’avais jamais appelé ainsi, même si tu avais utilisé papa plus rapidement que maman que tu avais parfois encore du mal, même si tu n’avais plus aucune once de rancune envers ta mère, ayant compris l’histoire, puis ta vie allait être assez courte pour zapper tout cela. Profiter sera le seul mot qui comptait pour le moment.

LUCKYRED
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIEILLE CROUTEd'Always Love.
avatar
VIEILLE CROUTE ∞ d'Always Love.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 670
▵ arrivé(e) le : 07/06/2015
▵ avatar : Max Riemelt

MessageSujet: Re: The sun always rises ~ Sora-Plùm. Mer 1 Fév - 21:16





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
The sun always rises.
Wyatt & Sora




J'irais chercher ton cœur, si tu l'emporte ailleurs.


Entendre le rire de ma fille, c’était le plus beau son du monde. Cela faisait tellement longtemps que je ne l’avais pas entendu rire. Cela réchauffer mon cœur. J’entrais alors complètement dans la chambre, la prenant dans mes bras dans lesquels elle avait accourue en me voyant. Elle posa sa tête sur mon épaule et à cet instant précis, mes bras autours de son frêle corps, j’étais l’homme et le père, le plus heureux du monde. Je la taquinais ensuite sur le fait qu’elle devait être prête depuis des heures, à attendre que j’arrive, tournant en rond dans sa chambre. «Non, je viens juste de finir de m’habiller ! » Me dit-elle en souriant. Je la regardais, n’en croyant pas un mot. « Bah tiens ! Je suis sur que si je demande aux infirmières, elles me diront autre chose … » Lançais-je, amusé avant de lever les yeux au ciel à son clin d’œil. Je le savais. Remarque, je me garderais bien de le lui reprocher, moi aussi j’avais été dans les starting block toute la nuit. J’étais trop heureux de la voir comme ça plutôt qu’allongée dans son lit, inconsciente. Je m’assurais alors qu’elle était prête pour notre journée père/fille. «Totalement prête ! » Je souris devant son enthousiasme qui faisait plaisir à voir mais qui me mettait aussi la pression. Je voulais que ce que j’avais prévu sois à la hauteur de ce qu’elle imaginait. Je ne voulais pas gâcher sa journée de liberté. «On va faire quoi alors mon papa chéri ? » Je ris en l’entendant et en voyant son air angélique donnant un air enfantin à ses traits. C’était bien la première fois depuis qu’on s’était rencontrés qu’elle m’appelait comme ça et cela me fit une sensation bizarre. Agréable mais bizarre. Même si nous étions maintenant plus proche que jamais, c’était encore incroyable à mes yeux que cette jeune femme devant moi, si belle, si courageuse soit ma fille. J’aurais tant aimé la voir grandir, lui donner tout l’amour dont un enfant à besoin, malheureusement j’en avais été privé et les années perdues ne reviendraient pas. Il fallait qu’on avance, tout les deux, en construisant une relation à nous que personne ne nous enlèverait. Jamais. Je glissais une main dans mes cheveux. « Et bien c’est vraiment rien d’incroyable mais je pense que ça pourrait te plaire. » Lui expliquais-je, gardant une part de surprise. Je savais bien qu’elle allait me harceler de question si je ne disais rien de plus mais je ne voulais vraiment pas tout lui dévoilé tout de suite. « On y va ? » Lui demandais-je en souriant avant de me diriger vers la porte de sa chambre pour l’attendre.
On quitta alors l’hôpital, marchant tout les deux côte à côte. Une fois dehors, je regardais ma fille pendant qu’on marchait jusqu'à ma voiture. Elle semblait presque avoir du mal à croire qu’elle était dehors. Une fois à la voiture, je la déverrouille en glissant la clef dans la serrure, avant de lui ouvrire sa portière. « Si mademoiselle veut bien se donner la peine. » Je souris et refermais la portière une fois qu’elle fut à l’intérieur. Je me glissais de l’autre côté, au volant. Je souris et mis le contact. « Tu peux mettre la musique que tu veux ! Estime toi heureuse par ce que d’habitude, c’est moi le boss. » Je lui fis un clin d’œil et prenais la route du jardin botanique. Quelques minutes plus tard, on arriva sur place. Je me garais et me tournais vers Sora. « Voilà. J’ai pensée que le jardin botanique serait une bonne idée. On pourra se balader tranquillement, regarder les fleurs, tu pourras prendre des photos … J’ai prévu de quoi déjeuner aussi. » Je souris, un peu nerveux. « J’espère que ça conviens ? » M’enquis-je en lui souriant.


camo©015
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMINa suricate full of love.
avatar
ADMIN ∞ a suricate full of love.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 2141
▵ arrivé(e) le : 20/07/2015
▵ avatar : danielle c.

MessageSujet: Re: The sun always rises ~ Sora-Plùm. Sam 11 Fév - 13:58


Wyatt & Sora
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
The sun always rises
Humant l’odeur de ton paternel, un sourire venait prendre possession de ton visage, tu étais heureuse de le voir, tu ne pourrais pas le nier à cause de ce sourire planté au beau milieu de ton minois. Parfois, tu avais cette folle sensation que tes proches en fait faisait battre ton cœur, comme si de rien n’était, comme si ce dernier était un roc et que rien ne pourrait l’empêcher de battre. Mais tu avais complétement faux, cette sensation était complétement dingue et inutile. Tu le savais que tu allais mourir, tu ne te faisais plus de faux espoir, à quoi bon ? C’était bien pour ça que tu n’avais cessé de repousser Pacôme. Fronçant un peu les sourcils tout en gardant plaqué ton sourire, tu secouais la tête. « Laisse ces pauvres infirmières en paix … elles ont assez de travail ! » Que tu disais, pour te défendre de ton mensonge ? Oui, mais aussi, car c’était vrai, les pauvres étaient extrêmement occupé et parfois tu n’en croyais pas tes yeux à quel point elles étaient courageuse et bienveillante avec tous les patients. Même les têtes de culs bien chiant sur les bords cherchant toujours cette petite bête pour râler. « Puis, tu pourrais croire ton unique fille, non ? » Que tu glissais à son oreille avant de laisser un rire cristallin transpercer tes lèvres en souriant. Tu me lâchais sur les mots, sur les envies, après tout tu n’avais qu’une seule vie et cette dernière avait l’air d’atteindre sa date de consommation. Alors, tu ne pouvais pas ne rien faire. Tu n’avais qu’une hâte : sortir et profiter. Tu n’en pouvais plus de ces murs blancs qui te rendaient encore plus triste qu’à l’idée de quitter cette terre. Tu regardais ton père attendant qu’il t’annonce l’endroit où vous alliez aller, mais apparemment ce dernier avait envie de te faire la surprise. Malgré tout, tu tentais de trouver le lieu qu’il pourrait avoir choisi. Mais, t’avais très envie de le savoir, tu regardais ton père. « C’est pas gentil, de ne pas me dire ! » Que tu répliquais avec une petite mine d’ange et un sourire resplendissant déposé sur tes lèvres. « Je suis sure que ce sera parfait ! » Tu souriais finissant par secouer la tête de haut en bas pour confirmer le fait qu’il était temps d’y aller. Sortant de ta chambre, tu marchais côte à côte de ton père avec un large sourire .Tu continuais de marcher et au fur et à mesure que tu te rapprochais de la sortie ton sourire avait l’air de s’agrandir. Arrivée à la voiture, ton père t’ouvrit la portière et tu souris faisant une révérence à ce dernier. « Merci monsieur ! » Ajoutais-tu tout en grimpant dans la voiture, tu étais heureuse d’être comme libre, tu n’étais pas sûre de vouloir rentrer par la suite, mais tu n’y étais pas pour le moment. « Ouai, le boss avec des idées musiques très étrange parfois … » tu pouvais avouer que quelques fois la musique qu’il écoutait était comme la tienne, mais parfois, tu en aurais presque fait des cauchemars. La route ? Tu ne l’avais pas vu passer, non, tu avais été à chantonner avec ton père durant cette dernière, t’amusant, rigolant comme si cette maladie surveillant le moment inopportun pour te retirer des tiens n’était pas là. « C’est parfait papa ! » Que tu disais, tu n’y avais jamais été, du moins pas dans celui-là. Tu sortais de la voiture, allant rejoindre ton père, pour lui faire un bisou, une simple envie. « On y va ? » Que tu demandais tout en souriant et commençant par regarder l’entrée du jardin botanique où vous alliez passer la journée.

LUCKYRED
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIEILLE CROUTEd'Always Love.
avatar
VIEILLE CROUTE ∞ d'Always Love.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 670
▵ arrivé(e) le : 07/06/2015
▵ avatar : Max Riemelt

MessageSujet: Re: The sun always rises ~ Sora-Plùm. Lun 13 Fév - 10:07




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
The sun always rises.
Wyatt & Sora




J'irais chercher ton cœur, si tu l'emporte ailleurs.
Je souris, ne croyant pas du tout ce qu’elle venait de dire. J’étais convaincu qu’elle avait été prête dès l’aube. J’étais même prêt à aller voir les infirmières pour avoir le dernier mot. «Laisse ces pauvres infirmières en paix … elles ont assez de travail ! » Me dit-elle, secouant la tête en souriant. Elle avait raison. Pas sur qu’elles apprécient que je vienne les dérangées pour si peu. «Puis, tu pourrais croire ton unique fille, non ? » Me glissa t-elle à l’oreille, toujours dans mes bras. Son rire raisonna, réchauffant mon cœur avant que mon propre rire ne vienne se joindre au siens. « Tu as raison. C’est bon, on va dire que je te crois ma puce. » Lançais-je, amusé et taquin. J’étais vraiment content de voir ma fille allait mieux et cela influencer mon humeur. Même si je savais qu’elle n’était pas sortie d’affaire, loin de là, ne plus la voir allongée sur son lit, inconscient, était un soulagement et me redonnait un peu espoir.
Elle me demanda ensuite ou je comptais l’emmener. Je restais délibérément évasif, voulant garder un peu le mystère sur notre destination. C’était un jour spécial. Elle avait l’autorisation de sortir alors je voulais rendre ça aussi parfait que possible même si je n’avais rien prévu d’extravaguant. Je ne voulais pas prendre de risque alors que j’étais avec Sora. J’espérais néanmoins que le programme lui conviendrait quand-même. Je voulais qu’elle passe une bonne journée à oublier ces dernières semaines. Evidement, ce mystère ne plus pas à Sora. Je m’en doutais. Elle ressemblait à sa mère pour ça. «C’est pas gentil, de ne pas me dire ! » Je ris en voyant son petit air d’ange, destiné à me faire parler. Mais je tiens bon. Je roulais des yeux. « Je veux simplement garder notre destination secrète pour que ça sois une surprise pour ma fille adorée. C’est pas un crime quand-même. » Lui dis-je en souriant. J’étais un peu nerveux. Je voulais vraiment que cette journée sois à la hauteur des attentes de Sora. Cela faisait si longtemps qu’elle était enfermée dans cette chambre impersonnelle, je voulais que sa journée de liberté sois belle. «Je suis sure que ce sera parfait ! » Me dit-elle en souriant, ce qui diminua un peu mon anxiété.
Il fut temps de partir. Sora et moi avons quitter l’hôpital, nous dirigeant vers ma voiture. J’ouvrais la portière à ma fille. «Merci monsieur ! » Me dit-elle en effectuant une révérence en souriant avant de grimper en voiture. Je lui souris et refermais la portière une fois qu’elle fut installée. J’allais ensuite prendre place derrière le volant. Je laissais le choix de la musique à ma fille. Un grand honneur quand on sait que entre ma voiture et moi c’était une grande histoire. Personne d’autre que moi ne l’avait conduit. «Ouai, le boss avec des idées musiques très étrange parfois … » J’éclatais de rire en mettant le contact, conscient que mes choix musicaux n’était peut-être pas ceux qu’une jeune fille appréciait. « Il en faut pour tout les goûts non ? » Lui dis-je, amusé avant de prendre la route jusqu'à notre destination final.
Le trajet fut en lui-même un super moment. On chantonna, on discuta de tout et de rien, laissant derrière nous les épreuves du passé et celles qui pourraient bientôt être à notre porte. Je me garais alors près du jardin botanique et donnais le programme de la journée à ma fille, m’assurant encore une fois que cela lui convenait. «C’est parfait papa ! » Je souris, soulagé. Je descendis alors de voiture avant d’attendre que ma fille me rejoigne quelques secondes plus tard. «On y va ? » Je hochais la tête, toujours souriant. « Allons-y ! » On marcha alors jusqu'à l’entrer, côte à côte. Je crois que l’arrivée de Sora dans ma vie avait remplis un vide qui était là depuis longtemps sans que j’arrive à le définir. Avec ma fille, je me sentais enfin véritablement accompli. J’étais un autre homme. Bien sur cela avait été un choc de savoir que j’avais une fille de seize ans mais maintenant, je n’imaginais plus ma vie sans elle. On entra finalement dans le magnifique jardin. Je me tournais vers Sora. « A toi de décider du chemin. Je te suis. » Je la suivis donc dans les allées. Je souris en marchant près d’elle. « Tu sais, je suis vraiment content que tu passe la journée avec moi. Tu aurais pu vouloir être avec Pacôme, ou des amis à toi et finalement tu te retrouve avec ton père. » Je ris, glissant une main dans mes cheveux. « C’est vraiment super de pouvoir passer du temps avec toi. » Lui dis-je alors que défilait devant nos des végétaux aux couleurs incroyable.


camo©015
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMINa suricate full of love.
avatar
ADMIN ∞ a suricate full of love.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 2141
▵ arrivé(e) le : 20/07/2015
▵ avatar : danielle c.

MessageSujet: Re: The sun always rises ~ Sora-Plùm. Lun 13 Fév - 23:19


Wyatt & Sora
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
The sun always rises
Ton regard se jouait de ton père, alors que son rire était finalement venu se mélanger au tient, laissant une douce mélodie se créer. Assimilant la phrase de ton père, tu secouais la tête de haut en bas tout en pinçant tes lèvres. « Merci.» Cédais-tu tout en continuant de sourire. Tu étais heureuse de cette journée, comme si sortir de cet endroit allait pouvoir t’aider à ne plus penser à ta maladie. Ce n’était sans doute pas le cas, mais peu importe. Tu étais heureuse et rien ne pourrait venir ôter cette joie que tu avais en toi à cet instant précis, tu avais l’impression d’avoir un feu de joie en toi, c’était plaisant et relaxant à la fois. Puis ta curiosité avait fini par te piquer, le jour où cette dernière serait se faire discrète, il faudrait certainement te décerner un prix. Glissant ta main dans ta poche pour prendre ton téléphone, tout en restant dans les bras de ton père, tu décidais de couper ce dernier. Tu voulais profiter que de ton père, de ce moment particulier qui vous unira durant un temps. Tu étais concentrée sur les mots de ton père, tout en finissant par faire la moue. « Non, ce n’est pas un crime … mais ça le devrait !» Que tu rétorquais tout en pinçant légèrement la langue. Tu avais toujours eu horreur des surprises, mais tu n’allais pas chipoter, tu savais que ton père n’allait pas te faire une surprise raté, tu en étais même sûre. Enfin, tu n’allais pas épiloguer sur cela de toute façon, tu allais le découvrir bien vite.
Dans la voiture, tu écoutais la musique tout en chantonnant, ton téléphone ne te manquait pas, surtout que sur ce dernier tu ne faisais qu’épier ton ex petit ami que tu avais quitté. « Oui, il en faut pour tous les goûts, mais parfois … y a des goûts qui devrait clairement pas exister !» Disais-tu tout en faisant mine de siffler, histoire de faire comprendre que certaine de ces chansons qu’il écoutait était clairement dépassé. Cette ambiance était plaisante, à tel point que tu n’avais pas vu la route se passer, tu ne saurais dire si elle avait duré de longue minutes ou pas du tout. Tu étais tout bonnement heureuse de pouvoir profiter de ce moment, même si rien que d’y penser, parfois tu avais peur que ce soit le dernier. Secouant la tête, tu avais fini par quitter la voiture de ton paternel découvrant sur le coup l’endroit qu’il avait choisi. Tu étais plutôt heureuse de ce choix, le sourire qui était venu illuminer ton visage. Tu commençais à marcher au côté de ton père pour pénétrer dans le jardin botanique, c’était géant cet endroit et surtout magnifique, tu avais l’impression d’être dans un endroit magique comme le jardin des fées. Depuis quand étais-tu en train de devenir une enfant ? Une rêveuse ? La rencontre d’avec ta famille t’avait légèrement, changé, mais qui pourrait s’en apercevoir, toi ? Impossible. Tu étais bien trop concentré sur le fait de devenir une grande, mais dans le fond, dans ton âme et dans ton cœur, tu étais une femme devenue adulte bien trop vite, qui rêvait de croire à nouveau aux contes de fées. Ton père se stoppa et tu eu le réflexe d’en faire autant. « Je dois choisir !» La grande réflexion que tu allais avoir pour choisir par où commencer, l’endroit donnait envie de par toutes les choses qu’il vous offrez, alors tu mordais l’intérieur de ta joue, tentant de choisir. « Le tour du lac ?» Un peu de marche avant de manger, tu commençais à avoir faim, en même temps tu avais toujours faim, tu étais mal nourris à la cantine de l’hôpital en même temps. Pacôme. Ta mine si lumineuse avait comme terni, ton souris s’estompa et ton estomac se noua. Tu étais mal d’un coup, mais tu finissais par secouer la tête. « Pas avec Pacôme.» Disais-tu. « C’est fini entre nous …» tu étais triste et cela quiconque pourrait le voir sur ton visage, mais tes yeux disaient encore bien plus sur cela, tu étais mal et il te manquait, malheureusement c’était ton choix. Tu venais serrer ton père dans tes bras. « Je suis heureuse de le passer avec toi aussi … on aurait peut-être du proposer à Emery.» Que tu disais, laissant ta main venir recoiffer un peu tes cheveux qui étaient partis en cacahuète à cause d’une brise de vent. Tu commençais à te lancer dans la marche et tu regardas ton père. « Je ne suis pas sûre du chemin en vrai … imagine on se perd !» Tu avais des idées parfois. « C’est pas ici qu’il y a un labyrinthe ?» Que tu osais demander à ton père, lui devait le savoir, toi tu n’avais pas encore prit le temps de visiter tous les coins de Wellington, tu finiras sans doute par le regretter de ne pas l’avoir fait.


LUCKYRED
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIEILLE CROUTEd'Always Love.
avatar
VIEILLE CROUTE ∞ d'Always Love.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 670
▵ arrivé(e) le : 07/06/2015
▵ avatar : Max Riemelt

MessageSujet: Re: The sun always rises ~ Sora-Plùm. Ven 17 Fév - 15:30




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
The sun always rises.
Wyatt & Sora




J'irais chercher ton cœur, si tu l'emporte ailleurs.
J’allais passer la journée avec Sora, hors de sa chambre, hors de l’hôpital. Je voulais faire les choses bien, que cette journée soit extraordinaire, qu’elle oublie les semaines enfermées. A cause de son état, mes possibilités étaient limités mais j’espérais que ce j’avais prévu lui conviendrait. Je tenais à garder le mystère sur notre destination et bien-sûr, elle n’a pas appréciait, me disait que ce n’était pas gentil. J’avais tenu bon. «Non, ce n’est pas un crime … mais ça le devrait ! » Je secouais la tête. Ce qu’il ne fallait pas entendre quand-même. Je la regardais, amusé. « Allez, fais pas la tête. Tu sauras bien assez vite ou on va aller. Promis. » Lui dis-je. On quitta ensuite l’hôpital, nous rendant dans ma voiture. Je la laissais choisir la musique, ce qui était rare. Ma voiture était mon espace. Le homme et leur voiture n’est ce pas ? Elle se plaignit alors de mes goûts musicaux. Je voulais bien avoué que la musique que j’écoutais n’était pas forcément ce qu’une fille de son âge écouter et apprécier mais quand-même, de mon poing de vu, ça aurait pu être bien pire. Chacun avait ses goûts propre après tout. Cela serait bien monotone si tout le monde aimait les mêmes choses. «Oui, il en faut pour tous les goûts, mais parfois … y a des goûts qui devrait clairement pas exister ! » Je lui jetais un regard tout en conduisant. Je secouais une nouvelle fois la tête. Elle était vraiment pas croyable. Je me mis à rire. « Tu veux pas être indulgente avec ta vieux père un peu ? » Raillais-je, amusé et pas sérieux du tout. On prit alors la route du jardin botanique, l’ambiance toujours au beau fixe. Le trajet passa en un éclair.
Une fois arrivait là-bas, je lui faisais donc part du programme que j’avais imaginée, scrutant ses réactions pour savoir si j’avais fais le bon choix ou si je m’étais totalement planté sur ce coup là. En marchant vers l’entrée du jardin, je vis le beau sourire qu’abhorrer ma fille en voyant toute les choses magnifiques qu’on allait pouvoir voir en nous baladant. Je m’arrêtais, lui laissant le choix du chemin qu’on allait emprunter. «Je dois choisir ! » Je souris en hochant la tête. « Oui. A toi de décidé. Tu es la reine de la journée ! » Lançais-je, attendant de connaître a décision. Le silence s’installa et on pouvait clairement voir sur son visage qu’elle réfléchissait à ce qu’elle avait envie de faire en premier. Après quelques secondes, elle sembla faire son choix. «Le tour du lac ? » Je souris. « Bon choix ! Cela me convient. » On alla donc dans les allées, marchant l’un à côté de l’autre. Tout en marchant, je lui disais combien j’étais heureux d’être là avec elle qui avait accepter de passer la journée avec son père plutôt qu’avec son petit ami ou des amis. Je fronçais les sourcils en voyant son sourire se fanait sous mes yeux. La tristesse transparaissait de ses traits. «Pas avec Pacôme. C’est fini entre nous … » Je me retenais de pester contre le jeune homme. Ce n’était pas ce dont elle avait besoin. « Oh ma puce … Depuis quand ? Qu’est ce qu’il s’est passé ? Qu’est ce qu’il a fait ? » Clamais-je, car à mes yeux, seul le jeune homme pouvait être responsable. J’avais donc une raison de plus pour faire en sorte que cette journée soit parfaite. Elle vint alors sans crier gare se loger dans mes bras. Je la serrais doucement, glissant ma main dans ses cheveux, réconfortant. «Je suis heureuse de le passer avec toi aussi … on aurait peut-être du proposer à Emery. » Ce fut à mon tour d’être mal pendant qu’elle me relâchait en réajustant ses cheveux. Je soupirais, glissant une main sur ma nuque. «Ta mère et moi, c’est pas le top entre nous non plus en ce moment … C’est compliqué. » Je soupirais. La situation entre sa mère et moi était compliqué et j’espérais qu’on saurait se relever en un seul morceau. On reprit la marche après qu’on se soit arrêté. Sora me regarda. «Je ne suis pas sûre du chemin en vrai … imagine on se perd ! » Je la regardais, esquissant un sourire avant de lever les yeux au ciel. Se perdre, vraiment ? D’accord le jardin était grand mais je doutais qu’on puisse vraiment s’y perdre sauf si on le voulait vraiment. «C’est pas ici qu’il y a un labyrinthe ? » Je ris avant de la dépasser légèrement en secouant la tête. Je lui souris. « Allez, viens. Ne t’inquiète pas. Tu crains rien avec moi. » Je la regardais avant de lui faire un clin d’œil. Je prenais donc les choses en main, m’arrêtant de temps en temps pour observer ceci ou cela qui attirait mon regard ou celui de Sora.


camo©015
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMINa suricate full of love.
avatar
ADMIN ∞ a suricate full of love.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 2141
▵ arrivé(e) le : 20/07/2015
▵ avatar : danielle c.

MessageSujet: Re: The sun always rises ~ Sora-Plùm. Mer 1 Mar - 18:51


Wyatt & Sora
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
The sun always rises
Les surprises tu n’en as pas forcément l’habitude et généralement ces dernières ne sont jamais très bonnes. Enfin, tu allais faite confiance pour une fois à ton père. Tu ne pouvais pas dire, mais jusqu’à présent ce dernier n’avait pas fait quoi que ce soit te poussant à te méfier. Tu n’aurais pas cru cela deux ans auparavant, comme tu n’aurais pas cru être encore vivante. La vie peut parfois nous surprendre gentiment et pas forcément méchamment. Installée dans la voiture, tu entendais les premières notes de la chanson qui s’était lancé quand le moteur se mit en route, la musique te laissa rire un instant. Te moquant forcément des goûts de ton père, tu l’écoutais secouant la tête avec ce petit sourire enjoué sur ton visage alors que tu finissais par ancrer ton regard dans ses pupilles. « Non je ne peux pas l’être …car en réalité tu n’es pas si vieux, alors tu m’expliques ces choix musicaux ?» Tu lui offrais un charmant sourire tout en faisant un clin d’œil à ton soi-disant vieux père. La route ne t’avait pas parût extrêmement longue quand la moteur se stoppa, autant dire que pour le coup en découvrant le lieu, tu étais plutôt heureuse de la surprise, c’était une bonne chose de te faire apprécier une surprise, rare était les fois où tu pouvais les aimer.
Un choix s’imposa à toi. Où aller dans cet immense endroit ? Tu commençais à y songer, laissant vraiment ton expression changer durant que tu restais bien calé dans tes songes pour trouver un bon choix. Tu voulais de toute façon juste profiter de ton père et rien que ça c’était extra. Tu ne pouvais nier que tu aimais amplement passer du temps avec lui, dès le premier jour tu avais de suite accroché avec Wyatt, il avait ce petit quelque chose qui te fascinait et le rendait important à tes yeux. Tu ressentais à présent la même chose pour Emery, même si forcément il y avait légèrement moins de complicité entre vous deux, mais cela arriverait sans doute en espérant que ce soit avant que tu passes l’arme à gauche. Tu t’aventurais dans les allées côté à côte avec ton père, alors qu’il alluma un léger picotement dans ton cœur et ton âme. Pacôme. Le simple prénom de ce mec avait fini par te rendre mal, mais tu laissais ton sourire comme scotché à tes lèvres pour ne pas faire regretter ses mots à ton père. Tu finissais par rire un peu, les nerfs, sans doute, car tu n’aimais pas trop le fait qu’il ne soit plus là, par ton propre choix en plus, mais c’était le mieux. « Plutôt qu’ai-je fait …» Tu n’allais pas laisser le poids à Pacôme, même si tu te doutais que s’il pouvait te laisser un message subliminal, il te dirait de l’accuser, pour ne pas avoir à t’expliquer sur tes choix, chose que tu voyais mal dire à ton père, mais tu allais te lancer, une fois que les mots seront remis en ordre dans ton esprit. « J’ai décidé de le laisser vivre sa vie …» Tu le regardais continuant à déambuler dans le parc pour aller jusqu’au lac. « Je ne voulais pas qu’il reste avec la mourante … il doit vivre sa vie, une vie qui se fera forcément sans moi …» Tu mordais l’intérieur de tes joues, tu ne savais pas trop comment allait assimiler tes mots Wyatt, mais tu espérais vraiment qu’il comprendrait. En parlant de cette rupture, tu en avais légèrement les larmes aux yeux, car il te manquait, ce mec c’était devenu comme un pilier de ta vie, même après son départ suite à ton avortement, il était dans ton esprit te permettant d’avancer, malgré le manque. Te concentrant sur le moment en sentant la main de ton père se glisser dans tes cheveux, tu tentais de changer de conversation, mais tu allais vite découvrir que le sujet Emery n’était pas encore le bon. « Il se passe quoi ? C’est ma faute ?» Ton regard venait de s’ancrer dans le sien, tu étais presque tentée de t’arrêter pour qu’il t’en parle, mais marche en le faisant était tout aussi bien, de toute façon ta curiosité venait d’être piqué au vif, alors tu allais en poser des questions. « Je ne crains rien avec toi ? Alors tout va bien !» Lâchais-tu avec un large sourire. Tu lisais les panneaux fasses à toi et tu souriais en voyant le mot labyrinthe ! « Tu ne veux pas te perdre dans le labyrinthe roseraie avant de faire le tour du lac ?» Tu regardais ton père, le suppliant presque du regard, tu n’’étais pas loin de faire la petite tête de chien mal aimé. Le temps de réponse fût long, alors tu avais fini par faire cette petite tête de chien, qui faisait craquer tout le monde. Tu glissais ta main dans celle de ton père, tu ressentis comme un petit saisissement au cœur, tu étais bien et tu pouvais apprécier ce moment. « Allez viens !» Tu tournais vers la gauche pour prendre le dépliant de cette fameuse roseraie ! « On va se perdre !» Tu allais peut être déchanté en étant vraiment perdu.



LUCKYRED
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIEILLE CROUTEd'Always Love.
avatar
VIEILLE CROUTE ∞ d'Always Love.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 670
▵ arrivé(e) le : 07/06/2015
▵ avatar : Max Riemelt

MessageSujet: Re: The sun always rises ~ Sora-Plùm. Sam 18 Mar - 11:27




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
The sun always rises.
Wyatt & Sora




J'irais chercher ton cœur, si tu l'emporte ailleurs.
Une fois dans la voiture en direction du jardin botanique ou je comptais emmener ma fille pour sa journée de livre, elle se mit évidemment à critiquer mes choix musicaux. Je n’en attendais pas moins d’elle. Je lui demandais de l’indulgence alors qu’elle me détaillait, un sourire amusée sur les lèvres. « Non je ne peux pas l’être …car en réalité tu n’es pas si vieux, alors tu m’expliques ces choix musicaux ? » Me demanda t-elle alors que je me concentrais sur ma conduite. Je tournais mon regard vers elle. « Tu veux que je t’explique pourquoi j’aime cette musique et pas une autre ? » Dis-je, amusé à mon tour. « Franchement j’en sais rien. Pourquoi toi tu aime la musique que tu écoute ? C’est une affaire de goût, de ressentis aussi. » Dis-je en haussant les épaules. On arriva donc au jardin et je lui proposais alors de choisir par ou nous allions commencer notre visite. Elle choisit et on commença notre ballade. En marchant, je lui dis combien j’étais content qu’elle passe cette journée avec moi alors qu’elle aurait très bien pu le faire avec une amie à elle ou bien avec Pâcome. Sans le vouloir j’avais mis les pieds dans le plat. Ils s’étaient apparemment séparés. Je demandais alors ce qu’il s’était passé, ce qu’avait le jeune homme pour en arrivé là, et voir la détresse dans les yeux de ma fille. Elle rit nerveusement, ce qui m’inquiéta d’autant plus. «Plutôt qu’ai-je fait …» Je fronçais les sourcils, surpris en attendant qu’elle m’en dise plus si elle en avait envie. Je ne comptais la forcée. Cette journée devait être belle. «J’ai décidé de le laisser vivre sa vie …» Me dit-elle en continuant à marcher. Je la suivis, attentif. «Je ne voulais pas qu’il reste avec la mourante … il doit vivre sa vie, une vie qui se fera forcément sans moi. » Je la regardais, mon cœur se serrant. Je soupirais, glissant une main dans mes cheveux. « Je comprend mais … Je vois bien que ça te rend malheureuse et même si tout père se fait un devoir d’avoir des réserves face aux petits-amis de sa fille, je sais que Pâcome tient à toi. Et puis il reste de l’espoir Sora. Je ne voudrais pas que tu le regrettes plus tard … » Lui dis-je, prenant sur moi pour ne pas lui dire qu’elle ne devait pas parler d’elle comme une mourante. C’était à moi que ça brisé le cœur. Par ce que je savais qu’elle avait quelque part raison, je refusais simplement d’accepter que je pourrais peut-être la perdre. Seulement Sora avait l’air d’accepter son sort, elle, et malgré tout, je me devais d’accepter son choix même si je n’approuvais pas. « Comment l’a t-il prit ? » Demandais-je, même si je pensais connaître la réponse à la question. Je venais près d’elle, glissant une main dans ses cheveux, réconfortant. Elle me fit ensuite qu’elle aussi été heureuse de passé la journée avec moi, disant que nous aurions pu proposé à sa mère de venir avec nous. Ce fut à mon tour d’être mal à l’aise. Les choses n’étaient pas au beau fixe entre Emery et moi en ce moment. «Il se passe quoi ? C’est ma faute ? » Elle me regarda et je secouais la tête. « C’est absolument pas ta faute. Pas directement en tous cas… » Fus-je contraint d’avoué. « Ta mère … elle … Enfin elle a décidée de se concentré sur toi alors elle m’a repoussée avant de mettre de la distance entre nous. » Dis-je sur un ton résigné. Emery avait fait son choix et je ne voyais pas comment la faire changer d’avis.
On continua de découvrir le jardin. Sora exprima alors sa crainte de se perdre, la présence d’un labyrinthe l’inquiétant. Je la rassurais. Elle ne craignait rien avec moi. J’étais son père et puis je connaissais le jardin. «Je ne crains rien avec toi ? Alors tout va bien ! » Je ris, amusé et attendri avant de lui faire un clin d’œil. «Tu ne veux pas te perdre dans le labyrinthe roseraie avant de faire le tour du lac ? » Me demanda t-elle, son regard suppliant. Je réfléchis alors à sa proposition. Elle fit alors une moue à laquelle il était impossible de résisté. Je ris avant de lever les yeux au ciel. Elle glissa alors sa main dans la mienne. Je la regardais. « Tu triches, c’est pas bien. » Amusé, je la laissais m’entraîner vers le labyrinthe, sa main toujours dans la mienne. «Allez viens ! On va se perdre ! » Je pouffais alors qu’elle prenait un dépliant. « Tu as conscience que pour la plupart des gens, se perdre n’est pas franchement une proposition alléchante ? » Lui dis-je en la suivant. On s’aventura alors dans la roserais. Cette journée était parfaite. J’espérais vraiment qu’elle serait à la hauteur, pour Sora, pour nous. Je la laissais donc me guider, simplement heureux d’être là, de partagé ça avec elle. On marcha encore un peu avant d’arriver à un croisement. « Alors, par ou tu veux aller ? » Lui demandais-je, vrillant mon regard impatient sur elle.


camo©015
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMINa suricate full of love.
avatar
ADMIN ∞ a suricate full of love.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 2141
▵ arrivé(e) le : 20/07/2015
▵ avatar : danielle c.

MessageSujet: Re: The sun always rises ~ Sora-Plùm. Jeu 11 Mai - 14:17


Wyatt & Sora
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
The sun always rises
ETu regardais ton père avec une note de bonheur, faut dire que tu étais plutôt contente de te retrouver avec lui, tu avais besoin de cette journée de libre pour en profiter. « Moi si j’écoute certaine musique, c’est que le rythme arrive à raviver mes sentiments et mon corps ou que les paroles me parle … alors toi ces musiques te parle de quoi ? » Curieuse oui, puis si tu pouvais lui faire entendre raison sur ses goûts musicaux particuliers tu gagnerais au change finalement. Le jardin, la surprise, faites par ton père était incroyable, tu avais toujours aimé les espaces verts ou les toits, ces derniers tu y passais relativement tout ton temps, tu y avais même rencontré Pacôme, ton cœur se serra en pensant à cette première rencontre qui se finissait par ta toute première fois. Le cœur lourd, tu commençais à réaliser que cette fois Pacôme avait saisi le message : c’était fini. Enfin, heureuse et triste. Dans ta tête tout était plutôt clair. Le regretter ? Parfois. Cela pouvait arriver au détour d’une nuit difficile, d’avoir l’envie dingue de lui envoyer un message, d’entendre sa voix. Tu écoutes ton père attentivement, ils a l’air d’être très sûr de lui pour ce qui est d’avoir de l’espoir, mais autant dire que pour le moment, ce n’est pas du tout le ressenti que tu as. « Je peux te poser une question ? » Que tu demandais finalement à ton père, le cœur légèrement serré. « Tu serais malade, presque ou bien même mourante, tu serais encore avec Emery ? » besoin d’une réponse. Pour toi ta réponse, ne changera pas forcément face à la réponse de ton père. Tu ne supportais pas de voir Pacôme dans ta chambre au lieu de profiter lui-même de sa vie. Tu le regardais avant d’ajouter. « Façon la décision est prise … » Laissais-tu donc glisser d’entre tes lèvres. « Mal … il n’a pas voulu m’écouter. Il voulait se battre à mes côtés … mais qui suis-je pour le laisser mal suite à ma mort et l’empêcher de vivre sa vie ? Qui ? » La question était récurrente en toi, tu avais beau l’aimer, te damais de ses lèvres, de ses mains, peu importe, le mieux était de penser à lui. Lui voulait penser à toi, mais toi à lui, alors forcément rien ne pouvait fonctionner dans cette situation. La séparation de tes parents, tu te demandais bien pourquoi, tu as finalement cru que c’était la tienne, ce que tu demandas. « Pardon … » Tu secouais un peu la tête, mordant ta lèvre. « Tu vois je cache tout … je devrais mourir ça irait sans doute mieux ! » faut dire que comprendre qu’Emery avait fait ça pour toi, tu t’en voulais, surtout que dans le fond, tu ne voulais pas ça, tu ne voulais rien de cette situation, tu retenais tes larmes, soufflant un grand coup, te demandant ce que tu étais censée faire là … l’envie d’être ici n’était pas ce dont tu avais envie à présent, mais tu n’allais pas continuer à gâcher la vie de ton père par ta faute. Tu restas avec ton père tentant de retrouver un soupçon de bonne humeur, chose qui ne fut pas trop compliqué avec la présence de ton père. Tu avais de suite accroché avec ton père, un jour tu avais même pensé à ce que ton enfance aurait été avec lui, tu l’aurais sans doute considéré comme un héros, ton prince charmant. Bref, ce que les petites filles font toutes dans le fond. « Je ne triche pas … j’utilise juste mes arguments » un sourire toujours fixé sur ton visage, tu le regard toujours en le suppliant du regard en faisant cette petite moue assez ridicule, mais très chou dans le fond. « Mais se perdre avec moi c’est très alléchant, tu en douterais papa ! » Ton regard dans le sien, tu lui offres un sublime sourire, alors que tu glisses tes mains dans les poches de ton jean. Tu y étais, tu pouvais sentir l’odeur succulente qu’offrait ce labyrinthe de roserai, tu adorais, tu étais comme émerveillée, mais surtout comme une petite fille, ce que tu étais encore malgré ton vécu. « À gauche ! » Normalement on prenait toujours à gauche dans les labyrinthes, enfin c’était ce que toi tu avais entendu, ce n’est pas sûre que ce soit vrai. Après la gauche, vous tourniez à droite, tombant sur un cul de sac. « Oups … on va pas là ? » demanda tu en pointant le chemin de droite. « Dis tu penses faire quoi pour Emery ? » oui, ça te tracassait, le fait que tu sois la fautive dans un sens, vu qu’elle avait pris cette excuse à peu près pour repousser ton père.

LUCKYRED
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

The sun always rises ~ Sora-Plùm.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always love ::  :: archives rp.-