AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Khandi + The work is important, I do not understand the delays.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MODO ∞ a suricate full of love
avatar
MODO ∞ a suricate full of love

en savoir plus sur moi
∞ posts : 245
∞ arrivé(e) le : 13/02/2017
∞ avatar : Chris hot Wood

MessageSujet: Khandi + The work is important, I do not understand the delays. Dim 19 Fév - 16:19


Khandi & Tate
The work is important, I do not understand the delays.




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Tu étais à ton bureau sans ta partenaire qui avait été recueillir des témoignages, vous aviez joué votre place sur le terrain par un vulgaire chifoumi. Tu avais perdu. Tu avais un peu la haine, tu te retrouvais face à cette personne vulnérable qui tentait de se calmer, tu tentais de l’aider. Les mots étaient parfois faciles à trouver pour aider les témoins. Tu n’arrivais peut être pas à te calmer toi-même, mais tu savais parfaitement le faire avec les autres, c’était comme innée chez toi. Tu écoutais la plainte de la jeune femme, cette fille avait vécu une nuit d’horreur. Elle était sortie comme n’importe quel jeune de son âge. Elle avait fini par être au mauvais endroit, au mauvais moment. La faute à pas de chance, mais ce genre de chose t’énervait. Elle allait en être choquée longtemps, mais surtout devoir changer de vie peut être. Tu n’en savais rien, mais au vu de ce qu’elle était en train de raconter, ça sentait mauvais pour sa vie actuelle. Tu le savais que c’était compliqué de quitter sa vie et tout, mais toi tu pouvais toujours retourner en arrière pour voir ta sœur ou même tes parents. Tu n’avais pas changé de métier ou encore d’amis. Elle s’était sans doute ce qui l’attendait à bras ouvert. Tu étais déconcerté par la jeune femme, fallait dire qu’elle n’avait pas l’air d’avoir hésité à venir ici pour aider la police, vous aviez déjà des personnes qu’on pensait coupable du double meurtre commis sur une femme et son enfant, le mari, c’était toujours la femme ou le mari dans ce genre de cas. Tu avais posé toutes les questions possibles et tu commençais à t’agacer du retard de la personne sensé prendre son crayon pour dépeindre le portrait du présumé coupable qu’avait fut sortir cette femme couvert de sang. Mais apparemment, la nouvelle recrue n’avait pas l’air de vouloir arriver. Ce qui commençait réellement à te donner envie de taper du poing sur la table. « Excusez-moi, je reviens, vous voulez quelques choses ? » Tu savais ce qui te restait à faire de toute façon, râler et gigoter sur cette chaise n’allait pas t’aider. Le témoin avait fini par accepter un café et quelque chose à grignoter. Autant dire que ça t’arrangeait, tu n’avais pas de petit creux, mais bel et bien l’intention de râler. Tu avais fini dans le bureau du supérieur demandant qu’il appelle la personne qui était censé faire le travail pourquoi il attendait depuis une bonne demi-heure. Trois tentatives d’appel et rien. Tu avais fini par dire ta façon de penser à ton supérieur tout en restant droit, il y avait des limites que tu savais que tu ne pouvais pas franchir, même sur le terrain il t’arrivait de vaguement les dépasser. Tu étais passé à la salle de repos pour amener ce qu’il fallait à la personne. « Voilà pour vous ! » Tu déposais le tout devant elle sur ton bureau commençant à te munir d’un crayon à papier et d’une feuille blanche que vous utilisiez pour les portraits. « On va faire ce portrait, vous avez assez attendu après la personne censé le faire ! » Tu la guidais, lui posais les questions sur les traits de la personne que tu tentais de dessiner. Une personne frappa à ton bureau, tu regardais et tu ne connaissais pas cette jeune femme, métissé et brune. « Excusez-moi ! » Lançais-tu à la personne face à toi avant de lancer à celle attendant à la porte. « Entrez ! » Tu jonchais cette jeune femme de ton regard, attendant qu’elle s’exprime. « Je suis là pour le portrait ! » Ton visage ne savais pas mentir, tu avais perdu le petit sourire que tu avais eu à son égard en la laissant pénétrer dans ton bureau. « Vous pouvez repartir, je n’ai plus besoin de vous ! » Le ton que tu venais d’utiliser était clair et net sur ton mécontentement à son propos. Tu reprenais par la suite, quand la jeune fut partie le portrait du mec qui pouvait être un danger pour les citoyens. Ce dernier fût rapidement fini par la suite, tu demandas à un de tes collègues policier de ramener la jeune femme chez elle où une personne l’attendait pour sa sécurité, le temps que ton équipe éclaircisse tout cela. Le dessin en main, tu te dirigeas vers ce petit bureau qui était fait pour la personne censé dessiner le portrait et aider les flics dans leur boulot. Tu frappas à la porte et l’ouvrit sans attendre une quelconque réponse de la part de la personne. « Tenez ! » Tu lançais le dessin sur son bureau tout en donnant du ton, un ton très brusque pour le coup. « La prochaine fois que vous êtes en retard vous aurez un rapport sur le dos ! » tu n’étais pas méchant, mais ton boulot était important pour bien des personnes et surtout pour toi. « C’est compris mademoiselle, d’abord qu’elle est votre excuse pour votre retard ? » Elle devait des comptes surtout au chef du district, mais elle restait aussi sous mes ordres dans la mesure du raisonnable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
love game power may.
avatar
love game power may.

en savoir plus sur moi
∞ posts : 85
∞ arrivé(e) le : 17/02/2017
∞ avatar : Shay Mitchell

MessageSujet: Re: Khandi + The work is important, I do not understand the delays. Dim 26 Fév - 19:03


Khandi & Tate
The work is important, I do not understand the delays.




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Il faut croire que ce n’est pas sa journée. Khandi s’était réveillée en speed ce matin-là. Après avoir tourné plusieurs fois sous ses draps, elle a voulu voir le temps de sommeil qui lui restait mais elle a eu un coup de stress en voyant son téléphone déchargée. Elle se disait bien que c’est rare les fois où elle se réveille avant la sonnerie mais là ça lui parait évident. Elle est grave à la bourre. Ne prenant même pas le temps d’enfiler sa robe de chambre pour se rendre dans la salle de bain, ses colocataires ont beau la voir en sous-vêtements s’ils sont levés, c’est le cadet de ses soucis. Elle ne doit pas être en retard et c’est déjà mal parti puisqu’elle est censée être au poste de police dans très peu de temps et elle ne vit pas vraiment à côté. Khandi bosse la bas depuis quelques jours à peine, elle ne peut pas se permettre d’être déjà en retard surtout si on a besoin d’elle rapidement. Alors, sortant de la douche, elle n’utilisera que la serviette de toilette pour se sécher les cheveux le plus possible. Tant pis ils sécheront dans la voiture, elle n’a pas le temps de sortir le sèche-cheveux. Son portable toujours déchargée, elle attrapa rapidement ses clés de voiture une fois prête pour se rendre au travail. En en croire l’heure sur le tableau de bord, elle n’est pas si en retard que ça, ça aurait pu être pire. Khandi a en général très peu de chance. On pouvait l’appeler miss poissarde auparavant mais on devrait lui attribuer de nouveau ce surnom puisqu’elle n’était pas à la moitié du chemin qu’elle dû arrêter le moteur en plein bouchon. Commençant à s’impatienter, Khandi la musique à fond pour se changer les idées quand elle entendit quelqu’un venait toquer à la fenêtre de sa portière. Après avoir eu un mouvement de recul, ne s’y attendant pas, elle porta une main à son cœur qui s’affolait avant de baisser la vitre de sa fenêtre pour parler avec l’officier de police. « Bonjour mademoiselle, est-ce qu’on peut ouvrir votre coffre ? » Il manquait plus que ça. Elle ne perdit pourtant pas la face, sortant de sa voiture pour aller effectuer les ordres bien qu’elle a en pensée le simple fait qu’elle va être à la bourre. Après avoir osé poser quelques questions, elle apprit que ça allait surement prendre un peu de temps, ils recherchent activement quelqu’un et des informateurs leur ont dit qu’il se cachait dans une voiture pour fuir la ville. « Est-ce que vous pouvez au moins le prêter votre téléphone, faut que j’appelle le poste de police pour dire que je serai en retard pour travailler ! » Elle avait une voix suppliante, un énorme sourire pour ne pas qu’on lui résiste mais apparemment, ce n’était pas le moment. Le policier la regarda de bas en haut avant de décliner sa demande. Elle va sérieusement être dans la merde si on a besoin d’elle pour dessiner et qu’elle n’est pas là. Les nerfs à toute épreuve, elle dû attendre patiemment dans sa voiture avant de pouvoir partir elle ne sait combien de temps après pour se rendre au travail. Ne prenant même pas le temps de verrouiller sa voiture, à peine fut-elle entré qu’on lui signala qu’elle était attendu depuis un moment dans un bureau pour aller dessiner un suspect mais à peine arriva-t-elle à direction qu’on l’a mis à la porte. Vexée dans un sens mais surtout stressée d’être arrivée avec autant de retard alors que c’est en parti de sa faute puisqu’elle ne s’est pas réveillée. Elle tenta seulement de faire bonne figure alors qu’elle venait de s’être fait envoyer promener. Tentant de se calmer une fois seule, elle n’eut pas le temps de reprendre totalement le contrôle d’elle-même que l’homme l’ayant envoyé promener ouvrit la porte de son bureau pour lui balancer les feuilles. « Oui je sais, excusez-moi ça ne se reproduira plus. » Dit-elle en essayant de ne pas trop baisser la tête pour ne pas paraitre faible même si pour le coup, il l’intimide. « J’ai été prise dans des bouchons, un homme était recherché et… » Le stress s’entendait à sa voix. Elle n’était pas très claire dans ses explications et oubliait la plupart des choses. Il faut qu’elle se reprenne. « Je n’ai pas pu vous prévenir, vos collègues ne m’ont pas cru que j’ai dit que je travailler ici ! » Ils se sont même foutus de sa gueule et elle comprit qu’elle devait s’arrêter de parler sinon c’est lui qui va rire d’elle. Elle doit des excuses c’est vrai mais elle n’a pas non plus à lui raconter sa vie. Sans doute le stress de se faire engueuler. C’est la première remarque négative qu’elle a depuis son arrivée ici. « Mais attendez, qui a fait le portrait ? » Elle avait essayé de trouver autre chose pour changer de sujet de conversation et elle fut étonnée lorsque ses yeux s’arrêtèrent sur le portrait parfaitement dessiné. Elle ne savait pas que quelqu’un d’autre s’occupait de ça ici en plus d’elle. Elle ne comprend plus rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MODO ∞ a suricate full of love
avatar
MODO ∞ a suricate full of love

en savoir plus sur moi
∞ posts : 245
∞ arrivé(e) le : 13/02/2017
∞ avatar : Chris hot Wood

MessageSujet: Re: Khandi + The work is important, I do not understand the delays. Dim 26 Fév - 22:51


Khandi & Tate
The work is important, I do not understand the delays.




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Râler au boulot était une chose que tu faisais rarement, ça arrivait, mais ce n’était pas récurrent. Heureusement. Pour le coup, ça te mettait hors de toi que cette foutue dessinatrice n’était pas encore présente devant toi pour faire ce que tu t’apprêtais à faire. Tu écoutais la personne ayant vu le supposait criminel, commençant à donner des coups de crayon sur la feuille de papier, tu tentais de t’appliquer tout en collaborant avec la jeune femme. Le front, les yeux puis le tour du visage en entier. T’espérais ne plus être rouillé, les portraits t’en avais fait que par plaisir durant mes études au lycée, à la demande la prof d’art plastique. Tu avais presque fini quand quelqu’un vint à frapper à ta porte de bureau, tu étais déjà agacé à cause de cette personne ayant été absente et pourtant censée être là pour faire les portraits. Surprise. Tu pourrais presque croire que tu te tenais devant une blague, une du style à ne pas faire rire, mais à te laisser perplexe avec une certaine envie de claquer la porte à la tronche de la personne se tenant dans l’encadrement de la porte. Tu la fis partir, vu que toi tu n’avais plus besoin d’elle, après tout la police n’allait pas toujours attendre après ce genre de personne. Bref, une fois que tu fus tranquille avec la personne qui avait décidé de ne pas laisser les criminels régner en maitre dans les rues de Wellington. Elle était courageuse cette fille devant toi, tu le savais, il fallait une force de caractère pour venir faire un portrait au risque de devoir changer de vie en faisant cela, ce n’était pas sûr que cela se déroule ainsi, et je l’espérais vraiment pour elle, car ça devait être chiant de changer sa vie en un claquement de doigt, devant oublier son passé ainsi que toutes les personnes ayant fait partie de ce dernier. Enfin, tu avais fini de faire le portrait, alors tu décidais de laisser repartir la jeune femme et avec un accompagnant histoire d’être sûre que tout se passe bien pour elle. Tu la raccompagnais à un de tes collègues, l’un des meilleurs, histoire de ne pas la confier à n’importe qui, car oui parfois y en a qui était facilement déconcentré de leur boulot, ça arrivait, après tout vous étiez humain, toi tu tentais de faire abstraction de tout, même parfois de tes sentiments pour foncer dans le tas et ne rien lâcher. Réunissant la déposition de plainte ainsi que le portrait, tu finissais par retourner au bureau de la jeune femme qui avait cogné à ta porte quelques minutes auparavant. Par politesse tu avais cogné, mais finalement tu avais tout bonnement ouvert la porte sans attendre quoique ce soit comme une permission d’entrer. Tu étais énervé, ton travail était une chose sérieuse pour toi et tu avais parfois du mal à comprendre le fait que d’autre ne prenne pas leur boulot convenablement. Tu l’écoutais et tu haussais les épaules, ses mots ne t’apaisaient pas tout au contraire. « Et quoi ? La terre est tombé dans un trou noir vous empêchant de vous réveiller ou autre ? » Elle ne devait pas oublier que toi tu étais inspecteur et que les mensonges ou les extrapolations ne t’échappaient clairement pas. « Vous sortez souvent les cheveux mouillés ? La panne de réveil ou le surf ? » Tu posais les questions histoire qu’elle comprenne que pour toi les excuses ne fonctionnaient pas … avouons qu’à ton travail tu réagissais droitement comme un militaire et cela ne plaisait pas forcément à tout le monde. Elle continuait dans ses excuses, alors que clairement à cet instant tu t’en fichais amplement, tu avais bien d’autre chose à faire. Le portrait déposé sous ses yeux, tu l’observais joncher de son regard ton œuvre, enfin une œuvre fallait sans doute le dire vite fait. « Quoi ça vous plait pas qu’un autre qui n’est pas parfaitement talentueux le fasse ? » Tu n’allais même pas la laisser répondre, tu le savais alors pour user de ce ton interrogatoire ? Juste le plaisir sans doute. « Si vous êtes pas contente, la prochaine fois arrivée à l’heure dite et demandé ! » Lâchais-tu sans dire que c’était toi, tu t’en fichais qu’elle le sache ou non. « Sinon vous allez devoir faire avec … en espérant pour vous qu’on le retrouve avec ce portrait et que ça risque pas la vie de cette femme ! » Ton regard était toujours aussi noir, après tout, tu n’étais pas toujours comme ça, mais parfois ça te démangeais. « Sinon vous l’aurez sur la conscience ! » Un petit sourire presque mesquin venait s’esquisser sur ton visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
love game power may.
avatar
love game power may.

en savoir plus sur moi
∞ posts : 85
∞ arrivé(e) le : 17/02/2017
∞ avatar : Shay Mitchell

MessageSujet: Re: Khandi + The work is important, I do not understand the delays. Sam 18 Mar - 16:13


Khandi & Tate
The work is important, I do not understand the delays.




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Cette journée est décidément pourrie. Pour Khandi en tout cas, elle n’a pas bien commencé et ne se déroule pas vraiment idéalement là tout de suite. Elle se trouve au travail et c’est la première fois qu’elle se fait engueuler, par un gars – plutôt mignon d’ailleurs mais ce n’est qu’un détail minime à côté de la situation – qui n’est même pas son chef. Mais elle ne peut rien dire, il a des raisons de l’engueuler même si arriver en retard n’était clairement pas dans ses projets. Elle doit quand même porter la responsabilité de ceci, du moins c’est ce qu’elle dit alors qu’au lieu de cela, elle utilise des excuses pour s’expliquer. Excuses tout à fait vraie et pourtant, elle devrait juste assumer, garde la tête baute. Seulement, elle n’a pas la position hiérarchique pour ça ni même l’expérience pour se permettre de dire que son retard n’est pas grave. Elle est nouvelle et n’est qu’une dessinatrice donc ici, elle doit fermer sa gueule, elle l’a bien compris. Pourtant le voir lui parler comme à une merde l’énerve au plus haut point. Elle a peut-être fait une erreur, ce n’est pas pour autant qu’il a le droit de lui parler de la sorte. Khandi ouvrit grand les yeux en constatant qu’excuses ou non, ça ne va rien changer aux dires de l’homme face à elle. « Vous ne me croyez pas ? » Il n’attend pas d’elle qu’elle raconte sa vie, il est énervé et qu’importe ce qu’elle trouvera pour se trouver des excuses, ça ne passera pas. « J’ai peut-être mis du temps pour me réveiller mais l’histoire que je vous ai raconté est vraie, demandez à vos collègues ils vous le diront ! » Enfin elle aurait très bien pu entendre cette histoire en arrivant et s’en servir en cas d’excuse mais non, c’est bien arrivé. Visiblement enervée, elle ne lui répond pas vraiment de la meilleure des manières mais bon. Khandi est étonnée qu’on l’ait remplacé dans son travail, d’où son étonnement. « Je n’ai pas dit que la personne n’était pas talentueuse je suis surprise qu’on fasse mon job c’est tout ! » Elle ne se doute pas une seule seconde que la personne ayant fait ce portrait est en réalité face à elle. Elle aurait pu le critiquer mais ce n’est pas son style de critiquer quoi que ce soit aussi gratuitement, encore moins alors qu’elle est en train de se faire engueuler. Tout le monde dans les alentours doit comprendre qu’elle se fait déjà engueuler alors qu’elle est une petite nouvelle. Super la réputation. Elle se retient car dans d’autres circonstances elle aurait eu des paroles moins gentilles et surtout un tout autre ton. Elle ne fait donc pas sa maligne pour le coup, se retenant d’ouvrir encore plus sa gueule. Elle regarde le sol. De toute façon elle l’a bien compris, elle doit s’écraser. Si elle commence à rester la tête haute en écoutant sa fierté ça va plus lui attirer des ennuis que l’inverse. Elle a besoin de ce boulot, elle a besoin de ce travail qui lui plait et qui l’aide à payer ses factures. Elle a suffisamment eu de la chance d’être prise ici et ne sait pas si elle aura autant de chance ailleurs surtout après un renvoie de la police. Pourtant l’entendre lui faire comprendre que s’il arrive quelque chose à quelqu’un ça sera de sa faute, c’est la goutte d’eau venant faire déborder le vase. Le pire c’est qu’il a l’air content de ce léger pique. Elle sert les dents, comprenant qu’il est sérieux. Ce n’est pas facile à entendre mais elle ne peut pas lui laisser dire ça. « Si la police n’est pas capable de faire son boulot en la protégeant ce n’est clairement pas de ma faute » C’est peut-être la phrase de trop mais elle ne peut pas lui laisser dire ce genre de chose. Cette fois elle ne baisse pas le regard, passant une main dans ses cheveux. « J’en prendrai toute les responsabilités mais ce portrait sera surement efficace ! » Elle essaye de rester optimiste, non pas pour se tirer d’affaire mais parce qu’elle ne veut pas qu’il arrive quelque chose par sa faute, pas une nouvelle fois… « Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise de plus, je me suis excusée, ça n’arrivera plus, point. » Elle commence à être sèche, ce n’est pas la bonne tactique à adopter mais c’est plus fort qu’elle. Elle ne peut pas laisser cet inspecteur lui parler de la sorte. Qu’importe qui elle est. . « Je peux faire quelque chose d’autre ou je suis trop stupide pour le faire ? » Demande-t-elle en croisant les bras contre sa poitrine, le regardant dans les yeux, le ton sec. Elle ne veut pas s’attirer des ennuis mais elle veut montrer qu’elle ne se laisse pas marcher sur les pieds, qu’importe qui il est.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Khandi + The work is important, I do not understand the delays.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always love ::  :: archives rp.-