AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 And I can't break your wall, I know I went too far { Lolo ♥︎ }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
AWARDSle plus à l'écoute.
avatar
AWARDS ▵ le plus à l'écoute.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 372
▵ arrivé(e) le : 13/02/2017
▵ avatar : Steven R. Mcqueen

MessageSujet: Re: And I can't break your wall, I know I went too far { Lolo ♥︎ } Jeu 30 Mar - 19:41

And I can't break your wall, I know I went too far
Loélia & Maéven

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La situation était compliquée. Aussi compliquée à vivre qu’à comprendre et au fond, Maéven n’avait même plus envie de l’expliquer, de se justifier. Loélia ne semblait pas réellement comprendre comment ça s’était passé, mais il ne lui en voulait pas. C’était tellement fou en même temps, il ne pouvait pas lui en vouloir de raisonner normalement. Alors il se contenta de se pincer les lèvres, mais n’ajouta rien. Il capitula, il ne voulait même plus se prendre la tête pour cette histoire et quand il voyait ô combien on le lui reprochait encore, sept ans après, il ne pouvait cesser de se dire que s’il avait écouté son groupe d’amis de l’époque, il n’en serait pas là. Il n’aurait pas à séquestrer Loélia dans une remise pour qu’elle accepte de lui parler. Il n’aurait pas à se justifier, à expliquer son histoire tout comme il n’aurait pas à se faire passer pour un malade fabulateur qui se croit dans un jeu vidéo ou dans une série télévisée. Oui, si c’était à refaire, s’il pouvait faire un bon de quelques années en arrière, sans doute qu’il referait les choses autrement « Laisse tomber Loélia, ça sert à rien de toute façon. Je me fais quand même passer pour un con tellement cette histoire est surréaliste. J’aimerais autant ne pas finir enfermé » De toute façon, qu’est-ce que ça changerait ? Rien. On ne peut pas revenir dans le passé, on ne peut pas faire marche arrière et revenir là-dessus pendant dix ans ne servait à rien. Vraiment à rien. Aujourd’hui, Maéven voulait vivre une nouvelle vie, oublier certains moments de son passé, être là pour lui avant d’être là pour quiconque d’autres. Il avait des contacts à reprendre, une vie à construire. Pour ça, Tate avait le bon plan, au moins lui il n’avait aucun problème, à part peut-être un agenda manquant de pages pour caser le prénom des nanas qu’il comptait voir.

Encore une fois, à quoi ça servait de lui demander si elle aurait vraiment tout laissé pour m’accompagner ? Parce que c’était le passé et si je l’avais voulu, je ne serais même pas parti. Je n’aurais donc pas eu besoin de lui demander quoi que ce soit. En tout cas pas ça. Mais j’avais un doute sur sa réponse, sans doute était-ce vrai. Avec du recul. Mais est-ce que si elle s’était trouvée devant le fait accompli, elle l’aurait vraiment fait ? Aurait-elle vraiment accepté ? J’avais un doute quand même. Maéven releva la tête en l’entendant dire qu’elle n’était pas restée ici. Chose étonnante puisque son père vivait là et il les savait assez proches pour oser partir. « T’es partie où ? » La question était surtout pourquoi était-elle partie, mais se trouvait-il en droit de la lui poser ? Il ne savait même pas qu’elle avait des projets de départ, il ne se rappelait pas qu’elle lui en ait déjà parlé un jour. Après, en sept ans l’eau avait coulé sous les ponts et elle avait très bien pu en ressentir le besoin, l’envie. Il ne savait pas trop. Toujours appuyé contre la porte, Maéven scruta la jolie blonde du regard. Déjà plus jeune, il l’avait trouvée jolie. En même temps il fallait être sacrément abruti pour ne pas avoir envie de poser ses yeux sur elle. Sauf que le concernant, il savait que tout ce qu’il pouvait ressentir ou ce qu’il avait déjà ressenti allaient au-delà de son physique. Cette fille dégageait de la douceur, de la sensibilité. Elle n’était pas comme toutes celles qu’on avait envie pour une nuit, qui sont juste belles et que seul leur physique semble intéressant. Non, Loélia était une personne qui marquait quiconque pouvait croiser son chemin. Maéven l’avait rencontré il y a plusieurs années déjà et n’avait pas échappé à la règle. Il avait été marqué au fer rouge par cette demoiselle et aujourd’hui encore, il ne cessait de se le remémorer.

En se rapprochant d’elle, elle pouvait prendre la porte et le laisser là. Si tel était le cas, et bien il en déduirait que le prochain à faire un pas, ce serait elle. Il ne voulait pas courir éternellement après une cause qui semblait perdue. Il ne voulait pas non plus la forcer à quoi que ce soit. Il devrait faire avec, à contre cœur, mais quand même. La voir pleurer le faisait culpabiliser, il sentait son cœur se resserrer dans sa poitrine et ne put s’empêcher de la tenir dans ses bras, au moins le temps de sécher ses larmes. Comme il l’aurait fait avant.

Sa question est légitime. Qu’est-ce qui lui prouvera qu’il ne partira plus ? Il ne peut pas vraiment lui prouver quoi que ce soit en réalité. Il ne pouvait pas lui signer un papier certifiant qu’il ne partirait plus. Mais au moins il la préviendrait « Qu’est-ce qui prouve que je ne partirai plus.. » Répéta-t-il à haute voix à la recherche d’une réponse à lui fournir « J’ai rien à te donner de concret, Loélia. Déjà la première fois c’était pas mon choix. Mais j’ai plus le père de Soan dans les pattes. Je vais sans doute repartir une semaine, de temps en temps pour retourner en Californie, mais ça ne durera pas » affirme-t-il. Oui, son cousin y vivait toujours et il savait qu’il ne pouvait pas le laisser des années sans nouvelle. Sans s’assurer que ce dernier n’était pas, encore une fois, en train de faire n’importe quoi « Je peux rien te dire d’autre. Je vis au jour le jour, mais bon c’est pas possible de vivre ça deux fois dans une vie. Donc moi j’y crois, à toi de voir si t’es prête à y croire aussi. » Les paroles en l’air. Il ne se rappelait pas lui avoir promis quoi que ce soit, donc en l’occurrence, pourquoi parlerait-elle de lui ? Lorsqu’elle releva les yeux vers lui, il la regarda en fronçant lui-même les sourcils, ne comprenant pas vraiment où elle venait en venir « Qu’est-ce que j’ai dit qui aurait pu, à tes yeux, être des paroles en l’air ? » Encore une fois, elle semblait penser que tout ça, était voulu ou calculé. Il n’avait jamais voulu partir et laisser tout ce petit monde derrière lui. Il soupira encore à l’entente de ses dires. En réalité ça l’exaspérait plus qu’autre chose. S’écartant de la jeune femme, il ne la quittait pas des yeux pour autant. « Tu veux pas comprendre en fait. Tu veux juste m’en vouloir. C’est la seule chose qui t’importe. Tu t’es pas demandé ce que moi ça me faisait de partir comme ça. » Il ne savait pas trop ce qui l’avait le plus blessé à l’instant. Le fait qu’elle insinue qu’il l’avait laissé toute seule délibérément, ou le fait qu’elle ne relève même pas ses dires « je sais pas, pose toi la question, juste comme ça, pour voir. »


made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: And I can't break your wall, I know I went too far { Lolo ♥︎ } Sam 1 Avr - 21:27

And I can't break your wall, I know I went too far
Maélia
i hate you i love you
don"t want to
but i can't put nobody else above you


Malgré moi je lève les yeux au ciel. Je doute avoir envie de laisser tomber. En fait j’ai juste envie de tout envoyer bouler. Ca serait beaucoup plus simple, mais il faut avoir du courage pour faire ça, et je n’ai jamais été la personne la plus courageuse du monde hélas. Est ce qu’il est bon pour être internet ? Je ne pense pas, d’ailleurs comme je ne pense pas qu’il soit en train d’inventer quoi que ce soit, mais je pense qu’il a rendu les armes trop facilement c’est sûr. Je l’ai connu plus courageux que ça, du moins je pensais qu’il l’était. J’ai du me tromper comme sur beaucoup d’autres choses en fait. Je le fusille du regard, et me contente donc d’hausser les épaules.
“-C’est toi qui voit, je t’assure que t’es loin d’être bon pour être interné.”
Je me suis moi même posé la question, j’ai cru devenir folle plusieurs années auparavant. Alors non je ne me suis pas faite internée, j’ai fait pire. Je suis partie et dans mon idée je ne comptais pas revenir à Wellington. J’avais de bonnes raisons de vouloir m’enfuir, partir d’ici et quitter cet endroit qui m’a toujours fait plus de mal que de bien. Entre ma mère, Maéven, le viol, l’accouchement… Ici il ya avait quoi au final de bon ? Mon père et Jude. C’était les deux seules personnes que j’avais regretté en partant. Ils m’avaient manqué tous les jours de ma vie, et pourtant si j’avais tant de mal aussi à revenir c’était à cause d’eux. J’avais tellement honte de ce que je leur ai fait subir, j’ai toujours honte d’ailleurs. Jude c’est tellement occupée de moi, et mon père a été si compréhensif malgré que j’ai pris des décisions qui ne lui ont pas plu. Je me suis sentie de trop après tout ça, comme si ma place ne serait plus jamais là. Et pourtant depuis 2 ans, je suis revenue, depuis 2 ans je marche dans les pas que j’ai déjà emprunté. Bien entendu je ne vois plus les mêmes personnes, ou disons de nouvelles en plus des anciennes, et mes occupations sont différentes. Cependant je suis retournée à la case départ. C’était une drôle de carte “destin” que j’ai tiré.

Forcément comme j’ai dit que j’étais partie, la question de Maéven est légitime. Moi même je ne savais pas où il était, je n’avais jamais eut le courage de demander, ou l’envie d’avoir la réponse. J’aurais peut être pu le rejoindre finalement, mais je lui en voulais trop pour ça, j’aurais du mettre ma fierté dans un mouchoir, et elle était déjà trop abîmée.
“-A New York, pour finir mes études.”
Chose qui aurait été vraie si j’en avais eu le temps, car au final je les ais fini ici, du moins pour la dernière année. En plus en disant ça je sais qu’il ne pourra pas poser la question du pourquoi je suis partie. Maéven sait que nous n’avons jamais roulé sur l’or, et donc pourquoi avoir reçue une bourse pour aller étudier en Amérique ? En plus là bas j’avais des gens pour m’héberger. Tout ça est plausible non ? C’est la version que j’ai sorti à quiconque ne savait pas la vérité, et jusque là c’est très bien passé. En plus je n’ai pas de scrupules à mentir pour ça, il n’a plus à connaître tous les détails de ma vie, il n’en fait plus partie.


Croyez moi je ne dis pas ça de gaîté de coeur, d’ailleurs j’ai eut du mal à accepter la vérité quand il est parti du jour au lendemain bien que j’ai dû le faire avec le temps. Alors entendre que lui aussi m’aimait c’est juste… Trop. Ce n’est pas ce que je voulais entendre. Je me sens mal, je ne comprends pas comment nous sommes arrivés là… Je pensais qu’on se comprenait qu’on était assez lié pour voir ce genre de choses, à l’évidence ce n’était pas le cas. Ca fait mal, c’est déroutant, et ça remet beaucoup de choses en question, du moins des choses du passé. Qu’est que ça change au présent à part nous faire nous sentir mal ?
Ma vie est un désastre je n’ai plus envie de regarder en arrière même si j’en suis incapable.
Je ne l’aurais pas cru si on m’avait dit ce matin que j’allais croiser Maéven et que je le laisserais me prendre dans ses bras comme des années auparavant. Cependant la vérité est aussi là : je n’ai pas envie de les quitter. C’est stupide pas vrai ?


Puisqu’il le faut je m’écarte. Puisque je ne pleure plus, ou du moins pour l’instant, il faut continuer à parler. Il y a beaucoup de choses à dire non ? Je crois que même si mes paroles sont loin d’être agréables, j’en ai besoin, comme pour exorciser mes vieux démons.
Dans ma tête beaucoup de choses se mélangent, je reproche à Maé des choses qui ne sont pas de son ressort, mais je n’y peux rien, ça fait longtemps que je garde ça en moi, et c’est plus facile de s’en prendre à lui que de s’en prendre au reste du monde.
Il me dit qu’il restera mais moi j’ai du mal à y croire. Je l’écoute donc parler. C’est donc à moi de voir ? La belle affaire, est ce que j’ai à nouveau envie de lui faire confiance, et prendre le risque que mon coeur en prenne une nouvelle fois pour son grade ? Pas vraiment. J’aimerais pouvoir être comme avant sur ce sujet, pouvoir lui vouer une confiance aveugle, parce que j’ai toujours été sûre qu’il ne me décevrait pas. Cependant ça ça marchait quand j’étais amoureuse de lui, qu’il n’était pas encore partie, et que je n’avais pas mal.
Je le regarde plusieurs secondes, avant de détourner le regard sur la porte derrière lui.
“-Je ne sais pas…”
En un sens je pense que j’ai surtout besoin de temps pour arriver à penser à tout ça. En même temps je dois avouer avoir peur de me mettre à cogiter. J’ai peur de ce que je pourrai trouver en moi pour répondre à toutes les questions que je me pose.

Pour les paroles en l’air, je parlais en général sans doute. Mais je me souviens d’avoir déjà entendu Maéven de dire qu’il serait toujours là, d’ailleurs c’était le jour où ma mère était partie. Je n’étais plus une enfant quand elle avait décidé de quitter mon père, et elle n’avait jamais été vraiment présente, mais c’était quand même ma mère.
“-Que tu serais là pour moi. Mais peu importe, c’était il y a longtemps, je me suis faite à l’idée depuis.”
Je n’ose pas le regarder dans les yeux pour dire ça. Impossible, parce que c’est un mensonge, je ne m’y suis pas fait et m’y ferais jamai, et je ne sais pas mentir alors autant mentir au sol.

La suite fait mal. Est ce que je me suis mise à sa place ? Non, je n’ai même pas essayé. Exactement pour les raisons qu’il donne d’ailleurs. J’ai envie de lui en vouloir, j’ai besoin de lui en vouloir, ne me demandez pas pourquoi ? Tout m’échappe en ce moment.
“-Ca t’as fait quoi ?”
Je ne peux pas l’imaginer sans doute, mais je peux poser la question. Pas même de manière insolente, juste poser la question puisque c’est ce qu’il m’ait demandé.
Quelle sera la fin de tout ça ?
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
AWARDSle plus à l'écoute.
avatar
AWARDS ▵ le plus à l'écoute.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 372
▵ arrivé(e) le : 13/02/2017
▵ avatar : Steven R. Mcqueen

MessageSujet: Re: And I can't break your wall, I know I went too far { Lolo ♥︎ } Mer 5 Avr - 23:56

And I can't break your wall, I know I went too far
Loélia & Maéven

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Maéven ne releva pas la remarque de Loélia concernant son bien être psychique. C’est sur que dans l’histoire c’était surtout le père de Soan qui avait besoin de se faire interner. Malgré tout ça le fatiguait de devoir se justifier. Peut-être qu’en fait il devait juste se contenter de dire qu’il était parti pour son cousin. Qu’importe la personne, au moins ça serait mieux pour tout le monde et surtout pour lui. Oui, voilà, la prochaine fois il dirait que son cousin avait besoin de lui, les personnes le connaissaient bien savent ô combien ils passaient avant tout le monde dans sa vie et qu’il pourrait faire n’importe quoi pour eux. Même lâcher tout et partir pendant sept ans. Mais Maéven avait voulu être honnête envers les gens qui tenaient pour lui et visiblement, sa se retournait contre lui. Au moins, il savait désormais en qui il pouvait faire confiance ou pas. Tate l’avait cru du premier coup puisqu’il avait déjà eu affaire à Monsieur Fitzgerald. November aussi l’avait cru. Avec Loélia ça semblait être une autre histoire, après tout et au fond, il était déçu de voir qu’elle le prenait comme ça. Il pouvait comprendre sa frustration de ne plus avoir de nouvelle de lui du jour au lendemain, mais selon lui, ses parents avaient été plus à plaindre encore. Alors non, il ne comprenait pas trop la réaction qui, à ses yeux, était disproportionnée, de Loélia. Et pour le coup, il capitula. Au moins cette fois-ci. Mais il ne savait même pas s’il y aurait une autre fois. Il l’espérait, mais préféra ne pas se faire de faux espoirs. Après tout depuis son retour il ne cessait de se dire qu’il aurait peut-être mieux fait de rester en Californie. Ca lui aurait au moins éviter plusieurs conseils de guerre.

L’échange entre eux étaient devenus un peu plus cordiale et en apprenant que Loélia n’était pas restée en Nouvelle-Zélande, la curiosité avait pointé le bout de son nez. New-York. Lui aussi y avait mis les pieds il y a trois ans. Il s’y était rendu pour la commémoration de son cousin. Il n’y était resté que quelques jours, puis était retourné en Californie « J’y suis allé il y a trois ans à New-York, pour la commémoration des attentats du 11 septembre » Il n’aurait pas pu manquer ça. Il y était resté quelques jours profitant ainsi de la présence de ses cousins, afin de reprendre tous les trois un peu d’énergie, d’essayer d’avancer surtout pour Tate et puis sans se retourner, Maéven avait reprit l’avion pour rejoindre Los Angeles. Il y avait continué sa petite vie, pas forcément prêt à retourner à Wellington. A cette commémoration, il n’avait même pas cherché à savoir quoi que ce soit sur les gens de Wellington. Il avait reconnu certains visages, mais ne leur avait pas posé de question. Ce n’était pas le moment ni l’endroit et quand bien même, sa vie, son futur en Californie n’était pas terminé. Alors non, à part ses parents, Wellington s’était trouvé derrière lui, pendant un petit temps. Tout ça était resté dans un coin de sa tête, parce que c’était ce dont il avait eu besoin pour avancer et surtout pour revenir sur ses pas aujourd’hui.

Elle ne savait pas. Voilà la réponse à laquelle Maéven s’était plus ou moins attendu bien qu’il avait eu une lueur d’espoir. Il leva les yeux au ciel. Il avait l’impression qu’ils avaient avancé sur un point : ils avaient désormais brisés la glace, mis les pieds sur les i. Désormais ils savaient de quoi ils parlaient et même si le résultat n’était pas celui qu’avait espéré Maéven, il ne pouvait plus se dire qu’il n’avait pas joué le franc jeu avec elle. Après sans doute lui fallait-il du temps pour encaisser les informations. Ou bien peut-être qu’elle ne les encaisserait jamais. Peut-être qu’elle ne le croirait jamais. Il ne préférait pas tirer de conclusion et laisser le temps au temps « Dans ce cas là, je ne peux pas t’aider Loélia. Je t’ai dit ce que tu devais savoir, tu le crois ou pas c’est pas de mon ressort. Tu me demandes si je vais rester, j’aurais pu te dire que oui dans le seul et unique but de te faire plaisir, mais j’en sais rien. Alors encore une fois j’ai préféré jouer la sincérité. J’ai rien pour te prouver que je ne repartirais pas, parce que je ne le sais même pas moi même. A toi de voir si t’es prête à prendre le risque ou pas. » Maéven laissait Loélia dire ce qu’elle avait à dire et visiblement, elle ne se gênait même pas pour dire ce qu’elle pensait. Probablement que si c’était blessant elle en tirait encore plus de satisfaction. L’exaspération était sans doute le sentiment que ressentait Maéven, ou la déception. Peut-être même les deux à la fois « Attends. De tous mes amis proches, j’ai bien dis proche. T’es la seule à réagir aussi mal, je dois en conclure quoi ? Que je dois te compter comme une simple amie ? Je t’ai promis d’être là pour toi comme je l’ai promis à Tate, à November. Je vois pas où j’ai foiré. Oui, je suis parti, mais c’est un mal pour un bien. Je suis parti à cause du père de Soan, mais de toute façon je serais quand même parti. Peut-être pas autant de temps, pas de cette façon, mais je serais parti quand même, Loélia » Oxlen n’allait pas bien, il le savait et de toute façon c’était prévu qu’il le rejoigne. Il n’en avait pas parlé, mais il y avait pensé. Il s’y préparait. Il y a quinze ans, il était parti à New-York pour soutenir Tate, là il était parti pour Oxlen. Il n’y serait pas resté durant sept ans, il ne serait pas parti comme un voleur, mais il serait parti, ça c’était un fait évident. « Alors dis-moi où j’ai foiré. Parce que je vois pas. Je ne t’ai pas abandonnée, j’ai juste fait ce que j’avais besoin de faire, c’est à dire être là pour mon cousin. La seule personne que j’ai abandonnée, concrètement, c’est Soan » Oui, quand il est parti, il était en couple avec elle. Si elle ne savait pas ce que manigançait son père, il a quand même dû couper les ponts avec elle du jour au lendemain. Il avait dû apprendre à l’oublier, à vivre sans elle tout comme il l’avait forcé à le faire. C’était pas un abandon volontaire, mais c’était quand même un abandon. Loélia faisait partie de sa vie, mais pas de la même façon. Il avait appris à mettre les sentiments qu’il avait éprouvé pour elle de côté, il avait appris à la voir comme une amie précieuse, mais une amie quand même. Chacun vivait sa petite vie malgré lui, il ne connaissait même pas les sentiments de la jolie blonde à son égard. Alors oui, concrètement et officiellement, la seule personne qu’il avait abandonné était sa copine de l’époque.

made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: And I can't break your wall, I know I went too far { Lolo ♥︎ } Jeu 6 Avr - 22:43


And I can't break your wall, I know I went too far
Maélia
i hate you i love you
don"t want to
but i can't put nobody else above you


Il a été à New York. La question est : qui n’a pas été à New York maintenant ? Franchement… On aurait pu se croiser, mais c’est une ville tellement grande, et moi je ne sortais pas vraiment de l’hôpital. Alors ça aurait été compliqué non ? Pour les commémorations en plus il y avait toujours beaucoup de monde, plus de monde encore à l’hôpital car dans le cas de mouvements de foule il y a toujours des problèmes, et ces problèmes finissent souvent à l’hopital. Or à l’époque je voulais me spécialiser mais je devais faire mon boulot d’interne auprès de tous les services et je passais souvent par le service des urgences.
Il n’y a pourtant rien d’autre à rajouter là dessus. En plus tout colle selon mes plans : il ne m’a pas posé plus de questions que ça sur le pourquoi j’étais vraiment à New York. Est ce que j’ai été assez convaincante ? J’en doute mais gardons espoir qu’il ne revienne jamais sur ce sujet là.

D’ailleurs je doute que nous parlions encore une fois après tout ce qu’il se dit dans ce placard. Et tout ce qui continue à se dire. Les paroles de Maéven sont blessantes. Bien sûr il ne sait pas toute la vérité, il ne sait pas ce que je lui reproche, j’espère qu’il ne le saura jamais. En tout cas je ne compte pas lui dire. Même si aujourd’hui il ne comprends pas ce que je lui dis, au moins il pense que je suis toujours la même personne avec juste un problème d’abandon. Mais toujours la même au final.
J’aimerais ne plus entendre ce qu’il dit. J’ai envie de lui crier que je ne sais pas, parce qu’au final il n’est pas le seul à vivre au jour le jour, sauf que dans mon cas ça n’a rien de positif. Je sais que je suis incapable de faire autre chose que de broyer du noir. Alors je ne vis pas en me demandant de quoi sera fait demain le sourire aux lèvres, non, je suis plutôt du genre à espérer que pendant la journée de demain le ciel ne me tombe pas sur la tête.
Alors je n’ai rien à lui répondre. J’ai peur de répéter que je ne sais pas, parce que je n’ai pas envie qu’il hausse le ton contre moi une fois de plus. Je n’ai pas envie de me remettre à pleurer et les larmes ne sont pas loin.
“-Qu’est que tu veux que je te dise ? Je ne sais pas.”
Voilà je l’ai dit quand même. Je croise les bras, et papillonne des yeux pour éviter que les larmes ne coulent à nouveau sur mes joues.

Cependant il ne s’arrête par là. Moi je n’arrive quasiment plus à parler, mais lui me sort de vrais tirades. J’aimerais être une enfant, pouvoir me boucher les oreilles pour ne plus entendre sans que ça ne paraisse complètement inapproprié. Égoïstement je ne vois pas pourquoi c’est un mal pour un bien, moi je ne vois pas de bon côté. Après je n’ai pas tout les tenants et les aboutissants alors c’est sûr, je ne suis pas en position de jugée. Cependant je n’ai pas envie de regarder la vérité en face pour autant.
Avec toutes ses paroles je n’arrive plus à empêcher les larmes de couler. Je regarde un point au dessus de son épaule, mais je ne réponds pas. J’ai l’impression d’avoir la tête dans du coton. Je ne répondrais à rien de tout ça, je ne saurais pas par où commencer et il y a des choses qui ne peuvent pas être dites comme ça, encore moins sous le coup de la colère. Et surtout parce que pour moi ça fait longtemps qu’il a perdu le droit de savoir des choses aussi intimes que ça.

Et alors que je ne pensais pas que ça pouvait être pire, il met le coup fatal. Il me compare avec Soan sans oublié de me rappeler que je n’étais qu’une amie, au pire qu’il n’en avait juste rien à faire. Je pense que c’est la goutte qui fait déborder le vase. Alors cette fois ci je ne prends même pas la peine de répondre, prends pas la peine de chercher plus loin.
“-Je dois y aller.”
Comme un robot je marche en mode automatique vers la sortie, sans me retourner. Je ne ferme même pas la porte derrière moi. Mes pas me guide automatiquement.
Sans m’en rendre compte je finis dans le vestiaire où je m’enferme. Personne ne viendra à cette heure ci. Les larmes ruissellent sur mes joues, je pleure en silence. J’ai mal, et en même temps je sais que quelque part je me sens mieux pour toutes les choses que j’ai dites, mais c’est vraiment contrebalancé parce que lui il m’a renvoyé.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas

And I can't break your wall, I know I went too far { Lolo ♥︎ }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always love ::  :: archives rp.-