AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Eloan + Dangerously drunk friends. . . In a zoo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ADMINa suricate full of love.
avatar
ADMIN ∞ a suricate full of love.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 532
▵ arrivé(e) le : 27/08/2015
▵ avatar : Matthew DADDARIO HOTNESS

MessageSujet: Eloan + Dangerously drunk friends. . . In a zoo Dim 26 Fév - 18:40


Eloan & Sweem
Dangerously drunk friends. . . In a zoo


Besoin de souffler. Besoin de passer une soirée sans aucune fille dans les parages. Pas de nièce et encore moins de Khandi et Blake. Tu avais beau aimer tes colocataires de façon très différente, cette présence féminine était parfois bien trop pour toi. Ce soir, tu avais décidé de souffler et de le faire avec ton meilleur ami, forcément avec qui d’autre sauf Eloan allais-tu pouvoir souffler et t’amuser. Tu marchais dans la rue, ton esprit était songeur, tu pensais à ton frère, tu l’avais vu, ta mère était avec, tu n’avais pas pu voir ton jumeau. C’était compliqué et parfois assez horrible à supporter. Tu avais déjà perdu ta sœur et rien n’y faisait tu ne pouvais pas te résigner à ne plus le voir, il n’était pas une tare pour toi, comparé à ton père qui le traitait comme une erreur de la nature, jusqu’à dire qu’il n’avait jamais existé. Il n’avait qu’un syndrome de down et rien d’autre, c’était des personnes comme n’importe qui, qui parfois pouvait t’apprendre bien plus qu’un rigolo croisé à une fête. Enfin, tu vadrouillais en direction de l’endroit où Eloan devait t’attendre. Tu continuais de penser, les dernières pensées énervante et touchante que tu aurais ce soir, donc tu en profités, car tu allais en oubliais des choses durant cette soirée. L’alcool aidait toujours, seulement durant quelques heures avant de dissiper son effet en te laissant bien souvent un mal de crâne et parfois avec des trous noirs en souvenir de ta soirée de la vieille. Tu ne buvais que quand tu sortais ave des potes, tu étais sportif alors tu savais faire attention avec ça ou encore avec ton travail en tant qu’ambulancier.

Tu avais fini par rejoindre le bar où tu avais donné rendez-vous à Eloan. Ton intention fut directement happée par un enterrement de vie de jeune fille. Les filles savaient montrer leur présence par leur cris et rire parfois bien trop aigu, donnant parfois l’impression d’être contraint. En voyant l’une d’elle te faire un signe de la main, tu secouais la tête finissant juste par laisser tes pupilles flirter avec le reste de la salle à la recherche de ce beau petit brun qui te servait de meilleur ami. Voyant cette silhouette que tu avais reconnue facilement, tu te dirigeas vers le bar dans le coin où se tenait Eloan. « Un whisky s’il vous plaît ! » Tu savais déjà ce dont tu avais besoin pour calmer tes anxiétés. Déposant ton fessier sur le tabouret jonchant le bar, tu lançais un regard à ton ami. « Alors tu oublies la peine que tu as pour le fait que je sois en retard ? » Tu étais souvent en retard, cela depuis que tu avais Louve et Nilza dans ta vie. Tu avais malgré tout réussi à ne pas virer ta vie de jeune avec les deux petites, tu parvenais à tout gérer pas forcément de la meilleure façon, mais tu le faisais. Parfois tu te retrouvais sur les rotules tellement la journée était longue alors qu’elles étaient toujours débordante d’énergie. Leurs piles avaient l’air plus tenace que les tiennes. « Alors combien j’ai de verre de retard ? » Interrogation un peu étrange, mais tu comptais bien le rattraper, même si pour cela tu devais boire tes verres cul-sec jusqu’à le rattraper. « Tu me racontes quoi ? » Ton premier verre venait d’être déposé face à toi, tu contemplais la couleur ambrée de ce met t’attendant avec hâte pour glisser dans ton gossier, tu amenais ton verre à tes lèvres pour en prendre quelques gorgés, ça brûlait, mais c’était tellement bon.

L’alcool coulait avec violence dans tes veines, tu pouvais déjà sentir les biens faits de ce liquide que tu avais ingurgité jusqu’à en faire des shooter… vous vous étiez amusé, laissant même ces filles du début de soirée happer votre intention, une bonne soirée. Une nuit qui n’était pas fini. Tu ne rentrais pas avec une fille, car ce soir c’était les mecs qui comptaient, c’était ta soirée mec, la fille tu pouvais toujours aller la voir dans son lit en rentrant, quoi que ton odeur viendrait sans doute saborder tes idées. Tu marchais encore droit, vous parliez de n’importe quoi avec Eloan, jusqu’à passer devant cette grande clôture, tu ne pourrais dire exactement où tu avais atterri, mais peu importait à ce moment précis. Laissant ton regard joncher l’endroit, tu t’aperçus que ton cerveau se réveilla, te donnant des idées et un mini mal de crâne. Tu avais cette bouteille en main que tu ne partageais pas avec Eloan, car lui avait la sienne. « Un petit tour au zoo te tente ? » L’idée était clair, mais pas forcément intelligente, autant dire que pour le moment tu t’en fichais, tu avais soif d’adrénaline et grimper ce grand mur était une superbe idée. Oui, tes idées étaient sublime surtout conforté avec une tonne d’alcool.


LUCKYRED
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 1588
▵ arrivé(e) le : 13/02/2017
▵ avatar : Jack fahalee

MessageSujet: Re: Eloan + Dangerously drunk friends. . . In a zoo Lun 13 Mar - 0:40


Dangerously drunk friends. . .
In a zoo

Quartier libre, la seule soirée qui n'était pas occupée par mon second métier. À croire que tout Wellington, s'employait à organiser des soirées. Ou il avait simplement peur, de se retrouver seul. La solitude un mal banal qui touchait un grand nombre de personnes... Ce n'était pas le cas, chez moi. Je veux dire que la solitude n'avait jamais été une fatalité. La plupart du temps sans s'en rendre compte, elle alimentait ces moments pauvres en action, en activité. Le simple fait de prendre un moment pour soi devenait compliqué. Partant tôt le matin, et rentrer au milieu de la nuit, c'était mon quotidien, ces derniers temps. Alors quand on a prévu une soirée avec Sweem un soir pour oublier les contraintes qui régissaient notre vie. On voyait tout simplement le moyen de passer au coup sûr une bonne soirée. Ensemble, pas de question à se poser. Tous les deux, aimant simplement s'amuser sans vraiment de limite. On était plus productif en idées loufoques et peu banales. Un peu comme une marque de fabrique. C'était la base de notre amitié, et qu'on se connaissait l'un l'autre depuis des années maintenant.

L'heure n'avait pas beaucoup d'importance, en retard ou en avance. L'essentiel était juste d'être présent. D'ailleurs, la plupart du temps, le retard était régulière chez moi. Au boulot, quelques minutes, qu'on pouvait additionner depuis que j'avais pris mon poste, les mettre en heure. Le seul moment, effectivement, ou je n'étais pas en retard, était quand il s'agissait de sortir. Étrange ! À peine arrivée au bar, ma commande annonçait déjà les prémisses de la soirée. J'étais à mon deuxième verre quand Sweem fit son apparition. De plus, j'avais eu le temps d'user de mes charmes dans une conversation subtile. Vite seconder par son arrivée. « Excuse-moi, mais je ne t'ai pas attendu » Le liquide brunâtre, dansé dans mon verre. Sous un regard d'intérêt. À savourer encore son liquide brûlant qui sommeillait au fond de ma gorge. Un sourire se dessina pourtant sous la remarque de mon meilleur ami, me chambrant déjà comme à chaque fois. On se rendait assez bien l'appareil. Mon regard se posait sur lui, triste, car jouait dans son jeu était si tentant. « Je me noie dans ce verre si délectable. Pour la simple raison, que j'ai crue que tu m'avais laissé pour une belle blonde voluptueuse ! » Je n'étais pas assez ivre pour oublier le nombre de verres que j'avais vidé, mais assez pour détendre l'atmosphère par l'humour. Deux doigts se levaient alors vers Sweem. J'avais pris un peu d'avance, mais le connaissant, cela n'allait pas durer longtemps... « Qu'est-ce que j'ai à te raconter... » Mon verre frôlait mes lèvres, le liquide prenait une avance engageante dans ma bouche. L'esprit encore clair, encore en alerte sur la réponse à donner. « Rien à part que j'ai envie d'oublier à plus savoir qui je suis... J'espère que tu es prêt à avoir mal à la tête ? Sinon quoi de neuf de ton côté ? » Le verre claqua sur le bar, levant déjà la main, pour avoir le même. Il parait que les langues se déliaient plus facile quand l'alcool se diffusait dans le sang...

Les heures avaient filé, entre alcools, rire, les verres vides qui s'étalaient là devant nous. L'alcool faisait déjà son effet depuis un petit moment. Cette sensation agréable, de flotter, le monde autour ne tournait pas encore. Mais la vision était différente. Les distances mal évaluées. Et pourtant, j'aimais beaucoup cette sensation, incapable de pensée à la moindre chose sérieuse, au fond c'est ce que j'attendais de cette soirée. La bouteille serrait dans ma main comme un trésor dont je ne voulais aucunement partager, nos pas résonnaient dans la rue, au allure silencieuse. A part, rompu par nos rires. Mon chemin continuait parlant seul, je n'avais pas pris conscience que Sweem me parlait... Quand en me retournant, je constatais qu'il était à au plus de trois cent mètres de distance, son regard sur pancarte que je ne voyais pas clairement, faute à la distance ou à l'alcool. Il me semblait que faire demi-tour, en voyant ces lèvres bougeaient et attendre une réponse de ma part, était inévitable. « Tu nous fais un blocage ? » Le regard se promenait sur lui et sur ce qu'il fixait, il n'avait pas besoin de reformuler sa phrase. J'avais compris ces attentions. En fait, j'aurais eu la même idée à sa place. Autant dire que l'idée me tentait ... « On attend quoi ! » Ce n'était pas une question. J'avais préalablement calé la bouteille à la ceinture de mon pantalon. Dans un élan, une impulsion, j'attaquais la montée de la grille, dans des gestes qui se voulaient sûr... Enfin ça c'était dans ma tête. En réalité, cela devait être tout autre. Parce que plusieurs fois, mon pied glissa. Mais l'arrivée de l'autre côté, je l'avais franchi sans encombre. Manquant de perdre l'équilibre, mais se rattrapant de justesse. Mon regard se posait sur Sweem encore présent de l'autre côté. « Alors qu'est-ce que tu fous ? Je t'attends moi ! » Je ne savais pas si l’intrusion avait éveillé la curiosité des animaux, mais en tout cas, les plus proches criaient déjà leurs présences. « Tu crois qu'ils ont encore du pop-corn, j'ai la dalle ? »
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMINa suricate full of love.
avatar
ADMIN ∞ a suricate full of love.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 532
▵ arrivé(e) le : 27/08/2015
▵ avatar : Matthew DADDARIO HOTNESS

MessageSujet: Re: Eloan + Dangerously drunk friends. . . In a zoo Ven 19 Mai - 17:59


Eloan & Sweem
Dangerously drunk friends. . . In a zoo


Tu étais heureux de pouvoir être dans ce bar, de pouvoir profiter de ton pote, ça allait te faire un bien fou, tu avais besoin de t’éloigner de toutes les filles que tu pouvais côtoyer durant tes journées, tes deux colocataires et tes nièces, encore heureux que les deux dernières étaient petite. Tu t’installes vite au bar, commandant ton verre, tu le vois bien qu’Eloan a déjà commencé à boire et tant mieux, dans sa situation tu aurais fait la même chose après tout. « Je n’en attendais pas moins venant de toi ! » Lançais tu à son intention alors que ton verre venait de glisser jusqu’à toi sur le comptoir de ce bar, tu le prenais en main venant directement te délecter de ce petit met que tu disposais dans ton verre en écoutant ton meilleur pote parler à côté de toi. Tu lui offres un petit sourire taquin. « Tu tapes à côté mon gars, elles étaient quatre et pas tout à fait mon style ! » Les nièces, les colocataires, bref, les filles parfois ça ne donnait qu’une envie de toutes les virer de ta vie, histoire de ne pas être complétement dépourvu de bon sens. Parfois, tu aurais presque l’impression de devenir un canard, bon pas avec les filles, mais surtout avec Blake, ce qui t’énervait avec soin, du coup tu tentais bêtement sans doute de montrer ton côté homme, un côté qui perdait tous sens que tu jouais avec Louve et Nilza en te déguisant avec elle. Enfin. Deux verres. Décidé à le rattraper, je finissais mon verre de whisky d’une traite qui me brûlait l’intérieur de mon être au début avant de me laisser bien et plutôt détendu, l’alcool c’était le meilleur remède, rien à dire avec cela. « Un autre ! » Que tu lançais à la serveuse cette fois, avec un léger sourire vu que tu en oubliais d’être à peu près polie. « À ce point ? » Que tu demandais avant de récupérer ton verre de whisky sec. Tu en bus une petite gorgée avant de répondre, un peu de courage pour oser dévoiler les choses, sur toi. « Vivre avec quatre filles, même si deux d’entre elles sont canons dont une finis souvent ans mon lit ….c’est une plaie ! » Oui, je me plaignais relativement de la chance que plusieurs gars aimerait avoir, fallait pas oublier que les deux non cité étaient des petites filles dont j’étais responsable. « Alors oublions ensemble ! » Que tu lançais à ton amis tout en commandant des shoots au barman, trois chacun, autant ne pas se la jouer petit joueur. « Le premier qui finit ne paye rien durant la soirée ! » Tu commençais déjà à t’enfiler un premier shoot.

L’alcool te rendait aventurier. Tu avais cessé de marcher, tu avais laissé ton cerveau se mettre en route, comme si ce dernier ne pouvait pas gérer le fait de marcher et de penser en même temps. Tu contemplais l’univers se tenant derrière cette grille, le sourire béant sur ton visage, ne pourrait échapper à personne. Tu avais tout oublié, tu te sentais léger, que ce soit de tes problèmes, de tes épaules étant bien trop lourdes dernièrement, tu étais bien complétement charmé par l’alcool et ses bienfaits. Les mots de ton ami résonnaient dans ton esprit, tu laissais un sourire sur tes lèvres, alors que tu haussais juste tes épaules en seul réponse. Rien, tu n’attendais rien. Tu voulais franchir cette barrière qui te séparait de tes envies du moment, t’éclater dans cet endroit en pleine nuit. Vous n’aviez plus dix-huit ans, vous étiez plus vieux, des responsabilités à vous tuer vos envies d’amusement, mais peu importe, vous n’avez nullement envie de penser aux conséquences. Pourquoi tout cacher. Tu aurais pu grimper, mais étrangement, tu fus happer par les mouvements de ton ami, tes yeux virevoltaient sur ses cuisses, sur ses fesses et tu eus un léger sourire en le voyant de l’autre côté. « Mon gars, j’ai looké tes fesses … j’avais presque l’impression d’observer la grâce d’une fille … » pas sûre que cela sonne vraiment comme un compliment et que tu assumes encore tes dires quand les effets de l’alcool auront disparu. Tu finissais par grimper, tu n’étais pas farouche pour le coup, tu te hissais plutôt rapidement jusqu’au haut avant de sauter, tu te loupais un peu, mais tu ne t’étais pas fait mal en sautant. « Popcorn, je ne suis pas sûr, mais banane si, surement ! » Tu pensais aux singes, car c’était eux que tu entendais crier, ça te faisait sourire, alors que l’endroit était calme avant que tu ne viennes t’y introduire avec ton ami. « Tu veux pas prendre des photos souvenirs ! » Tu prenais ton téléphone, l’appareil en marche et là tu te tuais les yeux toi-même. « Putain ça tue ! » t’écriais-tu alors qu’Eloan avait commençait à avancer jusqu’à un kiosque à friandise.


LUCKYRED
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 1588
▵ arrivé(e) le : 13/02/2017
▵ avatar : Jack fahalee

MessageSujet: Re: Eloan + Dangerously drunk friends. . . In a zoo Dim 9 Juil - 19:02


Dangerously drunk friends. . .
In a zoo

Parfois, il fallait savoir faire le vide. Prendre une pause pour se recentrer, canaliser son attention et repartir sur une bonne base... C'est ça à d'autre, comme toute personne, faire la fêter, faisait partie de nos gênes. Pourquoi se voilait la face. On aimait tout ça, et plus particulièrement avec ces amis. Le plus souvent, c'est dans ce genre de soirée qu'il avait encore plus de carnage. Pourquoi ? Parce qu'il était plus facile de se laisser aller. Parce qu'on faisait confiance... Non à vrai dire que je connaisse ou non, cela ne changeait pas grand chose pour moi. Limite du langage et de l'action... Inconnu. Et je ne m'en portais pas plus mal. Bon, ça pouvait énerver, mais ne disons-t-on pas, qu'on vit pour nous mais pas pour les autres ! Ça par contre, ce n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd. Alors bien sûr une soirée entre potes, ça ne se refuse pas ! Au contraire, ça m'encourageait même à outre passé mes limites. Bien entraîné... Du coin de l'œil, j'avais remarqué la présence de Sween, ponctuelle comme toujours, je n'étais plus vraiment vierge d'alcool. Il fallait bien que je m'occupe en l'attendant. C'était soit ça, soit je draguais. Du coup, j'ai fait les deux... « Et j'en attendais pas moins de toi sur ta ponctualité ! Donc j'en ai profité. » D'un air carnassier, un sourire au coin des lèvre, je regardais le groupe de filles qui se trouvaient non loin de là. Leur faisant, un clin d’œil au passage. Pour me concentrer, sur notre conversation. Quatre ? Pas son style ? Soit il me parlait de ces nièces, et de ces colocs. Ou j'avais perdu le fil à un moment donné. Il ne fallait pas trop m'en demander pour réfléchir, quand deux verres coulaient déjà dans le sang. « C'est à ce point-là ? Qu'est-ce qu'elles t'ont fait ? Mon pote, faudrait peut-être te secouer pour trouver ton style. Tu as perdu le mode d'emploi ou il te faut des cours intensifs peut-être ? » Rien de méchant, il fallait bien que je le taquine un peu. Et cela annonçait déjà le profil de la soirée, comme à chaque fois. Lui avait la contrainte de sa famille, la charge de ces nièces. Je n'avais pas ce problème, mais je pouvais comprendre. On commandait notre troisième verre. Le liquide coulait docilement dans la veine, perverse, je le craignais. Elle attendait silencieusement, qu'on baisse notre garde. Pourtant, dans un sens, je l'attendais avec impatience ce moment. « Oui, je drague, je m'amuse, je bosse et je fais la fête. Ah si , la dernière fois, j'ai ramené une petite brune, mais mauvais plan... Je suis... Dans un problème d'attache », c'était peut dire, mais en étant clair, sur la relation dans soir. Elle continuait à s'attacher. Le problème classique par excellence. Un sifflement sortit entre mes lèvres, machinalement en entendant Sween, m'indiquait sa relation avec l'une de ces colocataires. Je le regardais un instant, un sourire moqueur sur le visage. « Dis-moi quand tu fais les choses toi, tu ne les fais pas à moitié ! Qu'est-ce que c'est que cette histoire ? » Visiblement, on pouvait dire qu'il avait le don de se mettre dans des histoires compliquées. Et je comprenais mieux, l'envie d'oublier, d'ailleurs, on était là pour ça. Voyant s'étalaient les verres de shoot devant les yeux. J'en pris un entre mes mains quand le barman terminait de les remplir, hochant la tête en accord total avec le deal. Je devais bien avouer que ce genre de défi me plaisait au plus au point. Réveillant mon instinct joueur. « Je t'annonce déjà que tu vas perdre et tu vas devoir sortir ton portefeuille... » J'enfilais les verres l'un après les autres. Le liquide à peine avalait, l'autre inondait déjà ma bouche. La brûlure irradiait la cage thoracique. Cette brûlure si intense, qu'agréable. Je regardais l'avancer de Sween du coin de l'œil. Quand les regards de plus en plus nombreux se posaient sur nous. Plus discret, on repassera... Les mains se levaient en même temps, criant la victoire à l'unisson. Quelle était la probabilité qu'on termine en même temps ? Mon regard se posait sur Sween amusé. « On remet ça ou tu as une autre idée pour nous départager ? » C'était le genre de proposition interminable. Mais on avait toute la nuit...

Avec l'alcool, tout semblait facile. Plus de liberté, pas de barrage. Les pensées étaient bloquées. C'est l'accès gratuit pour les conneries, et on peut dire qu'elle ne se faisait pas attendre. Dans ces rues sombres, les idées fusées, ça ne voulait pas dire que c'était les meilleures. Et pourtant, c'était si bon de se sentir libre, sans contrainte. Simplement laissait parler nos envies. En infiltrer un zoo, était une excellente idée. Mon regard se posait sur mon derrière, le montrant sans aucune pudeur vers Sween. Prenant un air triste et bougon. « En parlant de derrière, je crois que j'ai craqué mon jean et..., avec le portail je sens l'air frais ! J'espère que ça t'a plu parce que tu ne le verras pas tous les jours ! » Je lui fis mon regard charmeur, bien sûr, rien de sérieux parce qu'il fut vite suivi par un rire indomptable. « La grâce d'une fille ? Il faut que je m'inquiète ? » Je regardais Sween, pas vraiment vexer, plutôt amusé, plutôt qu'autre chose. Je ne faisais pas grand cas, de ce qu'il me disait. Je partais vers le kiosque, un regard jetait derrière moi, m'empêchait de continuer. Portant plutôt mon attention, sur la crise de rire, en le voyant éblouie par son portable à en tomber parterre. Me rattrapant in-extrémiste sur un banc pas loin. « Donne-moi ça, tu vas te faire mal. » Je tendais ma main vers lui, pas vraiment sûr de la tendre dans la bonne direction. Je tournais ma tête vers le bruit des singes. Un doigt posait sur ma bouche « Chuttttt ! Vous allez réveiller tout le monde » Ouai ça pouvait paraître débile sur l'instant. Je prenais son portable des mains, fermant les yeux devant l'appareil comme si c'était un appareil photo classique. « Prends la pose... Je te dis ! » Un flash, un Sween encore dans la pose de l'instant, qui me faisait mourir de rire. Je tournais l'appareil, frappant doucement dessus, le regardant sous toutes les coutures. L'équilibre un peu précaire, je tanguais comme si j'étais sur un bateau. « C'est tout noir, la photo ne sort pas... C'est nul mec, tu t'es fait arnaquer ! ». C'est un grandement sourd, qui interrompait notre conversation. Signe d'une faim tenace, qui prenait le dessus. Je regardais mon ami et mon ventre par intermittence. « J'ai trop faim, je m'en fous, je vais piquer des bananes aux singes… S'il faut me battre, je suis prêt» Les jambes pliaient dans un mouvement léger de descente et de monter, je commençais à me retrousser les manches. Un regard qui dans mon imagination était sévère. Réel ça devait donner autre chose. « Tu m'appellera Churck Norris des bananas, le Eloan Bond de l'Amazonie, le flash des macaques... » Je regardais un instant Sween, perdu. « Euh... C'est par où ? »
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMINa suricate full of love.
avatar
ADMIN ∞ a suricate full of love.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 532
▵ arrivé(e) le : 27/08/2015
▵ avatar : Matthew DADDARIO HOTNESS

MessageSujet: Re: Eloan + Dangerously drunk friends. . . In a zoo Mer 2 Aoû - 22:53


Eloan & Sweem
Dangerously drunk friends. . . In a zoo


Tu n’as jamais été un gros fêtard. La blague. Tu étais du style à prévoir des méga fête avec tes amis et tout, mais parfois les choses changent sans qu’on veuille que ça se produise. Louve et Nilza sont clairement les choses qui ont changé ta vie sans que tu le veuilles. Tu n’as jamais été un pro des soirées pantouflard, mais quand tu n’as pas le choix, tu fais avec comme n’importe qu’elle adulte, car un adulte c’est ce que tu es, même si parfois tu aimerais faire comme certain de tes potes et ne vivre que de sexe et d’eau fraiche. Mais ça ce n’était pas possible. Ta vie devait changer, mais parfois te laisser aller comme prévu ce soir c’était parfait. «   C’est déprimant à quel point tu me connais !  » Tu l’avoues, ce gars il te connait limite il serait dire la taille de ton sexe, enfin c’est une façon de parler, du moins tu l’espères quoi que. Il faut le dire vous étiez fourré ensemble au lycée, à faire les pires conneries possible et pas forcément imaginable, sauf pour vos cerveaux apparemment. Vivre avec des femmes c’est une plaie …surtout quand deux d’entre elles se retrouvent réglés ensemble dans le même appartement. Ça en devient déprimant, parfois tu te conduis comme elle avec des sautes d’humeur et des façons étrange de te plaindre ou encore de déprimer. C’est horrible. Tu l’avoues, tu n’aimes pas forcément ça, mais tu fais avec comme n’importe qui. Car tu es heureux de vivre avec Khandi, c’est comme une sœur pour toi, donc elle et toi, vous vous n’êtes jamais connu si bien que tu pourrais connaître physiquement Blake. Avouons-le que Khandi ne serait pas ta pote, tu aurais peut être fini à trois dans le lit, double risque d’avoir un gosse en plus dans les pieds. Tes yeux se lèvent en direction du plafond à se remarque, calme, c’est un petit pique, des piques que tu connais que tu peux parfois envoyer à ton meilleur pote .l’amitié c’est ça en bouffer plein les dents entres nous parfois, mais surtout combattre ceux qui nous veulent du mal ensemble. En gros ne pas laisser un vulgaire inconnu tenter de mettre ton pote en l’air, car tu seras là, sauf si c’est toi qui veut lui faire du mal, toujours dans un esprit d’amitié. «   Tu veux qu’on parle de ta colocataire ?  » Tu l’as vu cette jeune femme, pulpeuse à souhait et plutôt pas mal. «   Tu te la gère ?  » Que tu demandes innocemment ou pas. «   Sinon je n’ai pas oublié comment on fait et je suis sûr que je pourrais même t’apprendre des choses !  » Disais-tu en finissant par boire une gorgée de ton mets se tenant dans ton verre, alors que ton regard partait flirter avec le reste de la salle. Tu croisais encore le regard de l’une de ses filles, en pleine chasse pour trouver des gars pour remuer leur enterrement de vie de jeune femme. Mais tu reviens plus à ta conversation que tu as avec ton pote. «   Les problèmes d’attache sont les plus chiant..  » Quoi que le problème de la grossesse est pas mal non plus. Autant pas ce mentir, toi tu es limite très à cheval sur la pilule, tu as assez des deux petites. Ça ira. «   Mec faut que t’arrête d’être irrésistible... C’est notre problème à nous les femmes s’attache à notre corps, notre gueule … sans même qu’on se donne à fond !  » Tu rigoles. Tu le sais bien que là tu descends largement la gente féminine, mais tu n’en penses pas vraiment un mot. Ce n’est pas l’alcool qui parle, l’alcool, ne te donne pas encore chaud et ne te fait pas encore perdre tes moyens. Tu le sens pas encore virevolter dans tes veines pour le moment, c’est encore doux, c’est agréable, mais il ne t’a pas attaqué pour prendre possession de ton être, de ton âme pour te rendre complétement hors de toi. Tu es encore en sécurité, il te manque quelques verres avant que tu ne commences à titiller le diable de l’alcool. «   Ça dérape depuis un moment avec Blake faut dire … mais je ne pense pas que ce soit la bonne … qui me fera changer …  » Que tu lui lances tout en tournant ton verre sur lui-même et en humant l’odeur que dégageait ce dernier. Une odeur brute puis douce à la fin, c’est intriguant. À la remarque de ton ami, tu fais que lever les épaules. Il pense te battre, mais tu as de la ressource, tu le sais, tu es capable malgré que l’alcool ne coule plus si souvent dans ton être ayant pris le rôle de père sans vraiment en être capable. Sans réfléchir tu avales, tu bois ce nectar si brûlant et agréable à la fois, tu y prends gout, ton coudes se lève au fur et à mesure des verres que tu vides dans ton gossier. Ta main se leva en même temps que celle d’Eloan. Tu lâchas un rire, tout en observant le monde autour qui vous regardez, tu offris un sourire à l’une des femmes qui s’étaient rapproché. «   Je ne sais pas … on remet ça avec cinq verres de plus !  » Tu lui fais un clin d’œil. «   J’ai envie de te dépouiller de ton argent !  » Quoi que tu pourrais oublier si tu finis ivre.
Le bien et le mal n’ont pas vraiment de limite à ce moment précis dans ta tête. L’alcool contrôle tout, tout est plus beau, tout est plus joviale dans ce monde jonché d’alcool. Le monde des bisounours version alcoolo sans nul doute. Tu ne te rends même pas compte que tu pinces ta lèvre en écoutant ton meilleur ami. Sérieusement, il avait craqué son jean … jean vs barrière zéro. Game over. Tu rigoles et tu secoues la tête. «   Avoues gars, tu voulais me montre tes fesses depuis tellement longtemps que tu n’as trouvé que cette solution pour le faire …  » Tu secoues la tête comme si tu y croyais réellement qu’Eloan avait fait ça juste pour te montrer la peau de ses fesses. «   Sinon mec je te pensais pas si blanc !  » Un petit clin d’œil au fait que tu voyais son fessier … plus d’une meuf serait sans doute jaloux en te voyant ainsi. «   Pas de moi en tout cas … de ton côté je me méfierais … tu risquerais d’attirer les mecs plus facilement qu’une fille avec une telle grâce !  » Tu es complétement sérieux, limite tu es prêt à lui faire un exposer sur sa part de féminité. «   Enfin gars, tu as une part de féminité, comme tout homme, fin moi je l’ai pas encore trouvé chez moi !  » Tu passeras sans nul doute sous silence tes moments où tu joues à la dinette avec tes nièces, vaut mieux même. Prendre une photo ivre ou complétement torché, ce n’est pas la chose la plus simple … surtout quand tu te retrouves très éblouis par le flash de ton téléphone, limite tu viens de te prendre la lune dans la tronche. C’est douloureux, tu peux le dire. «   Ouai, ouai tiens prends !  » tu tournes le téléphone vers lui, tu l’éblouis, mais il a l’air plus robuste à ton gout, alors que toi tu es encore en train de grimacer en entendant les singes, puis bam un flash dans ta face qui te fait encore plus grimacer, clairement la photo sera un dossier et donc interdit à n’importe qui sauf à vous. Sinon des têtes tomberont et ça sera sans doute la tête d’Eloan qui tombera en premier. «   Sérieux tu les réveilles … t’abuses !  » Que tu finissais par hurler sur ton pote, sauf que toi, tu te rends pas compte que tu faisais plus de bruit qu’un escadron de militaire. «   Bin non je veux voir ma tronche moi !  » tu rigoles et t le regarde parler bouffe. «   Sérieux j’en veux aussi … tu as un pros du ring avec toi, je v ais les allumer si il nous prête pas de la bouffe.  » Tu l’écoutes, t’es presque admiratif de ton pote dans l’instant, mais vraiment ans l’instant, car quand il te demande c’est où tu fais une grimace, des gros yeux. Ça servait à quoi les surnoms tout classe qu’il t’avait balancés au juste ?  «   Je vais pas t  » appeler le Chuck Norris du gps toi en tout cas …  [/b]» [/color] Tu souffles comme n gosse, histoire qu’il t’entende. «   Et les singes vous êtes où, on a des bananes, je sais que vous m’entendez et que vous pouvez parler ! Ouai, ouai je vous ai grillé dans la planète des singes, les gars … vous n’occupez pas de l’autre … il ne serait pas retrouver son chemin dans un zoo façon !  » Pff. Tu marches, comme si tu entendais des vois te guidant, tu pénètres dans une espèce de galerie et la lumière s’allume. «   Putain, mes yeux !  » Que tu hurles à nouveau. «   Au mec tu as abandonné ton engin !  » Que tu disais en regardant un serpent constructeur.


LUCKYRED



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 1588
▵ arrivé(e) le : 13/02/2017
▵ avatar : Jack fahalee

MessageSujet: Re: Eloan + Dangerously drunk friends. . . In a zoo Dim 22 Oct - 13:38


Dangerously drunk friends. . .
In a zoo

Vous ne comptiez plus les années que vous aviez au compteur ensembles. La liste était longue et interminable, que ça pouvait faire tourner la tête de quelques envieux. Il avait le même profil, mais le déroulement était toujours différent. Il fallait bien l'avouer, cet esprit d'inattendu, de folie passagère, sur un coup de tête, de parfois ne pas penser aux conséquences et simplement laissait parler nos états d'âme. On l'avais fait, bien trop souvent. Malgré les directions différentes, rien n'avait changé. Même après mon retour à Wellington, sauf que la fréquence était moins régulière, les choses ne changeaient rien. Pourtant, j'avais redouté ce moment. Ce moment où on fait son grand retour après des années d'absence, dans un lieu où les gens ont évolué sans vous. On apprit à faire sans vous. Nons pas que je crois, que j'ai un grand impact sur la vie des gens. Mais ils ne comprennent pas forcément vos choix, cette envie de partir, parce que les lieux vous diennent insupportable. Cette sensation de manquer d'air, à chaque pas, geste. Vous rappelant moment moins glorieux. Que la seule possibilité est de simplement voir ailleurs, même si vos attaches sont ici. Seul Sweem savait mes véritables intension, ce qui m'avait poussé à agir ainsi. Partir du jour au lendemain, pour ainsi dire sur un coup de tête. Lui seul savait toute l'histoire. Si nos histoires étaient bien différentes, lui acculait par les responsabilité aujourd'hui, et un passé tout aussi compliqué. Ils n'avaient pas oublié l'essentiel... Il n'était pas bercé dans les sentiments non plus, donc j'oubliais bien vite mes pensées pour revenir sur le présent. Pendant que je le pouvais encore, sans la brume de l'alcool comme menace. Un sourire qui frôlait l'amusement à sa remarque. Il ne savait pas à quel point... Enfin, il n'y avait pas de mériter après toutes ces années. « Tu oublies qu'on traîne ensemble depuis des années ... Peut-être trop... » Non, il n'y avait jamais trop d'années. Sweem savait beaucoup de choses à oon égard et inversement, le genre d'amitié que tu ne perds pas pour débroutilles. Ils n'avaient plus rien à montrer. Sachant pertinent que l'un comme l'autre serait là en cas de problèmes. C'était même inimaginable de ne pas marquait sa présence. Mon regard évasif s'attarda sur l'environnement ambiant, des femmes à la recherche d'action pour un instant, un soir, et ces mecs en chasse. Pas vraiment habile, a obtenir un simple regard, que ça en était presque drôle. D'autre assez lourd, pour n'obtenir qu'un petit mépris. Je ne me considérais pas un pro dans le domaine. Mais c'était drôle de voir les autres en action. La galère parcourir leurs regards. Alors que tout était une question de jeu, de donner ce qui était attendu. Des promesses alliés à un zeste de mensonges. Je l'avais pratiqué tant de fois que j'aurais dû avoir des remords. Ce n'était pourtant pas le cas.... Dans un léger accès de surprise, mon regard se retourna vers Sweem, à l'évocation de Raissa. Et oui même ça, il était au courant. Décidément, il n'y avait de secret. Et à vrai dire que je ne savais même pas quoi penser de cette situation. Non la seule chose que je m'accordais à faire était de sourire, comme à mon habitude, un qui dissimulait pas mal de choses. La carapace. « Touché ! Je m'y emploie … Rien n'est jamais facile, mais tu sais bien que c'est ce qu'il me plaît...» Le mot facile était encore faible. Cette histoire poursuivait son chemin. « J'en doute... Ça créve les yeux que j'ai plus de succès et d'expérience que toi ! » Bien sûr, je flattais l'ego, le taquiner. Intérieurement, je ne doutais en rien de son succès personnel. Ils avaient tous les deux, un certaine nombreux d'histoire à leurs compteurs. « Les problèmes d'attaches Sweem sont ta perte... » J'étais bien placé pour le savoir et cette phrase, c'était perdue, entre ces lèvres, entre le verre et le liquide brun qui flottait encore au fond de son verre. En y accordant, bien trop d'importance d'un simple coup... Avant de l'avaler cul-sec, le liquide brûlant collant dans ma gorge, était en aucun cas, anesthésier par les verres d'avant. « C'est notre charme naturel... Que veux-tu, il fait des ravages sur les gentes féminines, involontairement de notre volonté... » Oui, nos têtes allaient certainement gonfler face à notre égo surdimensionné en cet instant. Mais c'était tellement drôle, l'ambiance détendue, face à des sujets bien trop lourd qu'on avait simplement envie d'oublier, pour quelques heures. Dans un moment un peu trop sérieux, et une décision poussait par l'impulsion de détente. Un signe, un accord avec le barman dans un moment de battement, il me semblait nécessaire de laisser la place à la liberté du jeu. Toutefois, l'oreille tendue, même si ça ne se voyait pas forcément, j'avais entendu la simple parole perdue et morose traversait les lèvres de Sweem.. Une pensée qui avait l'air de se perdre, parmi la foule. Face à des attentions qui n'avaient pas l'air d'y accorder beaucoup d'importance. Préfèrant s'amuser. Ces paroles qui avaient l'air de lui tenir d'une certaine façon à cœur, quand cinq verres chacun s'étalait devant nos yeux. Une sorte de défis silencieux. On savait tous les deux ou ça allait nous menait. Cette première tournée n'avait pas désigné de vainqueur. Peut-être parce qu'on s'y était attelé un nombre incalculable de fois... Qu'on connaissait chacun de nos gestes, la rapidité de l'autre. Mais qui nous empêcher de se défier pour un deuxième round. Ce liquide transparent qui allait certainement signé la fin, d'une consciences lucide. « Rêve pas... Ils ne vont pas bougé de ma poche... » J'avais pris le premier verre dans ma main, répondant moi aussi par un clin d'œil « Sweem , je ne suis pas la meilleure personne pour te conseiller... Mais en ce qui concerne Blake... Tu devrais être clair avant de... Te retrouver coincé... » Coincé dans ce qu'il ne voulait pas. Sur ces mots, il enfila verre après verre. Alcool après alcool, une maîtresse traîtresse, tapis dans l'ombre pour vous cueillir, et cueillir votre subconscient. Je devais féliciter cette victoire de Sween au second round. Un applaudissement à faire retourner les gens les plus près, riant de bon cœur. Avant de frapper le fond du verre sur le bar. D'une voix légèrement au-dessus, signe peut-être qui commençait à montrer une légère euphorie. « Je veux ma revanche ! »

Les pensées étaient floues, non à vrai dire, je ne pensais à rien. Laissant place à un véritable trou noir. Si je laissais place à cette dernière. Pas de pensée, te laissant simplement guidé par tes mouvements, loin d'être sûr. Parce que je devais certainement frôler au-dessus des deux grammes. Qu'importe, je ne comptais pas conduire la preuve, je me trouvais là, dans ce lieu sombre, aux bruits qui éveillaient le questionnement avec mon ami. Si on étiez un peu plus conscient que maintenant, on n'aurait peut-être pas franchi cette grille, qui révélait mon derrière. Un derrière que j'agitais, amusé sous les yeux de Sweem. « Avoue que tu te rinces l'œil ! Profite, profite au moins j'espère qu'il te plaît... » Bien sûr, je savais que ce n'était pas le cas, qu'il n'était pas du tout intéresser par la jante masculine. À défaut, de moi, qui s'intéressait à toutes expériences. Ce qui n'avait jamais été un problème entre nous ? Je vagabondais dans l'allée principale, titubant, morceau de jean qui dansait sous mes mouvements. « Mec, tu ne peux pas savoir comme j'ai du succès que ça soit homme ou femme. Et ce n'est pas que ma marche... » Sans le vouloir, j'avais laissé un certain sous-entendu. Qui fut interrompu par un grognement sourd, venant de l'estomac, que j'aurais pu être confus en d'autres circonstances. Mais non, je cherchais inlassablement un lieu pour me restaurer. À défaut de trouver une confiserie, rien de mieux que de piquer dans le stock de bananes. Qui dit banane, sûr, on allait en trouver chez les singes. La question était où sont les singes ? Et je regardais les lieux, le croisement qui se faisait en pleins milieux du parc, en me grattant la tête. Grimaçant sous la remarque de Sweem « Non, tu m'appelleras spider man des grillages ... ou batman des caleçons troués» Quoique en réfléchissant bien même ça, il l'avait foiré. Je traînais presque des pattes, les ras pendu le long de mon corps en grimaçant. Comme un enfant à qui on l'aurait privé de glace ou de bonbon. L'âme en peine. Je suivais Sweem de loin, lui qui avait pris les devants, les choses en mains. Se réfugiant dans un espace encore plus sombre, que la nuit qui exposait au-dessus de nous. Avant de l'entendre hurler ces yeux. J'avais imaginé qu'il s'était encore ébloui avec son portable et je me délectais déjà de le voir en mauvaise condition. Je ne voulais pas voir ça, sauf que c'était une grave erreur. De courir, quand on n'a même pas la maîtrise de ces pas. Dans un déséquilibre, ou le monde, s'exposait devant mes yeux de plus en plus bancale, un choc sourd, d'où une onde vibrait résonné au niveau de mon derrière jusqu'au bassin. Percutant un sol froid, sur quelques mètres. C'est le noir qui m'accueillait avant de revoir l'intensité de la lumière, à faire froncer mes yeux, sous l'agressif, poussant un grognement, en me relevant. Me trouvant face à deux yeux ronds, sombres. Un siffle pour seul bruit « Putain Sweem c'est moi ou tu es vraiment défoncé ! et tu as un teint merdique mon pote, tu devrais arrêter les filles et l'alcool ça te fatigue ». En vérité, je n'avais pas pris encore conscience que ce n'était pas Sweem, mais un serpent...
made by black arrow

spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: Eloan + Dangerously drunk friends. . . In a zoo

Revenir en haut Aller en bas

Eloan + Dangerously drunk friends. . . In a zoo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always love ::  :: new town.-