AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 It's like we can't stop we're enemies, You're like a drug that's killing me. - Praxtis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 305
▵ arrivé(e) le : 15/12/2016
▵ avatar : James Franco

MessageSujet: Re: It's like we can't stop we're enemies, You're like a drug that's killing me. - Praxtis Mar 7 Mar - 9:18


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
«It's like we can't stop we're enemies, You're like a drug that's killing me.»

Bon, ils avaient manifestement un accord et ils semblaient même d'accord pour honorer les termes de ce contrat. Elle ne fréquenterait plus ces clients en dehors des visites et de son travail alors que lui devait arrêter de séduire les étudiantes et ... tous ce qui bouge en faite. Si il allait y arriver ? Oui ! Evidemment que oui, Seb avait beaucoup de défauts, il était malin, sarcastique, manipulateur, bien trop séducteur ... mais quand il voulait quelques chose il finissait toujours par l'avoir quel qu’en soit le moyen. Valentina ... elle faisait partie des choses, des personnes qu'il convoitait plus que n'importe qui d'autre, il la voulait pour lui seul et il n'avait pas honte de le dire ! Il savait qu'ils prenaient beaucoup de risque tous les deux, à force de ce rapprocher, ils allaient devenir bien trop proche, ils n'étaient pas un couple mais à force ils allaient finir par le devenir et c'est ce qu'il fallait éviter ... enfin quoi que ! Peut être que leur relation passé leur manquait plus qu'ils ne le croyaient alors c'était de plus en plus difficile de résister à cette tentation. Physiquement, ils étaient également très proche, trop proche pour que ça paraisse innocent - Fait moi confiance, quand je veux quelques chose je me donne les moyens pour y parvenir Dit il sincèrement avant que la jeune femme ne vienne l'embrasser, un baiser langoureux qui ne le laissait pas indifférent, au contraire ça lui avait même retourné tous les sens, un tel baiser ne pouvait pas ne pas avoir d’effet. - C'est vrais ... murmura t'il, il n'avait pas honte d'être faible devant une femme, devant elle surtout ! Parce qu'il n'y avait qu'elle qu parvenait à le troubler de la sorte, il n'y avait qu'elle qui pouvait le toucher, le séduire, le hanter ... aucunes autres n'avait ce privilège. - Bon, je veillerais personnellement à ce que tu tienne parole ! Pourquoi est ce qu'il irait avoir ailleurs alors qu'il la elle sous la main ? Non parce qu'il faudrait être fou pour ne pas craquer face à elle ! La dévorant d'un regard bien plus brûlant, le baiser qu'elle lui avait offert n'avait fait qu'éveiller cette passion en lui, ce feu dévorant. Il avait bien des idée en tête mais la belle lui rappela qu'ils n'étaient pas seuls et ils ne passaient pas non plus inaperçus. Relevant les yeux vers les siens en souriant d'un air amusé, il reprit en s'approchant de ses lèvres. - Mais je n'ai aucuns arrières pensées, je suis un gentleman ce soir, ça n'ira pas plus loin ! Mon oeil, aucunes arrières pensées ? Son regard dit tous le contraire pourtant. Rapprochant don visage de son cou, Sebastien y déposa un simple baiser avant d'aller en déposer un autre contre sa joue. - Même si je rêve de t’arracher cette robe ! Reprit il dans un murmure au creux de son oreille.

HARLEY-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.
avatar
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 433
▵ arrivé(e) le : 11/09/2016
▵ avatar : Kate Beckinsale.

MessageSujet: Re: It's like we can't stop we're enemies, You're like a drug that's killing me. - Praxtis Mar 7 Mar - 18:47

     


It's like we can't stop we're enemies, You're like a drug that's killing me.

♦ Sébastien ♦


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Valentina commence à prendre conscience, peu à peu, de l’importance du pouvoir qu’elle a sur son désormais unique amant. Elle sait depuis longtemps déjà qu’elle a une certaine emprise sur lui. Mais elle n’imaginait pas, jusqu’à ce soir, qu’elle soit si forte. Pourtant, il laisse tomber son rôle de séducteur pour ses beaux yeux. Il semble tellement sûr de lui qu’elle pourrait se demander s’il est véritablement sincère. Mais il lui demande de lui faire confiance. Et surtout, il ajoute des mots qui la troublent malgré elle. Quand je veux quelque chose, je me donne les moyens pour y parvenir. Ça, elle le sait bien. Mais de quoi parle-t-il exactement ? Est-ce de cette exclusivité ? Ou simplement, c’est elle qu’il veut. Quoi qu’il en soit, ses mots la déroutent alors qu’elle plonge un regard rempli d’intensité dans le sien. – Mais qu’est-ce que tu veux Sebastien ? demande-t-elle d’un ton calme, malgré la curiosité qui l’a envahie. Elle décide tout de même de répondre à sa demande, celle de lui faire confiance. Il paraît sincère, en tout cas il souhaite autant qu’elle cette relation exclusive. Alors, elle peut toujours essayer. Comme pour sceller cet accord, la belle en vient finalement à l’embrasser. Sans même s’en rendre compte, elle rend rapidement son baiser extrêmement langoureux, trop pour qu’il paraisse innocent. C’est sans doute le manque de ces derniers jours. Quand elle recule finalement ses lèvres, elle voit dans le regard de Sebastien qu’elle est parvenue à le troubler. Il avoue même lui-même qu’il a du mal à lui résister. Cette façon qu’il a d’affirmer les choses comme elles sont, directement, sans filtre… Ça ne la laisse pas indifférente, Valentina. Elle n’est pas comme ça, elle. Elle a plus de difficulté à se montrer faible face à lui… Sauf dans les moments passionnés. Quand elle se perd dans ses bras, elle oublie toute retenue. Mais elle essaye de se reconcentrer sur ses paroles au lieu de se perdre dans ses pensées, surtout qu’elles ne sont pas anodines. – Que je ne te surprenne pas en train de me surveiller. précise-t-elle en arquant un sourcil. S’ils commencent ainsi, ils seront encore pire qu’un couple. Mais, à vrai dire, elle oublie vite ses appréhensions quand elle sent le regard de Sebastien se poser sur elle. Il la contemple sans retenue, avec cette intensité dans les yeux qui parvient à l’atteindre. Elle l’a peut-être provoqué avec son baiser brûlant, et pourtant elle ne l’a pas fait volontairement. Elle finit même par lui rappeler qu’ils ne sont pas tous seuls. Et n’importe qui aux alentours peut remarquer la façon dont il la dévore des yeux. Elle déclenche un sourire malicieux chez le jeune homme qui approche ses lèvres des siennes. Elle sent son souffle chaud se mêler au sien alors qu’il lui affirme qu’il agit comme un gentleman ce soir. Mais bien sûr. – Permets-moi d’en douter. rétorque-t-elle avec un petit sourire en coin qui en déstabiliserait plus d’un. Et, comme pour prouver qu’elle a raison, il enfouit sa tête dans son cou pour y déposer un baiser, baiser qui provoque directement un frisson chez la belle. Il poursuit contre sa joue avant de lui murmurer quelques mots à l’oreille. Elle ferme instinctivement les yeux, Valentina. – Ce n’est pas en me disant ce genre de choses que tu resteras un gentleman. Pourtant, elle ne risque pas de s’en plaindre. Elle ne veut pas d’un gentleman, elle veut l’homme qui la fait vibrer comme aucun autre. Alors, elle se resserre contre lui, elle profite de son parfum un instant avant de lui murmurer. – Est-ce que tu es sûr de vouloir rester sage ce soir ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 305
▵ arrivé(e) le : 15/12/2016
▵ avatar : James Franco

MessageSujet: Re: It's like we can't stop we're enemies, You're like a drug that's killing me. - Praxtis Mar 7 Mar - 23:20


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
«It's like we can't stop we're enemies, You're like a drug that's killing me.»

Ce qu'il veut ? C'es pourtant évident non ? Il venait de lui parler à cœur ouvert, il venait de lui dire tout ce qu'il ressentait enfin presque ... ce dont il avait envie c'était elle ! C'était peut être un peu trop facile de lui dire ça comme ça sans plus d'explication. Il lui demandait d'être fidèle mais sans sentiments ? C'était plutot ambiguë non ! Un peu trop surement ! Reculant à peine pour pouvoir croiser son regard, Sebastien ce mit à sourire avant de reprendre l'air toujours aussi léger sans pour autant perdre son sérieux. - Ah pourquoi il faut toujours que tu me pose cette question ! C'est pourtant évident ce que je veux non ? Sinon je ne serait pas là ce soir avec toi ! A croire qu'il agissait toujours dans son propre intérêt ! Oui c'était un peu le cas mais pas cette fois ! Il ne voulait pas d'une vie de couple, mais pourtant c'était un peu ce qu'ils allaient vivre non ? Fidèle l'un envers l'autre ! Il ne savait pas du tout ou tous ça allait les mener au final mais Sebastien espérait tout de même avoir le droit à une belle fin ... avec elle si possible. Reformer ce couple qu'ils avaient étaient lui semblait impossible depuis son arrivés et pourtant peu à peu il parvenait à ce faire à l'idée. - Comme si c'était mon genre ! Je ne suis pas non plus dingue au point de me poster devant chez toi et surveiller le moindre de tes faits et gestes ! Je suis pas jaloux à ce point ! Quoi que ... Après ce langoureux baiser qu'elle venait de lui offrir, Seb en avait encore l'esprit tout retourné. Lui qui voulait rester sage ce soir ce n'était pas gagné sur elle commençait de cette façon. Mais il prenait ça comme un "oui", elle semblait accepter cet accord de fidélité et rien ne pouvait plus lui faire plaisir. Mais il ne voulait pas aller plus loin ce soir ! Il voulait ce comporter comme un gentleman ce soir et non ce laisser envahir par ses envies même si face à une telle femme c'était difficile. - N'en doute pas ! Répondit il avant de s'approcher de son cou pour y déposer ses lèvres avant de l'embrasser tendrement contre sa joue. Il avait beaucoup d'idées en tête ! Des idées pas vraiment seines d'ailleurs ... - Vraiment ... il faut que je te dise quoi alors ? Répondit il dans un petit murmure devenant peu à peu bien plus provocateur. A la question de la jeune femme, Sebastien ce mit à sourire encore une fois avant de la faire tourner sur elle même afin qu'elle ce retrouve dos à lui. - Tout dépend de ta façon d'agir ! Tu me connais ... si on me provoque je craque facilement ! Ses doigts toujours posés contre ses hanches, il la tenait toujours aussi proche de lui, bon sang il avait tellement envie de plus.

HARLEY-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.
avatar
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 433
▵ arrivé(e) le : 11/09/2016
▵ avatar : Kate Beckinsale.

MessageSujet: Re: It's like we can't stop we're enemies, You're like a drug that's killing me. - Praxtis Mer 8 Mar - 3:25

     


It's like we can't stop we're enemies, You're like a drug that's killing me.

♦ Sébastien ♦


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


C’est vrai que ce n’est pas la première fois qu’elle lui pose cette question. Mais c’est parce qu’elle s’interroge vraiment, Valentina. Elle n’a pas l’habitude de se laisser guider sans savoir où elle va. Elle préfère quand tout est clair et net. Elle a un esprit logique, raisonné. Elle suit davantage ce que sa raison lui indique plutôt que ses envies. Mais, avec lui, elle a cette sensation de se jeter dans le vide sans aucune idée sur la manière dont elle va atterrir. Il ne semble lui-même pas savoir ce qu’il veut exactement, ou en tout cas il ignore la façon dont il le souhaite. Car elle a bien compris qu’il la veut, elle, tout comme elle le veut elle aussi. Mais c’est encore si flou, si ambigu. Cela n’a pas l’air de déranger Sebastien pourtant. Il a toujours été plus téméraire qu’elle. Et elle l’envie. Elle envie cette légèreté qui le caractérise. Elle affiche un petit sourire en l’entendant. Il ne répond pas véritablement à sa question. Mais elle s’en contentera. - Tu ne savais pas que je serais là. rappelle-t-elle toutefois, comme pour avoir le dernier mot. Elle ignore dans quelle optique il est venu à cette fête, d’ailleurs. Mais elle s’efforce de ne pas y penser. De toute manière, cela n’importe plus maintenant qu’il lui appartient. Pas plus que lui, elle ne sait où cette histoire va les mener. Et, même si elle se pose souvent cette question, il vaut sans doute mieux qu’elle en ignore la réponse. Elle n’est pas prête, encore. Lui accorder l’exclusivité, c’est déjà un pas énorme pour une femme qui s’est jurée de ne plus jamais appartenir à un homme. Et, quelque part, elle espère que cette nouvelle clause dans leur contrat ne va pas rendre les choses plus difficiles. Quand il insinue qu’il va prendre garde à ce qu’elle tienne ses engagements, l’Italienne s’empresse de lui interdire de la surveiller. Evidemment, Sebastien proteste aussitôt en affirmant qu’il n’est pas aussi jaloux. Elle pourrait lui rappeler combien il peut l’être mais pas cette fois. – Tu n’auras pas à l’être. Vient-elle vraiment de le rassurer ? Leur relation prend un tournant de plus en plus éloigné de celui de simples amants. Mais c’est cette nuit qui rend tout différent, n’est-ce pas ? Rien d’autre… En tout cas, la belle n’hésite pas à profiter de leur proximité pour aller lui dérober un baiser brûlant. Elle parvient à attiser cette lueur dans le regard du jeune homme qui continue toutefois d’affirmer qu’il se comportera comme un parfait gentleman ce soir. Elle continue d’en douter, bien sûr. Elle le connait, Sebastien. Elle sait qu’elle peut le faire chavirer en quelques secondes si elle en a envie. Il s’approche d’ailleurs de lui-même de la belle pour déposer ses lèvres contre sa peau. Gentleman, hein ? A sa question, elle affiche un sourire sincère, amusée. – Je n’ai jamais dit que ça ne me convient pas. Ce qu’elle veut, c’est lui, et ce qu’il est. Rien d’autre. Il semble le comprendre parce que le ton de sa voix se fait de plus en plus provocateur. Il finit même par la faire tourner pour qu’elle se retrouve dos à lui. Elle sent son corps contre le sien, elle sent cette proximité qui fait naître une vague de désir en elle. Elle essaye de garder à l’esprit qu’ils sont entourés de dizaines de personnes. Et, masques ou non, elle n’est guère habituée à se donner en spectacle même si, avec lui, elle a du mal à garder son sérieux. Lorsqu’elle entend ses propos suivants, la belle brune tente de garder un ton neutre malgré le trouble qui l’a envahie. – Mmh… Je ne suis pas sûre qu’on soit au bon endroit pour ça. dit sa raison pendant que son instinct la pousse à attraper les mains de son amant, posées sur ses hanches, pour les inciter à entourer sa taille. Ils sont encore plus proches l’un de l’autre alors qu’elle pose finalement sa tête contre le corps de Sebastien pour lui murmurer. – Et si on allait ailleurs ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 305
▵ arrivé(e) le : 15/12/2016
▵ avatar : James Franco

MessageSujet: Re: It's like we can't stop we're enemies, You're like a drug that's killing me. - Praxtis Mer 8 Mar - 12:29


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
«It's like we can't stop we're enemies, You're like a drug that's killing me.»

C'est vrais qu'il n'avait pas du tout la moindre idée qu'elle puisse être présente ce soir, mais de tous son cœur il avait voulu la croiser, pendant toute cette soirée, il n'avait pas pu s'empêcher de la chercher du regard sans la trouver et pourtant elle était la depuis le début. Ah chaque fois qu'ils ce croisaient, elle lui posait toujours cette même question "Que voulait il ?" C'était évident sinon pourquoi perdrait t'il son temps à lui tourner autour alors qu'elle est la femme qui à réussi à lui faire le plus de mal ... Pourtant, Sebastien s'entêtait toujours à lui courir après. Souriant toujours autant, le regard plongé dans le sien il reprit l'air de rien - Mais j'ai tellement espéré que tu sois là ! Et c'était vrais ! La dernière fois qu'ils c'étaient quitté, c'était en mauvais termes et depuis cette dispute, elle lui avait terriblement manquée, mais ça lui avait surtout permis de ce rendre compte que leur accord n'était pas aussi parfait que ça ! Ils ne voulaient pas ce partager l'un comme l'autre ! Alors autant être fidèle ! Ils semblaient tous les deux d'accord sur ce point d'ailleurs, il ne devait plus y avoir aucun débordement même si il n'était pas en couple ils ce devaient fidélité ! Il lui faisait confiance du moins autant qu'il pouvait le faire, il n'était pas question de la fliquer ou la forcer à faire quoi que ce soit ! En sentant ses lèvres venir ce poser contre les siennes, Sebastien ce sent complètement perdu pendant quelques instants. C'est dingue comme elle à le pouvoir de lui retourner la tête par un simple baiser ou même un regard ... en général il n'était pas sensible à ce genre ce rapprochement mais quand cette femme était Valentina il ne pouvait pas lutter. Déposant ses lèvres dans le creux de son cou puis sa joue, il recula doucement avec ce petit sourire amusé sur le coin des lèvres. La faisant tourner sur elle même afin qu'elle ce retrouve dos contre lui, Sebastien continue peu à peu de la provoquer, l'air de rien et même si il prétend vouloir rester gentleman ce soir, il n'en pensait pas moins. - Tu crois ? Personne ne pourrait remarquer quoi que ce soit ! Dit il alors qu'il sent ces doigts ce poser sur ses mains pour l'inciter à envelopper sa taille. Ce rapprochant l'un de l'autre, ils continuaient cette danse tous les deux jusqu'à ce qu'elle lui propose d'aller ailleurs. Il avait enfin ce qu'il voulait ! Ce mordant la lèvres il ce penche légèrement pour ce rapprocher de son oreille. - Chez toi ? ou chez moi ? Non, en effet le gentleman n'était pas resté longtemps !

HARLEY-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.
avatar
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 433
▵ arrivé(e) le : 11/09/2016
▵ avatar : Kate Beckinsale.

MessageSujet: Re: It's like we can't stop we're enemies, You're like a drug that's killing me. - Praxtis Jeu 9 Mar - 20:35

     


It's like we can't stop we're enemies, You're like a drug that's killing me.

♦ Sébastien ♦


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


J’ai tellement espéré que tu sois là. C’est étrange, combien son cœur réagit instantanément à ces mots-là. Et pourtant, elle, au contraire, redoutait sa présence ce soir. Après leur dernière rencontre hasardeuse plus que désagréable à cause de la scène à laquelle elle a assistée, rencontre qui s’est en plus soldée par une dispute entre eux, elle n’a cessé de penser à lui. Perdue entre sa rancœur et sa peine, elle ne savait pas dire si elle était en colère contre lui ou si elle avait peur de l’avoir définitivement perdu. Pire encore, elle ne savait pas ce que lui, il ressentait. Alors elle appréhendait leurs retrouvailles. Elle appréhendait de le revoir à cette soirée au bras d’une autre. Elle appréhendait de le revoir tout court. Il est incontestablement le seul homme qui la met dans cet état, Sebastien. Depuis toujours, ou presque, elle a cette sensation avec lui. Celle de pouvoir être une autre. La preuve est là : Elle vient même d’accepter une relation totalement exclusive avec lui. Elle. Elle qui ne veut s’attacher à aucun homme, elle qui veut rester indépendante, elle qui a si peur de l’amour. Mais son attraction pour le beau brun est bien trop forte pour qu’elle puisse lutter. Il exerce une emprise tellement intense sur elle. Et plus encore lorsqu’il pose ses mains sur elle comme il est en train de le faire. C’est comme ça qu’elle se retrouve dos contre lui, lui qui est bien trop proche d’elle pour que leur danse paraisse innocente. Elle essaye de faire appel à sa raison mais, en même temps, elle aime trop cette sensation pour résister. Elle finit même par poser ses mains contre celles du jeune homme pour l’inciter à venir envelopper son corps tout entier. Elle sent cette douce chaleur en elle, elle sent cette envie d'avoir plus qui l’envahit. Mais elle essaye encore de ne pas céder, elle lui rappelle même le contexte dans lequel ils se trouvent. Pourtant, elle ne bouge pas davantage. Elle ne répond pas à la remarque de Sebastien. Elle le sait bien plus téméraire qu’elle, et un jour il finira par avoir raison d’elle. Pour le moment, elle ne veut plus attendre. Et c’est sans plus réfléchir que la belle lui propose de s’éclipser de cette soirée. Il se penche jusqu’à son oreille pour lui murmurer quelques mots qui déclenchent un sourire en coin sur le visage de Valentina. Le gentleman a vite disparu. Mais elle ne risque pas de s’en plaindre, pas maintenant qu’elle ressent ce désir brûlant en elle. L’Italienne se détache de lui mais saisit sa main dans la sienne pour l’entraîner en dehors de la salle. Chez lui ou chez elle, elle s’en fiche, elle veut juste faire au plus vite. – Peu importe... répond-elle simplement alors qu’ils arrivent dans les couloirs déserts de la mairie. Et, à peine se retrouvent-ils seuls qu’elle retourne d’ailleurs l’embrasser avec envie, d’un baiser bien plus passionné que celui qu’elle lui a offert quelques minutes plus tôt. En fait, elle ignore comment elle va pouvoir attendre durant tout le trajet. Elle s’efforce de détacher ses lèvres des siennes pour garder les idées en place. – J’habite plus près, je crois. précise-t-elle comme pour marquer son impatience.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 305
▵ arrivé(e) le : 15/12/2016
▵ avatar : James Franco

MessageSujet: Re: It's like we can't stop we're enemies, You're like a drug that's killing me. - Praxtis Ven 10 Mar - 13:31


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
«It's like we can't stop we're enemies, You're like a drug that's killing me.»

Elle l'aimait trop pour lui résister et même si il ne voulait pas l'avouer c'était réciproque. Il l'aimait bien trop pour ne pas espérer la croiser ce soir. Quelques minutes avant, il avait affirmer à sa partenaire de soirée, qu'il n'était pas amoureux, que son cœur n'appartenait à personne et pourtant, partager cette danse avec elle ne pouvait pas lui faire plus plaisir ! Ses bras enlacé autour de ses hanches, ils étaient bien trop proche pour que ce soit innocent, bien trop proche pour que ce soit sain. Il disait vouloir rester un gentleman mais ce n'était pas du tout ce dont il avait envie, pas en ce moment en tous cas ! Et l'envie semblait être plus que partagé puisque la jeune femme lui proposa même d'aller ailleurs. Là, si ce n'était pas une proposition c'était quoi ? Et il n'était pas contre, bien au contraire il était même décidé à trouver le chemin le plus cours pour qu'ils puissent ce retrouver rien que tous les deux. Saisissant sa main, la belle l’entraîna avec elle pour quitter la salle de bal. Il la suivait, aveuglement mais il irait partout ou elle le voudrait. Arrivant dans le couloir désert pour regagner la sortie, Valentina finit par l'attirer contre elle pour l'embrasser d'une façon bien moins innocente. Ce n'était plus un simple baiser furtif ou innocent, non la c'était quelques chose de bien plus passionné et il ne ce privait pas pour prolonger de la même façon en l'attirant contre lui. - D'accord, on y va ! Etre impatient à ce point ce n'était pas possible .. et pourtant les deux amants allaient surement avoir du mal. Capturant une nouvelle fois ses lèvres sans lui laisser le temps de répondre, il reculer vers la sortie pour rejoindre sa voiture. Reculant une fois les portes franchis, il saisit une nouvelle fois sa main pour l'attirer vers lui vers le parking. Le trajet ne serait jamais aussi long que ce soit ... pendant le trajet qui les ramenaient chez elle, Sebastien avait bien du mal à garder son regard sur la route, il finit même par retirer son masque et c'était difficile de ne pas avoir envie d'elle, trop difficile. Une fois garé devant chez elle, il retrouva le contact de ses lèvres avant de sortir de la voiture, mais également une fois devant sa porte. A croire qu'il ne savait pas ce tenir, mais non ! Il ne savait pas ... pas quand il était avec elle.




HARLEY-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

It's like we can't stop we're enemies, You're like a drug that's killing me. - Praxtis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always love ::  :: archives rp.-