AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 hormones and no alcohol, your own risk ⚭ jalie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: hormones and no alcohol, your own risk ⚭ jalie Lun 20 Mar - 0:17



hormones and no alcohol, your own risk
Jalie

Je ne pensais pas avoir droit au bonheur, pas comme ça en tout cas. C'était quelque chose qui nous arrivait sans prévenir, et qu'on prenait en pleine face. Au final, je laissais tout ça se faire, je l'acceptais. J'acceptais ce bonheur là avec Charlie. Je me surprenais moi-même, ne me reconnaissant pas réellement. Ça me poussait à continuer à vivre ces moments-là, à tout faire pour que tout se passe bien, et rendre Charlie heureusement parce qu'elle le mérite. De l'espoir. On pouvait appeler ça comme ça aussi. L'arrivée d'un petit-être, le fruit d'un amour qui pouvait ne pas paraitre réel mais qui l'était tout compte fait. J'avais hâte de rencontrer le bébé, d'apprendre à le connaitre, d'avoir une vie de famille, et surtout de le voir grandir. Je ne m'attendais pas du tout à ça, c'est vrai. Mon rôle maintenant c'était de tenir les rennes, de veiller à éviter les trous sur les routes mal faites que la vie peut construire. Tout semblait nous sourire. Il était encore très tôt ce jour-là, au petit matin je me trouvais en très charmante compagnie. Charlie dormait toujours près de moi, entourée de mes bras. Le soleil se levait petit à petit, et je sentais déjà une bonne journée en vue dans ce qu'on pouvait enfin appeler notre "chez nous". J'avais pris soin de choisir l'une des meilleures maisons du quartier pour qu'on puisse s'y installer confortablement, et surtout pour que l'arrivée du petit -ou de la petite- se fasse dans les meilleures conditions possibles. J'avais les moyens de le faire alors je ne m'en privais pas.

Je me levais sans faire trop de bruits, pour me diriger vers la penderie. Je n'avais pas trop envie de m'habiller et sortir ce matin-là, mais il le fallait. Je partais, et commençais à me promener vers le marché au centre de Wellington où nous n'habitions plus. C'était une ville que je commençais à connaitre. Je fis quelques courses utiles, et revint à la maison. Le silence régnait toujours, mais je savais que ça n'allait pas durer longtemps, pensant à ce qui allait nous attendre. J'allais être jeune papa, je n'arrivais toujours pas à y croire, et le penser sonnait étrange dans ma tête. Je posais quelques sacs dans la cuisine, et rangeait les affaires à leur place. J'entrai ensuite dans la chambre avec deux trois sacs toujours en main, elle avait l'air de dormir paisiblement. J'enlevais mon pantalon pour me glisser près d'elle, gardant mon t-shirt, tenue du dimanche peinard. "Bonjour toi" chuchotais-je presque, remarquant qu'elle bougeait un peu. "J'ai ramené des petits cadeaux" C'est vrai que je ne réalisais pas trop qu'il allait y avoir un petit Sheffield, mais c'était quelque chose qui prenait parfois du temps pour certains, surtout moi. Je faisais malgré tout des efforts, c'était ça d'être un père. Certains auraient fuit leur responsabilité. Certes j'avais un terrible passé dans ce domaine, mais arf j'étais un homme changé maintenant, je l'avouais. C'est fou comment on pouvait voir la vie autrement.

black pumpkin


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: hormones and no alcohol, your own risk ⚭ jalie Lun 27 Mar - 17:05


Hormones and no alcohol, your own risk.
JALIE ❤



Tout avait toujours été trop vite dans ma vie… Ma carrière, la fin de celle-ci à cause de mon accident, la mort de mon père entre-temps qui a été pris par un cancer foudroyant, puis ma nouvelle vie, la déception de la part de ma mère et j’en passe. Même avec James tout s’était fait trop vite, notre rencontre, notre mariage, notre emménagement ensemble et maintenant ma grossesse… J’avais l’impression de vivre à cent à l’heure et pour l’instant, ça me réussissait pourtant bien. Mais j’étais angoissée, j’avais peur de ce qu’il allait arriver puisque toute ma vie je n’avais entendu que la phrase suivante : il n’est jamais bon de se précipiter, à vouloir aller trop vite, on met souvent les pieds dans le plat et tout finit par basculer. Sauf que là ce n’était pas moi qui voulais aller trop vite mais c’était le destin qui avait mis la fonction rapide sur ma vie sans pour autant me demander mon avis. Aujourd’hui j’étais enceinte jusqu’au cou ou presque, j’habitais dans une belle maison de quartier avec l’homme que j’aimais, je n’avais toujours pas retrouvé de travail, notamment à cause de mon… état, bref j’avais changé d’histoire, de vie ou de chapitre, j’ignore comment appeler ça. D’une femme séduisante courant les bars et les discothèques en vue d’une proie, d’une garce sans cœur, j’étais passée à une femme bien rangée, aimante et bientôt maman. J’avais du mal à me faire à cette situation et pourtant… James était vraiment l’homme parfait, attendrissant et conciliant, il savait apaiser mes angoisses et répondre à toutes mes demandes, tous mes caprices. J’avais beau le remercier sans arrêt, je trouvais que je lui en demandais trop et pourtant… je ne pouvais pas m’en empêcher, les émotions d’une future mère sans doute. A l’heure actuelle, je dormais paisiblement dans les bras de mon mari, enfin petit-ami étant donné que nous n’avions pas vraiment renouvelé notre mariage, mais bref, je dormais paisiblement dans les bras de l’homme que j’aimais. Je me faisais doucement retirée des bras de Morphée, je sentais son corps bouger contre le mien, je sentais son souffle dans mon cou alors je décidais d’ouvrir les yeux. Je cherchais alors sa main et l’attirais contre moi. Encore un peu dans le sommeil, je grommelais : « Tu m’as rapporté des fraises ? » J’esquissais un petit sourire pour le faire rire. Les fraises, truc typique des femmes enceinte, mais James savait que, enceinte ou pas, j’adorais littéralement les fraises depuis gamine. Je tentais alors de me retourner, de me mettre sur le dos tout en raillant. J’ouvrais alors définitivement les yeux et je regardais mon ventre, bien rond, j’étais devenue une vraie baleine. « Ce truc n’a pas arrêté de bouger cette nuit… » Je le pointais du doigt. Ce truc, ce bidule, ce machin, les noms, du genre affectueux bien sûr, que je donnais au bébé car nous ignorions toujours si c’était une fille ou un garçon. Lors de l’écographie pour déterminer le sexe, nous avions fait face à une stagiaire totalement incapable qui m’avait mis les nerfs en pelote et qui avait apparemment réussi à vexer mon bébé, d’où la capacité à ne pas du tout voir le sexe de notre futur enfant…

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: hormones and no alcohol, your own risk ⚭ jalie Mar 30 Mai - 17:35



hormones and no alcohol, your own risk
Jalie

Je ne savais pas si j'allais rester à Wellington toute ma vie, et ce n'était surement pas une option que j'avais envisagé, du moins pas avant d'avoir revu Charlie dans les rues de la capitale. Enfin, c'était surtout au moment où nous avions décidé d'emménager ensemble, ce qui confirmait tout ce qu'on avait pu vivre. Tout s'enchaîna assez vite après en fait, mais on était désormais sûrs de nous. Nos sentiments étaient réels et on le prouvait avec l'arrivée d'un mini-nous. Enfin! pouvaient crier les membres de ma famille, c'est vrai. Je les connaissais que trop bien et avec la quarantaine qui m'arrivait en pleine tronche rapidement, il était temps, dira-t-on. C'était incroyable, pensais-je. Et puis même si on n'avait pas vraiment prévu cette arrivée, pour être honnête, on s'aimait tellement, alors on était heureux quand même. C'était même ce qui avait provoqué cet évènement d'ailleurs, je dirais. Bref, j'étais là, installé paisiblement dans une grande maison dans cette belle capitale néo-zélandaise. Le tout accompagné d'une des plus belles femmes, des plus extraordinaire que j'avais rencontré. Méconnaissable, ça je l'étais c'était certain, à la vue de mes plus proches amis, et de ma famille. Tout simplement parce que je ne vivais pas dans le même bonheur qu'auparavant. Celui ci avait un sens différent, surtout que nous sommes deux à le partager ça change tout, et c'est ce que j'avais désormais compris avec Charlie justement.

Ceci dit, c'est vrai que je m'étais souvent demandé si un jour j'allais vivre ailleurs avec Charlie. Mais je ne savais pas de quoi sera fait notre lendemain alors je le laissais venir. Nous étions tranquilles, nous étions bien tous les deux, pensais-je en me réveillant cette matinée là. J'aimais bien me promener au marché de la ville. Une fois rentré, je remarquais que Charlie était réveillée. Enfin presque, la sortir du lit allait surement être presque impossible. "Et pas seulement que des fraises. Elles sont dans la cuisine. J'ai réussi le test ?" plaisantais-je. "J'ai aussi rapporté quelques jouets pour le ou la mini Sheffield." repris-je juste après. Je ne pouvais pas encore acheter de vêtement, là était l'inconvénient de ne toujours pas savoir si c'était une fille ou un garçon. En parlant du loup. "Ce truc ?!" lui répondis-je tout en riant. On était bien beaux face à cet évènement, ne sachant pas trop quoi faire. "Ça, ça veut dire que c'est un gaillard !" disais-je en plaisantant, ou pas. "Ou alors une princesse capricieuse." Je pris le soin de ne pas ajouter, comme ça mère. Les femmes enceintes, on ne savait jamais quoi dire ni quoi faire, les sautes d'humeurs pouvaient arriver à tout moment. "Au fait, tu voudrais garder la surprise jusqu'au dernier moment, ou on est trop impatients de savoir ?" la questionnais-je pour avoir son avis. À quelques mois peut-être que c'était un peu trop tôt, mais ça allait arriver très vite.

black pumpkin


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: hormones and no alcohol, your own risk ⚭ jalie Jeu 1 Juin - 21:53


Hormones and no alcohol, your own risk.
JALIE ❤



Plus jeune, je pensais que ma vie allait être trépidante, que j’allais parcourir le monde et épouser un homme que j’aimerais, que notre couple serait fait de fougue et d’eau fraîche ou alors que je resterais cette femme imprenable, totalement indépendante et que j’en ferai qu’à ma tête. J’avais parcouru le monde, lorsque j’étais encore une brillante gymnaste professionnelle. J’avais vu Paris, New York, Londres et même Shangaï. Mais c’est à Las Vegas que j’avais rencontré accidentellement James et que ma vie avait basculée. Après notre rencontre, j’avais tout perdu. Je me comportais déjà comme une gamine insolente durant cette période, qui pète plus haut que son cul, une sorte de jeune adulte luttant contre le monde avec sa rage, mais après ça, après Las Vegas, tout s’était écroulé. J’avais perdu mon père, mais également ma famille à cause de leurs mensonges et par la suite j’avais totalement perdu mes chances de continuer ma grande carrière car avec la tristesse et le désespoir, mon corps faible a ruiné ma carrière dans une chute stupide. J’avais donc déménagé de nouveau à Wellington, mes sources, pour entamer une carrière qui ne me ravissait pas totalement. J’ai enchainé les petits-amis, les histoires d’un soir jusqu’au retour de James. Comment aurais-je pu imaginer qu’à l’heure actuelle, je serai en ménage avec lui et que je tomberais enceinte de cet homme. Maintenant, je n’étais plus sûre de mon avenir, plus rien n’était tracé et ça me terrifiait. Peut être qu’il était temps pour moi de passer à autre chose, d’oublier mes vieux démons, de laisser le fantôme de mon père et les traces de Marek ici et partir construire notre vie ailleurs ? Tout se chamboulait dans ma tête, voilà ce qui perturbait mon sommeil, voilà pourquoi je ne dormais pas paisiblement ces temps-ci. Souvent la nuit, je me réveillais et je marchais avec mon gros ventre en le caressant, en me demandant bien quel avenir je réservais à ce futur enfant. Mes promenades nocturnes me fatiguaient, c’est pour ça que je restais souvent au lit le matin, laissant James réveiller peu à peu la maison. « Arrête d’être aussi parfait. » Je me mettais à lui sourire puis je soufflais en tapotant doucement mon ventre du bout des doigts. « Pitié, pas une capricieuse. Ce sera une fille douce et attendrissante et si c’est un garçon… pareil ! » Je gloussais un peu puis je transformais mon sourire en moue. « Tu voudrais savoir toi ? » Je le questionnais du regard puis j’attrapais mon peignoir de soie qui était au bord du lit. Je me redressais et je décidais de sortir du lot, avec une grande flemme mais j’y arrivais quand même. Je passais alors près de James et déposais un baiser tendre sur ses lèvres. « Je vais aller chercher mes fraises… et aller voir les jouets du petit truc ! »

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: hormones and no alcohol, your own risk ⚭ jalie

Revenir en haut Aller en bas

hormones and no alcohol, your own risk ⚭ jalie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always love ::  :: archives rp.-