Ils n'attendent que vous...


Et hop, un petit vote.



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 non c'est pas moi j'ai un alibi j'étais au cinéma; november

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 3145
▵ arrivé(e) le : 26/03/2017
▵ avatar : Emma Watson

MessageSujet: non c'est pas moi j'ai un alibi j'étais au cinéma; november Lun 27 Mar - 23:06



Deux mois complets à ne rien faire du tout de sa vie. Et pas une once de culpabilité. Murphy prenait ça à la légère. Elle se disait qu'elle avait le temps, qu'elle était jeune. Ce n'était pas du tout l'avis de sa soeur, Jaelyn, qui s'inquiétait beaucoup pour son avenir et la poussait à trouver sa voie le plus rapidement possible. Sauf que Murphy n'avait rien envie de faire. Rien du tout. Depuis qu'elle était entrée dans les études supérieures, ayant choisi médecine, elle n'avait jamais vraiment eu le temps de se poser et de réfléchir au sens de sa vie. Pourtant très intelligente et consciente des difficultés d'une vie sans avoir fait trop d'études, elle n'avait quand même pas envie de se lancer dans une carrière qu'elle avait choisie à l'époque pour de stupides raisons, et non pas parce qu'elle en avait envie. En effet, son choix de se lancer dans des études de médecine pour devenir chirurgienne ou oncologue avait trouvé son origine dans la mort de sa mère, qui était décédée à l'aube de son adolescence. Les deux soeurs Cavendish avaient été dévastées par cette perte, d'autant plus que leur père n'avait manifesté aucune envie de prendre leur éducation en charge. Jaelyn, l'aînée, avait tout recueilli sur ses épaules et avait subvenu aux besoins de la petite famille violemment tronquée.
pas moi !
non c'est pas moi j'ai un alibi j'étais au cinéma. ✿ feat. november & murphy
Pensant une énième fois aux possibilités d'emploi à durée déterminée qui s'offraient à elle pour ne pas complètement dépendre de sa soeur, Murphy décida de laisser son ordinateur pour l'après-midi et d'aller dans les boutiques du quartier pour déposer son cv en candidature spontanée pour se trouver un petit boulot fixe. En attendant de reprendre d'autres études ou de faire d'autres formations qui lui conviendraient mieux, elle avait quand même besoin de se faire un petit peu d'argent. Pour l'instant, elle avait seulement répondu à quelques petites annonces qu'elle avait remarquées chez le pâtissier ou en allant acheter ses magazines préférés : du babysitting, du petsitting... Rien de bien concret. C'était seulement pour dépanner son portefeuilles, et donner à sa soeur l'impression qu'elle restait active. Sauf que cela ne suffisait pas à Murphy qui avait pas mal de dépenses personnelles liées à ses loisirs. Elle choisit de s'habiller de façon passe-partout et enfila un jean aux coutures colorées ainsi qu'un chemisier blanc. Ses bottines d'automne feraient l'affaire, car il ne faisait pas encore trop moche dehors. On pouvait même appeler cette époque "l'été indien". Un foulard rouge autour de son cou, une natte dans ses cheveux mi-longs et un maquillage très discret : Murph était prête pour faire bonne impression. Elle avait repéré plusieurs boutiques sur internet dans lesquelles elle n'était encore jamais allée malgré le fait qu'elle vivait à Wellington depuis plus de deux ans, dont une friperie qu'elle souhaitait explorer tout en leur proposant son profil. Elle n'avait même pas besoin de prendre les transports en commun ou sa voiture pour s'y rendre, ce qui était très pratique finalement si elle devait y travailler. C'est en croisant les doigts que Murphy entra dans la friperie, saluant la vendeuse. Elle se posta directement au comptoir de sa petite caisse complètement personnalisée avec des affiches de concerts, des annonces et d'autres décorations, recouverte d'une plaque de verre sur laquelle était posée la caisse enregistreuse ainsi que d'autres éléments indispensables à la vente de vêtements. La vendeuse informa Murphy qu'elle était propriétaire de l'endroit et qu'elle était seule à y travailler. Directement la jeune anglaise comprit qu'elle n'obtiendrait rien ici. Pendant que la femme lui racontait un peu l'historique de la friperie, Murphy regarda l'endroit. Etrangement, elle se sentait dans cette boutique comme chez elle. Se rendant compte de cette sensation, elle décida de tenter le tout pour le tout et raconta honnêtement à la propriétaire pourquoi elle avait besoin de ce travail et ce qui la motivait. Après une bonne dizaine de minutes de négociation, la vendeuse accepta de la prendre pour un petit essai quelques jours, avec une petite formation comprise pour que Murphy se familiarise au domaine de la vente d'occasion, qu'elle n'avait jamais fréquenté. Elle se sentit si soulagée et si reconnaissante qu'elle déclara à la propriétaire qu'elle allait acheter quelque chose pour fêter ça. Souriant, la propriétaire partit vers l'arrière-boutique. Murphy la regarda en soupirant silencieusement. Elle allait peut-être pouvoir souffler quelques temps. Elle se retourna vers les rayons construits à l'arrache. Tous les ceintres étaient différents. Les étiquettes d'une couleur distincte sur chaque vêtement. Tout était rangé au hasard. Vraiment, Murphy sentait qu'elle allait adorer cet endroit, et cette ambiance si détendue. Alors qu'elle se dirigeait lentement vers le fond de la boutique pour commencer à fouiller à la recherche d'une perle rare, la clochette de la porte d'entrée retentit. Elle n'était plus l'unique personne dans la friperie en plus de la propriétaire.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 381
▵ arrivé(e) le : 26/02/2017
▵ avatar : Adelaide Kane

MessageSujet: Re: non c'est pas moi j'ai un alibi j'étais au cinéma; november Sam 24 Juin - 1:50



❝Non c'est pas moi, j'ai un alibi j'étais au cinéma❞
November & Murphy
Une sortie entre amis rien de tel pour se détendre, non ? Mis à part « l’après sexe » et une séance de fumette aux yeux de November. Cette après-midi ne se passait pas réellement avec des amis, plutôt des personnes qui aimaient les mêmes choses mais qui ne s’appréciaient pas forcément pour autant. Se contentant de boire et de faire la fête ensemble. La Austen fut donc surprise de cette proposition et mit un certain temps avant d’accepter. Sortir en ville était toujours une bonne occasion pour se changer l’esprit et passer de bons moments. Alors la cavalière revêtit des habits légers après s’être soigneusement préparée avant de retrouver ses compagnons de fêtes. Ils étaient déjà de très bonne humeur, la moitié défoncée en réalité. La belle brune leva les yeux au ciel. Ce n’était pas ce qu’elle s’était imaginé comme sortie. En réalité ils voulaient surtout tous fumer et se défoncer en se baladant dans tout Wellington. November les suit, n’ayant rien à faire et se disant que ça pourrait miraculeusement devenir intéressant. Mais pourtant rien n’y fait, la Austen s’ennuie profondément. Les autres ont beau lui proposer un joint, une gorgée de leurs flasques, elle refuse systématiquement. Evidemment qu’elle adorait cela mais il y avait des limites à la connerie et la bande se foutait la honte toute seule dès le début d’après-midi. Mais encore une fois, la cavalière reste avec eux, espérant qu’ils leur arrivent un sale coup du destin et qu’elle puisse en rire et se moquer méchamment. Ils avaient l’habitude après tout. November était la pire garce qu’ils pouvaient connaître et pourtant ils la fréquentaient et l’appréciaient. Cette langue de vipère qui est arrogante et ne se gêne absolument pas à rabaisser les gens, les humilier et détruire l’opinion qu’ils avaient d’eux-mêmes. Ils l’appréciaient car elle savait se montrer insouciante, fêtarde, rieuse et agréable. Et cette November était celle qu’ils considéraient comme une bonne compagne de beuverie et de fête. Pas celle qui les toise de façon hautaine et traîne la patte derrière eux pour ne pas être associée à des cas sociaux.

La belle brune se sent imploser au bout de deux heures de balade. Tentée de les abandonner là, dans la rue pour qu’ils cessent de lui faire honte. November regarde les vitrines des boutiques, lorsque certaines la séduisait un de ses « amis » l’empêchait d’entrer dans le magasin concerné. La Austen allait craquer et les frapper, tous et leur cracher leur venin. Avant d’exploser définitivement et de se faire remarquer, November profita de leur inattention pour entrer dans une friperie et ainsi enfin les abandonner. Ils ne retournaient pas sur leurs pas, ne se doutant probablement pas encore qu’un des leurs les avait laissé tomber. La cavalière soupire et décide de découvrir cette petite boutique fort agréable. La Austen aimait ce genre d’endroits, elle s’y sentait bien, dans un autre univers. Il ne semblait y avoir aucun vendeur, sûrement dans l’arrière-boutique. November regardait les affiches sur la caisse et repéra déjà quelques concerts intéressants auxquels elle aimerait se rendre. S’enfonçant plus loin, la belle brune s’arrête en remarquant une silhouette familière et particulièrement plaisante. La Austen se rapproche et se poste à côté de cette jeune femme qu’elle a rencontré il y a peu. « Hey, toi. Murphy c’est ça ? Tu te souviens de moi ? » November lui lança un sourire entendu. Murphy ne pouvait que se rappeler de November. Pourquoi ? La cavalière est la première fille à avoir embrassé la châtaine. Elles s’étaient rencontrées en soirée par le biais de connaissance, avaient sympathisé. November était charmé par la personnalité et le faciès de Murphy et avait passé toute la soirée avec elle. Quand finalement, elles ont dû retourner chez elle retrouver la réalité, la Austen avait cédé à un léger désir et l’avait embrassé. Rien de bien significatif, Murphy lui plaisait, rien de plus. La belle brune savait très bien que sa compagne de fête d’un soir était hétérosexuelle mais pourquoi se priver ? Un baiser ne tue personne. « Tu trouves la perle rare ? Personnellement je suis à la recherche d’un décolleté…plongeant qui tu sais…veut tout dire. » Lui lançant un clin d’œil, November jouait clairement avec Murphy. Elle ne savait toujours pas comment la jeune femme avait pris leur baiser, n’ayant pas attendu d’avoir son avis mais maintenant la cavalière était bien curieuse de savoir comment Murphy prenait cela. Cette journée prenait une perspective bien plus intéressante soudainement.


©️ Pando


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 3145
▵ arrivé(e) le : 26/03/2017
▵ avatar : Emma Watson

MessageSujet: Re: non c'est pas moi j'ai un alibi j'étais au cinéma; november Jeu 13 Juil - 4:46



Murphy ne se retourna pas tout de suite en entendant la clochette de la friperie retentir derrière elle. Elle était bien trop occupée à tenter de différencier deux fringues, dont elle ne savait pas où elles devaient se porter. Elle se demandait si ce qu'elle tenait dans sa main étaient des jupes ou des tops tant cela était étriqué. Soudain, un mouvement près d'elle attira son attention. La brunette leva la tête et sourit naturellement à la fille qui était à côté d'elle, en train comme elle de farfouiller dans le rayon.
pas moi !
non c'est pas moi j'ai un alibi j'étais au cinéma. ✿ feat. november & murphy
Son regard croisa celui de l'autre fille, qui s'adressa alors à elle, agrémentant ses paroles de son propre prénom. Les yeux de Murphy se transformèrent en billes rondes devant une telle chose. Comment cette fille la connaissait-elle ? Elle réfléchis un quart de seconde quand la brune demanda si elle se souvenait d'elle. Ses yeux plantés dans les siens, elle se souvint. C'était elle, la fille de la soirée, il y avait peu de temps. Voyant le sourire de cette dernière, Murphy sentit ses joues se tinter de rose, et elle baissa son visage, faisant mine de sortir une fringue du rayon avant de la regarder avec grande attention. "Oui... November, il me semble." fit-elle le plus innocemment du monde. Elle s'était sentie tellement étrange après cette soirée qu'elle n'était même pas sûre d'avoir envie de revoir cette fille. C'était son premier baiser féminin, et Murphy avait dû s'avouer qu'elle avait... aimé ça. Elle qui était persuadée d'être hétérosexuelle à cent pour cent, attirée par les hommes uniquement, là voilà qui avait dû faire face à cette ambivalence. Comme si avoir le coeur encore douloureux ne suffisait pas... Murphy eut envie de s'en aller très loin, tout à coup. Elle n'avait aucune envie d'affronter cela pour le moment, sauf que ladite November s'adressa de nouveau à elle. Impossible de fuir... Elle soupira intérieurement en se rendant compte que November était en train de parler de fringues, et évalua la situation comme calme tant que la brune aux airs durs n'évoquait pas le baiser. Murphy lui adressa un sourire timide avant de lui répondre : "Oui, enfin non... je suis venue ici pour demander si du travail était disponible !". Tout en disant cela, elle montra d'un geste distrait l'entrée de la boutique où se trouvait le comptoir.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 381
▵ arrivé(e) le : 26/02/2017
▵ avatar : Adelaide Kane

MessageSujet: Re: non c'est pas moi j'ai un alibi j'étais au cinéma; november Ven 21 Juil - 16:30



❝Non c'est pas moi, j'ai un alibi j'étais au cinéma❞
November & Murphy
Murphy la reconnait, ce qui fait sourire November. Si elle se rappelait d’elle, elle se rappelait forcément de leur baiser. Cela devait être marquant pour la châtaine après tout. Son premier baiser avec une femme. La Austen était toujours fière d’être une première fois pour d’autres filles, elle adorait cela et s’en vantait souvent. La belle brune remarque rapidement que les joues de Murphy se teintent d’un léger rose. On ne pouvait plus douter une seule seconde, Murphy Cavendish se rappelait très bien de ce baiser échangé avec November. « Oui November. Ou Nov’, Novy c’est comme tu veux. Je ne savais pas que mon prénom pouvait faire rougir une belle femme. » Elle la draguait ? Complètement. Murphy était assez différente des autres filles que la Austen avait fréquentées, la cavalière lui trouvait un charme, la trouvait attirante. Et November devait bien se l’avouer que ça lui plairait bien si elle fréquentait la châtaine un peu plus. Être plus que de simples connaissances et même peut-être plus que de simples amies. L’embrasser était fort agréable et la belle brune ne dirait pas non pour recommencer.

Murphy semblait nerveuse aux côtés de November. D’ailleurs cela faisait sourire la cavalière, aimant provoquer ce genre de réactions. La Austen voulait provoquer l’attente en Murphy parce qu’elle allait finir par parler de ce baiser, elle en avait envie. Envie d’en discuter et peut-être de l’embrasser à nouveau. Juste pour voir ses rougeurs s’accentuer. Mais à la place, la cavalière mentionna plutôt les vêtements de la friperie, demandant à sa connaissance si elle avait trouvé son bonheur. A la place, November apprend que Murphy est allée demander du travail ici. C’est vrai que c’était un très bon environnement, apaisant, original. Cela devait être plaisant de travailler dans cette friperie même si la Austen n’irait jamais aller vérifier, aimant trop bosser au centre équestre et danser quelques soirs au Winchester’s Palace. « Et alors ça donne quoi ? Tu as été prise ? » La cavalière continue de fouiner, observant discrètement le corps de Murphy. « Comptoir toujours vide…la propriétaire devrait vite revenir, on ne sait jamais ce qui peut arriver durant son absence… » Le sourire malicieux de November traduit très bien ce à quoi elle pense. Elle croise le regard de la châtaine et lui offre un clin d’œil amusé. Continuant de fouiner parmi les fringue, elle en ressort pour une petite robe sympathique, plus adaptée à la taille de Murphy. « Tu devrais l’essayer, cette robe mettrait tes formes en valeur. Pour en avoir eu un aperçu lorsqu’on dansait la dernière fois, ça vaut le coup. » November trouve elle-même une tenue qui pourrait lui convenir parfaitement, lui donnant un tout nouveau style loufoque mais ça pourrait divinement sublimer ses courbes. La Austen regarde autour d’elle, elle entend du bruit dans l’arrière-boutique mais la propriétaire semble réellement occupée. Si elle gérait cette friperie seule, cela pouvait se comprendre. November sait ce que c’est, sa mère ayant été vendeuse puis maintenant pâtissière. La belle brune profita de cette absence pour se rapprocher doucement de Murphy toujours avec son petit sourire et ses yeux légèrement vagabondes. « Tu veux passer la première à la cabine ? Ça ne me dérange pas qu’on y aille ensemble. » November savait que Murphy allait probablement refuser mais elle aimait jouer avec elle. La cavalière voyait bien que sa connaissance était nerveuse, gênée par sa présence et elle en jouait. Ce baiser était-il si perturbant ? Murphy l’avait-elle donc aimé ? La Austen n’allait pas se priver pour le lui demander durant leurs essayages.


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 3145
▵ arrivé(e) le : 26/03/2017
▵ avatar : Emma Watson

MessageSujet: Re: non c'est pas moi j'ai un alibi j'étais au cinéma; november Sam 29 Juil - 14:16



Murphy avait apparemment un visage bien trop expressif pour cacher la moindre chose qu'elle pouvait ressentir. Et là, November n'avait pas loupé une miette du rose qui était monté aux joues de la jeune geek en quête d'un vêtement à acheter sur son futur lieu de travail, malgré le fait qu'elle avait innocemment baissé la tête. Elle ne sut que répondre à la pique de November et se contenta de sourire, faisant mine de n'avoir retenu que le compliment qu'elle venait de lui faire. Fort heureusement, la jeune femme
pas moi !
non c'est pas moi j'ai un alibi j'étais au cinéma. ✿ feat. november & murphy
rebondit immédiatement sur la réponse de Murphy quant à sa présence dans la boutique, en lui demandant si elle avait été prise ou non. "On peut dire ça comme ça, elle m'a dit qu'elle me prenait volontiers pour un essai, même si techniquement elle n'a besoin d'aucune aide..." fit Murphy en baissant la tête en direction du présentoir à la hauteur de son bassin, quittant le regard de November. Sauf que cette dernière ne lâcha pas le morceau avec elle et lui envoya une nouvelle pique à laquelle Murphy ouvrit grand les yeux, même si ceux-ci étaient tournés en direction du sol. November avait l'air vraiment déterminée à mettre Murphy mal à l'aise, la jeune femme n'en avait plus aucun doute ! Elle leva la tête en direction de son acolyte et lui fit un léger sourire, feignant d'ignorer le clin d'oeil qu'elle reçut en retour. Elle se sentait tellement intimidée qu'elle ne savait plus quoi dire, aussi elle tourna de nouveau son visage en direction du présentoir, duquel elle sortit l'un des cintres. November finit par de nouveau attirer son attention en lui lançant qu'elle devrait essayer la robe qu'elle venait de sortir. Intriguée, Murph' leva ses yeux et mira le bout de tissu avant d'acquiescer, faisant tout pour ne pas rougir. "Pourquoi pas..." répondit-elle en s'en saisissant, évitant soigneusement le moindre contact avec la main de November. Pensant qu'elle était sortie d'affaire et qu'elle allait pouvoir aller s'isoler dans l'une des cabines d'essayage pour souffler un peu, Murphy fit mine de s'éloigner mais November la suivit instantanément, lui demandant si elle voulait passer en premier dans la cabine ou si elle préférait qu'elles y aillent ensemble. Murph détourna son regard d'elle et secoua la tête, lui disant : "Tu peux y aller en première, si tu veux...". Elle fit quelques pas en direction du fond de la boutique où se trouvait l'espace essayage et se rendit compte qu'il n'y avait qu'une seule cabine, avec un rideau en patchwork. L'autre cabine à côté de celle-ci contenait une masse informe de cartons et cintres mélangés.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: non c'est pas moi j'ai un alibi j'étais au cinéma; november

Revenir en haut Aller en bas

non c'est pas moi j'ai un alibi j'étais au cinéma; november

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always love ::  :: te aro. :: the daughter of the lunar cat.-