AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 The best way to predict the futur is to create it {Nolan ♥︎}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MEILLEUR MEMBRE + du mois de juillet.
avatar
MEILLEUR MEMBRE + du mois de juillet.

en savoir plus sur moi
∞ posts : 987
∞ arrivé(e) le : 12/01/2017
∞ avatar : Jana Kramer

MessageSujet: The best way to predict the futur is to create it {Nolan ♥︎} Dim 2 Avr - 20:19


The best way to predict the futur is to create it[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Nolan & Jude Ce matin-là, Jude était arrivée plus tôt qu’à l’ordinaire à son travail. Son assistante n’était d’ailleurs pas encore arrivée et techniquement, elle-même ne commençait pas avant neuf heure. Si la jeune femme avait l’habitude de faire des heures supplémentaires, elle arrivait rarement plus tôt au bureau. Mais cette fois-là, pour une raison qu’elle ignorait totalement, il devait être comme sept heures et demi lorsqu’elle avait passé le portique d’entrée du grand bâtiment où son père avait créé son empire. Tirée sur quatre épingles comme à peu près tous les jours de boulot, Jude avait pris les messages à son attention à l’accueil, puis préférant prendre les escaliers, s’était rendue à l’étage de son service. La jeune Nightshade était la première et, passant de pièce en pièce, prit soin d’allumer toutes les lampes. Ne buvant pas de café, elle se chargea de faire passer le café pour ses employés et puis s’enferma dans son bureau où une pile de dossiers l’attendait déjà. C’était la raison pour laquelle aujourd’hui elle était là deux heures avant ses employés : personne pour la déranger, pas de coup de file, de quoi restée concentrée à cent pour cent sur son travail. Dans un premier temps, elle tria ses mails, les dispatchant dans différents services avec une note de la suite à prendre concernant le contenu de ces mails. Enfin, lorsqu’elle se plongea dans ses dossiers, elle fut au top de sa concentration. Chacun de ses clients méritait le maximum de son attention et pour cause, elle fit attention aux moindres détails, tentant de les utiliser comme une force pour améliorer le confort et la communication de l’entreprise cliente.

Lorsque son père entra dans son bureau, il sembla étonné d’y voir sa fille déjà au travail. Il lui rappela la réunion de dix heures, juste le temps pour Jude de mettre les employés de son service au travail et d’organiser sa journée avec son assistante. Jude se plongea à nouveau dans son travail jusqu’à l’arrivée de Pénélope qui s’empressa de lui donner une montagne de travail. Celle-ci lui rappela son rendez-vous de cette après-midi que Jude n’avait pas oublié. Dans son bureau, la jolie brune se sentait comme un poisson dans l’eau. Elle aimait sa place, son travail et son statut. Elle était à la tête d’un service qui la passionnait, avec des gens aussi passionnés qu’elle. Elle n’était pas ce genre de supérieure à crier au moindre problème, à la moindre erreur. Elle savait les gratifier lorsqu’ils faisaient des étincelles et les encourageait quand ils en avaient besoin. Jude avait appris qu’en chouchoutant ses collaborateurs, en leur offrant un cadre de travail détendu et sans pression, ils donnaient le meilleur d’eux-mêmes. Là était la politique qu’elle voulait intégrer à cette entreprise. Son père était déjà un peu comme ça, même si pour certains il semblait inaccessible. Prête à rejoindre le bureau de Monsieur Nightshade, Jude se rendit dans le bureau de son assistante « Pénélope, tu peux essayer de me trouver le plus d’informations sur mon rendez-vous de cet après-midi s’il te plait ? J’avais déjà commencé, si tu regardes sur le serveur j’ai créé un dossier. Mais c’est light je crois. Si tu ne trouves rien, ne perds pas un temps fou avec ça c’est pas très grave » Jude eut à peine terminé sa phrase qu’elle se trouvait déjà dans le bureau de son père et ferma la porte derrière elle.

La réunion terminée, Jude passa un coup aux toilettes pour s’assurer d’être présentable et une touche de mascara plus tard, prit ses clés, son sac et ses dossiers, abandonnant les locaux de son lieu de travail. Cette après-midi, elle avait donné rendez-vous dans un espèce de tea room bien sympa et calme. Lors d’un premier rendez-vous d’affaire, la jeune femme aimait autant casser les barrières directement en proposant un endroit moins officiel qu’un lieu de travail. La prochaine fois qu’ils se verraient, sans doute qu’ils devraient se rendre à la maison d’édition à proprement dit histoire de se mettre au travail. Arrivée à l’endroit de rendez-vous, Jude jeta un œil à sa montre. Elle avait quelques minutes de retard. Sûre d’elle, elle s’approcha de cet homme qu’elle avait déjà croisé lors d’un évènement qu’elle avait elle-même organisé pour un médecin réputé de Nouvelle-Zélande. Sans avoir pris le temps d’en savoir plus sur chaque invité, elle avait néanmoins pris le temps d’échanger deux ou trois mots avec chacun d’eux, ne serait-ce pour se présenter elle-même « Bonjour, je suis Jude Nightshade et je suis en retard. Vraiment désolée. Ca fait longtemps que vous attendez ?» La jeune femme s’installa en face de son interlocuteur après lui avoir tendu la main de sorte à ce qu’il la saisisse. Lorsque la serveuse passa par-là, Jude l’interpela pour lui commander un verre de grenadine à l’eau et puis se concentra sur le jeune anglais « Alors, l’édition ça représente quoi pour vous ?» Elle-même se rendait souvent en Amérique justement pour trouver des partenaires. La Nouvelle-Zélande à ses ressources, mais pas autant que l’Europe ou l’Amérique « C’est osé de quitter l’Angleterre pour venir travailler en Nouvelle-Zélande. Vous êtes audacieux monsieur Clark » lui lança-t-elle avec un regard intéressé. En effet, il fallait oser, ça montrait le courage du personnage, ou la motivation de recommencer une nouvelle vie, peut-être.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: The best way to predict the futur is to create it {Nolan ♥︎} Mar 4 Avr - 23:13


the best way to predict the futur is to create it
Jaelan


Nouvelle vie. Je ne dis pas ça histoire de parler, non là pour le coup tout est neuf. Les paysages : Wellington et Londres sont loin d’être comparables l’une à l’autre, rien que par le climat déjà. Ca me paraît dingue de pouvoir aller à la plage en cette saison et de ne pas être en vacances pour autant. Ensuite pour la mentalité des gens, ici on est sur un île aussi, mais rien à voir. Je ne dis pas que je préfère l’une ou l’autre, c’est différent. L’une est une terre d’accueil l’autre une terre natale. Je doute arriver à changer le fait que je sois anglais, ou même que j’ai un accent à couper au couteau pour les gens d’ici, mais au final ça ne change pas ce que je suis venu faire ici.
Enfin qui dit nouvelle vie, dit aussi nouveau job. Ce qu’il y a de nouveau c’est surtout le lieu en fait, et l’état dans lequel se trouve la maison d’édition. Je pense que c’est autant un pari, qu’un défi à la lune que j’ai entrepri là. Il faut dire que je ne me rendais pas compte de l’étendu des dégâts avant de les constater par moi même en mettant réellement le nez dans les problèmes. En fait sur le papier les choses étaient beaucoup moins embourbées, et j’avoue que c’est de ma faute de ne pas avoir chercher plus loin que cette opportunité. Le fait est que j’ai tout sauf le temps de m’ennuyer depuis que je suis arrivé.

En fait je ne pensais pas voir autant de monde aussi rapidement, mais comme il a fallu que je bouscule tout ça, j’ai décidé de renflouer un peu les rangs en rajoutant des postes qui jusqu’ici n'existaient pas et surtout réorganiser le tout. C’est souvent le manque d’organisation, et de clarté dans qui fait quoi qui ruine le travail de tout un groupe. Cependant il était clair que l’équipe déjà présente ne serait jamais capable de répondre à mes demandes. Du coup j’ai du faire appel à des gens de l’extérieur, notamment dans tout ce qui s’agit de marketing. Nous n’avions personne de qualifié pour ce job. Les gens dans cette entreprise sont très compétents quand il s’agit de lire des livres, mais le vendre ? N’était pas non plus un expert dans la matière, et surtout n’ayant pas le temps de me dédier spécifiquement à cette tâche il m’a fallu trouver quelqu’un. C’est là que j’ai commencé à faire mes recherches pour quelqu’un pour ce poste. Les entrevues ont été nombreuses jusqu’ici mais je n’ai trouvé personne qui corresponde. Jusqu’au moment où je suis retombé sur un carte de visite en rangeant des papiers relatifs à mes affaires à Londres. J’ai en fait trouvé le numéro d’une fille avec qui j’avais discuté pour le lancement d’un livre écrit par un médecin de renommée. C’était à Londres et j’avais complètement oublié qu’elle m’avait dit travailler en Nouvelle Zélande, toujours est il que je me souvenais du reste de la conversation, et j’ai décidé de la contacter voir si il était possible de se voir pour collaborer. La contacter n’a pas été trop compliqué, et par chance j’ai réussi à avoir rapidement un entretiens avec elle.

C’est quelques minutes en avance que j’arrive sur les lieux de rendez vous. J’ai été soulagé quand elle a d’elle même proposé de se voir en dehors de nos lieux de travail respectifs. Je trouve que la maison est encore trop en phase “brouillon” pour recevoir quelqu’un décemment là bas, surtout quelqu’un qui travaille directement dans le milieu. C’est clairement le chantier puisque j’ai même entrepris de faire des travaux pour donner meilleur mine à l’endroit vieillissant. De plus ce n’est pas vraiment comme si je connaissais des endroits à Wellington. Je suis un peu sorti avec Jaelyn quand je suis arrivé mais pas dans des lieux où on pourrait avoir un rendez vous professionnel, et si ça avait le cas je ne m’en souvenais pas non plus. Si je m’étais rendu compte de l’état du problème je ne me serais pas octroyer une semaine de vacances et j’aurais commencé plus vite.

Je ne suis pas un bourreau de travail loin de là, d’ailleurs si vous voulez tout savoir je m’étonne de moi même et de ma détermination à faire ça bien. Je n’ai jamais fait parti de boite entrain de couler, au contraire, jusque là je me suis toujours atteler à des affaires bien huilées, ou les chemins sont déjà tracé et où il faut simplement s’assurer de la croissance. Franchement ce n’est pas quelque chose de très plaisant car on a rapidement la pression de devoir faire mieux qu’avant. Là je sais que je ne pourrais pas faire pire c’est impossible. A moins de couler le truc bien entendu.
En attendant la jeune femme je relis rapidement certaines notes, et consulte mon agenda, pour essayer de retenir dans l’ordre dans lequel je dois faire les choses. Finalement entre dans le salon une jeune femme brune, que je reconnais bien comme étant celle que j’avais aperçu à cette soirée de lancement. Je l’accueille avec un sourire, en me levant et prends sa main quand elle la tend.
“-Nolan Clark.”
Je me rassois et fais un geste de la main pour ne pas qu’elle s’inquiète.
“-Ne vous en faites pas, j’ai pu prendre une pause comme ça.”
En ce moment je ne dis pas non à ces moments de creux qui dure en général quelques minutes pour pouvoir souffler. La serveuse vient presque automatiquement prendre la commande de Jude, donc puisqu’elle s’appelle comme ça, et par la même occasion je lui demande de me remettre un café, puisque le premier est fini.

“-Toute ma vie je suppose, j’ai grandi dans les couloirs du Times, je pouvais difficilement faire autre chose qu’un métier lié à l’écriture, ou à la publication.”
Loin de moi l’idée de dire ce genre de chose pour me vanter, c’est juste la stricte vérité, mon père est journaliste de renom, retiré du devant de la scène et maintenant lui aussi dans l’édition. En sortant de l’école j’allais souvent directement là bas pour regarder les tirages, ou même juste m’asseoir et tenter d’écrire quelque chose de l’autre côté du bureau de mon père.
On peut dire en tout cas qu’elle rentre rapidement dans le vif du sujet. Cette pensée me fait sourire, j’aime les gens qui ne s’embête pas de fioriture, ça me correspond plus que de devoir faire des pieds et des mains pour communiquer.
J’aurais aimé lui poser une question en retour, mais je n’ai pas vraiment le temps car elle même enchaîne sur une autre. A nouveau j’atteste qu’elle n’y va pas par quatre chemins.
“-Monsieur Clark c’est mon père. Vous pouvez m’appelez Nolan.”
Définitivement j’ai du mal à me faire à l’idée qu’on puisse vouloir m’appeler comme ça. Monsieur Clark, ça me donne l’impression d’être un usurpateur.
“-J’avais besoin de changer d’air, de faire quelque chose de nouveau… Sauf que j’ai peut être mis la barre haute en choisissant ça !”
Pourquoi devrait elle être la seule à aller droit au but ?
“-Autant le dire tout de suite si vous êtes intéressée par le poste ça sera loin d’être… Facile.”
J’ai clairement du penser le mot pour trouver le bon qui résume la situation actuelle des choses. Peut être que je devrais y aller plus en douceur histoire de ne pas décourager une candidate qui me plait d’avance, et pas que physiquement. Enfin pour amortir un peu les choses j’accompagne le tout d’un sourire. Oui, je ne vous avais pas dit que j’étais une personne très souriante. Ca c’est pour le début histoire de mettre en confiance, après je mords. Non c’est une blague.
“-Ca fait longtemps que vous faites de la com ?”
Cette question s’inscrit directement dans la lignée de celles qu’elle a put me poser jusqu’ici. J’ai besoin moi aussi d’en savoir plus. Bien sûr pour l’instant nous sommes plus dans une approche que dans un réel entretiens, mais la différence entre Mlle Nightshade et les autres candidats que j’ai pu avoir jusqu’ici c’est que justement elle n’est pas candidate. C’est moi qui suis allé la chercher.
Les boissons finissent par revenir, et je prends directement mon café que je commence à boire, je ne sais pas combien de litre j’arrive à boire par jour, ça ne doit pas aider à contrer les insomnies.

Made by Neon Demon

Revenir en haut Aller en bas
MEILLEUR MEMBRE + du mois de juillet.
avatar
MEILLEUR MEMBRE + du mois de juillet.

en savoir plus sur moi
∞ posts : 987
∞ arrivé(e) le : 12/01/2017
∞ avatar : Jana Kramer

MessageSujet: Re: The best way to predict the futur is to create it {Nolan ♥︎} Jeu 6 Avr - 18:12


The best way to predict the futur is to create it[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Nolan & Jude Jude ne savait pas trop pourquoi elle lui avait donné rendez-vous dans un salon de thé. Peut-être justement parce qu’il était anglais. La concernant, elle n’aimait ni le thé, ni le café. Et visiblement l’homme qu’elle rencontra n’était pas un véritable anglais fan de thé. Peut-être donc qu’il n’allait pas lui reprocher son retard. C’était une règle d’or en Angleterre, du moins pour les entreprises. Rares étaient les businessmen et autres qui ne mettaient pas un point d’honneur sur la ponctualité. La concernant elle s’en fichait pas mal à vrai dire, tant qu’on ne la faisait pas patienter pendant une heure. Ici, elle n’avait pas non plus un quart d’heure de retard, juste cinq minutes, peut-être moins. Elle lui rendit son sourire lorsqu’il lui serra la main qu’elle lui avait tendue comme premier contact. Nolan Clark, très bien elle retiendrait. Elle espérait qu’il ne lui ressortirait pas la feinte sur les Beatles. Ni même se mettre à chanter Hey Jude. Elle avait déjà eu le cas, et elle devait maintenant connaitre la signification de cette chanson par cœur à force qu’on lui ait répété. Jude n’aimait pas son prénom, mais s’y était habituée. Par contre, elle aimait autant qu’on greffe son prénom à son visage lorsqu’on lui adressait la parole et non pas à ce groupe anglais qu’elle n’aimait d’ailleurs pas. Ils avaient de jolies musiques, mais c’était pas sa tasse de thé pour autant. Nolan ne semblait pas partir sur cette voie et c’était un point pour lui. Un bon point, vraiment « Comment allez-vous faire pour visiter l’endroit où vous allez vivre si vous êtes si demandé ? » En effet, il avait la chance d’être en Nouvelle-Zélande. Il y avait des lieux à couper le souffle ici. Jude ne les connaissait pas tous, elle n’était pas très nature, mais plus jeune on l’avait déjà entrainée dans divers endroits. Rien qu’avec sa cousine qui était beaucoup plus casse coup qu’elle, Jude se rappelait avoir été entrainée dans une jolie grotte alors que sur le chemin, elle ne cessait de pester contre le fait de se faire piquer ou griffer par des branchages pendant que Loélia filait à vive allure, pressée de montrer sa nouvelle découverte. Et les araignées, on en parle ? Cependant, Jude adorait rejoindre la maison de vacances perdues dans les campagnes Néo-zélandaise. C’était calme et la vue était sublime. C’était reposant et encore aujourd’hui, elle aimait y rejoindre ses parents le temps d’un weekend. Et puis pour le coup, Jude pouvait bien parler, elle passait sa vie le nez dans son travail pour en oublier sa vie privée si médiocre.

« Vous écrivez aussi ? Est-ce une qualité à avoir pour un éditeur ? » Sa question était sincère et sérieuse. Il pouvait très bien être éditeur sans forcément avoir la faculté d’écrire des histoires. Après tout ce n’était pas tout de savoir aligner des phrases. Il fallait aussi avoir la créativité. Peut-être en avait-il. Ca devait être la différence entre un journaliste et un écrivain. Sa créativité à elle, elle la mettait dans la danse principalement, même si son travail lui en demandait parfois. Jude était d’ailleurs en train de travailler la promotion d’un évènement via une chasse au trésor virtuelle. Elle avait en tête de faire chercher les invités à l’aide d’indice, mais aussi à l’aide de Google street view le lieu de cet évènement. C’était un moyen comme un autre de faire participer son public. Jude écoutait son interlocuteur lui parler de son projet, qui effectivement n’était pas simple. Comme toute entreprise à mettre en place ou à relancer. Ici, il fallait en plus revoir d’autres fournisseurs, d’autres clients et essayer d’avoir leur confiance. Oui, comme il le disait c’était un vrai Challenge. Jude lui adressa un sourire, bien qu’il venait clairement de la piquer au vif « J’ai pas pour habitude de choisir la facilité, ça tombe bien. Et puis, j’ai rien demandé. Mais puisque vous avez l’air d’en douter, je me donne toujours à 200 % dans mon travail, à vous de voir si vous voulez prendre le risque ou pas. Mais j’ai bien plus de tours dans mon sac que vous ne pouvez l’imaginer » En effet, Jude avait la chance de ne pas faire partie d’une entreprise débutante. Avant elle, son père avait déjà sa réputation et aujourd’hui encore, ils entretenaient d’excellents rapports avec leurs partenaires, collaborateurs et clients. Elle travaillait avec des gens passionnés, et son père faisait toujours en sorte que ses employés travaillent dans d’excellentes conditions. Quant à Jude, elle pouvait être une femme souriante, marrante et fêtarde dans sa vie privée, mais quand il s’agissait de son travail, elle n’avait pas peur de faire des heures supplémentaires, d’être exigeante ou simplement d’essayer de vendre des flammes à Lucifer « Je ne suis pas imbue de moi-même, loin de là. Mais dans mon travail je sais ce que je vaux et je sais où je vais, comment j’y vais et avec qui j’y vais. » Heureusement, elle avait le caractère et les épaules pour arriver à gérer ses relations et en tant que femme, c’était un grand plus. Tout le monde savait que dans le business, une femme qui manque cruellement de poigne se faisait littéralement dévorée par ce trop-plein de testostérones. Jude n’aimait pas trop avoir cette image de femme sure d’elle, mais elle avait fait l’expérience et l’assurance était bien souvent la meilleure des armes dans les affaires. Jude lui adressa à nouveau un sourire en réponse à la sienne, ne cherchant pas à se faire passer pour la fille désagréable et imbue d’elle-même.

Jude fit mine de réfléchir à la question. Elle avait l’impression que la communication avait toujours fait partie de sa vie. C’était une passion bien plus qu’un travail et c’était sans doute la raison pour laquelle elle ne comptait même pas les heures à passer dessus « Mon père était déjà là-dedans, je crois que c’est lui qui m’a donné envie. J’étais totalement fan de son travail, de comment il en parlait. Puis en grandissant je m’y suis intéressée et j’ai décidé de faire mes études là-dedans. Vers 23 ans j’ai terminé mon master, j’ai participé à des congrès, des salons en Amérique, en Europe. Et j’ai commencé comme assistante de communication dans l’entreprise de mon père, après un an j’ai été Chargée en relations publiques. Pendant deux ans j’ai été Chargée de communication interne et depuis six mois j’ai pris la tête de mon service en tant que Directrice de communication. Donc si on ne compte pas mes études, ça fait cinq ans que je nage là-dedans. » Sans doute que si Jude n’était pas la fille du PDG de l’entreprise, qu’elle n’aurait pas atteint le top du service aussi rapidement. Mais la confiance envers sa fille, il l’avait déjà. Et Jude s’était donnée corps et âme pour cette entreprise, pour ce service et si certains Cadres avaient la belle vie grâce à leur statut, la demoiselle ne cherchait même pas les vacances. Elle était plutôt du genre à enchainer les heures sup’. En voyant la serveuse apporter les boissons, Jude lui adressa un sourire pour la remercier de son service. Elle prit ensuite son verre et porta la paille à ses lèvres. Lui, il avait pris du café « Englishman et vous ne buvez même pas de thé ? Quel énergumène êtes-vous ? » Lui demanda-t-elle avec un soupçon de malice dans la voix. « Vous connaissez des gens ici ? Ou vous vous retrouvez seul au monde ici avec l’espoir que je sois votre seule et future amie ? » Un autre sourire, néanmoins la réponse l’intéressait.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: The best way to predict the futur is to create it {Nolan ♥︎} Sam 8 Avr - 1:19

the best way to predict the futur is to create it
Jaelan


La question de Jude est pertinente. Depuis que j’ai recommencé à travailler je n’ai pas le temps c’est vrai. Du moins pas pour le moment. Tout comme je n’ai pas encore pris le temps de m’installer chez moi, je ne sais pas comment je vais m’organiser là dessus d’ailleurs. Peut être que je poserais un jour, ou alors j’éteindrai mon portable un dimanche. Ca pourrait être une solution. Je sais qu’à un moment les choses rentreraient dans un ordre, et à ce moment là j’aurais plus de temps pour faire autre chose que travailler. J’ai le temps pas vrai ? Je ne compte pas repartir demain, donc le temps de visiter je le trouverai, peut être pas seul pour autant. Parce que je suis quelqu’un qui aime faire les choses de façon efficace, je pense que pour visiter il n’y a pas mieux que de le faire avec quelqu’un au courant des choses à voir et à faire. Au moins au début, après on a tout le temps de trouver les endroits que l’on aime vraiment par soi même.
“-Je n’ai pas encore trouvé la réponse à cette question. Peut être que je demanderais à ma secrétaire de faire une visite organisée de la Nouvelle Zélande. Et de mon appartement aussi, ça fait une semaine que je vis à l’hôtel je n’ai pas encore eut le temps d’installer les meubles chez moi.”
Peut être que pour ça je pourrais trouver quelqu’un pour le faire à ma place, au moins monter les meubles et une femme de ménage pour tout ranger ? Mais je ne prends pas le temps de le faire. Quelque part c’est par culpabilité aussi, je suis venue à Wellington pour mener une vie différente de celle que j’avais à Londres, et finalement si je retombe dans les mêmes travers ça n’a pas d’intérêt. C’est vrai que l’excuse est bonne, avant j’étais moins occupé que je le suis actuellement, du moins si je l’étais ce n’était pas que par ma vie professionnelle. Ici je ne connais pas assez de monde pour être occupé tout le temps où je ne travaille pas.

“-Non je ne pense pas. Mais disons que ça aide sans doute. L’éditeur doit être avant tout un bon lecteur, et un critique en fait. Il faut être capable de critiquer de façon utile et pas simplement dire je n’aime pas. Il faut arriver à guider l’écrivain pour qu’il donne le meilleur de lui même. Forcément quand on écrit soi même c’est plus simple de trouver les mots, et puis les gens ont davantage confiance car ils pensent que nos propres conseils marchent.”
C’est rare qu’on me pose ce genre de question, du fait je réponds de façon sincère. Un écrivain est un artiste, et il est de notoriété publique qu’il faut savoir appréhender ces gens là pour ne pas froisser leur génie. Souvent les artistes marchent au compliment d’ailleurs, c’est ce qui les motive et c’est sans doute normal puisqu’ils n’écrivent que pour plaire aux lecteurs non ? Certains diront que c’est avant tout pour se satisfaire soi même, moi je suis plus réaliste et je vais dire qu’on ne peut pas se payer soi même pour ce genre de travail, alors si on veut avoir de quoi manger il faut que ça se vende, et voilà à quoi je sers.
Je me rends compte que je vais peut être loin dans mes explications, j’aime mon métier, c’est facile d’en parler en conséquence.
Cependant mon projet avec cette maison d’édition c’est un peu plus que donner de quoi acheter son pain aux écrivains ou dessinateurs. C’est plutôt de les accompagner, et de partager avec eux ce qu’ils font. Pour moi il faut qu’ils puissent donner le meilleur d’eux même, et ça je peux le faire parce que j’en ai les moyens. C’est peut être aussi pour ça que je suis là, je sais que le travail que j’ai à fournir est énorme, mais je sais aussi que j’ai les moyens de réaliser ce que je veux faire.Cependant pour pouvoir y parvenir il me faut des gens qualifiés autour de moi, des gens qui n’ont pas peur d’avoir du travail par dessus la tête, et ne plus savoir par où commencer. D’ailleurs je ne prends pas de raccourci pour faire part de cette idée à la jeune femme. Sa réponse fuse d’ailleurs juste après la mienne. En un sens je pourrais facilement douter de ce qu’elle me dit. C’est facile de se vendre, surtout pour quelqu’un qui travaille dans la communication, cependant là elle se vend alors que c’est moi qui lui demande un service à la base. C’est intéressant, mais je me dis que ça veut dire qu’elle est réellement motivée. Je pense que c’est le genre de personne qui fait clairement savoir son opinion même si elle est négative. En un sens pendant quelques secondes je suis rassuré je me dis que tout n’est pas perdu, et que peut être qu’elle sera la solution à mon problème. Mais ne vendons pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué.
Avant que j’ai le temps de rajouter quelque chose elle continue, m’affirmant que loin d’être imbue d’elle même, elle est simplement sûre de ce qu’elle sait faire. Je souris amusé, mais sans me moquer d’elle. J’aime les gens qui sont capables d’être sûr d’eux et d’assumer de l’être. C’est plus simple de faire confiance à ce genre de personne, et en général ça marche plutôt bien. De plus ça se voit rapidement au travail derrière, les gens qui ne peuvent pas se permettre de suivre ne tiennent pas longtemps assurance ou pas.
“-C’est ce que je cherche. Jusque là je n’ai eu affaire à personne qui savait de quoi il parlait. J’ai besoin de quelqu’un qui ne soit pas un débutant, je sais c’est moche parce qu’il faut donner sa chance au débutant, mais c’est dangereux pour moi de faire des erreurs quand l’entreprise est déjà sur le fil.”
Pourquoi c’est moche ? Car moi aussi j’ai débuté et j’étais bien content que quelqu’un me donne ma chance, cependant c’est plus simple dans une grande entreprise où quelqu’un passe forcément derrière, mais pas dans une entreprise qui doit remonter la pente, et la remontée depuis le fond du trou.

Puisqu’elle m’a posé la question rapport à ma vie privée, ou du moins ce qui m’a mené jusqu’ici je ne peux m’empêcher de lui retourner la question, cependant sur un aspect moins personnel. Je suis franc, mais je sais aussi qu’il y a des limites à la franchise que l’on peut avoir envers une femme, croyez moi j’en ai déjà fait les frais, parfois il faut pousser la chose au point de réfléchir un peu et on s’en sort mieux.
J’écoute donc la réponse attentivement. Elle a gravi rapidement les échelons, un peu comme moi d’ailleurs, l’avantage d’avoir un nom sans doute. Cependant dans son cas c’était encore différent car elle travaille directement pour son père, c’est loin d’être mon cas. D’ailleurs je ne pourrais pas travailler pour lui, ça serait trop… Compliqué. Je crois que c’est le mot, après tout je ne suis pas parti pour rien. A 30 ans je n’ai pas besoin qu’on dirige ma vie.
“-Je ne suis pas le seul à ne pas avoir le temps à ce que je comprends.”
Je lui souris gentiment, c’est le problème des gens qui se donnent les moyens de réussir il y a toujours un aspect de la vie qui empathie. A moins que quelqu’un ait trouvé le compromis parfait ? Je ne paierais pas pour la recette parfaite, parce qu’il faudrait encore qu’elle s’adapte à ce que je veux, et même qu’elle devine ce que je veux parce que je ne sais pas. Une des raisons pour lesquelles je suis ici c’est de trouver un sens à la vie. Très philo tout ça.

La serveuse revient finalement. Automatiquement je saisis la tasse, et commence à la boire bien que le café soit brûlant. Sans sucre bien entendu.
“-Un énergumène qui dors 4h par nuit.”
Je réponds du tac au tac et puis je rajoute.
“-Il y a des activités qui ne nécessitent pas de prendre de café le matin mais pas le travail…”
Je m’arrête dans ma phrase, quand j’analyse réellement ce que je viens de dire. Ca pourrait être très mal interprété tout ça, mais c’est trop tard pour le retirer. Voilà de quoi je parlais tout à l’heure. Ainsi pendant quelques instants confus, je détourne mes yeux de Jude pour les poser sur ma main qui tient la tasse, puis on enchaîne sur autre chose pour mon plus grand soulagement. Franc mais anglais rappelons le. Mon soulagement est pourtant de courte durée. J’ose donc relever les yeux vers la jeune femme, et puis après l’avoir regardé quelques secondes interloqué je me mets à rire. Décidément cette fille ne manque pas de répartie bien que je n’ai rien fait pour la mériter. Ca me va aussi.
“-Mon entourage à Wellington se résume à quelques personnes que je connais depuis longtemps, mais sinon que des collègues de travail. Justement je cherchais quelqu’un d’ici pour me montrer la région. Peut être que je pourrais même faire passer ça pour un rendez vous de travail, et j’arriverai à prendre une après midi sans être dérangé !”
Je sais que c’est impossible, et puis j’ai le temps. Je me plains mais la situation pourrait être pire, il faut juste que j’accepte que ça n’est pas en une semaine que j’arriverais à me mettre dans le bain.
“-Vous devez bien connaître le coin non ? Vous avez toujours vécu ici ?”
Je ne suis pas entrain de lui proposer de me faire visiter la Nouvelle Zélande mais puisque le sujet est sur la table autant poser la question. Je dois avouer que je fais preuve de beaucoup de curiosité, mais il faut dire que cette fille met à l’aise, et vu qu’elle ne se gêne elle même pas, je ne vois pas pourquoi je le ferais.

Je finis mon café rapidement, il n’y en a jamais assez dans ces tasses. En un sens je suis soulagé d’avoir droit à un aparté avec quelqu’un pour discuter un peu. Je n’ai pas encore eut le droit à ça depuis que je suis arrivé, même avec une semaine de vacances tout s’est enchaîné très vite et jusque là je n’ai pas encore vraiment pris de recul vis à vis de tout ça. Je n’ai même pas parlé encore à quelqu’un de l’extérieur. Etant nouveau et connaissant relativement très peu de monde je pensais peut être trouver une quelconque activité pour rencontrer des gens de l’extérieur. Ce n’est pas que je n’ai pas envie de me lier avec des gens qui sont tous les jours sur mon lieu de travail, c’est que j’ai l’impression que je leur fais peur. Est ce que je suis stricte ? Non. C’est juste que je suis jeune, que j’ai de l’énergie (merci le café) et des idées à revendre, et que oui, j’ai envie que les gens fassent correctement leur travail bizarrement.
“-A part le travail vous avez d’autres passions mademoiselle Nightshade?”
Clairement je pense qu’on peut dire que son travail est une passion, du moins c’est comme ça qu’elle m’a vendu la chose, j’espère ne pas m’avancer de trop mais j’en doute.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
MEILLEUR MEMBRE + du mois de juillet.
avatar
MEILLEUR MEMBRE + du mois de juillet.

en savoir plus sur moi
∞ posts : 987
∞ arrivé(e) le : 12/01/2017
∞ avatar : Jana Kramer

MessageSujet: Re: The best way to predict the futur is to create it {Nolan ♥︎} Sam 8 Avr - 12:32


The best way to predict the futur is to create it[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Nolan & Jude Jude se rappelait de son aménagement. Heureusement, elle n’avait pas eu besoin de se prendre la tête avec la paperasse concernant deux pays, elle était toujours restée en Nouvelle-Zélande. Elle avait choisi son loft un peu après ses études et depuis elle vivait dedans. Il y avait un peu plus de six mois, la jeune femme avait pris le temps de tout repeindre, de tout changer et d’espérer trouver en son loft de la nouveauté pour lui faire oublier tous les bons souvenirs qu’elle avait avec Ezechiel dans cet endroit. Les meubles avaient eux aussi changé, la couleur de ses murs, la décoration. Elle avait littéralement peté un câble et ça avait été un besoin vital. Mais pour ça elle avait dû prendre le temps, une semaine de congé et ça lui avait permis de repartir sur de meilleure base. Mais étant son propre patron, c’était plus compliqué de prendre des vacances. Tout le monde savait qu’en prenant des vacances, on perdait de l’argent. C’était ça le risque de l’entreprenariat « Ah oui, vous utilisez même votre secrétaire pour votre vie privée, vous. » Jude ne le jugeait pas, elle trouvait ça plutôt courageux. La concernant, elle ne supporterait pas léguer des détails de sa vie privée à une tierce personne, peut-être justement parce qu’elle était un peu trop indépendante dans sa vie privée pour accepter que quiconque s’occupe de ses petites affaires.

Elle s’était intéressée à son travail. Non pas qu’elle avait comme projet d’écrire un livre ou de devenir éditrice, mais c’était juste de la curiosité sur le travail en lui-même. Elle n’était même pas certaine que lire des livres tout le temps lui plairait. Oh, quelque fois elle aime se poser au soleil avec un livre, mais sans le stress de devoir le terminer rapidement, sans devoir annoter quoi que ce soit sur les pages de l’ouvrage encore brut, ou se tirer les cheveux à chaque faute d’orthographe qu’elle pourrait trouver. En tout cas, elle ne pouvait pas retirer la passion qu’animait Nolan concernant son travail, on voyait bien qu’il aimait ce qu’il faisait « J’admire ces gens qui mettent autant de temps dans l’écriture. J’aurais l’impression de perdre mon temps ». Son truc à elle, c’était du concret, des dossiers plein son bureau et la magie de la publicité. Il fallait que tout aille vite, que tout avance et en tant que responsable de son service, Jude avait ce besoin de voir ses dossiers se finaliser et s’il fallait mettre un coup de pression à ses employés, elle n’hésitait pas à le faire en n’oubliant pas que tout le monde n’était pas un bourreau de travail comme elle « Mais c’est cool, vous êtes passionné. C’est ce qu’il faut quand on entreprend un projet comme le vôtre. »

Jude s’adossa dans le fond de sa chaise. Beaucoup ne voyaient en son travail qu’un moyen de gagner son pain. Pour elle ça allait au-delà. Son bureau était un des endroits où elle se sentait le mieux, justement parce qu’elle avait l’impression d’être au centre de l’une de ses passions, et qu’elle pouvait jongler avec comme elle le voulait « Je pense qu’il faut pouvoir travailler en tant que passionné et pas juste comme gagne-pain. A mon avis, c’est ce qui fait la différence. En tout cas, c’est ce que mon père m’a appris, c’est ce que mes frères ont appris aussi. » Peut-être que c’était justement parce qu’on ne manquait pas d’argent qu’il s’était permis de nous inculquer ça de la sorte. Mais n’empêche que Jude était persuadée qu’en y mettant la passion, on ne pouvait être que plus performant. « J’estime que je suis bien entourée et avec des gens passionnés. C’est agréable » Et pourtant, aux repas de famille c’était pas le travail qui se trouvait au centre de la conversation. Certes, Jude et Noah échangeaient souvent à propos de leur boulot étant donné qu’elle assurait le suivi des clients que son frère avait le chic de lui dénicher, mais ça ne durait jamais longtemps pour la simple et bonne raison que leur père préférait laisser ce genre de discussion durant les heures de travail. Jude ne pu s’empêcher de sourire face à la remarque de son interlocuteur. Elle courait plus après le temps qu’autre chose, mais elle en était la seule fautive. Elle l’avait cherché, elle l’avait même provoqué. « Je suis victime de mon succès, que voulez-vous. » un autre sourire pour souligner l’ironie de sa phrase « Non, plus sérieusement j’ai ce que je voulais, c’est le plus important. J’ai besoin d’évoluer et pour ça il faut savoir donner les bouchées doubles. Par contre contrairement à vous, j’ai pas de mal à prendre congé. Après mon travail je vais boire un verre avec des amis, j’ai d’autres passions que mon travail et mon loft est presque un moulin » Rares étaient les jours où il n’y avait pas quelqu’un pour venir frapper à la porte de chez elle. Déjà avec deux frères encore en Nouvelle-Zélande, elle avait de quoi faire. Et puis elle pouvait encore y ajouter Sweem, Charlott, Babi, bref tout ce beau monde qui l’empêchaient de crouler totalement sous la charge de travail « J’ai même un chien. Si vous voulez garder la tête hors de l’eau, c’est efficace. Vous devrez le sortir, le nourrir, aller le promener et vous n’aurez pas le choix de sortir la tête du travail pour ça »

Jude prit à nouveau son verre dans ses mains et joua avec la paille à l’intérieur de son verre que la serveuse venait tout juste d’apporter. Elle la porta ensuite à ses lèvres alors que Nolan lui annonça qu’en plus de ne pas avoir le temps, il dormait à peine. En même temps, à peine avait-elle apporté son café qu’il commença à le boire. Oui oui, il carburait au café en fait le petit anglais « Vous êtes malade ? » non, elle n’avait pas pu s’en empêcher, mais au vu de ce qu’il ajouta, Jude ne culpabilisait pas vraiment de son franc parler. Elle haussa les sourcils et un léger sourire malicieux animait son visage « J’imagine que je dois en conclure que vous êtes endurant, vous cachez bien votre jeu en fait » Si lui jouait sur les sous-entendus, elle aussi. En même temps elle n’avait fait que répondre à sa provocation, non ?

La jeune femme croisa les jambes et tenta de se concentrer sur ce qu’il était en train de lui déblatérer plutôt qu’à son sous-entendu qu’elle ne savait pas trop comment prendre. Elle tenta d’effacer quelconques pensées à ce sujet et parler de Wellington était surement la meilleure chose, en effet « Il faut plus qu’une après-midi pour découvrir la région. Partez plutôt sur un weekend. » Jude aurait pu se proposer à faire visiter l’endroit, mais elle était aussi mauvaise guide touristique que bonne dans son travail. Mais la question la fit arquer un sourcil. Devait-elle en déduire qu’il souhait qu’elle lui montre l’endroit ? « Connaitre c’est un grand mot. Je connais des endroits sympas à visiter oui. Mais je ne suis pas la meilleure guide touristique de la région. La nature, le camping c’est pas trop mon truc. Mais je reconnais qu’il y a des endroits à couper le souffle. Je suis née et j’ai grandi ici oui, mais je découvre encore. Le weekend passé par exemple, j’ai tenté ma première expérience camping. C’était sympa. » Elle ne le ferait pas tous les jours, ni tous les weekends parce qu’elle avait cruellement besoin de son confort pour être épanouie, mais ça permettait de se ressourcer un peu et de recommencer la semaine sur de bonnes bases « Mais vous ne m’avez toujours pas dit pourquoi la Nouvelle-Zélande. Ca reste très différent de l’Angleterre et pour vos affaires, il y avait quand même un meilleur marché au Canada, aux USA, en Australie ou encore en France, non ? » Jude avait du mal à croire qu’il était là pour les affaires en réalité. Elle pencha la tête sur le côté, bien décidée à savoir la véritable raison de sa venue.

Jude continua à jouer avec sa paille, jetant de temps en temps un œil à l’extérieur. Lui venait de finir sa boisson alors qu’elle peinait à terminer sa grenadine à l’eau. Sa question interloqua la jeune femme qui mit plusieurs secondes avant de répondre. Elle n’était pas certaine que s’ouvrir totalement était la meilleure des choses. « J’ai une véritable addiction pour la marque Victoria’s Secrets. » C’était osé comme réponse, parce qu’avec ça il pouvait encore en déduire plusieurs choses, mais il voulait en savoir plus visiblement, alors elle lui en donnait plus. Peut-être de trop, mais c’était plus de la provocation, comme il semblait aimer le faire lui aussi « A part ça, j’aime les chaussures. C’est pas très original pour une femme non ? » Elle aurait pu ajouter la danse qui était avant tout sa passion principale, mais justement, elle n’avait pas envie d’en parler. C’était quelque chose qu’elle ne voulait pas aborder, à son sens un peu trop privé « J’aime le sport aussi. Et vous, à part travailler, boire du café, faire des sous-entendus douteux, ne pas dormir et lire. Vous faites quoi de votre temps libre ? » Jude le fixa un moment, mais reprit « J'ai aussi une passion pour les gens qui osent me tutoyer, vous croyez que vous pouvez me faire ce plaisir ? »



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: The best way to predict the futur is to create it {Nolan ♥︎} Dim 9 Avr - 1:08


the best way to predict the futur is to create it
Jaelan


“-Touché.”
Je lui souris un peu mal à l’aise, je ressens le besoin d’en rajouter une couche pour me justifier tout de même.
“-C’est par faute de temps, par par faute d’envie, quoi que je ne suis pas sûr que je saurais par quoi commencer.”
Et ça c’est complètement vrai, je suis nul dans tout ce qui est rangement et tâches domestiques, parce que jusque là je n’ai jamais eut à le faire seul entièrement… Voir même un peu. Oui c’est vrai sur ce genre de choses je suis un assisté. Mes parents n’ont pas ressenti le besoin de m’inculquer ce genre de valeurs. Par faute de temps et d’ennui sans doute. Ma mère n’est pas le genre de femme à rester derrière les fourneaux le dimanche et à préparer de bons petits plats, non il y a toujours eut quelqu’un pour faire. Après l’avantage, c’est qu’ils avaient plus de temps à nous consacrer à la maison, parce que c’était bien ma mère qui nous faisait faire nos devoirs la plupart du temps, et nous faisions beaucoup de choses en famille, comme les vacances par exemple, nous partions toujours 2 ou 3 fois par an…

Elle n’est pas la première à me faire remarquer qu’elle ne pourrait pas être écrivaine. Ecrire inclu souvent d’être imaginatif, et créatif, mais ça implique beaucoup de solitude et finir par porter des lunettes tant on s’use les yeux sur l’écran d’ordinateur. Je n’en suis pas encore là mais ça ne tardera pas je le sais, avec la fatigue souvent je commence à voir flou.
“-C’est ce qui me permet de vivre ma vie ! Mais c’est plus compliqué que ça en à l’air. Et au final ce qu’on crée c’est une émotion chez les gens… Je trouve dans mon cas que c’est quelque chose d’assez remarque. Enfin bien sûr ça pousse à la consommation, mais justement je pourrais pas en vivre sinon.”
Oui je sais tout ça c’est redondant mais c’est comme ça que ça marche dans la vie non ? Maintenant on a rien sans rien. Et puisqu’il faut bien manger … Bon c’est vrai théoriquement je n’ai pas besoin de travailler pour manger, mais je ne pourrais pas rester sans rien faire.
“-Oui, ça occupe les longues soirées d’hiver surtout quand on a rien de mieux à faire.”
Je regarde mes mains croisées un moment. C’est vrai que je suis comme ça, à m’enfermer dans le travail pour oublier que derrière le reste ne suis pas. Ce n’est pas que ma vie sentimentale soit une catastrophe c’est plutôt qu’elle est inexistante, et pour ce qui est de ma vie sociale je la fuis la plupart du temps. Bien entendu je suis venu ici dans le but que les choses changent, et j’ai retrouvé ma meilleure amie pour ça. Mais vous savez ce qu’on dit : chassez le naturel il revient au galop.

J’hoche la tête complètement d’accord avec elle. Oui les gens passionnés sont ceux avec qui il faut travailler. Le problème cependant c’est que ces gens là souvent ne savent pas s’arrêter, or il faut dormir, et faire autre chose de temps en temps histoire d”y voir plus clair aussi.
“-J’aimerais que toute mon équipe puisse être de cet avis aussi, mais j’ai plutôt l’impression qu’ils sont là par dépit, et qu’ils ont oubliés leur motivation et leurs idées avant de venir au boulot…”
Là comme geste de lassitude je passe ma main dans mes cheveux, ce qui me fait penser que ça ne me ferait pas de mal de les couper, et de me raser par la même occasion. Au moins mes vêtements eux tiennent la route. Je veille toujours à être bien habillé, je ne porte plus le costume sur mesure comme je portais quand je travaillais à Londres, mais je reste malgré tout soigné. Aujourd’hui c’est un pantalon habillé bleu foncé, et une chemise blanche. Je ne suis pas mécontent d’avoir abandonné la cravate. Il est clair qu’ici les gens sont moins à cheval sur le protocole.

Jude à l’air d’avoir les mêmes problèmes que moi en matière de travail qui prend du temps sur la vie privée. Et comme moi quelque part même si elle en est très fière elle doit voir le revers de la médaille. Cependant elle semble avoir plus de facilité à prendre congé de son travail. Je l’envie, mais ça ne fait pas encore beaucoup de temps que j’ai commencé peut être que ça va se tasser. Mais je n’y crois pas tout à fait. Mais ce que je décide de commenter plutôt que ma jalousie envers son emploi du temps c’est la dernière chose qu’elle a dite.
“-Un moulin ? Est ce que ça veut dire la même chose en Angleterre et ici ?”
Non parce que pour moi, et mon esprit scabreux c’est surtout le fait qu’il y a des hommes qui entrent et qui sortent de son appartement en permanence. Mais peut être qu’il y a des femmes aussi qui sait. Voilà les premières barrières de langages qui s’annoncent. Il fallait bien que ça arrivent, mais en général on se moque plutôt de moi avec mon accent, et se sont les autres qui ne me comprennent pas.
“-Je n’ai jamais eu d’animaux chez moi, je crois qu’il finirait par me manger si j’avais un chien parce que j’oublierais de le nourrir.”
Je suis à peine ironique en disant ça, moi même je me nourris quand j’y pense. En même temps je me dis qu’elle a peut être raison parce qu’au moins ça oblige à avoir un rythme, et ça fait de la compagnie… Mais tout est relatif.

Elle me demande si je suis malade et ça me fait éclater de rire. Cependant je m’étouffe presque à la phrase suivante. Moi endurant ? J’ai envie de dire que ça dépend de quel sujet on parle, mais sans doute qu’en matière de sommeil je n’ai pas forcément besoin de beaucoup dormir pour tenir. Cependant je suppose que le sous entendu était mérité étant donné ce que j’ai moi même dit précédemment. A noter cependant que je ne l’ai pas fait exprès à la différence de Jude je pense. Elle est clairement très franche comme femme… Je dois avouer que c’est perturbant, et en même temps ça change agréablement.
“-Pourquoi j’ai l’air de quoi au premier abord ? Un anglais coincé ?”
Je lui demande ça sur le même ton qu’elle m’a posé sa question. C’est mérité non ? Je pense avoir droit à la réponse, clairement je lui demande ce qu’elle a pensé de moi quand elle a posé ses yeux sur moi. Je suis curieux de connaître la réponse, ou plutôt ce qu’elle pourrait bien trouver à dire à ça.

“-Un week end ça fait beaucoup, il faudrait organiser un séminaire dans ce cas.”
Oui ma propre bêtise me fait sourire, pas rire, pas déjà. Ce n’est pas assez fort.
Mais puisque Jude est sans doute la mieux placée sur le fait de connaître l’endroit je lui renvoie la balle en lui demandant si elle connaît vraiment le coin. Il n’y a rien de plus dans cette question, enfin pour moi ce n’était qu’une question innocente, je ne la connais pas assez pour lui proposer de m’accompagner quelque part, mais je peux lui demander au moins les adresses non ?
J’ai du mal à imaginer Jude en camping en la voyant devant moi. Pourquoi ? Dans ses manières, et sa façon de s’exprimer je reconnais quelqu’un qui a grandit dans le même milieu que moi. En plus d’après ce que j’ai compris elle est fille d’un chef d’entreprise, les chefs d’entreprise n’ont pas le temps de faire du camping à moins d’être des passionnés. On ne va clairement pas dans des endroits où le téléphone ne capte pas.
“-Le camping ? Ne le prenez pas mal mais j’ai du mal à vous imaginer dormir sur un tapis de sol dans une tente.”
Oui c’est vrai je prends la liberté de me moquer gentiment d’elle.

A nouveau elle attaque comme si ma réponse précédente ne lui avait pas suffit. Perspicace elle est.
“-J’ai eu une opportunité d’avoir une vie qui n’aurait rien à voir avec ma vie à Londres. Je n’avais rien à gagner à rester là bas, alors je suis partie. C’était l’occasion de prendre mon courage à deux mains et de faire quelque chose par moi même sans utiliser mon nom.”
Je marque une pause, et un sourire ironique passe sur mon visage pendant un quart de seconde. Oui je n’ai pas utilisé mon nom, mais j’ai utilisé l’argent. Comment faire autrement ? Je n’aurais pas put faire le rachat, ni les travaux, mais pour la majorité des fonds je les ai pris de mes économies des années de travail que j’ai réalisé jusque là. J’ai conscience que ce que je fais là ce n’est pas tout le monde qui pourrait le faire, il faut avoir un minimum de fond, et beaucoup de courage. Je ne dis pas ça pour m’envoyer des fleurs, mais je crois que c’est ce qu’il faut dire malgré tout.
“-Il y a pire que la Nouvelle Zélande non ? Et puis au moins il y avait une équipe et une infrastructure déjà, et pas besoin de choisir la destination. Si j’avais dû recommencé depuis le début je n’aurais pas su où m’établir.”
Je ne dis pas que j’ai rejoint Jaelyn par la même occasion, ça ne me semble pas adapté à la situation.

Jude pose des questions assez personnelles en fait, ça ne me dérange pas d’y répondre mais du fait je prends comme un devoir de lui retourner ses questions dans la mesure des choses. Et franchement… Je ne m’attendais pas à sa réponse. Vraiment pas. D’ailleurs ça doit se voir sur mon visage. Je la regarde interloquée me demandant si elle me dit ça comme une quelconque forme de provocation, mais elle a l’air sincère. Très bien je garde dans un coin de ma tête le fait qu’elle a sans doute un tiroir dans sa chambre (ou deux) rempli de sous vêtements Victoria Secret. A quoi pourrait me servir cette information ? Aucune idée. Enfin si, mais non.
“-Intéressant.”
Un sourire aux lèvres je ne rajoute rien, et me contente d’hocher la tête toujours un sourire amusé aux lèvres quand elle me dit qu’elle aime les chaussures. Jusque là tout est normal non ?
Finalement elle rentre davantage dans le vif du sujet.
A nouveau je ris devant les accusations de sous entendus douteux. Elle n’a pas tout à fait tord, mais je suppose qu’elle doit plaider coupable elle aussi pour ça.
La question m’est retournée, mais elle rajoute la proposition de se tutoyer. Soit… Je ne vois pas de contre indication. Je ne sais pas si on sera amené à travailler ensemble, mais c’est clair qu’au vu de la discussion que nous avons ça n’est pas une mauvaise idée.
“-Ca doit être dans mes cordes, Jude donc ?”
Je repose sur la table mon café finit depuis de longues minutes maintenant.
“-Et sinon à part tout ça et bien j’écris, je lis aussi mais ça c’est tout indiqué vu mon travail. J’aime beaucoup le cinéma sinon, les vieux films surtout.”
Oui en soit beaucoup d’activité de solitaire. Et la chose la plus efficace pour me remettre des longues journées de travail c’est aussi le sport. A Londres j’allais courir dans le Hyde Park presque tous les jours, ici j’essaie de faire un tour en courant mais je n’ai pas encore trouvé un trajet qui me plait autour de l’hôtel.
“-Désolé je n’ai aucune passion pour les sous vêtements comme tu sembles avoir, enfin plus pour ceux des femmes que ceux que je pourrais porter. Enfin tu vois je suis plus sobre. Plus anglais, enfin plus coincé quoi.”
Je me moque de moi même de bonne grâce. Passer au “tu” ne me poses pas tant de problème, Jude doit avoir sensiblement le même âge que moi, ça facilite les choses non ? Surtout quand il s’agit de dire ce qui me passe par la tête.

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
MEILLEUR MEMBRE + du mois de juillet.
avatar
MEILLEUR MEMBRE + du mois de juillet.

en savoir plus sur moi
∞ posts : 987
∞ arrivé(e) le : 12/01/2017
∞ avatar : Jana Kramer

MessageSujet: Re: The best way to predict the futur is to create it {Nolan ♥︎} Dim 9 Avr - 20:54


The best way to predict the futur is to create it[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Nolan & Jude Nolan pouvait encore engager 10 personnes s’il le voulait, Jude ne pouvait pas le juger. C’est juste que sa vie à elle lui était trop privée pour accepter que quelqu’un fasse ça pour elle. Et puis elle avait aussi cette manie de vouloir contrôler sa vie, son petit chez elle de A jusque Z. Il lui arrive souvent de pester contre sa femme de ménage lorsque celle-ci déplaçait ses affaires, alors demander à sa secrétaire pour s’occuper de son déménagement, fallait même pas rêver. Et pourtant, elle avait confiance en Pénélope, mais pas pour la laisser gérer sa vie privée, non. Jude ne pourrait pas faire son travail, parce que son boulot lui demandait un peu plus d’action, de challenge. Rester posée à lire pour voir quoi foire de l’œuvre qu’on a entre les mains n’était pas quelque chose qu’elle aimerait faire. Elle pourrait, si on lui demandait son avis une fois de temps en temps. Mais elle ne voulait pas être payée à ça. A ses yeux, Nolan avait beaucoup de courage, même si pour lui ça semblait relever de sa passion. « J’imagine que parfois ça permet de s’évader dans d’autres lieux ou encore d’autres époques. » C’était ce pourquoi elle lisait au soleil de temps en temps. Mais juste pour un moment de détente, rien de plus. La réflexion de Nolan tira un sourire à Jude. Est-ce qu’elle devait se dire qu’il se retrouvait toujours tout seul les longues soirées d’hiver ? La concernant, elle ne voyait pas vraiment ça comme un problème. Rester posée dans son canapé avec un plaid, le feu dans la cheminée et une tasse de chocolat chaud, ou encore simplement sauter sur cette occasion pour réserver des vacances au ski. C’était d’ailleurs ce quel avait fait cet hiver en se rendant au Canada « Ca peut être des moments cocooning très agréables parfois. » Mais sinon, qu’ajouter de plus ? Au final, ils étaient peut-être comme ça tous les deux. C’était sans doute un point commun. S’il avait une famille autour de lui, sans doute qu’il ne parlerait pas de la sorte, alors elle se permettait de penser qu’il n’avait ni femme ni enfant. Comme elle. Qu’il travaillait beaucoup, comme elle. Qu’il avait tendance à prendre son travail comme activité principale pour combler le vide, toujours comme elle.

Jude l’écoutait parler. Les gens passionnés se faisaient rares, mais pour elle c’était important de travailler avec ce genre de personnes. Et si vraiment leur boulot ne relevait pas d’une passion, il fallait au moins qu’ils mettent beaucoup de conviction et de leur énergie dedans. L’anticipation était quelque chose que la jeune femme recherchait dans ses employés et selon elle, l’anticipation relevait forcément de l’intérêt pour son travail. Une personne se fichant éperdument de ce pourquoi il est sur son lieu de travail avec pour seul objectif d’avoir son salaire en fin de mois n’allait pas chercher plus loin que ce qu’on lui demande « choisissez-moi pour gérer votre comm’ et vous verrez ce que c’est d’être passionnée » lui lança-Jude avec ce petit air de défi dans le regard. Elle ne ferait surement pas des miracles concernant les employés de Nolan, elle n’était pas là pour eux et même si la communication interne était aussi importante que le reste, elle ne voulait pas non plus jouer les ressources humaines. Ce n’était pas dans ses cordes, même si dans la propre entreprise de son père, elle faisait partie de ces personnes qui devaient donner leur avis sur les futurs collaborateurs. Par contre, peut-être que voir au moins une personne motivée et passionnée parmi d’autres pourrait aider Nolan à vouloir pousser son projet encore plus loin encore « Vous sentez-vous à l’aise avec moi ? » Une question qui pouvait étonner, ou qui pouvait aussi laisser sous-entendre des choses, mais en réalité ça allait au-delà de ça. Jude avait cette vilaine habitude de faire attention au non-verbal des gens avec qui elle se trouvait. Ca faisait aussi partie de son travail et le voir toucher ses cheveux avait quelque significations, comme être à l’aise à l’instant même « Parce que la main dans vos cheveux montre soit un comportement de séduction, soit de bien être, d’aisance. Je ne pense pas que vous êtes en train de me séduire, donc par déduction, je pense que je ne vous stress pas et que vous êtes à l’aise avec moi. » Jude le regardait en se retenant de rire. Elle détourna ensuite le regard afin d’essayer de reprendre son sérieux, mais c’était un peu difficile. Néanmoins, elle était au moins certaine de la gestuelle, même si celle-ci avait plusieurs explications.

Un rire s’échappa de ses lèvres en entendant sa définition du moulin en parlant du domicile de quelqu’un. Décidément ces anglais prenaient tous au premier degré, c’était marrant à voir. Néanmoins, non son loft n’était pas un lieu de passage. Heureusement. Jude se respectait un minimum et même s’il lui était déjà arrivée de succomber au charme de Tate, elle ne ramenait pas le premier gars croisé dans la rue chez elle. « Non, ce que je veux dire c’est que j’ai facilement des personnes chez moi. J’aime bien recevoir mes proches. Mais mon loft n’est pas une maison de passes, non. » Jude maintient son regard sur son interlocuteur. C’était pas vraiment la même signification finalement et heureusement. Pourquoi passait-elle si vraiment les hommes y venaient à la chaine et ressortaient satisfaits après une partie de jambes en l’air « Vous avez l’esprit tordu » ajouta-t-elle avec un sourire. Et c’était vrai. Ou bien c’était les anglais en général, qui sait.

Est-ce que Jude aimait les animaux. Bof. Elle n’irait pas se perdre dans un zoo, elle n’irait pas non plus visiter un aquarium tout comme elle s’en fout pas mal de savoir quelle espèce est en voie de disparition. Tout ça l’importe peu au final. Le seul animal pour qui elle éprouvait beaucoup d’attention se résumait à son chien qu’elle prenait plaisir à promener sur la plage ou encore dans un parc et avec qui elle aimait jouer alors qu’il était encore tout jeune. Elle n’était pas férue de documentaire non plus, elle se contentait juste d’apprécier Zootopia qu’elle avait trouvé mignon. « Vous pouvez toujours commencer par un poisson rouge. Au moins s’il meurt vous ne serez pas pris par trop de remords » Avec Apple elle ne risquerait pas d’avoir ce problème puisque ce petit estomac sur pattes ne la lâchait pas tant qu’elle ne l’avait pas nourri. Mais peut-être que l’idée de la jolie brune n’était pas si bête que ça. Ca pourrait le pousser à essayer de garder le rythme de nourrir son animal. Et la perte d’un poisson est plus banale que d’un chien. Et puis avec un poisson, il ne risquait pas de se faire manger non plus, à part peut-être s’il opte pour un piranha. Quatre heures de sommeil, aux yeux de Jude c’était extrêmement peu. Pour être au top de sa forme et de ses compétences, la jeune femme devait dormir au minimum huit heures. Grand minimum six. En-dessous, c’était mal barré pour trouver de la productivité. Alors en entendant que lui ne dormait que quatre heures, elle avait du mal à ne pas être choquée. Son étonnement semblait faire rire Nolan et pourtant, elle ne perdit pas son sérieux. Elle le fixait toujours avec des yeux ronds dans l’espoir qu’il lui dise à un moment donné qu’il déconnait, mais non. Il semblait sérieux. Trop sérieux même. « Coincé peut-être pas, mais très à cheval sur les bonnes manières. Mais j’imagine que c’est l’étiquette de l’anglais qui veut ça. Je ne m’attendais pas à pouvoir me lancer dans divers sous-entendu avec un anglais, that’s it» Jude fit mine de réfléchir non sans le regarder droit dans les yeux « Après réflexion, peut-être que vous avez raison, un anglais coincé c’est bien. C’est le cas ? »

Malgré ce que pouvaient penser toutes les personnes qui la connaissaient vraiment, et même celles qui la connaissaient moins, Jude avait apprécié son petit weekend camping avec Jayson. Elle n’avait sans doute jamais autant rigolé durant un weekend entier et ce malgré qu’elle avait dû dormir à même le sol, dans la même tente que son ami d’enfance. Oh, ce n’était pas la première fois qu’elle dormait à ses côtés. Ils s’étaient déjà retrouvés dans le même lit après une soirée arrosée, mais ce qui était bien avec lui, c’était qu’il n’y avait rien d’ambigu. Pas de sexe, pas de sentiments, pas d’attirance. Rien. Juste de l’amitié qui perdurait dans le temps. Alors non, en effet le camping c’était pas du tout son truc. Et si on lui proposait une nouvelle séance de la sorte le weekend prochain, elle refuserait certainement. Mais malgré tout elle était contente de l’avoir fait « Pour être honnête, c’est pas du tout mon truc. La tente, la nature, les bêtes et le manque de confort c’est pas pour moi. Mais je dois avouer que je me suis bien amusée. Mais je crois que c’est parce que j’y suis pas allée avec n’importe qui. Si j’étais partie avec mon frère, au bout d’une heure je l’aurais abandonné lui et sa tente et je serais repartie. Ici c’était un challenge que j’ai voulu relever. ». Jude n’avait pas vraiment voulu laisser passer l’opportunité d’avoir réponse à sa question. Si elle était têtue ? Oui. Elle n’hésitait pas à insister si vraiment elle était intéressée par la réponse et ici, sa curiosité était piquée au vif. Selon elle, il n’était pas là par hasard, mais elle ne pouvait pas non plus l’obliger à lui raconter. Pire que la Nouvelle-Zélande ? Certainement oui. Mais Jude gardait en tête que si elle avait pu choisir un pays pour faire fonctionner sa petite affaire, elle aurait visé les USA « Ca se tient. Je ne suis pas convaincue, mais ça se tient » S’il avait un travail, elle n’arrivait pas trop à comprendre où il était parti chercher l’audace de quitter son travail pour venir reprendre un truc à Wellington. Elle ne l’aurait jamais fait et elle trouvait qu’il fallait bien plus qu’une simple envie de changement pour s’expatrier et recommencer à zéro. Rien ne pouvait lui assurer que son affaire fonctionnerait vraiment et pourtant il venait bien de tout quitter. Non, vraiment, elle n’était pas convaincue, mais elle n’insista pas pour autant.

Jude ne venait pas de lui parler de ses sous-vêtement, mais bien de la marque Victoria’s Secrets et à voir son visage, il avait surement dû s’arrêter aux sous-vêtement, ce qui la fit sourire « La marque Victoria’s Secrets ne s’arrête pas à la lingerie féminine. Elle fait des défilés, du cosmétique, des vêtements, des maillots de bains. Je ne vous parle pas de mes sous-vêtements. Vous devriez mettre les pieds dans leurs boutiques plus souvent, je vous y emmènerai un jour. » Jude affiche un sourire à son tour. Est-ce qu’elle comptait vraiment l’emmener voir des petites culottes et des trucs pour femme ? Non. Pas du tout même. Elle n’avait pas de raison de le faire en plus de ça « C’est ça. Jude comme les Beatles, vous voyez c’est plus joli que Mademoiselle Nightshade. Enfin, tout est relatif. » Elle n’était pas très fan de son prénom, préférant son deuxième prénom, mais elle ne pouvait pas le changer et donc avec le temps, elle avait au moins réussi à s’y faire. En écoutant toutes ses passion, Jude ne put s’empêcher de rire « Va falloir changer tout ça quand même. Sortir un peu, aller à des soirées, des trucs comme ça. Etre moins anglais et un peu plus néozélandais. » Jude s’installa à nouveau au fond de sa chaise et croisa les bras. Elle ne quitta pas son interlocuteur des yeux mais pendant plusieurs secondes n’ajouta rien de plus, puis finalement elle se lança « Bon alors, maintenant que vous en savez plus sur moi. Est-ce que je dois vous créer un dossier dans ma base de donnée et vous réserver un créneau pour s'y mettre ou bien vous ne voulez pas de moi et dans ce cas vous venez de me faire perdre … » elle jeta un œil à sa montre « … Une bonne demi-heure de mon temps ».



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: The best way to predict the futur is to create it {Nolan ♥︎} Dim 9 Avr - 23:42


the best way to predict the futur is to create it
Jaelan


J’hoche la tête, effectivement elle n’a pas tord : écrire ça permet d’avoir une autre vie. D’être quelqu’un d’autre, et de vivre des aventures alors qu’on est bêtement chez soi. Faut il encore avoir une imagination pour pouvoir faire ça. En fait tout le monde à de l’imagination, mais tout le monde ne s’en sert pas de la même manière ça c’est certain.
D’ailleurs je pense que Jude doit en être pas mal dotée, après tout le travail qu’elle fait requiert d’en avoir. Car que fait on dans un travail où il faut sans cesse penser à de nouvelles idées et se renouveler si on est pas capable d’être créatif ? Absolument rien.
Ainsi dans mon travail j’ai besoin d’imagination c’est vrai, mais ça inclut aussi de la solitude, d’où le fait que je dise ouvertement à mon interlocutrice que oui je suis seul, elle rebondit en parlant des longues soirées d’hiver. Je doute qu’ici il y en ai vraiment, et à Londres parfois on peut se demander si il n’y a pas que ça. Alors oui, quand on a personne contre qui se réchauffer les soirées peuvent être longues. Je n’ai pourtant pas envie d’expliquer à Jude à quel point la solitude peut me peser quand je me rends compte de son omniprésence.
“-Vous devriez aller habiter à Londres dans ce cas il n’y a que ça de longues soirées d’hiver.”
Est ce que les gens qui ont habité à un endroit comme la Nouvelle Zélande peuvent vraiment changer d’endroit et aller à un endroit comme l'Angleterre sans y être né ? J’en doute sérieusement, le climat n’a absolument rien à voir. Ici même si je ne suis jamais dehors, j’ai déjà le teint hâlé.

Il n’y a pas de doute sur le fait qu’elle soit très capable de se vendre. Surtout quand elle est capable de me défier aussi ouvertement sur le sujet. Clairement c’est une bonne technique de vente, sans doute que son apparence en elle même est une bonne technique de vente. Il faudrait être aveugle pour ne pas remarquer la beauté de la jeune femme. De plus le fait qu’elle soit souriante et franche dans sa façon de se comporter sont assez séduisants. Clairement oui j’ai envie de travailler avec elle, le tableau que j’ai sous les yeux me donne à penser que le tout pourrait faire un très bon compromis et répondre très bien à ma recherche. Soyons clair je suis à la recherche d’une directrice de com et non pas d’une petite amie. J’ai toujours pensé que mélanger amour et travail n’était pas forcément indiqué, mais je n’ai jamais été confronté à un cas où j’avais envie de quelconques rapports avec une collègue. Et quand je parle de franc parlé elle me donne le parfait exemple. La jeune femme est franche et je dois dire qu’elle arrive à me désarmer au final ce qui n’est pas une mauvaise chose mais je ne suis pas habitué ça il faut le dire.
“-On vous a déjà dit que vous étiez une personne directe ?”
Je pose la question avec un sourire histoire de ne pas démontré un quelconque trouble, cependant c’est raté parce que lors de la question suivante je reste désarçonné. Et je pense que ça se voit sur mon visage parce que je reste figé pendant de longues secondes avant de me mettre à rire.
“-C’est exactement de ça que je parle.”
Cependant elle continue dans ses explications. Je comprends mieux où elle veut en venir, mais ça ne fait pas tout. Elle joue clairement la carte de la provocation, et ça me plaît, du fait je suis obligé de suivre. Est ce que je suis à l’aise ? Oui, je pense que oui, c’est facile de parler avec Jude. Elle est avenante et intéressante je pense que ça suffit pour mettre à l’aise n’importe qui non ? Enfin du moins pour moi ça me correspond bien. Cependant si j’ai posé ma main dans mes cheveux c’est un geste habituel, je ne suis pas du genre à calculer ce genre de choses.
“-Qui vous dit que je ne suis pas entrain de vous draguer ?”
Pourquoi j’ai répondu ça ? Parce que clairement c’était dans le même ton que ce qu’elle a avancé, j’avoue aimer faire ce genre de remarque et attendre de voir comment ça passe. Je suppose que pour un anglais c’est détonnant, et ça faisait son effet là bas, mais à Wellington cette carte marchera sans doute moins bien.
“-Mais plus sérieusement je pense que oui, je suis à l’aise avec vous. Vous avez lu ça juste dans mon geste ?”

Elle m’explique que sa maison n’est pas une maison de passes. Ca me fait rire à nouveau. Je m’en doutais bien quelque part mais il valait mieux être sûr non ? Pour moi la signification de ses propos était légèrement différentes mais tout est relatif je suppose.
Elle m’explique donc que c’est plutôt parce qu’elle reçoit des gens chez elle. Elle n’oublie pas de rajouter que j’ai l’esprit tordu, je souris en ouvrant les bras en signe de reconnaissance des faits.
“-Soit. Mais vous vous faites un malin plaisir pour continuer dans ce jeu.”
Oui, je peux la suivre sur ce genre de remarques désobligeantes. Notre discussion à quelque chose d’une partie de tennis, on se renvoie sans cesse la balle l’un et l’autre.

Je me demande si elle ne se moque pas de moi en me proposant de prendre un poisson rouge. En fait c’est plus d’entretiens que ce qu’on peut croire.
“-Et bien en fait ma soeur a eut un poisson rouge quand nous étions enfants, et figurez vous que c’est beaucoup de travail au final, il faut changer l’eau etc. En plus il ne me permettra pas de sortir de chez moi. Clairement, j’ai du mal à voir un poisson au bout d’une laisse si vous voyez ce que je veux dire.”
Mais si je sors pour promener un chien par exemple et bien j’aurais encore moins de temps pour dormir. C’est quelque chose qui a l’air vraiment de la choquer. Oui je ne dors pas beaucoup, je me suis habitué à faire comme ça. Je ne suis pas du genre à faire la grasse matinée à moins d’avoir fait la fête, mais le rythme du travail est différent. Peut être que c’est mon côté homme d’affaire, mais aussi anglais non ? Réglé comme une horloge, elle n’a pas tord sur le fait que je sois assez à cheval sur l’étiquette. J’ai été élevé comme ça. Je ne vouvoyais pas mes parents mais presque à certains moments. Ma mère n’était pas la femme la plus démonstrative du monde comme une bonne anglaise de bonne famille.
Elle à l’air d’accord sur le fait que je lui dise que je sois un anglais coincé. J’hoche les épaules, comment pourrais je dénier le fait que je sois à cheval sur les règles. Elle me demande si je le pense réellement aussi en me le demandant directement dans les yeux. Je lui souris ne rompant pas le contact non plus.
“-Je suis anglais, et non coincé. Mais après je suppose que je ne suis pas objectif sur le sujet, il faudra donc que vous trouviez la réponse seule. Faites moi signe quand vous l’aurez.”

Si moi j’ai l’air d’un anglais coincé et c’est sans doute le cas, il n’y a pas de doute sur le fait qu’elle n’a pas l’air le genre de fille à aimer le camping. Non je la vois plutôt dans un hôtel que dans la nature. Jude et moi venons d’un monde où le camping est bon pour les gens pauvres. Bien sûr je conçois le fait que ça puisse être une façon très satisfaisante de communiquer avec la nature, mais je n’ai jamais eu l’occasion d’en faire et de mon propre chef ça me tente pas. J’écoute Jude me dire donc qu’elle n’a pas trouvé ça détestable parce qu’elle y a été avec la bonne personne. Dans ma tête me vient à l’esprit qu’elle y est donc allée avec son copain ? Ou peut être même mari ? Elle n’a pas d’alliance mais de nos jours il ne faut pas se fier à ça. Ainsi une réflexion me vient à l’esprit. Quelque chose d’assez subtil pour avoir la réponse à mes interrogations sans poser directement la question.
“-Je n’aurais pas imaginé que vous puissiez être le genre à aimer les campeurs.”
Je me moque gentiment d’elle pour masquer la question de savoir si elle est effectivement en couple ou non. Est ce que la réponse m’importe ? Je ne sais pas, mais je suppose que ce genre de détails est toujours intéressant non ? En tout bien tout honneur.
Puisque l’heure est au confession je rajoute des détails sur le pourquoi je suis ici. Elle n’a pas l’air de me croire. Je me demande pourquoi elle a l’air aussi sceptique. A quel point faut il que je lui dise que ma vie était morne avant de partir ?
“-Pourquoi n’êtes vous pas convaincue ? C’est un défi de faire d’une petite maison d’édition sans nom en Nouvelle Zélande une vraie entreprise pérenne !”
Oui j’y crois, et je me dis que c’est ce qu’il faut quand on entreprend quelque chose de la sorte.

Oui mes passions sont prenantes, c’est le cas aussi de celle de Jude, je ne pensais pas qu’elle me dise que sa passion à elle soit la lingerie. D’ailleurs elle ne tarde pas à étayer ses propos et même à proposer de m’y emmener.
“-C’est quelque chose que vous faites souvent de proposer aux hommes que vous rencontrer d’aller dans des magasins de lingerie ?”
Puisque tout est “intime” avec notre discussion sur la lingerie, Jude propose de se tutoyer. Je décide donc de tenter le coup. Ca ne devrait pas être trop un problème étant donné qu’on a laissé de côté la part plus professionnelle de notre conversation.
Elle fait le parallèle entre son prénom et la chanson des Beatles, quelque chose me dit qu’elle a dû souvent être remarquée pour ça. Ca ne m’était pas venu à l’esprit en fait, oui je suis anglais, mais non ma vie n’est pas qu’un rapport aux chansons des Beatles.
“-On a dû souvent vous ennuyer avec ça !”
Je compatis mais avec mon prénom ça n’est pas à moi que ça me serait arrivé.
“-Tu as beaucoup trop de préjugés sur les anglais.”

Trève de plaisanteries donc puisque Jude revient à des sujets qui sont plus pressants. C’est vrai que j’ai mis de côté l’aspect travail, et pendant cette pause de 30 minutes donc, ça m’a fait du bien d’agir comme une personne normale.
“-Nous allons travailler ensemble, mais j’émet une condition.”
Je marque une pause gardant mon sérieux, et puis finalement je tente un sourire et complète en disant :
“-Tu me tutoies aussi.”

Made by Neon Demon

Revenir en haut Aller en bas
MEILLEUR MEMBRE + du mois de juillet.
avatar
MEILLEUR MEMBRE + du mois de juillet.

en savoir plus sur moi
∞ posts : 987
∞ arrivé(e) le : 12/01/2017
∞ avatar : Jana Kramer

MessageSujet: Re: The best way to predict the futur is to create it {Nolan ♥︎} Mar 11 Avr - 23:57


The best way to predict the futur is to create it[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Nolan & Jude Aller vivre à Londres. Jude n’était pas vraiment convaincue. Elle aimait bien les moments cocooning, mais elle préférait quand même la plage, le soleil. L’Angleterre n’était pas un pays qui l’attirait, à vrai dire les pays d’Europe ne l’attiraient pas tant que ça. Si elle devait choisir un pays où passer des hivers plus sympa, elle opterait plutôt pour le Canada ou la Laponie. Certes, c’était bien plus froid, mais aussi bien plus beau. Non, Londres est une belle ville pour y passer un weekend, mais au bout d’une semaine Jude savait qu’elle avait besoin de retourner chez elle, ou ailleurs. Mais surtout pas rester là « Mmmh. Sans façon. L’Angleterre ne m’a jamais vraiment attirée. Les Etats-Unis par contre … » Jude avait souvent mis les pieds aux USA. Déjà parce que son grand-frère et sa meilleure amie y avait vécu pendant de longues années. Elle s’y était aussi rendue pour son travail et à chaque fois, elle revenait avec ce même sentiment de satisfaction. Elle se créait des souvenirs à chaque fois et ne pouvait s’empêcher de se dire qu’elle comprenait Spencer qui lui, avait décidé de vivre là-bas.

Jude avait probablement des aprioris sur Londres, et peut-être même sur ses habitants. Ce qu’elle ne s’était jamais dit, c’était qu’ils pouvaient être potentiellement séduisants. L’anglais qu’elle avait en face d’elle faisait partie de ce qu’elle avait envie d’appeler une espèce rare puisqu’il était aussi charmant que séduisant. Mieux encore, il répondait facilement à ses dires, ils avaient du répondant et il savait où il allait. C’était un homme qui n’avait pas peur de la franchise, tout comme elle « On me l’a déjà dit oui. Et il paraît même que ça fait partie de mon charme. » Bon, elle s’amusait surtout à se venter qu’autre chose, parce qu’elle n’en savait trop rien. Son frère aimait lui lancer des fleurs, mais elle le savait très peu objectif. Jude aimait les personnes directes, elle n’était pas ce genre de personne timide, elle ne l’avait jamais été. Peut-être était-ce parce qu’elle avait toujours été entourée d’hommes et que ces hommes n’étaient pas du genre à mâcher leurs mots. Sa propre mère elle était beaucoup plus douce et plus calme à ce niveau. Elle devait être la seule « Parce que j’ai l’impression que c’est moi qui mène la discussion avec ma franchise justement. Si vous étiez en train de me draguer, vous ne seriez pas en train de m’observer et tirer des conclusions sur ma petite personne, vous seriez déjà en train de le faire. Or à moins d’être vraiment très subtil, je ne pense pas que vous me draguez. » durant ses études, Jude avait appris à décrypter le non verbal. C’était une façon de pouvoir anticiper et justement se permettre d’être directe. La posture et les mimiques de son interlocuteur pouvait en dire long, beaucoup plus que ce que lui même pouvait dire « Oui, c’est une façon pour moi d’anticiper et de me permettre d’être aussi directe. Vous finirez par vous y faire. Chacun son truc, vous vous lisez des livres et moi je vous lis vous. »

Jude sourit. Elle contribuait clairement à ce jeu comme le soulignait Nolan, mais n’ajouta rien pour autant. Ce serait avouer qu’il avait raison, et elle n’en ressentait pas l’envie de le faire. En y réfléchissant, Jude se demandait si le fait d’avoir pris un chien était une raison pour elle de garder une partie de sa vie privée entre ses mains. Mais non, elle avait littéralement craqué sur cette boule de poils qu’elle ne cessait de chérir jour après jour. Aujourd’hui encore elle prenait toujours plaisir à retourner chez sa mère pour récupérer sa boule de poils, ne voulant pas le laisser chez elle une journée entière tout seul où il n’y avait même pas un jardin pour se défouler et lorsqu’elle ne travaillait pas, elle prenait au moins le temps de faire une promenade plus longue ou encore de se rendre à la plage. Un poisson, elle risquait aussi de le laisser mourir de faim tout bien réfléchit. Ca ne parlait pas, ça ne pouvait pas réclamer à manger. A ses yeux c’était plus un objet de décoration qu’autre chose « Vous pouvez toujours sortir pour aller lui chercher de la nourriture. C’est pas une promenade super intéressante, je vous l’accorde. Mais bon ». Les anglais ont toujours eut cette réputation de ne pas être forcément coincé, mais ils sont quand même du mal à se débrider. Evidemment comme pour tout il y a des exceptions, mais Jude préfère voir Nolan essayer de la convaincre plutôt que de se dire qu’il fait peut-être partie de ces exceptions. « Je l’ai trouvée déjà. Vous êtes anglais, ça résume tout » elle ne croyait pas vraiment à ce qu’elle disait, mais si elle pouvait le taquiner, voir le chercher un peu alors pourquoi se priverait-elle ? Comme il l’avait dit, elle est directe, il n’y avait donc pas de raison que ça change.

Concernant le camping, Jude n’avait pas vraiment fait attention à ses dires. Pour elle, Jayson avait été la bonne personne, parce qu’elle partageait avec lui une relation très sincère, très proches, mais sans ambiguïté et ça lui faisait un bien fou. Elle pouvait dormir dans le même lit que lui, elle savait qu’il ne se passerait rien parce qu’ils avaient trop de respect pour leur amitié qu’ils ne voulaient pas tout foutre en l’air avec une partie de jambes en l’air. Elle fronça les sourcils en entendant sa phrase, se remémorant ce qu’elle avait pu dire pour qu’il en conclue qu’elle avait un faible pour les campeurs « J’ai jamais dit que j’étais en couple avec un campeur. J’ai juste dit que c’était une bonne personne parce qu’il s’y connaît contrairement à moi. C’est pas mon compagnon, mon homme ou mon mari, c’est juste un ami d’enfance qui m’a emmenée camper. Et après c’est moi qui suis directe ? » Jude n’était pas convaincue par les dires de Nolan. Pour elle ce n’était pas possible de tout quitter pour recommencer à zéro et surtout sans la certitude que son projet va fonctionner « Parce que je pense que l’entreprenariat c’est pas un jeu de château de carte. Si ça fonctionne pas, ça fonctionne pas et on peut perdre énormément. Donc je ne pense pas que vous soyez là juste pour une nouvelle vie, un nouveau travail alors que vous auriez eu 10 fois plus de résultats en Australie par exemple. »

Jude éclata de rire en entendant sa question. Elle n’avait jamais entrainé d’homme dans une lingerie et elle ne comptait pas le faire de sitôt. Encore moins avec un inconnu. Elle avait un minimum de respect pour sa vie privée et ce qu’elle pouvait avoir dans ses tiroirs ne regardaient pas les hommes qu’elle ne connaissait pas, ni même ceux qui passaient dans son lit d’ailleurs. Elle voulait cependant montrer ce que pouvait offrir la marque, c’est à dire bien d’autres choses que de la lingerie « A vrai dire c’est la première fois, mais ce n’était que du vent. Je ne compte pas vous y emmener réellement, après vous aller vous faire un tas de films sur ce qui peut bien se trouver dans mes tiroirs. » Il n’a pas tord sur un point, cependant. Elle a réellement des préjugés sur les anglais et pour certains, ça s’était même confirmé lorsqu’elle s’y était rendue pour son travail. Elle avait donc choisi de mettre tous ces préjugés dans le même sac sans vérifier leur véracité. Jude se contenta de grimacer, sans rien ajouter de plus. Il gagnait un point, elle pouvait au moins l’accepter et lui laisser.

Après plusieurs longues minutes à en savoir plus l’un sur l’autre, Jude finit par revenir à la charge. Selon elle, l’entretient s’était bien déroulé, peut-être pas le plus sérieux du monde, mais au moins ils savaient dans quoi ils se lançaient aussi bien l’un que l’autre. Un sourire vint animer son visage lorsqu’elle comprit qu’ils finiraient par travailler ensemble, et ce malgré la condition « Okay je marche. » Elle finit par terminer son verre et se leva. Elle sortit de quoi payer son verre et les consommations de Nolan « C’est pour moi: cadeau de bienvenue, mais là faut que je file j’ai un rendez-vous. Je t’appelle demain pour qu’on s’arrange. » Un autre sourire sur son visage, elle abandonna le café et une fois dehors, elle adressa un dernier signe de la main accompagné de son plus beau sourire à cet anglais pas si coincé que ça finalement.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

The best way to predict the futur is to create it {Nolan ♥︎}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always love ::  :: archives rp.-