AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 It's time to begin, isn't it ? (Savannah)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 189
▵ arrivé(e) le : 25/02/2017
▵ avatar : Eva Green.

MessageSujet: Re: It's time to begin, isn't it ? (Savannah) Lun 31 Juil - 10:26



     

Savannah
&
April
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
It's time to begin, isn't it ?
C’est peut-être le seul avantage de toute cette histoire. Lorsque la vérité a éclaté, April n’a pas mis longtemps à découvrir quelles sont les personnes capables de rester auprès d’elle en dépit de ce qu’elle a commis. C’est une erreur, une monstrueuse erreur qu’elle se fait payer déjà elle-même tous les jours mais les gens ne peuvent se retenir d’en faire de même. Essayent-ils seulement ? C’est ainsi, c’est la nature de l’Homme qui veut ça. C’est peut-être un moyen de se rassurer soi-même, se dire que quoi qu’on fasse, on est moins pire que la folle qui a kidnappé un enfant. Ou c’est peut-être simplement de la curiosité malsaine pour les horreurs de ce monde, un peu comme ces personnes qui filment un accident de voiture ou un incendie pour en garder un étrange souvenir. Les hommes sont étranges, oui, parfois malsains, c’est un fait. Et April en a conscience plus que n’importe qui, elle qui a passé toute son enfance enfermée dans une cave. Mais elle n’est pas comme ça, Savannah. Elle ne semble pas juger ce qu’elle a fait, pas une seule seconde. Cela ne signifie pas qu’elle est en accord avec son acte pour autant, c’est d’ailleurs ce qu’elle avoue en toute transparence. Elle ne comprend peut-être pas, mais elle ne la juge pas. Elle la soutient au contraire, elle est là pour elle. Et c’est déjà beaucoup plus que la plupart des gens. C’est ce que la Française ne tarde pas à lui répondre d’ailleurs. – Et je t’en remercie… Me soutenir, c’est déjà beaucoup, crois-moi. Elle lui est sincèrement reconnaissante pour tout ce qu’elle a fait, April. Pour tout ce qu’elle fait encore. Elle ne se souvient même pas de la dernière fois qu’une amie l’a invitée à dîner chez elle. Elle profite de l’instant. Peut-être que, le temps d’une soirée, elle peut avoir l’illusion d’être une personne normale. Un sourire en coin apparait sur ses lèvres quand elle entend la remarque de Savannah suite à son compliment. Et elle ne peut qu’être d’accord avec elle. Mais la jeune femme n’a aucune inquiétude à avoir. La décoration de l’appartement est à l’image de sa propriétaire, raffinée, élégante, magnifique. Elle apprend également que certains objets proviennent de la boutique de son père. Elle est presque surprise, April. Elle ignore les relations qu’entretient son amie avec son père aujourd’hui mais si elle a conservé des souvenirs de lui, c’est peut-être qu’elle ne le déteste pas autant que ça. – Je crois qu’il serait très fier de voir la collection que tu as aujourd’hui. dit-elle, prudemment. Elle ne veut surtout pas la mettre mal à l’aise ou la confronter à des blessures passées. Pas alors que Savannah, elle, fait tout pour qu’elle se sente bien chez elle. Approchant finalement d’elle pour l’aider à mettre le couvert, la belle brune laisse son regard se poser un instant sur la bouteille de vin dont lui parle son interlocutrice. La France… Autant qu’elle le peut, elle évite d’y penser. Pourtant, c’est son pays natal, un pays qui fait rêver des milliers de personnes. – C’est parfait. répond-elle d’une voix un peu distraite, lointaine, comme si elle était soudain à des milliers de kilomètres. Là-bas, en France. Mais elle se force à sortir de ses pensées pour demander d’un ton plus léger. – Tu voyages souvent… Ça doit être super mais j’espère que tu prends le temps parfois de te poser ici, avec tes proches ?

CODE BY MAY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MODOlittle panda.
avatar
MODO ∞ little panda.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 397
▵ arrivé(e) le : 05/03/2017
▵ avatar : Lauren Cohan **

MessageSujet: Re: It's time to begin, isn't it ? (Savannah) Ven 11 Aoû - 13:36


It's time to begin, isn't it ?
April et Savannah

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Les regards qui se tournent vers elle, les conversations qui s’arrêtent lorsqu’elle débarque, puis les chuchotements qui prennent le relais, les personnes qui se détournent d’elle lorsqu’elle les fixes, tout ça, Savannah connaît bien. Elle est passée par là durant pratiquement une année, avant de prendre la décision de partir s’installer ailleurs. Enfin, ça ne sait pas vraiment fait ainsi, mais ça en revient au même, la jeune femme avait finit par prendre la suite, abandonnant tout, ses amis, son travail, mais surtout sa famille. Alors elle était bien placé pour comprendre ce que pouvait vivre April en ce moment, et c’était une raison de plus pour la soutenir. Oh bien sûr, pas pour ce qu’elle avait fait, ça, elle ne voulait pas s’en mêler, mais seulement pour ce qu’elle vivait en ce moment, qui n’était vraiment pas facile. La jeune femme avait bien beau penser ce qu’elle voulait, elle était déjà bien plus forte et résistante que n’avait pu l’être Savannah à son époque. Elle lui répond par un petit sourire, avant de légèrement hausser les épaules.

« Ce n’est rien. »

Comme l’inviter à partager son repas de ce soir, alors qu’elle en a bien assez pour plusieurs, et qu’un peu de compagnie ne lui fera pas de mal. Des amis, Savy en as, ce n’est pas le problème, non son problème, c’est le temps, celui qu’elle ne passe pas à la maison parce qu’elle est en voyage d’affaire, ou à son bureau. Alors elle profite de chaque petit moment comme celui-ci. Alors que la demoiselle la complimente sur son appartement, Savannah y jette un coup d’œil rapidement, se disant qu’elle ne prend plus le temps de vraiment s’y attarder. La décoration, ça fait bien des années que c’est la même. Et elle en vient même à lui expliquer que beaucoup d’objets qui se trouvent ici viennent de la boutique que tenait son père lorsqu’elle était plus petite. Ils n’ont aucunes valeurs, sauf à ses yeux. Et parfois, elle se demande encore pourquoi elle garde toutes ces conneries qui lui rappellent à chaque fois que son père est un monstre. Ou tout simplement, ça lui rappelle l’époque où elle avait une famille parfaite et une vie qui faisait rêvait tout le monde. Cette époque, où elle avait un père, un vrai… Un sourire ironique passe sur le visage de la jeune femme à la remarque d’April.

« Je pense plutôt qu’il n’en a pas grand-chose à faire. Si je garde tout ça, ce n’est pas tant pour lui que pour me souvenir que j’avais une vie avant tout ça, une vie où j’étais heureuse et que mon seul problème était de savoir à quoi j’allais bien pouvoir passer la journée et dépenser mon argent. »

Aujourd’hui, c’était à peu près redevenu pareil, parce qu’elle y avait travaillé durant des années. Commençant à mettre la table et réchauffait le repas, elle laissa faire April et sortit une bonne bouteille de vin de sa cave, sous son plan de travail. Elle adorait ce vin là en particulier, d’ailleurs, elle remarque qu’il ne lui reste que quelques bouteilles, ce qui signifie qu’elle va devoir s’organiser un petit voyage en France. Elle sourit à son amie alors qu’elle approuve son choix, et entreprend de l’ouvrir avant de servir deux verres.

« Pas aussi souvent que je le voudrais, malheureusement, mais je fais ce que je peux. Comme j’aimerais avoir le temps de rencontré quelqu’un ! Mais l’on ne peut pas tout avoir dans la vie, hélas. »

Si elle voulait continuer de vivre le même rythme qu’elle connaissait depuis sa plus tendre enfance, il fallait qu’elle travail. Parce que personne ne pourrait le faire à sa place, comme avant.

« Puis parfois, je profite d’un voyage pour justement partir avec des proches. Deux en un. »

Elle lui adressa un clin d’œil avant de sortir ce qu’elle avait mis dans le four et servir les deux assiettes. Enfin posée, elle demanda :

« Comment ça va, avec Meghan ? »




AVENGEDINCHAINS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 189
▵ arrivé(e) le : 25/02/2017
▵ avatar : Eva Green.

MessageSujet: Re: It's time to begin, isn't it ? (Savannah) Lun 14 Aoû - 4:34



     

Savannah
&
April
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
It's time to begin, isn't it ?
Partir aurait été facile. Elle serait partie loin, à l’autre bout du monde pour oublier ses souffrances, exactement comme elle l’a fait en débarquant en Nouvelle-Zélande. Mais elle ne peut pas faire cela, April. Elle ne peut plus. Parce que, maintenant, il y a Meghan. Et, en dépit de leurs relations compliquées, elle ne pourrait jamais partir loin de celle qui compte plus que tout au monde pour elle. C’est physiquement, émotionnellement, et psychologiquement impossible. Alors, elle est restée, dans cette ville qui a connu sa déchéance, cette ville pour laquelle elle n’est qu’une criminelle. Rares sont les personnes qui oseraient encore l’approcher dorénavant… Pourtant, dans tout ce chaos, certaines personnes se démarquent des autres. Et Savannah fait partie de celles-là. C’est pour cette raison que la Française la remercie avec la plus grande reconnaissance. Ce sont ces personnes-là qui lui font espérer qu’un avenir meilleur est peut-être possible, un jour. Elle ne peut pas la remercier autant qu’elle le voudrait mais elles finissent par partager un petit sourire qui en dit sans doute plus que tous les mots. Toutes ses craintes au sujet de Savannah, la honte et la peur qu’elle éprouvait à l’idée de la revoir… Tout cela disparaît au profit du sentiment doux et agréable qu’elle a trouvé en elle bien plus qu’une patronne, une amie.

Plus à l’aise désormais, la jolie brune se risque à contempler plus attentivement l’appartement de la Néozélandaise. Elle découvre les décorations d’hier et d’aujourd’hui, celles qui sont somptueuses aux plus traditionnelles. Elle apprend aussi avec surprise qu’il s’agit pour la plupart des vestiges du père de la propriétaire, ce père connu dans les médias au même titre qu’April pour d’autres horreurs. Cette dernière ignore les relations qui le lient désormais à Savannah mais, en l’écoutant, elle devine plus ou moins ce qu’il en est. Ils ne sont plus en contact, bien sûr que non. Et, malgré elle, l’idée qu’il lui arrive la même chose avec sa propre fille lui fait l’effet d’un pincement au cœur. Mais elle se concentre tout de même sur la voix de son interlocutrice qui lui fait comprendre certaines choses à son sujet. Savannah n’est pas juste une experte en arts talentueuse, elle est aussi cette petite fille que la vie, sous les traits de son propre père, a fait souffrir. Comme elle, à quelques détails près qu’elle n’a jamais eu une enfance heureuse, une enfance tout court. – Tu regrettes cette époque ? Aujourd’hui, tu dois ta réussite uniquement à toi-même, tu devrais en être fière. déclare-t-elle en toute sincérité tout en s’approchant pour aider son hôte à mettre le couvert pour elles deux. Elle se sent déjà bien redevable d’être invitée à dîner chez elle, alors il n’est pas question pour elle de la regarder faire sans broncher. Pendant qu’elle s’exécute et que Savannah s’occupe de leur servir du vin, les deux femmes discutent toujours. April s’intéresse réellement à elle, surtout quand elle prend conscience qu’elle sait encore si peu de choses sur son interlocutrice. Elle l’écoute avec attention avant d’esquisser un doux sourire quand elle évoque sa vie sentimentale. – Je suis sûre que tu dois avoir des tas de prétendants autour de toi. C’est même évident. Cette fille a tout pour plaire. Elle est belle, talentueuse, et en plus elle est adorable. Il lui parait difficile de l’imaginer seule. April, quant à elle, est loin de ces préoccupations. La seule personne qu’elle tente de retrouver, c’est sa fille. Encore un peu perdue dans ses pensées, elle n’en sort qu’en entendant son amie reprendre. Elle lui sourit tout en s’installant finalement avec elle autour de la table une fois la nourriture réchauffée. Elle se sent légère, bien à cet instant. Mais elle est soudain déstabilisée quand Savannah lui parle de Meghan. Elle baisse machinalement les yeux vers son plat tout en répondant. – C’est… Compliqué. Elle est venue me chercher à ma sortie, je… Je ne m’y attendais pas. Mais, depuis, elle se montre distante avec moi... Quelque chose s’est rompu entre elles. Fatalement. Mais Meghan lui manque, terriblement.

CODE BY MAY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MODOlittle panda.
avatar
MODO ∞ little panda.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 397
▵ arrivé(e) le : 05/03/2017
▵ avatar : Lauren Cohan **

MessageSujet: Re: It's time to begin, isn't it ? (Savannah) Jeu 7 Sep - 22:12


It's time to begin, isn't it ?
April et Savannah

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Alors qu’elle observe April dans son appartement, la jeune PDG se rend compte que cela fait bien longtemps qu’elle n’a pas eu de visite ici. Bien trop absorbé par ses voyages, par son travail, elle ne se souvient même pas de la dernière fois qu’elle a eu quelqu’un à dîner. Et encore moins de la dernière fois où elle a fait elle-même à manger. La plupart du temps, lorsqu’elle ne ramène pas quelque chose du traiteur d’à côté, s’est sa femme de ménage qui lui prépare un petit quelque chose maison, parce qu’elle sait que Savannah ne prendra pas la peine de se faire à manger. Mais actuellement, cette dernière est en vacances, et c’est pour cela qu’elle avait prit à emporter dans son restaurant asiatique préféré. Puis elle réalisait que ça lui faisait bien plus plaisir qu’elle ne l’aurait cru d’avoir de la compagnie et surtout celle d’April. Si elle mettait de côté les récents événements, et ne se concentrait que sur la jeune femme qu’elle avait connu alors qu’elle l’employait dans son magasin, elle n’avait que des raisons de l’appréciait. Ce qui était d’ailleurs toujours le cas, malgré tout. Tout le monde pouvait faire des erreurs dans la vie, et la Française devait avoir ses raisons pour avoir fait les siennes.

Suite aux questions de son invitée, l’experte en art prends le temps de regarde sa décoration. A force de passer tous les jours devant, elle ne le voit même plus. Et elle prend de lui raconter un peu son histoire. Le plus gros de sa vie, tout le monde le connait. Il suffit de prendre un journal pour en connaître la plupart des détails. Elle s’y est faite, Savannah, comme son amie devrait apprendre à le faire désormais. Levant le regard vers April, cette dernière hausse les épaules avant de répondre :

« Oui et non. Je regrette seulement de ne pas avoir pu faire quelque chose. »

Si elle n’avait pas été prise autant par elle-même, par son travail, si elle avait accordé un peu plus d’attention à sa petite sœur, alors peut-être que rien de tout cela ne lui serait arrivée. Mais avec des si, l’on pourrait refaire le monde, elle ne savait bien.

« Et j’en suis fière. Certes, je n’ai pas tout construit de mes propres mains, mais je suis fière de ce qu’est devenue l’entreprise, grâce à moi. »

Et il fallait dire qu’elle avait travaillé dur pour cela. Alors qu’April installait la table, Savy entreprit d’ouvrir une bouteille de vin. Avoir de la compagnie était une bonne occasion pour cela, et ça faisait moins alcoolique que de le faire toute seule. Un rire s’échappe d’entre ses lèvres sans qu’elle ne le contrôle à la remarque de la jeune femme.

« Pas vraiment en faite. Du moins pas dans le sens que je recherche. »

A vrai dire, elle n’a pas vraiment le temps. Les seuls moments où elle fait des rencontres, c’est lorsqu’elle se trouve au bar d’un hôtel lorsqu’elle est en voyage. Ici, à Wellington, elle ne sort pratiquement jamais de son bureau, sauf pour aller voir des proches. Enfin installés, et servit, Savannah commence à manger, avant de poser une question à la jeune femme. Elle sait que cela risque d’être un peu déconcertant, mais elle ne veut pas se gêner de pouvoir parler de certaines choses, pas entre elles.

« Ca peut se comprendre. Il faut lui laisser un peu de temps je pense. Attendre qu’elle revienne d’elle-même vers toi, et surtout ne pas désespérer qu’elle le fasse. Parce que je sais qu’elle le fera. »



AVENGEDINCHAINS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 189
▵ arrivé(e) le : 25/02/2017
▵ avatar : Eva Green.

MessageSujet: Re: It's time to begin, isn't it ? (Savannah) Ven 15 Sep - 15:46



     

Savannah
&
April
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
It's time to begin, isn't it ?
Cela fait un bien fou de se retrouver ici, en compagnie de Savannah, loin de ses tracas quotidiens. Le temps d’une soirée, elle peut oublier toutes les peurs et les angoisses qui l’habitent pour devenir une personne normale. Une simple jeune femme qui dîne chez une amie, une amie adorable avec elle qui plus est. Elle ne connait pas Savannah aussi bien qu’elle le voudrait. Ce n’est pas surprenant puisqu’elle n’était, à l’origine, que son employeur. Mais elle est ravie de profiter de ce repas improvisé pour apprendre à mieux la découvrir. April ne s’attendait pas à ce qu’elle parle, même à mots couverts, du drame que sa famille a traversé. Mais c’est le signe qu’elle ne la voit pas comme quelqu’un dont elle devrait se méfier, elle la voit comme elle l’a toujours vue. Et cela, ça n’a pas de prix. La Française est toutefois attristée de l’entendre évoquer ses regrets, notamment celui de n’avoir rien pu faire… Pour protéger sa sœur, sans aucun doute. Pourtant, rien n’est sa faute dans cette histoire. – Tu ne pouvais pas… Imaginer, ce qui se passait derrière ton dos… Personne n’aurait pu l’imaginer. Elle ne veut pas juger ce qu’a fait le père des Walker. Elle parle surtout pour la petite sœur de Savannah, à vrai dire. Elle a connu bien des sévices avec son propre père, des blessures dont elle ne se remettra surement jamais totalement. Elle sait combien on souffre de ce genre de choses, combien on se renferme sur soi-même, et combien on a du mal à laisser les autres s’approcher. Elle-même, elle n’a jamais eu la force de parler de ce que son père lui faisait subir, elle s’est contentée de partir dès qu’elle l’a pu. Alors ce n’est pas la faute de Savannah si elle n’a rien pu faire, c’est juste la vie qui a été trop cruelle avec leur famille. Mais son interlocutrice a su se relever, elle a même su briller malgré tout. Elle est impressionnante. Et April ne peut s’empêcher d’être admirative de tout ce qu’elle a entrepris. Un sourire sincère sur les lèvres, elle lui rétorque. – Et tu as de quoi, vraiment.

Une fois le couvert installé, les deux amies se mettent enfin à table. La grande brune remercie l’experte en art lorsqu’elle lui sert un verre de vin tout en poursuivant la conversation. Elle devient plus légère alors qu’elles en viennent à parler d’amour. Sa réflexion fait naître un joli rire de la part de Savannah qui ne semble pas avoir une vie amoureuse plus remplie que la sienne. Et si pour une femme qui sort tout juste d’un hôpital psychiatrique, il n’y a surement rien d’étonnant au fait qu’elle soit célibataire, c’est plus surprenant pour elle. Elle a réellement tout pour elle. Que lui manquerait-il donc ? Peut-être l’envie, simplement, ou le temps probablement. – Hum… Je suis sûre que tu ne verrais même pas qu’un homme pourrait te plaire même s’il était juste sous tes yeux parce que tu es trop occupée à travailler. C’est qu’elle commence à la connaître. Elle se souvient parfaitement de toutes ces soirées où elle restait travailler au lieu de rentrer. Et, étant donné l’heure à laquelle elles se sont croisées, elle doute que Savannah ait changé ses habitudes.

Alors qu’elles commencent toutes deux à dîner, April a tout juste le temps de savourer ce qu’elle a dans son assiette qu’elle entend la question de son amie au sujet de Meghan. Meghan, son seul prénom suffit à faire naître un pincement dans son cœur. Elle lui manque tellement, et pourtant, elle sait bien que Savannah a raison. Elle doit faire preuve de patience avec elle, même si c’est difficile. La Néo-zélandaise semble convaincue que sa fille lui reviendra. Elle, elle n’en est pas si sûre. La force de leur relation est indéniable, mais elle lui a causé bien trop de torts, et elle le sait. – J’espère que tu as raison mais je… J’ai peur qu’elle n’arrive pas à me pardonner ou… Ou qu’elle ne voit en moi plus que ce que les autres voient… Elle a peur qu’elle ne la considère plus comme sa mère, inévitablement. Et même si c’est difficile à confier, cela fait du bien d’avoir quelqu’un avec qui le faire en la personne de Savannah.

CODE BY MAY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MODOlittle panda.
avatar
MODO ∞ little panda.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 397
▵ arrivé(e) le : 05/03/2017
▵ avatar : Lauren Cohan **

MessageSujet: Re: It's time to begin, isn't it ? (Savannah) Sam 7 Oct - 11:57


It's time to begin, isn't it ?
April et Savannah

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Parler de ce qui s’est passé dans sa vie, ce n’est pas facile. Mais Savannah à très vite apprit à faire avec. Elle n’avait pas vraiment le choix de toute façon, puisque même lorsqu’elle avait fuit dans un autre pays, son nom était entaché. Elle avait longuement réfléchis à le changer, à prendre le nom de jeune fille de sa mère. Puis elle avait abandonné cette idée, comptant bien faire de son nom, de son identité, une nouvelle chose. Elle comptait travailler d’autant plus dur pour qu’il ne soit pas entaché par les actes de son père. Il lui avait fallut du temps, mais finalement la jeune femme y était arrivée. Quant à raconter ce qui s’était passé, l’on pouvait déjà lire toute l’histoire dans les journaux, alors ça ne servait à rien de le cacher. Surtout qu’avec le temps, elle ressentait de moins en moins de colère à mesure qu’elle en parlait. Un sourire timide s’étire sur les lèvres de la brune alors qu’elle hausse les épaules.

« Je sais, on ne cesse de me le répéter, mais j’ai encore du mal à l’intégrer. »

En faite, Savannah ne cessait de se dire qu’elle aurait dû voir quelque chose, s’était obligé, il ne pouvait en être autrement. Sauf que cela n’avait pas été le cas, et elle l’avait apprit en découvrant sa petite sœur en larme à la porte de chez elle. La demoiselle secoue la tête pour effacer ses images de son esprit et se concentre sur la suite de la conversation. L’entreprise, la sienne désormais, elle en est tellement fière. Faut dire qu’il lui en fallut du travail pour lui redonner son éclat d’autrefois, mais elle a réussit. Il le fallait bien, pour sa famille. Un franc sourire apparaît cette fois sur son visage à la remarque d’April, qui approuve ses dires.

« Merci ! »

Une fois mise à table, Savannah commence enfin à se détendre, à se dire que la journée de travail est terminé pour le moment. C’est d’ailleurs pourquoi elle s’offre le luxe d’ouvrir une bouteille de vin qu’elle partage avec son amie, continuant de discuter de tout et n’importe quoi. Y compris les hommes ! L’on ne peut pas dire qu’elle ne les connait pas, la Walker, bien au contraire, elle en a connus plusieurs, mais c’est vrai qu’en ce moment, il n’y a personne pour partager sa vie, et quelques fois ça lui manque, lorsqu’elle trouve le temps de penser à autre chose qu’au travail. En plus, la jeune femme ne fait pas vraiment d’efforts pour faire des rencontres. Elle se met à rire à la remarque d’April, tout en hochant la tête. Elle a tout à fait raison, et s’en est déprimant lorsqu’on y pense bien.

« Je ne peux pas dire le contraire, ça c’est sur ! Et probablement même que je le fais exprès. »

A vrai dire, elle n’a pas eu une seule relation sérieuse depuis Chicago et l’homme qu’elle a laissé là bas. Après tout, pourquoi se mettre à chercher quelqu’un à qui l’on va s’attacher pour qu’il nous trompe et nous trahisse par la suite ? Savannah n’en voit pas vraiment l’intérêt. Sauf que le temps se fait de plus en plus pressant et que si elle veut construire sa famille, il faudrait qu’elle se mette un peu au travail ! Avant une bouchée de riz cantonais pour éviter de penser à tout cela, la jeune femme pose alors une question à son amie. Elle sait qu’elle risque de plomber un peu l’ambiance, mais si elle est réellement l’amie d’April comme ça lui plaît de le croire, alors elle le doit. Un sourire compatissant s’étire sur ses lèvres en regardant la jeune femme.

« Le temps fait des miracles tu sais. Je sais que ce n’est pas évident d’être de l’autre côté, mais il faut être patient. C’est parfois la seule chose à faire. »

Elle hésite une seconde à ajouter que Meghan reviendra, puisque c’est sa fille. Sauf que ce n’est pas réellement le cas, alors la demoiselle préfère se taire.




AVENGEDINCHAINS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 189
▵ arrivé(e) le : 25/02/2017
▵ avatar : Eva Green.

MessageSujet: Re: It's time to begin, isn't it ? (Savannah) Jeu 12 Oct - 3:29



     

Savannah
&
April
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
It's time to begin, isn't it ?
Elle ne peut pas s’en vouloir, Savannah. Elle ne devrait pas s’en vouloir parce qu’elle n’a absolument rien fait de mal. Bien sûr, parce qu’elle est une bonne personne et qu’elle aime sincèrement sa sœur, elle ressent une culpabilité qui est normale… Mais qui n’est pas légitime. Elle ne mérite pas de se laisser ronger par ces regrets, aucun d’entre eux ne le mériterait. C’est difficile de déceler la noirceur de l’être humain. C’est plus difficile encore de l’imaginer lorsqu’il s’agit de l’un de nos proches. Et elle le sait, April. Parce que même si elle n’a pas vécu la même chose que la cadette Walker, elle a souffert elle aussi des actes monstrueux de son propre père. Il l’enfermait dans la cave durant des heures, parfois pendant tout un week-end. Il la frappait, il violentait de toutes ses forces son petit corps frêle d’enfant. Et sa mère, elle, ne faisait rien pour l’en empêcher. Ils étaient des parents modèles au sein du voisinage, la famille parfaite par excellence. Personne n’aurait pu deviner. Et elle sait qu’il en est de même au sein de la famille de Savannah. Loin d’eux, elle n’aurait pas pu deviner ce que subissait sa petite sœur. Mais elle ne peut sans doute pas contrôler ses sentiments. C’est aussi cela, l’amour. – A force de te le répéter, peut-être qu’un jour tu finiras par y croire réellement. déclare-t-elle avec un petit sourire réconfortant, avant de reprendre rapidement. – Et tu es là pour ta sœur maintenant, c’est le plus important.

Elle est sincère. Elle ne peut pas rester indifférente en voyant la jeune femme culpabiliser alors qu’elle n’a rien fait de mal. Elle n’aime pas voir les autres souffrir, April. Elle est contente de voir un sourire se dessiner sur ses lèvres alors que la conversation se poursuit. Sur le travail de Savannah d’abord, puis sur sa vie amoureuse. L’absence de sa vie amoureuse serait peut-être un terme plus juste. C’est dommage, vraiment. Elle a tout pour plaire, elle mériterait aussi l’amour. Mais elle reste une femme forte, indépendante et surtout qui s’assume toute seule. La Française en est admirative parce qu’elle n’a pas cette force, elle. Elle n’a pas nécessairement besoin d’un homme dans sa vie mais l’amour, lui, elle en a réellement besoin. C’est ce qui l’a poussée à kidnapper cette petite fille une quinzaine d’années plus tôt, cette petite fille qui, en fin de compte, est la seule personne qui lui a offert ce dont elle a besoin. Même si elle est partie maintenant.

Quoi qu’il en soit, elle ne peut s’empêcher de s’inquiéter pour l’experte en art qui travaille beaucoup trop alors qu’elle devrait davantage profiter de tout ce que la vie pourrait lui offrir. Elles discutent avec légèreté toutefois, autour d’un bon repas, un verre de vin à la main. C’est agréable. Cela fait si longtemps pour April. Reposant sa coupe sur la table après en avoir bu quelques gorgées, la belle brune écoute avec attention les paroles de son interlocutrice. Un sourire amusé apparait sur ses lèvres lorsqu’elle entend sa dernière réflexion. – J’imagine que l’amour peut arriver au moment où on s’y attend le moins. Tu as surement raison de ne pas l’attendre désespérément, c’est tout à ton honneur d’être aussi indépendante. Mais il ne faudrait pas que tu lui fermes la porte au nez s’il finissait par arriver. Ses propos sont dits avec légèreté, sans pression aucune. Elle veut simplement voir son amie heureuse.

Alors que le repas se poursuit, Savannah finit par évoquer sa fille. C’est un sujet qui fait toujours mal mais, quelque part, cela fait aussi du bien. Elle ne peut pas continuer sa vie comme si Meghan n’existait pas alors que, toute son existence a toujours tourné autour d’elle. Elle n’a pas envie, non plus, qu’il y ait des non-dits avec celle qui est, finalement, la seule amie qui lui soit restée. – C’est ce que j’essaye de faire, je… Je veux la laisser venir à son rythme. Mais j’ai surtout peur qu’elle n’en ait plus jamais l’envie. Et c’est cette pensée qui lui fait le plus mal.

 

CODE BY MAY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MODOlittle panda.
avatar
MODO ∞ little panda.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 397
▵ arrivé(e) le : 05/03/2017
▵ avatar : Lauren Cohan **

MessageSujet: Re: It's time to begin, isn't it ? (Savannah) Dim 29 Oct - 16:51


It's time to begin, isn't it ?
April et Savannah

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Son regard se plonge quelques secondes dans le vide, et dans son esprit se déroule les dernières années de sa vie. Elle y voit sa petite sœur, et son sourire angélique, son père préparant le petit déjeuner, ses frères jouant dans le jardin, et sa mère dont le regard couvait tendrement chacun des membres de cette famille. Qui aurait pu croire tout ce qui se cachait derrière cette apparence ? Savannah, depuis toute petite, avait finalement grandit dans un monde que l’on ne lui avait pas apprit à regarder vraiment, et pour cela, elle détestait ses parents. Parce qu’ils auraient dû lui apprendre, ainsi elle aurait pu voir tout ce qui se passait au sein même de sa famille, et peut-être faire en sorte que les choses changent. Mais non, l’aînée Walker s’était contenté de poursuivre sa vie, ses études, de ses petits problèmes personnelles en se disant que sa famille allait bien, qu’ils n’avaient pas besoin d’elle. La voix d’April la ramène à la réalité, et elle se met à sourire elle aussi en entendant ce qu’elle dit. Elle sait qu’elle n’a pas tord, il faut seulement l’intégrer.

« Oui. De toute façon je ne peux pas faire grand-chose d’autre. »

Intérieurement, Savy est soulagée que la conversation passe à autre chose, cette histoire de famille, elle en a tellement parlé, même des années plus tard, qu’elle n’en peut plus, ne veut plus penser à son père. Mais le sujet que les deux femmes abordent par la suite n’est pas forcément mieux. La vie amoureuse. Autant dire que la jeune PDG n’en avait aucune. Elle n’avait clairement pas le temps pour cela. Ou alors c’était parce qu’elle n’avait personne dans sa vie qu’elle travaillait autant ? La jeune femme ne se penchait pas vraiment sur la question de toute façon, elle se rendait tout simplement compte que le temps avançant, il faudrait qu’elle pense à faire quelque chose un jour. Une fois la table mise et les deux jeunes femmes installées autour d’un repas, Savannah avoue totalement qu’elle fait probablement exprès de ne pas faire de rencontre. En même temps, avec la vie qu’elle mène, comment pourrait-elle entretenir une relation amoureuse ? Le plus gros de sa journée, elle le passait au bureau, la plupart du temps, elle était en dehors du pays. Ce n’était pas évident, et Savy ne voulait rien changer pour le moment. Aux paroles de son amie, la brune lève son verre et en boit une longue gorgée avant de lui répondre :

« Tu as tout à fait raison ! Et je t’assure que je ne ferme jamais la porte à un bel homme ! Seulement je crois que je fais seulement plus attention à ceux que je laisse entrer dans mon intimité. Celle là, je veux dire. »

En même temps qu’elle termine sa phrase, la jeune femme place sa main sur son cœur. Coucher avec des hommes qu’elle ne connaît pas, ou pratiquement pas, ce n’est pas un problème pour la Walker, bien au contraire, la plupart du temps, ça l’arrange. Mais de ses hommes, très peu arrivent à en savoir un peu plus sur elle. Il n’y a que Tâte qui est ce privilège, et elle se demande toujours pourquoi. Changeant une nouvelle fois de conversation, cette fois, la jeune femme la dirige vers Meghan, la fille d’April. Elle sait que ce n’est pas un sujet évident pour son amie, mais il faut qu’elle l’aborde. Savannah pose ses couverts et pote une nouvelle fois son verre à ses lèvres en écoutant son ancienne employée. Elle fait la grimace à l’idée de ce qu’elle va dire, et ne retient pourtant pas ses mots.

« J’imagine… Mais on ne pourrait pas lui en vouloir de ne pas revenir vers toi… Je suis désolée si je te fais mal, mais tu me connais, je ne vais pas commencer à te mentir aujourd’hui. Pourtant, pour l’avoir un peu vu ses derniers, je sens que tu n’a pas trop de soucis à te faire, et qu’elle reviendra vers toi. »


AVENGEDINCHAINS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 189
▵ arrivé(e) le : 25/02/2017
▵ avatar : Eva Green.

MessageSujet: Re: It's time to begin, isn't it ? (Savannah) Mar 31 Oct - 19:53



     

Savannah
&
April
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
It's time to begin, isn't it ?
Un petit sourire compatissant apparaît sur le visage d’April en guise de réponse aux paroles de son amie. Elle ne veut pas la torturer davantage avec une conversation qu’elle devine difficile pour elle. Elle sait par expérience qu’il ne faut pas fuir les sujets qui font mal mais elle a aussi conscience qu’il est inutile de remuer le couteau dans la plaie trop longtemps. Savannah est forte. Cela se ressent dans chacun de ses sourires, chacun de ses mots, jusqu’à la façon dont elle se tient. Il y a des gens comme ça, que l’on sait courageux et intrépides, ceux qui trouveront toujours un moyen de s’en sortir. Et elle fait partie de ceux-là. Elle finira par y arriver. D’une manière ou d’une autre, elle saura surmonter cette culpabilité. Elle s’en sortira.

La conversation se poursuit sur un sujet plus léger, mais qui a toute son importance néanmoins. L’amour… Il est une réalité pour certains, un mensonge pour d’autres. April, elle, ne sait pas réellement ce qu’elle en pense. Elle n’a pas la chance de connaître le grand amour. Mais ce dont elle est certaine, toutefois, c’est qu’il ne faut pas se priver de ce que la vie peut nous offrir. Qu’il s’agisse d’une relation amoureuse forte et engagée ou d’une aventure légère et passionnée. Et, de toute évidence, son interlocutrice a semble-t-il une préférence pour la deuxième option. Un sourire en coin se dessine sur les lèvres de la Française alors qu’elle l’entend avouer qu’elle ne ferme jamais la porte à un bel homme. C’est surement plus difficile d’ouvrir son cœur pour elle. – Je comprends. Il y a probablement bien plus de complications une fois que l’amour entre en jeu… Enfin, pour ce que j’en connais… ajoute-t-elle avant de boire une gorgée de son verre. Elle avoue son ignorance dans ce domaine si mystérieux. Elle a eu, bien sûr, quelques histoires au cours de sa vie mais elle ne sait pas si elle peut vraiment parler d’amour. Elle n’a pas l’impression d’être faite pour ce sentiment.

Et c’est peut-être normal avec la vie qu’elle a menée. Elle n’a jamais connu l’amour de ses parents. Et, hormis quelques amourettes, elle s’est focalisée sur une petite fille qui n’a jamais été la sienne. Mais elle aime Meghan, elle l’aime tellement. Et elle sait, au fond d’elle, que Meghan l’aime tout autant. Leur relation est bien plus forte qu’une relation mère-fille normale. Elle est fusionnelle, comme celle de deux âmes sœurs. Ce n’est pas quelque chose que la majorité des gens peuvent comprendre. Peut-être que personne ne peut comprendre, personne sauf elles. Et, en réalité, elle a peur que Meghan elle-même ait fini par l’oublier. Les mots de Savannah lui font mal, indéniablement. Elle ne lui en veut pas, bien sûr que non. Elle préfère de loin sa sincérité plutôt que des mensonges auxquels elle ne croit pas. Mais la douleur est là malgré tout. – Je préfère que tu sois franche, c’est… C’est ce que font les amis. dit-elle dans un premier temps, avec toute la sincérité du monde.

Elle ne veut pas que la jeune femme s’inquiète, voire culpabilise pour une conversation appropriée, étant donné les circonstances. Cette précision faite, elle baisse les yeux vers son assiette sans la toucher, un peu pensive. – Je sais que tu as raison, elle aurait toutes les raisons du monde de ne plus vouloir me voir… Je devrais peut-être même la laisser retrouver… La vie que je l’ai empêchée d’avoir… C’est ce que je fais, je la laisse tranquille… C’est ce que sa conscience lui dit, ce que sa raison lui dicte. Mais son cœur est bien plus fort malheureusement. – Mais tu es honnête avec moi, et je vais l’être aussi… Même si j’ai… volé ce rôle à quelqu’un d’autre, je suis sa mère et elle est ma fille. Je ne lui forcerais jamais la main mais… J’espère que tu dis vrai et… Qu’elle me reviendra… Sinon, elle ne survivrait pas, elle le sait.


 

CODE BY MAY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MODOlittle panda.
avatar
MODO ∞ little panda.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 397
▵ arrivé(e) le : 05/03/2017
▵ avatar : Lauren Cohan **

MessageSujet: Re: It's time to begin, isn't it ? (Savannah) Lun 6 Nov - 21:17


It's time to begin, isn't it ?
April et Savannah

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La demoiselle se rend compte qu’avec le temps, cela fait de moins en moins de mal de parler de son drame familial. Certes, c’est toujours un peu difficile, parce que ce qui s’est passé est horrible, mais elle a finalement sut apprendre qu’elle ne pouvait plus rien y faire et que cela appartenait au passé. Son père était partit, probablement pour toujours, et Savannah avait réussit à revenir auprès de sa famille pour prendre soin d’eux. C’était désormais tout ce qui comptait. Lorsque le sujet de conversation dévia sur les relations amoureuses, la jeune femme n’était pas certaine que ce soit pour le mieux. Depuis des années, elle n’avait pas réussit à trouver un homme avec qui avoir une relation sérieuse. C’était malheureux, et à cause de ça, elle s’était plongé corps et âme dans son travail, réduisant de plus en plus ses probabilités de faire des rencontres. Jusqu’à présent, elle certifiait à tout le monde que ça lui convenait ainsi, mais il fallait être réaliste, Savannah prenait de l’âge et si un jour elle voulait fonder sa propre famille, il lui faudrait s’y prendre assez rapidement. Ou alors elle devrait adopter. Ce qui n’était pas plus mal non plus, mais la jeune femme ne pouvait pas s’empêcher de croire que son histoire n’était pas terminée et qu’elle lui réservait une histoire d’amour digne d’un conte de fée. Elle avoue alors à son amie qu’elle ne ferme aucunes portes et n’hésite pas à partager du bon temps avec les hommes qu’elle peut croiser. Pourtant, ce n’est pas suffisamment, et elle ne trouve pas de solution pour que ce soit durable. La dernière phrase d’April l’intrigue et elle penche la tête sur le côté pour la regarder.

« Tu n’as jamais aimé ? »

C’est étrange… Ou peut-être pas tant que ça. Elle s’en est posé des questions, la jeune PDG, à se demander si elle aussi avait vraiment connut l’amour dans sa vie amoureuse, ou est-ce que c’était seulement une illusion comme sa dernière relation l’avait été. Il devait pourtant y avoir une personne, qu’April avait aimée, ne serait-ce qu’un peu plus que les autres, suffisamment pour que cela signifie quelque chose de plus. En tout cas, ce qui était certain, c’était que la Française aimée sa fille, Meghan. C’était indéniable, même si toute leur histoire était compliquée et basé sur un mensonge, ça n’empêchait pas les sentiments d’être présents et réelles. Avec les mots qu’elle venait de prononcer, Savy savait qu’elle pouvait blesser son amie, mais elle ne se voyait pas lui dire autre chose, pour lui faire plaisir. Parce que ce n’était pas nécessairement ce dont elle avait besoin. Comme lorsqu’elle avait apprit la vérité à propos de sa famille, Savannah n’avait pas eu besoin qu’on lui mente en lui disant que son père aimait sa famille et qu’il avait probablement pas été lui-même lorsqu’il avait porté la main sur sa petite sœur. Parce que tout cela n’était pas vrai et qu’elle le savait. Ce qu’elle avait besoin d’entendre, c’était que son père était un monstre. Elle ne pouvait pas dire la même chose d’April, parce qu’au fond, elle ne connaissait pas en détails toute l’histoire. Mais elle avait vu, au cours de ses dernières années, comment elle avait élevé et comment elle s’occuper de Meghan, et cela était suffisant. Savy leva son verre avant de le porter à ses lèvres pour souligner les paroles de son amie.

« S’il n’y a pas cela entre amies, alors que reste-t-il ? »

Seul le temps pourrait dire si elle retrouverait complètement sa fille, mais Walker n’en doutait pourtant pas. Elle ne savait pas dire pourquoi, le ressentait tout simplement. Après tout, pendant de très nombreuses années, elle avait été la mère de Meghan, ça ne pouvait pas s’oublier en quelques semaines, ni même quelques mois.

« Ce n’est pas ce que je te conseil de faire, de la laisser tranquille, de la laisser retrouver une vie qui n’existe pas. Tu es sa mère, c’est toi qui as prit soin d’elle durant toutes ces années, c’est par rapport à toi qu’elle s’est construite tel qu’elle est aujourd’hui, tu ne peux pas lui enlever ça en la laissant disparaître de ta vie. »

Ça allait s’arranger. Parce que toutes les histoires avaient une fin, et Savannah avait bon espoir pour celle là. Terminant son verre, elle reposa sa fourchette, n’ayant plus faim pour le moment. Du moins, il lui restait toujours de la place pour un petit dessert, et elle s’empressa d’en faire part.

« Je te propose que l’on termine ce délicieux vin devant une délicieuse part de tarte. »



AVENGEDINCHAINS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: It's time to begin, isn't it ? (Savannah)

Revenir en haut Aller en bas

It's time to begin, isn't it ? (Savannah)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always love ::  :: archives rp.-