AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 I don't need a hand to hold even when the night is cold {Maon ♥︎}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 206
▵ arrivé(e) le : 27/04/2017
▵ avatar : Shraddha Kapoor

MessageSujet: I don't need a hand to hold even when the night is cold {Maon ♥︎} Dim 7 Mai - 14:31


I don't need a hand to hold even when the night is cold



Maon&Izaline

Assise par terre dans mon nouvel appartement, je cherche l’inspiration pour défaire mes affaires. En regardant tous ces cartons je ne sais pas trop par quoi commencer. Grimaçant en regardant autour de moi, je finis par me relever et jette un œil dans chacun des cartons. J’ai été bête en fait, j’étais tellement pressée de partir de mon ancien appartement, que je n’ai même pas fait ces cartons dans l’ordre. Tout est mélangé et l’idée de tout défaire me désespère presque. Je finis par pousser les cartons dans un coin et cherche mon téléphone, me laissant tomber dans le divan. Dehors le ciel est bleu, il fait beau quand finalement mon regard se pose sur un carton où il est indiqué « NYC ». Je sais très bien que tout ce qui est dedans restera là-dedans. Je m’évertue à prendre ces souvenirs partout avec moi mais quand il s’agit de les ranger quelque part, c’est comme si ça allait me porter malheur pour les sept années à venir. Peut-être que c’est mieux de laisser ça là et de s’en occuper plus tard, c’était en tout cas ce que je me disais. Et ce que je fis.

Me levant du canapé, je pris ma veste et quitta mon appartement dans l’idée de prendre l’air, dans un premier temps. Peut-être d’essayer de connaitre un peu mieux cette ville et ces habitants. J’y suis déjà venue, oui, mais pas au point de connaitre tout comme ces personnes qui y vivent. Le weekend, les gens sont dehors, ils s’amusent, ils profitent du soleil et probablement même que certains se dorent la pilule à la plage. Assise sur un banc dans un parc, mon regard est posé sur une maman prenant soin de jouer avec son petit bout qui marche à peine. La joie et le bonheur sur ces visages me fait comme un pincement au cœur, sans doute parce que même si j’essaie de garder le sourire, j’ai l’impression de retourner dans le passé, mon esprit y retourne souvent et rares sont les fois où il revient enjoué et aussi joyeux que ce qu’on peut lire sur le visage de cette femme. Dans un soupire, je me lève et continue mon petit bonhomme de chemin jusqu’à New Town.

Dans le bâtiment menant à l’appartement de Maon, j’y rencontre une vieille dame qui me dévisage du regard. Les sourcils froncés je continue mon chemin en grimpant les escaliers pour finalement arriver au bon étage. Je frappe à la porte, mais ma curiosité me pousse à regard par-dessus la rampe à la recherche de cette dame un peu trop bizarre pour être honnête. Je ne vois pas le mal partout, non, mais je crois que c’est un défaut professionnel d’essayer de lire dans le comportement des gens « MAONNNNNN. C’est Iza, ouvre ! » commençais-je a crier derrière la porte, dans l’espoir qu’il m’entende. En fait je n’ai même pas la certitude qu’il est là. A nouveau je frappe à la porte, prête à repartir dans les cinq minutes.



By Phantasmagoria

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AWARDSle plus déprimant.
avatar
AWARDS ▵ le plus déprimant.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 484
▵ arrivé(e) le : 04/02/2016
▵ avatar : JESSE L. SOFFER

MessageSujet: Re: I don't need a hand to hold even when the night is cold {Maon ♥︎} Lun 8 Mai - 14:55


Izaline & Maon  
 
I don't need a hand to hold even when the night is cold

Depuis un moment tu ne vis plus vraiment dans l’appartement que tu possèdes à New Town. Tu te sens plus en vie sur ton bateau, tu y as vécu la tempête ayant ravagé les environs dernièrement, mais ce ne fût pas pour autant que tu avais envie de tout envoyer valser pour retourner vivre dans ton appartement, tu penses même à le louer à des personnes en ayant besoin. Tu avais encore cette envie de recourir à l’alcool, pour oublier pour vivre sans le souvenir désobligeant et blessant de Janae. Tu allais mieux, tu te sentais bien mieux avant de rencontrer Lemon, elle avait tout bousculé dans ta vie, sans rien faire à vrai dire. Tu te retrouvais dans la chambre de ton appartement avec la ferme intention de récupérer un bon nombre de vêtement et affaire pour refiler sur le bateau nommé ‘ Janae for ever’ elle était là, toujours et encore. Tu ne pouvais tracer un quelconque trait sur cette relation qui c’était brutalement terminé il y a de cela pas mal d’année maintenant. Cinq ans pour être exacte, la date d’anniversaire était passée ce qui t’avait clairement aidé à replonger dans l’alcool. T’avais été faible et t’étais parvenu à le cacher à tes pères et à Izaline, beaucoup moins à ton cousin de sang Roméo, qui n’avait pas l’air de se souvenir que tu étais dépendant à l’alcool. Enfin, cela avait arrangé tes affaires de près, tu voulais te démerder par toi-même, même si pour cela te fallait à nouveau partir en voilier pour combattre ton addition, mais tu ne jugeais pas encore que cette dernière soit si horrible à subir. Tu te voilais tout bonnement la vérité pour le moment.
Fouillant tes armoires, tu avais l’impression de perdre la face, de devenir complétement dingue. Tu cherchais désespérément une chose que tu avais accepté d’enlever de ton doigt et de la mélanger à celle de ta femme. Ton alliance, cette petite chose que tu avais choisis sur un coup de tête durant un week-end de revanche avec Janae où vous aviez fini à parler à Elvis vous unissant jusqu’à la fin de votre vie, une vie bien trop courte pour elle. Tu en avais horreur de te sentir si désespérer, les femmes te ramenaient à te montrer bien trop faible et la seule femme pouvant encore avoir ce putain de pouvoir sur ta petite personne était Izaline, du moins tu aimerais que cela soit vrai, mais ce n’était pas le cas. Ta jolie voisine avait mis tes nerfs à  rude épreuve et tu ne savais même pas expliquer quoi que ce soit à son sujet. Tu étais dans le flou total. Perdu dans tes pensées et dans tes recherches, tu te surpris à sursauter en entendant cette voix, tu sentais ton cœur se soulever.  Pinçant tes lèvres entres elles, tu te glissais dans ton entrée entendant les cognements de poing de ta petite sœur adoptive contre la porte. Le cœur lourd, tu osais penser à ne pas lui ouvrir la porte, à la laisser à la porte, car de suite tu n’étais pas apte à montre le meilleur des maon.  
La porte tu l’ouvris et tu regardais ta petite sœur, tu étais tendu, les larmes faisant presque pression pour couler.    « Hey toi …tu vas bien ? »  Tu l’attrapas pour la prendre contre toi, comme pour te consoler et surtout éviter de lui montrer qu’elle venait de te surprendre en plein désarroi. Tu ne la serrais pas bien fort avec l'un de tes bras en écharpe, car tu avais l'épaule démise. .  Vous aviez tout deux des fantômes jonchant le parcourt de vos vies, des fantômes vous rongeant et tentant parfois de vous mettre au sol. Vous étiez tombés sous le charme l’un de l’autre, elle était plutôt dans l’adolescence quand tu l’avais connu, tout comme toi, un âge parfait pour se connaitre , tes pères, vos pères étiez tous deux des anges de passage et encore présent dans vos vies à ton humble avis.    « Entre ! »  que tu lui disais en la laissant passer devant toi pour que tu puisses refermer la porte.


LUCKYRED
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 206
▵ arrivé(e) le : 27/04/2017
▵ avatar : Shraddha Kapoor

MessageSujet: Re: I don't need a hand to hold even when the night is cold {Maon ♥︎} Dim 11 Juin - 23:49


I don't need a hand to hold even when the night is cold



Maon&Izaline

A peine avais-je crié au travers de la porte d’entrée de Maon, que la vieille dame me dévisageant du regard cinq minutes auparavant regarde par-dessus la rampe d’escalier. Les sourcils froncés, je comprends qu’elle doit me prendre pour une folle, ou bien qu’elle ne cautionne pas mon comportement. En fait, même si c’est le cas, j’en suis désolée, mais il est toujours trop tard. Je détourne le regard en attendant toujours derrière la porte, sur le point de tourner les talons. Finalement, j’aperçois mon frère dans l’antre de la porte une fois ouverte et m’approche de lui pour me blottir contre lui en guise de bonjour. J’y vais doucement, cette fois, alors que son épaule n’est pas en état autant que la mienne. A sa tête, je vois qu’un truc cloche, ou ne va pas. Certes, on n’est pas frère et sœurs de sang, mais depuis une dizaine d’année, j’arrive désormais à reconnaitre quand ça va ou pas. Je sais que depuis la mort de sa femme, il survit plus qu’il ne vit. C’est aussi une des raisons cachées pour lesquelles je me permets les visites improvisées, cherchant à prendre soin de lui, comme je le peux du moins et ce, sans paraitre encombrante « Ca va, je visite et ma visite m’a conduite jusqu’ici ! Trop forte non ? » lui lançais-je avec une pointe d’humour dans la voix. « Et toi, comment tu vas ? » Je ne sais pas si j’ai le droit de lui demander ça ou pas. Déjà moi, je galère parfois à avancer dans ma vie en repensant à mon passé, alors je n’ose pas imaginer lui. C’est dur, je le sais, même si je ne le vis pas de la même façon que lui. Chacun avance comme il peut, chacun fait son bout de chemin sans pour autant ne pas se soucier de l’autre. Je crois que le fait que je m’inquiète vite de son état ne lui donne pas trop d’occasion pour arriver à s’inquiéter pour moi, puisque j’ai un peu de mal à me dire que je dois le laisser vivre et avancer tout en restant quelque part dans son entourage. Je ne sais pas toujours comment m’y prendre avec lui alors je me contente au moins d’être présente et de lui tirer des sourires, quelques fois.

J’entre dans son appartement puisqu’il m’y invite et les mains dans les poches arrières, je jette un œil autour de moi avant de poser mes yeux sur lui « Qu’est-ce que tu faisais ? » Je suis curieuse, c’est pas nouveau. C’est pas tellement de la curiosité mal placée, c’est surtout pour dire de poser la question, pour m’intéresser à sa vie, à ce qu’il fait de ses journées « Ton bras ça va mieux ? ». Je finis par m’approcher de la fenêtre et regarde dehors, repensant à cette dame. La hauteur pourtant pas si haute me plonge dans un souvenir. Celui de cette tour où avec Djawny on s’était amusés avec les ascenseurs. Quand l’un montait, l’autre descendait : le but du jeu ? Arriver à rattraper l’autre. C’était stupide, débile, voir même un peu puéril, mais c’est le dernier bon souvenir que j’ai avec lui et auquel j’essaie de m’accrocher. Et puis le drame, la peur et dans ma poitrine, mon cœur qui bat la chamade. Rien que d’y penser, ça me procure la même sensation. Je me perds dans des souvenirs douloureux, je le sais, je le sens, mais parfois c’est plus fort que moi. Je baisse la tête, j’essaie de reprendre un rythme cardiaque normal et puis je me tourne vers Maon et l’observe un peu plus. Je sais que ça ne va pas, et s’il me dit que oui, c’est qu’il ment « Maon, t’es sûr que ça va ?»



By Phantasmagoria

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AWARDSle plus déprimant.
avatar
AWARDS ▵ le plus déprimant.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 484
▵ arrivé(e) le : 04/02/2016
▵ avatar : JESSE L. SOFFER

MessageSujet: Re: I don't need a hand to hold even when the night is cold {Maon ♥︎} Mer 19 Juil - 0:52


Izaline & Maon  
 
I don't need a hand to hold even when the night is cold

Tu étais trop préoccupé à l’idée de retrouver ce petit objet et à partir. Tu songeais à tout changer, déménager et c’était une bonne idée, même si cette fille t’ayant laissé perplexe avait d’ores et déjà disparu. Tu tentais de ne plus y penser, mais ça c’était comme poster une lettre à la poste. Mais tenter de te vider l’esprit de Janae était bien plus compliqué. Tu fus vite interpellé par une personne frappant à ta porte, alors que tu étais complétement démuni. Complétement paumé dans tes pensées, dans tes souvenirs. La grosse merde pour le coup. Tu ne savais pas quoi faire, tu as longuement hésité à ouvrir ta porte et à laisser pénétrer Izaline chez toi. Tu n’es pas d’humeur actuellement, non en vrai tu es juste chiant et toujours de mauvaise humeur. Mais c’est ta sœur, alors ça t’aide à lui ouvrir la porte finalement. Tu souris à peine quand elle rentre chez toi. « Ouai, trop fort ! » Le manque d’enthousiasme de ta réponse pourrait sans doute faire peur à ta sœur, mais tu es complétement sûr qu’elle en a l’habitude. Comme beaucoup d’autre personne à vrai dire. Tu la regardes, tu lui offres toujours ce sourire pas vraiment très amicale, tu as du mal, tu repenses à ce que tu cherchais dans tes affaires, tu désespérés de remettre la main dessus. Ça te tue, tu as besoin de te rattacher à elle maintenant. Mais, tu ne peux plus rien faire avec Izaline dans les parages. « Je fais aller. » Ça t’agace d’être si distant avec elle, tu n’aurais pas pu imaginer qu’elle vienne te voir là, au mauvais moment. Mais les petites sœurs c’est un peu ça le principe. La porte de ton appartement se ferme enfin, et tu observes ta sœur, tu tentes d’être calme. Tu gères tes tremblements. Tu es trop mal au point actuellement, mais tu ne veux pas l’inquiéter, mais tu le sais, elle le fera, comme toi tu le ferais pour elle. Vous n’êtes pas unis par le même sang, vous n’avez que l’adoption en commun et une vie catastrophique. Mais ça vous a toujours rapproché, créant ce lien fusionnel que vous vous connaissez. Tu hausses les épaules à sa question. Si seulement elle savait ce que tu faisais. « Pas grand-chose, du rangement. » Heureusement qu’en vrai tu ne fais pas le rangement en foutant un peu plus la pagaille ou même en virant les tiroirs des commodes juste pour trouver quelques choses. Non, ça ce n’était pas faire le ménage ou du rangement. « Enfin, je tente de réfléchir à lâcher cet appartement et vivre à la réserve ou même sur le bateau … enfin, tu vois ! » Tu ne vas pas dire pourquoi et comment tu comptes prendre cette décision, cette appartement tu l’as depuis longtemps, mais tu t’en contre fiche. « Je fais aller aussi, tu sais je vais bien, hein ! » Ouai, tu tentes de lui faire avaler une couleuvre là, mais on ne va pas trop regarder et critiquer, ça arrive à tout le monde d’être mal, toi ce n’est pas toujours constant, parfois ça va, mais que quand tu bosses, à croire que seul les anomaux sont capable de t’apporter un peu de légèreté. Elle observe le dehors par la baie vitrée et tu tournes un peu la tête fermant les yeux, tu angoisses, car tu te demandes toujours où elles sont … puis la voix de Izaline revient à toi. « Ouai … pourquoi ? » A peine que tu lui demandes cela que tu souffles. « Non, ça va pas … mais tu peux rien pour moi, crois-moi … » Tu mords avec force et presque rage ta lèvre ça t’énerve, ça te saoule pour le coup. « Je les trouve plus... je les trouve plus … » Tu répètes, comme si Izaline est censé capté de quoi tu parles, ce que c’est de ces trucs que tu ne trouves plus, comme si elle était devin.


LUCKYRED
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

I don't need a hand to hold even when the night is cold {Maon ♥︎}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always love ::  :: new town. :: habitations.-