AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Je suis ton soleil et tu es ma lune | Malwaissa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 315
▵ arrivé(e) le : 18/02/2017
▵ avatar : Aja Naomi King

MessageSujet: Je suis ton soleil et tu es ma lune | Malwaissa Mar 9 Mai - 15:43





Je suis ton soleil et tu es ma lune.

I miss you so much. Even after all this time.
Malwyn & Raissa
Ce soir, j'ai décidée avec mes copine d'aller au Burlesque Lounge. Nous n'étions jamais aller et c'était un truc qui m'avait toujours un peu, secrètement fascinée et que, grâce à Eloan, je remette en question tout mes principes, je n'allais pas me privée. Mes amies étaient venues chez moi et nous avions pris un taxi pour aller jusqu'au bar, histoire de toute pouvoir nous amusées sans que l'une de nous de doivent rester sobre pour nous ramener. Déjà dans le taxi, l' ambiance était au beau fixe ce qui annonçait une très bonne soirée en perceptive. On rigolait, rattrapant le temps perdue dans nos vies à cent à l'heure.
Après un trajet rapide, le taxi nous déposa devant le bar. Dans de grand éclats de rire, on entra dans le bar. Dès qu'on passait la porte, on était immédiatement plonger dans l'ambiance Burlesque. Les propriétaire avait vraiment mis les petits plats dans les grands. C'était incroyable. Mes copines et moi avions été dirigées vers notre table. On s'installa, toujours dans cette même ambiance parfaite pour une soirée entre filles. Il fut temps de commander la première tournée et je fus désignée sur le champ. Je ris. " Evidement, c'est moi la première !" Je roulais des yeux et me levais du confortable fauteuil ou j'étais assise. " Allez, qui veut quoi alors ? " Leur demandais-je avant de noter méticuleusement dans ma mémoire leurs commandes. J'allais ensuite vers le bar. J'attendis quelques minutes avant qu'on ne s'occupe de moi. Je débitais alors la commande au barman qui nous ferait apporter tout ça à notre table. J'allais retournée vers les filles quand une silhouette dans la foule capta mon attention. Mon coeur battit plus fort sous la surprise. J'avais du mal à croire que cela soit lui pourtant au fond de mon coeur, je le savais. Il m'avait tellement manquée. Je prenais une inspiration et m'approchais de lui. " Mal' ?! " Dis-je avant de glisser ma main dans mes cheveux, n'en revenant toujours pas de tomber sur lui ici. Il me fit face et je sentis distinctement ma main tremblée. " Oh mon dieu. C'est bien toi ... " Soufflais-je.

CODES ET AVATARS BY MAY


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 823
▵ arrivé(e) le : 27/03/2017
▵ avatar : Nico Tortorella

MessageSujet: Re: Je suis ton soleil et tu es ma lune | Malwaissa Dim 4 Juin - 14:47

Je suis ton soleil et tu es ma lune
Raissa ft. Malwyn

La soirée venait à peine de commencer, du moins pour ma part. Je venais à peine de quitter mon dernier client. Toujours la même chose, les soirées étaient toujours les mêmes, un débordement d'appel qu'il faisait appel à moi. Pour un accord tacite, un accord discret fondait sur un silence et la discrétion. Mais ce soir, j'en avais décidé autrement. Ce soir, j'avais simplement fait mon dernier client, et éteint mon portable. Juste pour l'espace de quelques heures être au abonné absent. Celui qui n'existait pas, disparaissant de la surface de la terre. Mes pas résonnaient sur le bitume, encore chaud, d'une journée ensoleillait, une cigarette entre les lèvres. C'est l'agitation sur le trottoir, les cris joyeux, qui attirèrent mon attention. Ce n'était pas exactement le genre d'endroit où j'avais l'habitude, ni où j'aurais pensé traîner pour passer ma soirée. Ou même la finir. Mais... Une autre idée ne se présentait pas. A part une seule pensée... Pourquoi pas ! À peine avais-je formulé mes pensées, que mon mégot venait s'écraser sur le sol, éteint par un geste circulaire du pied. La lumière tamisée, était loin d'être agressive, une ambiance feutrée était loin de laisser place à l'imagination, sur le déroulement qu'il allait suivre pour la soirée. Mais qu'importe, ma seule intention n'était pas d'assister au spectacle que proposer le club. Mais bien profiter du bar, qui se dessinait dans mon champ de vision, droit devant moi. La seule chose qui me plaisait dans cet univers était peut-être la musique, au son jazzy qu'elle proposait. Cela fera l'affaire le temps de cette nuit. Je passais outre le fait, que je pouvais paraître décaler dans cet univers. Qu'il ne m'identifiait pas exactement. Je n'attendais rien de cette soirée. Rien d'extraordinaire, et encore moins rencontrés mon passé. Je n'avais pas tout de suite réalisé, une partie se trouvait là devant moi. Tout aussi surprise que moi, dans ce lieu les plus étranges, pour faire une rencontre, remémorer le passé. Ce que je ne voulais pas, après tout le passé appartenait au passé. Et puis, rien ne me rattachait à cette période de ma vie. En fait, à cette époque, la plupart des gens m'avaient tourné le dos. Raissa en avait ait parti, le petit Mal à cette époque, était peu fréquentable... S'ils étaient conscient de ce que j'étais devenu. Elle ne m'aurait certainement pas adressé la parole. « Raissa... » Son prénom avait franchi mes lèvres, manquant un peu de conviction. Alors que j'avais déjà la simple idée de m'enfuir. Comme je l'avais jusque-là avec les personnes qui appartenaient à mon passé, ou mon passé lui-même. J'avais remarqué ces tremblements, tremblements qui s'étirèrent dans un petit sourire. « Oui... Tu as l'air... D'aller bien, depuis… Quand c'était déjà la dernière fois qu'on s'est vu ? » Je le savais exactement quand on s'était vu la dernière fois... C'était il y a bien longtemps. Mais jouer sur ce point sensible comme un reproche, m'était inévitable.
made by black arrow



Dernière édition par Malwyn Y. Wallace le Dim 6 Aoû - 14:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 315
▵ arrivé(e) le : 18/02/2017
▵ avatar : Aja Naomi King

MessageSujet: Re: Je suis ton soleil et tu es ma lune | Malwaissa Mar 6 Juin - 11:20





Je suis ton soleil et tu es ma lune.

I miss you so much. Even after all this time.
Malwyn & Raissa
Ce visage, ses yeux. J'avais l'impression de rêver. Cela faisait si longtemps. En le voyant ce soir, je prenais conscience que je ne l'avais pas oublier, qu'il était rester en moi depuis tout ce temps. Il avait été et est toujours le seul point de discorde entre moi et ma mère adoptive. Elle m'avait obligé à l'abandonner, à prendre mes distances, par ce qu'à ses yeux, il n'était pas une bonne fréquentation pour moi. Je lui en voulais encore aujourd'hui pour ça. « Raissa... » Souffla t-il. Mon prénom entre ses lèvres me fit un effet auquel je ne m'étais pas attendu, un étrange sentiment de fausseté. Je fraimis de tout mon corps. Je n'imaginais pas ce qu'il pouvait penser de moi après toutes ses années. Je faisais quelques pas vers lui, tremblante et sous le choc, n'en revenant pas de tomber sur lui ce soir. « Oui... Tu as l'air... D'aller bien, depuis… Quand c'était déjà la dernière fois qu'on s'est vu ? » Son ton me fit froid dans le dos. J'ignorais à quoi je m'attendais en venant vers lui presque comme une fleur après tout ce temps et au vu de la façon dont on s'est quittés la dernière fois. Je ne suis plus une enfant depuis longtemps et ma mère n'a plus son mot à dire sur mes fréquentations. Je me mordais l'intérieur de la joue en glissant une mains dans mes cheveux, mal à l'aise. " Mal, je ... " Je ne savais pas quoi dire. Y avait-il seulement quelque chose à dire ou faire pour arranger les choses ? N'étais-ce pas déjà trop tard ? Certaines choses ne peuvent pas être arranger, qu'on le veuille ou non. Peut-être que mon amitié avec Malwyn en était une, même si cela me briser le coeur de l'imaginer. Je l'avais abandonner, il avait tout les droits de m'en vouloir, d'être en colère, d'être déçu et ne plus rien vouloir de ma part. Si c'était ce qu'il voulait, je ne pourrais qu'accepter sans broncher, même si j'allais en souffrir. Je voulais surtout avoir une occasion de lui parler, de lui raconter ma version de l'histoire. Il en ferait ce qu'il voudrait ensuite mais j'estimais avoir le droit qu'il m'écoute.
Je me rapprochais encore de lui avant de lever mes grands yeux marrons vers lui. Je restais silencieuse quelques secondes, comme à la recherche des vestiges de son amour, de son amitié pour moi. Je prenais une longue et profonde inspiration avant de me mettre à parler. Il fallait qu"il me laisse une chance. " Je sais bien que c'est peut-être pas l'endroit et certainement pas le bon moment mais est ce qu'on peut parler ? Je crois qu'il le faut n'est ce pas ? " Commençais-je, hésitante, presque convaincue qu'il allait me planter là, sur le champs. " Y a tellement de chose que je dois te dire ... " Lui dis-je. Tomber sur lui ce soir voulait forcément dire quelques chose. Ce n'était pas une simple coïncidence, j'en étais sur. Je devais tout faire pour qu'il m'écoute, pour qu'il comprenne ma version et qu'on essaye d'arranger les choses. Il était mon meilleur ami, mon presque double et il m'avait manqué. Comme si une zone de mon coeur, laisser vide par son absence me criait aujourd'hui de faire en sorte qu'il reprenne sa place.

CODES ET AVATARS BY MAY


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 823
▵ arrivé(e) le : 27/03/2017
▵ avatar : Nico Tortorella

MessageSujet: Re: Je suis ton soleil et tu es ma lune | Malwaissa Sam 8 Juil - 18:40

Je suis ton soleil et tu es ma lune
Raissa ft. Malwyn

Combien de temps était passé ? Comment on était devenu de banal étranger, alors qu'on avait grandi ensemble ? Le seul tord peut-être qu'on pouvait avoir. C'est qu'on n'avait pas grandi dans le même milieu, dans le même cercle. On était différent... C'est aussi clair que ça ! Dés le départ, c'était un échec cuisant. Je ne sais pas ce qu'on attendait. Si au départ, ce vide m'avait blessé, aujourd'hui, j'avais appris à faire tout simplement avec. Je ne pouvais pas garder les gens s'il ne voulait pas rester. C'est un peu mon quotidien, et je savais qu'elle en était les causes. Et pourtant, est-ce que cela m'empêcher d'arrêter ? Non. Sauf que là, à cette époque, quand on se connaissait avec Raissa, je n'avais rien d'un dealer, mais seulement d'un gosse pommé. Du jour au lendemain, plus rien. Alors oui, j'avais une certaine amertume qui mettait resté. Un ressenti qui se fit peut-être ressentir dans ma voix dès l'instant où son prénom avait franchi mes lèvres. Mais je n'avais pas envie d'être charmant, ni agréable. Un faux-semblant qui ne me ressemblait pas. Même si sa réaction aurait dû m'attendrir, sa gêne, ces tremblements, sa façon d'être déstabilisé, peut-être qu'elle avait l'impression de voir un fantôme. Je ne pouvais pas lui en voir, j'avais le même ressentiment. Mes paroles étaient sanglantes, froides... Et pourtant, je bouillais à l'intérieur. « Mal quoi ?... Malwyn, je préfère. Tu as perdu le droit de m'appeler par mon diminutif depuis que tu t'es éloigné » J'étais dur peut-être un peu trop, mais c'était plus fort que moi. On était plus des enfants. Mais des adultes... J'aurais dû passer l'éponge depuis longtemps. Mais bizarrement, c'était un moment de mon passé, dont je n'arrivais pas à me détacher. Peut-être parce qu'en dehors de mes parents, Raissa était la première personne, qui s'est éloignée. Et pourtant, j'aurais pu partir, sans un mot de plus dans cette boîte. Sans avoir cette volonté de vouloir l'écouter. Ne pas lui donner cette chance. Partir sans me retourner, et simplement la laissait là avec ces amies. Qu'elle reprenne le cours de sa vie, puisque je n'avais pas existé jusque-là. Et pourtant, j'étais curieux de voir ces explications. Je restais en face d'elle, sans pour autant perdre le contact de son regard, cette colère qui ne me quittait pas, croisant les bras. Je l'écoutais parler, s'exprimé, en cherchant ces mots. La laisser parler, sur l'instant, j'avais pensé que c'était une bonne idée, mais maintenant, j'avais de sérieusement des doutes. Et j'étais au moins d'accord avec elle, sur un point, ce n'était pas le lieu, ni le moment. Parce que je savais, rien qu'en sentant l’ébullition qui commençait à se propager à l'intérieur de moi. Que l'instant allait être de loin la moins agréable, qu'elle pouvait finir mal ou ça n'allait rien arranger du tout. « Non effectivement ce n'est pas vraiment l'endroit... Je ne sais pas ce que tu comptes dire, mais je crois que tout a été dit dés l'instant où tu t'es éloigné. Toutefois, je suis curieux d'écouter tes explications... » Je secouais la tête, baissant légèrement la tête. Je ne sais pas si c'était la colère qui parler ou bien la tristesse. Peut-être les deux. « Je t'en pris... Parle. Mais avant est-ce qu'il me faut un verre pour passer le tous ? » Ce fameux verre qui pouvait faire passer toutes les paroles, qu'il soit mauvais, pesant. Qu'il permettait d'oublier pas mal de choses et surtout les sentiments vivaces. Je m'approchais du bar, pour commander un verre, d'un alcool le plus fort qu'il pouvait trouver, et je regardais un instant Raissa, inexpressif. « Veux-tu quelque chose ? Je pense qu'on en a besoin tous les deux... » La probabilité de se trouver ici, était minime... Et pourtant.
made by black arrow




Dernière édition par Malwyn Y. Wallace le Dim 6 Aoû - 14:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 315
▵ arrivé(e) le : 18/02/2017
▵ avatar : Aja Naomi King

MessageSujet: Re: Je suis ton soleil et tu es ma lune | Malwaissa Jeu 13 Juil - 14:40





Je suis ton soleil et tu es ma lune.

I miss you so much. Even after all this time.
Malwyn & Raissa
Il y avait tant de chose que je voulais lui dire depuis tellement de temps, pourtant, maintenant que j’étais face à lui, rien ne sortait à par son surnom. Il avait tout les droits de m’en vouloir et me planter en beauté. « Mal quoi ?... Malwyn, je préfère. Tu as perdu le droit de m'appeler par mon diminutif depuis que tu t'es éloigné. » Chacun de ses mots me firent l’effet d’autant de coup de poignard directement dans mon cœur. Je me doutais qu’il ne m’accueillerait pas à bras ouvert mais naïvement, je ne m’étais pas attendue à ce qu’il soit si dur même si au fond, il en avait tout les droits. « D’.. d’accord. » Soufflais-je.
Je me rapproche de lui, le suppliant presque de me laisser une chance et au moins la possibilité de m’expliquer, de lui dire tout ce que j’avais sur le cœur depuis trop longtemps. Ce n’était sûrement pas le meilleur moment pour ça mais j’avais besoin d’essayer d’arranger les choses. Je ne pouvais pas simplement le laisser repartir sans rien n’avoir fait, sans lui avoir parler. Ce qu’il ferait ne dépendait que de lui et je ne pourrais rien faire d’autre qu’accepter sa décision. Je voyais bien qu’il hésitait vraiment à m’écouter. Au moment ou j’allais baisser les bras, me rendant à l’évidence que plus rien n’était comme avant entre nous, il me donna sa réponse. «Non effectivement ce n'est pas vraiment l'endroit... Je ne sais pas ce que tu comptes dire, mais je crois que tout a été dit dés l'instant où tu t'es éloigné. Toutefois, je suis curieux d'écouter tes explications... » Ses paroles et son ton froid me glacèrent le sang. Une chose est sur, il m’en voulait et ne me faciliterait pas les choses. Je faisais tous ce que je pouvais pour me montrer forte et ne pas craquer devant lui. Il secoua la tête, baissant le regard. Tout en lui me disait que quoi que je dise, quoi que je fasse, il avait déjà pris sa décision, qu’il me rayait de sa vie pour de bon. Je doutais donc que ce que j’allais lui dire le face changer d’avis seulement, je devais essayer, je nous devais d’essayer. Nous avions vécue tant de chose ensemble. «Je t'en pris... Parle. Mais avant est-ce qu'il me faut un verre pour passer le tous ? » Je prenais une inspiration, gardant un air le plus impassible possible devant lui. Etre face à lui et voir toute cette distance dans ses yeux était une torture. Je faisais de mon mieux pour ne pas craquer et me mettre à pleurer, tout comme je me retenais de m’enfuir loin de lui. Seulement, je n’avais pas envie de lui faire se plaisir. Je devais essayer. Quoi qu’il m’en coûtait.
Il alla vers le bar, semblant avoir eu la réponse à sa question sans que j’ai à donné mon avis sur la question. Je le suivais, avec l’impression d’être passer sous un camion. Il se commanda un verre avant de se tourner vers moi. Le regard qu’il porta sur moi était même encore plus déchirant que ses mots. C’était comme si à travers ses yeux, je voyais l’étrangère que j’étais pour lui. Je doutais vraiment de représenter encore quelque chose pour lui. «Veux-tu quelque chose ? Je pense qu'on en a besoin tous les deux... » Je glissais une mains dans mes cheveux avant d’hocher la tête. Il a raison. Si je dois l’affronter, je ne peux pas le faire sans un coup de pouce que m’offre un verre d’alcool même si je n’ai pas l’habitude de boire. « Je vais prendre un cocktail. » Dis-je, avec autant de détachement que je pouvais. Je donnais ma commande au barman et me retournais vers lui, prenant mon courage à deux mains. Je n’avais pas le choix. « Ecoutes je … Enfin je sais même pas comment commencer tout ça … » Dis-je en laissant pianoter mes doigts sur le bar en bois, essayant d’organiser mes pensées pour parler clairement. « Je sais que tu m’en veux, et tu en as tout les droits mais … Je t’en pris, écoutes ce que j’ai à dire d’accord ? … » Je marchais clairement sur des œufs mais bon, je ne voyais de toute façon pas comment les choses pourraient s’aggravées encore. « Tu n’imagines pas combien je suis désolée de t’avoir abandonné … J’ai aucune excuse. Ma mère elle … m’a obligée à m’éloigner de toi. Je n’en avais aucune envie mais je n’étais pas majeur, je n’avais pas le choix que de faire ce qu’elle voulait même si ça me briser le cœur. » Commençais-je, noyant mon regard dans le fond de mon verre qu’on venait de déposer devant moi. « J’ai passée des semaines à pleurer, à ne pas être bien. Ensuite j’en ai voulue à ma mère pendant des années et je ne lui ai toujours pas pardonnée aujourd’hui même si les choses se sont arrangées entre nous. » Je me laissais bercée par mes souvenirs. Il pouvait tout aussi ne pas faire attention à moi, je ne m’en rendrais pas compte. « Après ça … Comment revenir vers toi alors que je t’avais abandonnée ? J’avais trop honte pour revenir vers toi … » Lâchais-je, avant de tourner mon regard perdu, embué vers lui.

CODES ET AVATARS BY MAY


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 823
▵ arrivé(e) le : 27/03/2017
▵ avatar : Nico Tortorella

MessageSujet: Re: Je suis ton soleil et tu es ma lune | Malwaissa Dim 16 Juil - 20:13

Je suis ton soleil et tu es ma lune
Raissa ft. Malwyn

Bien sûr, je n'étais pas insensible, bien sûr cela me faisait quelque chose de la voir là, devant moi. De la voir utilisait mon surnom, comme avant. Quand on courait encore ensemble dans le jardin de l'un ou de l'autre, encore naïf, ce qui allait se passer. À cette différence qui allait nous séparer. Parce qu'on l'était... Il ne pouvait plus se voiler la face. On ne faisait pas partie de la même société. Et dans le fond, je n'étais pas jaloux. C'était la vie il y a et il y aura toujours des différences sociales. Et c'était bien pour elle, sincèrement. Ce que j'avais du mal à admettre, c'était... La prise de distance, sans la moindre explication. Dans le sens contraire, j'aurais eu le courage de dire qu'elle ne pouvait plus faire partie de ma vie. Qu'elle ne suivait pas exactement le même chemin que moi, et qu'on était devenu de véritable étranger. Même si je paraissais dur, ce n'était qu'une façade. Une façade qui m'était facile à employer. Pour donner le change. Montrer que ça ne m'atteignait pas. Dès l'instant, ou on montrait un brin de sentiments, les gens en profitaient pour en profiter. Profiter pour vous toucher ou vous mettre à terre. Même si ce n'était pas les attentions de Raissa, j'avais pris l'habitude d'agir ainsi. Et son accord, et le soupir qui suivait, m'indiquaient que j'avais atteint mon but. En la blésant certainement, est-ce que c'était ma véritable intention ? C'était autre chose. Notre discussion semblait irréelle, sortie du contexte, dans un bar ou normalement, on devait passer un bon moment, on s'était accordé à avoir une explication. Soit cela se finissait mal, soit bien. Il n'y avait pas de juste-milieu, jamais... Pas de niveau de gris. Les gens qui le pensaient avec totalement faux. Je la voyais hésité, s'approcher, chercher ces mots. L'hésitation à ne pas savoir comment se comporter. Et je ne l'aidais pas pour autant, je ne faisais pas un pas. Ce n'était pas de la fierté, mais de la colère. Cette colère encore dissimuler après du temps écoulé.
Et parfois, c'est elle qui nous guidait, qui nous rendait aveugles. Alors oui, j'étais plus curieux, que de savoir la vérité. Cela faisait certainement de moi, quelqu'un de détestable, à me comporter comme ça avec Raissa, ou bien plus qu'on essayait de ne pas mettre de mot à ce comportement. Et pourtant, je n'avais aucun plaisir à me comporter ainsi. C'était seulement un système de défense bien rôdé depuis des années. Je ne cherchais même pas une réaction de sa part, ni à la faire pleurer. J'étais juste amer qu'elle puisse mettre aussi facilement à point finale à une amitié si longue. Je lui demandais si je devais prendre un verre, pour faire passer ces excuses, comme si je prévoyais que c'était peine perdu. Et par politesse, lui en proposait un. Par politesse, ou pour se souvenir qu'ils avaient été proches un jour. Je secouais la tête aussi détachée que depuis le début de cette conversation. Indifférent, avoir qu'au fond, j'aurais aimé que les choses se passent différemment. Je fis un signe au barman, qui ne manquait pas d'apparaitre tout de suite, devant nous, un sourire aux lèvres pour l'accueil, un sourire qui était loin d'être communicatif... Commandant un cocktail pour Raissa et quelque chose de fort pour moi. Je me retournais vers elle, posant mon coude sur le bar, attendant ces explications. Avec une, certainement, hâte intérieurement, en apparence de l'indifférence. Elle avait l'air de prendre du courage, comme si elle en avait besoin, comme si la vérité était si dure à dire... Et pourtant, j'étais concentré à l'écouter. « Commence par le début... » Je ne voulais pas me montrer désagréable et pourtant à dire ce genre de choses, ça me semblait logique. Il fallait commencer quelque part, et le début semblait la meilleure opportunité. Et elle semblait nerveuse, je l'écoutais, je n'attendais que ça... Ces explications, qu'elle voulait tant me donner. Et au dernier moment, qu'en j'allais lui parler, j'en décidais autrement. Lui laissant tout le loisir de expliquer comme elle me l'avait demandé. À la place, je me mordais la joue intérieure, mon regard sur elle. Le silence pour toute compagne. Bien sûr que je lui en voulais, j'en avais le droit, j'étais dans mon droit, moi tout ce que je voulais, c'était comprendre, comprendre pourquoi du jour au lendemain, je n'ai rien eu. A part le silence, comme explication. Un soupir lâchait au hasard d'un monologue. Et puis bien sûr venait la cause de sa mère. Et oui parfois, j'oubliais assez facilement que les gens avaient des mères. Moi, je n'en avais pas... Ou du moins, elle n'était pas là, enfin plutôt transparente, toujours au côté d'un père qui dictait un peu trop ces lois. Alors oui, je ne comprenais pas pourquoi dans certaines familles, la mère décidait pour leurs enfants. Visiblement, c'était le cas pour Raissa, ce qui m'arrachait une grimace. « Oui l'excuse de la mère... Tu diras à ta mère qu'on ne juge pas les gens sur des suppositions, ou des "on dit", ou une réputation... » Je prenais mon verre entre mes doigts, ce verre qui venait d'arriver. Et qui finissait déjà au fond de ma gorge, à brûler sa paroi. Me donnant du courage, mais aussi un signe qui me touchait plus que ce que je voulais bien faire paraître. « Et est-ce que t'est imaginé ce que j'ai bien pu ressentir, quand toi, tu pleurais dans ton coin ? Est-ce que tu t'es posé des questions, sur ce que j'ai pu imaginer ? » Je claquais doucement mon verre sur le bar, vide. J'en avais rien à faire des regards que j'ai pu attirer face à ce geste. « Dans un premier temps, j'ai cru que tu as eu des problèmes, un accident par exemple. Alors j'ai été jeté un coup d'œil à la sortie de l'école, découvrant qu'au fond tout allait bien pour toi. Puisque tu étais bien entouré. J'en suis venu à la conclusion, qu'en fait, tu n'avais plus besoin de moi dans ta vie. Et que c'était mieux de plus me donner du tout de nouvelles... C'est vrai après tout, on n'est pas du même monde n'est-ce pas, je ne suis pas assez bien pour en faire partie. Ta mère a peut-être raison ... » Et puis je ne sais pas, c'est une colère dans ma voix qui était prédominante. Un sentiment rare qui resurgissait. « Je ne sais pas, à la majorité, tu aurais pu venir me voir ? Non ! Tu n'étais plus mineur, tenté de m'expliquer, au lieu de laisser pourrir la situation... »
made by black arrow



Dernière édition par Malwyn Y. Wallace le Dim 6 Aoû - 14:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 315
▵ arrivé(e) le : 18/02/2017
▵ avatar : Aja Naomi King

MessageSujet: Re: Je suis ton soleil et tu es ma lune | Malwaissa Ven 28 Juil - 14:53





Je suis ton soleil et tu es ma lune.

I miss you so much. Even after all this time.
Malwyn & Raissa
« Commence par le début... » Me dit-il alors que je lui dis ne pas savoir par où commencer tout ce que j'ai à lui raconter. Il m'en veut et j'ai tellement honte de ce que j'avais fais. Etre honnête et tout lui dire ne changerait surement pas grand chose mais j'aurais au moins ce poids en moins sur le cœur. Je m'estime déjà assez heureuse qu'il m'écoute même si il a tout l'air d'avoir envie d'être ailleurs, loin de moi. Je lui racontais tout. Même si je n'avais aucunes excuses, à l'époque j'étais bien trop jeune et naïve pour aller contre les ordres de ma mère, celle qui m'a tant apporter et quand j'ai grandis, j'ai eu trop honte de moi pour reprendre contact avec lui et j'ai laissé les choses pourrirent jusqu'au point de non retour semblait-il. « Oui l'excuse de la mère... Tu diras à ta mère qu'on ne juge pas les gens sur des suppositions, ou des "on-dit", ou une réputation... » Me dit-il durement. Je ne pouvais pas lui en vouloir. Moi-même j'en voulais toujours à ma mère pour cette histoire. Bien sur, avec le temps et par ce qu'elle restait ma mère, celle qui m'a adoptée et offert une vie que je n'aurais jamais pu avoir sans elle, les choses s'étaient progressivement arrangé même si je n'oubliais rien. " Crois moi que je le lui ai bien fait comprendre, pendant très longtemps ... Mais c'est à moi que j'en veux le plus. Par ce que je n'ai pas su m'imposer et imposer mes choix à ma mère. J'étais trop jeune, trop naïve et inexpérimentée. Je sais que ce n'est pas une excuse mais ça n'en reste pas moins la vérité. " Lui avouais-je. Les yeux embués, la gorge piquante, je bus une bonne gorgée de mon verre pour me redonner un peu contenance. « Et est-ce que t'est imaginé ce que j'ai bien pu ressentir, quand toi, tu pleurais dans ton coin ? Est-ce que tu t'es posé des questions, sur ce que j'ai pu imaginer ? » Honteuse, ma main trembla sur le bois du bar. " Mal, je ... " Je ne terminais pas ma phrase et sursautais alors qu'il reposait vivement son verre sur le bar. Je voulais poser ma main sur son épaule, lui dire que j'étais maintenant, qu'on pouvait arranger les choses mais je retins ce geste, sachant que c'était une folle utopie que les choses puissent un jour redevenir comme avant entre nous. « Dans un premier temps, j'ai cru que tu avais eu des problèmes, un accident par exemple. Alors j'ai été jeté un coup d'œil à la sortie de l'école, découvrant qu'au fond tout allait bien pour toi. Puisque tu étais bien entouré. J'en suis venu à la conclusion, qu'en fait, tu n'avais plus besoin de moi dans ta vie. Et que c'était mieux de plus me donner du tout de nouvelles... C'est vrai après tout, on n'est pas du même monde n'est-ce pas, je ne suis pas assez bien pour en faire partie. Ta mère a peut-être raison ... » Je secouais vivement la tête. " Non, ne dis pas ça. " Soufflais-je. " Je ... Tu as peut-être eu le sentiment, l'impression que tout allait bien mais c'est faux Mal' ... J'affichais peut-être un air normal à l'école, en public mais je peux t'assurer que je n'allais pas bien. J'ai passé des mois à ne pas aller bien. A ne plus dormir assez, à ne manger que pour garder un minimum de mes forces. Tu me manquais... " Lui avouais-je à mon tour. " On est peut-être différent mais non, ma mère n'a pas raison. Ce n'est pas par ce que nous venons de deux mondes différents qu'on ne peut pas être amis. Je sais que je comptais pour toi et dieu sait combien tu étais important pour moi. Le reste importe peu. " Lui assurais-je, me raccrochant à tout ce que je pouvais pour qu'il comprenne mon point de vu. « Je ne sais pas, à la majorité, tu aurais pu venir me voir ? Tu n'étais plus mineur, tenter de m'expliquer, au lieu de laisser pourrir la situation ... » Dit-il alors que je sentais bien la colère grondait en lui. J'avais toujours sur lire en lui mieux que personne. Et je sens que malgré les années passées, la rancœur qu'il éprouve, c'est toujours le cas. " Je te l'ai dis ... J'avais trop honte de moi pour revenir vers toi, même si j'en avais envie. Je sais que c'est facile comme excuse mais c'est la vérité. Je ne supportais pas l'idée de te faire face en sachant que je t'avais abandonnée et que tu devais me haïr. " Les larmes, chaudes et sucrées se mirent à couler sur mes joues. " Je suis tellement désolée ... Tout est de ma faute. Tu avais besoin de moi et je ... je n'étais pas là. "

CODES ET AVATARS BY MAY


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 315
▵ arrivé(e) le : 18/02/2017
▵ avatar : Aja Naomi King

MessageSujet: Re: Je suis ton soleil et tu es ma lune | Malwaissa Mar 1 Aoû - 15:36





Je suis ton soleil et tu es ma lune.

I miss you so much. Even after all this time.
Malwyn & Raissa
« Commence par le début... » Me dit-il alors que je lui dis ne pas savoir par où commencer tout ce que j'ai à lui raconter. Il m'en veut et j'ai tellement honte de ce que j'avais fais. Etre honnête et tout lui dire ne changerait surement pas grand chose mais j'aurais au moins ce poids en moins sur le coeur. Je m'estime déjà assez heureuse qu'il m'écoute même si il a tout l'air d'avoir envie d'être ailleurs, loin de moi. Je lui racontais tout. Même si je n'avais aucunes excuses, à l'époque j'étais bien trop jeune et naïve pour aller contre les ordres de ma mère, celle qui m'a tant apporter et quand j'ai grandis, j'ai eu trop honte de moi pour reprendre contact avec lui et j'ai laissé les choses pourrirent jusqu'au point de non retour semblait-il. « Oui l'excuse de la mère... Tu diras à ta mère qu'on ne juge pas les gens sur des suppositions, ou des "on-dit", ou une réputation... » Me dit-il durement. Je ne pouvais pas lui en vouloir. Moi-même j'en voulais toujours à ma mère pour cette histoire. Bien sur, avec le temps et par ce qu'elle restait envers et contre tout ma mère, celle qui m'a adoptée et offert une vie que je n'aurais jamais pu avoir sans elle, les choses s'étaient progressivement arrangées même si je n'oubliais rien. " Crois moi que je le lui ai bien fait comprendre, pendant très longtemps ... Mais c'est à moi que j'en veux le plus. Par ce que je n'ai pas su m'imposer et imposer mes choix à ma mère.J'étais trop jeune, trop naïve et inexpérimentée. Je sais que ce n'est pas une excuse mais ça n'en reste pas moins la vérité. " Lui avouais-je. Les yeux embués, la gorge piquante, je bus une bonne gorgée de mon verre pour me redonner un peu contenance. « Et est-ce que t'est imaginé ce que j'ai bien pu ressentir, quand toi, tu pleurais dans ton coin ? Est-ce que tu t'es posé des questions, sur ce que j'ai pu imaginer ? » Honteuse, ma main trembla sur le bois du bar. " Mal, je ... " Je ne terminais pas ma phrase et sursautais alors qu'il reposait vivement son verre sur le bar. Je voulais poser ma main sur son épaule, lui dire que j'étais là maintenant, qu'on pouvait arranger les choses et qu'il n'était plus seul mais je retins ce geste, sachant que c'était une folle utopie que les choses puissent un jour redevenir comme avant entre nous. « Dans un premier temps, j'ai cru que tu avais eu des problèmes, un accident par exemple. Alors j'ai été jeté un coup d'œil à la sortie de l'école, découvrant qu'au fond tout allait bien pour toi. Puisque tu étais bien entouré. J'en suis venu à la conclusion, qu'en fait, tu n'avais plus besoin de moi dans ta vie. Et que c'était mieux de plus me donner du tout de nouvelles... C'est vrai après tout, on n'est pas du même monde n'est-ce pas, je ne suis pas assez bien pour en faire partie. Ta mère a peut-être raison ... » Je secouais vivement la tête. " Non, ne dis pas ça. " Soufflais-je. " Je ... Tu as peut-être eu le sentiment, l'impression que tout allait bien mais c'est faux Mal' ... J'affichais peut-être un air normal à l'école, en public mais je peux t'assurer que je n'allais pas bien. J'ai passé des mois à ne pas aller bien. A ne plus dormir assez, à ne manger que pour garder mes forces. Tu me manquais... J'avais besoin de toi. J'aurais toujours besoin de toi. " Lui avouais-je à mon tour. " On est peut-être différent mais non, ma mère n'a pas raison. Ce n'est pas par ce que nous venons de deux mondes différents qu'on ne peut pas être amis. Je sais que je comptais pour toi et dieu sait combien tu étais important pour moi. Le reste importe peu. " Lui dis-je, même si c'était loin d'être aussi simple, je le savais très bien mais je ne pouvais m'empêcher d'espérer.
Malwyn avait beaucoup compter pour moi, pendant très longtemps et même si des années étaient passées, maintenant qu'il était en face de moi, tout ce qu'il représentait à l'époque me revenait en pleine figure. J'avais réussi à enfermer à double tour le manque de lui que je ressentais. C'est ce qui a fait aussi qu'au bout d'un moment, la vie a repris sont court. Seulement le voir devant moi avait fait sauté la serrure de la boite ou tout ce qui le concernait été enfermé et tout s'en éparpiller dans un joyeux bordel. « Je ne sais pas, à la majorité, tu aurais pu venir me voir ? Tu n'étais plus mineur, tenter de m'expliquer, au lieu de laisser pourrir la situation ... » Ces reproches étaient justifiés. Tout était ma faute. Triturant mes mains, nerveuse, je cherchais pendant quelques secondes mes mots et la meilleure façon de lui expliquer. " Je te l'ai dis, j'avais trop honte de moi pour venir. Je me sentais une moins que rien de t'avoir fait faux-bond. J'ai été lâche et incapable de t'affronter ... Je suis désolée Mal' ... Vraiment désolée. Tu ne pourras jamais me détester autant que je me déteste d'avoir tout gâcher. "


CODES ET AVATARS BY MAY


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 823
▵ arrivé(e) le : 27/03/2017
▵ avatar : Nico Tortorella

MessageSujet: Re: Je suis ton soleil et tu es ma lune | Malwaissa Jeu 10 Aoû - 18:02

Je suis ton soleil et tu es ma lune
Raissa ft. Malwyn


C'était toujours la même chose, les mêmes paroles, le même discours, pas forcément qu'avec Raissa d'ailleurs. Avec à peu près tout le monde, qui le côtoyait de près ou de loin. Enfin, jusqu'à une certainement période. Ou j'en ai eu marre d'entendre toujours la même chose. Alors que j'ai fait même le choix de prendre mes distances. Peut-être trop blasé de faire confiance à des gens, quand ce n'était pas réciproque... Tout est une question d'échange, de réciprocité. Jusque-là, je n'avais eu que des désillusions. Et cela avait commencé avec Raissa. C'était la personne où je ne m'attendais pas à ce genre de chose, venant de sa part. La première parce qu'on était encore enfant, en soi déjà, cela avait quelque chose de marquant. J'avais songé effectivement de partir, de la laisser avec ça soit disant culpabilité. Une culpabilité où j' émettais un doute. Parce que c'était une habitude, une défense tenace. Et surtout parce que j'étais trop déçu, peut-être malgré le fait que c'était du passé. Il paraît qu'il n'est jamais bon de rester dans le passé. Toutefois, il est toujours bon d'en tirer une leçon. Une leçon que j'avais appris à perfectionner avec le temps. Alors, oui, je devais paraître blessant, limiter à vouloir me gifler. Qui pouvait bien réagir comme ça à part un sombre crétin... Sa mère me semblait un petit gros comme excuse, pourtant, j'essaie d'émettre une option dessus. Après tout pourquoi pas ! Laissons libre court à la créativité... Comme on dit ! Je n'avais pas envie d'être arrangeant, de donner des circonstances, je n'en avais pas eu en retard. « Et qu'est-ce qu'elle dit hein ? Oh ma chérie ne m'en veut pas, tu comprendras plus tard ! Ce Malwyn, tu ne dois pas le fréquenter ! Et tu lui as fait comprendre quoi Raissa ? Tu as fait une grève de la faim, tu lui as fait la gueule durant deux mois ? Je vois que ça lui a beaucoup servi... Totalement que ça a été le silence total ! Oui, tu as raison sur un point, tu peux t'en vouloir et tu n'as pas d'excuse... » J'étais dur, j'en étais conscient. Parce que j'ai eu mal aussi et que quand les choses se sont déroulé, me faisait encore mal. Je préférais m'abattre sur quelque chose de plus facile comme m'en prendre à Raissa. Il faut dire que j'avais eu le temps de parfaire ma rancœur. Je voyais bien que c'était la même chose de son côté, que ça l'a blessé cette situation. Que ça lui prenait à la gorge. La seule différence entre moi et elle, c'est qu'elle le montrait plus facilement, ces fameuses émotions. Mon diminutif franchissait ces lèvres alors qu'il y a quelques minutes, je lui avais interdit. Pourtant, ça me rappelait tellement de souvenir, ça me raccrochait à ce qu'on avait eu enfant. Et qu'on avait perdu par la bêtise des adultes sur des préjugés non fondé. Et j'avais tout simplement exprimé ma colère, perdue ce que j'avais longtemps cachés, des émotions, pour une façade qui se fissurait à la moindre parole ou remarque. Le verre pouvait bien exploser dans ma main, ou même avoir attiré l'attention des personnes qui se trouvaient autour... Là, à ce moment-là, tout ça m'était égal. Je ne regardais que Raissa et les souvenirs qu'on traînait derrière nous. Un problème. Et même si elle me disait de ne pas le croire. De ne croire qu'elle se portait aussi bien après avoir pris la distance. Moi, mes yeux ce jour-là avait vu le contraire. Alors qui je devais croire ? « Donc tu es en train de me dire que c'était simplement une question d'apparence ? Que tu montrais que tout allait bien pour toi, que ça allait ? Donc qu'est-ce qui me dit que là, tu ne fais pas pareil ? Que tu ne joues le jeu, j'étais tellement triste Mal ! Qu'est-ce qui me ferait ôter cette idée de la tête, Raissa ? Si tu faisais croire à l'époque aux autres que tout allait bien, ça ne soit pas le même cas aujourd'hui dans le sens inverse ! Tu me manquais aussi... Avant parce que tu ne m'as pas laissé choix de faire sans toi ! » Je soupirais, baissant la tête « Tu sais... Si j'étais aussi pommé à l'époque. Cela ne s'est pas arrangé après ton départ. C'est à ce moment-là que j'avais besoin de toi, de quelqu'un. Et je n'ai trouvé personne. Et ce n'est pas un euphémisme Raissa. Je n'exagère pas, personne n'était pour m'écouter, ou même me conseiller ou me donner son avis... » Ce n'était plus la colère qui grondait, elle avait laissé plutôt place à la déception. Celle-là même, qui m'avait suivi tout ce temps. « Tu l'as fait pourtant aujourd'hui, c'est toi qui es venu me voir dans ce bar. AH non, c'est le hasard, mais c'est toi qui as pris les devants pour me parler. Bien sûr que je t'en veux, c'est normal ! Tu croyais que j'allais t'accueillir les bras ouverts. J'avais besoin de toi oui ! Mais tu avais tes raisons... Tu veux que je te dise... Je te pardonne Raissa. On passe l'éponge. Ce n'était qu'un moment d'égarement.... Je suis fatigué d'imposer ce que je suis aux gens...Et qu'il ne me voient pas tel que je suis. A préféré de me laisser tomber...Alors qu'ils le fassent. Ce n'est pas grave... Ce n'est pas grave Raissa ! »Alors d'accord, c'était la lassitude qui parlait, une pointe de tristesse, ou peut-être plus qu'une pointe. Mais qu'est-ce qu'il y avait à dire... On efface tout et on recommence ? Ça avait l'air si simple sur le papier, en vrai, c'était autre chose.
made by black arrow

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 315
▵ arrivé(e) le : 18/02/2017
▵ avatar : Aja Naomi King

MessageSujet: Re: Je suis ton soleil et tu es ma lune | Malwaissa Dim 20 Aoû - 9:53





Je suis ton soleil et tu es ma lune.

I miss you so much. Even after all this time.
Malwyn & Raissa
Blâmée ma mère protectrice, c'était choisir la facilité. J'étais loin d'être blanche comme neige dans cette histoire et ma repentance serait longue et fastidieuse. J'en étais convaincue mais je ne comptais pas baisser les bras. « Et qu'est-ce qu'elle dit hein ? Oh ma chérie ne m'en veut pas, tu comprendras plus tard ! Ce Malwyn, tu ne dois pas le fréquenter ! Et tu lui as fait comprendre quoi Raissa ? Tu as fait une grève de la faim, tu lui as fait la gueule durant deux mois ? Je vois que ça lui a beaucoup servi... Totalement que ça a été le silence total ! Oui, tu as raison sur un point, tu peux t'en vouloir et tu n'as pas d'excuse... » Je baisse mes yeux baignés de larme, honteuse et coupable. Que pouvais-je dire de plus ? Il avait raison du début à la fin. Je n'avais aucunes excuse pour le mal que je lui avais fait. Aucunes. A défaut de savoir quoi dire ou quoi faire pour faire entendre ma voix, je restais fébrile devant lui, au milieu de ce bar presque bondé. Les gens, le bruit, tout était mise au second plan. Ces difficiles retrouvailles avec Malwyn était au première loge et je souffrais à chaque minute de ne pas pouvoir le retrouver et pouvoir compter sur lui comme avant.
Quand il m'avoua être venu me voir à l'école, cet aveu brisa d'autant plus mon coeur. Il avait peut-être eu le sentiment que j'allais bien mais ce n'était pas le cas. « Donc tu es en train de me dire que c'était simplement une question d'apparence ? Que tu montrais que tout allait bien pour toi, que ça allait ? Donc qu'est-ce qui me dit que là, tu ne fais pas pareil ? Que tu ne joues le jeu, j'étais tellement triste Mal ! Qu'est-ce qui me ferait ôter cette idée de la tête, Raissa ? Si tu faisais croire à l'époque aux autres que tout allait bien, ça ne soit pas le même cas aujourd'hui dans le sens inverse ! Tu me manquais aussi... Avant parce que tu ne m'as pas laissé choix de faire sans toi ! » Je l'écoutais, craquant de plus en plus. « Tu sais... Si j'étais aussi pommé à l'époque. Cela ne s'est pas arrangé après ton départ. C'est à ce moment-là que j'avais besoin de toi, de quelqu'un. Et je n'ai trouvé personne. Et ce n'est pas un euphémisme Raissa. Je n'exagère pas, personne n'était pour m'écouter, ou même me conseiller ou me donner son avis... » J'avais de plus en plus le sentiment que la tête me tourner. Je me sentais de plus en plus mal. Rester là, à lui faire face devenait impossible. Je tremblais de tout mes membres, la bile remontant dans ma gorge. " J'aurais du être là ... " Murmurais-je plus pou moi-même que pour lui. La honte, la culpabilité m'avait empêcher de revenir vers lui avant que tout ne dégénère et qu'on ne puisse plus revenir en arrière. Il était maintenant trop tard et j'en prenais à chaque seconde un peu plus conscience. « Tu l'as fait pourtant aujourd'hui, c'est toi qui es venu me voir dans ce bar. AH non, c'est le hasard, mais c'est toi qui as pris les devants pour me parler. Bien sûr que je t'en veux, c'est normal ! Tu croyais que j'allais t'accueillir les bras ouverts. J'avais besoin de toi oui ! Mais tu avais tes raisons... Tu veux que je te dise... Je te pardonne Raissa. On passe l'éponge. Ce n'était qu'un moment d'égarement.... Je suis fatigué d'imposer ce que je suis aux gens...Et qu'il ne me voient pas tel que je suis. A préféré de me laisser tomber...Alors qu'ils le fassent. Ce n'est pas grave... Ce n'est pas grave Raissa ! » Je n'osais même plus croisée son regard. Un sanglot me secoua vivement. Je mis ma main sur ma bouche pour l'étouffer. " Je ne mérite pas... ton pardon ... J'ai ... J'ai tout gâché. " Dis-je, en pleurs, mes mots entrecoupés par des sanglots. " Je suis ... désolée. "
Secouant la tête, je finis par me ruer vers la sortie. Mes yeux brouillés par mes larmes, j'eu du mal à retrouvé la sortie. Mains devant moi, je poussais la porte et l'air frais du soir me fit frissonner. Je m'éloignais un peu et m'adosse contre un mur avant de me glisser à terre, ma tête entre mes mains.



CODES ET AVATARS BY MAY


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Je suis ton soleil et tu es ma lune | Malwaissa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always love ::  :: te aro. :: burlesque lounge.-