AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Face Off + Keira.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
AWARDSle plus sentimental.
avatar
AWARDS ▵ le plus sentimental.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 3735
▵ arrivé(e) le : 20/08/2016
▵ avatar : Richard Madden. ♡

MessageSujet: Re: Face Off + Keira. Dim 20 Aoû - 17:20

Keira & Drake
face off


Et le ciel ne t’a jamais semblé aussi noir. Noir le ciel, noir le charbon autour des yeux de Keira, noires tes pensées, poussées en de vives réflexions. Keira, Keira, Keira. Tu ne sais plus quoi lui dire pour lui faire voir la même chose que toi, et pourtant tu sais que c’est nécessaire. Elle s’enfonce, elle s’enfonce tellement qu’elle ne pourra bientôt plus en ressortir, et personne ne pourra l’aider.
Jamais plus.
Tu ne veux pas de cette chute, tu sais qu’elle est très brutale, trop brutale pour une fille aussi fragile que Keira. Elle a beau s’armer de béton et de fer, tu sais qu’elle n’est pas plus résistante qu’une porcelaine délicate.
Cette vie l’a sûrement un peu endurcie, du moins.
Mais c’est loin d’être suffisant pour ce qui l’attend, si elle descend encore plus bas. Tu es déjà tombé, toi aussi, et il t’aura fallu quelques temps pour trouver l’échelle de secours, et resurgir à la surface. C’est lent, c’est long, et ça fait mal. C’est douloureux, affreusement douloureux. Est-ce que Keira le sait, ça ? Est-ce qu’elle sait tout ce qui l’attend, si elle continue sur cette voie ?
Tu ne veux pas être le donneur de leçon, encore moins le surprotecteur dont elle n’a pas besoin.
Tu voudrais juste être un ami, quelqu’un sur qui elle puisse s’appuyer n’importe quand, n’importe où et pour n’importe quoi. Y arrives-tu seulement ? Lorsqu’elle t’appelle d’un commissariat, tu te lèves sur le champ, voles jusqu’à elle, affiches le petit air exaspéré qu’elle connaît trop, un ou deux reproches pour la forme, et c’est aussitôt oublié. Alors le voilà, le type d’ami que tu as envie d’être ?
Plus tu te poses la question et plus tu l’ignores.
Tu aimerais lire dans le cyan des yeux de Keira, et comprendre qui tu es pour elle.
Alors ? Essaie, il doit bien y avoir une faille derrière ce miroir sans tain dont elle se pare. Ça y est, tu l’as vue ? Creuse un peu, entre, regarde bien. Tu n’y retourneras pas deux fois.
Mais tu ne sais plus ce que tu cherches exactement, désespères de ne rien comprendre. Un ami, alors ? Ou bien juste une roue de secours lorsqu’elle ne peut pas faire autrement ? Tu espères être un peu que ça, tout de même, mais c’est si dur à savoir ! Et lui demander est pire encore.
Alors tais-toi, ne dis rien ! Continuez votre petite route, demain effacera tes questions, et, la prochaine fois que tu verras Keira, tu n’y repenseras même pas. Ce doit être ça, le problème, de toute ces interrogations éphémères : tu n’y trouves jamais de réponse, aussi profond peux-tu chercher. Ça n’a peut-être pas d’importance, au final, tu cherches trop loin pour si peu.
« Arrête, tu ne me feras pas croire que personne ne s’intéresse à toi. » Non, elle n’y arrivera pas, et plus elle le répétera, moins tu en seras convaincu. C’est un cercle vicieux, Keira. « Il y a forcément quelqu’un d’autre sur qui tu puisses compter quand même. » On a tous quelqu’un.
Alors pourquoi toi ?
Parce que tu lui as tendu la main une fois ? Parce que tu l’as aidée un jour où personne d’autre n’était là ? Alors quoi, ce quelqu’un pourrait être n’importe qui d’autre ?
Tu ne sais pas si ça te fait plaisir d’y songer, aussi préfères-tu laisser ça de côté. Tu t’es déjà bien assez pris la tête pour ce soir.
D’autant plus que Keira n’en a pas fini, et reprend la parole d’une petite voix que tu ne lui connaissais pas. Ah… voilà que la coquille s’effrite, se fissure et se brise… Ses paroles te vont droit au cœur, mais le pire est que tu ne sais pas comment le montrer. Peut-être t’enfermes-tu trop, toi aussi ? Laisse transpirer ce que tu ressens, pour une fois, ça ne peut pas te faire de mal. Et puis, si Keira fait un effort, tu devrais le lui rendre aussi. « C’est… C’est normal... » Tu ne peux pas la laisser tomber, tu en es incapable. Même si la question t’a déjà traversé l’esprit, des jours où tu en avais marre. « Et je ne veux pas que… que ça continue trop, pour toi. Je veux dire… ce n’est pas bon, ça, et tu le sais... » … mais ça ne l’empêche pas de continuer, pour des raisons obscures. « Alors, tu ne veux pas essayer de faire un effort ? Fais-le pour personne, juste pour toi. »

©️ élissan.


Dernière édition par Drake Whiteley le Ven 22 Sep - 12:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.
avatar
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 571
▵ arrivé(e) le : 20/12/2015
▵ avatar : Taylor Momsen.

MessageSujet: Re: Face Off + Keira. Mer 30 Aoû - 21:38

❝ Drake + Et pour la première fois de ma vie j'ai eu l'impression que quelqu'un en avait quelque chose à foutre de ma gueule et que cette personne méritait que je fasse des efforts. ❞Face Off.
On croit toujours qu’on touche le fond. On croit qu’on est arrivé au plus bas, on croit qu’on ne peut pas tomber plus encore. On s’enfonce dans un puits sans fin mais la chute ne se termine jamais. C’est ce qu’elle attend peut-être en réalité, Keira. Arriver enfin tout en bas et se laisser aller. Ne plus essayer de survivre, même un petit peu, juste… Se laisser couler. Mais la vérité, c’est que le fond est bien plus profond encore qu’elle ne le pense. Et elle le constate à chaque fois à ses dépens. A chaque nouvelle blessure, à chaque nouvelle douleur qu’elle s’inflige. Elle le constate un peu plus. Mais elle ne fait rien pour se relever, pourtant. Elle a conscience que, si elle ne se battra pas, personne ne le fera pour elle. Elle sait tout ça, Keira. Elle sait que, quoi qu’on dise, on se retrouve toujours tout seul face aux moments importants dans la vie. On naît seul, on meurt seul. Le reste n’est que subterfuges, des faux-semblants, des mensonges qu’on se promet à soi-même et aux autres. Mais Keira, elle, ne parvient pas à se bercer de ces illusions. Elle a un regard si noir sur la vie, sur les hommes, sur les femmes, sur tout. Comme si tout ce qu’elle peut vivre était empoisonné par un nuage noir, un voile sombre qui la ramène encore et toujours vers les ténèbres. Et pourtant…

Au milieu de ces ténèbres, il y a cette toute petite pointe de lumière. Celle qui attire l’œil, celle qui a tout l’air d’un mirage. Elle n’y croyait pas au début, elle refusait de le faire. Mais la lueur ne cesse d’exister. Elle est là, toujours. Elle attend simplement qu’elle s’approche. Cette lueur, c’est Emilia qui se préoccupe d’elle comme la grande sœur qui lui manquait. C’est Enora qui lui a offert ce travail qui peut, peut-être un jour, la sortir du milieu de la prostitution. C’est Apple, Judy, Rose et tous ceux qui ont cherché un jour, d’une manière ou d’une autre, à la sauver. Et c’est lui, Drake. Cet ange gardien qui n’en est pas un, ce sauveur qui ne lui devait rien. Il parvient progressivement à se frayer une place dans son cœur, dans son esprit, dans toutes ces interrogations qui l’habitent malgré elle. Il ne dit rien, jamais. Il ne dit pas un mot, il se contente d’être . Dans sa vie, et pas à côté. Juste, il est là pour elle. Il lui donne tout, sans rien attendre en retour. Et c’est quelque chose de si généreux, si altruiste qu’elle n’a pas tout de suite voulu l’accepter, mais finalement, elle réalise de plus en plus combien c’est précieux. Combien, lui, il est précieux. Il n’est pas un ami, pas un parent, et pourtant c’est lui qui vole à son secours à chaque fois qu’elle lance un appel. Et c’est lui qu’elle appelle, surtout. Elle ne sait pas pourquoi, elle ne sait pas comment, mais elle se sent bien avec lui.

Peut-être qu’elle sent que la souffrance est quelque chose qu’il connaît, lui aussi. Peut-être aussi que c’est plus facile d’appeler quelqu’un qui n’attend rien d’elle, quelqu’un qui ne sera pas déçu par elle. Quelqu’un dont elle, elle n’attend rien, quelqu’un qui ne la décevra pas. Mais ce sont des mensonges, tout ça. Parce que la vérité est qu’elle est déjà attachée à lui, plus qu’elle ne le voulait. Lui qui n’a pas l’air de croire que personne ne s’intéresse à elle. Elle laisse un léger sourire, qui se veut ironique, mais qui sonne bien plus triste qu’elle ne l’a voulu. Trop triste. – Oui, p’t-être, pour l’instant… Elle détourne les yeux sans ajouter un mot. Car, elle le sait au fond, Keira. Tout le monde part un jour. C’est comme ça. Qu’elle s’attache ou non, ils se détacheront toujours un jour ou l’autre. C’est comme ça depuis toujours, et surement que ça le sera toujours. Ce côté rebelle, ce côté provocateur, au fond, ce n’est rien d’autre qu’une protection pour empêcher tout ça. Mais, à l’intérieur, elle n’est qu’une poupée si facile à casser, si brisée déjà. Une poupée fragile et bien plus sensible qu’elle n’en a l’air, plus sensible que la plupart des gens d’ailleurs. Et elle laisse tout doucement entrevoir cette poupée alors qu’elle remercie Drake à sa manière… D’être là, toujours là, tant qu’il le restera. Mais elle ne s’attend pas à la réponse du jeune homme. Ses mots ne sonnent pas comme une tentative de moralisation, encore moins d’un serment. Il semble sincèrement… Inquiet, pour elle. Et elle ignore comment répondre à tant d’attention de sa part, Keira. – J’en ai déjà fait… Je sais que c’est difficile à croire, mais j’en fais… Sinon, elle n’aurait pas commencé ce travail à la galerie d’art. Elle serait restée à s’enfoncer dans les bas-fonds de la ville. Mais… Qu’est-ce que ça change, au final ? – Sauf que je me sens pas mieux pour autant, en fait. La douleur, elle, est toujours là. Elle ne s’en va jamais.



© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AWARDSle plus sentimental.
avatar
AWARDS ▵ le plus sentimental.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 3735
▵ arrivé(e) le : 20/08/2016
▵ avatar : Richard Madden. ♡

MessageSujet: Re: Face Off + Keira. Ven 22 Sep - 12:39

Keira & Drake
face off


Ce petit moment d’ombre, juste avant que le soir ne tombe. La toute petite pointe de lumière qui attire l’oeil et ne meurt que lorsqu’il fait totalement noir, le seul éclat qui te murmure ne t’inquiète pas. Voilà. Fixe-la longuement, et répète le plus fort ; ensuite, tout se fera automatiquement.
Tu devrais tendre le doigt, attraper la petite lueur. Prisonnière dans tes mains, tu as juste à la laisser réchauffer ton coeur. Mais cela changera-t-il quelque chose à ce tu es, et à ce que tu fais ? Penses-tu réellement pouvoir réparer le bonheur ?
Brisé et enduit de ce trop plein d’erreurs, tu te demandes s’il sera un jour capable de vivre de nouveau. Tu l’as laissé trop longtemps de côté, et tu ne sais plus bien ce que c’est. Comment fait-on, pour oublier ? Oh oui, tu aimerais tant y arriver.

Elle détruit et tue son petit morceau de bonheur, l’étouffe sous l’alcool et la drogue. Elle ne doit plus savoir comme s’ y prendre, elle non plus — mais tout est-il vraiment perdu ? Allumez la petite étoile, qu’elle scintille plus fort, je ne la vois plus.
Keira se perd et trébuche, et un jour elle sera trop écorchée pour se relever. Tends ta main, saisis la sienne, là, est-ce que ça va mieux ? Elle ne tient plus ; Keira est bancale, et tu ne sais pas comment la faire marcher droit. Un pas devant, le deuxième vire à droite, mais comment, comment fait-on, pour oublier ? Vous liez vos deux mains aux os brisés, relevez la tête et tentez de fixer le ciel. Il est trop noir, et vous êtes trop, trop petits pour ne pas tomber. Il vous aspire, et vous ne devenez plus que ces ombres, ces ombres froides qui ne bougent plus que pour mourir, ces ombres qui s’écrasent dès que le soleil les fait fléchir. As-tu peur du noir ?
Tu verras, c’est facile.

La petite main de Keira glisse et veut s’échapper de la tienne. Keira ne veut pas du soleil, Keira cherche la nuit. Tu voudrais la retenir, lui dire que vous êtes sur la bonne voie ; mais non, non, Keira ne t’écoute pas. Mais tu ne veux pas la laisser tomber, tu ne sais qu’elle ne se relèvera pas — allons, Keira, s’il te plaît, écoute-moi.
La nuit trop noire et Keira aux yeux trop bleus, elle ne te suivra pas, mais je sais que tu fais de ton mieux. « Je te crois… mais tu vois bien que ce n’est pas suffisant… » C’est trop peu, et tu ne sais pas ; mais comment fait-on, pour oublier ?
Il y a encore la petite lumière, recroquevillée dans ta paume, qui cherche à s’échapper. Elle veut partir, elle en a marre d’attendre ton plaisir — si Keira ne veut pas, tu ferais mieux de la laisser tranquille. Mais tu ne peux pas, tout simplement pas la laisser s’enfuir ! Si elle part, qui trouvera-t-elle pour veiller sur son chemin ? Ce chemin dur et sale, ardu et rempli d’embûches, ce chemin que vous prenez tous pour mieux tomber ensuite. « Tu as des problèmes ? Je veux dire… graves ? » La vérité, c’est que tu ne sais même pas quelle route elle a choisi d’emprunter.

©️ élissan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.
avatar
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 571
▵ arrivé(e) le : 20/12/2015
▵ avatar : Taylor Momsen.

MessageSujet: Re: Face Off + Keira. Dim 24 Sep - 20:00

❝ Drake + Et pour la première fois de ma vie j'ai eu l'impression que quelqu'un en avait quelque chose à foutre de ma gueule et que cette personne méritait que je fasse des efforts. ❞Face Off.
Tu vois bien que ce n’est pas suffisant. Elle le voit, elle l’entend bien assurément. Elle le sait, au fond, qu’il a raison. Mais que peut-elle faire d’autre ? Ce n’est pas une question rhétorique, c’est sincère, elle n’a aucune idée de ce qu’elle peut faire d’autre, Keira. Elle a arrêté de prendre de la drogue à outrance. Elle a arrêté de traîner sur les trottoirs infâmes de la ville. Elle a trouvé un travail, un travail incroyable dans une galerie d’art. Tout ce qui devrait la combler, elle, l’artiste tourmentée. Mais elle la ressent toujours, cette douleur. Elle est tapie dans son cœur, elle coule le long de ses veines, elle contamine tout son être. Et elle rend son âme noire, noire comme la cendre. Elle n’arrive pas à en réchapper, c’est quelque chose qu’elle a en elle, quelque chose qu’elle devrait peut-être un jour sortir d’elle. Elle l’a crié, dans les bras d’une jolie fleur un soir d’hiver. Et cela lui a fait du bien sur le moment, de laisser éclater un peu de toute cette haine qu’elle garde en elle. Cette rancœur qui la bouffe de l’intérieur. Mais elle est toujours là, malgré tout. Bien plus forte qu’elle. Bien plus forte qu’elle ne le sera jamais.

Les mots de son ange gardien se perdent dans le noir de la nuit. Ils s’échappent sans qu’elle ne les rattrape, sans qu’elle ne tente d’y trouver un sens. Elle voudrait qu’il lui dise, Drake. Elle voudrait qu’il lui dise ce qu’elle pourrait faire, ce qu’elle devrait faire. Mais le sait-il lui-même ? Au fond, est-ce qu’une personne au monde aurait la recette pour aller mieux ? Se lever tous les matins, trouver un sens à sa vie. Dessiner. Voir des amis. Lire. Encore dessiner. Est-ce suffisant ? Est-ce que cela suffit, aux autres ? Pourquoi a-t-elle besoin de plus, elle ? Est-ce censé être si compliqué ? Elle ne sait pas, elle n’a jamais su. Et la question de Drake ne l’aide pas davantage à comprendre. Elle en a toujours eu, des problèmes. Toute sa vie n’est qu’une suite d’ennuis et d’erreurs. Mais si elle en vient à la source, que trouve-t-elle ? Une enfance brisée par l’abandon d’un parent. Une adolescence marquée par la solitude, la douleur et l’incompréhension. Un viol qui lui a pris son innocence. Et toutes ces conneries accumulées, toutes ces dérives de plus en plus graves, de plus en plus dangereuses. Elle soupire. – Je crois que c’est moi, le problème. Evidemment. Quoi d’autre ? Elle n’est qu’une petite fille brisée par la vie avant même de la connaitre. Une jeune femme à fleur de peau, une écorchée vive, hypersensible, qui préfère jouer les rebelles qu’affronter toutes ses douleurs. Longtemps, elle a pensé qu’elle ferait du bien à tout le monde si elle quittait ce monde. Elle a essayé, d’ailleurs, mais elle n’a pas pu se résoudre à finir le travail. Et elle se retrouve là, dans la nuit, avec un pauvre jeune homme qui n’a rien demandé mais qui se sent responsable d’elle. – J’ai l’impression que… Que quoi que je fasse, j’aurais toujours mal. Je te jure que j’essaye d’aller mieux Drake mais… Mais c’est comme si c’était perdu d’avance. C’est… Comme si j’étais enfermée dans une pièce sans lumière et que j’cherchais la porte de sortie mais qu’à chaque fois que je la trouvais, je me retrouvais dans une autre pièce à chercher encore et encore cette putain de porte. Elle commence à avoir les yeux brillants, Keira. Ce n’est pas habituel devant les autres, devant Drake encore moins. Mais le masque s’effrite tout doucement. Et, gênée, elle le réalise. Elle essaye dans une tentative désespérée de retrouver un ton acerbe, pour garder contenance, mais ça sonne cruellement faux. – T’es mal tombé avec moi, j’suis un cas désespéré.



©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Face Off + Keira.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always love ::  :: wellington central.-