AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Face Off + Keira.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 4238
▵ arrivé(e) le : 20/08/2016
▵ avatar : Richard Madden. ♡

MessageSujet: Re: Face Off + Keira. Dim 20 Aoû - 17:20

Keira & Drake
face off


Et le ciel ne t’a jamais semblé aussi noir. Noir le ciel, noir le charbon autour des yeux de Keira, noires tes pensées, poussées en de vives réflexions. Keira, Keira, Keira. Tu ne sais plus quoi lui dire pour lui faire voir la même chose que toi, et pourtant tu sais que c’est nécessaire. Elle s’enfonce, elle s’enfonce tellement qu’elle ne pourra bientôt plus en ressortir, et personne ne pourra l’aider.
Jamais plus.
Tu ne veux pas de cette chute, tu sais qu’elle est très brutale, trop brutale pour une fille aussi fragile que Keira. Elle a beau s’armer de béton et de fer, tu sais qu’elle n’est pas plus résistante qu’une porcelaine délicate.
Cette vie l’a sûrement un peu endurcie, du moins.
Mais c’est loin d’être suffisant pour ce qui l’attend, si elle descend encore plus bas. Tu es déjà tombé, toi aussi, et il t’aura fallu quelques temps pour trouver l’échelle de secours, et resurgir à la surface. C’est lent, c’est long, et ça fait mal. C’est douloureux, affreusement douloureux. Est-ce que Keira le sait, ça ? Est-ce qu’elle sait tout ce qui l’attend, si elle continue sur cette voie ?
Tu ne veux pas être le donneur de leçon, encore moins le surprotecteur dont elle n’a pas besoin.
Tu voudrais juste être un ami, quelqu’un sur qui elle puisse s’appuyer n’importe quand, n’importe où et pour n’importe quoi. Y arrives-tu seulement ? Lorsqu’elle t’appelle d’un commissariat, tu te lèves sur le champ, voles jusqu’à elle, affiches le petit air exaspéré qu’elle connaît trop, un ou deux reproches pour la forme, et c’est aussitôt oublié. Alors le voilà, le type d’ami que tu as envie d’être ?
Plus tu te poses la question et plus tu l’ignores.
Tu aimerais lire dans le cyan des yeux de Keira, et comprendre qui tu es pour elle.
Alors ? Essaie, il doit bien y avoir une faille derrière ce miroir sans tain dont elle se pare. Ça y est, tu l’as vue ? Creuse un peu, entre, regarde bien. Tu n’y retourneras pas deux fois.
Mais tu ne sais plus ce que tu cherches exactement, désespères de ne rien comprendre. Un ami, alors ? Ou bien juste une roue de secours lorsqu’elle ne peut pas faire autrement ? Tu espères être un peu que ça, tout de même, mais c’est si dur à savoir ! Et lui demander est pire encore.
Alors tais-toi, ne dis rien ! Continuez votre petite route, demain effacera tes questions, et, la prochaine fois que tu verras Keira, tu n’y repenseras même pas. Ce doit être ça, le problème, de toute ces interrogations éphémères : tu n’y trouves jamais de réponse, aussi profond peux-tu chercher. Ça n’a peut-être pas d’importance, au final, tu cherches trop loin pour si peu.
« Arrête, tu ne me feras pas croire que personne ne s’intéresse à toi. » Non, elle n’y arrivera pas, et plus elle le répétera, moins tu en seras convaincu. C’est un cercle vicieux, Keira. « Il y a forcément quelqu’un d’autre sur qui tu puisses compter quand même. » On a tous quelqu’un.
Alors pourquoi toi ?
Parce que tu lui as tendu la main une fois ? Parce que tu l’as aidée un jour où personne d’autre n’était là ? Alors quoi, ce quelqu’un pourrait être n’importe qui d’autre ?
Tu ne sais pas si ça te fait plaisir d’y songer, aussi préfères-tu laisser ça de côté. Tu t’es déjà bien assez pris la tête pour ce soir.
D’autant plus que Keira n’en a pas fini, et reprend la parole d’une petite voix que tu ne lui connaissais pas. Ah… voilà que la coquille s’effrite, se fissure et se brise… Ses paroles te vont droit au cœur, mais le pire est que tu ne sais pas comment le montrer. Peut-être t’enfermes-tu trop, toi aussi ? Laisse transpirer ce que tu ressens, pour une fois, ça ne peut pas te faire de mal. Et puis, si Keira fait un effort, tu devrais le lui rendre aussi. « C’est… C’est normal... » Tu ne peux pas la laisser tomber, tu en es incapable. Même si la question t’a déjà traversé l’esprit, des jours où tu en avais marre. « Et je ne veux pas que… que ça continue trop, pour toi. Je veux dire… ce n’est pas bon, ça, et tu le sais... » … mais ça ne l’empêche pas de continuer, pour des raisons obscures. « Alors, tu ne veux pas essayer de faire un effort ? Fais-le pour personne, juste pour toi. »

©️ élissan.


Dernière édition par Drake Whiteley le Ven 22 Sep - 12:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.
avatar
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 604
▵ arrivé(e) le : 20/12/2015
▵ avatar : Taylor Momsen.

MessageSujet: Re: Face Off + Keira. Mer 30 Aoû - 21:38

❝ Drake + Et pour la première fois de ma vie j'ai eu l'impression que quelqu'un en avait quelque chose à foutre de ma gueule et que cette personne méritait que je fasse des efforts. ❞[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Face Off.
On croit toujours qu’on touche le fond. On croit qu’on est arrivé au plus bas, on croit qu’on ne peut pas tomber plus encore. On s’enfonce dans un puits sans fin mais la chute ne se termine jamais. C’est ce qu’elle attend peut-être en réalité, Keira. Arriver enfin tout en bas et se laisser aller. Ne plus essayer de survivre, même un petit peu, juste… Se laisser couler. Mais la vérité, c’est que le fond est bien plus profond encore qu’elle ne le pense. Et elle le constate à chaque fois à ses dépens. A chaque nouvelle blessure, à chaque nouvelle douleur qu’elle s’inflige. Elle le constate un peu plus. Mais elle ne fait rien pour se relever, pourtant. Elle a conscience que, si elle ne se battra pas, personne ne le fera pour elle. Elle sait tout ça, Keira. Elle sait que, quoi qu’on dise, on se retrouve toujours tout seul face aux moments importants dans la vie. On naît seul, on meurt seul. Le reste n’est que subterfuges, des faux-semblants, des mensonges qu’on se promet à soi-même et aux autres. Mais Keira, elle, ne parvient pas à se bercer de ces illusions. Elle a un regard si noir sur la vie, sur les hommes, sur les femmes, sur tout. Comme si tout ce qu’elle peut vivre était empoisonné par un nuage noir, un voile sombre qui la ramène encore et toujours vers les ténèbres. Et pourtant…

Au milieu de ces ténèbres, il y a cette toute petite pointe de lumière. Celle qui attire l’œil, celle qui a tout l’air d’un mirage. Elle n’y croyait pas au début, elle refusait de le faire. Mais la lueur ne cesse d’exister. Elle est là, toujours. Elle attend simplement qu’elle s’approche. Cette lueur, c’est Emilia qui se préoccupe d’elle comme la grande sœur qui lui manquait. C’est Enora qui lui a offert ce travail qui peut, peut-être un jour, la sortir du milieu de la prostitution. C’est Apple, Judy, Rose et tous ceux qui ont cherché un jour, d’une manière ou d’une autre, à la sauver. Et c’est lui, Drake. Cet ange gardien qui n’en est pas un, ce sauveur qui ne lui devait rien. Il parvient progressivement à se frayer une place dans son cœur, dans son esprit, dans toutes ces interrogations qui l’habitent malgré elle. Il ne dit rien, jamais. Il ne dit pas un mot, il se contente d’être . Dans sa vie, et pas à côté. Juste, il est là pour elle. Il lui donne tout, sans rien attendre en retour. Et c’est quelque chose de si généreux, si altruiste qu’elle n’a pas tout de suite voulu l’accepter, mais finalement, elle réalise de plus en plus combien c’est précieux. Combien, lui, il est précieux. Il n’est pas un ami, pas un parent, et pourtant c’est lui qui vole à son secours à chaque fois qu’elle lance un appel. Et c’est lui qu’elle appelle, surtout. Elle ne sait pas pourquoi, elle ne sait pas comment, mais elle se sent bien avec lui.

Peut-être qu’elle sent que la souffrance est quelque chose qu’il connaît, lui aussi. Peut-être aussi que c’est plus facile d’appeler quelqu’un qui n’attend rien d’elle, quelqu’un qui ne sera pas déçu par elle. Quelqu’un dont elle, elle n’attend rien, quelqu’un qui ne la décevra pas. Mais ce sont des mensonges, tout ça. Parce que la vérité est qu’elle est déjà attachée à lui, plus qu’elle ne le voulait. Lui qui n’a pas l’air de croire que personne ne s’intéresse à elle. Elle laisse un léger sourire, qui se veut ironique, mais qui sonne bien plus triste qu’elle ne l’a voulu. Trop triste. – Oui, p’t-être, pour l’instant… Elle détourne les yeux sans ajouter un mot. Car, elle le sait au fond, Keira. Tout le monde part un jour. C’est comme ça. Qu’elle s’attache ou non, ils se détacheront toujours un jour ou l’autre. C’est comme ça depuis toujours, et surement que ça le sera toujours. Ce côté rebelle, ce côté provocateur, au fond, ce n’est rien d’autre qu’une protection pour empêcher tout ça. Mais, à l’intérieur, elle n’est qu’une poupée si facile à casser, si brisée déjà. Une poupée fragile et bien plus sensible qu’elle n’en a l’air, plus sensible que la plupart des gens d’ailleurs. Et elle laisse tout doucement entrevoir cette poupée alors qu’elle remercie Drake à sa manière… D’être là, toujours là, tant qu’il le restera. Mais elle ne s’attend pas à la réponse du jeune homme. Ses mots ne sonnent pas comme une tentative de moralisation, encore moins d’un serment. Il semble sincèrement… Inquiet, pour elle. Et elle ignore comment répondre à tant d’attention de sa part, Keira. – J’en ai déjà fait… Je sais que c’est difficile à croire, mais j’en fais… Sinon, elle n’aurait pas commencé ce travail à la galerie d’art. Elle serait restée à s’enfoncer dans les bas-fonds de la ville. Mais… Qu’est-ce que ça change, au final ? – Sauf que je me sens pas mieux pour autant, en fait. La douleur, elle, est toujours là. Elle ne s’en va jamais.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 4238
▵ arrivé(e) le : 20/08/2016
▵ avatar : Richard Madden. ♡

MessageSujet: Re: Face Off + Keira. Ven 22 Sep - 12:39

Keira & Drake
face off


Ce petit moment d’ombre, juste avant que le soir ne tombe. La toute petite pointe de lumière qui attire l’oeil et ne meurt que lorsqu’il fait totalement noir, le seul éclat qui te murmure ne t’inquiète pas. Voilà. Fixe-la longuement, et répète le plus fort ; ensuite, tout se fera automatiquement.
Tu devrais tendre le doigt, attraper la petite lueur. Prisonnière dans tes mains, tu as juste à la laisser réchauffer ton coeur. Mais cela changera-t-il quelque chose à ce tu es, et à ce que tu fais ? Penses-tu réellement pouvoir réparer le bonheur ?
Brisé et enduit de ce trop plein d’erreurs, tu te demandes s’il sera un jour capable de vivre de nouveau. Tu l’as laissé trop longtemps de côté, et tu ne sais plus bien ce que c’est. Comment fait-on, pour oublier ? Oh oui, tu aimerais tant y arriver.

Elle détruit et tue son petit morceau de bonheur, l’étouffe sous l’alcool et la drogue. Elle ne doit plus savoir comme s’ y prendre, elle non plus — mais tout est-il vraiment perdu ? Allumez la petite étoile, qu’elle scintille plus fort, je ne la vois plus.
Keira se perd et trébuche, et un jour elle sera trop écorchée pour se relever. Tends ta main, saisis la sienne, là, est-ce que ça va mieux ? Elle ne tient plus ; Keira est bancale, et tu ne sais pas comment la faire marcher droit. Un pas devant, le deuxième vire à droite, mais comment, comment fait-on, pour oublier ? Vous liez vos deux mains aux os brisés, relevez la tête et tentez de fixer le ciel. Il est trop noir, et vous êtes trop, trop petits pour ne pas tomber. Il vous aspire, et vous ne devenez plus que ces ombres, ces ombres froides qui ne bougent plus que pour mourir, ces ombres qui s’écrasent dès que le soleil les fait fléchir. As-tu peur du noir ?
Tu verras, c’est facile.

La petite main de Keira glisse et veut s’échapper de la tienne. Keira ne veut pas du soleil, Keira cherche la nuit. Tu voudrais la retenir, lui dire que vous êtes sur la bonne voie ; mais non, non, Keira ne t’écoute pas. Mais tu ne veux pas la laisser tomber, tu ne sais qu’elle ne se relèvera pas — allons, Keira, s’il te plaît, écoute-moi.
La nuit trop noire et Keira aux yeux trop bleus, elle ne te suivra pas, mais je sais que tu fais de ton mieux. « Je te crois… mais tu vois bien que ce n’est pas suffisant… » C’est trop peu, et tu ne sais pas ; mais comment fait-on, pour oublier ?
Il y a encore la petite lumière, recroquevillée dans ta paume, qui cherche à s’échapper. Elle veut partir, elle en a marre d’attendre ton plaisir — si Keira ne veut pas, tu ferais mieux de la laisser tranquille. Mais tu ne peux pas, tout simplement pas la laisser s’enfuir ! Si elle part, qui trouvera-t-elle pour veiller sur son chemin ? Ce chemin dur et sale, ardu et rempli d’embûches, ce chemin que vous prenez tous pour mieux tomber ensuite. « Tu as des problèmes ? Je veux dire… graves ? » La vérité, c’est que tu ne sais même pas quelle route elle a choisi d’emprunter.

©️ élissan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.
avatar
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 604
▵ arrivé(e) le : 20/12/2015
▵ avatar : Taylor Momsen.

MessageSujet: Re: Face Off + Keira. Dim 24 Sep - 20:00

❝ Drake + Et pour la première fois de ma vie j'ai eu l'impression que quelqu'un en avait quelque chose à foutre de ma gueule et que cette personne méritait que je fasse des efforts. ❞[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Face Off.
Tu vois bien que ce n’est pas suffisant. Elle le voit, elle l’entend bien assurément. Elle le sait, au fond, qu’il a raison. Mais que peut-elle faire d’autre ? Ce n’est pas une question rhétorique, c’est sincère, elle n’a aucune idée de ce qu’elle peut faire d’autre, Keira. Elle a arrêté de prendre de la drogue à outrance. Elle a arrêté de traîner sur les trottoirs infâmes de la ville. Elle a trouvé un travail, un travail incroyable dans une galerie d’art. Tout ce qui devrait la combler, elle, l’artiste tourmentée. Mais elle la ressent toujours, cette douleur. Elle est tapie dans son cœur, elle coule le long de ses veines, elle contamine tout son être. Et elle rend son âme noire, noire comme la cendre. Elle n’arrive pas à en réchapper, c’est quelque chose qu’elle a en elle, quelque chose qu’elle devrait peut-être un jour sortir d’elle. Elle l’a crié, dans les bras d’une jolie fleur un soir d’hiver. Et cela lui a fait du bien sur le moment, de laisser éclater un peu de toute cette haine qu’elle garde en elle. Cette rancœur qui la bouffe de l’intérieur. Mais elle est toujours là, malgré tout. Bien plus forte qu’elle. Bien plus forte qu’elle ne le sera jamais.

Les mots de son ange gardien se perdent dans le noir de la nuit. Ils s’échappent sans qu’elle ne les rattrape, sans qu’elle ne tente d’y trouver un sens. Elle voudrait qu’il lui dise, Drake. Elle voudrait qu’il lui dise ce qu’elle pourrait faire, ce qu’elle devrait faire. Mais le sait-il lui-même ? Au fond, est-ce qu’une personne au monde aurait la recette pour aller mieux ? Se lever tous les matins, trouver un sens à sa vie. Dessiner. Voir des amis. Lire. Encore dessiner. Est-ce suffisant ? Est-ce que cela suffit, aux autres ? Pourquoi a-t-elle besoin de plus, elle ? Est-ce censé être si compliqué ? Elle ne sait pas, elle n’a jamais su. Et la question de Drake ne l’aide pas davantage à comprendre. Elle en a toujours eu, des problèmes. Toute sa vie n’est qu’une suite d’ennuis et d’erreurs. Mais si elle en vient à la source, que trouve-t-elle ? Une enfance brisée par l’abandon d’un parent. Une adolescence marquée par la solitude, la douleur et l’incompréhension. Un viol qui lui a pris son innocence. Et toutes ces conneries accumulées, toutes ces dérives de plus en plus graves, de plus en plus dangereuses. Elle soupire. – Je crois que c’est moi, le problème. Evidemment. Quoi d’autre ? Elle n’est qu’une petite fille brisée par la vie avant même de la connaitre. Une jeune femme à fleur de peau, une écorchée vive, hypersensible, qui préfère jouer les rebelles qu’affronter toutes ses douleurs. Longtemps, elle a pensé qu’elle ferait du bien à tout le monde si elle quittait ce monde. Elle a essayé, d’ailleurs, mais elle n’a pas pu se résoudre à finir le travail. Et elle se retrouve là, dans la nuit, avec un pauvre jeune homme qui n’a rien demandé mais qui se sent responsable d’elle. – J’ai l’impression que… Que quoi que je fasse, j’aurais toujours mal. Je te jure que j’essaye d’aller mieux Drake mais… Mais c’est comme si c’était perdu d’avance. C’est… Comme si j’étais enfermée dans une pièce sans lumière et que j’cherchais la porte de sortie mais qu’à chaque fois que je la trouvais, je me retrouvais dans une autre pièce à chercher encore et encore cette putain de porte. Elle commence à avoir les yeux brillants, Keira. Ce n’est pas habituel devant les autres, devant Drake encore moins. Mais le masque s’effrite tout doucement. Et, gênée, elle le réalise. Elle essaye dans une tentative désespérée de retrouver un ton acerbe, pour garder contenance, mais ça sonne cruellement faux. – T’es mal tombé avec moi, j’suis un cas désespéré.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 4238
▵ arrivé(e) le : 20/08/2016
▵ avatar : Richard Madden. ♡

MessageSujet: Re: Face Off + Keira. Dim 22 Oct - 18:33

Keira & Drake
face off


Et le gris devient plus noir encore que la nuit ; la petite goutte d’encre qui dégouline, lentement, sûrement, pour tacher son cœur livide. Meurtri, déchiré, piétiné ; égraine les petites secondes qui rapprochent inexorablement du déni, ce moment cruel et froid qui te fait croire que tout est fini. Mais ça ne l’est pas, au contraire, tout ne fait que commencer — mais la fin en est-elle pire ?
Et le gris ne se contente plus de couler, il ruissèle, trempe ses cheveux et son corps tout entier ; noir, gris, anthracite, âme décolorée et défraîchie, âme déboussolée dont on ne sait plus se servir.
Noir de poussière et gris de cendres, noir des cendres qui gisent dans la poussière factice. Tes pieds trébuchent sur des obstacles invisibles, tout comme ta langue ne sait plus s’exprimer. Y a-t-il jamais eu un seul mot juste pour détailler ta pensée ? Noire, grise, pensée cendreuse et abîmée qui n’a jamais su rêver.

Et si tout n’était qu’un odieux miroir de votre réalité ? Savais-tu que la nuit était aussi charbonnée que ses yeux, que ses cils impitoyablement fermés ? Savais-tu que vous marchiez au dessous du gouffre, et que toi seul savais où s’appuyer ? Mais Keira, Keira va-t-elle tomber ? Tu regardes le vide, vide qui s’accroît, et tu as peur de glisser — mais Keira, Keira va-t-elle tomber ?
Qu’elle s’accroche, vous allez y arriver. Et peu importe s’il vous faut un, deux, six, neuf ou vingt pas pour parvenir de l’autre côté ; rien n’est impossible du moment que vous y croyez. Mais voilà, la confiance s’effrite, se brise, et tu ne sais même plus comment la réparer. Que dois-tu dire pour la maintenir du bon côté ? Entend-elle au moins les mots que tu t’efforces de prononcer, ceux qui écorchent ta gorge et te font saigner ? Ceux auxquels tu as cessé de croire parce que tu savais qu’il n’y avait plus aucun espoir ? Et ceux-là, ceux-là tu n’arrives même plus à les formuler, tout te semble trop gris et froid, tout est trop cendreux et abîmé. « Je comprends, réellement… Et j’aimerais vraiment réussir à t’aider, mais là… Je ne sais juste plus quoi faire, quoi te dire pour y arriver… » Conseils brisés et rayés, ceux qui n’ont plus aucun sens lorsque toi-même tu ne les as pas appliqués ; alors tu n’as plus qu’à être désolé. « Et je n’ai pas envie de te dire des choses creuses qui ne te serviront à rien, parce que… parce que je sais que ce n’est pas ce que tu as envie d’entendre. Et c’est encore moins ce dont tu as besoin. »

Attention, le fil tremble, et tu vas tomber ! Elle, un cas désespéré ? Tu aurais presque envie de rire, si tu ne voyais pas encore l’encre découler. Elle dégoutte lentement, comme un sablier — et lorsqu’il n’y en aura plus, que se passera-t-il ? La fin sera-t-elle enfin venue ?
Décidément, vous vous êtes bien trouvés.
Le noir, le gris, l’anthracite et les cendres poussiéreuses, les obstacles factices sur lesquels tu ne cesses de trébucher. Rien ne changera jamais, pas vrai ? La même nuit, sur le même ciel, les mêmes étoiles qui ne veulent plus resplendir ? Un cycle sans fin, voilà ce qu’est la vie. « On l’est tous à notre manière. » Tu souris un peu, mais tes pensées sont ailleurs.

©️ élissan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.
avatar
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 604
▵ arrivé(e) le : 20/12/2015
▵ avatar : Taylor Momsen.

MessageSujet: Re: Face Off + Keira. Ven 27 Oct - 16:36

❝ Drake + Et pour la première fois de ma vie j'ai eu l'impression que quelqu'un en avait quelque chose à foutre de ma gueule et que cette personne méritait que je fasse des efforts. ❞[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Face Off.
Les mots de Drake ne devraient pas l’atteindre, pas autant. Elle ne le connaît pas depuis si longtemps, elle ne sait presque rien de lui… En fin de compte, elle n’est qu’une inconnue pour lui, une inconnue qu’il s’efforce de sortir de ses ennuis soir après soir, semaine après semaine. Mais elle n’a jamais pris en compte l’avis des autres… Pourquoi le faire avec lui ? Peut-être bien parce qu’il est l’une des rares personnes au monde qui a su lui tendre la main. Alors que, justement, elle n’est censée être rien d’autre qu’une inconnue. Et, pour cette seule raison déjà, elle le respecte énormément. Elle l’estime. Et, même, elle l’apprécie. C’est sans doute ce qui lui donne le pouvoir de lui dire des choses qu’elle ne laisserait personne d’autre lui dire. Elle l’écoute, elle ne suit pas toujours ses conseils, mais elle l’écoute. Comme le grand frère qu’elle n’a jamais eu. Elle a quatre sœurs, Keira. Quatre sœurs, ce n’est pas rien. Mais c’était peut-être de cela qu’elle avait besoin, d’un frère. De lui. Drake.

Pourtant, le jeune homme lui-même avoue avec la transparence la plus totale qu’il ne sait plus quoi faire pour l’aider. Il admet son impuissance, et ça la touche malgré elle. Elle ne sait pas si elle doit rire ou pleurer en vérité. Elle ne devrait pas être surprise qu’il déclare forfait. Elle devrait même être contente, et le provoquer, lui dire qu’elle savait bien qu’il n’y arriverait pas. Et que personne n’y arrivera jamais. C’est ce qu’elle dirait à quelqu’un d’autre. Mais le masque rebelle qu’elle s’est forgée disparaît avec lui. Et, en réalité, elle est attristée par un tel constat, effrayée même de se dire qu’il pourrait abandonner. Qu’il pourrait l’abandonner, elle. Et elle ne parvient même pas à faire preuve d’ironie. Sa carapace, bien trop fragile, s’est cassée ce soir. – C’est pas grave, Drake… T’es pas un super-héros, tu ne peux pas régler des choses qui se sont passées bien avant que tu m’aies rencontrée. Elle parle d’un ton calme, sérieux pour une fois. Elle arrête de se donner un genre. Elle ne cherche même pas à cacher sa tristesse. Elle veut simplement qu’il sache qu’elle sait qu’elle a de la chance, déjà, qu’il soit à ses côtés. – C’est déjà gentil de faire tout ce que tu fais pour moi, de... D’être là… avoue-t-elle avec un petit sourire sincère, mais qui a beaucoup de mal à sortir. Elle ne va pas chialer, hein.

Chassant l’émotion qui la submerge, la blondinette récupère dans la poche de sa veste son paquet de clopes. Elle en prend une qu’elle allume, comme pour reprendre contenance. Elle en a surtout besoin. Elle a besoin de davantage même. Mais elle ne le fera pas, pas devant Drake. Elle savoure un instant les effets de la nicotine sur elle, elle se sent un peu mieux. Et elle ne peut s’empêcher de penser aux derniers mots qu’il a formulé. Il est si mystérieux, si secret. Elle l’est aussi, elle en a conscience, mais il en sait malgré tout beaucoup plus sur elle qu’elle ne pourrait en dire sur lui. Quand elle y réfléchit, elle ne sait même rien, finalement, sur l’ange gardien de ses nuits. – Pourquoi tu penses être un cas désespéré, toi ? demande-t-elle, le ton doux mais intéressé. Elle voudrait comprendre. Et peut-être qu’en le découvrant un peu plus, elle aussi osera davantage se dévoiler à lui.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 4238
▵ arrivé(e) le : 20/08/2016
▵ avatar : Richard Madden. ♡

MessageSujet: Re: Face Off + Keira. Sam 11 Nov - 20:00

Keira & Drake
face off


Ce n’est pas grave, tu ne peux pas toujours réussir.
Tu peux aussi échouer, grimper cette même marche encore et encore, et toujours trébucher au final. Mais ce n’est pas grave. Rappelle-toi juste que tu auras essayé, et que tu te seras donné du mal ; ce n’est pas grave, elle a dit.
Au fond, tu ne connais pas grand-chose sur Keira, guère plus que ce qu’elle veut bien te montrer. Et elle, alors ? Elle ne sait pas énormément de choses sur toi non plus, peut-être même encore moins.
Vous vous ressemblez, finalement.
Tu as cette impression de déjà-vu grandissante ; qui devient monstrueuse au point de te faire peur. Les mêmes erreurs, encore et encore ; la même marche trop haute, encore et encore, et tu trébuches à chaque fois. Tu finiras par ne plus te relever, un jour, fatigué par le cercle vicieux duquel tu es prisonnier. Mais comment, comment s’en échapper ? Tu as déjà tout essayé, mais rien ne fonctionne, chaque nouveau pas te fait reculer, encore et encore, et ça ne s’arrête pas ! Vous avancer, dos à la lumière et droit vers l’ombre, sans jamais vous rendre compte du mur que vous apprêtez à vous prendre.
Ça fera mal.
Très, très mal ; mais comment, comment s’en échapper ? Il n’y a pas plus d’issue à la douleur qu’il n’y en a au malheur, le noir restera indéfiniment noir, et le blanc ne sera jamais sale. C’est toujours la même histoire, la même noirceur au bout du couloir, et jamais, jamais la lumière censée vous montrer la voie.
Il fait noir, indéfiniment noir, et aucun interrupteur.

Ce n’est pas grave, elle a dit. Ce n’est pas grave, si vous vous prenez le mur, vous serez deux à assumer le choc ; si vous vous prenez le mur, vous serez deux à amortir la chute. Ce n’est pas grave. Rien n’est jamais grave si on n’y accorde aucune importance ; comme c’est simple ! Tu n’as qu’à dire que tu t’en moques, que cette fin était la seule issue possible. C’est simple.
Mais est-ce moins douloureux ?
Tu reportes tes yeux vers les siens, mais la nuit a tout envahi, tu ne vois plus rien du tout ! les couleurs en sont meurtries. Plus de bleu, juste le noir, encore et encore toujours le noir ; le noir de cendres, de charbon, le noir du soir qui est tombé beaucoup trop vite.
Ce n’est pas grave. « J’ai l’impression d’être inutile tout de même. » Tu ne sais plus pourquoi tu parles, à quoi ça sert, ni à quoi ça rime. Tu fais, c’est tout, et si tu tombes, tu te relèves, il n’y a pas d’autre suite possible.

Tu hausses les épaules, et elle a sorti une cigarette. La fumée s’échappe de ses lèvres, trace des formes dans l’air, et disparaît. Tout est éphémère, et ça t’effraie. Que reste-t-il, une fois que tout est parti ? Que reste-t-il, une fois que tout l’espoir est mort, une fois que la ligne est franchie, que rien ne subsiste ?
Que restera-t-il, quand tu ne pourras plus l’aider ? Que restera-t-il d’elle, la petite Keira fissurée par la vie ?
Tu préfères ne pas connaître la réponse. « Parce que… » Et toi, pourquoi es-tu désespéré ? Pourquoi es-tu un échec total, un échec cuisant qui fait mal, très, très mal, pourquoi n’es-tu rien d’autre que le gâchis de ce qui aurait dû vivre ?
Tu aurais pu t’en sortir, finalement, si tout n’avait pas mal commencé. Les pages du livre auraient pu continuer à se tourner, si tu n’avais pas tracé le point au beau milieu de la page, annulant toute suite possible. Tu as cessé d’espérer, peut-être parce que tu en marre de sans cesse en souffrir. S’il n’y a pas de fin, peut-être n’y a-t-il pas de vie ? « Parce que je… parce que je gâche absolument tout… avec tout le monde… tout le temps… » Bradley, Lennon, Apple, Savannah, Charlotte… Combien d’autres as-tu laissés ? Combien d’autres sont partis sans toi ? « Je ne suis vraiment pas un exemple. » Tu tentes un sourire, mais il s’efface aussitôt.
À quoi bon ? Il fait noir, elle ne le verrait pas.

©️ élissan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.
avatar
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 604
▵ arrivé(e) le : 20/12/2015
▵ avatar : Taylor Momsen.

MessageSujet: Re: Face Off + Keira. Mar 14 Nov - 15:40

❝ Drake + Et pour la première fois de ma vie j'ai eu l'impression que quelqu'un en avait quelque chose à foutre de ma gueule et que cette personne méritait que je fasse des efforts. ❞[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Face Off.
Elle ne peut pas en vouloir à Drake de se sentir impuissant face à sa détresse. En réalité, elle ne peut lui en vouloir de rien du tout. Tout ce qu’il fait, il n’a aucune raison de le faire. C’est peut-être juste sa conscience qui le pousse à l’aider, ou bien un automatisme qui est devenu instinctif désormais. Ou, simplement, il est peut-être juste une bonne personne. Et c’est rare qu’elle rencontre de bonnes personnes, Keira. Elle les compte sur les doigts d’une main. Pour cette seule raison, elle sait qu’elle peut s’estimer heureuse de l’avoir. Heureuse, oui, mais pas trop non plus, parce qu’il pourrait finir par partir lui aussi. Et c’est cette peur qui lui fait penser qu’il n’est pas inutile. S’il l’était, elle se ficherait bien qu’il ne soit plus là. Il ne serait qu’une ombre de plus qui file dans l’horizon. Mais ce n’est pas le cas. La vérité, c’est qu’il lui manquerait. Elle ne peut pas lui dire une chose pareille, parce qu’elle est bien trop pudique sur ses sentiments, bien trop effrayée encore. Mais il lui manquerait. Irrémédiablement. Et ça, c’est parce qu’il est tout sauf inutile. – C’est pas le cas. se contente-t-elle de dire dans un premier temps en tournant la tête vers lui. Elle le contemple, juste une seconde, avant de relever les yeux droit devant elle pour lui confier. – Tu me montres que je peux compter sur quelqu’un, c’est loin d’être inutile pour moi. C’est peut-être bien ce qui finira un jour par lui donner la force de croire en l’autre, Keira.

Pendant quelques secondes, la jeune femme reste plongée dans le silence. Elle savoure simplement les effets de la nicotine qui envahissent instantanément son esprit. Elle ne se préoccupe plus de ses propres états d’âme. Ils sont devenus si familiers, si routiniers, qu’elle a l’habitude de les subir désormais. Elle reste toutefois plus intriguée par Drake, et ce qu’il peut bien ressentir. Il est si mystérieux. Elle ne sait rien de lui, ou presque. Bien sûr, elle n’a jamais cherché à le questionner sur la vie qu’il mène, simplement parce qu’elle ne sait pas s’il apprécierait. Elle a le sentiment d’être, comme, une parenthèse dans la vie du jeune homme. Une bulle de détresse qui vient l’englober, le poussant à interrompre sa vie pour venir à sa rescousse. Mais qu’en est-il de lui, quand elle n’est pas là ? Il est célibataire, présume-t-elle sans savoir. Sinon, il n’aurait surement pas le temps de venir la chercher toutes ces nuits sans même s’en inquiéter. Mais, pour le reste, elle n’a aucune idée de la vie qu’il mène. Et elle sait encore moins quels sentiments peuvent l’habiter. Respectant son silence, la blondinette lui laisse le temps de trouver ses mots. Elle sait combien ils peuvent être difficiles à sortir. Pourtant, quand elle les entend arriver, elle croit qu’il se trompe. Il ne les a pas bien choisis, assurément. Ce qu’il dépeint de lui ne concorde pas du tout avec l’image qu’elle a de lui, l’image qu’il lui offre de lui. Il dit tout gâcher avec tout le monde. Alors même qu’avec elle, il fait tout le contraire. – Ce n’est pas l’impression que tu donnes, tu sais… Elle hésite un instant, prétextant tirer une nouvelle taffe de sa cigarette. Elle regarde la fumée qui s’évapore avant de se décider à poursuivre. – Avec moi, tu t’accroches alors que tout pourrait te pousser à lâcher prise. Alors que tu ne me connaissais même pas, à la base. Et c’est peut-être bien la seule chose concrète qu’elle sait de lui, mais ça lui suffit pour penser qu’il n’a rien d’une personne qui gâche tout. Il est juste une victime de la vie, comme elle, comme tous. – Je pense pas que ce soit toi qui gâches tout… Je pense que les relations ne sont pas faites pour durer toute la vie… avoue-t-elle dans un murmure avant qu’ils n’arrivent enfin jusqu’à son immeuble. Elle s’arrête et écrase sa clope qu’elle jette toutefois avec précaution dans une poubelle non loin d’eux. – Merci Drake… Je vais essayer de faire un effort… Et rester tranquille jusqu’à ce que tu commences à me manquer. dit-elle avec un sourire enfantin sur les lèvres. Elle retrouve cette insouciance apparente même si ses mots sont sincères. Savoir qu’une personne s’inquiète pour elle lui donne un peu plus envie d’y croire.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: Face Off + Keira.

Revenir en haut Aller en bas

Face Off + Keira.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always love ::  :: archives rp.-