AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 first step {Alude}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: first step {Alude} Sam 10 Juin - 22:52






First step

Shoulda just called it like I saw it
Shoulda just called for help and ran like hell that day
The burn and the sting and the high and the heat
And the left me one more feeling when he kissed me
I shoulda just called him whiskey


Ah ! Paris ! La belle capitale française. La ville lumière comme on l’appelle. En tant qu’ex londonien j’allais souvent dans cette ville. J’ai beaucoup de souvenirs là bas, d’autant qu’on y passait souvent pour des vacances ma grand mère adorant cette ville, elle ne jurait que par elle bien qu’elle soit anglaise pure souche. Le français je ne le maîtrise pas parfaitement mais je m’en sors plutôt bien pour communiquer sur des sujets simples. Je n’y suis jamais passé pour parler business comme lors de ce voyage. Jusque là je me suis contenté du boulot d’éditeur, jamais de celui d’écrivain à part dans la conception de mes livres. Pour ce qui est de la vente et de l’utilisation de mon visage pour faire vendre je me suis toujours esquivé. Je sais que c’est complètement l’inverse de ce que j’essaye de faire avec mes clients, mais moi je profite d’un nom que tous les écrivains n’ont pas. En outre je sais comment marche les choses, je sais le faire, mais j’ai préféré faire les voyages pour mes livres que de réellement chercher à gagner de l’argent, ou de la reconnaissance grâce à eux.

Si Jude et moi allons à Paris, c’est pour faire le tour des salons du livre, chercher des nouveaux auteurs, trouver de nouvelles idées, rester actifs dans le monde de la littérature, et présenter nos propres clients bien entendu. C’est elle qui est à la base de ce week end moi j’aurais préféré garder la tête dans mes papiers, et les pieds à Wellington, mais que je le veuille ou non je suis l’image de cette boîte.
Alors nous avons confirmé la date, booké hôtel et vol.
Puis nous nous sommes replongés dans nos travails. Cependant les choses ne sont plus vraiment comme avant depuis quelques semaines. Entre Jude et moi j’entends. Elle vient toujours bosser à la maison d’édition, mais outre les dîners pour le travail, les rendez pour le travail, et ceux pour discuter du voyage à Paris, il n’y a pas grand chose d’autre. On ne se connait pas depuis très longtemps, mais elle est une des personnes qui m’aide depuis le début pour remettre cette boîte à flot, et disons que dans mon idée on s’entendait plutôt bien… Je le pensais du moins. J’ai l’impression que ce n’est plus le cas, mais je n’arrive pas à identifier ce que j’ai pu faire qui marque ce changement.
Au début je me suis dit que c’était le fruit de mon imagination, jusqu’à ce que ça en vienne à me perturber. Disons que ces derniers temps, ma vie n’est que travail, Jude était la bulle d’air là dedans. Elle au moins elle sait faire la part des choses, ce que je ne sais pas faire. J’ai tendance à être soit dans le travail, soit dans le non-travail, mais j’ai du mal à lever le pied.

Ne voulant pas mettre les pieds dans le plat sans doute pour une broutille j’ai décidé de ne pas en parler et d’attendre le voyage. Là elle n’aurait d’autres solutions que de me parler… Surtout pour un voyage de plus d’une trentaine heure de vol, avec les escales… Sauf qu’elle ne m’a quasiment pas adressé la parole. Pas faute d’avoir essayé pourtant mais à chaque fois elle a coupé court à tout ce que j’ai pu essayé de dire.
J’ai donc passer les 37h20 de vol à tantôt écrire, tantôt lire les nouveaux arrivages, et puis dormir. Je suis un habitué des voyages en solitaire mais là je dois avouer que c’est pesant.
Il en va de même dans le taxi qui nous amène à l’hôtel. Finalement nous arrivons dans un silence de plomb. L’hôtel est celui là même où aura lieu l'événement le lendemain. Pour l’occasion il est rempli de journaliste, d’auteur, de publicitaire, et éditeurs comme moi.
Je suis un peu dans le décalage horaire et tout ce que j’aimerais maintenant c’est avoir l’occasion de prendre une douche, je sais que je ne serais pas capable de fermer l’oeil. Il n’est que 16h ici et mon cerveau a trop bien enregistré qu’il fait jour.
“-Je vais chercher les clefs des chambres.”
Je lance ça à Jude sans vraiment attendre de réponse de sa part. Je me dirige donc devant la réception d’où une personne vient de partir avec ses clefs. Arrivé devant, je pose mon sac par terre et dis dans mon français approximatif : “-Nightshade et Davis”.
Avec un non sourire très parisien il me tends un jeu de clefs. Je fronce les sourcils. Et tente de m’expliquer avec lui.

Quelques minutes plus tard je reviens vers Jude à quelques pas de là.
“-L’organisation s’est plantée : nous n’avons qu’une suite, et il n’y en a pas d’autres de libre dans cet hôtel ni dans les autres autour à cause de l'événement…”
Je tente un sourire amusé en direction de Jude mais j’y crois de moins en moins, je doute que l’ironie du sort la fasse rire contrairement à moi. J’ai du mal à tirer un sourire d’elle en ce moment.

by tris




Revenir en haut Aller en bas
AWARDSmeilleur couple ambiguë/love.
avatar
AWARDS ▵ meilleur couple ambiguë/love.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 1058
▵ arrivé(e) le : 12/01/2017
▵ avatar : Jana Kramer

MessageSujet: Re: first step {Alude} Dim 11 Juin - 23:57

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
First step

Alec&Jude


Paris n’était pas une ville où Jude passait son temps. Elle n’y avait d’ailleurs été que deux ou trois fois dans sa vie et toujours pour le boulot. Jamais elle ne voudrait s’y rendre pour les vacances, préférant les endroits moins urbains pour se poser et oublier le train-train quotidien. La Laponie, le Canada, c’était plus son truc et parfois, elle aimait aussi se perdre dans l’immensité américaine plutôt que d’opter pour l’Europe. Peut-être qu’un jour elle se laisserait charmer par Venise, par l’Autriche ou encore par l’Islande, mais non, l’Europe centrale n’avait pas encore réussi à charmer la néo-zélandaise. Une fois de plus, elle devait s’y rendre pour son travail. C’était le moment où la France dévoilait ses plus beaux salons concernant la littérature, où des auteurs connus ou moins connus espéraient faire découvrir leurs œuvres. Jude n’avait pas la prétention de pouvoir dire quel était un bon ou un mauvais auteur, mais Alec oui. Elle s’était chargée de l’event et de l’inscription, elle pourrait encore se charger de ce qui était l’image de la maison d’édition que mettait sur pied Alec, mais pour ce qui était de discerner les compétences bonnes ou mauvaises d’un auteur, elle laissait le soin à Alec de s’y coller. C’était son taff après tout. Jude avait d’ailleurs hésité à laisser sa place à l’un de ses collaborateurs en prétextant un trop plein de boulot. C’était le cas, elle n’avait pas que le cas d’Alec sur les bras, d’autres entreprises cherchaient à se faire valoir et à se faire connaitre. Du travail qu’elle déléguait en partie, mais dont elle suivait de très près, exigeant le résultat de chaque étape. Il en était aussi de sa réputation et celle de son père, d’où le fait qu’elle exigeait de ses employeur la perfection, de la précision et de la rigueur. Jusqu’à présent, elle n’avait pas à s’en plaindre, elle était plutôt satisfaite des résultats qu’elle avait eus, mais il était hors de question de lâcher les efforts ; elle en voulait toujours plus.

Avec Alec, tout allait bien. Du moins avant. Ils étaient à peu près sur la même longueur d’ondes, une entente cordiale et plus encore, un certain jeu s’était installé entre eux. Un jeu auquel Jude se plaisait de jouer, jusqu’à il y a quelques semaines. A force d’en apprendre plus sur lui, elle s’était rendue compte que son attirance la menait toujours vers le même genre de personne : ces garçons qui vont là où la vie les mène, ces garçons qui ont ce grain de folie, ce besoin d’évasion. C’était ce qui semblait l’attirer, mais qui ne l’avait jamais réussie. Elle ne cessait de penser que les sentiments qu’elle avait longuement éprouvé pour Tate plus jeune n’y était pas pour rien. Elle avait cru à leur maigre histoire et pourtant, elle s’y était attachée et attendait les vacances avec impatience pour le voir revenir. Et puis lorsqu’il était revenu en Nouvelle-Zélande, elle était convaincue que sa patience avait été récompensée, puisqu’il avait fini par être là, dans le même pays de façon permanente. De quoi lui faire croire à ses espoirs, auxquels elle a continué de s’attacher. Warren est le même genre d’homme, qui vit sa vie comme il le souhaite, jusqu’à finalement partir parce que son avenir semble être ailleurs : première déception pour Jude. Une relation qu’elle avait aimée, à laquelle elle s’était attachée. Une relation pleine de fous rires, de folie et de tendresse. Oui, ça elle avait aimé, mais il était parti et elle, elle était restée là. A attendre. A espérer que comme Tate, il reviendrait. Peut-être. Ou pas.

Ezechiel a sans doute été sa plus grande déception, dont elle essaie de se libérer aujourd’hui. Une partie d’elle y croit encore naïvement. Lui aussi il est ce genre d’homme, qui finalement a eu cet envie de voyage, d’ailleurs. Il est parti en la laissant là, sachant probablement qu’elle ne le suivrait pas, bien qu’il ne lui en a même pas touché un mot. Il est parti, c’est tout. Une relation qui l’a brisée, qui a fait d’elle cette femme trop indépendante qui semble aimer dire qu’au final, une femme peu très bien mener sa barque sans homme. Qu’une femme n’a pas besoin d’un homme à ses côtés pour être une femme avec un grand F. C’est ce qu’elle tente de montrer avec cette image de femme d’affaire, et son caractère pas aussi domptable qu’on pourrait se l’imaginer. Jude a décrété, le jour où il est parti, qu’elle vivrait autrement, qu’elle ne se laisserait plus avoir aussi facilement. Qu’elle continuerait à marcher telle un funambule sur cette corde, toute seule, et comme une grande. Depuis sa rencontre avec Alec, elle avait évité de parler de sa vie privée. Elle voyait des hommes, elle avait ses faiblesses pour certains, elle se laissait charmée par la folie de l’instant, mais jamais elle n’avait voulu dire un mot de trop la concernant. Alec la connaissait, en surface et c’était surement ce qui faisait le malaise de leur relation aujourd’hui. Depuis que lui en avait trop dit sur ses passions, sur ce qu’elle aimait, elle avait fait trois pas en arrière. Elle avait voulu éradiquer tout autre débordement que leur relation de travail. Elle le voyait pour travailler, pas autre chose. Ce voyage allait être compliqué, la tension allait être palpable, il n’y avait qu’à voir dans l’avion. Jude répondait aux questions, rien de plus. Le reste du temps, elle se plongeait dans des dossiers, dans son livre où encore à envoyer des mails quelconques.

Arrivés à Paris, une voiture vint les récupérer pour les conduire jusqu’à l’hôtel. Sur le sol français, Jude s’était empressée de porter ses lunettes de soleil pour camoufler sa fatigue. Un truc à la mac Gyver que n’importe quelle personne ayant l’habitude de ce genre de voyage connait. A l’hôtel, elle prit un coup de fil alors qu’Alec la prévient qu’il se rend à l’accueil pour récupérer les clés. Loin d’imaginer qu’elle va devoir passer ce séjour dans la même chambre que lui, c’est blasée et exaspérée qu’elle apprend la nouvelle « Su-per. Je savais que je devais réserver l’hôtel moi-même.» lâche-t-elle sur un ton agacé. Les longues heures de vol n’aident en rien à son humeur. Si ordinairement elle prenait ça à la légère, ce n’était pas le cas aujourd’hui. Elle prit la direction de l’ascenseur non sans prendre son sac de voyage Louis Vuitton, non sans ôter ses lunettes de soleil de son nez et une fois dans la suite, elle le laissa dans un coin de l’entrée. Elle se dirigea vers la terrasse pour y voir la vue, bien que pas extraordinaire à ses yeux. Elle venait de Nouvelle-Zélande, il lui en fallait plus que ça pour l’époustoufler alors qu’à ses yeux, son pays Natale était de loin au premier rang niveau vue à couper le souffle. Quelqu’un frappa à la porte, Jude lança un regard à Alec, avant d’aller ouvrir « Bonjour, service d’étage » Jude s’écarta pour le laisser entrer avec son chariot sur lequel étaient disposés deux coupes, une bouteille de champagne et des fraises. Jude le regarda avec un air étonné, avant de demander sèchement « On fête quoi au juste ? Le fait que vous vous soyez plantés ? ». Elle partit dans la pièce à côté pour mettre charger son téléphone portable, sans rien ajouter, pas même un merci et ne revint que quand l’homme fut parti. Désagréable elle l’était, et ça ne lui ressemblait absolument pas, mais oui, pour le coup elle était blasée « Je crois que je vais aller me doucher, ça ne me fera pas de mal »


egotrip



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: first step {Alude} Lun 12 Juin - 18:58






First step

Shoulda just called it like I saw it
Shoulda just called for help and ran like hell that day
The burn and the sting and the high and the heat
And the left me one more feeling when he kissed me
I shoulda just called him whiskey


Je ne sais pas ce que j’attends de ce voyage. Enfin si. Je sais ce que j’attends d’un point de vue professionnel. A la base je suis là pour faire du business après tout non ? Cependant tant qu’à partir avec Jude je pensais que ça serait plus sympa que ça. Elle ne m’a pas décroché un mot du voyage, donc j’ai rapidement abandonné l’idée de lui parler de quoi que ce soit et j’ai fait comme elle : je me suis muré dans le silence. Je dois avouer que si souvent ça ne me dérange pas, là j’ai trouvé ça lourd. Elle ne m’a pas habitué à ce genre de comportement, en général elle parle de tout et de rien mais elle parle. Même si ça fait quelques jours, plutôt de l’ordre de la semaine même que ça dure je ne pensais pas que son air froid nous suivrait jusque là. J’ai bien essayé de savoir ce qui se passe mais je n’ai rien réussi à tirer d’elle. A vrai dire je ne tenais pas à tenter de lui soutirer des informations dans l’avion, il y a trop de gens autour de nous, trop d’oreilles attentives à cause de l’ennui provoqué par les nombreuses heures d’avion.

On finit par arriver pourtant et alors que je pensais me reposer un peu à l’hôtel avant ce soir une nouvelle tuile nous tombe sur le dos. Je dis tuile mais je ne prends pas les choses comme ça. En fait c’est le genre de mal compréhension qui sont courantes dans ce genre de situation. Je l’aurais pris avec plus de philosophie si Jude avait été de meilleure humeur. Sauf que là ce n’est pas le cas, au contraire. Ca se voit clairement qu’elle est agacée par la situation. Je crois que je ne l’ai jamais vu réagir aussi sèchement à une situation. Elle ressemble clairement à une de ses garces montées sur talons haut que j’ai toujours cherché à éviter quand j’étais à Londres. Je prends donc sur moi, garde le sourire, et tente tant bien que mal de ne pas avoir l’air aussi blasé qu’elle. Croyez moi ça n’a rien de facile.

Je suis Jude en direction de l’ascenseur. Nous montons les étages en silence, et toujours sans dire un mot nous passons la porte de notre chambre. Effectivement c’est une suite avec deux pièces, trois si on compte la salle de bain.
Moi aussi j’abandonne mon sac dans l’entrée et j’entreprends de suivre Jude vers la terrasse. J’aimerai arriver à lui dire deux mots avant que la situation s’empire encore davantage. Cependant quelqu’un tape à la porte, Jude se dirige automatiquement vers la porte. Elle l’ouvre sur un chariot et un groom qui le pousse. Du champagne. Ca pourrait être pire.
J’ai parlé trop vite, oui c’est pire… Jude ouvre la bouche pour être encore plus garce. Le garçon me regarde interloqué. Jude s’en est allé sans demander son reste.
“-Excusez là c’est le décalage horaire.”
Mon français est toujours aussi bancale mais on fait ce qu’on peut. J’entends des mots qui viennent de la pièce d’à côté. Je ne dis rien mais je suis d’accord avec elle, pourvu qu’une douche lui remette les idées en place. Je ne sais pas ce qui lui prend d’être aussi désagréable avec moi, mais avec le reste du monde aussi. Je pensais que le problème m’était lié, mais peut être que je me suis trompé allez savoir.

Puisque je me retrouve seul je vais sur la terrasse, tire une chaise et pose mes pieds sur la balustrade à peine plus haute. J’aime la vue qu’on a d’ici. Ce n’est pas la plus magnifique qu’on puisse avoir de Paris mais j’aime les paysages urbains autant que la nature.
J’ai du mal à penser à autre chose que ce que j’ai dans la tête. On peut dire que la fatigue n’aide pas à avoir les idées plus claires sur le sujet. Après le choc on peut dire que son attitude m’agace réellement.
Je soupire et passe ma main dans mes cheveux.
Les minutes passent, j’entends du bruit et je décide donc de retourner dans le salon. Je sers le champagne puisque je n’ai que ça à faire. C’est à ce moment là que Jude fini par sortir de la chambre. J’espère qu’elle a à nouveau les idées en place.
“-Champagne ?”
Je lui tends une des deux coupes que je viens de servir. J’essaye de ne pas me montrer froid de la même façon qu’elle sinon je doute qu’on arrive à quoi que se soit.
“-Tu m’expliques ce qui t’arrive ?”
Je rentre clairement dans le vif du sujet. J’espère juste qu’elle ne va pas me dire rien, car je pense que ma patience à son égard aura atteint ses limites.


by tris
Revenir en haut Aller en bas
AWARDSmeilleur couple ambiguë/love.
avatar
AWARDS ▵ meilleur couple ambiguë/love.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 1058
▵ arrivé(e) le : 12/01/2017
▵ avatar : Jana Kramer

MessageSujet: Re: first step {Alude} Mar 13 Juin - 22:38

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
First step

Alec&Jude


Dans la chambre d’hôtel, Jude prit quelques secondes seulement pour jeter un œil à l’endroit. Non seulement ils s’étaient plantés dans la réservation, mais ça devait être la seule suite qui ne comportait qu’un lit. Certes King size, mais qu’un seul lit. Face à cette conclusion, elle soupira. Le voyage n’aidait en rien à calmer son agacement, le jet lag non plus et le manque de sommeil encore moins. Elle savait pertinemment que demain ça irait mieux, mais avant demain, il y avait le reste de la journée qui allait probablement être trop longue à son goût. Non pas qu’elle était dépitée au point de passer son temps avec Alec, mais plutôt parce que s’ils avaient débarqué à Paris en soirée, ils n’auraient eu qu’à se coucher et la brunette ressentait un besoin vital de sommeil. A part le manque de lit, la chambre n’était pas trop mal, c’était pas son style de décoration, mais ça relèverait de la mauvaise foi que de dire que la chambre est hideuse. Pour une suite, c’est pas mal, autant l’avouer. Dans une humeur moins massacrante, Jude aurait trouvé cool l’initiative du champagne. Mais pour le coup, elle n’avait pas pu s’empêcher de souligner qu’elle ne faisait pas partie de leur client satisfait et ce, avec une remarque bien placée alors que ce pauvre garçon, lui, n’y était probablement pour rien.

Dans l’autre pièce, Jude avait cherché quelque chose à faire, ou à regarder. Quelque chose qui la calmerait. La seule idée fut une douche qui, avec un peu de chance lui changerait les idées et se sentirait déjà plus rafraichie vu le nombre d’heures passées dans l’avion. Elle prit son gel douche et shampoing et s’éclipsa dans la salle de bain pour un bon quart d’heure. La brunette en ressortit douchée, enroulée dans une serviette de bain avec les cheveux mouillés sur les épaules. Déjà moins énervée qu’avant, mais pas moins satisfaite de cette suite à un seul lit, Jude chercha dans son sac de voyage sa crème hydratante qu’elle prit soin de s’appliquer en prenant appui sur le bord du lit avec son pied alors que son autre jambe la gardait en équilibre. Elle passa à l’autre jambe, prenant soin de bien étaler la crème sur ses cuisses ou encore ses mollets et une fois terminé, elle s’assied sur le bord du lit, grimaçant. C’était trop tentant de s’y coucher et de dormir ne serait-ce qu’une heure, mais elle avait pour principe de ne pas dormir une fois victime du décalage horaire. C’était ce qu’on lui avait conseillé depuis des années et jusqu’à présent, même s’il lui était difficile de rester complètement attentive, ça la réussissait relativement bien.

Jude porta son regard sur Alec qui semblait attiré par le champagne. Elle passa sa main sur son visage, essayant d’en ôter les traits de fatigues et prit la coupe que lui tendit Alec. La brunette hésita un instant, non sans lancer un regard à Alec « Merci » se contenta-t-elle de dire. Elle piqua une fraise et toujours avec la serviette de bain autour de son buste, elle sortit sur la terrasse, déposant son verre sur la table et s’installant sur l’une des chaises « Tu trouves ça normal que dans un hôtel avec leur soi-disant réputation, ils en arrivent à conclure qu’on doit dormir dans le même lit ? Moi pas, désolée. » Jude passa une main dans ses cheveux « C’est pas contre toi, mais c’est gênant de se dire qu’on doit dormir comme si on était un petit couple alors qu’on ne fait que bosser ensemble. Tu vois un peu ? » Elle n’avait encore jamais eu l’occasion de devoir partager son lit avec un de ses collaborateurs, non « Laisse tomber. T’as qu’à mettre ça sur le coup du jet lag, du voyage, de ce que tu veux, c’est pas le plus important » Jude entra à nouveau dans la pièce principale de la suite où se trouvaient ses affaires et chercha dans son sac les robes qu’elle avait emportées « La [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ou la [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ?» interrogeât-elle Alec en lui montrant les robes. Maintenant qu’il partageait la même chambre, autant en profiter.



egotrip



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: first step {Alude} Mar 13 Juin - 23:24






First step

Shoulda just called it like I saw it
Shoulda just called for help and ran like hell that day
The burn and the sting and the high and the heat
And the left me one more feeling when he kissed me
I shoulda just called him whiskey


Pourquoi les choses ne vont jamais dans le sens dans lequel on aimerait ? C’est une bonne question non ? Moi je sais pourquoi. Parce que sinon on aurait rien à raconter. Moi je finirai sans travail, et franchement personne n’a envie de se retrouver au chomage technique même si je n’ai pas besoin de travailler pour avoir de l’argent c’est beaucoup moins gratifiant que de le recevoir de sa famille.
Or, je ne sais pas si j’ai vraiment à me plaindre pour l’instant. Disons que ça serait plus simple si ce voyage se passait de façon plus simple : deux chambres d’hôtel, pas de crise de la part de Jude, et pas d’embrouilles à venir. Je me serais bien passée de la voir comme ça, avec ce genre de comportement. Ce n’est pas la fille à laquelle j’étais habitué jusque là, et je n’étais pas sûr d’apprécié cet aspect là de sa personne, les garces ne sont pas mon genre.

Cependant je décide de ne pas en faire tout un plat. Et nous finissons par arriver dans la chambre, et à prendre doucement possession des lieux. Moi je vais directement sur la terrasse et ne reviens dans la chambre que quand j’entends du bruit.
Finalement je vois Jude revenir avec une serviette autour du corps, ses cheveux mouillés détachés sur ses épaules. Je lui tends la coupe de champagne que j’ai servie pour elle et bois une gorgée de la mienne.
Elle va à son tour sur la terasse et je décide de la suivre, m’appuyant sur la ballustrade avec les coudes. Elle répond donc à ma question. Je ne trouve pas si grave que ça le coup de la chambre d’hôtel. Moi ça ne me choque pas. Ce que je ne tarde pas à lui expliquer.
“-Pas de quoi en faire une montagne…”
Je me retourne vers elle. Je soupire.
“-On a demandé deux personnes ils ont du en déduire qu’on était en couple et on pris une suite pour deux point à la ligne.”
Elle reprend en disant qu’on ne fait que travailler ensemble. Je ne peux pas nier le fait que je prend ça mal. Réduire notre relation à une relation de travail me vexe largement. Je me renfrogne, et me retourne à nouveau préférant la vue.
“-Je dormirai sur le canapé si ça te pose un si gros problème. J’ai pas envie de dormir avec une relation de travail.”
Je pense que la remarque est assez claire. Dire que c’est à cause du jet lag me rend encore plus maussade. J’ai vraiment l’impression qu’elle me prend pour un abruti maintenant.
Elle s’en va sans que je m’en rende compte.

Je rumine toujours quand elle revient vers moi. La bleue ou la noire ? Ne comprenant pas je me retourne et tombe sur la jeune femme entrain de me montrer deux robes.
“-La bleue.”
J’ai répondu machinalement, peut être parce que c’est ma couleur préférée, mais je ne les ai pas vraiment regardé. Je me demande à quoi elle joue, et plus je me pose la question plus son comportement incohérent me soule. Je finis mon verre, le dépose sur la table et rentre moi aussi dans la chambre.
“-Je vais à la douche.”
Mon ton est carrément froid maintenant. Je passe à côté d’elle prenant bien soin de ne pas la froler dans l’encadrement de la porte, et je me dirige à mon tour vers la salle de bain empruntant une des serviette de l’hôtel au passage puisqu’elles sont posées sur le lit.


by tris

Revenir en haut Aller en bas
AWARDSmeilleur couple ambiguë/love.
avatar
AWARDS ▵ meilleur couple ambiguë/love.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 1058
▵ arrivé(e) le : 12/01/2017
▵ avatar : Jana Kramer

MessageSujet: Re: first step {Alude} Mer 14 Juin - 0:10

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
First step

Alec&Jude


Une douche c’est revigorant. Jude s’en rend compte une fois qu’elle en sort, parce que mise à part cette histoire de chambre, son comportement s’est atténué. Les traits de son visage se sont détendus, et même si elle se sent toujours aussi crevée, elle se sent déjà un peu plus détendue. Les cheveux détachés venant lui humidifier le haut du dos, elle opte pour laisser sécher son corps à l’air libre plutôt que de la frictionner et l’agresser en passant et repassant la serviette le long de sa peau. C’est un secret pour avoir la peau douce naturellement, ou du moins, pour y aider. Sur la terrasse, le paysage ne l’intéresse pas tant que ça, ou du moins pas pour le moment. Les yeux rivés sur son portable, Jude essaie de suivre le cours de son activité en Nouvelle-Zélande, les mails reçus et à traiter. Sa secrétaire lui fait parvenir les demandes d’informations, les besoins des clients ou les offres. Choses qui lui met la pression alors qu’elle se trouve à des milliers de kilomètres de là. La peur pour une jeune femme à la tête de son service est toujours de laisser partir le client. Et si ces jours à l’étranger lui étaient fatales ? Voilà la question qu’elle ne cessait de se poser et pourtant, heureusement son frère ou son père pouvaient toujours répondre aux attentes de ces impatients. Mais le business est le business et elle le sait désormais, que jamais elle ne pourra se permettre de prendre trop de jours de vacances.

Elle répond rapidement à un mail groupé de sa secrétaire lorsque la réflexion d’Alec la fait lever les yeux et lui lance un regard noir « Je pourrais émettre l’hypothèse que t’as très peu voyagé dans ta vie pour avoir ce genre de remarque, mais comme c’est pas le cas, je vais me contenter de penser que ce style de suite est typiquement français. Parce qu’en Amérique, quand tu réserves une suite, t’as au moins deux lits. Mais j’imagine que j’suis pas assez européenne dans l’âme pour y comprendre quelque chose, vu que toi ça te semble normal. » Jude préféra taire ce qu’elle pensait réellement de cette déduction. Si ici quand un homme et une femme demandent une chambre alors qu’il s’agit de tout sauf de vacances ils en arrivent à conclure que c’est un couple, ils étaient vraiment très étroits d’esprit. C’était plutôt malheureux pour un hôtel « Mais c’est quoi ton problème ? » Jude se leva et marqua une pause avant de reprendre « On vit ensemble ? Non. On passe notre vie ensemble ? Non. Et en l’occurrence, on couche pas ensemble non plus alors t’appelles ça comment toi ? Si pour toi on n’est pas des relations de travail, on est quoi ? » Jude retourna à l’intérieur de la chambre « Encore que je trouve que pour une relation de travail, je te consacre beaucoup de temps. Est-ce que tu sais combien de personne travaillent dans mon service ? J’aurais pu demander à l’un d’eux de t’accompagner, mais non je suis venue MOI. Et tu sais quoi, je me suis même pas forcée, je l’ai fait par envie, alors ne me donne pas d’occasion à saisir pour le regretter. Tu veux quoi à la fin Alec ? »

Lorsqu’elle se focalisa sur les robes qu’elle hésitait à porter, elle lui demanda son avis qu’il répondit bien trop rapidement pour avoir voulu donner une quelconque opinion, ce qui la vexa d’autant plus « Okay, je te remercie, je vais donc mettre la noire. » Elle en profita qu’il se rende à la douche pour sécher ses cheveux, blasée par la situation. Jude s’approcha du miroir pour commencer à se maquiller quand Alec sorti de la douche « Se trouver un truc à faire dans le centre de Paris, tu le fais pas non plus avec une relation de boulot ou bien ça c’est bon, tu parviendrais à le faire ? »



egotrip



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: first step {Alude} Mer 14 Juin - 0:43






First step

Shoulda just called it like I saw it
Shoulda just called for help and ran like hell that day
The burn and the sting and the high and the heat
And the left me one more feeling when he kissed me
I shoulda just called him whiskey


Doucement la situation s’envenime et on ne peut pas dire que je sois étranger à tout ça. En même temps son comportement m’irrite. Je ne sais pas sur quel pied danser, et ça ne me ressemble pas d’être mal à l’aise. C’est quelque chose qui m'est étranger de ne pas savoir comment me comporter avec les gens. Moi je ne sais peut être pas toujours quoi dire pour avoir le mot juste, mais au moins je ne suis pas perdu dans la conversation. Là c’est plutôt dans ses actes.
Comment faire avec elle ? Je pensais qu’on s’entendait bien et en fait j’ai l’impression que maintenant c’est tout l’inverse et ça me perturbe de ne pas savoir ce qui a bien pu provoquer ce changement. Je n’ai aucun souvenir d’avoir fait, ou dit quelque chose de travers qui aurait pu la contrarier à ce point.

“-Et dis toi que y’a des endroits en Inde où tu dors par terre à l’hôtel et les gens ne s’en plaignent pas ! C’est ça voyager non ?”
Du moins c’est ma vision du voyage, un goût d’aventure.
“-Au moins il y a un lit et il à l’air confortable.”
Qu’est que je devrais dire moi ? Je suis anglais. Pure souche en plus, croyez moi dans ma famille les démonstration d’affection ce n’est pas ça, et tout le monde est plutôt coincé vis à vis du reste du monde, et comparé au reste du monde.

Maintenant on peut dire que ça devient encore pire. Là aussi je pense que c’est de ma faute vu ma réponse à sa réflexion. Clairement elle m’a vexé. J’ai l’impression d’être au pied du mur, et je ne sais pas comment réagir sinon de l’attaquer à mon tour. Je sais que j’ai l’air boudeur, mais c’est plus fort que moi. A croire qu’elle arrive à faire sortir les mauvais côtés de mon caractère. Je l’écoute, mais regarde toujours la vue de Paris. Même si elle me dit que c’est elle qui a choisi de venir, j’ai l’impression que depuis qu’on est parti elle n’a qu’une seule envie c’est d’être ailleurs. En plus elle en rajoute une couche et ça ne me plait toujours pas qu’elle me dise ça à nouveau. Je pensais vraiment qu’on avait dépassé le stade relation de travail à croire que je me suis mis le doigt dans l’oeil jusqu’au coude.
“-Laisse tomber, ok?”
Je n’ai rien d’autre à lui répondre. Enfin si je sais très bien ce que je pourrais lui répondre, mais je suis trop vexé pour avoir le courage de faire un pas vers elle. Je n’ai pas envie de m’écraser encore davantage ni de remuer le couteau dans la plaie.

Je lève les yeux au ciel pour le coup de la robe.
“-Pourquoi me demander alors ?”
Bonne question non ? Ok je ne les ai pas regardé, mais de toute façon elle n’a pas l’air d’en avoir quelque chose à faire de mon avis sur quoi que ce soit. Elle n’en fait qu’à sa tête aujourd’hui.
Et maintenant je pars à la douche. Je fais couler l’eau chaude et puis me rend à l’évidence c’est plutôt d’une douche froide dont j’aurais besoin. Je baisse la température de l’eau au minimum que je puisse supporter. Je soupire et ferme les yeux laissant l’eau couler sur ma tête.
Quelques minutes plus tard après m’être lavé je me sèche, et entoure ma ceinture avec la serviette. Dans la chambre je passe un caleçon, et un pantalon. Sans plus de courage je m’affale sur le lit immense. Ca sera peut être la seule fois du week end où je pourrais le faire.

“-T’as fini de répéter ça ? J’ai compris le message.”
J’ai pas répondu au reste. Il y a des milliards de choses à faire à Paris. Quoi que ce soit ça m’irait pourvu qu’on arrête de se prendre la tête. Parce que je pense qu’on peut le dire : nous sommes entrain de nous prendre la tête. Pour des gens qui sont supposément que des relations de travail on se disputerait presque comme un couple. Je ne me suis même pas levé du lit pour lui répondre, je suis physiquement fatigué mais pas mentalement. Mentalement je boue.


by tris

Revenir en haut Aller en bas
AWARDSmeilleur couple ambiguë/love.
avatar
AWARDS ▵ meilleur couple ambiguë/love.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 1058
▵ arrivé(e) le : 12/01/2017
▵ avatar : Jana Kramer

MessageSujet: Re: first step {Alude} Jeu 15 Juin - 22:19

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
First step

Alec&Jude


Jude avait voyagé, mais jamais dans des endroits où la pauvreté se voyait à chaque coin de vue. L’Inde n’a donc jamais fait partie des pays qu’elle voulait visiter, déjà parce que les échos étaient tout sauf encourageant, mais en plus parce qu’elle avait difficilement envie de faire face à la culpabilité d’avoir de l’argent et pas eux. De plus, certains attraits de leur culture la dérangeaient, elle savait très bien que visiter ce pays serait tout sauf épanouissant pour elle malheureusement. Néanmoins, la remarque d’Alec la pousse à lui lancer un regard noir. Elle doit sous-entendre quoi ? Elle doit se satisfaire d’être dans cet hôtel sous prétexte qu’en Inde ils étaient pauvre et certains n’avaient même pas un matelas pour leur confort ? Quelque part, elle sait qu’il n’a pas tord, mais d’un autre côté, Jude en avait marre de devoir culpabiliser pour la vie qu’elle avait « Je te signale que c’est pas un crime de bosser et d’être rémunéré pour le travail accompli. J’y suis pour rien si en Inde la valeur de l’argent est aussi élevée que celui du Monopoly, je ne suis pas responsable de ça et j’ai pas à m’apitoyer sur le sort de tous les pays pauvres. J’ai travaillé pour arriver où j’en suis et pour vivre dans le confort dans lequel je vis, et mon père a fait pareil avant moi. Alors non, tu ne me feras pas culpabiliser. » Elle marqua une pause et tenta de se calmer, bien qu’il venait littéralement de la piquer au vif « D’autant plus que c’est pas tellement le confort le problème, c’est le manque de rigueur et je ne vais pas non plus m’excuser pour ça. »

En le voyant toujours appuyé sans forcément se retourner, Jude en conclu que ce qu’elle lui disait entrait par une oreille et ressortait par l’autre, autrement dit pas la peine de s’egosier à vouloir lui faire entendre quoi que ce soit, vu qu’il semblait s’en foutre totalement. Malgré tout, il brisa le court silence. Mais la réponse ne plut pas plus à la jeune femme. C’était selon elle une façon de l’envoyer bouler, et c’est à cet instant qu’elle regrettait vraiment de ne pas avoir envoyé un de ses employés. Au moins, avec un peu de chance, ils se seraient retrouvés dans deux chambres différents et aucun risque de devoir dormir dans le même lit « T’as raison, je laisse tomber » La jeune femme retourna dans la chambre afin de chercher quoi mettre. Il était hors de question qu’elle reste là à s’arracher les cheveux avec lui, elle comptait bien bouger. Jude n’avait aucune idée d’où se rendre, mais qu’importe, elle ira jusqu’où ses pieds l’emmèneront ; pas vraiment de quoi s’affoler. Elle tenta une tentative pour changer de conversation, mais faire diminuer la tension qui régnait dans cette suite en lui montrant deux robes de sorte à ce qu’il en choisisse une. A la réponse d’Alec, sa tentative fut un échec, ce qui l’exaspéra d’autant plus « Parce que je te pensais moins puéril pour mettre cette discussion de côté et passer à autre chose. Mais visiblement pas, alors je me débrouille toute seule. »

Alors qu’Alec prit la direction de la douche, Jude opta pour passer un coup de sèche-cheveux dans sa tignasse de sorte à faire un brushing rapide. Elle fit face à un miroir pour se maquiller légèrement et tenter de cacher la fatigue qui se lisait sur son visage quand il ressortit de la salle de bain visiblement pas moins énervé. Jetant de temps en temps un œil sur ce qu’il était en train de faire, elle resta néanmoins concentrée sur son maquillage puis se rendit dans la salle de bain pour enfiler sa robe. Si lui pouvait se trimbaler pour le plaisir des yeux, torse nu, elle ne pouvait pas en faire autant sans qu’on la prenne pour une exhibitionniste. Elle enfila donc la robe noire et se regarda une fois de plus dans la glace alors qu’ils étaient toujours en train de se prendre la tête. Jude Chaussa ses escarpins « Bon, reste là à jouer au con si tu veux. Moi je ne reste pas ici. Bonne soirée » A ses yeux c’était peut-être le seul moyen pour faire baisser la tension entre eux : ne pas se parler ni se supporter pendant une ou deux heures. Elle sortit de la chambre non sans la claquer derrière elle, optant pour les escaliers afin de rejoindre la réception puis enfin la sortie de l’hôtel. Jude ne savait pas trop où se trouvait quoi dans paris, mais les panneaux étaient assez indicatifs si on connaissait un minimum des choses à voir à Paris. Elle prit donc la direction de la tour Eiffel sans se retourner pour autant.



egotrip



[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: first step {Alude} Jeu 15 Juin - 23:10






First step

Shoulda just called it like I saw it
Shoulda just called for help and ran like hell that day
The burn and the sting and the high and the heat
And the left me one more feeling when he kissed me
I shoulda just called him whiskey


Je crois que Jude n’a pas compris où je voulais en venir. Loin de moi l’idée de critiquer le fait de vivre en fonction de ses myens, je dis simplement que ça pourrait être pire, et que ce n’est pas une chose terrible que de dormir deux nuits dans un hôtel où on nous a mis dans la même chambre. Franchement il n’y a pas mort d’homme non ? Enfin c’est ma façon de voir les choses. Mais Jude est trop énervée contre moi pour réellement compredre où je veux en venir, je ne fais pas que de m’en prendre à elle.
“-Je n’ai pas dit que tu devais avoir pitié de ses gens là, ou que tu ne dois pas dépensé ton argent comme bon te semble. Je dis simplement que ça pourrait être pire ok ? En plus on n’est pas là pour évaluer la qualité de l’hôtel…”

Comment on en est arrivés là ? Je ne sais pas vraiment, pourtant nous sommes bel et bien entrain de nous prendre la tête. Je ne pensais pas que nous nous disputerions de sitôt avec Jude, mais ces derniers temps les choses sont étranges entre nous. J’ai réellement l’impression de marcher sur des oeufs en permanence.
Personnellement je n’ai pas envie de m’embrouiller avec elle, mais ses propos me vexent et j’ai du mal à faire comme si de rien n’était. C’est sans doute ce qui joue le plus sur mes réponses : elle a touché mon égo et étant froissé j’ai du mal à garder la tête froide. Le fait qu’elle se comporte comme une vraie garce à peine arrivée n’a pas arrangé les choses.
Je n’ai pas envie d’empirer les choses mais j’ai du mal à ne pas me laisser envahir par mes émotions. Je ne réponds donc rien préférant rester perdu dans ma contemplation. Cependant je ne regarde rien en particulier. Je suis perdu dans mes pensées plus qu’autre chose.
Elle continue son manège, et ça n’a le don que de me faire lever les yeux au ciel. Je suis du genre rancunier, ce n’est pas une nouveauté. Je suis incapable de changer de sujet comme ça, comme si nous n’étions pas entrain de nous prendre la tête à peine quelques minutes auparavant.
“-Très bien.”
Très bonne conclusion non ? Qu’est que je pourrais rajouter ? Rajouter de l’eau sur le feu pour que les choses soient encore pire ?

La douche ne parvient pas à me calmer. Je n’arrive qu’à ressasser. J’attends le moment où je vais me rendre compte que tout ça était inutile et que je réalise de moi même que je suis allé trop loin. Hélas ce genre de choses m’arrivent souvent après un point de non retour.
Alors je me m’habille une fois séché, ne prenant pas encore la peine de mettre un haut, et je m’allonge sur le lit juste après ça. Je sais que dormir n’est pas une bonne idée, mais j’ai tendance à tourner en rond dans une chambre d’hôtel. Je suis clairement mieux dehors.
Je ne suis pas le seul à être échauffé. Et si Jude essaie de rompre la glace, si c’est ça son intention, et bien elle le fait assez mal parce que ça ne me donne pas envie de la suivre dans son élan.
Je l’entends bouger, s’habiller, mettre ses chaussures, puis sa voix s’élève à nouveau alors que je fixe le plafond.
Voilà le point de non retour est arrivé. Je ferme les yeux passe ma main sur mon visage, et tape le poing sur le lit quand j’entends la porte claquer.

***

Quelques minutes plus tard j’ai passé une chemise décontractée, et j’ai mis des chaussures. Rapidement j’ai rejoint la rue moi aussi et je cherche Jude des yeux. Elle n’a pas pu aller bien loin, mais je ne sais pas quelle direction prendre pour la retrouver.
Je prends donc une direction au hasard. Je commence à marcher, m’obligeant à marcher tranquillement, histoire de me calmer. Maintenant je suis repentis, et quelque part je pense que je regrette une partie de ce que j’ai dit, et clairement aussi ce qu’il s’est passé. Je ne peux pas dire que je ne suis plus vexé. Cependant je ne suis pas si puéril que ça pour ne pas me rendre compte que je suis allé trop loin.

Alors que je suis entrain de cogiter mes yeux se pose sur une brune en talons, avec une robe noire. Je n’ai pas vu comment elle était habillée avant de partir, mais il n’y a pas de doute sur le fait que ça soit elle. Je n’hésite que quand je suis à quelques pas d’elle.
“-Jude ?”
Espérons qu’elle accepte de se retourner pour qu’on puisse discuter de ce qu’il vient de se passer.
“-Je voulais m’excuser pour tout à l’heure.”
Oui, je suis capable de mettre mon orgueil dans ma poche pour la bonne cause, en espérant que je n’ai pas à le regretter car l’issue pourrait être fatale. Je ne suis pas du genre à réitérer ce genre de propos.

by tris

Revenir en haut Aller en bas
AWARDSmeilleur couple ambiguë/love.
avatar
AWARDS ▵ meilleur couple ambiguë/love.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 1058
▵ arrivé(e) le : 12/01/2017
▵ avatar : Jana Kramer

MessageSujet: Re: first step {Alude} Mer 5 Juil - 18:41

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
First step

Alec&Jude


Jude était énervée, ça on ne pouvait pas lui enlever. Même un aveugle le ressentirait, ne serait-ce que par sa façon de dire les choses. Elle prenait mal ce qu’Alec lui disait, probablement même qu’importe la chose qu’il pourrait rajouter, elle le prendrait mal. Elle était lancée désormais, il fallait attendre qu’elle redescente pour pouvoir faire preuve de compréhension ou d’ouverture d’esprit. « Tu n’es pas là pour juger la qualité de l’hôtel pour la simple et bonne raison que ton truc à toi, c’est la qualité des livres qu’on te fait parvenir. Moi, je fais de la pub, j’envoie des gens comme toi à des séminaires. T’imagines si j’avais envoyé quelqu’un de beaucoup moins tolérant dans cet hôtel ? Mon père travaille avec des hommes d’affaires qui ne pardonneraient pas une erreur comme celle-ci. Alors si, moi je suis aussi là pour évaluer la qualité de cet hôtel et la seule chose qu’ils auront gagné, c’est que plus jamais aucun de mes clients ne passera son séjour dans cet endroit. » Jude fit quelques pas, puis revint pour reprendre de plus belle « Est-ce qu’ils ont cherché un plan B ? Non. On a eu aucune proposition, il n’ont même pas essayé d’arranger le problème, de proposer autre chose. J’estime qu’à partir du moment où tu paies une suite dans un hôtel, t’es en droit d’avoir un minimum d’attention par rapport à la qualité du service qu’on te vend. La loi de l’offre et de la demande, c’est pas fait pour les chiens. » Une théorie qu’on apprenait à l’école, mais qui se vérifiait sur le terrain. Noah qui gérait le côté marketing de l’entreprise lui avait d’ailleurs répété ça des centaines de fois et c’était sans doute ce qui faisait que la boite de leur père marchait toujours aussi bien. Il misait sur cette loi, ainsi que sur d’autres et ça se vérifiait au fur et à mesure. Jude était intolérante sur la qualité des services qu’elle sous-louait pour la simple et bonne raison que sa réputation pouvait en pâtir. Sa réputation, elle n’avait presque que ça en bouche, mais quoi d’autres pour une femme dont le principal objectif est de sublimer l’image d’entreprises diverses ?

Finalement, chacun tentait de faire avec l’autre. Ou du moins Jude tentait de faire avec cette nouvelle du jour. Elle ne vivait pas avec un homme, elle n’avait pas pour habitude d’accueillir n’importe qui chez elle et même si Alec avait déjà mis les pieds chez elle, elle n’avait jamais imaginé qu’ils en arriveraient à devoir dormir dans le même endroit. Une constante que la pudeur de la brunette avait du mal à accepter. Elle ne faisait pas partie de ces femmes couchant avec le premier venu, ou bien il fallait vraiment qu’elle ait bu pour en arriver à ce stade. Malheureusement, elle ne comptait pas se saouler pour accepter si facilement de devoir partager son quotidien de quelques jours avec lui. Jude regrettait d’avoir laissé son travail de côté, persuadée que si elle avait demandé à l’un ou l’une de ses employés d’y aller à sa place, que même pour Alec, c’aurait été plus vivable. Finalement, elle avait fait le choix de se doucher et de s’apprêter pour bouger. En voyant qu’elle était la seule potentiellement pour cette idée, elle ne s’était pas faite priée pour sortir de la chambre en claquant la porte derrière elle. Jude ne connaissait pas Paris, ou que très peu, mais elle s’en fichait pas mal de connaitre, après tout. Elle n’aimait pas cet endroit, elle n’était là que pour quelques jours. Elle avait pris la direction qui lui avait semblé le plus plausible, et qui sans doute attirait le plus de touriste, bien qu’elle fût loin d’être là pour visiter quoi que ce soit.

Sur le chemin, Jude finit sa promenade aux pieds de la Tour Eiffel. Si beaucoup de personnes ont la curiosité de cet édifice, Jude ne l’a pas. Certes, c’est grand, mais elle s’en fiche pas mal d’aller lire des instructions concernant cet œuvre pourtant si connue. Elle préfère la Statue de la Liberté bien que les deux proviennent du même ingénieur. Elle finit par s’installer sur un des bancs pas loin. Les jambes croisées, son téléphone sur son genoux, de là où elle est, elle peut encore gérer son service, elle peut travailler et garder une main sur ses clients. Elle passe en revue les mails reçus, les textos et autres faisant un tri quand la voix d’Alec la fait tourner la tête, mais aussitôt elle la replonge dans ses e-mails en n’ajoutant rien. Les excuses, elle les entend, mais ne réagit pas pour autant. Ou pas tout de suite « Avant de partir j’avais prévu de demander à un de mes assistants de t’accompagner, parce que j’ai pas beaucoup de temps et beaucoup de travail. Si je l’avais fait, moi ça m’aurait épargné du temps, et toi de l’énergie. Ca aurait été plus simple pour tous les deux. » Jude n’était pas sûre qu’ils étaient tous les deux sur le même pied d’égalité, s’ils avaient tous les deux les mêmes attentes « J’ai une vie privée compliquée et c’est pas contre toi, mais je ne suis pas prête à laisser quelqu’un que je ne connais pas vraiment y entrer pour y foutre son bordel et se barrer comme un voleur. J’ai assez donné là-dedans. » avait-elle ajouté d’une voix calme. Autant briser la glace directement, c’était du moins ce qu’elle pensait.


egotrip



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

first step {Alude}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always love ::  :: archives rp.-