AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Let the carousel display you and I, be my lullaby tonight {Tate ♥︎ }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
AWARDSmeilleur couple ambiguë/love.
avatar
AWARDS ▵ meilleur couple ambiguë/love.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 1060
▵ arrivé(e) le : 12/01/2017
▵ avatar : Jana Kramer

MessageSujet: Let the carousel display you and I, be my lullaby tonight {Tate ♥︎ } Lun 12 Juin - 19:25


Let the carousel display you and I, be my lullaby tonight

Tate&Jude


Depuis quelques jours, Jude se ronge l’esprit. Elle a appris la vérité sur son frère et si sur le moment elle avait eu des envies de meurtre avec son ainé, le recul ne l’aidait pas. Cette histoire avait été trop loin et il était dur pour elle de comprendre comment Emerson en était arrivé là. Assise dans son salon alors que le soleil semblait sur le point de se coucher, elle se laissait submerger par ses pensées, ses peines et ses peurs. Un verre de vin à la main, après trois, quatre ou cinq autres, elle avait l’impression que plus elle en buvait et mieux elle réfléchissait. Pire encore, plus elle prenait à cœur cette histoire. Si le fait de savoir que son frère était depuis tous ces mois dans une prison de New-York, elle avait aussi appris qu’aussi bien lui que Charlott l’avaient prise pour une conne. Elle se revoyait encore assise sur la terrasse du Starbucks face à Charlott, heureuse comme un pinçon de passer ce moment avec sa meilleure amie. Cette fille pour qui elle pouvait tuer, cette fille qui était comme une sœur. Elles n’avaient aucun secret l’une pour l’autre. Du moins c’était ce que Jude pensait. Elle lui faisait confiance et là, elle la revoyait lui assurer avec le sourire que tout allait bien. Qu’Emerson était un homme courageux de devoir supporter ce pays qu’était l’Afrique. Que les conditions de vies n’étaient pas les mêmes, que le réseau marchait tellement mal qu’il n’avait l’occasion d’appeler qu’une fois de temps en temps et que la seule personne qu’il appelait était Charlott. Cette dernière lui avait même décrit son nouvel appartement comme spacieux, lumineux alors que la réalité était toute autre : Charlott vivait dans un taudis.

Le pire dans cette histoire, c’est qu’Emerson semblait en vouloir à Jude d’avoir cru sa meilleure amie. De ne pas avoir été là pour elle, mais Jude n’avait pas eu une once de doute, tellement sa confiance en Charlott était grande et réelle. Tellement elle était persuadée que Charlott lui dirait la vérité, toute la vérité, rien que la vérité. Lorsque Emerson lui avait craché le morceau, Jude avait eu l’impression de déchanter. Qu’il se fichait totalement d’elle. Qu’il disait ça pour la faire marcher, mais ce soir elle se rend seulement compte que tout ça est vrai. Que son frère a fait de la prison, que sa meilleure amie une menteuse et qu’elle ne peut plus leur faire confiance. Un constat qui la brise, alors que ses frères sont probablement les hommes les plus importants dans sa vie avec Sweem. Sur son portable, Jude voit que sa mère essaie de la joindre. Elle hésite à prendre l’appel, puis finalement décroche en s’enfonçant dans son canapé, toujours avec ce verre de vin qu’elle ne cesse de voir se remplir, qu’elle ne cesse de remplir. La voix douce et rassurante de sa mère est probablement ce qui l’enfonce un peu plus. Sur son visage, des larmes se fraient un chemin, probablement aidées par l’alcool. Sa mère essaie de lui remonter le moral, bien que Jude perçoit de la déception dans la voix de celle-ci. Elle sait aussi que leur père le vit mal, probablement parce que Mason porte son nom, tout comme il porte le même nom que Jude. Leur père a peur pour son entreprise, pour la réputation de celle-ci ou simplement pour l’image que Jude se tue à construire depuis plusieurs années. Lui il a fait sa vie, il a mené à bien cette entreprise jusqu’à présent. Mais Jude ? Jude elle commence, elle se bat pour y arriver et puis après quelques années de dur labeur, Emerson vient et d’un coup de pied violent, il fout tout en l’air. C’est un peu comme ça que la cadette de la famille le prend, et le vit. Elle sait que tout se sait un jour, plus encore les histoires d’escroqueries, d’argent. Tout s’est toujours su, pourquoi pas ça ? Emerson est naïf et Jude est brisée. Son travail représente une partie importante de sa vie et lui, il n'a pensé qu’à lui.

Au bout du fil, sa mère lui propose de sortir, de venir la voir. De voir des gens, de s’entourer. Elle lui parle même de Tate en connaissant l’importance que Jude lui porte depuis qu’elle est toute petite. Tate a toujours fait partie de la famille aux yeux de ses parents et Sonia Nightshade sait qu’il fait toujours partie intégrante de la vie de ses enfants. Dans la tête de Jude, c’est un autre scénario qui se construit. Elle sait qu’Emerson et Tate s’entendent bien, tout comme Noah. Pendant un court instant, la seule obsession qui lui vient à l’esprit est que Tate connait lui aussi cette histoire. Qu’au final, les seules à ne rien savoir reste sa propre famille. A cette pensée, le gouffre se creuse un peu plus, quand finalement elle raccroche et se lève de son canapé. Elle passe une main sur son visage alors qu’elle vient tout juste de renverser son verre de vin sur le tapis « Merde ». Pas forcément courageuse pour s’en occuper maintenant, la jeune femme décide de prendre son téléphone et sa veste. Autour d’elle, ça tourne, mais elle parvient quand même à marcher droit devant elle sans paraitre pour une SDF et ça ne l’empêche pas de quitter son immeuble. Dehors il fait doux, mais un vent frais vient caresser son visage encore humide. Elle sait que l’alcool la rend encore plus sensible. Arrivée en bas de l’immeuble de Tate, Jude en profite pour qu’une personne sorte de l’immeuble, pour elle-même s’y engouffrer. Elle laisse de côté l’ascenseur, se disant naïvement que prendre les escaliers la ferait dessaouler et pourtant une fois au-dessus, elle a toujours cette même impression de devenir folle. Elle passe une main dans ses cheveux alors que dans sa tête, elle essaie de se rappeler ce qu’elle vient chercher comme informations. Elle le sait, mais elle a peur de la réponse. Alors elle presse le bouton de la sonnette Jusqu’à ce que la porte s’ouvre. Pendant plusieurs secondes, elle fait face à celui qu’elle espérait voir sans rien dire. Elle le regarde partagée entre la déception, la colère, ou la tristesse « Tu le savais… » commença-t-elle avec une voix brisée qu’elle essayait de contenir malgré elle « Tu le savais pour Mason et tu m’as rien dit ! » finit-elle en élevant légèrement la voix. Elle porte à nouveau la manche de sa veste à son visage pour essuyer ses larmes et tenter de masquer ses faiblesses en attendant qu’il lui réponde. Ce qu’elle redoute.




egotrip



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AWARDSle plus séducteur.
avatar
AWARDS ▵ le plus séducteur.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 474
▵ arrivé(e) le : 13/02/2017
▵ avatar : Chris hot Wood

MessageSujet: Re: Let the carousel display you and I, be my lullaby tonight {Tate ♥︎ } Lun 26 Juin - 14:29

Tate & Jude


Let the carousel display you and I, be my lullaby tonight

Dernièrement tu n’es pas au top de ta forme. En même temps, tu n’es même pas sûre de connaître le trop de ta forme, tu n’es sûr de rien pour le coup. Winnie et Cordélia était là. Tu avais subit le pire barbecue de ta vie en compagnie de Maéven. Non, tu avais du mal à passer outre, même si tu n’avais rien dit, histoire de ne pas peiner ton cousin. Tu le sais tu peux être en tort pour les avoir lâché, mais abandonné est un mot qui ne te plaît pas. Tu as été abandonné par tes parents, qui ont tué ton frère, elles ont pensé à elle, au fait que pour une fois, tu es pensé à toi. Ton cœur n’était toujours pas remit de la perte de Djawny et tu tentais encore de te remettre du zombie Izaline. Elle était pas morte, tu étais déçu et perplexe, tu n’en avais rien dit à personne, car à un moment donné, tu ne savais plus quoi dire. Tu commençais même à te demander si ton frère n’allait pas débarquer de nulle part, pas sûr que tu sois capable de survivre à tout cela, tu n’es plus sûr de rien. Alors, tu es là, inerte complétement saoulé de la situation dans laquelle tu es. Tu as l’impression de te débattre à la fois avec ton passé, ton présent et ton futur, autant dire que ce n’est pas gagné. Tu te laisses submerger encore et encore par tes émotions. Tu repenses à tout et c’est à crève-cœur que de revivre la mort de ton jumeau. Tu es sur le balcon fixant le vide, les voitures passantes laissant leurs phares allumés et les lumières de la ville sortir de la pénombre de la nuit tombante. Tu es clairement perdue, tu ne sais pas trop quoi faire, tu ne sais quoi dire. Tu ne sais pas ce que tu veux pour ta sœur, ta cousine. Tu es juste comme une larve prête à tout lâcher pour dormir. Sauf que dormir, tu n’y arrives pas, tu ne dors que peu par nuit et tu commences à être usé de la situation qui dure depuis bien des années à présent.
Tu sors de ce balcon, tu rentres dans ton appartement et tu pètes un câble. Tu complétement paumé, tu commences à ne plus supporter cette situation. Tu n’y parviens plus, tu ne parviens plus à rien à vrai dire. Tu es juste tout bonnement paumé et tu penses qu’il serait temps que Nora puisse réellement t’aider. Mais, tu ne suis pas forcément les séances régulièrement, car penser, revivre tes sentiments pour Djawny te tue un peu plus à chaque fois, mais apparemment faut passer par là pour l’accepter. Mais-as-tu réellement envie de l’accepter ? Ça va faire une bonne quinzaine d’année maintenant et tu es encore meurtrie par cette mort. Pas n’importe laquelle et tu n’as pas l’impression qu’on le capte. Tu t’en veux de milliard de chose qu’il a pu louper et tu en veux un peu plus au monde maintenant que tu sais qu’elle est vivante, tu as pleuré pour elle, tu t’en es voulu d’avoir rien dit. Merde. Tu étais juste un crétin pour elle ? Enfin bref. Tu exploses ta main dans le mur, après avoir jeté quelques trucs au sol, peu importe si c’est à ta colocataire ou à toi pour le moment. Tu souffres physiquement, mais cela te paraissait doux comparé aux maux psychique que tu te trimballais depuis des années. Ta nuit, tes nuits sont redoutable, tu ne sais plus vers qui te tourner actuellement ! Jude ? Maéven ? Nora ? Cordélia ? Winnie ? Toi ? Même toi tu n’es pas à la hauteur des affrontements que tu dois faire, tu ne veux même pas penser à Izaline que tu as croisé la dernière fois sur une scène de crime, tu voudrais lui demander pourquoi, mais tu n’as pas eu le courage. Non, tu n’as pas eu e putain de courage de la frapper au visage pour savoir pourquoi. Tu étais juste là béant et inerte devant elle sans aucune émotion palpable sur ton visage.
Tu as fini par t’accroupir contre le mur, l’appartement est silencieux mis à part les bruits chahutant des automobilistes persistant à se promener en pleine nuit dans les rues de Wellington. Une douce mélodie, qui t’empêche de ne sombrer dans les méandres de tes songes, tes pensées sont trop horribles pour le moment pour daigner t’en occuper, sauf si tu veux te jeter de ton balcon ? Ce n’est pas la solution, et tu ne serais pas capable de faire ça à ton frère. Dans le fond vivre, même si ce n’est pas ce que tu fais, c’est vivre pour lui à la fois. Vous étiez les mêmes, les mêmes envies, les mêmes reflets. Tout était identique sauf votre voix, votre sourire. On pouvait vous différencier en un sourire. Tu ne bouges pas, tu restes sur le sol alors qu’on sonne à plusieurs reprise et durant long à la sonnette. Quand tu comprends que la personne n’allait pas partir, tu finis par te lever, séchant les larmes, des larmes que tu as horreur d’avoir quand tu risques d’être surpris par quelqu’un. Ce quelqu’un, c’est Jude. La fille. Cette fille que Djawny comme toi vous aviez aimé. Jeunes cons que vous étiez, tu avais finis par voler sa première fois à la jeune femme ! Mais, tout est parti en cacahuète laissant tes remords l’emporter sur le reste même les sentiments pour Jude. Cette fille est unique, comme Izaline, mais merde, c’est tout bonnement chiant. Tu fronces les yeux. « C’est pas le moment Jude … » Lui lancer ça comme ça, te fait chier, car ce n’est pas le bon moment pour toi, mais pour elle non plus, tu le captes plutôt bien à cette expression sur son visage. Tu la laisses entrer et tu fermes la porte. « De quoi tu me parles au juste, au courant de quoi ? En ce moment j’apprends tellement de chose que je ne serais de quoi tu parles. » Le retour de Winnie, le fait que Izaline soit encore en vie finalement … bref, trop de chose, alors elle voulait savoir quoi ? Puis elle te parle de Mason. « Calme toi, il a quoi Mason ? » tu fronces les sourcils et d’un coup tu t’inquiètes pour lui et voir Jude essuyer ses larmes te fait la prendre contre toi, laissant un baiser s’imposer sur le dessus de son crâne. « Raconte moi ! »


LUCKYRED
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AWARDSmeilleur couple ambiguë/love.
avatar
AWARDS ▵ meilleur couple ambiguë/love.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 1060
▵ arrivé(e) le : 12/01/2017
▵ avatar : Jana Kramer

MessageSujet: Re: Let the carousel display you and I, be my lullaby tonight {Tate ♥︎ } Mar 4 Juil - 23:01


Let the carousel display you and I, be my lullaby tonight

Tate&Jude


Dans les rues de Wellington, Jude déambule, même si le chemin est plus périlleux que si elle était sobre, elle ressent cependant cette sensation d’apaisement en sentant la brise légère lui caresser le visage. L’alcool lui monte à la tête et elle a l’impression que quelqu’un joue au xylophone avec son crâne. Malgré tout, elle a encore assez de lucidité pour laisser son sens de l’orientation opérer, tout comme pour faire confiance à son cerveau déjà bien trop plein de pensées. Elle ne sait plus quoi penser, quoi faire ni comment réagir face à ce qu’elle a appris concernant son frère. Une révélation qui l’a brisée, alors qu’à ses yeux lui comme les deux autres équivalaient de près ou de loin à des dieux dans sa vie. Ses frères avaient une place importante, et avant aujourd’hui, elle était certaine que jamais aucun d’eux ne pourrait agir de la sorte. Et pourtant. Elle ne comprenait pas les choix d’Emerson. Encore que s’il avait été pauvre, ou s’il manquait cruellement d’argent ou s’il avait une tonne de dette sur le dos. Mais non, il vivait la belle vie, dans une belle maison de New-York. Charlott avait tout ce qu’elle voulait et plus encore et lui, il avait ce besoin constant de lui donner toujours plus, avec cet argent qui n’était pas le sien. Non, décidément, elle ne comprenait pas, elle ne voulait pas comprendre. Elle ressentait plutôt un sentiment de honte, de tristesse, mais aussi de colère. Dans cette histoire, elle avait l’impression de n’être qu’un pion, ou une personne si peu importante pour être écartée comme il avait décidé de le faire. Jude éprouvait malgré tout un sentiment de culpabilité face à Charlott. Elle lui en voulait de lui avoir menti, mais en tant que meilleure amie elle aurait dû la soutenir et être là pour elle et pourtant, elle n’avait fait que vivre comme si la vie lui souriait et Charlott, elle, elle avait joué le jeu en forçant un sourire alors que sa vie était un véritable enfer. Quelle meilleure amie en carton faisait-elle. C’était d’ailleurs ce que lui reprochait son frère. De ne pas avoir deviné. Hélas.

Depuis plusieurs minutes déjà, ses pas la menèrent vers l’appartement de Tate. Elle avait la vague impression que lui savait. Sans doute que sa casquette de flic faisait de lui un homme qui sait. Pourtant Emerson avait été emprisonné à New-York et non pas à Wellington, mais malgré tout, elle voulait en être sûr. Jude savait que si elle voulait vraiment, elle lui tirerait les vers du nez, pour la simple et bonne raison qu’elle l’avait déjà fait lorsqu’elle l’avait revu dans ce bar. Devant la porte de l’appartement, elle avait laissé son doigt appuyé sur le bouton de la sonnette jusqu’à ce qu’on ouvre. Elle était non seulement sur le point d’exploser, mais aussi sur le point de fondre en larmes. Un drôle de cocktail et pourtant, c’était précisément ce qu’elle ressentait en voyant le visage de Tate face à elle. Elle mit plusieurs secondes avant de réagir, bien que son accueil à lui la refroidit légèrement. Les sourcils froncés, elle ne le quitta pas du regard. Jude hésita un instant à tourner les talons et repartir d’où elle était venue, mais finit par entrer en voyant Tate s’écarter pour la laisser entrer. Elle se retourna vers lui en passant une main dans ses cheveux pour dégager son visage de ses mèches brunes à défaut de pouvoir en dégager sa frustration et cette moue bouleversée que dessine son visage « Je te parle d’Emerson et de sa pseudo virée en Afrique ! Tu le savais ? » Elle s’adossa contre le mur, au moins le temps que l’effet de l’alcool ne lui donne plus l’impression de tanguer. Les yeux humides, elle ne le quitta pas du regard, s’attendant à une quelconque révélation qui ne vint pas. Au lieu de ça, elle se laissa aller contre lui le temps de se calmer. Quand elle s’écarta, elle essuya à nouveau ses joues humides « Il y a un an, Charlott nous a dit qu’il avait trouvé un plan pour son entreprise, en Afrique. J’ai pas compris comment il a pu trouver ça dans un continent aussi paumé, mais j’étais tellement absorbée par mon travail que honnêtement, j’ai pas cherché plus loin. Sauf qu’évidemment, personne ne savait le joindre parce que le réseau était pourri. Seule Charlott avait de ses nouvelles, mais jamais mes parents, ni moi ni mes frères. Charlott est restée toute seule à New-York, puis elle est revenue. Quand elle est venue, on s’est revues et elle m’a dit qu’elle s’était trouvée un appart splendide sur le campus, qu’elle allait reprendre ses études etc. Je trouvais bizarre qu’à chaque fois que je veuille passer la voir, elle me disait qu’elle préfère qu’on se voit chez moi ou en ville et jamais chez elle, parce qu’avant elle m’aurait cassé les pieds pour me montrer son appart, comme elle l’a fait pour sa maison à New-York. J’ai limite dû faire le voyage rien que pour ça. Encore une fois, j’ai pas cherché plus loin, j’ai mis ça sur le le fait qu’elle étudiait tellement pour son concours de droit qu’elle avait besoin de changer d’air. » elle s’arrêta un instant pour reprendre son souffle avant de reprendre « Il y a quelques jours, Mason est revenu. J’ai été le chercher à l’aéroport, et il est revenu dormir chez moi parce que, soi-disant, il voulait faire une surprise à Charlott. J’ai pas jugé. Je lui ai demandé comment c’était l’Afrique, et il m’a répondu. Ce qu’il disait avait l’air tellement vrai que j’avais aucun soupçon. Il y a deux jours, on a tous mangé chez mes parents justement pour le retour d’Emerson. Déjà, Charlott n’était pas là ce qui était bizarre parce qu’elle adore mes parents. Surtout quand on sait que sa famille à elle est complètement névrosée. Bref. Et finalement, Emerson m’a avoué qu’il n’était pas en Afrique mais en prison. Qu’il avait détourné de l’argent pour rendre la vie de Charlott encore plus belle alors qu’ils avaient déjà une villa digne de celle d’une star de cinéma. Elle avait déjà tout, et lui il trouve rien de mieux que voler des gens pour lui apporter plus. Le FBI lui est tombé dessus et il s’est fait arrêté et emprisonné. Il n’a jamais voulu rien dire, Charlott ne devait rien dire non plus donc elle a joué dans son jeu. » Jude passa à nouveau sa main sur son visage « Le pire, c’est que non seulement lui il n’a jamais rien avoué jusqu’à maintenant, j’ai dû lui tirer les vers du nez chez mes parents pour qu’il avoue. Maintenant, lui il m’en veut parce que j’ai pas pu deviner que Charlott vivait un enfer dans un vrai taudis et que donc, j’ai pas pu l’aider. Mais je lui ai proposée de venir chez moi le temps de se trouver quelque chose, elle a pas voulu, elle avait déjà trouvé. Elle, elle ne m’a rien dit, elle m’a menti elle m’a décrit un appart qui n’existe même pas ! »  la brunette tenta de ne pas retomber dans une crise de larmes, mais égoïstement, elle pensait à son avenir compromis « Depuis que j’ai fini mes études, je fais tout pour cette entreprise. Je passe des heures à faire de la pub, à sublimer l’images d’entreprises. J’me tape les voyages en Europe et en Amérique pour cette entreprise, je rencontre des gens qui ne pensent qu’au fric, je trouve des partenaires de taille. Je me défonce pour mon travail et pour une entreprise qui porte le nom d’un type qui n’a rien trouvé de mieux que de jouer au con pour offrir une vie meilleure à sa femme. Je fais quoi, si ça vient à se savoir, sérieusement ? J’suis bonne à changer de boulot. Qui voudrait confier l’image de son entreprise à une nana dont le nom est sali par des histoires de détournement d’argent ? Personne. » Finalement, Jude prit le temps de se calmer après avoir raconté son récit. En réalité, c’était surtout son avenir à elle qui lui faisait peur. Malheureusement, on ne pouvait faire une bonne publicité si sa propre entreprise n’était pas clean. Il fallait montrer le bon exemple pour pouvoir montrer le niveau des services. Jude accumulait les heures supplémentaires pour y parvenir et aujourd’hui, elle avait l’impression que son propre frère avait tout foutu en l’air. Le regard dans le vide, elle finit par se rendre compte que parler de ça à Tate qui avait vécu un bien pire drame que ça n’était sans doute pas une bonne idée « Je suis désolée de te raconter tout ça en fait, je voulais juste savoir si tu le savais et si tu me l’aurais dit, mais j’ai trop bu donc mon self contrôle me dit merde. Désolée. » Elle repensa à ce qu’il lui avait dit un peu plus tôt, à son arrivée. Elle ne savait pas trop ce qu’il faisait, mais elle ne semblait pas la bienvenue, pourtant son regard se posa sur la main du policier. Elle la prit dans sa propre main et la caressa délicatement avec son pouce « Qu’est-ce que t’as fait ? » lui demanda-t-elle d’une voix plus posée et à peine audible. « Parle-moi... »





egotrip



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AWARDSle plus séducteur.
avatar
AWARDS ▵ le plus séducteur.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 474
▵ arrivé(e) le : 13/02/2017
▵ avatar : Chris hot Wood

MessageSujet: Re: Let the carousel display you and I, be my lullaby tonight {Tate ♥︎ } Mar 25 Juil - 18:59

[quote="Tate S. Mackintosh"]
Tate & Jude


Let the carousel display you and I, be my lullaby tonight

Tu connais une solution. Elle est radicale et pourtant elle est malheureusement bien trop souvent utilisée. Tu comprends ces personnes pouvant vouloir tout arrêter, laisser ces personnes aimantes derrière. Tu sais ce que c’est de ne pas te sentir à la hauteur, à la hauteur d’être aimé. Tu pourrais sauter de ton balcon, mais merde. Tu ne le peux pas, tu ne peux pas faire ça à ton frère, tu ne peux pas le lâcher de la sorte, tu ne peux clairement pas faire ça à Djawny. Pour lui tu devrais être heureux et vivre ta vie pleinement. Mais c’est si compliqué de le faire, faudrait pourtant que tu y parviennes, que tu t’y accroches, mais tu galères, tu ne sais clairement pas quoi faire. Tu n’en finis plus, tu prends tout ce qui a sur ton passage, tu le détruis, tu ne sais plus comment agir, aujourd’hui, tu as besoin de te vider de cette rage, il est temps. Alors tu détruits et tout. Tu frappes, tu hurles, les voisons peuvent penser que tu es dingue, mais peu importe. Façon c’est ta main qui a fini dans le mur et rien d’autre. Tu ne sans même pas la douleur. Tu finis juste par chercher du réconfort contre le mur, tu fermes les yeux. Tu ne pensais pas être dérangé. Tu aurais préféré être bercé encore et encore par les douces mélodies que t’offraient les rues de Wellington sur lesquels donnait ton appartement. Tu ouvres la porte et c’est face à une Jude que tu te retrouves, elle est complétement énervée et triste, tu le sens tu le vois, tu lui dis que ce n’est pas le moment et tout. Mais tu le captes vous êtes presque dans le même état. Enfin pour le moment ça t’empêche de penser à ton frère ou même à Izaline qui n’était donc pas morte et bel et bien en vie à bosser pour le fbi. C’était la chose qui te tuait dernièrement bien plus que le reste. Bref, Jude est paniquée et pas bien, t’aimes pas trop la voir comme ça, tu lui demandes des explications sur ces dires. Tu fronces les sourcils. « Comment ça pseudo virée ? » Tu ne sais pas trop ce que tu es censée comprendre la de suite, mais pas grave, tu vas écouter la jeune femme parler. Tu n’aurais sans doute jamais cru qu’elle pouvait avoir tellement de chose à dire. Tu tentes réellement de tout suivre, de tout emmagasiner pour pouvoir lui répondre ou même la rassurer, mais autant avouer c’est beaucoup, énormément d’information même pour toi. Charlott est son appartement à New-York ou encore celui sur le campus, enfin le campus généralement offre pas des trois étoiles niveau logement, enfin tu l’écoutes. Aussi sur le sujet de son frère en Afrique, toi tu sais tout de Mason grâce à Jude et personne d’autre, vu que tu n’avais plus de nouvelle, ou alors si des parents Nightshade ou les frères, des potes de longue date. Enfin, tu lèves les épaules au ciel et tu mords un peu tes lèvres tout en secouant la tête. « Respire ! » Que tu lui dis alors qu’elle finit par manquer d’air à force de tant parler. Pour le coup, elle parle énormément et limite tu as capté que tenter de placer plus d’un mot était une chose concrètement impossible. Jude elle a repris son monologue, mais tu ne peux pas t’empêcher de chopper quelques mots en court de route et de faire le gars plus que surpris, car c’est le cas. « Prison ? » Tu la regardes, mais elle s’en fiche de toi là, elle a juste envie de vider son sac un point c’est tout. Toi tu auras la parole dans dix ans quand elle aura enfin fini, mais tu commences à tout oublier sauf la peine et la trahison que vient ou vit encore Jude. Ça te peine à ton tour. Puis elle arriva à parler d’elle, tu souris, l’écoutant et ça te brisait le cœur dans le fond de la voir si mal par la faut de ton pote, ton frère. Merde, il avait juste tout bonnement abusé. Toi tu content que Jude soit là à te conter ses malheurs vu que tu en oubliais ton mal de main, mais aussi tes états d’âme, un peu de répit, c’était parfait. Tu finis par voir qu’elle n’a plus grand-chose à dire, merci. Tu la prends dans tes bras. « Si je reprends dans l’ordre … non je ne savais rien de tout cela ! » Tu prenais une pause oui toi tu connais les pauses et les monologues ce n’est pas forcément ton truc dans le fond. « Et donc il est allé en prison durant toute cette année et même pas il me prévient ? Tes parents le savent ? » Tu la regardes. « T’en fait pas, les gens te feront confiance, tu n’y peux rien si ton frère fait une erreur ou autre, tu ne peux rien faire contre ça, tu verras ça ira. » Tu tentes de tout résumer en quelques mots, mais ce n’est pas si simple que ça dans le fond. Tu la regardes alors que tu défaits ton étreinte quand elle te demande ce qui t’es arrivé. Tu hausses les épaules. Un accident avec un mur, il s’est jeté sur toi, tu peux lui dire, sûre qu’en étant pompette elle y croira. Lance-toi. « Rien … t’en fait pas. » Tu souris et tu viens embrasser sa joue. « Faut penser à toi un peu … on parlera plus tard, t’en pense quoi ? » Que tu dis surtout en pensant à elle mais aussi pour ne pas parler. « Dors ici dans mon lit, je dormirais sur le canapé ok ? » Que tu lui demandes.

LUCKYRED
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AWARDSmeilleur couple ambiguë/love.
avatar
AWARDS ▵ meilleur couple ambiguë/love.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 1060
▵ arrivé(e) le : 12/01/2017
▵ avatar : Jana Kramer

MessageSujet: Re: Let the carousel display you and I, be my lullaby tonight {Tate ♥︎ } Lun 7 Aoû - 17:46


Let the carousel display you and I, be my lullaby tonight

Tate&Jude


Jude avait déballé toute son histoire à Tate, un peu comme si le temps était compté. Elle était persuadée en arrivant que Tate était forcément au courant de ce qu’il s’était passé, qu’Emerson lui en avait touché un mot auquel cas elle avait espéré que l’ami de son frère lui en parle. D’un autre côté, elle connaissait assez son frère ainé pour pousser son pote à donner sa parole afin qu’il ne dise rien. Sans doute était-il plus réfléchi que ça, ou bien moins égoïste. Mason savait pertinemment que Jude et Tate étaient proches depuis bien des années eux aussi. Pas le même genre de proximité qu’avec ses autres frères, mais quand même. Sans doute avait-il voulu préservé cette confiance en ne disant rien à personne. A part à Charlott. Tout ça, Jude n’y pensait qu’à l’instant en lisant l’étonnement dans les yeux de Tate. Se fondre dans ses bras lui procurait comme un second souffle, ou encore une bouée de sauvetage à son chagrin. Si elle était déçue de Charlott et d’Emerson, Jude ne pouvait s’empêcher de penser à son propre avenir. Il fallait dire que même son propre père s’en inquiétait. Il savait ô combien sa fille s’était donnée corps et âme pour son travail, mettant parfois de côté sa vie privée, ses amis et ses proches. Il n’y avait qu’à voir Sweem qui lui reprochait lui aussi de trop penser à cette entreprise et pourtant, Jude avait cette nette impression que si elle levait le pied, elle allait en perdre le contrôle. Elle devait déléguer, ça oui, mais elle y parvenait difficilement, d’autant plus qu’ils avaient vraiment besoin d’un bon élément pour qu’elle accepte une telle chose « Non il a rien dit. Il voulait pas le faire au téléphone. Selon lui, ça ne se fait pas d’annoncer au téléphone qu’on est en prison » Jude rit jaune. Elle trouvait ça complètement stupide de s’entendre dire une telle chose, parce que selon elle, il y avait des limites à la courtoisie « Quand t’es en prison, d’où tu penses encore à la façon de dire les choses ? Comme si on allait mieux le prendre s’il nous l’avait dit face à face. Sérieusement » Est-ce que ses parents étaient au courant ? Oui. Heureusement, parce que Jude ne lui avait pas laissé le choix. Elle avait refusé de garder ça pour elle toute seule et d’être prise dans ce mensonge, mentir à ses parents, c’était plus fort qu’elle, vraiment « Oui, il a fini par leur dire. J’lui ai pas vraiment laissé le choix à vrai dire. Si c’était pas lui qui le faisait, c’était moi. » Pour le coup, ça l’avait persuadé directement. C’était du chantage, mais au point où ils en étaient, c’était pas aussi grave que mentir à toute sa famille pendant un an, ni même de voler des particuliers, des entreprises « Aujourd’hui il n’a plus un rond, et Charlott non plus. Ah si… Charlott elle gagne de l’argent en se dandinant sur une barre à moitié à poil au Wallace. » Le problème dans le métier de Jude, c’était que l’image et la réputation avait une importance capitale. C’était sans doute une raison pour laquelle elle essayait de faire attention à l’image qu’elle-même renvoyait. Au fond, elle espérait que Tate avait raison, bien qu’elle doutait que la réalité soit aussi simple et aussi conciliante. Elle lui adressa un léger sourire en coin. Jude apprécie ses lèvres sur sa joue, les petits gestes d’affection de Tate sont bien plus efficaces que n’importe quel autre moyen de consolation, pensa-t-elle. Elle plongea son regard dans le sien, puis prit délicatement la main du policier dans la sienne « A chaque fois que j’te vois t’es blessé… » elle lui adresse un sourire sans trop chercher à savoir plus. Plus sobre, elle l’aurait sans doute bien blasé à savoir le pourquoi du comment, mais sans doute que s’il avait vraiment voulu lui dire, il l’aurait fait. C’était la façon dont fonctionnait son esprit en ce moment-même. Jude posa sa main sur la joue du jeune homme, laissant son pouce la caresser lentement « Tu voudras pas parler plus tard. Tu te dis que j’ai trop bu et que plus tard j’y penserais plus. Si tu veux en parler on peut en parler. Si t’as vraiment pas envie alors jt’oblige pas. » lui dit-elle à voix basse alors que son pouce caressait toujours le visage de Tate. Au final, il lui propose de rester là pour dormir. Elle pouvait aussi rentrer et trouver de quoi s’occuper l’esprit. Elle fixa longuement le policier sans rien ajouter ; ce visage elle le connaissait par cœur et pourtant elle ne s’en lassait pas. La première fois qu’elle l’avait vu, elle se rappelle encore des sensations qu’elle a éprouvé et là, presque vingt ans plus tard il faisait toujours partie de sa vie d’une façon ou d’une autre. « Okay.  » finit-elle par répondre en passant une main dans sa tignasse brune. Jude fit quelque pas avant de se retourner à nouveau « T’as pas un bête t-shirt ou un pull pour moi ? Pour dormir. Promis, je ne repars pas avec cette fois » un sourire vint se dessiner sur son visage alors qu’elle avait cette sensation d’être exténuée. Depuis trois bonnes années, elle avait en sa possession un de ses t-shirt qu’elle avait repris par mégarde en revenant de New-York. Elle ne lui avait d’ailleurs toujours pas rendu et lui ne semblait même pas s’en rappeler la dernière fois qu’elle lui en avait touché un mot. Peut-être qu’au final, elle le gardera pour elle encore et encore.


egotrip



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Let the carousel display you and I, be my lullaby tonight {Tate ♥︎ }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always love ::  :: mount victoria. :: habitations.-