AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 you know that i could use somebody (oriandro)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: you know that i could use somebody (oriandro) Mar 20 Juin - 10:31

you know that i could use somebody
Orion & Leandro

Tu sais pas trop ce que tu fais ici, peut-être que tu noies le chagrin qui te prend depuis un an et demi dans l’alcool et les corps d’inconnus. Sûrement d’ailleurs puisqu’au fond, c’est ce que tu comptes faire ce soir, encore une fois : boire et coucher avec une personne inconnue qui redeviendra inconnue demain. L’histoire de ta vie depuis plus d’un an, l’histoire d’une vie gâchée par une perte d’un amour si fort et si grand qu’il te fait encore mal malgré le temps écoulé. Et tu sais pas comment faire taire la douleur, t’en sais rien et t’as fini par tout simplement t’habituer au trou béant dans ta poitrine, parce que de toute façon, tout le monde s’y fait alors pourquoi pas toi ?

Alors pour le moment, tu es au bar, un verre à la main, en train de regarder rapidement les autres personnes accoudées au bar pour voir laquelle tu vas tenter d’aborder ce soir, le cœur n’y est pas, comme presque toujours, mais comme tu ne penses plus avec le cœur depuis longtemps, ça ne te pose pas de problème de conscience ou quoique ce soit, tu t’en fiches, tu veux juste pas finir seul ce soir. Mais t’as pas le temps de regarder correctement que ton ami, Sean t’aborde. « Hey mec, tu devineras jamais quoi ! » Tu le regardes avant de soupirer, il va te coller aux basques une bonne partie de la soirée comme chaque fois que tu le croises et t’empêcher de chasser comme bon te semble et ça, ça te désespère tellement que tu réponds en soufflant, pour bien lui faire comprendre une énième fois qu’il t’énerve, même si tu sais pertinemment que ça ne l’arrêtera pas. « Non, je suis pas devin en fait. » Il rit, alors que franchement, même toi qui rigole pour un rien, tu ne te trouves pas drôle mais t’es pas un méchant alors tu te tournes pleinement vers lui, sur ta droite, pour l’écouter. « Y’a un mec là, il se fait payer pour baiser. Mais genre, vraiment pas cher, j’y suis allé la dernière fois. Il est pas cher et il fait la totale, franchement tu devrais tester. » Tout de suite, ça t’intéresse un peu plus et tu te mets à réellement l’écouter. T’es pourtant pas le genre à aller voir des prostitués, t’estimes que t’en as pas besoin mais pour une soirée, ça pourrait être drôle, juste un soir pour essayer, pour en rire avec Sean, pour prendre du bon temps sans avoir à tenter de trouver la personne qui voudra bien finir sa soirée avec toi. « J’vais aller voir, il est où ? » Tu lui demandes avant de finir ton verre d’une traite. T’as vraiment envie d’y aller vite, parce que si ça peut t’éviter de parler à Sean pendant des heures et de l’entendre te raconter la fois où il a sauvé un hérisson et où il a senti que sa vie venait de changer pour toujours, alors t’es preneur. « Là, regarde. Le petit là. » Tu suis son doigt, il le montre bien, tu peux pas le rater. Tu vois pas trop d’ici, il est de dos et se fond dans la masse mais t’essaies de retenir les vêtements qu’il porte pour pouvoir le retrouver. Il est pas si petit, d’ici il doit faire ta taille. « Petit ? T’es grave vexant là Sean. » Tu lui fais remarquer avant de lever un regard vers lui, faut avouer que du haut de son mètre 95, tu fais tout petit à côté. Mais tu l’abandonnes bien vite, n’entendant même pas sa dernière phrase parce que t’es plus intéressé par autre chose, par quelqu’un d’autre vers qui tu te diriges en poussant un peu les gens sur ton passage. Quand tu arrives au niveau du garçon désigné, tu lui tapotes l’épaule et vient placer tes lèvres dans son cou. « J’ai entendu que y’avait des choses à acheter par ici. » Tu chuchotes avant qu’il ne se retourne. Et là, c’est la débandade d’un seul coup. Tu te retrouves face à Orion, et même si ça fait un an et demi que tu ne l’as pas vu, tu sais le reconnaître évidemment, tu le reconnaitrais entre mille de toute façon même si visiblement, pas de dos. Tu le fixes, tu ne sais même pas quoi dire. T’es en train de connecter un peu tout et de te rendre compte que ton Orion, ton amour, se fait payer pour coucher. « Orion.. » Tu souffles en détaillant son visage. Parce qu’il est beau et qu’il t’a manqué. Que les vieilles photos de vous ne remplaceront jamais le fait de le voir en vrai. Et t’as envie de lui sauter dans les bras, en même temps que t’as envie de le frapper, de le secouer et de partir en courant. « Qu’est-ce que tu fais là ? » Tu lui demandes en haussant la voix, parce qu’avec la musique ambiante, il n’a même pas du entendre que tu avais prononcé son prénom, que tu l’avais reconnu. Peut-être que lui t’a oublié, tu n’espères pas, mais c’est une possibilité à envisager dans un tel moment, après tant de temps. Puis tu te rends compte d’à quel point ta question est débile, et tu te rends compte que tu as un sacré haut-le-cœur en pensant au fait que Sean a payé ses services il y a peu, en pensant au fait que des hommes lui sont passés dessus pour de l’argent. Et ça te dégoute mais tu te retiens de lui vomir aux pieds, ou de t’enfuir. Parce que t’es quand même heureux de le voir. « Dis-moi que ce que j’ai entendu est faux.. » Ta voix est presque suppliante, parce que tu ne veux pas que ça soit vrai, tu ne veux pas qu’il soit tombé si bas, tu ne veux pas qu’il soit à d’autres et à tant d’hommes en même temps, tu veux pas ça.
Made by Neon Demon

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: you know that i could use somebody (oriandro) Mar 20 Juin - 12:48


leandro & orion
countless lovers under cover of the street
you know that i could use somebody


Tu contrôles bien aujourd'hui, tu crois. Tu as du mal à t'y faire vraiment finalement, tu t'en rends compte rapidement quand t'es planqué dans les toilettes de ce bar un peu trop accueillant. Tu fais tâche tu te dis et tu te grattes distraitement l'arrière du crâne alors que tu attends, installé sur les toilettes, la tête contre le mur et que tu inspires lentement. C'est rare que tu la sniffes l'héroïne, tu préfères te l'injecter et être en l'espace d'une minute déjà à des milliers d'heures de là. Mais c'est la fin là, il te reste quasiment rien et tu te dis que c'est certainement la dernière prise que tu pourras avoir avant ta prochaine dose. Lorsque tu sens le rush familier parcourir tes veines, tu te lèves, la dose est minime et tu sais que ça contrôleras clairement la plupart des réactions habituelles. T'as quand même ce putain de sourire aux lèvres alors que l'euphorie monte en toi et que tu retrouves le bar, tu commandes un verre et tu commences à boire, tu tiens presque plus en place maintenant, t'es passé de la loque terré au fond du toilette, au mec qui danse et enchaîne les verres et les sourires aux étrangers. Tes yeux se ferment et tu te laisses entraîner par la musique, t'es carrément dans un autre monde à ce stade, tu ne te formalises même pas lorsque tu sens des doigts sur ton épaule, te rappeler un peu à la réalité. Les lèvres dans ton cou t'arrachent un frisson malgré ta peau brûlante et tu penche un peu plus ton visage par réflexe, t'en demande plus. J’ai entendu que y’avait des choses à acheter par ici. Tu souris toujours autant, presque paresseusement maintenant que l'héroïne agit sur ton système nerveux. Et tu te retournes finalement avant de te figer un peu, l'angoisse qui aurait dû te monter au centuple est divisé. L'effet de la poudre blanche dans tes veines, bien sûr, et tu remercies presque le ciel pour ça. Leandro, tu t'attendais à plus jamais le revoir après un an et demi. Dommage que l'héroïne supprime la sensibilité à la douleur parce que ton coeur aurait certainement explosé rien que de le voir. Qu’est-ce que tu fais là ? Tu portes la paille de ton verre à tes lèvres et t'en prends une gorgée, tu hausses un peu des épaules. Qu'est ce que tu fais là, hein. T'as l'impression de ne plus jamais pouvoir parler à nouveau et tu sens tout ton corps las, au bout d'un moment tu ne sais même plus si c'est l'héroïne qui fait cet effet ou si le tremblement dans tes jambes a un rapport quelconque avec Leandro qui se tient face à toi. Dis-moi que ce que j’ai entendu est faux.. Un sourire dessine tes lèvres, moqueur, si ça se trouve ce n'est qu'un flash dût à l'héroïne et pourtant, tu n'as plus de barrière quand cette merde parcourt ton corps, anesthésie ton cerveau. Et tu te rapproches, passes tes doigts sur la nuque de Leandro alors que tes lèvres se rapprochent de son oreille. "C'est pas ce que tu voulais faire ce soir? Acheter mon corps." Tu murmures en retour, ton sourire toujours fiché sur tes lèvres. Le problème c'est que lui était là comme ça, pour trouver quelqu'un pour ce soir, et que ça te tuais un petit peu. Mais les informations sont vites brouillées par la drogue qui agit alors que tes doigts s'enfoncent un peu plus dans ses cheveux et que tu observes son visage. T'en as rêvé des millions de fois de ce visage, penché au-dessus du tiens et des ses lèvres sur les tiennes, sur ton corps. Combien de fois t'as pensé à lui quand c'était les lèvres d'autres posées sur toi. Et tu te retrouves à sourire un peu en appuyant tes lèvres à son oreille. "Qu'est-ce-qu'il y a, tu n'es pas tenté par un petit bout du passé?" Tu demandes en laissant une seconde de battement avant de reprendre, ta main qui tient ton verre se porte à ton cou alors que tu retraces du bout du doigt la ligne laissées quelques secondes plu tôt par Leandro. "J'aimais bien moi, pourtant, quand tu pensais que j'étais un inconnu avec qui tu allais baiser ce soir." Tu reprends et cette fois tu t'éloignes de lui, relâche sa nuque et ses cheveux, tes lèvres quittent son oreille et tu te plantes face à lui sans pouvoir retenir le sourire sur tes lèvres. T'as toujours cette putain d'euphorie qui parcourt tes veines et tu ne peux pas t'empêcher de le regarder, Leandro, avec ce petit air là, t'en reviens pas qu'il soit là devant toi, t'as presque peur de l'hallucination finalement, et pourtant il était tellement réel sous tes doigts. C'est ton corps tout entier que tu rêves de presser contre le sien et pourtant tu te retiens, ton regard fixé dans le sien. Tu attends.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: you know that i could use somebody (oriandro) Jeu 22 Juin - 12:05

you know that i could use somebody
Orion & Leandro

Tu t’attendais pas à le trouver ici et plus les secondes passent et que tu le vois face à toi, pire c’est. Tu supportes pas d’être face à lui presque comme deux inconnus alors que t’étais prêt à faire ta vie avec lui, tu supportes pas de comprendre qu’il vend son compte, tu supportes pas tout ce qui te passe par la tête alors que t’essaies de comprendre ce qu’il peut bien se passer et que t’essaies de tout remettre en ordre dans ton cerveau, en vain. Mais il se rapproche, te touche de ses doigts qui t’ont autrefois tant touché et toi tu perds la boule complètement, tu fermes les yeux pour apprécier ses lèvres près de ton oreille mais tu sais pas où t’es en réalité, peut-être à mille kilomètres d’ici, peut-être complètement sur une autre planète, t’en sais complètement rien, t’es juste paumé comme pas possible et tu sais pas ce que t’es censé dire ou faire, s’il y a une phrase bateau à sortir pour fuir ou si tu devrais affronter ton passé et supporter que ça te tombe dessus, que c’est comme ça, et que tu dois accepter. « C’est pas ce que tu voulais faire ce soir ? Acheter mon corps. » C’est en l’entendant de sa bouche que tu te dégoutes, parce que t’étais prêt à acheter le corps de quelqu’un pour une nuit et c’est en voyant Orion face à toi que tu te rends compte que c’est tout simple ignoble. T’as chaud, t’es pas bien, t’as envie de fuir et en même temps, de prendre Orion avec toi pour fuir. « Je savais pas que c’était toi… » Tu souffles parce que t’as la tête qui tourne de ce choc qui te tombe dessus, du passé qui t’éclate au visage comme une punition alors que tu n’as rien demandé et que t’es pas spécialement un mauvais gars, pas tout le temps en tous cas. T’es dérouté de le voir ici, et pourtant tu sens ton cœur qui s’emballe complètement, parce que si ta tête essaie de l’oublier par tous les moyens, ton cœur lui, refuse complètement. Et t’es impuissant face à ça. « Qu’est-ce qu’il y a, tu n’es pas tenté par un petit bout du passé ? » Tu soupires, t’as l’ange et le démon qui se chamaillent en toi. Parce que forcément que ça te tente, repartir avec lui pour une nuit, retrouver toutes ces choses perdues il y a plus d’un an, bien sûr que tu veux le retrouver un peu, mais l’ange te calme, te ramène à la raison, t’assure que ce n’est pas une bonne idée. Puis quoi ? Tu devrais le payer ? Payer l’homme que tu as aimé et que tu aimes sûrement toujours et ce, juste pour vivre une dernière nuit d’amour avec lui ? Ce serait insensé, c’est insensé, ça te fait mal à la tête. « Arrête Orion, arrête ça, s’il te plaît. » T’as les yeux fermés, t’es trop incapable de regarder la réalité en face, t’es trop incapable de le regarder lui. « J’aimais bien moi, pourtant, quand tu pensais que j’étais un inconnu avec qui tu allais baiser ce soir. » Ses mots te dégoutent, tu te dégoutes toi-même, t’as envie de partir en courant mais tes jambes t’en empêchent, t’as envie de l’éloigner mais ton corps entier refuse. Et pourtant, quand lui finit par se séparer de toi, tu sens comme un immense vide, tu pourrais presque pleurer de douleur tant ce manque de contact te fait souffrir. Alors tu rouvres les yeux, comme pour vérifier qu’il est quand même toujours là. Et tu plonges ton regard dans le sien, tentant de récupérer une certaine contenance face à lui. « Tu fais la pute alors ? Tu m’as quitté pour ça ? Pour te faire tringler à droite à gauche contre deux billets de merde ? » Tu le fixes, t’as envie de l’embrasser au moins tout autant que t’as envie de le frapper, pour qu’il comprenne que c’est n’importe quoi, pour qu’il comprenne que t’as mal, qu’il te manque, que tu veux pas l’imaginer avec d’autres hommes. Et c’est la colère qui monte en toi. « C’est ça Orion ? C’est le fric qui te manquait chez moi ? Ou alors je baise pas assez bien ? T’es content avec tes clients, ils paient et baisent bien ça va ? » Tu te surprends toi-même, t’as pas envie de lui dire ces choses et pourtant, elles sortent d’elles-mêmes de ta bouche, tu peux pas le contrôler, impossible.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: you know that i could use somebody (oriandro) Ven 23 Juin - 12:31


leandro & orion
countless lovers under cover of the street
you know that i could use somebody


Tu n'as pas peur de te brûler, non, t'as les yeux qui brillent, qui pétillent, toi tu sais, c'est l'héroïne, t'as l'air un peu du mec obnubilé par le beau, t'as cette lueur dans les yeux. Et tes doigts passent sur son visage, tu retiens ton souffle, les passe sur ses cicatrices lentement, ton pouce retrace sa mâchoire avant que tu viennes parler à son oreille. Je savais pas que c’était toi… Tu l'entends te répondre et tu ne peux t'empêcher de battre un peu des cils avec ce faux air surpris alors que tu te recules pour l'observer, portant une main à ton coeur au passage. "Qu'est ce que ça change?" Tu murmures en passant tes doigts de sa joue à son cou avant de les glisser un peu sur son épaules avant de prendre prise ici. Tu ne sais pas ce que tu ressens exactement mais tu sais que tu déteste ça, que ce soit lui qui soit là à venir réclamer quelque chose que tu aurais vulgairement donné au premier venu. Tu déteste qu'il soit à chercher comme ça, tu ne sais même plus s'il pense à toi entre leurs draps. Et tu continues de lui murmurer tout ça à l'oreille, tu continues à épancher ton venin au creux de son oreille, tu ne sais pas si tu veux le faire regretter d'être venu ici ou si tu veux lui appartenir encore. Pour une nuit. Mais tu peux déjà dire d'avance que tu seras le pire, certainement, à réclamer de l'argent pour bien enfoncer là où ça fait mal. Arrête Orion, arrête ça, s’il te plaît. T'es presque content, satisfait, d'avoir le dessus, tu ne ressens aucune trace de honte ou d'angoisse dans ton système nerveux. Il est anesthésié. Toi tu te recules, un sourire au coin des lèvres alors que ton regard s'accroche à son visage. Tu attends qu'il rouvre les yeux avant de hausser un sourcil. Tu fais la pute alors ? Tu m’as quitté pour ça ? Pour te faire tringler à droite à gauche contre deux billets de merde ? Ce sont les insultes qui fusent maintenant et tu lui lance un regard perturbé, t'as de la chance que ton coeur capte qu'un détail ou deux, que tu sentes quasiment rien, t'aurais peut-être pût mourir ici. C’est ça Orion ? C’est le fric qui te manquait chez moi ? Ou alors je baise pas assez bien ? T’es content avec tes clients, ils paient et baisent bien ça va ? Et voilà, les mots qui sortent, autant de venin d'un côté et de l'autre finalement. Tu laisses tes doigts revenir pour toi, tu les retires de son épaule et penche un peu ta tête sur le côté comme si tu ne comprenais pas. "Tu baises... pas trop mal, ça va, j'ai connu pire. Mais tu me suffisais plus, mon coeur." Tu murmures en secouant un peu ta tête, avec une fausse tristesse peinte sur ton visage. "J'en avais besoin de plus? Et je dois dire que deux ou trois en même temps, ça fait déjà pas mal plus. En argent aussi." Tu fais remarquer en te mordillant la lèvre et tu souris vers Leandro ensuite, t'as peur de te prendre un coup dans la gueule, tu dois te l'avouer quand même. Et pourtant tu te rapproches, tu glisses tes doigts sur le bras du brun et l'observe un peu. "Alors, tu es là pour me faire perdre mon temps ou tu comptes m'emmener dans une salle privé?" Tu demandes en baissant un peu le ton de ta voix, t'es toujours coincé dans le même rush.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

you know that i could use somebody (oriandro)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always love ::  :: archives rp.-