AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 You're like a tsunami in my life right now [Izaline]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MODOles fées d'AL.
avatar
MODO ∞ les fées d'AL.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 238
▵ arrivé(e) le : 05/12/2016
▵ avatar : Shelley Hennig

MessageSujet: You're like a tsunami in my life right now [Izaline] Mar 20 Juin - 12:05

You're like a tsunami in my life right now
Ishvari & Izaline
Wellington Central - Southgate street

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Je sors de chez moi, grimaçant légèrement au début à cause de cette fichue attelle. Je m’en serai bien passée, réellement mais si je ne voulais pas séjourner à nouveau à l’hôpital il valait mieux que je la garde pour me déplacer. Mon manager avait prévenu tous mes clients, il m’aidait même à me rendre à mes rendez-vous professionnels. Je n’avais pas été en arrêt, je n’aurai jamais pu le supporter. Rester cloitrée chez soi, peu pour moi, je n’aime que trop bouger.

Me voilà donc à Southgate Street, la rue commerçante de Wellington Central. J’avais fait quelques boutiques, acheter différentes tenues et j’avais la terrible envie de me poser dans un café. J’étais stressée et sur les nerfs. Je me sentais observée depuis plus d’une heure maintenant. Je hais ce sentiment, je ne l’ai que trop bien connu lorsque Raj m’avait embarqué dans ces conneries il y a environ dix ans maintenant. Autant dire que chaque regard à mon égard alimentait ma paranoïa. Je n’étais pas folle, tout de même ? J’avais essayé de me concentrer sur les différents vêtements que les magasins me proposaient mais rien à faire. Le shopping n’aidait en rien, même lorsqu’il était de luxe et que j’avais payé une somme bien trop importante à mon goût pensant que mon esprit allait se calmer à la vue d’une garde-robe légèrement changée. Non, il ne pensait qu’à une chose : On m’observe.

Je me suis donc posée dans un café, commandant un gâteau et un café au lait, tout ce qu’il y a de plus basique. Je me suis plongée sur mon portable, lisant l’actualité. Cela ne parlait que de l’ouragan, encore une fois. Les réparations, le traumatisme des habitants. Pour ma part, je dormais encore tranquillement la nuit. Je ne saurai l’expliquer, Shaya allait bien, tout ceux que j’appréciai aussi et je m’étais forgée une carapace assez solide au fil des années. J’allais bien et je n’avais pas frôlé la mort.

Je laissai les actualités pour m’occuper de ma prochaine exposition. Mon programme était chargé malgré les annulations de shootings. Je devais photographier diverses personnes et lieux, travailler mes photos, en sélectionner une quinzaine et déterminer la date de mon exposition. Je n’avais toujours pas de thème, c’était le problème. Néanmoins je ne me laissai pas abattre par le manque d’inspiration et observait mon programme du mois.

Cette technique ne parvint à me distraire qu’une quinzaine ou vingtaine de minutes. L’impression d’être observée me prit à nouveau aux tripes et j’en avais assez. Je relevai la tête, croisant presque aussitôt le regard d’une brunette à une table un peu plus éloignée de la mienne. Quelque chose me frappe et je ne saurai dire quoi. Son visage m’est familier, je lui trouve même des ressemblances avec moi. Je décide de suivre mon instinct et avant qu’elle n’ait pu décider de l’attitude à adopter face à ma personne, j’attrape mon café, ma pâtisserie et le reste de mes affaires pour m’asseoir à sa table, face à elle, la scrutant du regard. Je suis définitivement troublée par quelque chose mais je ne saurai dire exactement quoi.

« Ne bouges pas de cette table s’il te plait, je n’ai pas envie de hurler « au voleur » ou quelque chose du genre. » Ma voix est calme, posée alors que la boule qui naquit dans mon estomac ne fit que se serrer davantage. « Pourquoi tu me suis ? Ne nies pas, je suis persuadée que c’est toi. » Je ne comprenais pas pourquoi on me suivrait. J’ai de l’argent oui et ça se voit mais je ne suis pas la femme la plus riche de la ville, loin de là. Je n’ai pas un travail qui intéresse réellement les vautours. En revanche cette inconnue a tout d’une indienne en apparence. Et là, je ne verrai qu’une réponse : Elle est au courant que j’ai été mêlée à ce gang de Bombay et chercherait à me nuire. Mais je préfère d’abord l’écouter avant de parler trop vite et de lâcher une bombe qui pourrait me compromettre. « Je cherche seulement à comprendre alors sois honnête, il n’y a pas de raisons que ça tourne mal, si ? » Honnêtement je ne pensais pas être si calme et je m’imaginai plutôt m’emporter vivement. Je suis étonnée de moi-même. Et maintenant je n’attends que la réponse de cette inconnue qui m’a suivi durant plus d’une heure, à m’observer dans mon quotidien et maintenant à entrer dans mon monde, telle une intrus.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: You're like a tsunami in my life right now [Izaline] Dim 9 Juil - 21:46


You're like a tsunami in my life right now



Ishvari&Izaline

Izaline n’avait pas beaucoup de jours de congé dans sa semaine. Mais lorsqu’elle en avait un, elle filait droit vers cette boutique dont la spécialité est tout ce qui touche au montage vidéo. Les dernières caméras à la pointe, les ronins et autres accessoires et logiciels vidéo, tout ça intéressaient la jeune femme. C’était même une véritable passion. Sans doute que si elle avait plus de temps, elle se prendrait au jeu du drone ; cet appareil faisait des vidéos de fou, et permettait des plans vidéo sublimes à en couper le souffle. Si à New-York elle n’aurait peut-être pas eu les mêmes vues, désormais en Nouvelle-Zélande, elle pouvait vraiment faire quelque chose de beau. Les montages vidéo, Izaline y chipotait depuis qu’elle était jeune. Elle a vu évoluer les caméras au fur et à mesure de sa propre croissance et était une véritable experte dans le domaine. Tout ça lui demandait du temps qu’elle n’avait pas forcément, mais qu’elle cherchait quand même. Son travail de criminaliste lui demandait énormément de temps et d’énergie, mais lorsqu’elle le pouvait elle se rendait dans cette boutique. Elle l’avait d’ailleurs découvert il y a quelques années alors qu’elle attendait Maon au coin de la rue. L’indienne, elle, vivait encore à Christchurch et ne venait ici que pour son frère ou son travail, parfois. Désormais elle y vivait depuis plusieurs semaines. Malgré tout, son appartement comprenait encore quelques cartons. Des cartons qu’Izaline n’avait pas le courage de défaire. Ils comprenaient des souvenirs de New-York, des cassettes anciennes, mais surtout des cassettes reprenant son adolescence et des moments passés avec Tate, ou encore Djawny. Elle avait même la visite guidée de cette tour dans laquelle elle se trouvait, heureusement en même temps que de la sauver elle, cet homme avait aussi sauvé ses souvenirs. Désormais, elle pouvait revivre les minutes avant ce drame. Des minutes dont elle n’avait jamais parlé. Izaline savait que maintenant que Tate la savait vivante, il voudrait surement savoir comment ça s’est passé exactement et ce jour, la jeune femme n’est pas prête à le voir venir. Expliquer ça à Tate était comme revivre ce moment ou encore se noyer dans la culpabilité ; celle de lui avoir caché son vivant, mais aussi celle d’être vivante alors que Djawny est mort. Pourtant, cette vérité, elle lui doit, mais plus tard elle l’espère.

Alors qu’Izaline avait le nez collé aux dernières nouveautés qu’avait exposé le vendeur dans la vitrine de sa boutique, elle vit cette fille passer. Non pas LA fille, mais Cette fille. Cette fille dont elle connaissait une partie de sa vie, une famille qu’elles avaient en commun. Izaline travaillait au FBI et en avait profité pour demander des informations à Tawny. Sa collègue avait fait des recherches et les doutes de l’indienne s’étaient confirmés. Cette fille qu’elle avait déjà croisées au barbecue était belle et bien sa sœur. Ou plutôt sa demi-sœur. A l’instant, ce que lui racontait le vendeur sur la dernière gamme d’accessoires ne l’intéressait vraiment plus. Elle s’excusa, l’abandonna et se mis à suivre de quelques mètres la brunette. Izaline avait essayé de rester discrète, mais ce n’était pas sa plus grande qualité. Elle son truc, c’était de retrouver les indices, pas réellement d’être discrète. Pour ça, autant demander à Sebastiano ou encore à Tawny. Finalement, c’est en s’installant quelques tables plus loin qu’elle, qu’Izaline commanda une menthe à l’eau. Elle mit ses lunettes de soleil sur le nez, profitant pour observer cette femme qui lui ressemblait tant. Lorsque le serveur lui apporta sa boisson, Izaline baissa les yeux sur la couleur verdâtre du contenu de ce que contenait le verre. Il ne fallut que quelques secondes pour que cette jeune fille qu’elle suivait depuis une quinzaine de minutes se retrouve si proche d’elle. Pire, en face d’elle. Ce que lui disait la nouvelle venue la fit arquer un sourcil, mais n’ajouta rien pour autant « Au voleur ? Pourquoi pas au violeur tant qu’on y est ? Je suis à trois tables de toi, tu crois vraiment qu’on va te croire ? » Izaline avait repris le même ton posé qu’avait utilisé celui de cette fille partageant le même père biologique qu’elle. Elle regarda son interlocutrice d’un air sceptique au vu de la situation. Pouvait-elle lui lâcher de but en blanc qui elle était ? Probablement pas. Izaline releva la tête encore plus interloquée par ce que lui demanda Ishvari. Tourner mal ? Non mais vraiment ? La jeune femme n’ajouta rien et pris son sac dans lequel se trouva sa carte d’agent et la glissa sur la table « Je suis agent au FBI, je ne risque donc ni de te voler, ni même autre chose qui pourrait mal finir comme tu sembles le sous-entendre. Est-ce que tu viens de Bombay ?» Finit-elle par lui demander non sans la quitter du regard.



By Phantasmagoria

Revenir en haut Aller en bas

You're like a tsunami in my life right now [Izaline]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always love ::  :: archives rp.-