AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Quand une bombe et un canon se retrouvent... Ca fait boom![November]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MEILLEUR MEMBRE + du mois d'octobre.
avatar
MEILLEUR MEMBRE + du mois d'octobre.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 300
▵ arrivé(e) le : 03/05/2017
▵ avatar : Alex O'Loughlin

MessageSujet: Quand une bombe et un canon se retrouvent... Ca fait boom![November] Jeu 22 Juin - 11:49

23h. Pile le moment pour commencer à s'amuser. Damon sait que ce soir sera une bonne soirée parce qu'il a réussi à vendre les trois sachets de drogue qu'il avait avec lui sans se faire attraper et parce que, ce soir, il compte monter au deuxième et visiter le nouvel étage.Le Winchester est un de ses clubs favoris pour vendre et pour s'amuser . Il connaît pas mal de monde ici et depuis qu'on lui a dit qu'il y avait des danseuses de charme, il a envie d'y passer sa vie. Seulement, au même titre qu'il apprécie l'endroit, il le redoute également. Il ne faut pas se méprendre. Damon n'a peur de personne, seulement, depuis quelque temps, il essaie d'éviter ce club où il passait beaucoup de temps avec une amie. November. Il soupire en pensant à elle et se dirige vers la porte pour se rendre à l'étage. Il n'arrive cependant pas à la chasser de son esprit. Et s'il la croisait ce soir ? Comment comptait-il réagir ?

November est une amie très proche et à laquelle il tient particulièrement. Ils ont la sale habitude de se prendre la tête assez souvent pour tout et rien mais ils sont comme chien et chat. Copains comme cochons. Il revient toujours ou c'est elle qui le fait. Sauf que cette fois, c'est différent. Complètement différent. Damon a pour règle de ne jamais coucher avec ses amies et c'est une règle à laquelle il évite de déroger pour plusieurs raisons évidentes. Le malaise, l'envie de recommencer et surtout la perte de l'être apprécié au final. Or, il n'a jamais eu l'intention de coucher avec November. Jamais réellement. Il ne peut pas dire qu'il n'y a pas pensé au moins une bonne centaine de fois parce que, clairement, sa petite November, elle est canon. Elle a un corps de rêve, des lèvres qui appellent à la tentation et un déhanché qui lui est propre et rendrait n'importe quel homme fou. C'était cependant facile pour Damon de résister. Ca ne l'est plus maintenant qu'ils ont fait l'amour mais ça l'était. Il se rappelait continuellement qu'il tenait à elle en tant qu'amie et qu'il tenait à la garder et, comme ça, tout simplement, toute ambiguïté disparaissait pour faire place à la grande amitié qui les liait. Seulement voilà, un jour, sans raison apparente, November a tout détruit. Elle a commencé à boire, faire n'importe quoi, manquer de respect aux autres mais surtout envers elle-même. Damon a bien essayé de comprendre, de l'en empêcher ou de la protéger mais il s'est fait prendre à son propre piège.

Il y a eu cette nuit. Une nuit dans laquelle il s'est complètement perdu et abandonné. Lors d'une dispute, Damon a tenté de lui faire cracher le morceau, de comprendre ce qui n'allait pas et November lui a littéralement sauté dessus. Complètement. Il se sent encore idiot aujourd'hui d'avoir été aussi faible, d'avoir laissé cette histoire aller aussi loin. Il a passé son temps à éviter les boîtes ou club où elle pourrait être et n'a même jamais imaginé lui écrire après cela pour savoir comment elle se sent. Il ne peut garder contact avec elle et encore moins continuer à la voir. Il s'arrête dans les escaliers en ressentant encore ses jambes magnifiques autour de lui et il balance la tête immédiatement. C'est bien mieux de ne plus la revoir. S'abreuver de corps exquis ne pourra que l'aider à oublier, à faire le vide et à s'aérer l'esprit.

Pourtant, lorsqu'il s'assied et les regarde, il ne peut s'empêcher de se demander encore et encore qu'est-ce qui a pu prendre à November. Qu'est-ce qui a bien pu lui arriver ? Pourquoi se rebelle-t-elle à ce point et refuse-t-elle son aide ? Il ne trouve aucune réponses à ses questions et prend à peine conscience qu'il ne regarde aucune de ses femmes, aucune de ses danseuses. Il finit même par se demander s'il sera capable de s'empêcher de lui parler ou de la secouer une nouvelle fois s'il la revoit. Garder ses distances avec November est une des choses les plus difficiles qu'il ait eu à faire. S'éloigner d'une aventure d'un soir, une femme auquel il ne tient pas et qu'il peut oublier du jour au lendemain, c'est simple, facile, habituel. C'est même limite amusant pour lui. S'éloigner de November, c'est douloureux, affligeant et frustrant. Si seulement ils n'avaient pas dérapé. Ou s'ils pouvaient tout simplement oublier, faire comme si rien de tout cela ne s'était passé. Sauf que voilà, il serait idiot de se voiler la face. Damon ne pourra jamais oublier cette nuit, même s'il ne lui donne pas de l'importance, même s'il fait tout pour qu'elle soit dérisoire. Coucher avec November, même si c'était une énorme bêtise, est également inoubliable. Inoubliable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 330
▵ arrivé(e) le : 26/02/2017
▵ avatar : Adelaide Kane

MessageSujet: Re: Quand une bombe et un canon se retrouvent... Ca fait boom![November] Sam 24 Juin - 13:23



❝Quand une bombe et un canon se retrouvent...ça fait boom !❞
November & Damon
Après avoir enfilé son body qui laissait son dos nu et sublimait sa poitrine tentatrice grâce à son décolleté, November enfile un mini short. Se figeant soudainement devant le miroir de sa chambre, elle grimace. Sa cicatrice est visible, son vêtement en jean est trop court. En un instant, elle revoit sa plaie suintante, son hémorragie et elle se sent à nouveau coincée sur les gravats. La belle brune inspire, expire, attrape sa boîte de pilule et avale un comprimé. Son médecin le lui avait prescrit suite à toutes tes ses crises, même crises qui l’ont poussé à menacer l’homme sur son lieu de travail pour qu’elle n’ait plus à porter ses foutues béquilles. C’était apparemment dangereux mais elle n’en avait que faire. Vraiment plus rien à faire. De rien.

Cela en devenait inquiétant pour son entourage. November repoussait sa mère, buvait, fumait et se droguait encore plus. Elle sortait tous les soirs, soirées douteuses, illégales, encore une fois la Austen s’en fichait éperdument. La cavalière n’avait plus de limites, aucune, allant même jusqu’à coucher avec un de ses amis et ruiner leur amitié. Elle n’avait pas prévu de coucher avec Damon, elle n’avait absolument pas prédit ce dérapage. November était déboussolée, alcoolisée, défoncée et Damon avait explosé en face d’elle. Tout ce désir qu’elle avait déjà ressenti auparavant et ignoré était remonté à la surface et elle n’avait su le contenir. La belle brune s’était jetée sur lui, a plaqué ses lèvres et contre les siennes. Elle a complètement craqué et son ami ne l’a même pas repoussé, il avait répondu favorablement à ses avances et ils ont eu une des relations les plus inoubliables qu’elle avait connu jusqu’à maintenant. Mais après coup, la Austen ne savait pas si elle regrettait. Sur le moment elle avait adoré, avait été transportée encore plus loin que le septième ciel. November essayait de ne pas repenser à ses mains explorant son corps, ses baisers intenses, cette tension qui au fond avait été contenue bien trop longtemps. Cette coucherie avait été parfaite et si Damon n’avait pas ses codes, elle aurait voulu recommencer encore et encore. Seulement le dealer se refusait à coucher avec ses amies et abandonnait ses conquêtes, sans nouvelles dans la plus grande indifférence. C’est ce qu’il avait fait d’ailleurs après la nuit de leur dérapage. Il n’avait pas appelé, n’avait pas envoyé un seul message. La belle brune avait l’impression de devenir une inconnue à ses yeux ou pire une lépreuse qu’il fuyait comme si sa vie en dépendait. Elle ne l’avait croisé nulle part, aucun bar, aucune boîte, aucun lieu qu’ils fréquentaient ensemble. C’est durant ces moments de solitude où elle regrettait ce qu’ils avaient fait. Et elle ressentait le besoin de se noyer dans la débauche, ce besoin encore plus vif qu’avant.

C’est pour cela qu’elle sortait encore une fois ce soir, habillée sexy voir provocante prête à accueillir n’importe quelle personne en chaleur pour oublier le corps de Damon. Elle avait fumé et bu avec une partenaire de fête avant de partir et la voilà désormais au Winchester’s Palace pour oublier toute sa peine et sa confusion. Montant directement à l’étage, elle sait que c’est ici qu’elle pourra s’amuser réellement. Les danseuses érotiques. November avait l’habitude de les reluquer avec Damon. Elle secoue à la tête en pensant à son ami et décide plutôt de se mettre en condition. Sa compagne de beuverie avec qui elle est venue lui donne un verre, deux, trois, cinq. N’étant pas arrivée sobre, la Austen sent rapidement l’alcool changer son état d’esprit. Elle sourit, elle allait enfin pouvoir s’amuser sans ressentir la honte d’avoir gâché une amitié à laquelle elle tenait. La belle brune observe les danseuses. En plus de les reluquer, elle avait déjà dansé parmi elles à plusieurs reprises afin d’essayer, se trouver un nouvel hobby. Et quel hobby. November avait l’habitude des regards sur elle mais être danseuse au Winchester’s Palace, ce n’était pas comparable. C’était bien plus enivrant. Cette sensation lui manquait depuis l’ouragan. Comme un signe, une des danseuses la remarque et l’invite à se joindre à elles, comme si il n’y avait aucune règle à respecter. La belle brune s’éloigne de la fille avec qui elle est venue pour rejoindre les danseuses. Fort heureusement, November était habillée de manière plus que sexy et ne faisait pas honte à la scène avec son déhanché dont elle a le secret, ce déhanché qui attirait le regard de n’importe qui. La cavalière augmentait encore l’ambiance de quelques degrés, elle se lâchait et lançait des regards plus que clair aux personnes qui l’observaient. Jusqu’à croiser celui d’un grand brun, assis près de la scène. Damon. November détourne le regard, ne voulant pas affronter sa totale indifférence à son égard. Aucun appel, aucun message, pourquoi aurait-elle droit à de l’attention ce soir ? Il avait même pris le soin de ne pas se rendre dans les lieux qu’elle fréquentait. Son ancien ami ne voulait plus la voir et il l’avait sûrement déjà oublié maintenant qu’il fréquentait à nouveau leurs bars favoris. La belle brune essaye de l’ignorer, elle continue de danser mais elle remarque rapidement qu’il la regarde toujours. La Austen ne veut pas croiser son regard, elle s’y interdit pourtant elle est déstabilisée. Elle ne peut pas danser alors qu’il ne détache pas ses yeux d’elle, sans doute rempli de jugement pour avoir tout ruiné. November descend de la scène, remerciant les danseuses d’un clin d’œil. Elle a besoin d’un verre, grandement besoin, elle ne se sent pas bien, presque en détresse. La cavalière cherche des yeux la fille qui l’accompagnait. Disparue. Sûrement en bas, cet étage n’a jamais été fait pour elle. La Austen est sur le point de descendre quand elle sent une présence derrière elle. Elle se retourne, manquant de trébucher au passage et croise le regard de Damon. La belle brune soupire, elle ne voulait pas d’une confrontation, elle voulait de l’alcool, de la drogue, du sexe ou alors un accident de voiture. November se tient à la rempart des escaliers et toise cet homme qui était son ami jusqu’à leur étreinte charnelle qui l’avait éloigné d’elle. « Un revenant est de retour on dirait. Attention Damon O’Donnell va adresser la parole à une fille chaude qu’il a baisé et qu’il a laissé comme une conne sans nouvelles. » Elle se donnait en spectacle mais November n’en avait rien à faire. Elle était éméchée, à moitié défoncée et ressentait le besoin de s’éloigner du dealer avant qu’il ne lui balance ses reproches à la figure et ne la traite que comme les autres femmes qu’il avait eu dans son lit, contre un mur, n’importe où. « A moins que tu aies un sachet pour moi, j’aimerai que tu dégages, que tu continues à me prendre pour une de tes conquêtes d’un soir et me foutre la putain de paix pour que je puisse aller me chercher dix verres. » November voulait qu’il s’éloigne, vite et loin. Parce qu’en plus de souffrir de la perte de leur ancienne amitié, le voir si proche provoquait à nouveau ce désir en elle. Ce désir de lui sauter dessus et de déraper encore.


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MEILLEUR MEMBRE + du mois d'octobre.
avatar
MEILLEUR MEMBRE + du mois d'octobre.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 300
▵ arrivé(e) le : 03/05/2017
▵ avatar : Alex O'Loughlin

MessageSujet: Re: Quand une bombe et un canon se retrouvent... Ca fait boom![November] Lun 26 Juin - 11:18

Rien ne réussit à lui enlever la jolie brune de l'esprit. Ni les danseuses, ni l'alcool, ni l'ambiance de la soirée. Peut-être devrait-il tout simplement se résoudre à aller lui parler, essayer de tirer un trait sur cette histoire et redevenir comme avant. Encore une fois, cette idée saugrenue lui traverse l'esprit. Pour la millième fois en fait depuis qu'ils ont couché ensemble, il se demande encore et encore si un retour en arrière est possible. Mettre sa stupide règle de côté, hurler à November qu'ils sont avant tout amis et oublier ce petit dérapage. Tout effacer. Il soupire, attrape machinalement le whisky que le serveur qui le connaît bien a posé devant lui et en boit une profonde gorgée. Réchauffé, très légèrement grisé, il se dit qu'il est temps de s'amuser. Tant pis pour eux, tant pis pour l'amitié. Il doit se retirer tout cela de la tête. Sa règle est importante et force est d'admettre que s'il l'a crée, ce n'est pas pour le plaisir mais par sécurité. Il se décide donc à se concentrer uniquement sur la danseuse la plus proche de lui et à la regarder comme aucun homme ne l'aura jamais regardé. Ainsi, il aura sûrement droit à un bonus qu'il connaît bien.

Mettant de côté que la présence de November à ses côtés le rend fou. Il glisse d'abord ses yeux sur les magnifiques jambes de la danseuse. Agréablement dessinées, fines mais pas trop, une cicatrice assez surprenante mais sûrement pas dégoûtante. Un petit short qui donne envie de découvrir le reste de ce corps parfaitement fuselé. Un body à rendre fou n'importe quel homme, une peau qui appelle à la débauche et un visage parfait. Parfaitement reconnaissable surtout. Tout son corps se tend comme un arc. Y a-t-il tellement pensé qu'il a fini par l'imaginer ? Deviendrait-il si fou qu'il la verrait à la place d'une autre ? D'abord surpris, il ouvre grand les yeux, puis complètement sûr de lui, il les plisse pour l'observer. Matter serait plus adéquat comme terme. Il la dévore du regard. Elle a toujours aimé danser avec les autres pour s'amuser mais a-t-elle toujours été si provocante, si tentatrice ? Une véritable sirène. Ou une sorcière. Il essaie de détourner le regard pour ne pas lui prouver que la scène est plus qu'intéressante. Trop intéressante mais il en est incapable.

Quand enfin leurs regards se croisent, c'est une tension palpable à des kilomètres qui s'introduit entre les deux protagonistes. Elle a l'air moins assurée, même si elle tente de sauver les apparences et il meurt d'envie de la rejoindre, d'exiger des explications qu'il exige depuis trop longtemps déjà. Il est hors de question que ce soit lui qui fasse le premier pas. Hors de question qu'il se dirige vers elle alors qu'elle n'a pas non plus appelé, pris de nouvelles ou même essayé de s'excuser ou à la limite de s'expliquer. Seulement quand il la voit descendre, moins sûre d'elle, presque déboussolée, il ne résiste pas. Il se lève, furibond. Un mélange de colère, de manque, de désir, de ressentiment lui donnent la force d'oublier sa fierté quelques minutes et de confronter November qu'elle le veuille ou non. Il est ralenti par la petite foule qui se trouve entre eux, la perd un moment du regard. Ce n'est pas possible. Il l'aurait perdu. Il se retourne et boom. Elle est là. Elle n'a pas l'air de s'attendre non plus à cette confrontation. Elle n'a pas l'air de le vouloir tout simplement et il le voit clairement dans ses yeux. D'ailleurs, même s'il n'aurait pas su la lire, le ton empli d'ironie qu'elle lui balance à la figure sans la moindre hésitation par la suite ne laisse planer aucun doute sur ses ressentiments. Pas plus que l'haleine qu'elle a. A entendre sa voix, sentir son odeur, il imagine qu'elle a déjà bu plus que nécessaire mais cela ne l'empêche pas de détester le ton sur lequel elle lui parle.

« Qui a dit que tu étais chaude ? D'ailleurs, si je me rappelle de cette nuit, j'en conclurais qu'on était définitivement deux à baiser et que TOI non plus, tu n'as pas donné de nouvelles... »

Tout le monde les regarde, il en a bien conscience et loin d'être gêné, il s'en contre-fiche. Seulement quand elle parle de drogue devant tout le monde, sachant qu'il essaie de rester discret à ce sujet au possible, il perd son sang-froid. Il sait bien qu'elle est complètement bourrée et qu'elle ne se rend même pas compte de ce qu'elle fait mais à ce moment précis, il a envie de lui tordre le cou. Peut-être qu'il se cherche tout simplement des excuses pour être en colère parce qu'en vérité, ce qu'il veut, c'est qu'elle lui parle, qu'elle lui dise ce qui se passe. Seulement voilà, ses excuses sont bien plus faciles à accepter. Il l'attrape par le bras, l'attire dans le couloir, près des toilettes pour éviter de continuer à se donner en spectacle si elle compte hurler à tout le monde qu'il est dealer. Il la relâche en la repoussant un peu pour qu'il y ait de la distance entre eux. Une bonne distance. Assez pour qu'il n'ait pas envie de lui sauter dessus.

« C'est la seule chose qui t'intéresse hein... ? »

Il sort un sachet de comprimés de sa poche et lui balance au visage en la regardant comme une moins que rien. Oui, c'est cruel. Oui, il essaie de lui faire mal, exactement comme elle auparavant et si elle pense qu'elle peut gagner à ce jeu, elle se trompe, car Damon n'a pas de cœur. Or, pour souffrir, il faut en avoir un.

« Je te paie même une bouteille si tu veux, j'ai oublié de te remercier pour tes délicieux services la dernière fois. En général, je n'offre qu'une coupe de champagne mais puisque tu m'as sorti le grand jeu... Ca mérite au moins ça non ? »

Remettre la dernière fois sur la table n'est pas la meilleur idée qu'il ait eu, sauf que c'est November qui a commencé. Elle est exactement comme il l'a imaginé tout ce temps. Elle lui a manqué, c'est dingue ce qu'il a envie de la prendre dans ses bras, de rire avec elle, de déconner tout simplement. D'un autre côté, il a également toujours envie de la tuer et de lui faire payer ce silence. A croire qu'au fond, ils n'ont jamais été amis. Il baisse les yeux, cherchant la cicatrice des yeux. Il jurerait qu'avant leur nuit ensemble, il ne l'avait jamais vu. Jamais. Qu'est-ce qu'elle cache ? Toutes ses questions sans réponses le rendent dingue et méchant. A moins que ce ne soit le désir incessant qu'il ressent près de November.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: Quand une bombe et un canon se retrouvent... Ca fait boom![November]

Revenir en haut Aller en bas

Quand une bombe et un canon se retrouvent... Ca fait boom![November]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always love ::  :: wellington central. :: winchester's palace.-