AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Phone call : Anna & Apple

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
VIEILLE CROUTEd'Always Love.
avatar
VIEILLE CROUTE ∞ d'Always Love.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 2117
▵ arrivé(e) le : 23/01/2013
▵ avatar : Rachel McAdams

MessageSujet: Phone call : Anna & Apple Lun 26 Juin - 10:55

Je venais de rentrer avec Sandro. J'étais aller le cherche à la sortie de l'école. Après avoir pris un rapide en cas, il s'était empressé d'aller jouer dans sa chambre. J'avais donc du temps pour prendre des nouvelles de mon autre fils. J'attrapais mon téléphone et allais m'installer sur le canapé. Je faisais alors le numéro abrégé pour appeler Apple. Après quelques sonneries, il décrocha.

- Petit cœur, c'est moi. Tu vas bien ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Listen to your heart.
avatar
Listen to your heart.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 33872
▵ arrivé(e) le : 05/05/2016
▵ avatar : Logan Lerman, le petit prince de mon cœur. ♡

MessageSujet: Re: Phone call : Anna & Apple Lun 26 Juin - 21:02

M'man & fiston.


I
l est très tard, en Espagne, et il y a bien longtemps que la nuit a recouvert le ciel de son voile d’étoiles. Allongé dans mon lit, je dors péniblement, à l’instar d’un bébé chaton au sommeil perturbé. En effet, je fais des tas de cauchemars, car mon fiancé n’est pas auprès de moi, et que je suis seul dans mes draps froissés et glacés. Malheureusement, je ne suis pas du tout habitué à dormir sans lui, et le fait que ça devienne de plus en plus récurrent n’arrange en rien mes problèmes d’insomnie.
Je ne sais pas où il se trouve ni ce qu’il fait, et ça m’inquiète jour après jour, nuit après nuit ; j’en fais des tas de terribles cauchemars. Et c’est justement l’un d’eux qui me réveille en sursaut, cette nuit-là.
Je regarde à mon côté : rien, toujours rien ; l’autre moitié du lit reste tristement et inlassablement vide. Je sens la détresse me tordre les tripes, me faire monter les larmes aux yeux, me détruire le cœur. Et je pleure, car tu n’es pas là, Alejandro. Et je pleure, car c’est de plus en plus souvent. Et je pleure, car je t’aime, même si je me demande ce que j’ai bien pu faire de mal pour que tu me laisses tout seul aussi fréquemment...
Et je pleure de plus belle, car j’aimerais que tu me consoles, Alejandro, et que tu me prennes dans tes bras, comme le fiancé présent et aimant que tu m’as promis d’être à chaque seconde. Mais tu n’es pas là, petit oiseau, et tu as encore disparu, pour la énième fois...
Je suis inquiet, j’ai peur, je tremble, je suis brisé, mais je sèche derechef mes larmes, car j’entends bientôt mon téléphone portable sonner.
Oh, c’est toi, m’man ! Tu as sûrement dû oublier le décalage horaire qui fait qu’il est un peu plus de quatre heures du matin, ici, en Espagne. Mais ça me fait plaisir de voir ta petite tête apparaître sur l’écran de mon mobile, et, après avoir séché mes larmes, je réponds volontiers à ton appel. Je retiens un sanglot lorsque j’entends ‘Petit cœur’, puisque c’est aussi le surnom que je donne à mon fiancé. Mais je ravale ma tristesse et fais aussi bonne figure que possible. « M’man ! Je suis si content d'entendre ta voix ! À vrai dire, je sors tout juste d’un cauchemar, mais... ça va... plutôt... bien. Et toi ? » J’aimerais que ma voix soit rassurante et persuasive, mais c’est sans compter sur le sixième sens de médium de ma maman ! Elle sait tout, rien qu'à l'intonation de ma voix, alors ça m'étonnerait que je m'en sorte aussi aisément... Pas vrai ?

made by pandora.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
VIEILLE CROUTEd'Always Love.
avatar
VIEILLE CROUTE ∞ d'Always Love.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 2117
▵ arrivé(e) le : 23/01/2013
▵ avatar : Rachel McAdams

MessageSujet: Re: Phone call : Anna & Apple Ven 30 Juin - 10:39

« M’man ! Je suis si content d'entendre ta voix ! À vrai dire, je sors tout juste d’un cauchemar, mais... ça va... plutôt... bien. Et toi ? »

Instinctivement, mon instinct maternelle plus que développer quand il s'agissait de Sandro ou d'Apple se met en alerte. Sa voix, ses intonations, me crient presque que quelque chose ne va pas. Je regarde l'heure. Un cauchemars ? Je me mord la lèvre. Quelle idiote ! J'ai oublié le décalage horaire ... J'ai du le réveiller.

" Oh petit cœur ... Je suis désolée. Je n'ai plus pensée qu'il était tard chez toi. Tu me pardonnes ? " Soufflais-je. Je glisse une mains dans mes cheveux avant de poursuivre. " Je vais bien mon chéri. Ethan et ton petit frère aussi. Je viens de le récupérer l'école. Il joue dans sa chambre. Mais parles moi de ton cauchemars ..." Mon instinct de mère ne me trompais jamais. La preuve, je ressens le besoin d'appeler Apple et j'apprend qu'il vient de faire un cauchemars. Je suis certain que d'une manière ou d'une autre, j'étais relié à lui et que je savais qu'il avait besoin de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Listen to your heart.
avatar
Listen to your heart.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 33872
▵ arrivé(e) le : 05/05/2016
▵ avatar : Logan Lerman, le petit prince de mon cœur. ♡

MessageSujet: Re: Phone call : Anna & Apple Dim 2 Juil - 20:56

M'man & fiston.


T
'es si mignonne, m’man, que je laisse un petit rire léger fendre mes lèvres, lorsque tu t’excuses d’avoir oublié le décalage horaire et, accessoirement, de m’avoir réveillé. « Ne t’excuse pas ! Je ne dormais plus, de toute façon ! Et même si c’avait été le cas, ça me fait toujours plaisir de parler à ma m’man, qu’importe l’heure ! » Je bâille, je suis fatigué, mais ça m’est bien égal, puisque je préfère cent fois te parler plutôt que de retourner à mon sommeil. « Je suis content que tout aille bien pour vous ! Et... si jamais Sandro redescend, tu voudras bien me le passer ? Ça fait longtemps que je n’ai pas entendu sa voix, et... et il me manque vraiment trop, lui aussi... » Mes yeux s’humidifient derechef lorsque je m’imagine le visage de mon adorable petit frère. Bon sang, qu’est-ce qu’il peut me manquer, ce petit héros ! Mais je suis heureux que tout aille bien chez les Hawkes, sincèrement. C’est juste que j’ai l’impression qu’une partie vitale de mon cœur est restée là-bas, avec eux, à l’autre bout du monde ; et que sans elle, je ne suis pas vraiment complet.
« Hum... Mon cauchemar ? » Je me glisse dans mes draps, réfléchis quelques instants. J’ai la gorge nouée, une boule au ventre. Dois-je tout te révéler, au risque de t’inquiéter ? Dois-je te dire qu’Alejandro laisse faner notre romance, à l’instar d’une fleur qui se flétri dans un vase ? Dois-je te dire que je me sens tout le temps seul et abandonné, comme orphelin de toute forme d’amour ? Dois-je te dire que j’ai le mal du pays, au point que je me demande si j’ai réellement ma place ici ? Dois-je te dire que j’ai l’impression que ma vie est fade, terne et inutile ? Dois-je te dire que ma vie est devenue un enfer ? Que mon cauchemar, c’est la réalité elle-même ? Je n’en sais rien ! Mais comme je n’ai guère le temps de réfléchir plus profondément, je laisse parler mon cœur et ne me pose pas plus de questions. « Le problème, m’man, c’est que je n’arrive même plus à différencier mes cauchemars de la réalité... » Réalité ? Cauchemar ? La frontière entre les deux est extrêmement étroite, au point que je n’arrive parfois plus à faire la différence. Est-ce que je vis dans mon cauchemar ? Ou est que je cauchemarde la réalité ? Ma vie n’a décidément plus aucun sens. Et plus j’y pense et plus j’ai envie de pleurer. D’autant plus quand je t’entends au bout du fil et que je ne peux même pas te serrer contre moi, ma petite maman. « Il... il n’est jamais là, m’man... Je... J’me sens si seul... si mal... si perdu... » Et j’éclate en sanglots, tout en sentant mon cœur se craqueler dans ma poitrine. Crack. Crack. Crack. Et il s’émiette toujours davantage. Crack. Crack. Crack. Et il se meurt un peu plus encore. Crack. Crack. Crack...

made by pandora.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
VIEILLE CROUTEd'Always Love.
avatar
VIEILLE CROUTE ∞ d'Always Love.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 2117
▵ arrivé(e) le : 23/01/2013
▵ avatar : Rachel McAdams

MessageSujet: Re: Phone call : Anna & Apple Lun 10 Juil - 10:26

« Ne t’excuse pas ! Je ne dormais plus, de toute façon ! Et même si c’avait été le cas, ça me fait toujours plaisir de parler à ma m’man, qu’importe l’heure ! » Me rassure t-il alors qu'il baille quand même aux corneilles et que sa voix reflète sa fatigue.

J'esquisse un sourire qu'il ne voit pas. Apple, toujours mignon, toujours adorable avec tout le monde et à qui on ne peut résister. " Je suis aussi contente de t'avoir petit cœur ... Tu sais, je crois bien avoir sentis que tu avais besoin de moi. " Lui avouais-je. " [color=#cc66cc]Voilà pourquoi je t'ai appelée sans faire attention à l'heure. " Lui expliquais-je même si cette sensation que j'avais ressentie était difficilement descriptible. Il me demanda ensuite des nouvelles de la famille, que je fus heureuse de lui donner.

« Je suis content que tout aille bien pour vous ! Et... si jamais Sandro redescend, tu voudras bien me le passer ? Ça fait longtemps que je n’ai pas entendu sa voix, et... et il me manque vraiment trop, lui aussi... »

Je sens l'émotion dans sa voix. J'aimerais tant le prendre dans mes bras, lui dire que tout irait bien mais il est trop loin ... Trop loin. Je prend une inspiration. " Tu lui manques aussi, tu sais. Et bien sur, je te le passerais quand on aura finit de discuter. Il sera content de te parler. " Lui assurais-je, voyant déjà Sandro dévalait les escaliers pour lui parler. Je lui demande ensuite de me parler de son cauchemars, comme une mère le fait pour chasser ce mauvais rêve de l'esprit de son enfant apeuré.

« Hum... Mon cauchemar ? » Commence t-il. J'entend le bruissement de ses draps, signe qu'il s'installe pour me parler. « Le problème, m’man, c’est que je n’arrive même plus à différencier mes cauchemars de la réalité... »

Mon cœur de mère se serre. Encore une fois, j'aimerais être à ses côtés mais ce n'est malheureusement pas possible puisqu'il est à des kilomètres de moi.

« Il... il n’est jamais là, m’man... Je... J’me sens si seul... si mal... si perdu... »

Il se met alors à éclater en sanglot. Je me redresse comme un i, l'entendre sangloter est simplement insupportable pour moi. Je n'ai pas besoin de lui demander de qui il parle. Je comprend tout de suite. J'essaye de garder mon calme.

" Rentres à la maison Apple. Je sais que tu l'aimes, et je comprend mais tu n'a pas à enduré ça. " Soufflais-je, refusant de voir mon petit cœur souffrir comme ça. " Reviens à Wellington. Tu sais bien qu'il y aura toujours une chambre de libre pour toi à la maison. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Listen to your heart.
avatar
Listen to your heart.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 33872
▵ arrivé(e) le : 05/05/2016
▵ avatar : Logan Lerman, le petit prince de mon cœur. ♡

MessageSujet: Re: Phone call : Anna & Apple Lun 10 Juil - 20:43

M'man & fiston.


T
'ouvrir mon cœur et te parler de mon cauchemar bien réel est très difficile, ma douce maman, puisque j’ai peur de t’inquiéter. Mais mon cœur en pleurs m’hurle de me confier au sujet de mes tourments sentimentaux, ce qui me pousse à tout te dire au sujet de mes problèmes avec l’homme qui a déserté ma vie, alors qu’il était censé rester à tout jamais à mes côtés.
Ma tête explose, mes yeux sont noyés de larmes, mon cœur saigne et se meurt. J’essaie de lutter, de rester fort, mais je ne fais qu’échouer et m’abîmer davantage. C’est peine perdue, je suis irrémédiablement brisé.
D’une voix douce et maîtrisée, tu me proposes derechef une solution à mes problèmes. Mais... ai-je le droit d’accepter et d’être égoïste ? Ai-je le droit de m’imposer et de bouleverser vos trois vies, à vous, les Hawkes ? Ai-je le droit de tout plaquer pour retrouver mon ancienne vie ? Ai-je le droit de quitter mon fiancé comme il le fait lui-même ? Plus j’y réfléchis et plus je pense par la négative. « C’est... C’est très... gentil de... de me proposer ça, m’man ! Mais... Mais je... je n’ai pas... le... le droit de... de partir comme ça ! » Les pleurs entrecoupent chaque syllabe que je prononce, au point que mon discours en devient presque incompréhensible. Je m’empare d’un mouchoir, essuie mes larmes, me mouche silencieusement, et reprends juste ensuite. « Je... Je ne peux pas m’en... m’enfuir comme... comme ça ! Toute ma vi... vie est ici ! Et... Et j’ai pro... promis d’être là... pour... pour lui... » Mon cœur se craque et s’effrite, comme si des mains minuscules étaient en train de le triturer allègrement, à l’image d’une balle antistress. Cependant, cette balle qu’on malmène, c’est ce qui me retient en vie ! Et mon cœur saigne et me fait souffrir atrocement à chaque nouvelle seconde que Dieu fait. C’est une torture insupportable. « Et... Et je... ne veux p... pas lui faire endurer ce qu’il... m’o...blige à vivre. C’est... C’est bien trop cru... cruel ! Ça... fait bien trop sou... souffrir... » Nouveaux pleurs, nouvelles paroles noyées dans un trop plein de sanglots. « Je... J’ai envie de... de venir vous voir, vraiment ! Mais... Mais je n’ai pas... le d... droit d’accepter de fuir mes... problèmes... et de venir m’installer... chez... chez vous... » Je frotte mes yeux avec la paume de ma main libre, qui s’en retrouve recouverte du liquide de ma tristesse. Bon sang, je suis une fontaine humaine ! J’inspire un bon coup, et essaie de me contrôler. Ça semble fonctionner. « Je... Je lui ai donné ma promesse ! Et... Et nous sommes fiancés... j’peux pas m’enfuir comme ça... » J’ai presque l’impression d’être un prisonnier qui ne peut s’évader de sa cellule, tant sa morale est imposante et dominatrice. Bordel, je ne sais plus de tout quoi faire...
« Et... Et si toi tu venais me voir, un petit peu ? Ça... Ça fait longtemps que t’es pas venue... » Ma voix implorante est pareille à celle d’un petit garçon qui est en mal de sa maman. En attendant ta réponse, je quitte mes draps, descends les marches de l’escalier, et file m’asseoir sur la plage de sable fin qui borde ma maison. L’océan brille sous la lune et les vagues chantent dans le vent. C’est splendide et frappant, au point que ça en est presque apaisant...

made by pandora.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
VIEILLE CROUTEd'Always Love.
avatar
VIEILLE CROUTE ∞ d'Always Love.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 2117
▵ arrivé(e) le : 23/01/2013
▵ avatar : Rachel McAdams

MessageSujet: Re: Phone call : Anna & Apple Mer 19 Juil - 15:24

« C’est... C’est très... gentil de... de me proposer ça, m’man ! Mais... Mais je... je n’ai pas... le... le droit de... de partir comme ça ! » Ses pleurs hachent ses mots et brise mon coeur de mère. J'aimerais tellement qu'il soit avec moi, à Wellington pour pouvoir le prendre dans mes bras, le réconforter et m'occuper de lui. C'était d'ailleurs pour cela que je lui avais proposé de rentrer à la maison. Une chambre serait toujours prête pour lui dans la maison que j'occupais avec Ethan et Sandro. Apple faisait partie de la famille. « Je... Je ne peux pas m’en... m’enfuir comme... comme ça ! Toute ma vi... vie est ici ! Et... Et j’ai pro... promis d’être là... pour... pour lui... » Evidement, je ne pouvais qu'être fière de la réaction d'adulte qu'il avait mais cela ne m'empêcher pas de croire que c'était tout de même une mauvaise idée qu'il reste seul dans cet état à des milliers de kilomètres des gens qui l'aime. Mais, Apple était bel et bien un adulte, qui faisait ses propres choix et je ne pouvais rien faire d'autre que le conseiller et le laisser prendre sa décision. " Chéri ... Tu veux être là pour lui et c'est bien mais ... Je ne sais pas. Il n'a pas l'air d'être là pour toi, lui. " Lui dis-je, laissant parler mon coeur. Je ne voulais pas interféré. Je voulais simplement que mon fils aille mieux, par tout les moyens possible. « Et... Et je... ne veux p... pas lui faire endurer ce qu’il... m’o...blige à vivre. C’est... C’est bien trop cru... cruel ! Ça... fait bien trop sou... souffrir... » Ses sanglots rendaient son discours presque inintelligible. Je glissais une main dans mes cheveux en soupirant. Je voudrais qu'il comprenne ou je voulais en venir, qu'il se rende compte des choses telles qu'elles sont, même si ça fait souffrir. " Apple, écoutes moi bien, c'est lui le plus cruel, pas toi. Tu n'a pas a affronter cette situation tout seul, loin de ta famille." Lui dis-je, lui offrant une nouvelle fois l'échappatoire dont il aurait besoin mais qu'il ne semble pas prêt à accepter. « Je... J’ai envie de... de venir vous voir, vraiment ! Mais... Mais je n’ai pas... le d... droit d’accepter de fuir mes... problèmes... et de venir m’installer... chez... chez vous... » J'aurais voulue lui crier qu'il en avait parfaitement le droit mais il n'était en mesure de le comprendre pour le moment. Malgré tout, Apple reste un jeune homme naif, fragile et a de trop nombreuses reprises égratigniez par la vie. La simple idée que quelqu'un lui fasse du mal faisait ressortir le pire en moi au vu de l'instinct de protection développer qui était le miens envers les gens qui comptaient pour moi. « Je... Je lui ai donné ma promesse ! Et... Et nous sommes fiancés... j’peux pas m’enfuir comme ça... » Je ferme les yeux quelques secondes, comprenant que je ne pourrais pas le faire changer d'avis, que sa décision était belle et bien prise. Je les rouvre. Je prend une nouvelle et grande inspiration. " D'accord. Je comprend ... Fais ce que tu penses être le mieux mais si Alejandro ne tient pas ses propres promesses, il aura affaire à moi. Je refuse que tu souffre comme ça pendant encore longtemps Apple. " Clamais-je, prête, telle la lionne, à me battre pour mes enfants.
« Et... Et si toi tu venais me voir, un petit peu ? Ça... Ça fait longtemps que t’es pas venue... » Me supplia t-il. La vérité est que si il n'y avait pas eu Ethan et Sandro qui comptaient sur moi, je serais déjà dans un avion pour rejoindre Apple. Mais ma famille comptait tout autant que lui et j'avais le cœur déchirer. " Je ... Oui, je crois que je pourrais venir quelques jours. Il faudrait que je m'organise avec Ethan pour Sandro mais ça peu se faire." Il avait besoin de moi et je compte bien faire mon possible pour être là pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Listen to your heart.
avatar
Listen to your heart.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 33872
▵ arrivé(e) le : 05/05/2016
▵ avatar : Logan Lerman, le petit prince de mon cœur. ♡

MessageSujet: Re: Phone call : Anna & Apple Lun 24 Juil - 20:12

M'man & fiston.


T
on avis au sujet de mon fiancé semble catégorique et tout tranché, m’man. À la mélodie de ta voix, j’entends même une sorte de flamme remplie d’amertume condamner Alejandro aux flammes de l’enfer. Tu dois le détester, surtout maintenant que tu sais ce qu’il est en train de me faire endurer, mais je peux aisément te comprendre. Tu as l’instinct maternel d’une lionne enragée qui défend sa progéniture bec et ongles, quitte à tuer quiconque - fiancé inclus - pourrait nuire à son enfant. Et je suis flatté d’être ce lionceau couvé et surprotégé par la meilleure des mamans félines, mais... est-ce bien raisonnable, au fond ?
Tu soulèves maintenant un point important : Alejandro n’est pas là, alors pourquoi je reste, moi ? Pourquoi je suis encore là-bas, en Espagne, à l’attendre ? Je ferme les yeux, sens mon cœur battre, réfléchis quelques instants... et la réponse apparaît instantanément dans mon esprit. « Oui... il... il n’est pas là pour... pour moi, aujourd’hui. Mais... Mais il a été à mon c... côté durant... ces... ces deux... dernières années... » Je marque une courte pause, essuie les nouvelles larmes qui ont roulé sur mon visage, et reprends derechef. Appy, un peu de nerf, bon sang ! « Alors... Alors... je ne vais pas le laisser, car je ne peux... le... le blâmer et... le... le fuir à cause d’une seule... d’une seule erreur en deux... en deux années... » Instantanément, je me retrouve plongé dans la nostalgie de notre histoire d’amour, qui défile dans mon esprit à l’image d’un film en accéléré. Première rencontre... premier sourire... première étreinte... premier baiser... premier ‘je t’aime’... première fois... premiers projets... premières promesses... Tout de ma vie avec Alejandro défile dans ma tête, jusqu’à la moindre infime seconde passée à son côté. Et c’est merveilleux... car je comprends à nouveau qu’il a fait de moi l’homme le plus heureux du monde. « M’man... il a... il a fait de si belles choses pour... moi ! Il m’a fait vivre tellement de si bons moments ! Il... il m’a donné tant d’amour... Et... Et il... il a toujours été là pour moi... Il... il a séché toutes mes larmes... Il m’a sauvé la vie... Il... il a... même réparé mon cœur... Et même... Et même s’il n’est pas là, aujourd’hui, et que ça me... tue de l’intérieur... il... il est toujours ce prince extraordinaire qui a volé mon cœur et qui fait de ma vie un véritable conte de fées... Et je l’aime, m’man, je l’aime... qu’importe si cela peut me faire souffrir... parfois... » Je marque un petit entracte, juste le temps d’avaler une grande goulée d’air frais revigorant. « Tu... Tu comprends ? » Et je suis sûr que tu vas me répondre par la positive, car tu es folle amoureuse, toi aussi, alors tu sais jusqu’où on est capable d’aller, par amour...
Les larmes deviennent ma façon de m’exprimer, encombrent mon discours de ses sanglots incessants. Mais je suis soulagé lorsque tu me dis que tu me comprends et que tu acceptes ma décision de rester à proximité de mon fiancé, même si cela n’efface pas pour autant le manque constant de ce dernier. « Je... Je vais donc re... rester. Mais... Mais si ça venait à se dégrader davantage, j’accepterais vo... volontiers ta proposition de... de venir un petit moment chez vous... D’accord ? » Clair. Simple. Efficace. Est-ce pour autant la bonne décision ? Nous le saurons bien assez tôt... « Mais... Mais ne sois pas trop... pas trop dure a... avec Alej, s’il te plaît, m’man... » Ma petite voix chagrinée de Chat Potté est censée te faire plier, car je n’aimerais pas que tu sois irrémédiablement fâchée avec ton futur beau-fils. « N’ou... N’oublie pas que... que sans lui, je... je ne serais sans doute plus... plus là... » Une nouvelle larme roule le long de ma joue lorsque je me rappelle qu’Alejandro m’a sauvé in extremis de ma toute dernière tentative de suicide, il y a environ deux ans. Tristement nostalgique, je fais glisser mes doigts où les lames de rasoir ont sectionné la peau de mon avant-bras, avant d’y laisser une cicatrice indélébile. Ce sont là les marques franches de mon ancien désespoir, mais aussi du commencement de ma toute nouvelle vie désormais reliée à celle de mon tendre fiancé... Oh... mon Alejandro ! Il m’a sauvé, il m’a redonné goût à la vie, il m’a fait renaître de mes cendres... et cette cicatrice me le rappelle tous les jours... Oh oui, sans lui, je serais d’ores et déjà mort.
Et malgré les larmes, le chagrin et la souffrance qui me rongent depuis qu’il n’est plus là, je l’aime toujours comme un fou, mon beau prince ange gardien... car je n’oublie pas qu’il est l’élu qui m’a redonné goût à la vie, qui a conquis mon cœur, et qui fait faisait de ma vie un véritable paradis...
Mais l’amour ne suffit pas toujours, car vous tous me manquez, ma chère famille. De ce fait, je ne peux que te proposer de venir me voir au plus vite, m’man. « Tu... Tu peux venir avec Ethan et Sandro, s’ils sont d’accord ! Ce sont... Ce sont les grandes vacances, après tout... Et... Et ça me ferait plaisir d’avoir la famille entière en Espagne... » Je marque une courte pause, juste le temps de nous imaginer barboter gaiement dans l’eau salée de l’océan, tous les quatre, réunis. Et je souris sincèrement, car cette image est tout bonnement magnifique. « Les garçons ne sont même jamais venus ici... Alors... qu’est-ce que tu en penses ? »

made by pandora.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
VIEILLE CROUTEd'Always Love.
avatar
VIEILLE CROUTE ∞ d'Always Love.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 2117
▵ arrivé(e) le : 23/01/2013
▵ avatar : Rachel McAdams

MessageSujet: Re: Phone call : Anna & Apple Mer 2 Aoû - 11:01

En faite, je ne détestais pas Alejandro. Pas vraiment. Si Apple était tomber amoureux de lui, c'était forcément qu'il avait vu dans l'espagnol, quelque chose d'assez possitif pour se fiancé à lui et allez s'expatrier en espagne pour lui. Je lui en voulais seulement d'abandonner comme ça Apple alors qu'il est dans un nouveau pays et loin de gens qu'il aime, loin de moi. Imaginer mon petit coeur seul et abandonné me déchirais le coeur et je voulais qu'il rentre à la maison, au moins il serait soutenu jusqu'à ce que les choses rentre dans l'ordre. Seulement Apple ne lâchait pas l'affaire facilement. C'était tout à son honneur même si l'état dans lequel il était me restais en travers de la gorge. « Oui... il... il n’est pas là pour... pour moi, aujourd’hui. Mais... Mais il a été à mon c... côté durant... ces... ces deux... dernières années... » Je l'écoute, buvant ses paroles, essayant de comprendre son point de vu, sa vison des choses. « Alors... Alors... je ne vais pas le laisser, car je ne peux... le... le blâmer et... le... le fuir à cause d’une seule... d’une seule erreur en deux... en deux années... » Je soupirais. Je ne pouvais que le comprendre en tant que femme mais la mère en moi n'était pas d'accord. On avait du mal à mon bébé et ça c'était impardonnable. " Je sais ... C'est juste que je m'en fais pour toi. Tu ne vas pas bien et je ne peux pas être là pour toi comme je le voudrais et ça m'est insupportable. " Lui avouais-je. « M’man... il a... il a fait de si belles choses pour... moi ! Il m’a fait vivre tellement de si bons moments ! Il... il m’a donné tant d’amour... Et... Et il... il a toujours été là pour moi... Il... il a séché toutes mes larmes... Il m’a sauvé la vie... Il... il a... même réparé mon cœur... Et même... Et même s’il n’est pas là, aujourd’hui, et que ça me... tue de l’intérieur... il... il est toujours ce prince extraordinaire qui a volé mon cœur et qui fait de ma vie un véritable conte de fées... Et je l’aime, m’man, je l’aime... qu’importe si cela peut me faire souffrir... parfois... » M'avoue t-il alors que des larmes coulent sur mes joues en l'entendant parler. Je les essuis d'un rapide geste. « Tu... Tu comprends ? » Me demande t-il alors. Je souris alors même qu'il ne peut pas me voir. " Oui, je comprend ... Plus que quiconque même. " Dans ses mots, je voyais mon histoire avec Ethan et c'est ce qui avait fait couler mes larmes. Tout n'avait pas été toujours aussi rose entre nous. Nous avions du affronter beaucoup d'épreuve qui aurait pu signer le glas de notre histoire mais la force de notre amour nous avez permis d'en sortir plus fort que tout. Si un lien comme le notre lié Apple et Alej qui étais-je pour me mettre entre eux ? " J'espère seulement qu'il se rendra compte de la chance qu'il a de t"avoir avant qu'il ne soit trop tard. " Je voudrais qu'il revienne en ville, au moin pour quelques temps mais je comprend aussi les raisons qui le pousse rester. « Je... Je vais donc re... rester. Mais... Mais si ça venait à se dégrader davantage, j’accepterais vo... volontiers ta proposition de... de venir un petit moment chez vous... D’accord ? » Commence t-il à me dire. Il pouvait même débarquer à l'improviste qu'il aurait toujours une chambre prête pour lui à la maison. « Mais... Mais ne sois pas trop... pas trop dure a... avec Alej, s’il te plaît, m’man... N’ou... N’oublie pas que... que sans lui, je... je ne serais sans doute plus... plus là... » Je tique et ferme les yeux quelques secondes. " Jamais je n'oublierais ce qu'il a fait. Et je ne le déteste pas. Je veux juste que tu sois heureux, que vous soyez tout les deux heureux. Il fera toujours partit de la famille. " Avouais-je à Apple.
A défaut de le voir rentrer, j'imagine pouvoir me rendre en Espagne. Tout mon coeur et mon coprs me crit d'y aller, de ne pas le laisser seul là-bas. Bien sur, il faudra que j'en parle à Ethan. Avec la salle qu'il dirige, j'ignore si il pourra se libérer, même pour quelques jours. « Tu... Tu peux venir avec Ethan et Sandro, s’ils sont d’accord ! Ce sont... Ce sont les grandes vacances, après tout... Et... Et ça me ferait plaisir d’avoir la famille entière en Espagne... » Je souris. Je crois que ça nous ferait du bien à tous d'être réunit « Les garçons ne sont même jamais venus ici... Alors... qu’est-ce que tu en penses ? » Je me met debout pour aller dans la cuisine me servir un verre d'eau. " Je pense que c'est une super idée. Je vais leur en parler et je te tiens au courant. Je ne sais pas si Ethan pourra se libéré mais en tous cas, je pense que Sandro et moi on viendra. Tu lui manques trop. " Je glisse le téléphone entre ma joue et mon épaule pour ouvrir le frigo et me servir. Je range la bouteille en parlant et m'assoie sur un tabouret.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Listen to your heart.
avatar
Listen to your heart.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 33872
▵ arrivé(e) le : 05/05/2016
▵ avatar : Logan Lerman, le petit prince de mon cœur. ♡

MessageSujet: Re: Phone call : Anna & Apple Jeu 3 Aoû - 21:37

M'man & fiston.


O
n fait parfois de drôles de choses... quand parle notre cœur, et rester auprès de mon fiancé, Alejandro, alors qu’il n’est même pas là, avec moi, illustre à merveille le fait que l’amour surplombe tout et qu’il nous pousse parfois à faire n’importe quoi.
Et malgré les larmes, la peine, la souffrance, l’annihilation et tout le mal causé par sa disparition aussi soudaine qu’étrange, je vais sagement rester là, à l’attendre, comme tout bon futur mari aimant qui se doit. C’est sûrement idiot d’agir ainsi... et Alejandro ne le mérite peut-être même pas, mais... c’est désormais certain : je ne bougerai pas de nos draps et attendrai impatiemment son retour à la maison... car je l’aime plus que tout... bien malgré moi, parfois.
Seul dans mon grand lit aux draps glacés et froissés, je claque des dents et sens des milliers de frissons parcourir et dévorer allègrement mon échine. Bon sang, je suis complètement gelé ! Mais c’est sûrement dû au fait qu’aucun bras aimant et réconfortant n’est là pour me réchauffer et me protéger du froid de cette nuit presque hivernale...
D’un bond pareil à celui d’un kangourou, je saute alors hors du lit et enfile mon pyjama derechef, aussi rapide qu’une fusée et aussi vif que la vitesse de la lumière. Une fois chose faite, je m’emmitoufle et me roule en boule dans mes couettes, dans le but de me procurer la chaleur – humaine - qui me manque cruellement et quotidiennement, malheureusement. Mais j’ai beau essayer de tout mettre en œuvre pour me réchauffer, mon cœur, privé de son amour, reste incommensurablement gelé...
J’ai même si froid que mes larmes se figent au bord de mes yeux, comme si l’hiver était d’ores et déjà là et qu’il dévorait mon corps de ses températures inhumaines. Néanmoins, t’avoir au bout du fil, ma petite maman, me fait du bien et me permets d’apaiser quelques peu mes nombreux tourments, quand bien même notre conversation ne cesse d’aborder le sujet annihilant de mon fiancé. Et c’est à cet instant que tu m’avoues que tu espères que ton beau-fils saura se rendre compte de la chance qu’il a de m’avoir... Hein ? Quoi ?! La chance qu’il a de m’avoir... moi ?! Oh, si je n’étais pas autant dévasté et brisé, j’aurais certainement éclaté d’un rire auto-dérisoire et ironique ! Aha ! Comme si c’était une chance d’être mon fiancé, à moi, à cette plaie, à cette calamité vivante... à ce boulet... « La... La chance... qu’il... qu’il a de... de m’avoir ? Quelle... Quelle chance ?! Je... Je ne suis qu’un... qu’un gamin... ultra chiant... et... et pathétique... qui... qui ne fait que chouiner ! » Et pour illustrer mes tristes propos dégradants, je pleure de plus belle, à l’image d’un bébé qui ne peut s’exprimer que grâce à ses cris et chouinements.
Je ne cherche surtout pas à être rassuré ou à ce que tu redores la piètre image peu flatteuse que j’ai de moi-même, m’man, sois sans crainte ! Je suis simplement honnête et lucide sur la personne – le fardeau – que je suis... « C’est... C’est moi... qui... qui ai de la chance de l’a... l’avoir ! Et qui... qui ai la chance qu’il arrive à me... su... supporter ! » Mais... peut-être qu’il n’y arrivait justement plus, et que c’est à cause du petit enfant invivable que je suis qu’il s’est enfui...
Cette pensée m’arrache un nouveau fragment du cœur, qui tombe, tombe, tombe, avant de se désintégrer et de mourir dans le fond de ma cage thoracique. Pouf. Raide mort.

La conversation se poursuit, et, grâce à ta douce voix maternelle et à te tendresse inouïe, je suis progressivement rassuré et consolé. Oh, m’man, heureusement que tu es là ! Malheureusement, tu es physiquement à des milliers de kilomètres de moi, et ça me fait mal, très mal, horriblement mal de te savoir aussi loin. De ce fait, je m’empresse de te proposer d’y remédier et de venir passer quelques jours de vacances en Espagne, chez Alejandro et moi, avec ton mari et ton fils.
Bien sûr, tu accueilles ma proposition avec un franc enthousiasme, et ça réchauffe et guérit considérablement mon pauvre petit cœur trituré par l’amour. « Ça... Ça me ferait vraiment plai... plaisir de vous revoir ! Quand... Quand penses-tu que tu p... pourras savoir si vous venez à deux... ou... ou à trois ? » Et, en toute franchise, même si tout n’a pas toujours été rose et utopique entre Ethan et moi, je suis sûr que le revoir, lui aussi, me ferait le plus grand bien du monde. Quant à l’idée de la présence certaine de mon petit-frère en Espagne, ça emplit mon cœur d’une euphorie incommensurable. Et je souris et suis presque complètement heureux... pour la première fois depuis bien trop longtemps... « Nous... Nous irons à la plage ! Et... Et je vous ferrai faire la tournée de la ville et des boutiques ! M’man, y’a une galerie d’art dont tu vas tomber folle amoureuse ! Et... Et y’a un même une boutique spécialisée dans toutes sortes d’articles à l’effigie de super-héros, pour Sandro ! Ce... Ce sera génial ! On va bien s’amuser, tous ensemble ! » Je suis enjoué et heureux à l’idée de ces vacances en famille improvisées, mais l’image d’Alejandro, qui vient habiter à nouveau mes sombres pensées, réduit cette joie de vivre ensoleillée à l’état de poussière... et tout redevient subitement orageux, morne et gris... Oh... quelle bien triste vie...

made by pandora.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Phone call : Anna & Apple

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always love ::  :: cell phone.-