AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 ❝be my lantern, help me shine on through❞ Ϟ ft. january.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 586
▵ arrivé(e) le : 21/05/2016
▵ avatar : aaron paul. ♥

MessageSujet: ❝be my lantern, help me shine on through❞ Ϟ ft. january. Lun 3 Juil - 18:28





Be my lantern, help me shine on through

January Wolverstone & G-Hades J. Brewster

Une courte nuit à l'intensité sans aucun pareil. Une nuit de réconfort alors que toutes les précédentes ont été pour toi d'une douleur sans nom. Une telle frustration que tu contenais, une colère que tu étouffais alors qu'autrefois tu l'aurais laissé éclater sans même penser à ce que les autres en penseraient. Tu avais été un impulsif, lors de ton adolescence. Cela n'avait pas tellement changé, mais il en reste que tu avais grandi, et que, quelque part, toi seul était responsable de ton malheur. Elle était dans les bras d'une autre, elle était dans les bras d'une femme alors que depuis longtemps tu nourrissais des sentiments pour elle. Des sentiments qui aujourd'hui t'étaient si destructeurs, si insupportables qu'il fallait que tu t'en changes d'air, que tu penses à autre chose. Et la bellâtre à tes côtés, cette brune si belle, divine compagnie, avait été ta véritable bulle d'oxygène, celle qu'au fond, tu avais toujours eu besoin. De l'amitié pure et sincère, que vous aviez tous les deux décidé sans aucune conséquence de lier à de l’excitante sensualité. Un peu d'alcool, des rires mais surtout cette tension d'attirance a eu raison de vos pulsions, de vos désirs et vous aviez craqué, laissant place bien vite place a un échange langoureux, aussi passionné qu'il avait pu être torride. Et tu avais aimé ça. Tu avais aimé cette nuit avec elle, chez elle, car cela t'avait fait un bien que tu n'imaginais pas ... Sentir enfin le corps d'une femme contre le tien, même si cela n'était pas celle de la personnes que tu aimes réellement, au fond, à comblé ton coeur un peu trop vide, mais surtout en peine. January a répondu à ta souffrance comme un remède inattendu. C'est pour ça que tu tiens à cette nana, que même s'il n'y avait rien d'amoureux entre vous, elle n'hésite pas à tout mettre en oeuvre pour te redresser la tête quand ça n'allait pas, par n'importe quel moyen ... Et son don de cette nuit était totalement ce genre de chose pour lequel tu lui est vraiment reconnaissant.

Tu avais ouvert les yeux depuis une bonne dizaine de minutes, caressant tendrement le bras de la jolie January, l'effleurant pour ne pas la déranger dans son sommeil. Son visage paisible rayonnait, même inanimé, alors que le tien, arborait inconsciemment une demi teinte. Certes, tu t'étais amusé, cela t'avait fait du bien, mais malgré tout, tu avais comme une once de remords. Celui d'avoir fait un pas de travers par rapport à Julia. Tu savais que c'était idiot parce que vous n'étiez pas officiellement ensemble, et chose qui d'ailleurs ne risquait pas d'arriver. Et pourtant, ta morale te condamnait, te faisait sentir coupable par rapport à tes règles, à ton approche de la fidélité. Tu avais encore du mal à te dire que tu avais le droit, que tu n'avais rien fait de mal cette nuit, juste apporté du plaisir à l'une de tes amies alors qu'elle s'était donné pour mission de panser tes blessures. Mais cela passait assez mal en fait.

Pour ne plus penser à cela, tu te décides à quitter le lit, embrassant rapidement l'épaule de la demoiselle endormie. Au sol, repose encore vos affaires qui ont été balancées durant la nuit. Tu attrapes en silence ton jean pour l'enfiler le plus discrètement possible, et quittant la chambre pour te diriger vers la cuisine. Tu avais bien besoin d'un café, et sans aucun doute que cela allait aussi être le cas de January une fois qu'elle serait réveillée. Tu préparas alors la machine, en mettant la dose nécessaire pour que la belle apprécie, tu n'étais pas tellement compliqué toi-même, il fallait juste que cela aide à ton réveil assez lourd. Une fois la machine mise en route, petit regard sur ton portable, guettant un message de ta baby-sitter, mais rien. Sans aucun doute que la soirée de Jehan s'était bien passée, mais consciencieux malgré tout, tu envoies un petit signe de vie en espérant en recevoir un petit retour. Et c'est à ce moment que tu entendis January approcher, sans doute appâtée par le bruit du café qui chauffait et coulait dans la machine, quittant ton portable que tu rangeais dans ta poche arrière, ton torse toujours apparent, tu lui affiches un demi sourire, répondant au sien : « bien dormi ma belle ? j'espère que tu n'es pas contre un café ... je me suis permis de le faire. » Ton regard bleu se veut bienveillant, même si la trace d'ombre était toujours présente à son insu ... Tu pourrais lui en parler, à January, mais tu n'avais pas vraiment le coeur à vouloir l'embêter avec tout cela.

by tris
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AWARDSle plus mauvais caractère.
avatar
AWARDS ▵ le plus mauvais caractère.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 964
▵ arrivé(e) le : 22/12/2016
▵ avatar : Krysten Ritter.

MessageSujet: Re: ❝be my lantern, help me shine on through❞ Ϟ ft. january. Mar 4 Juil - 12:48

Hades & January
be my lantern, help me shine on through

And then I turned myself inside out, and it's all about the way your hips move. Side to side, left to right, guide me home tonight. And I need a little more thunder, a little more lightning.


J’ouvre brusquement les yeux, tirée à contre coeur des bras de Morphée par le bruit de la cafetière.
Je baille, étirant mes bras ankylosés par la nuit que je viens de passer.
Si je m’attendais à ça. Si je m’attendais à ce que les choses prennent ce tournant, avec Hades ; à ce que, d’un parfait commun accord, nous cédions progressivement à l’attirance qui me transcendait depuis le début, à ce que nous finissions la soirée dans mon lit, nous adonnant aux plaisirs charnels.
D’un brusque mouvement de tête, je constate que la place est vide, à côté de moi. Encore assez chaude pour me confirmer qu’il vient tout juste de sortir du lit, d’où le café qu’il doit être en train de préparer.
Incapable d’en faire de même, je tente d’enfouir mon visage dans l’oreiller, pour échapper à la lumière vive et crue du soleil. Rien à faire, je n’arriverais pas à me rendormir.
Je repousse la couverture d’un coup de pied, mais regrette aussitôt. J’ai froid.
Me mettant sur mon séant, je décide de partir à la recherche de mes vêtements, qui ont été éparpillés un peu partout dans la chambre. C’est sans surprise que je remarque que les affaires d’Hades ont disparu, alors que les miennes gisent encore, éparses, çà et là dans toute la pièce.
Je me lève finalement et m’habille, engourdie par le sommeil. Si la nuit a été particulièrement fatigante, il faut dire que je ne suis pas tellement au meilleur de ma forme non plus. Je sais qu’Hades va mal, bien plus mal qu’il ne veut me le dire. À cause d’une femme.
Il n’a pas voulu trop m’en dire, mais je ne suis pas stupide. Je le connais bien, maintenant, et encore plus ce matin. Et le voir dans cet état m’est juste insupportable.

Je sors de la chambre, me dirige jusqu’à la cuisine, où je le découvre sans surprise en train de faire du café. Désireuse de le mettre de bonne humeur, je laisse un sourire fendre mes lèvres, tandis qu’il s’aperçoit de ma présence. Et il a beau sourire, je sais que ça ne va pas. Je le sais, je le lis dans le bleu tumultueux de ses yeux. Toute cette souffrance qu’il tente en vain de noyer, de faire fondre comme neige au soleil. J’aurais bien aimé lui crier que c’est parfaitement inutile, que s’il souffre tout ne s’envolera pas comme ça ; que s’il souffre il ne peut pas tout garder pour lui. Mais je sais à quel point ça ne servirait à rien.
Je sais à quel point il est attaché à cette douleur, à quel point elle le suit partout sans jamais lui offrir une seconde de répit.
Et si, cette nuit, j’ai réussi à le délivrer un peu, alors je n’en suis que plus heureuse.
Mais ce matin, toute sa peine est revenue, je le sais, mais il persiste à ne rien vouloir me dire. Pourquoi ne veux-t-il pas m’en parler ? Ne suis-je pas assez digne de confiance pour lui ? Et je commence à me poser sérieusement la question, même après la nuit que l’on vient de passer. Abandonnant mes idées noires, je réponds enfin à son bonjour, un peu trop tardivement pour qu’il ne s’aperçoive de rien. « Très bien, et toi ? » Je m’approche un peu plus de lui, pour récupérer une tasse du café fumant. Et la danse du noir et du brun à la surface me donne subitement le tournis. « Tu as très bien fait. Merci ! » J’essaie d’être un peu enjouée, mais j’ai du mal à faire semblant, aujourd’hui.
Je veux savoir ce qui ne va pas.
Je veux savoir. Et tu vas tout me dire, Hades.
De toute manière, je ne le laisserai pas quitter cette maison sans avoir eu les réponses tant escomptées. Je me hisse sur la table pour m’y asseoir, m’efforçant de plonger mon regard au plus profond du sien. « Tu sais… Ce qu’il s’est passé hier… Je sais que ça n’était pas dans tes plans… Ni dans les miens. Et, je sais aussi que si tu as craqué… c’est que tu vas vraiment mal. » Je penche pensivement la tête sur le côté, la mine soucieuse. Je me fais du souci pour lui, bon sang, pourquoi ne veut-il pas le remarquer ? « Alors, dis-moi… Dis-moi, je déteste te voir comme ça en étant dans l’ignorance... »

©️ élissan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

❝be my lantern, help me shine on through❞ Ϟ ft. january.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always love ::  :: flashback.-