AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

  Un petit pas en avant (damon&emmanuelle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 405
▵ arrivé(e) le : 28/06/2017
▵ avatar : Vanessa H.

MessageSujet: Un petit pas en avant (damon&emmanuelle) Dim 16 Juil - 18:24


Damon & Emmanuelle

Un petit pas en avant


Ce n'est une surprise pour personne, je n'ai jamais été une grande lectrice. Ce n'est pas que je trouve cela ennuyant, loin de là, j'appellerais plutôt ça de l'indifférence. Nous avons tous nos passions, nos hobbies et pour moi cela a toujours été le violon. Bien évidemment il m'arrive d'ouvrir un livre pour le lire, j'ai déjà lu quelques grandes œuvres, mais je ne suis jamais retournée aussitôt chercher de quoi lire pour m'occuper l'esprit. Pourtant, je me retrouve ici, dans cette librairie entourée de livres écris par des auteurs de renoms et d'autres moins connus. L'an dernier, après avoir obtenu mon bachelor en musique, je n'ai malheureusement pas réussi à décrocher le poste de professeur de violon que je convoitais tant, la fonction étant déjà occupée. Même si je sais que ce jour se présentera à l'avenir, j'étais et suis toujours déçu de ne pas avoir eu une place. En attendant, je prends mon mal en patience. Par conséquent, j'ai dû me mettre à la recherche d'un emploi qui pourrait malgré tout me plaire et le gérant de la librairie étant un ami de mon père, lui-même professeur de littérature à l'université de Victoria, a accepté de me prendre sous son aile. Et ce en dépit du peu d'expérience que je possède. Je n'ai pas à me plaindre, être libraire est loin d'être déplaisant, ce n'est définitivement pas le job le plus désagréable que j'ai pu avoir. Je pensais avoir vu des gens irrespectueux auparavant, mais les vingt-sept jours où j'ai été serveuse, étaient juste aberrant. La majorité des clients étaient insolants et vous traitez comme si vous n'étiez sans aucune importance, situation que j'ai déjà vécu à l'époque de ma scolarité et dont je me serais volontiers passé dans ce stupide restaurant quatre étoiles. Pas tout le monde, heureusement pour l'humanité, j'ai vu des personnes très gentilles. Il m'arrive également de croiser à la librairie des gens manquant amplement de politesse, cependant rien qui puisse me donner le matin l'envie de me dire « Je ne veux jamais retourner là-bas ». Ne serais-ce mis à part la flemmardise, qui touche de nombreuses personnes sur Terre.

☆☆☆

Perdue dans mes pensées, regardant dans le vide assise derrière le comptoir en me mordillant la lèvre inférieure, je relève la tête pour observer les personnes qui se trouvent dans la librairie, certains tentes de dénicher l'œuvre qui les transportera dans un autre monde et d'autres ont d'ores et déjà commencé à lire leur bouquin pour se décider à l'acheter ou non. Il n'y a pas grand monde, dans quelques minutes le magasin fermera ses portes pour cette fin de journée avant de les rouvrir le lendemain. Un client s'approche du comptoir et je me lève donc de mon tabouret, lui dit bonjour pour la deuxième fois depuis son entré, encaisse Les Enfants de minuit de Salman Rushdie puis en souriant je lui souhaite de passer une agréable journée. Je répète les gestes précédent avec les trois derniers clients. Je jette un œil à la pendule, l'heure de la fermeture est arrivée. Je procède aux dernières tâches que je me dois de faire et salue mes collègues avant de prendre mes affaires et de quitter le magasin. En sortant à l'extérieur après avoir fermé la porte vitré derrière moi, je vois un grand homme brun qui ne m'est pas inconnu. Je le reconnais, il vient de temps en temps à la librairie, nous ne nous sommes jamais dit plus que bonjour et merci au revoir. Je ne connais même pas son nom. S'apprêtant visiblement à passer l'entrer, j'en viens pour le moins à cette conclusion. « Je suis désolée, nous venons de fermer. »


AVENGEDINCHAINS


Dernière édition par Emmanuelle R. Lacourt le Sam 21 Oct - 18:24, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MEILLEUR MEMBRE + du mois d'octobre.
avatar
MEILLEUR MEMBRE + du mois d'octobre.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 300
▵ arrivé(e) le : 03/05/2017
▵ avatar : Alex O'Loughlin

MessageSujet: Re: Un petit pas en avant (damon&emmanuelle) Lun 17 Juil - 11:02

La lecture. C'est un moment que Damon s'accorde afin de revivre, afin de s'éloigner dans un monde où rien ne peut l'atteindre. Lorsqu'il lit, prend un livre, il le choisit selon son humeur. Lorsqu'il se sent idiot, il choisit un livre pour approfondir ses connaissances, lorsqu'il se sent triste, il choisit un livre amusant pour oublier sa tristesse, lorsqu'il se questionne sur la vie, l'amour, il prend un livre de psychanalyse ou un livre où ses questions sont mis en avant. Il ne le choisit jamais au hasard. Il le fait toujours avec son coeur. Lire, c'est une passion tout comme écrire et c'est ainsi qu'il s'exprime le mieux même s'il sait également le faire à l'oral. Il ne l'a jamais fait aussi bien qu'à travers des pages, des mots, des histoires, des citations. Le livre qu'il tient sous son bras pendant qu'il se rend tranquillement à la bibliothèque s'appelle "Nous irons tous au paradis". Il ne l'a pris qu'il y a quelques jours et il l'a clairement dévoré. C'est l'histoire d'une vieille femme de presque 90 ans qui tombe de son arbre et fait une visite au paradis. Étrangement, elle est renvoyée sur terre et les scènes sont toutes plus drôles les unes que les autres à la suite de cet événements. Les personnages tous plus loufoques les uns que les autres.

Il y a quelques jours, Damon avait besoin d'un livre drôle, amusant. Il a eu exactement ce dont il avait besoin. Il a maintenant besoin d'un livre pour comprendre ce qui se passe dans sa vie en ce moment. Il a besoin de se remettre en question, de comprendre ce qu'il veut. Il a besoin de changements. Un livre comme il n'en aura jamais lu. Il sait qu'en ce moment, c'est primordiale, parce qu'il y a tellement de changements et de bouleversements dans sa vie qu'il se réveille avec la nausée quelque fois. A moins que ce ne soit l'alcool. Quoiqu'il en soit, il est loin de se douter qu'il ne pourra rien avoir de tout ça. Proche de son but, proche de ce à quoi il pense depuis ce matin, il se dirige vers la porte vitrée, pressé de se débarrasser de l'ancien ouvrage pour en trouver un qui sera sûrement le pansement de plus qui ne sert pas à grand chose. Un pansement nécessaire uniquement dans la tête de Damon mais qui ne l'avance en rien, ne répond en fait, à aucune question. Le livre ne lui donne que l'illusion d'une aide.

Pourtant, lorsqu'il tente de pousser la porte et qu'il ne trouve qu'une porte clause. Il oublie que ce n'est qu'un pansement, il oublie qu'il n'en a pas besoin et qu'il ne vit pas que par ce livre. Il rage. Il s'énerve. Il se demande pourquoi la bibliothèque ferme aussi tôt, quelle heure est-il d'ailleurs? Et surtout il se dit qu'il marche avec un livre sous le bras inutilement. Il est loin d'être un intello et de vouloir se donner cette image, alors il se hait encore plus de ne pas l'avoir glissé dans un sac à dos. Il entend alors une voix douce derrière lui lui annoncer qu'ils viennent de fermer. "Nous" lui lâche-t-elle, ce qui lui indique qu'elle travaille à la bibliothèque. Déjà excédé de trouver porte clause, il se retourne et lui fait un sourire.

"C'est dingue, les services publiques n'en font jamais en plus hein?"

Il lève les yeux au ciel. C'est sûrement l'heure de la fermeture alors qu'il fait encore jour dehors mais tout le monde ne bosse pas dans des bars et il est normal qu'ils ferment à l'heure indiquée. En fait, Damon est juste frustré et il se rend compte dans un soupir que la jeune femme qui lui a adressé la parole n'y est strictement pour rien. En plus, il la reconnaît. C'est une de ses libraires préférées. Toujours polie, sympathique, souriante. Elle ne manque jamais à ses formules de politesse toutes simples et lambda mais qui font toujours plaisir. Une forme de professionnalisme que Damon apprécie et contrairement à certains libraires, elle n'est pas bruyante, c qui permet de profiter du calme et de l'ambiance pesante de la bibliothèque, des livres. Ses épaules s’affaissent et il s'avance un peu vers elle. Il l'a vexé, évidemment. Qui ne le serait pas avec le ton qu'il a employé.

"Je suis désolé. Je déteste les imprévus et c'en est un là. M'enfin, ce n'est pas de ta faute, Emmanuelle, c'est ça?"


Il oublie difficilement le prénom d'une femme particulièrement charmante et le fait qu'il le fasse, peut aider à ce qu'elle pardonne son impertinence. Il lui montre son livre avec un petit sourire.

"Je bosse ce soir, donc pas de détour, donc je dois me coltiner ma soirée avec ce livre qui, certes a été un bon compagnon mais que je ne suis pas fan d'afficher au grand jour. Un vieux bonhomme comme moi avec un vieux livre de grand-mère tu vois. Je te tutoie. Ca te va que je te tutoie? Je trouve que c'est toujours plus chaleureux."

Il se rapproche encore et cette fois, il sent qu'il n'a pas gâché le début de sa soirée finalement parce que, plus il se rapproche, plus il se rappelle combien la libraire est canon. Pourtant, dans le cadre de la librairie, perdu dans ses lectures, il n'y a jamais porté une grande attention. Encore et sûrement l'atmosphère. Plus que le côté admirable de sa beauté, il y a le côté pratique de cette rencontre. Il n'en mène pas large en l'abordant de cette façon mais qui sait finalement si elle ne va pas tout simplement lui dire oui?

"Mais puisque tu travailles là... Peut-être que tu pourrais me rendre un service et je pourrais te le laisser, te faire entièrement confiance. Qu'est-ce que t'en penses?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 405
▵ arrivé(e) le : 28/06/2017
▵ avatar : Vanessa H.

MessageSujet: Re: Un petit pas en avant (damon&emmanuelle) Ven 21 Juil - 0:34


Damon & Emmanuelle

Un petit pas en avant


Je l'admets, j'ai de la chance, le métier de libraire ne requiert pas nécessairement d'efforts. Je passe mes journées assise derrière un comptoir quand je ne procède pas aux inventaires qui sont certes agaçant, mais pas fatiguant ou lorsque je range les nouveaux livres sur les étagères et j'en passe. Mais je suis humaine et après avoir passée ma journée à m'adresser à des gens qui soit ; ne vous répondes pas en retour tout en sachant qu'on leur adressée la parole et/ou vous ignores, je n'ai à ce moment qu'une seule envie ; de rentrer à la maison pour manger, de m'écrouler dans mon canapé et regarder la télévision en faisant un câlin avec mes deux chats. Actuellement, c'est tout ce que je veux faire. Et le ton de ce cher monsieur, que je croise constamment, qui à l'origine normalement la plupart du temps est gracieux, me tape sur les nerfs. J'hallucine non ? Je le regarde, attendant qu'il reprenne miraculeusement ce qu'il vient de dire. Il y a des heures d'ouverture et de fermeture pour une raison évidente, si vous venez durant les heures d'ouverture, il y a de très grande chance que la librairie soit ouvertes. Est-ce compliqué à comprendre ? N'ayant pas appréciée sa façon de me parler, je lui réponds froidement d'un ton neutre tout en restant polie. « Je vous aurais accueilli avec plaisir quinze minutes plus tôt. Nous ouvrons demain à 9h, repassez à ce moment-là. Bonne soirée à vous. » J'insiste sur la prononciation du nombre quinze. Je m'imagine bien qu'il a dû avoir un contretemps qui ne lui a pas parmi de se déplacer avant, moi-même ça m'arrive de temps à autre, cependant le ton qu'il a employé quand le mien été tout sauf agressif m'a fortement choquée et contrariée. Ne voulant pas perdre mon temps avec cet être qui s'est manifestement levé du mauvais pied, je m'apprête à tourner les talons, ce que je ne fis pas lorsqu'il s'avance en ma direction. Il s'excuse en me disant que la librairie fermée est un imprévus, pas tellement quand on sait qu'elle ferme à dix-neuf heures.. Il semble visiblement connaître mon prénom, il a sans doute dû le lire sur mon badge. Je confirme en acquiesçant de la tête sans lui répondre de vive voix, même si je n'ai plus de ressentiment. Il s'est finalement excusé et je ne suis pas rancunière, pas en ce moment du moins. Il m'explique qu'il ne peut se promener avec un livre de grand-mère sous le bras. Tout ça en me tutoyant, ok, d'accord. Non que cela me dérange, mais je ne connais toujours pas son nom. Soudainement il s'avance de plus en plus prêt, l'air confiant. Une fois arrivé à ma hauteur, je constate qu'il est plus grand que moi, je n'y avais jamais fait attention avant aujourd'hui. En revanche, pas besoin de faire attention pour remarquer à quel point il est séduisant, je dirais même sexy. Très sexy. J'en oublierai que je suis quelqu'un de réservée. Je suis réservée, pas asexuelle. Je ne peux nier qu'il me fasse de l'effet. Mais je ne suis pas une pomme, je suis prudente, je ne tombe pas comme ça dans le panneau. C'est moi ou.. Essaye-t-il de me draguer pour que je puisse reprendre son livre ? Il a l'air sûr de son coup, c'est surement ça le pire. Je souris intérieurement en ménageant qu'il ne s'en aperçoive pas, je ne voudrais pas le vexer mourant d'envie de voir jusqu'où il irait. Cependant, ayant du mal à me contenir, me retenant déjà de lui rire au nez, je lui réponds avec un sourire qui cache un fou rire. « Si vous me faites confiance dans ce cas.. Je peux faire une petite, petite exception. » Je prends donc le livre de ses mains et le fis glisser dans mon sac. Il ne donne pas l'impression d'être un prédateur sexuel et sans compter qu'il parait tant désespéré que ce livre lui tienne compagnie, je peux bien lui rendre ce service. Je relève ma tête en souriant, « Vous savez.. il suffisait juste de demander. Mais j'ai bien aimée cette tentative de séduction pour pouvoir vous débarrasser de ce pauvre livre. » Lui lançais-je en ricanant. Je lui tends la main, « Je préfère Emma. Vous êtes ? » Histoire de mettre un nom sur ce visage si attrayant.



AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MEILLEUR MEMBRE + du mois d'octobre.
avatar
MEILLEUR MEMBRE + du mois d'octobre.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 300
▵ arrivé(e) le : 03/05/2017
▵ avatar : Alex O'Loughlin

MessageSujet: Re: Un petit pas en avant (damon&emmanuelle) Ven 21 Juil - 12:10

Il se rend bien compte que le ton qu'il utilise n'a rien de sympathique et il pense que ce n'est pas de sa faute s'il est en retard. Il ne peut pas lui reprocher cela. Bien-sûr, il reste étonné qu'il n'y ait vraiment aucune marge, même minime. En tant que barman, il ne termine jamais à l'heure prévue. Il finit toujours plus tard et ce n'est pas quelque chose qui le dérange en général. Au contraire, les gens qui souhaitent rester un peu plus longtemps ne sont pas obligés de partir. C'est quelque chose qui lui plaît mais il ne peut réellement pas s'attendre à ce que tout le monde fasse de même. D'ailleurs, lui, il est payé pour ses heures supplémentaires, personne ne voudrait travailler gratuitement et il n'a aucune raison de s'énerver sur elle, innocente. Il le sait pertinemment alors quand elle lui répond un peu froidement que 15 minutes plus tôt, elle l'aurais accueilli avec joie, il ne peut s'empêcher d'esquisser un petit sourire. Evidemment, elle n'a pas du tout apprécié qu'il lui parle ainsi, lui manquant de respect gratuitement. Elle l'envoie même boulé le plus gentiment du monde en lui demandant de revenir demain à 9h. Pour une si petite femme, il trouve ça amusant qu'elle semble avoir autant de caractère.

Heureusement, il sait s'excuser quand il se rend compte qu'il est injuste et c'est ce qu'il fait sans hésiter. Parce qu'elle est sympa, parce qu'il sent immédiatement que le courant passe et ce n'est pas quelque chose qu'il ressent souvent, parce qu'elle lui sourit et que ce sourire est éblouissant au moment où il s'excuse et la baratine. Eblouissant. Qui cache peut-être quelque chose d'autre? Un peu d'amusement de toute évidence. Elle lui prend le livre des mains en affirmant qu'elle peut faire une petite exception pour lui et il sent que même s'il a gagné, elle se moque un peu de lui. Il lui rend son sourire.

"C'est fou mais j'ai l'impression étrange que c'est une vraie chance d'être une de tes exceptions je me trompe?"

Elle choisit néanmoins de le vouvoyer et il assimile donc rapidement que malgré tout, ce n'est pas une fille facile. C'est d'ailleurs quelque chose qu'il aurait pu deviner tout seul. Il les connaît plutôt bien les filles faciles. Il ne peut s'empêcher de rire un peu avec elle quand elle affirme qu'il aurait pu simplement lui demander de lui rendre un service. Elle aurait accepté sans qu'il n'ait besoin de jouer le séducteur.

"Une simple tentative? Ca veut dire que je suis loin d'être arrivé à mes fins?"


Demande-t-il plus taquin que séducteur à présent. Il trouve cela rafraîchissant qu'une personne en prenne conscience et le soulève sans se bloquer ou s'énerver. Elle le soulève simplement et s'en moque. C'est sûrement la première fois qu'on lui fait ce coup là. Il prend alors sa main en la regardant droit dans les yeux. Rien d'autre ne lui vient l'esprit que ce mot qui revient continuellement. Rafraîchissante. Il garde sa main dans la sienne en répondant.

"Au moins, tu as aimé... Alors ce sera Emma. Damon, ravi. Je peux sûrement faire quelque chose pour te remercier de cette petite, petite attention? Un café? Un verre?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 405
▵ arrivé(e) le : 28/06/2017
▵ avatar : Vanessa H.

MessageSujet: Re: Un petit pas en avant (damon&emmanuelle) Mer 26 Juil - 1:08


Damon & Emmanuelle

Un petit pas en avant


Il est rare que je fasse des exceptions, en particulier en dehors du boulot, mais il est parvenu à me séduire d'une certaine manière. Une manière dont j'ignore. Il y a ce quelques choses à propos de lui. Il est visiblement manipulateur et un tontiné dragueur, c'est la première impression qu'il me donne. Il joue ce petit jeu de séduction rien que pour se libérer d'un livre sans aucune arrière pensée, c'est du moins ce que je pense. Il est rare que je me sente à ce point à l'aise aussi rapidement avec une personne, d'habitude j'ouvre à peine la bouche et le peu de fois où des mots en sortent, c'est. du.vrai.n'importe.quoi. Comme si je devenais n'importe qui sauf moi, moi qui ai tendance à être une grande bavarde. Généralement avec les "hommes" jouant ce petit jeu, je l'aurais mal pris, j'aurai poursuit mon chemin sans me retourner, j'aurais remis le goujat en question à sa place s'il y avait trop d'insistance. Certains cas sont irritants, lourd et chiant et la plupart n'ont qu'une chose précise en tête et sont déterminés à l'obtenir, mais je ne suis pas une fille facile, je ne me laisse pas faire. Avec son jeu de séduction, il y a ce petit quelque chose qui fait que je ne peux pas le prendre autrement qu'à la rigolade. Pourtant, quelques minutes plus tôt je lui en aurais bien collé une pour sa conduite déplaisante envers moi. Le courant passe naturellement. Intérieurement je souris, je ne le montre pas, on me fait souvent la remarque comme quoi je souris pour tout et n'importe quoi, n'importe où et à n'importe quelle occasion. Je ne pense pas que ce soit un comportement déséquilibrée, je passe en revanche, apparemment pour une folle.. J'essaie de prendre ça pour un compliment. Il n'a cependant pas l'air de penser une telle chose lorsqu'il me sourit en retour en me répondant de nouveau d'un ton séducteur. Même après avoir cédée à sa demande il continue de me lancer des petites piques, si je peux dire les choses de cette façon. « Vous paraissez si désespéré, et je suis la seule me trouvant devant cette porte, je n'ai pas d'autre choix que de vous l'accordez. Je ne voudrais pas être témoin d'une vitre cassée. » Lui dis-je en le regardant d'un air faussement sérieux avec un sourire en coin. Décidément, c'est facile se moquer de lui, gentiment bien entendu. Après tout, il ne m'a pas réservée l'accueil le plus chaleureux qui soit en premier lieu. Je sais que j'ai dit que je n'étais pas de nature rancunière, mais je suis également lunatique. « Eh bien.. Vous vous êtes délivré du livre, donc la réponse est oui. » D'un ton énigmatique je reprends, « En revanche, pour la partie séduction, je ne me prononce pas. » Lancais-je en souriant une énième fois. De quoi le laisser mijoter un peu. Damon. Un prénom révélateur ? Il garde ma main dans la sienne me faisant un légèrement rougir. Comment fait-il pour être aussi plaisant ? « Enchantée, Damon. Un verre fera l'affaire, avec grand plaisir. » Nos mains se séparent et nous avançons vers je ne sais où nous nous dirigeons. Puis une question me vient en tête, pourquoi était-il aussi énervé de trouver la librairie fermée, et de se balader avec un bouquin dans les mains, ne serait-ce qu'à cause du regard d'autrui. « Racontez-moi ce petit caprice de tout à l'heure. » Demandais-je hésitante, mais déterminé, mes bras le long de mon corps, mes doigts se joignant ensemble. « Vous ne devriez pas avoir honte de lire des romans de "grand-mère" vous savez. » Rajoutais-je sérieusement.




AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MEILLEUR MEMBRE + du mois d'octobre.
avatar
MEILLEUR MEMBRE + du mois d'octobre.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 300
▵ arrivé(e) le : 03/05/2017
▵ avatar : Alex O'Loughlin

MessageSujet: Re: Un petit pas en avant (damon&emmanuelle) Lun 7 Aoû - 13:25

Le feeling passe agréablement bien. Comme une lettre à la poste. Pas le genre qui serait resté bloqué, se serait fait déchirer au passage ou aurait eu des dégâts considérables, au point de se perdre. Le genre de lettre, courte distance, qui arrive exactement le jour où elle devait arriver dans l’état même dans lequel elle devait arriver et c’est réellement bon. Il se sent très souvent attiré par des femmes, surtout quand elles sont aussi jolies qu’Emmanuelle et il doit aussi réellement se forcer quelque fois pour finir par sentir qu’il se passe quelque chose. Boire est une superbe solution pour oublier qu’il sort presque toujours avec des femmes qui ne lui plaisent pas ou peu. Mais là, le courant passe immédiatement. Il a l’impression de retrouver une amie de longue date qui le connaît bien, lui renvoie ses taquineries à la figure et n’a pas peur de dire quoi que ce soit de travers pour être bien vue. Ce moment est rafraîchissant. Cette fille l’est tout simplement. Elle a l’air joyeuse, bien dans sa peau et lui donne envie de la connaître, de passer plus de temps avec elle. Il sait pourtant qu’il n’y est pas obligé et puisqu’elle a d’ores et déjà accepté, il a une porte de sortie. Il peut dire au revoir tout simplement. Sauf qu’elle lui donne envie de rester, sans rien faire de particulier, naturellement, il apprécie la discussion.

« Tu n’aurais quand même pas osé me dénoncer si j’avais fini par en arriver à là ? »

Une vitre cassée, il en était bien évidemment capable mais pas pour un livre. Au pire, il l’aurait glissé dans la boîte aux lettres en passant un appel le lendemain mais c’était prendre le risque de devoir payer s’il arrivait quoi que ce soit à ce livre. Il n’en avait réellement pas envie. Même si la discussion se continue sur ses taquineries, ses boutades qui lui mettent du baume au cœur, Damon note qu’elle joue avec lui presque aussi bien que lui avec elle et cela l’amuse bien plus qu’il ne l’avouera. Elle a du toupet et elle est plutôt drôle. Il ne l’aurait pas dit comme ça, en la voyant, au loin, derrière son petit bureau avec son air sérieux. Il la voyait plutôt comme une intello un peu coincée, sûrement pas prête à discuter avec un mec comme lui, ni même à le traiter comme un égal. Le genre de fille qu’il déteste en général et il voit avec étonnement qu’il s’est trompé.

« Ah oui ? Tu sais ce que je pense quand une femme ne se prononce pas en général ? Que c’est plutôt bon signe. »

Et quand il garde sa main dans la sienne un peu plus longtemps. Un peu trop peut-être, qu’il la voie rougir parce que c’est le genre de détail que Damon remarque facilement, il sait qu’il a complètement raison. Il ne risque pas de la ramener chez lui comme toutes les femmes qu’il croise dans les bars et qu’il séduit pour une nuit sans lendemain mais peu importe ce qui est ou sera, il sait qu’elle n’est pas insensible. Mieux encore quand elle accepte pour le verre et qu’il sait qu’il y a un restaurant bar pas loin. Ils marchent côte à côté pendant un moment dans un silence, loin d’être pesant, même reposant, puis elle lui demande quelque chose qui semble la tarauder puisqu’elle a l’air d’hésiter. Il se retourne vers elle amusé, jetant un même temps des coups d’œil sur la route. Il rigole réellement quand elle lui rajoute qu’il ne devrait pas avoir honte de lire des romans de grand-mère.

« Je n’y crois pas. Tu bosses dans une librairie mais tu ne lis pas beaucoup, je me trompe ? Sinon, tu connaîtrais forcément nous irons tous au paradis et tu saurais forcément que c’est beaucoup de choses dont un roman de grand-mère mais pas uniquement. C’est à ça que ça ressemble de loin, donc oui, je n’aime pas passer pour le mec sérieux qui lit des livres sérieux mais c’est loin d’en être un. Nous irons tous au paradis est une vraie leçon sur la vie et l’amour ma belle. Tu rates un truc, crois-moi. »

Il pose une main dans son dos, arrivés devant le restaurant bar qu’il connaît et apprécie pas mal pour la qualité de cocktails et la pousse un peu à se retourner avec lui vers l’endroit en le lui désignant du doigt.

« C’est par ici. »

Il tire même la chaise pour elle, ce qu’il ne fait sûrement pas toujours. Les filles saoules dans les bars ne demandent pas toujours tant d’intérêt ou d’attention. Il lui sourit et s’assied ensuite en face d’elle, appréciant particulièrement que le serveur vienne immédiatement leur rapporter une carte tout en les saluant. Il la regarde ensuite par-dessus sa carte et lui demande.

« Si tu ne bosses pas comme libraire par passion et par choix, pourquoi est-ce que tu y travailles ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 405
▵ arrivé(e) le : 28/06/2017
▵ avatar : Vanessa H.

MessageSujet: Re: Un petit pas en avant (damon&emmanuelle) Jeu 24 Aoû - 9:28


Damon & Emmanuelle

Un petit pas en avant


Plusieurs minutes sont passées depuis que nos chemins se sont croisés. Cet inconnu que j'ai croisée tant de fois derrière mon comptoir et sur lequel je pose desormais sur le visage un prénom. Imaginer un vrai face-à-face avec cette personne ou lire dire plus que "Bonjour ; Merci ; Je vous souhaite une bonne journée" ne m'a jamais traversée l'esprit ; mais il suffisait d'un petit pas en avant dans sa direction pour éclaircir ma journée. Mon envie de rentrer à la maison se dissipe à chaque mot qu'il prononce. Il est drôle et avant tout sympathique ; je prends un plaisir fou à lui réexpédier ses piques et même si je ne réplique pas de façon ingénieuse, je m'en fiche. J'ai le sentiment de pouvoir être moi-même avec Damon, de pouvoir me laisser aller, il est peu fréquent que ce sentiment se présente aussi rapidement ou pleinement, je ne parle pas nécessairement de moi, c'est universel. Nous avons là un plaisir communicatif authentique, c'est la première fois depuis longtemps que je m'entends aussi bien avec quelqu'un. « Non... J'aurais pris la fuite. Je n'aurais aucunement eu envie de faire face à mon ingrat de patron. Je vous aurais laissé ce privilège. » Déclarais-je avec un sourire sarcastique à la Emmanuelle. Damon n'a décidément pas froid aux yeux et je suis tout bonnement incapable de nier que la situation de m'amuse pas. Il est différent des autres, je ne me sens pas offensée comme je le serais normalement et je rentre dans son jeu, essayant de ne pas me trahir, car oui je ne suis pas insensible. C'est son charme naturel, ce qui n'arrange pas mon cas. « Vous voulez que je vous dise un secret ? » Je n'ai jamais autant employée un ton mystérieux dans une discussion. C'est une partie de ma personnalité que je découvre au cours de cette rencontre et qui ne me choque pas des moindres. Provoquant en moi une puissante exaltation. « Je ne suis pas comme toutes les femmes. » Finissais-je en lui faisant un clin d'œil. Il ne me laisse pas indifférente et pourtant nous nous connaissons depuis à peine vingt minutes. Je vis le moment. Dans la minute qui suit, la prochaine phrase peut être nous nous disant l'un à l'autre "on se reverra surement à la librairie". Puis je rentrerais chez moi et tout ça ne deviendra qu'un souvenir. Mais non, je suis rouge et il propose que nous allions boire un verre.

☆☆☆

Sur le trajet, j'ose lui poser une question qui me taraude et il me rit littéralement au nez. Eh bien les rôles s'échangent, chacun son tour apparemment. Il marque un point, je ne connais pas le contenu de ce livre, je ne connais le contenu d'aucun livres. Je l'écoute attentivement. Visiblement, il s'est aperçu que je ne suis pas une fidèle lectrice, m'aurait-il vu un jour dans une situation périlleuse ? Plausible, ça m'arrive quatre jours par semaine, si j'ai de la chance. Ce n'est pas la première fois que l'on me dit que je rate quelque chose en ne lisant pas. Je lui réponds avec un ricanement mêlé à l'ironie, pour approuver à sa question. « Ironique n'est-ce pas ? Je ne suis pas une adoratrice de la lecture. Je ne trouve pas ça ennuyant, au contraire. Je cultive ma passion dans un autre domaine. Et pour ainsi dire.. je ne lis jamais. On me répète assez souvent que je rate quelque chose, à commencer par mon père. » Je ne suis pas une aventurière, lire me rappelle à quel point ma vie est calme, ça me ferait presque déprimer. « Mais je maintiens que vous ne devriez pas avoir honte. » Lui lancais-je précipitamment et décidée de cette opinion. Nous poursuivons notre route en discutant et en plaisantant.

☆☆☆

Il place sa main dans mon dos quand nous atteignons le bar. Ce geste envois immédiatement des vibrations dans mon corps. En arrivant à notre table, il tire la chaise pour que je puisse m'asseoir. Galant en plus de ça, je lui souris en le remerciant. Lui assis en face de moi, plus aucun moyen de cacher mes traits d'expression lors de ses propos qui me transforment en tomate. Le serveur nous apporte la carte, il y a du choix, je tire une grimace quand je vois le nombre de boissons dont je ne connais pas l'existence. J'entends Damon me demandant pourquoi je travaille en librairie si ce n'est pas par choix. Je laisse tomber la carte sur la table. Puis je le regarde. Pourquoi fallait-il qu'il pose cette question ? Nous étions bien.. Je n'y pensais pas. Je ne faiblis pas, et lui réponds simplement. « Grâce à mon père, il est ami avec le gérant. Ce piston me permet aujourd'hui d'avoir un travail. Certes je ne suis pas très douée, mais c'est mieux que rien. » Répondis-je falsifiant un sourire. En espérant qu'il n'en demande pas plus, je ne souhaite pas entrer dans le sujet, bien que j'ai donnée une réponse vague. Je baisse les yeux sur la carte et je lui demande aussitôt ses conseils sur ce que je devrais commander. « Vous avez quelque chose en particulier à me conseiller ? Je ne suis pas très alcool. »


AVENGEDINCHAINS


Dernière édition par Emmanuelle R. Lacourt le Sam 21 Oct - 18:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MEILLEUR MEMBRE + du mois d'octobre.
avatar
MEILLEUR MEMBRE + du mois d'octobre.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 300
▵ arrivé(e) le : 03/05/2017
▵ avatar : Alex O'Loughlin

MessageSujet: Re: Un petit pas en avant (damon&emmanuelle) Ven 8 Sep - 9:18

Le rire et la gaieté d’Emmanuelle sont communicatifs. Damon est de bonne humeur et grâce à cette rencontre, il l’est d’autant plus. Le courant passe immédiatement et ils pourraient presque le voir ce courant, le toucher. Il aurait des couleurs insoupçonnés, comme s’ils étaient faits pour se rencontrer. Comme si le Destin l’avait délicatement posé sur sa route comme une pétale de fleur se pose sur un lac glacé. Leurs âmes se reconnaissent. Ils s’entendent immédiatement comme deux amis de longue date et c’est rafraichissant et délicat à la fois. Il a l’impression étrange qu’ils se connaissent depuis toujours alors qu’il vient tout juste de la rencontrer. C’est toujours agréable quand une inconnue fait son effet mais là, c’est différent. C’est une reconnaissance au-delà d’une simple attirance, qui pourtant présente, ne serait pas suffisante si elle s’était retrouvée seule. Il sourit en entendant sa réponse et il admire également le fait qu’elle ait autant de répondant. Le temps risque de passer à une grande vitesse près d’elle.

« Tu as beaucoup trop confiance en toi. J’aurais trouvé un moyen de te faire rester avec moi. »

La boutade est lancée et rien ne les arrête plus. Emmanuelle entre dans son jeu et il se demande s’ils vont réussir à séparer jeu et réalité sans s’y mêler les pinceaux. Il est si facile de s’y perdre. C’est sans contrainte. Le ton mystérieux est enjoué mais elle sait y faire et il se surprend à s’arrêter un léger moment, pendu à ses lèvres et amusé. Qu’est-ce qu’elle va lui dire. Le secret est hilarant. Il a presque envie de lui dire qu’il s’en serait douté, que ça se voit et qu’il est clair qu’elle n’est pas comme toutes les femmes. Pourtant, quelque chose l’en empêche. L’envie de savoir jusqu’où elle peut l’exprimer peut-être ? Cette différence.

« Vraiment ? Je ne demande qu’à te croire mais je vais devoir avoir des preuves tangibles… »

C’est alors qu’il en apprend un peu plus sur la vie de la jeune fille et ce n’est pas du luxe, parce qu’elle lâche clairement les informations au compte-goutte. Il ne faut pas être pressé et heureusement, il ne l’est pas. Il n’a jamais réussi à être à l’heure pour le boulot, ce n’est pas aujourd’hui qu’il commencerait alors qu’il est en charmante compagnie. Il se glisse dans le bar avec elle et il sent l’ambiance changée, sitôt la porte passée. Sûrement le pouvoir magique des portes sur la vie. D’inconnus rencontrés à peine quelque minutes plus tôt dans la rue, ils se retrouvent comme deux connaissances se glissant dans un bar pour se connaître, s’apprendre, se comprendre. Il l’écoute attentivement expliquer pourquoi elle se contente d’une vie de libraire si elle n’aime pas cela et la réponse, bien que vague et tremblante le satisfait. Comment en dire plus à un inconnu ? Il lui sourit à nouveau, comme pour lui montrer qu’il ne l’embêtera pas plus avec cela.

« Alors tu me disais que tu cultivais ta passion dans un autre domaine. Je me demande bien lequel ? J’espère que tu pourras trouver autre chose rapidement. La vie est trop courte pour se contenter de quelque chose de « passable », tu ne crois pas ? »

Il la fixe un moment, se demandant ce qu’elle cache parce que le secret plane gentiment au dessus de sa tête et que c’est ça le problème quand on est trop observateur. On le voit comme le nez au milieu de la figure mais elle lui demande un conseil et il baisse les yeux sur la carte.

« Tu n’es pas obligée de prendre de l’alcool. Je ne cherche pas à te saouler, je n’en tirerais aucun vestige puisque je vais bosser après. Leur cocktail de fruits frais est délicieux mais si tu tiens à t’enivrer légèrement, je te conseille la pina colada ou la tequila sunrise. »

Il lui rend le clin d’œil reçu beaucoup plus tôt parce que lui aussi sait la taquiner à moindre mesure et c’est amusant de la voir rougir. Il la regarde un peu plus sérieusement cette fois et rajoute, toujours badin, taquin.

« Et pitié, tutoie moi, j’ai l’impression d’être ton oncle… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 405
▵ arrivé(e) le : 28/06/2017
▵ avatar : Vanessa H.

MessageSujet: Re: Un petit pas en avant (damon&emmanuelle) Mer 27 Sep - 22:57


Damon & Emmanuelle

Un petit pas en avant


Parfois, tu rencontres une personne avec qui tu connectes facilement. Tu es confortable avec elle et tu n'as pas à prétendre être quelqu'un d'autre. N'est-ce pas insensé et surprenant lorsque l'on trouve cette personne parmi tous ces autres êtres humains ? Je vis pour ces moments, quand je ne vais pas bien ou que je suis au fond du gouffre, j'ai toujours cette lueur d'espoir au fond de moi qui me donnera le courage de me relever, la tête haute. Je sais qu'il y aura ce petit événement dans ma vie qui éliminera ce coup de blues. Damon est ce petit événement qui chasse toute possibilité d'un coup de blues. Qui métamorphose mon âme en une version plus joueuse de moi-même, comment ? Cela reste encore un mystère. Un mystère que je suis volontairement prête à résoudre. Je ne prête pas attention au temps, je me contrefiche lui. Cette impression de le connaitre sans savoir quoique ce soit de sa vie. Cette confiance et la sensation d'être en sécurité. C'est dingue. Coup de foudre amicale ? Probablement. Je lui glousse ouvertement à la figure lorsqu'il déclare qu'il aurait trouvé un moyen de me faire rester avec lui. « Mon grand, ne prenez pas vos rêves pour une réalité. Votre déplaisant accueil de tout à l'heure, m'aurait rendu intouchable et sans pitié. Non seulement j'aurais pris la fuite, mais je l'aurais fait avec un sadisme plaisir. » Déclarais-je en lançant une énième pique avec un des mes plus beaux sourire joueur. Une citation de Tom Clancy me vint alors en tête ; La différence entre la fiction et la réalité ? La fiction doit avoir un sens. J'en témoigne, c'est exactement la réaction que j'aurais eue. Les hostilités sont plus ouvertes que jamais et capituler n'est pas dans mes projets. Jusqu'où allons-nous aller ? Qui va reconnaitre sa défaite ? Le charme qu'il dégage, ces traits parfaits, ce sourire et cette expression certainement aussi joueuse que la mienne me font tourner de l'œil, je pourrais facilement me retrouver prise au piège. Gare à moi. « Des preuves tangibles ? Damon, je ne vais tout de même pas vous dévoiler tous mes secrets. On vient seulement de se rencontrer. » Il a raison, mon silence est un bon signe, il me fait ressentir tout un tas de d'émotions. Des émotions, dont je ne connais pas encore la signification et sur lesquels un point d'interrogation se pose indéfiniment. Mais je ne me trahirai pas. Je ne lui ferai pas ce plaisir, je ne flatterais pas son égo. Il va devoir prendre son mal en patience avant de découvrir ces preuves.

☆☆☆

Ce frisson qui m'envahit lorsque nous franchissons le seuil de la porte, passant de la sombritude du soleil couchant à la forte lumière artificielle, envoyant une petite douleur rapide dans mes yeux. Sa main dans mon dos.. Ô indescriptible sensation. J'apprécie amplement qu'il n'est pas cherché à en savoir plus concernant mon travail, plus tôt dans la rue et à l'instant. C'est le dernier sujet dans lequel j'ai envie de m'aventurer et il l'a compris en écoutant avec attention ma vague réponse bâclée en me répondant par un sourire. Intérieurement, je l'en remercie. Aussi à l'aise que je suis avec Damon, il reste quelqu'un que je viens seulement de rencontrer, je ne dois pas omettre ce détail. Mon père m'a toujours dit de ne pas faire confiance et de ne pas se dévoiler trop vite aux gens, une affirmation qui s'est plus tard confirmé au cours de mes vingt-trois années de vie. Et jusqu'à preuve de confiance, il ne saura que le strict minimum. Et franchement que devrais-je dire ? Que ma tumeur a retardé mon plan de carrière et que je peine désormais à décrocher le job de mes rêves ? Il en revient à notre conversation d'avant notre arrivés dans le bar, soit dans quel domaine je cultive ma passion. Ce domaine. Cette passion. « Le violon. » Annonçais-je en le regardant dans les yeux avec un sourire ému et passionné. Le simple fait de penser à mon violon, à sa mélodie, me transporte, m'apaise. « J'en joue depuis que j'ai sept ans. C'est l'instrument doté de la plus belle âme. » Souriais-je simplement, amoureusement. Il me souhaite de trouver autre chose rapidement en déclarant que « La vie est trop courte pour se contenter de quelque chose de « passable », tu ne crois pas ? » S'il savait. Combien j'approuve éperdument ses propos. Combien je veux boucler la boucle, mais que la chance ne s'est pour le moment pas offerte à moi. Combien je veux vivre en vivant ce que j'aime par-dessus tout. « La vie est trop courte. » J'appuie ces dires d'une nouvelle réponse flou cachant une ribambelle de sentiments, de souhaits et d'espérances. Fixant ses beaux yeux noisettes. Les miens se baissant sur la carte pour lui demander conseil. Je ne bois pas assez souvent d'alcool pour connaitre toutes ces mixtures qui se présentent à moi. Je suis plus l'amie de l'eau et du jus d'orange, mais d'être ici tant qu'à faire. « Un peu d'alcool ne va pas me faire de mal, je vais opter pour la tequila parce que j'adore les levers de soleil. » Plaisantais-je, de nouveau rougissante suite à son clin d’œil, il doit cesser ça, vraiment. Le rouge ne va pas avec mon teint. Je me mets à ricaner légèrement, mon vouvoiement à visiblement atteint sa limite. « Eh bien il faut dire que vous ne faites pas tout jeune. » Lancais-je en riant en insistant sur le vous pour le charrier une dernière fois. Je dois avouer que j'ai du mal à tutoyer les gens, et ce même lorsque l'on me le demande. « Et sinon, dis-moi. Tu restes encore un mystère pour moi. Que fais-tu dans la vie ? Si je peux me permettre bien sûr. » Demandais-je curieusement. Encore une fois il avait raison, tutoyer est bien plus chaleureux. Quelque chose change.


AVENGEDINCHAINS


Dernière édition par Emmanuelle R. Lacourt le Sam 21 Oct - 18:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MEILLEUR MEMBRE + du mois d'octobre.
avatar
MEILLEUR MEMBRE + du mois d'octobre.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 300
▵ arrivé(e) le : 03/05/2017
▵ avatar : Alex O'Loughlin

MessageSujet: Re: Un petit pas en avant (damon&emmanuelle) Ven 6 Oct - 8:25

Un accueil déplaisant. C’est vrai qu’elle y a eu droit et pourtant loin de regretter, il sait que ce n’était pas très « gentleman ». Pour peu qu’il le soit. Il y a aussi le fait que si elle ne lui avait pas parlé en l’agaçant, il ne lui aurait pas proposé un verre pour s’excuser et ils n’en seraient pas là et ce serait dommage. Réellement dommage. La présence d’Emmanuelle est un vrai rayon de soleil sur cette journée. Elle a éclairé ce moment, en a fait quelque chose de frais, léger, rassurant et amusant. Elle a changé ce petit instant banal en belle rencontre. Elle ne peut s’empêcher de lui renvoyer une pique en pleine figure, lui affirmant avec fermeté qu’elle l’aurait rejeté. Et si. On mettrait un éléphant dans une boîte d’allumette. Voire deux. Et si elle avait dit non et s’il avait tout fait pour qu’elle dise oui et si elle l’avait violemment rejeté et s’ils s’étaient rencontrés avant.

« Et maintenant, tu doutes de mes capacités et ce serait presque vexant si je n’étais pas si prompt à pardonner l’ignorance d’une jeune femme comme toi. On aura qu’à dire, à une prochaine fois peut-être. Je te prouverais ce que tu veux. »

Et puisqu’elle lui donne tant envie de continuer à jouer, il ne s’en prive pas. Il ne se prive pas non plus des expressions de son visage qui s’enchaînent. Des expressions de joie qu’il a amenée, d’abord volontairement, puis si naturellement. Il fait un petit sourire quand elle lui dit qu’elle ne peut pas tout lui avouer sur elle.

« C’est vrai, pas tout mais tu peux me dire ce qui fait de toi une femme différente, sinon, comment y croire ? Sur parole ? Je le fais rarement. Sur le long terme peut-être alors… »

Laisse-t-il alors couler, comme une promesse silencieuse. Comment imaginer finir cet instant rapide, éphémère et le faire disparaître ? Comment imaginer railler de sa vie cette lumière pour en faire un coin sombre dans l’oubli ? Pourtant ce serait simple. Lui demander son numéro de téléphone ou revenir à bibliothèque où elle travaille. Ce serait juste faire un pas vers elle et choisir de s’y attacher, l’air de rien. Le choix qu’il s’interdit souvent et les mystères n’aident en rien, or il y en a un paquet sur la tête de la belle brune. Une tonne. Sauf que voilà, le destin les a choisis. Il les a choisis pour s’apprécier au premier coup d’œil ou au deuxième. Au-delà de tout le reste. Un mystère fait place alors à la lumière quand Emmanuelle avoue aimer jouer du violon. Elle dit qu’il a la plus belle âme. Damon aime la musique, presque autant que les livres et il se dit rapidement qu’il aimerait bien l’entendre. Il l’imagine violoniste et tout à coup, tout colle. Son talent constitue sa nature même et la distingue sans aucun doute des autres, comme beaucoup des violonistes.

« Une violoniste. Je vois. Je comprends mieux aussi. »

Elle lui répète alors que la vie est trop courte en y donnant, dans son ton, beaucoup plus de sens qu’il n’en a jamais entendu. Sa mère le disait avec autant de force elle aussi. Parce qu’elle savait qu’il ne lui restait plus beaucoup de temps à vivre. Qu’est-ce qui rend le ton d’Emmanuelle si pressant ? Si urgent qu’elle ne peut qu’affirmer avec force que oui, la vie est trop courte. Alors il veut lui demander.

« Je suis un vieux bougre, c’est vrai. Même si je crois sincèrement que tout ça, c’est dans la tête mais… Et toi, à contrario, tu es peut-être trop jeune pour y croire avec autant de force ? »

Ensuite, elle commence à lui demander ce qu’il fait dans la vie. Il s’avance légèrement, l’observe encore et encore, se demandant comme à chacune de ses rencontres à quel point il peut avoir confiance, où il doit poser la limite. A quel moment dire stop et à quel point il peut se laisser aller ?

« Je suis barman, à « The circle », tu connais peut-être ? Je vis à New Town avec mon colocataire, Jayson, aussi ami d’enfance . Je suis né en Angleterre mais j’ai dû venir vivre chez mon frère quand j’étais très jeune. Ici, à Wellington. Je n’ai pas d’animaux, j’aime bien la musique et puisque tu l’as découvert bien malgré moi, j’adore également lire et toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: Un petit pas en avant (damon&emmanuelle)

Revenir en haut Aller en bas

Un petit pas en avant (damon&emmanuelle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always love ::  :: wellington central.-