AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 May I serve you something ? - Elia, Marshall

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 56
▵ arrivé(e) le : 30/06/2017
▵ avatar : Ryan Gosling

MessageSujet: Re: May I serve you something ? - Elia, Marshall Dim 30 Juil - 0:22


Elia Druckmann & Marshall Schultz

May I serve you something ?


« La perfection est ennuyante. Mais on dirait que nous avons tous deux touchés le gros lot avec nos compagnons, et que nous nageons tous deux dans le bonheur. »

Ces mots n’auraient pu être plus vrai en cet instant, même si le reste était tinté de mensonges pour eux deux, si elle était véritablement heureuse avec ce monsieur, la probabilité qu’elle se trouve dans cette position avec lui était moindre. Mais puisqu’elle ne semblait pas avoir envie d’en parler, il se résolu à profiter simplement de cette instant, dont il n’avait aucune certitude sur le renouvellement. Il serait simplement resté là avec elle pour toujours, si la possibilité lui était donnée. Ses baisers donnèrent naissance à des désirs primaires, réprimés depuis son incarcération, traduits par de nerveux frissons lui faisant prendre conscience de corps dans son intégralité. Même s’il s’amusait à se réfugier dans sa carapace d’homme distant et aux émotions à la limite de la robotisation, celle-ci ne tint pas longtemps face à ses dents, et fut fendue par un rire, aussi mélodieux que pouvait être l’appel à l’aide d’un homme solitaire.

« Comment est-ce que je peux dormir avec une crevette qui n'arrête pas de gigoter dans tous les sens ? Le hamac risque de ne pas tenir. »

Son goût à elle, lui était pareil à un fruit rafraîchissant aux saveurs de pomme, sans l’acidité agrémenté de la douceur d’une mangue. Il se souvenait de l’odeur, la sensation, et l’émotion transmise à travers un seul de ses baisers, mais était-ce toujours le même ? Il ne saurait le dire. Différentes personnes ils étaient désormais, et étrangères lui étaient ses lèvres pulpeuses qui n’avaient de cesse de le l’affamer. Son front n’eut aucun mal à trouver le sien, ses yeux étaient ce qu’ils cherchaient, cherchant le moindre signe de désapprobation, brièvement, avant même de n’avoir pu clore ses yeux, leurs lèvres s’entrechoquèrent, et tout aussi brièvement, sa langue caressa la sienne, avant de rompre ce chaste baiser, sachant que son geste n’était pas approprié à la vue de leurs deux compagnons.

« Tout a changé, et je crois bien que c’est toi qui a un goût d’alcool à présent. »


A nouveau, il se mit à rire avant de s’allonger à nouveau, entraînant Elia avec lui. Ce témoignage d’affection, il ne s’en excuserait probablement jamais, tout comme il ne s’en excuserait jamais. Aussi bref fut-il, il avait aspiré toute sa frustration avec lui. Son attention se porta à nouveau à elle, voulant saisir la moindre de ses réactions, aussi minimes fut-elles. Caressant la joue de celle qu’il chérissait plus que tout, une vague d'inquiétude le gagna.

« Tu vas revenir au Red Horn ? De temps en temps ? A la fermeture ? Je serai plus gentil qu'à ton entrée.»

Il n'était certes pas doué pour quémander des faveurs auprès de n'importe qui, mais tout de même il fit de son mieux pour être le plus avenant au travers d'un sourire innocent, même s'il avait conscience du côté malsain qui risquait de s'installer, puisque cette dernière avait un fiancé à en devenir. D'ailleurs, lui aussi n'était pas sensé entretenir de relation de la sorte, seulement envers la femme qu'il prétendait aimer. Mais pourtant, il ne parvenait à se raisonner, le plaisir de la revoir, la joie de la voir sourire, ses caresses étaient une drogue, dont il ne pouvait déjà plus se passer. Pourtant, elle ne méritait pas de compromettre sa situation, c'était tout bonnement égoïste se raisonna t-il.

« Oublie ce que je viens de dire, on ferait mieux de profiter de l’instant, ce n’est pas quelque chose qui doit se reproduire, et ça ne se reproduira pas. »


Ces mots, il ne le cachait pas étaient prononcés avec un certain renoncement, celui de la laisser à ce qu'il y avait de mieux pour elle. Ils n'étaient juste pas du même monde, la conclusion logique à laquelle il était parvenu des années auparavant, juste avant que les barreaux ne se referment, avec pour toute compagnie de nombreux sujets sur lesquels méditer.
AVENGEDINCHAINS


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: May I serve you something ? - Elia, Marshall Dim 30 Juil - 12:06


Marshall & Elia
⚜ LA NUIT GLACÉE RAPPELLE LE PASSE ⚜

Je ne nageais qu’en pleine tempête depuis qu’il avait refait intrusion dans ma vie comme si toutes ces années partaient en fumée et que la vie était mal faite. Certes, je m’étais installée dans cette relation car nous avions tout deux perdus un être cher, comme ce membre arraché à mon cœur et flottant tel un fantôme à chacun de mes chagrins. Pourtant, j’avais été l’investigatrice de cette déchéance, réduisant notre couple à néant. Il ne m’en voulait pas, même ses années de prison n’avaient effacé cette douceur dont il me gratifiait, cette chaleur qu’il m’offrait, cette réalité qu’il rendait plus douce. Je cherchais à gagner la bataille lorsque ses lèvres s’emparèrent des miennes et je fus presque déçue lorsqu’il coupa ce contact, net, sans équivoque, pourtant, sa main continua de balayer ma joue. Je plaçai la mienne sur la sienne comme pour éviter la rupture une nouvelle fois et me redressai, ramenant mes genoux vers son torse et me mettant presque en position assise sur lui. Je plantai mon regard dans le sien, distillant chacune de mes émotions au passage, sans chercher à cacher ce qu’il m’avait fait ressentir.

« La perfection c’est ça Marshall, tu le sais, je le sais. » Je déposai un baiser à la cime de son poignet, sans quitter ma position et, de mon autre main, je fis courir mes doigts de la naissance de sa pomme d’Adam jusqu’au tracé de ses pectoraux. Là, j’appuyai fermement ma main dans ce creux laissé par son corps tout en muscles tandis que ma main, toujours collée à la sienne, s’éloignait et revenait, jouant à cette balle qui rebondit, contre la sienne, lui laissant le loisir de se retirer. «Parce que tu ne dormiras pas, ce n’est pas ce que j’ai décidé » ajoutai-je d’un sourire espiègle. Je ne voulais rompre cette proximité mais ce serait bel et bien la dernière fois, non pas pour mon lui, ce pseudo fiancé avec qui je ne resterai pas, mais pour Marshall. Je ne pourrai jamais le regarder en face après l’avoir quitté, après avoir provoqué sa descente aux enfers car quoi qu’il en pense, c’est l’image que je m’en étais faite. Je ne pouvais briser cet homme une seconde fois et je m’y refusais. Il semblait heureux et je l’étais aussi mais jamais je ne reproduirais ce schéma parce que cette fois, c’est moi qui me mettrai en prison, pour sa propre sécurité.

Je ne relevais pas sa remarque par rapport à l’alcool, peut-être grisée par ce qu’il m’avait servi mais mes idées n’étaient guère embrouillées. Mon cerveau clignotait Marshall et mon cœur tambourinait Marshall. A vrai dire, je ne respirais, à cet instant, que pour sa personne. C’est un peu romancier et utopique ce genre de remarques mais c’était vrai. Chaque cellule se rappelait son passage, ancien et présent et je ne le pense pas capable de vibrer pour un autre que lui, aussi intensément. Je crois même ne jamais être capable d’oublier son souffle sur ma peau à part en cramant mes terminaisons nerveuses. Hélas, les choses sont différentes aujourd’hui. J’arquai un sourcil, grimaçant un instant et laissant transparaître ma tristesse. « Je suis d’accord avec toi Marshall. J’ai déjà foutu ta vie en l’air une fois, je ne recommencerai pas. Tu mérites d’être heureux et de vivre, libre. Pas avec ce qu’il s’est passé avant et si je traîne dans le coin, ça ne fera que te rappeler l’enfermement et moi ce que je t’ai obligé à faire, en t’abandonnant. » Je baissai les yeux, des larmes étreignant mes orbes et serrant mon emprise sur sa main en venant caler ma tête contre la sienne, me penchant et franchissant cette même ligne que celle qu’il avait franchi il y a quelques minutes, je déposai une dizaine de baisers aux commissures de ses lèvres avant d’attraper celle inférieure pour tirer dessus, jouant un instant de mes mordillements. Finalement, je plaquai ma bouche contre la sienne dans une onde d’envie, sans pour autant aller plus loin car ses mots avaient éveillé d’autres sensations que celle du plaisir en moi. Je relevai la tête, ramenant mes cheveux derrière mes oreilles et coupant brièvement ce qu’il venait de se passer. « Je ne suis pas une menteuse Marshall, je vais sortir de ta vie enfin…je viendrai peut-être voir à travers le carreau de ton bar si tout va bien » ajoutai-je en un murmure discret mais véridique. « Je vais le lui dire aussi, je ne déguise pas la vérité, je ne trompe pas les gens. Mais je crois que ce soir, je faiblis. »

⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 56
▵ arrivé(e) le : 30/06/2017
▵ avatar : Ryan Gosling

MessageSujet: Re: May I serve you something ? - Elia, Marshall Dim 30 Juil - 22:03


Elia Druckmann & Marshall Schultz

May I Serve you something ?


Marshall connaissait la culpabilité comme étant destructrice de tout, un moment heureux ne lui résistait d’ailleurs pas comme à cet instant. C’était cette même culpabilité qui l’avait poussé à saboter son dernier travail et l’avait conduit en prison il ne pouvait pas laisser cette vieille amie ronger celle qu’il avait su rendre heureuse cette nuit.

« Je veux que les choses soient claires Elia, tu n’y es absolument pour rien. J’ai décidé de mon plein gré de purger ma peine, personne ne m’y a obligé, j’aurais tout simplement pu continuer à courir à travers les pays, jusqu’en France. Mais J’AI, décidé le contraire, tu n’as rien à voir là-dedans, alors tu vas me faire le plaisir de ne plus jamais dire que c’est ta faute, c’est seulement la mienne, moi, l’adrénaline et mes envies. Arrête d’y penser, je suis content d’en être là, et ça n’aurait pu se faire sans ce qui s’est fait. »

Le barman lui rendait subtilement chacun de ses infimes mais précieux baisers qui trouveraient à coup sûr le chemin le plus rapide vers son cœur. Sa phrase suivante, le priva de de son sourire, mais comme d’ordinaire elle était toujours aussi juste emplie de valeurs que peu de personnes partageaient. Une nouvelle fois sa main se logea naturellement dans sa chevelure, avant de se frayer un chemin en une tendre caresse vers son dos. Son visage s’éleva vers les rares étoiles venues témoigner de leurs retrouvailles, qui pourraient être les seules avant encore de nombreuses années, ce qui le résolu à le faire profiter d’elle un maximum, avant que leurs routes ne se séparent à nouveau. Seul l’instant existait, seul eux existaient, non pas leurs partenaires qui n’existaient pas. Attrapant, avec une délicatesse sans borne, sa taille, il la hissa à son niveau, pour retenir le moindre des détails de son regard, de ses yeux, son front, ses lèvres. Plongeant à nouveau sa main dans ses cheveux, il approcha son visage du sien, avec un simple sourire traduisant la joie s’étant pris de lui en la voyant.

« Je ne te demande pas de lui cacher, ce serait mal. Mais concentrons-nous juste sur nous cette nuit, laissons les regrets à demain. »

S’affranchissant de ses règles, de la distance qu’il s’était évertué à placer entre eux au début de cette soirée, de nouveau, il joint ses lèvres aux siennes, s’appliquant à lui communiquer la passion qui le consumait en cet instant, et à chaque fois qu’elle était à ses côtés, les années n’avaient rien changé à cela. Lentement, ses mains imbibées par l’alcool et à la senteur presque imperceptible de détergeant, glissaient sur sa main, découvrant sa nuque, chaque parcelle de sa peau, son corps. Entreprenant, ses mains avançaient toujours plus bas, s’arrêtant à ses épaules, peu désireux de forcer son intimité et sa volonté.
AVENGEDINCHAINS


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: May I serve you something ? - Elia, Marshall Lun 31 Juil - 12:09


Marshall & Elia
⚜ LA NUIT GLACÉE RAPPELLE LE PASSE ⚜

Mon cœur disait oui, ma tête disait non. J’inspirai profondément lorsque je sentis la caresse de ses lèvres sur les miennes, comme lorsqu’on plonge pour la première fois de l’été dans la mer après avoir passé une journée sous un soleil de plomb, je ne sentais pas la froideur des vagues mais leur houle m’étreignant. Mon sang ne fit qu’un tour et je ne me pensais guère capable de lui résister, surtout après ce qu’il venait de m’offrir, la rédemption. Je n’étais certes pas coupable mais j’avais joué dans cette partie d’échec nous menant à ces abysses, cette prison dans laquelle il avait vécue, cette relation dans laquelle je m’étais enterrée. Je suivis du regard son ascension qui s’arrêta à mes épaules. Elles n’étaient point dénudées mais peut-être cela serait-il plus appréciable pour me délecter de son corps ? De sa chaleur ? Des images peu orthodoxes me traversèrent l’esprit tandis que je déposai un léger baiser sur son front. « Et si je n’étais pas partie, j’aurais dû t’attendre, si j’avais su… » Ces paroles marquaient l’état actuel de mes sentiments, ceux qui ne m’avaient jamais quitté depuis. Mais ce n’était pas la tristesse qui traversait mon visage mais bel et bien la joie, le désir et l’envie, des émotions démultipliées par le simple fait de sa présence. Je récupérai l’une de ses mains, l’emprisonnant contre mes lèvres et y déposant une myriade de légers baisers avant de la laisser reposer non pas à son endroit initial, mon épaule, mais sur ma hanche. De là, ses mots tambourinaient aux portes de mon esprit. Je n’étais personne à faire le mal mais j’avais envie, juste pour une fois, de laisser ces convictions m’ayant fait faire de mauvais choix, de côté. Je savais ce que cela pourrait signifier mais tant que je brillais à ses yeux, cela me suffisait amplement. « Tu veux que je me concentre hein ? Je dois me concentrer où exactement ? » ajoutai-je avec un regard espiègle qui l’enveloppa de toutes parts. Je souris malicieusement, emportant avec celui-ci ce qui restait de ma raison et laissant mes doigts effleurer l’embrasure de son cou et descendre jusqu’au départ de son haut, que je couvris ensuite de baisers. A ce jeu, il avait toujours été meilleur que moi mais les années forgent l’expérience, j’ai eu assez de nuits solitaires pour imaginer nos retrouvailles, bien qu’elles restaient fictives et j’entamais donc le round 1. Je laissai glisser mes doigts le long de son haut et me retrouvait à la racine de son ventre. Là, je soulevai délicatement son haut afin de décrire des cercles et toutes autres joyeusetés comme des cœurs, mes doigts dessinant ces items symboliques tandis que mon regard ne le lâchait pas, de peur de perdre pied et ma lucidité en même temps. « Tu m’as manqué Marshall. Personne ne m’a jamais offert ce fameux verre comme toi. » Je faisais référence à notre premier soir et à ce qui fut le début de tout. Au lieu de me démonter et de penser tristesse, je l’observai avec allégresse. « Tu as dû apprendre des choses en prison en parlant avec tous ces mâles. J’espère que…. » qu’il n’a pas vécu de violence telle qu’il soit brisée et je serrai mon emprise sur son torse comme pour signifier mon inquiétude.
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 56
▵ arrivé(e) le : 30/06/2017
▵ avatar : Ryan Gosling

MessageSujet: Re: May I serve you something ? - Elia, Marshall Lun 31 Juil - 23:33


Elia Druckmann & Marshall Schultz

May I serve you something ?


Nul besoin de mot pour signifier ce qu’il avait voulu dire par là, ses gestes suffisaient à eux-mêmes. Elle semblait lui donner son approbation en plaçant ses mains sur ses hanches, qui naturellement se permirent une caresse plus audacieuse, en glissant jusqu’au bas de son dos. Ce moment de romantique fut poignardé par le rire perçant de l’allemand provoqué par sa dernière remarque.

« Dis-moi, tu n’as regardé trop de séries télévisées ? Ça avait plus l’air d’une colonie de vacances pour adultes. Et si ce que tu voulais dire que tu espérais que mes fesses n’avaient pas reçues de visites inattendues, bien sûr que non ! »

Il ne put réprimer son rire qu’en coinçant la lèvre inférieure de la jeune femme entre ses dents, tirant sur cette dernière, avant d’en prendre possession en un doux baiser, transpirant la joie bien au-delà de cette petite boutade, elle était provoquée surtout par sa présence, décidément il n’y avait qu’elle qui le mettait dans un tel état, si une autre personne, comme l’un de ses clients le voyait en cet instant, il ne le reconnaîtrait probablement pas. Ce tic, de noyer ses mains dans ses cheveux le démangeait, mais celles-ci s’affairaient à explorer le corps de sa douce. Comme un enfant ayant trop peur de ne pas savourer son soda en l’avalant en deux gorgées, il remonta ses mains dans son dos encore couvert de la robe avec laquelle elle avait fait sa réapparition dans sa vie. Il en découvrait chaque pli, lentement, jusqu’à arriver à cette fermeture, qu’il descendit de quelques centimètres, juste de quoi pouvoir apprécier le contact de son épiderme, dans ses mains brûlantes de désir pour elle.

« J’espère aussi que je serais le dernier à t’offrir un verre, le dernier à pouvoir descendre cette fermeture et à poser mes mains sur toi. »

Son regard n’osait s’affranchir du sien, le vert de ses yeux l’immobilisait, le désarmait, l’obsédait, parmi les rares femmes qu’il avait eu la chance de côtoyer, aucune n’avait ce regard l’ayant fait chavirer. Le seul moment, où ses yeux quittaient les siens, étaient pour apprécier le chemin frayé par ses lèvres, dégustant sa peau teintée de bronze, en la mordant juste assez pour la parsemer de marques qui il l’espérait pour elle, allaient disparaître dans les minutes à venir.
AVENGEDINCHAINS


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: May I serve you something ? - Elia, Marshall Mar 1 Aoû - 16:12


Marshall & Elia
⚜ LA NUIT GLACÉE RAPPELLE LE PASSE ⚜

Je frissonnai sous ses caresses et ne protestai pas lorsqu’il en vint littéralement aux mains, celles-ci se frayant un passage sous le début de ma robe. J’aurais été moins prude, je lui aurais demandé d’arracher le vêtement de ses dents, histoire de pimenter les choses. Néanmoins, les lumières incandescentes de la nuit me rappelaient où nous étions et, en un éclair, la situation dans laquelle je me trouvais. J’inspirai profondément sans détour et capturai ses lèvres, remontant mon étreinte bien que mes mains s’étendaient vers ce précipite, flirtant avec le danger, jouant avec le feu en décrivant des cercles concentriques le long de sa ceinture, à fleur de sa peau. Je mêlai nos langues sans détour, puissant de la force dans ses caresses et dans notre étreinte. Je ne m’étais jamais sentie aussi vivante que ce soir et je préférai vibrer dans l’interdit que sombrer dans le déni. J’aimais cet homme de toutes mes tripes mais je ne pouvais lui avouer un tel état de fait sous peine de faire souffrir quelqu’un d’autre…il fallait que j’ai cette discussion et que je mette au clair les termes de notre nouvelle relation…une fin pour un nouveau départ en somme. Je jouai un moment de ma langue sur ses lèvres, décrivant le contour de ces dernières et m’approchant du cran de sa ceinture afin de la défaire mais quelque chose me surprit, des bruits de pas. Je me figeai telle une statue et me plaquai contre Marshall, happant sa bouche au passage en un baiser chaste mais guère mesuré. J’encerclai son cou de mes bras en murmurant, à peine de façon audible, à son oreille : « Les bandits ont dû t’apprendre quelques techniques de camouflage également. » Car déjà, de là où j’étais, je pouvais imaginer sa silhouette en train de gravir les dernières marches et héler mon nom : « Elia, qu’est-ce que tu fiches ? J’ai mal au crâne et…pourquoi on est ici ? J’ai couché avec le barman sexy c’est ça ? Elia…. » Une vague d’inquiétude s’empara de moi. Comment expliquer ? Je voulais faire les choses bien et ne pas démonter son joli rêve, celui où ses mains voraces se posent sur MON Marshall, celui où je l’imagine éprouver un désir similaire au mien entre ses mains. Non, ce n’était guère envisageable mais j’échangeai un regard mortifié avec Marshall en murmurant à nouveau. « Tu seras un homme mort si elle nous voit. » Certes, c’était me faire du mal, lui faire du mal que de lui demander cela mais je ne pouvais ruiner mon identité et devoir résister à des explications. Elle ne savait pas, ce jardin secret était mien. Alors, mêlant ma main à celle de Marshall, je l’approchais pour la poser sur mon cœur. « Je fais pas semblant Marsh’, mais pas comme ça, s’il te plaît. »
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 56
▵ arrivé(e) le : 30/06/2017
▵ avatar : Ryan Gosling

MessageSujet: Re: May I serve you something ? - Elia, Marshall Sam 5 Aoû - 13:13


Elia Druckmann & Marshall Schultz

May I serve you something ?


Prenant toujours plus de liberté quant à ses gestes, Marshall la découvrait toujours aussi lentement, dégustant cet instant, le faisant durer aussi longtemps que possible. Ses baisers n’étaient que promesses de paradis, une lumière dans sa vie se jouant dans les ténèbres, elle l’avait toujours été. Ses mains se montraient tout de même plus impatientes au fil des secondes, et avaient fini par glisser la fermeture aussi bas que possible, puis elles s’affairaient à caresser sa peau de bébé, aussi douce que n’était que le contact avec ses yeux. Ses lèvres, sa langue se synchronisaient tant que possible dans la rixe dans laquelle l’entrainaient les siennes. Toujours plus entreprenant, et désireux d’elle il se penchait en avant sur elle, faisant glisser sa robe, pour avoir une vue plus complète sur son corps. Cette soirée l’enchantait, elle ne pouvait être plus parfaite, et le déroulement du reste il n’avait jamais pu le prévoir, mais il l’entrevoyait à présent, elle et lui s’ébattant à la vue du monde, sans que personne ne les voit, toujours en quête de plus de plaisir, bien au-delà de simple désir charnel, tous deux voulaient se garder pour eux. Mais non, il ne voyait effectivement pas la suite de cette nuit, l’imprévu venant toujours se glisser entre eux, au moment le moins approprié, une extrême frustration venant se substituer à son excitation à une égale mesure, le rendant presque fou. Serrant la mâchoire, il soupira aussi fortement qu’il pouvait se le permettre. Son affirmation le laissait tout de même dubitatif, un homme mort, on lui avait inlassablement répété ça en prison, ses anciens collègues, lorsqu’il avait planté la voiture contre un mur en béton, le sang coulait à flot dans la voiture, mais à l’approche des gyrophares, il l’avait bel et bien entendu, en quoi un homme de la haute société, ou un simple homme bon pouvait-il être une menace pour lui ? Sa main, glissa ensuite hors de la sienne, il ne pouvait néanmoins pas lui en vouloir, sa vie était déjà bien entamée, et il n’avait absolument aucun droit de la faire voler en éclat, une nouvelle fois. Il ressentit un immense fossé entre eux, lorsque leurs corps coupaient tout contact, une nouvelle fois il se sentait totalement éloigné d’elle en quittant le hamac. Les mains dans les poches, il ajustait sa tenue, rejoignant l’intérieur par la sortie de secours se situant à l’opposé de l’entrée qu’ils avaient empruntée, et qui était aussi celle par laquelle montait son amie.

Ça n’était guère, la soirée au terme rêvé, mais il ne pouvait nier qu’il était heureux, avec son sourire en coin, un pied de nez au destin, qui encore quelques heures auparavant, ne lui montrait que l’obscurité et ses échecs. Il se demandait, ce qu’ils pouvaient bien se dire là-haut, juste le temps pour lui de prendre un verre, sans alcool cette fois, de la menthe qui lui semblait intensifier, l’arôme délicat d’Elia. Il attendit qu’elles descendent pour en finir au plus vite.

« J’espère que vous avez toutes les deux pu vous ressourcer, c’est une clientèle exceptionnelle que j’ai eu le plaisir d’accueillir cette nuit. Voici, une carte de fidélité en espérant que vous reviendrez-vite. »


Cette carte de fidélité à la sobriété hallucinante avait en son dos le numéro du bar au travers duquel il attendait patiemment d’être dérangée par cette voix de sirène hypnotisant qu’il désirait tant. Il la tendit à Elia, ne faisant pas très attention à son amie, sans véritablement s’en rendre compte.
AVENGEDINCHAINS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: May I serve you something ? - Elia, Marshall Dim 6 Aoû - 20:37

Elia Druckmann a écrit:

Marshall & Elia
⚜ LA NUIT GLACÉE RAPPELLE LE PASSE ⚜




ELLE AVAIT TOUT GACHE ! Ou peut-être sauvé ma chance de commettre un impair, cet impair qui mettrait en péril mon intégrité et peut-être le peu d’amour propre et d’estime que me porte Marshall. Je me redressai et ne pouvait ajouter de mots à la scène à laquelle nous venions d’assister. J’étais furieuse, triste, haineuse et un peu…amoureuse. A vrai dire, je passais par tous les stades émotionnels en redescendant ces fameux escaliers où, tout en haut, se trouvait ce petit coin de paradis où je l’avais retrouvé. Je chassai ces idées de ma tête, je ne pouvais l’embarquer dans une histoire où les sentiments seront mêlés de faux semblants, je n’avais pas le droit de l’impliquer lui et de le mêler à ma vie déjà si compliquée. Je ne suis pas certaine d’être capable de faire face à Marshall en mentant à mon copain actuel. Mes convictions s’ébranlaient au fur et à mesure qu’il parlait. J’avais besoin de faire le point car je n’avais le droit de le faire souffrir, les gens ne sont pas des pions avec lesquels nous pouvons jouer et disposer à notre guise. J’étais hypnotisée par son regard et ses lèvres qui se mouvaient pour former des mots que j’entendais à peine. Une clientèle exceptionnelle, il n’y aucun mot en réponse à cela, il était cette exception qui revient à chaque fois et dans mon cœur et qui, malgré son absence, a toujours une place des plus importantes dans mon cœur. Je serrai la main sur ce morceau de papier qui me comblait déjà et n’osai le quitter des yeux. Au lieu de cela, je tendis ma main par-dessus le bar pour serrer la sienne, fermement et ajoutai d’une voix des plus sincères, où une certaine émotion pouvait trahir mes sentiments : « Votre accueil fut merveilleux, surtout à cette heure tardive et vous avez fait preuve d’une bienveillance exemplaire envers nous. Je vous remercie. » Mon amie m’attrapa par le bras, honteuse de sa conduite maintenant qu’elle reprenait ses esprits et, tandis que je jetai un dernier regard à Marshall, elle m’entraina à l’extérieur, à la recherche d’une issue à cette drôle de nuit.
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: May I serve you something ? - Elia, Marshall

Revenir en haut Aller en bas

May I serve you something ? - Elia, Marshall

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always love ::  :: new town.-