AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 On se soutient entre cousines → Clémentine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MODOles fées d'AL.
avatar
MODO ∞ les fées d'AL.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 162
▵ arrivé(e) le : 17/02/2017
▵ avatar : Shay Mitchell

MessageSujet: On se soutient entre cousines → Clémentine Dim 23 Juil - 2:28

Un beau jour ensoleillé, tout ce que Khandi aime. Comme une bonne partie de la population de Wellington, Khandi profite de ses jours de repos pour sortir, aller à la plage ou encore faire du surf. Enfin jours de repos c’est vite dit puisqu’elle n’a pas encore trouvé quoi faire de sa vie. Si les entretiens d’embauches sont nombreux, ce n’est pas pour autant que les réponses positives suivent derrière mais Khandi ne perd pas espoir. Elle trouvera quoi faire de son art. Seulement elle veut se prendre quelques jours pour elle entre deux journées à poser des cv et à vendre son art. Khandi ne fait pas de gros planning mais il est vrai qu’elle aime bien prévoir quoi faire de ses journées où elle est libre de faire ce qu’elle veut et quand elle le veut. C’est pour cela qu’elle a déjà prévu de voir sa cousine Clementine après avoir profité de bronzer au soleil une bonne heure. Faut dire que depuis qu’elle s’est réveillée elle est à la plage. Pour une fois elle n’a pas emmené sa planche de surf mais c’est uniquement pour ne pas s’encombrer voilà tout. Finalement elle remit ses vêtements par-dessus son bikini sec depuis le temps puis fila rejoindre Clementine qu’elle devait aller voir chez elle. Si les deux jeunes femmes n’ont pas grandi ensembles, elles ont bien passé leurs premières années de leur vie sans même se connaitre, ça ne les empêche pas d’être proche aujourd’hui et heureusement d’ailleurs puisque Khandi avait besoin d’une famille stable. Après ce qu’elle a vécu avec ses parents qu’elle appelle géniteur et plus récemment puisque ça remonte à quelques années le décès de leurs grands-parents, Clementine et ses parents ont été la seule famille de stable dont elle lui restait. Si aujourd’hui et depuis longtemps elle ne vit plus avec elle, elle a gardé cette relation dont elle ressent encore le besoin aujourd’hui. Elle n’aurait jamais pensé éprouver cela pour de la famille quand elle était petite. Un peu comme un rêve devenu réalité depuis qu’elle est sortie de sa vie cauchemardesque. Sonnant chez Clem à peine arrivée devant chez elle, elle n’attendit pas longtemps avant de dire : « Salut toi ! » Dit-elle à peine la porte ouverte qu’elle vient lui faire la bise pour la saluer. Un geste typiquement français que Khandi tient des Lagrange. On ne se saluait pas comme ça en Suède et encore moins en Nouvelle-Zélande même si cette attitude française est connue à l’international. Comme d’habitude Khandi n’attendit pas l’approbation de sa cousine pour entrer, cette dernière peut faire la même chose quand elle vient dans l’appartement qu’elle a en colocation avec un ami qu’elle a depuis son arrivé ici, entre autre. « Tu vas bien ? » Demande-t-elle comme à son habitude, un sourire aux lèvres attendant une réponse, non pas courtoisie. « T’as pas trop chaud ? Le soleil tape dehors c’est limite supportable ! » Commente-t-elle en la voyant avec un tee-shirt manche longue alors qu’elle-même supporte déjà mal son débardeur. C’est son franc parlé qui lui fait dire ce genre de chose, elle ne voit aucun sous-entendu là-dessous, du moins pour le moment.

hj:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MODOlittle panda.
avatar
MODO ∞ little panda.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 1677
▵ arrivé(e) le : 20/06/2015
▵ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: On se soutient entre cousines → Clémentine Dim 23 Juil - 22:07


On se soutient entre cousines
Khandi & Clementine


Les jours avaient finalement passé et je n’avais toujours pas de nouvelles de Lukas… Après tout, pourquoi est-ce que j’en aurais eu ? Pourquoi est-ce qu’il se serait soucié de comment je pouvais aller ? Pourtant ça n’expliquait pas son geste, le fait qu’il soit intervenu, qu’il m’est sauvé, et ramené chez elle pour prendre soin de moi, avant de m’abandonner dans son propre appartement le lendemain matin. Malheureusement, ou heureusement, ça dépendait du point de vue, j’avais d’autres problèmes à régler. Comme le fait que personne ne me voit dans l’état où je me trouvais. Le temps semblait agri trop lentement pour faire disparaître les marques des coups sur mon corps. J’arrivais à peu à prés à tout cacher sur mon visage avec du fond de teint et un peu de maquillage, mais pour le reste, ça dépendait de ma garde robe. Après la visite de Leah, et la façon dont elle avait découvert la situation, j’avais décidé d’arrêter de faire la morte, et je n’avais pas pu refuser à ma cousine une visite. Plus l’heure avançait, plus je tournais en rond dans la maison vide de mon colocataire, pour trouver le meilleur moyen de tout cacher à Khandi. Je ne voulais pas l’inquiéter, et encore moins qu’elle aille en parler à mes parents. Je ne pouvais pas parler de ce qui m’était arrivée à la police, pas sans dire ce que Lukas avait été obligé de faire pour moi… M’assurant que le maquillage cachait bien les bleus de mon visage, je descendais dans la cuisine, évitant de croiser les miroirs et tirait sur les manches de mon tee-shirt avec anxiété. J’avais chaud avec, c’était indéniable, mais je ne pouvais pas faire autrement. Enfin, on sonna à la porte, et j’allais ouvrir à ma cousine, en souriant timidement.

« Salut Khan’ »

Je m’écartais légèrement après l’avoir embrassé et refermais la porte derrière elle alors qu’elle s’engouffrait dans la villa que je partageais toujours avec Lorenzo. Je hoche la tête à sa première question, avant de hausser les épaules à la suivante. Ça oui je le sais qu’il fait chaud, même à l’intérieur, avec les volets fermés dans la plupart des pièces de la maison pour garder la fraicheur.

« Je n’ai pas vraiment chaud en faite. Je dois être un peu malade. »

Voilà qui pourrait expliquer son comportement, et mon teint jaunâtre à force d’avoir usé de fond de teint. Je rejoins rapidement la cuisine d’où je sors deux verres et de quoi boire avant de lancer la conversation.

« Et toi, comment ça va ? Ta encore passé la journée à la plage, hein ? »


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MODOles fées d'AL.
avatar
MODO ∞ les fées d'AL.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 162
▵ arrivé(e) le : 17/02/2017
▵ avatar : Shay Mitchell

MessageSujet: Re: On se soutient entre cousines → Clémentine Mar 1 Aoû - 17:08

Khandi a grandi sans famille, sans même savoir qu’elle en avait. Sa mère ayant coupé les ponts avec sa famille et son père étant fils unique, elle avait dû grandir seule. Alors, quand sa vie avait pris un tournant et qu’elle se retrouvait avec une nouvelle famille, les Lagrange, elle s’était accrochée à eux telle une moule sur son rocher. Elle avait beau les connaitre depuis des années seulement, c’est comme si elle les connaissait depuis toujours. Passer du temps avec Clementine c’était donc tout naturel, ça ne changeait pas du commun. Pourtant ces derniers temps elle n’a pas autant de nouvelle que d’habitude où elles s’envoient tout le temps des sms pour parler de tout comme de rien. Mais bon, elle devait être occupée, pas de quoi s’en inquiéter en tout cas. C’est donc tout sourire qu’elle se trouve devant elle, bien loin d’elle l’idée d’imaginer ce qu’il se passe pour sa cousine sinon elle ne garderait pas son sourire aussi longtemps. Pleine de vie comme à son habitude, elle remarqua quelques signes chez sa cousine mais pas de là à l’inquiéter pour la simple et bonne raison que tout ça se tient pour le moment. « Ah mince, tu sais ce que tu as-tu devrais aller voir un docteur » et son coté protecteur fit qu’elle vient poser sa main sur son front à peine Clem revenue de la cuisine pour voir si elle avait beaucoup de fièvre mais non, même pas. « Tu n’as pas l’air d’avoir de la fièvre c’est bon signe » Ou pas enfin elle ne s’alarma pas même si elle était inquiète, non pas qu’elle puisse lui refiler ses microbes mais parce qu’elle n’a pas l’air bien. « Oui moi ça va, tu me connais bien ! » Dit-elle avec un petit sourire. Les plages de Nouvelles Zélande sont loi des plages Suédoises, tout comme le climat. « Je suis allée bronzer un peu j’en ai marre d’envoyer des cv sans réponse » elle le savait que ça ne serait pas facile au début avec son diplôme d’art. Observant toujours sa cousine elle lui demanda « Tu es sûr que ça va ? Tu n’as pas l’air bien ! » Elle est franche alors elle dit les choses telles qu’elles sont même si c’est peut-être juste un coup de froid ou une intoxication alimentaire peut-être mais sans vraiment savoir pourquoi, elle a un mauvais pressentiment depuis qu’elle a vu sa cousine avec toute cette couche de vêtement qui lui semble bizarre. Mais bon, elle ne veut pas forcément lui poser des tas de questions, peut-être qu’elle s’en fait pour rien et qu’elle voit juste le verre à moitié vide, comme à son habitude quand elle a l’impression de devenir parano.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MODOlittle panda.
avatar
MODO ∞ little panda.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 1677
▵ arrivé(e) le : 20/06/2015
▵ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: On se soutient entre cousines → Clémentine Ven 11 Aoû - 16:56


On se soutient entre cousines
Khandi & Clementine


Cela faisait plusieurs jours que je faisais la morte. Je n’allais pas en cours, je ne répondais pas au téléphone, que rarement aux messages, seulement lorsqu’il le fallait pour faire croire que tout allait bien. Même Lorenzo, avec qui je vivais, n’avais pas remarqué que quelque chose n’allait pas. Ce qui était pourtant le cas. J’avais l’impression d’être au fond du gouffre, et pas seulement parce que j’avais failli mourir au fin fond d’une ruelle sordide de la ville. Non, cette histoire avec Lukas me minait le morale aussi. Mais je n’allais pas m’apitoyer sur mon sort bien longtemps, une fois que toutes les marques auraient disparu de mon corps, je comptais bien reprendre ma vie la où je l’avais laissé et ne plus penser à toute cette histoire. Sauf que mes proches n’en avaient pas décidé comme moi. Après la visite de Leah, voilà que je voyais débarquer ma cousine à ma porte d’entrée. Ne pouvant pas la laisser dehors, parce qu’elle ne se laisserait pas faire, je la saluais en me reculant le plus rapidement possible et la faisait entrer dans la maison où régnait l’obscurité. Tout en allant dans la cuisine, je détournais ma réponse en prétextant que je devais peut-être être malade. Sinon pour quel autre raison je me baladerais avec un tee-shirt à manche longue en plein été ? Je me retiens de reculer alors que Khandi s’approche de moi pour poser sa main sur mon front. Si la situation avait été tout autre, j’aurais probablement souris de tendresse face à ce geste protecteur. Mais pas aujourd’hui, pas dans cet état là.

« J’y penserais si ça persiste. Mais je commence déjà à me sentir mieux. »

Il fallait simplement un peu de temps à mon corps pour éliminer les coups. Il en faudrait un peu plus à mon esprit pour oublier cette nuit là, mais j’en faisais mon affaire… Essayant de me concentrer sur ma cousine et de détourner son attention de moi, je lui supposais qu’elle revenait tout juste de la plage. C’était un vrai lézard cette fille, toujours à se dorer au soleil lorsqu’elle le pouvait. Et je la comprenais. Buvant une gorgée de mon verre, j’écoutais distraitement ce qu’elle me racontait, je n’arrivais pas à me concentrer, c’était assez énervant d’ailleurs, puisqu’au final, je me contentais de passer la journée devant les stupides programmes de télévision.

« Ouais, je comprends. »

Mais ma cousine ne lâche pas l’affaire, et me redemande une nouvelle fois si je vais bien. Il faut que j’arrive à lui faire croire que oui, que je vais bien malgré les apparences. D’un geste instinctif, je tire sur les manches de mon tee-shirt, pour être sur qu’il couvre bien mes bras. Il ne faut surtout pas qu’elle aperçoive mes bleus.

« Oui, oui ça va. Juste un petit coup de mou je pense… »

Concentre-toi, Clém. Fais comme si tout allait bien, parle de tout, de n’importe quoi. Je lève le regard vers ma cousine et tente de lui sourire.

« Et ta recherche de boulot, ça avance ? »



AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MODOles fées d'AL.
avatar
MODO ∞ les fées d'AL.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 162
▵ arrivé(e) le : 17/02/2017
▵ avatar : Shay Mitchell

MessageSujet: Re: On se soutient entre cousines → Clémentine Ven 15 Sep - 13:44

Il est tout à fait possible que sa cousine soit véritablement malade mais Khandi ressent comme un mauvais pressentiment. Peut-être que c’est son côté protecteur envers la jeune femme qui fait ça, elle-même ne sait pas mais elle se fait beaucoup de soucis. Ce n’est pas pour autant qu’elle va lui faire passer une séance de questions-réponses. Pas tout de suite en tout cas. Seulement la brune garde sa suspicion dans un coin de son cerveau. Elle la trouve quand même différente de d’habitude mais peut-être que Khandi se fait trop de film ou bien son moment de chômage fait qu’elle passe trop de temps devant des séries télévisés policières. « D’accord tant mieux mais si tu te sens pas bien t’hésites pas je peux faire le taxi ! » Elle ne vit pas seule donc elle pourra trouver quelqu’un mais qu’elle n’hésite pas à appeler sa cousine, ça ne la dérangera pas de l’attendre pendant qu’elle voit un médecin. Khandi essaye toutefois de calmer ses pensées. Ce n’est pas parce qu’il y avait une raison quand elle était petite et qu’elle mettait des tee-shirts à manche longue tout à long de l’année que c’est pareil pour tout le monde. Elle ne le souhaite pas en tout cas. Elle essaye de penser à autre chose, qu’elle n’est pas folle mais elle remarque bien que Clementine tire sur ses manches et ce qui pourrait être un geste anodin pour certains, ne l’est pas pour quelqu’un qui agissait pareil autrefois. Peut-être qu’elle a juste de la fièvre, peut-être que c’est rien et que demain elle ira mieux. Il y a pleins de peut-être qui peuvent se justifier mais c’est quelque chose de tellement grave, de tellement alarmant que Khandi ne peut faire autre chose que de penser au pire. Les yeux rivés sur ce qu’elle vient de voir, elle est distraite quand elle lui répond. « J’ai quelques pistes et j’attends des appels mais rien de concluant jusqu’à maintenant… » Elle n’a toujours pas détournée son regard. Elle a même aussi remarqué le petit changement de sujet aussi rapide. Elles parlent souvent de tout et de rien, passant alors d’un sujet à un autre mais là, ce n’est pas anodin. « Clem tu sais que tu peux tout me dire hein ? » Ca ne lui dort vraiment pas de l’esprit, elle ne peut décidément pas penser à autre chose parce qu’elle est persuadée de ne pas être folle et de ne pas s’imaginer des choses. « Je suis passée par là ! » Ca peut être flou, surtout que sa cousine ne connait même pas son passé d’enfant battu puisque seuls leurs grands-parents le savaient mais si Khandi a raison dans ses suppositions alors même Clémentine comprendra. Son passé, Khandi n’en parle pas, c’est totalement tabou et les personnes au courant sont très peu nombreuses alors si elle décide de l’évoquer ici et maintenant ce n’est clairement pas pour rien. En parlant elle-même, peut-être que sa cousine en fera autant du moins, si la jeune femme a raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MODOlittle panda.
avatar
MODO ∞ little panda.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 1677
▵ arrivé(e) le : 20/06/2015
▵ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: On se soutient entre cousines → Clémentine Mar 3 Oct - 12:16


On se soutient entre cousines
Khandi & Clementine


Je ne peux pas dire que je ne suis pas contente de voir ma cousine, parce que c’est toujours le cas, et ce depuis qu’elle a débarqué dans nos vies. Mais là, ce n’est clairement pas le moment. Je ne me sens pas assez en forme pour jouer le jeu, faire comme si tout va bien alors que mon corps porte encore les traces de mon agression. Et encore, c’est sans parler de l’état de mon esprit et de mon cœur. Je lui promets de me rendre chez le médecin, si jamais ça ne va pas mieux. Même si je sais que je ne le ferais pas, que je ne peux pas me rendre chez un médecin ou à l’hôpital sans devoir expliquer doit me viennent ces marques. Et ça je ne peux pas en parler. Mes parents, ma famille, ils crieraient tous s’ils savaient ce qui m’était arrivé, mais surtout je ne pouvais –voulais- pas mettre Lukas en danger pour ce qu’il avait fait pour moi. Il m’avait sauvé la vie après tout, et je ne voulais pas qu’il risque des problèmes pour cela, ce qui se passerait sûrement si quelqu’un apprenait tout la vérité au sujet de cette nuit là. Je lui adresse un petit sourire timide que je veux sincère et surtout crédible.

« Tu n’es pas obligé, j’arriverais à m’en sortir toute seule. Mais merci… »

Je détourne mon regard du sien, parce que je sais qu’elle peut y lire trop facilement, surtout en ce moment, alors que je suis plus faible que jamais. Depuis qu’elle est entrée dans ma vie, je me dis que j’aurais voulu connaître Khandi depuis toujours, même si c’est parfois l’impression que j’ai. J’aurais voulu que l’on grandisse ensemble, qu’elle ait une vie aussi belle que la mienne et que l’on se fasse passer pour des sœurs auprès d’inconnus. Je sais, je dois déjà m’estimer heureuse qu’elle soit là aujourd’hui, et j’espère qu’elle le sait. Essayant de détourner son attention de moi je lui demande comment ça va sa recherche de travail. Je sais que ce n’est pas évident, même si je n’y suis pas encore confronté, du moins jusqu’à ce que je termine mes études à la fin de l’année, mais après je serais dans la même galère qu’elle. Je hoche distraitement la tête à sa réponse, alors que mon esprit est à des milliers de kilomètres de là. Je reviens sur terre alors qu’elle reprend la parole, et pose un regard perçant sur moi. Je soupire, je sais qu’elle sait qu’il y a quelque chose qui ne va pas, qu’elle sent que je ne lui dis pas toute la vérité. J’évite son regard, tire une nouvelle fois sur les manches de mon tee-shirt, me demandant comment je vais bien pouvoir me tirer de là sans parler. Mais je sais que ça ne sera pas le cas. Je ne pourrais pas lui échapper. Mon regard, plein de surprise, croise le sien alors qu’elle m’avoue être passée par là. Je ne comprends pas, qu’est-ce qu’elle veut dire par là ?

« Quoi ? De quoi tu parles ? »

Est-ce qu’elle aussi s’est déjà faite agressé ? Je l’aurais su… Et puis comment elle peut savoir ce qui m’est arrivé alors que je n’ai encore rien dit.




AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MODOles fées d'AL.
avatar
MODO ∞ les fées d'AL.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 162
▵ arrivé(e) le : 17/02/2017
▵ avatar : Shay Mitchell

MessageSujet: Re: On se soutient entre cousines → Clémentine Mar 10 Oct - 19:30

Khandi a un mauvais pressentiment. Elle pourrait très bien se faire des idées, ça ne serait pas la première fois mais étant donné que ça concerne sa cousine, elle préfère avoir le cœur net sur le fait que ce soit vrai ou non. Elle ne sait pas vraiment sur quoi l’accuser, quoi qu’accuser soit un terme assez fort. Elle se fait du souci, c’est tout ce qui compte. Khandi n’aurait jamais pensé dire ça un jour mais la famille est importante pour elle, du moins concernant les Lagrange, la famille de sa mère dont elle n’a pas de nouvelles depuis des années. Clementine est un peu comme une petite sœur et Khandi ne pourrait pas supporter qu’il lui arrive quoi que ce soit. « D’accord très bien » dit-elle finalement avec un sourire réconfortant. Elle ne le prend pas mal, bien au contraire mais elle trouve le comportement de Clémentine encore plus suspect. Sans doute est-ce pour cela qu’elle regarda sa cousine avec encore plus d’attention. La manière dont elle a de tirer ses manches fut un signal d’alarme pour Khandi qui est déjà passé par là. Clementine a peut-être froid en raison d’une possible maladie mais ça n’explique pas son attitude quant à ses manches. Toutefois, elle essaya de parler d’autre chose, gardant tout de même en tête les soupçons comme quoi elle lui cache quelque chose. Que Clementine lui cache des choses n’est pas quelque chose pouvant lui poser problème, mais c’est la chose qui se cache derrière qui lui fait peur. A-t-elle elle aussi eu affaire à quelqu’un de violent ? Ce n’est pas comme Khandi, son oncle est quelqu’un de bien mais peut-être un petit ami qu’elle ne connait pas ? Alors, après une courte discussion sur elle, Khandi revient à la charge. Son regard s’assombrit alors qu’elle prit les devants, lui dévoilant une partie de son passé. Du moins, elle reste vague mais c’est assez pour que ça n’en reste pas ainsi. Khandi n’aime pas en parler mais si Clementine passe par là, elle ne se voit pas rester neutre. La manière dont Clementine lui demanda de quoi elle parle, elle comprit qu’elle savait où elle voulait en venir. Alors, Khandi prit une grande respiration pour lui dire quelque chose qu’elle n’a quasiment jamais dis. « Je parle de la manière dont tu touches tes manques, je faisais pareil pour cacher mes bleus » Elle ancra son regard dans celui de Clementine avant de poursuivre « Donc s’il se passe quoi que ce soit et j’espère vraiment me tromper, tu peux me le dire, ça restera entre nous » Le fait de se confier la fera peut-être en faire autant. Parce que se dire que Clementine passe peut-être une mauvaise passe à cause de ça lui fout la trouille. Le pire est sans doute de ne pas savoir. La jeune suédoise ne tient pas en place, attendant que sa cousine réagisse alors elle se leva tournant en rond comme un lion dans sa cage avant de finalement se tourner vers cette dernière, la suppliant du regard de lui promettre qu’elle n’a rien et que ce n’est que dans sa tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MODOlittle panda.
avatar
MODO ∞ little panda.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 1677
▵ arrivé(e) le : 20/06/2015
▵ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: On se soutient entre cousines → Clémentine Mer 18 Oct - 23:12


On se soutient entre cousines
Khandi & Clementine


C’est dur, tellement dur de mentir à Khandi, en lui assurant que je vais bien, que je suis probablement juste malade. Ça doit se voir comme le nez en plein milieu de la figure que ce n’est pas vrai. Il n’y a qu’à me voir, mais je prie fort, pour que j’arrive à jouer le jeu et que ma cousine ne sache pas ce qui m’est vraiment arrivé. Ce n’est pas que je ne veux lui en parler, au contraire, je sais que ça me ferais du bien, pourtant, je ne peux pas me le permettre. Cela engendrerait trop de questions, et je ne voulais pas que ma famille, mes parents soient au courant. C’est déjà assez difficile à vivre comme ça pour tout compliqué en me confiant. Je pense avoir gagné la partie, d’avoir convaincu la brune alors qu’elle me sourire, d’un sourire qui me donne chaud au cœur et qui me fait croire que tout ira mieux avec le temps. Je n’ai pas le choix de toute façon. Pour changer de sujet de conversation, je la questionne sur son travail, mais ne prête qu’une attention distraite à la réponse. Je sens son regard qui se pose sur moi, qui me scrute, essaie de me lire, et nerveusement, je tire un peu plus sur les manches de mon tee-shirt manche longue, espérant que ça cache bien les bleus que j’ai sur les bras. Sauf que ce geste me trahit, et je regarde ma cousine, surprise et incompréhensive. Je ne comprends pas de quoi elle veut parler lorsqu’elle m’avoue être déjà passée par là. Je reste sans voix devant sa confession, l’un de ses plus terribles secrets puisque c’est la première fois que j’en entends parler. Ou ? Quand ? Comment ? Toutes ces questions me passent par la tête, pourtant aucunes ne traversent la barrière de mes lèvres. Je ne peux soutenir son regard qui s’ancre dans le mien et baisser la tête, jouant nerveusement avec mes doigts. Je sais que je n’ai plus le choix, et je sais que cette discussion va être importante, pour toutes les deux.

« Je ne savais pas… »

Bien sûr que non je ne pouvais pas savoir, Khandi avait probablement fait comme moi, tenté de cacher le plus possible ses marques. C’est tout ce que j’arrive à dire alors que ma cousine se lève pour faire le tour de la cuisine. Je sais qu’elle attend que je prenne la parole, que je lui parle de ce qui m’arrive, mais j’ai du mal. Je n’aurais pas cru que ce serait si difficile. Le regard toujours rivé sur mes mains, je relève enfin la bouche pour croiser les yeux sombres de la brune, et ouvrir ma bouche :

« Je me suis faite agresser il y a quelques jours alors que je rentrais chez moi… »

Voilà, c’était dit. Et je ne savais pas si je devais être soulagée, ou craindre le pire. Si j’avais dit cela à ma mère, je sais qu’elle se serait mise à hurler dans toute la maison, qu’elle m’aurait fait ôter mes vêtements pour m’examiner de la tête au pied, qu’elle m’aurait mené directement à l’hôpital, au commissariat, mais je ne pouvais pas faire ça. Cette fois, c’est moi qui pose un regard suppliant sur ma cousine en ajoutant :

« Il ne faut le dire à personne, surtout pas aux parents, ils ne s’en remettraient pas. »




AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

On se soutient entre cousines → Clémentine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always love ::  :: flashback.-