AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 C'est quand on s'y attend le moins que l'amour vous tombe dessus.(Graal)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.
avatar
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 6763
▵ arrivé(e) le : 19/11/2014
▵ avatar : Sarah Michelle Gellar.

MessageSujet: C'est quand on s'y attend le moins que l'amour vous tombe dessus.(Graal) Sam 12 Aoû - 15:16


 

 
 


« C'est quand on s'y attend le moins que l'amour vous tombe dessus.  »
Graal ღ  

 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



La peur. Elle n’avait jamais eu peur de quoi que ce soit, Grace. Elle n’avait toujours que suivi ses envies en dépit de toutes les conséquences. Quitte à prendre des risques, quitte à le regretter ensuite. Elle ne s’inquiétait pas de ce qui pouvait arriver… Et c’était surement à cause de cette inconscience qui lui était propre qu’elle avait fini par atterrir ici, en prison. Seulement à cause d’un détournement des fonds de son entreprise, alors qu’elle n’en avait même pas besoin, alors qu’elle n’en avait même pas envie. C’était un simple caprice de sa part pour obtenir plus rapidement la maison de ses rêves. Et, finalement, elle se retrouvait à vivre dans cette prison miteuse et immonde. Cela faisait quelques jours seulement qu’elle était arrivée. Elle était totalement désespérée à l’idée de se retrouver derrière les barreaux. Loin de son luxe, loin de ses amis, loin de sa liberté. Mais ce n’était encore rien avec ce qu’elle ressentait maintenant. Elle n’allait pas bien, Grace. Elle vivait très mal l’enfermement. Mais, en plus, elle devait s’habituer aux conditions de vie loin d’être évidentes des détenues. Ses draps irritaient sa peau, la nourriture était infecte si bien qu’elle ne mangeait pratiquement rien. Elle devait se passer de tous ses produits de luxe auxquels elle était habituée. Et si tant est qu’elle parvenait à supporter toutes ces choses, elle devait en plus gérer… Les autres détenues. En arrivant, elle s’était très vite fait remarquer. Dans cet endroit rempli de délinquantes de la pire espèce, elle détonnait largement. Elle ne faisait rien pour, mais elle ne ressemblait pas aux autres. Elle avait vite été qualifiée de « princesse », et encore c’était le surnom le moins méchant auquel elle avait le droit. Elle restait bien trop souvent dans son coin alors qu’elle avait toujours eu l’habitude d’être extrêmement entourée. Elle se sentait seule, triste. Mais pourtant, elle tentait de faire bonne figure. Contrairement à l’aspect qu’elle dégageait, elle n’était pas qu’une princesse. Elle tentait de rester forte, surtout face aux autres. Mais c’était loin d’être facile. Surtout que, trop souvent, c’était elles qui la cherchaient. Jusque-là, elle était parvenue à échapper à tout règlement de comptes. Mais son attitude la rendait encore plus détestable aux yeux des autres parce qu’elle donnait l’impression d’être hautaine. Ce jour-là, la jeune femme venait de prendre sa douche, toujours aussi écœurée par le manque de propreté des lieux. Elle était en train de peigner ses cheveux, focalisée sur son reflet dans le miroir, lorsqu’une voix se fit entendre. – Alors princesse, on se fait jolie ? – Tu sais, ça sert à rien ici. T’arriveras pas à t’attirer les faveurs des matons. Je suis sûre que c’est bien le genre. N’est-ce pas princesse ? Grace, elle, ne disait pas un mot. Elle gardait les yeux fixement posés sur son reflet comme si elles n’existaient pas. Elle les ignorait mais c’était surtout parce qu’elle savait que si elle leur portait de l’attention, elle n’allait plus pouvoir se retenir. – A moins que ce soit pour nous… Tu aimerais ça, qui sait. La jeune femme s’était approchée d’elle, laissant sa main caresser le bras de la jolie blonde qui se crispa, instantanément. – Enlève ta main. exigea-t-elle d’une voix assurée, provoquant un rire des deux femmes. – Oh tu ne manges pas de ce pain-là princesse ? Quoi, t’es trop bien pour nous, c’est ça ? Grace ne répondit pas, une nouvelle fois, préférant reculer pour partir. Mais, très vite, elles lui barrèrent le passage. – Répond quand on te cause ! – Laissez-moi passer. Mais non, elles n’allaient pas le faire. Bien sûr que non. A la place, l’une des deux lui empoigna le bras pour la retenir. – Tu penses qu’on n’a pas compris que tu te crois au-dessus de nous ? Tu crois qu’on est trop stupides pour ça ? Mais tu vaux pas mieux que nous, parce que t’as fini au même endroit, pouffiasse. Grace parvint à se dégager de son étreinte en la repoussant. Et cette fois, c’en était trop pour elle. – Tu ne m’insultes pas, c’est clair ? Je ne vous ai rien fait, moi ! Et vos tentatives d’intimidation ridicules, je commence à en avoir marre ! Vous allez me lâchez maintenant ! – Oh mais la princesse se rebelle, dis donc. Et qu’est-ce qu’elle va faire la princesse, hein ? Et, fatalement, la bagarre se déclencha. En réalité, c’était plutôt Grace qui se faisait massacrer par les deux autres détenues. Les autres les entourèrent rapidement, commençant à crier. Cela ne dura que quelques minutes avant qu’une gardienne arrive subitement. Mais c’était déjà trop tard pour la jeune femme qui était dans un sale état. – Allez, le spectacle est terminé ! Toi, tu vas à l’infirmerie. Sans lui laisser le temps de retrouver son souffle, la gardienne l’entraîna jusqu’à l’infirmerie pour qu’on s’occupe d’elle. Elle avait affreusement mal aux côtes. A chaque respiration, elle souffrait. Et elle sentait ce goût métallique du sang dans la bouche. Elle gardait obstinément le silence alors que le médecin l’examinait. Elle avait cet air fier, inaccessible sur le visage alors qu’en réalité, elle se demandait combien de temps elle allait survivre dans un endroit pareil. Parce que, cette fois, pour la première fois de sa vie, elle avait bel et bien peur.  



  CODAGE DE © MRS HYDE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MR. LE MAIREde Wellington.
avatar
MR. LE MAIRE ☆ de Wellington.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 3911
▵ arrivé(e) le : 12/11/2014
▵ avatar : Ioan Gruffudd

MessageSujet: Re: C'est quand on s'y attend le moins que l'amour vous tombe dessus.(Graal) Sam 12 Aoû - 16:56



~ GRAAL ~
"C'est quand on s'y attend le moins que l'amour vous tombe dessus"ღ

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Ce n'était pas forcément facile comme travail, on lui disait pourtant que ce n'était qu'un simple travail de bureaucrate, mais gérer une prison c'est très loin d'être un métier facile. Il avait pourtant fait des études de droit, il était avocat avant tous ça avant s'intégrer dans le milieu pénitentiaire. Aujourd'hui, il était le directeur d'une prison pour femme au alentour de New York. Comment il en était arrivé là ? C'était par un pur hasard, il avait fois en la justice et pensait pouvoir offrir une seconde chance aux femmes qui ce trouvaient ici. Puis question de ça, William s'en sortait plutot pas mal, la prison tournait plutot bien ... après c'était une prison, pas une maison de repos pour les femmes, il y avait des criminels ici et pas forcément des tendres. Il n'était pas censé être proche des détenues, mais il avait parfois tendance à trop s'impliquer dans les affaires, il était beaucoup trop proches de certaines et il savait qu'il ne devait pas en faire une affaire personnel, seulement il était comme ça. Dernièrement, ils avaient reçu des nouvelles détenues, il avait assisté à leur arrivé depuis son bureau mais il avait eu l'occasion de les voir en ce baladant dans les couloirs auprès d'un gardien. Contrairement à ce qu'on pouvait penser, c'était peut être pire qu'une prison pour homme. Entre elles, les femmes n'étaient pas tendre, c'était assez souvent qu'éclatait des bagarres c'était même assez violent au point d'en arriver jusqu'à l'infirmerie et c'était apparemment ce qui venait de ce passer alors que William était au téléphone dans son bureau. Il n'était pas censé s'occuper de ce genre de chose, en faite il devait même n'en n'avoir rien à faire et pourtant il avait demandé aux gardiens de l'avertir si jamais une bagarre ce déclenchais. Arrivant dans son bureau, la gardienne qui était supposé surveiller les douches entra déjà prête à faire son rapport. Raccrochant le téléphone, William leva les yeux vers elle alors qu'elle lui expliquait la situation. - Quelles détenues ? Lui annonçant le nom des deux détenues ainsi que la troisième qui avait finit en sang à l'infirmerie, William soupira doucement en ce laissant tomber sur sa chaise. Il avait fois en la justice oui, mais parfois il avait vraiment l'impréssion qu'il avait à faire à des animaux ! Certaines d'entres elles avaient besoin de faire la lois ! Il n'avait pas à porter de jugement c'est vrais seulement c'était loin d'être de toute tranquillité ! - Elle est salement amochée ? - Je pense qu'elle va devoir rester là bas quelques temps selon le médecin, elle à prit un mauvais coup ! Hochant simplement la tête, il ce leva de son siège. - Bon, vous me faite un rapport de tous ça ! Je veux le nom des détenues qui on provoqués le combat ! Je vais aller la voir, en espérant qu'elle accepte de parler de ce qui c'est passé ! Il ne devrait pas ! Il le savait au fond, ce n'était pas ses affaires après tous ! Mais d'un autre côté, il savait qu'il était incapable de partir sans avoir parlé à la pauvre fille qui c'était faite attaquer alors qu'elle n'avait rien demandé à personne enfin il n'en savait rien et c'était pour ça qu'il comptait aller lui parler. Ce dirigeant vers la gardienne vers l'infirmerie, il poussa la porte. Elle était là, assise sur l'un des lits et visiblement elle avait l'air vraiment mal en point. Ce raclant la gorge, il ce tourna légèrement vers la gardienne. - Vous pouvez y aller ! Et elle s’exécuta le laissant seul avec elle. S'approchant doucement, il reprit calmement. - Bonsoir ! N'ayant pas de réponse, il baissa légèrement la tête avant de s'approcher d'elle. - On vous as salement amochés ... Non c'est vrais ? C'est ce qui devait surement lui traverser l'esprit. - Pourquoi on vous as fait ça ? Et qui surtout ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.
avatar
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 6763
▵ arrivé(e) le : 19/11/2014
▵ avatar : Sarah Michelle Gellar.

MessageSujet: Re: C'est quand on s'y attend le moins que l'amour vous tombe dessus.(Graal) Sam 12 Aoû - 23:40


 

 
 


« C'est quand on s'y attend le moins que l'amour vous tombe dessus.  »
Graal ღ  

 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Assise sur l'un des lits de l'infirmerie, Grace ne portait aucune attention au médecin qui l'examinait. Elle n'écoutait pas ce qu'il disait, et elle fuyait son regard comme celui de la gardienne. Elle allait mal, autant physiquement que psychologiquement. Elle souffrait mais la douleur physique n'était rien à côté des pensées qui envahissaient son esprit. Elle était forte, déterminée. Elle n'avait jamais abandonné quoi que ce soit au cours de toute sa vie. Mais elle commençait peu à peu à craquer. Elle ne montrait rien d'un point de vue extérieur mais elle allait au plus mal. Et ce n'était pas l'intervention du directeur de la prison qui allait y changer quelque chose. Alors qu'il entrait dans la pièce, la jeune femme ne porta pas un regard sur lui. Elle savait pertinemment qu'elle allait devoir rendre des comptes a un moment ou un autre. Seulement, elle avait aussi parfaitement conscience de la réalité de l'univers pénitentiaire. Si elle dénonçait qui que ce soit, elle aurait des problèmes plus graves encore. Elle n'avait pourtant peur de personne, Grace. Elle avait toujours eu une grande gueule, et un caractère excessivement explosif. Mais les règles n'étaient pas les mêmes dernière les barreaux. Seule la loi du plus fort primait et... Et elle était loin d'être aussi forte qu'elle l'avait toujours crue. Elle prenait conscience au contraire qu'elle était bien plus vulnérable... Trop vulnérable. Et elle avait peur. Terriblement. Mais elle tentait de faire bonne figure une fois encore. Après quelques mots seulement, elle se retrouvait seule avec le directeur de la prison. Elle ne le regardait toujours pas alors qu'il s'approchait tout doucement d'elle. Jusqu'à ce qu'elle entende son petit commentaire. Relevant les yeux vers lui, elle plongea pour la première fois son regard émeraude dans le sien. - Vous savez parler aux femmes, vous. constata-t-elle avec ce petit air légèrement insolent dans les yeux. Elle avait toujours cette douleur lorsqu'elle prenait une inspiration même si le médicament donné par le médecin commençait peu à peu à faire effet. Son regard toujours posé sur son interlocuteur, elle le contemplait sans retenue. Elle l'avait déjà vu de loin mais c'était la première fois qu'ils se rencontraient réellement. Dans d'autres circonstances, il lui aurait tout de suite plu mais à cet instant... Elle voyait surtout en lui le directeur de la prison dans laquelle elle se trouvait. Il n'avait sûrement rien à faire d'elle, ou des autres détenues. Il faisait simplement son travail, ou pas. Et il le prouva très vite en lui posant les questions qu'elle attendait. Il voulait savoir qui lui avait fait cela, mais aussi pourquoi. La raison, elle ne la comprenait même pas elle-même. Sa tête ne revenait simplement pas aux autres, sans doute. Parce qu'elle n'avait absolument rien fait pour attirer leur attention... Elle n'avait pas pu toutefois se taire, pas assez. Et, finalement, elle en payait les conséquences. Quant à l'identité des filles, elle ne pouvait pas la donner. Et le jeune homme devait le savoir tout autant qu'elle. Il connaissait ce milieu, après tout. - Personne. lâcha-t-elle d'un ton calme alors qu'elle passait négligemment la main dans ses cheveux. Elle n'avait pas envie de s'étendre sur ce sujet... Mais c'était la première fois dans cette prison que quelqu'un prenait le temps de s'adresser à elle comme une personne normale. Et cela faisait une éternité que ce n'était pas arrivé. Alors, son regard toujours posé sur le beau directeur, elle reprit la parole avec plus de légèreté. - Je ne pensais pas que le directeur s'occupait des histoires de ce genre. Elle n'avait pas envie de tout raconter, cela ne signifiait pas qu'elle n'avait pas besoin de parler à quelqu'un... Et, aussi, elle devait bien s'avouer qu'il était la première chose qui suscitait son intérêt depuis qu'elle avait mis les pieds dans cet endroit.  



  CODAGE DE © MRS HYDE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MR. LE MAIREde Wellington.
avatar
MR. LE MAIRE ☆ de Wellington.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 3911
▵ arrivé(e) le : 12/11/2014
▵ avatar : Ioan Gruffudd

MessageSujet: Re: C'est quand on s'y attend le moins que l'amour vous tombe dessus.(Graal) Dim 13 Aoû - 0:58



~ GRAAL ~
"C'est quand on s'y attend le moins que l'amour vous tombe dessus"ღ

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Il n'était pas tous les jours avec les femmes qui ce trouvaient derrière les barreaux, mais c'était arrivé plus d'une fois qu'il débarque et qu'une bagarre ce déclenche, il connaissait également le genre de relation qu'elles avaient entre elles, la lois du plus fort ! Celles qui ont le plus d’influence s'en sorte et écrase les autres sans ce soucier du reste. Elles ce fond du mal uniquement pour montrer qu'elles sont les plus forte ! Bien sur, William était contre ce genre de comportement, mais il n'avait pas les yeux partout et la preuve, l'une des détenues en avait payé les conséquences au point de ce retrouver à l'infirmerie dans un sale état. Ce qui expliquait la venue de William, c'était assez rare qu'il fasse le déplacement mais pour le coup, quand ce genre de chose arrivait il était censé agir, il ne pouvait pas laisser les choses continuer dans ce sens et il devait également punir les coupables même si il savait qu'il y aurait forcément des répercussions sur la pauvre jeune femme. Fermant la porte après la gardienne, William resta silencieuse alors que la jeune femme lui tournait toujours le dos. Assise sur le lit, le médecin venait également de quitter la pièce et ce n'est qu'à cet instant il osa s'approcher d'elle et surtout lui adresser quelques mots. Sans blague ? C'est sur qu'elle avait prit cher, et c'était vraiment regrettable ! Il ne connaissait pas le nom de toutes les détenues ... mais il ce souvenait toujours de la raison pour laquelle elles ce trouvaient ici et cette blonde ... elle était loin d'être une criminel ou une meurtrière en puissance. Lorsqu'elle ce retourna vers lui, William fut tout de suite frappé par son regard au point de rester muet quelques secondes avant de reprendre tout en s'approchant un peu plus pour tenter de lui tirer les vers du nez. Légèrement amusé par sa réponse, William baissa doucement la tête comme pour cacher son sourire, il savait qu'il ne devait pas réagir de cette façon, il n'était pas là pour sympathiser avec elle mais pour savoir ce qu'il avait besoin de savoir. Rapidement, il reprit pour en savoir plus mais comme il s'y attendait elle n'était pas décidé à lui dire et elle ne lui dirait rien tant qu'il ne gagnerait pas ça confiance. - Muh bien sur ! Vous vous êtes fait ça toute seule ! Dit il en ce posant doucement contre le lit en face d'elle, les bras croisé sur le torse. Il ne la lâchait pas du regard alors qu'elle faisait glisser ses doigts dans ses cheveux, comme pour ne pas perdre la face devant lui. Elle jouait au plus malignes mais c'est dingue comme elle était captivante alors qu'elle ne faisait rien de spécial ! Il sentait qu'il pourrait la regarder des heures comme ça. Mais reprenant doucement il soupira légèrement avant de reprendre. - C'est ... mon devoir de gérer ce genre de problèmes, afin que ça ne ce reproduise pas. Seulement je ne peux pas faire de miracle et même si je le voulais je ne pourrais pas surveiller tous ce qui ce passe ici. Mais vous pouvez m'aider à savoir qui à fait ça afin que les coupables soient punie ! C'est une prison mais ce genre d'actes n'est pas permis. La fixant quelques secondes, il la détaillait dans les moindres détails, il tentait surtout de cerner sa personnalité et c'était difficile puisqu'elle ne disait rien, elle ne réagissait pas. - Je sais que c'est difficile, je connais les règles de la prison ... vous parlez, vous le paierez ! Mais je ferais tous pour que ça n'arrive pas ! Pour qu'elle raisons on vous à agressée ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.
avatar
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 6763
▵ arrivé(e) le : 19/11/2014
▵ avatar : Sarah Michelle Gellar.

MessageSujet: Re: C'est quand on s'y attend le moins que l'amour vous tombe dessus.(Graal) Dim 13 Aoû - 1:34


 

 
 


« C'est quand on s'y attend le moins que l'amour vous tombe dessus.  »
Graal ღ  

 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Ce n’était pas un univers facile, surement pour personne. Mais ça l’était encore moins pour Grace. Parce que, malgré toute l’assurance qu’elle avait toujours dégagée, elle n’était pas si forte. Elle n’avait rien à faire dans un endroit pareil, elle n’avait pas les épaules pour le supporter. Elle pouvait bien avoir un tempérament aussi caractériel qu’elle le voulait, elle n’était ici que la jolie blonde qui n’avait jamais dû affronter quoi que ce soit dans sa vie. Ce n’était pas vrai, elle était bien plus que ça. Mais c’était ce qu’elle dégageait, ce qu’elle montrait aux autres qui, elles, étaient bien plus rodées devant l’horreur de cette prison. Elles étaient des criminelles, des personnes qui se retrouvaient pour certaines dans cet endroit pour la deuxième ou troisième fois. Elle, la belle créatrice de mode de l’Upper East Side, elle ne pouvait pas rivaliser. Elle ne pouvait rien faire d’autre que se faire aussi petite qu’elle en était capable en espérant se faire discrète, sans aucun doute pour la première fois de sa vie. Mais ce n’était pas gagné. Elle n’était là que depuis quelques jours, et déjà elle avait provoqué une bagarre. Et maintenant, elle se retrouvait à l’infirmerie en compagnie du directeur qui allait surement tout faire pour qu’elle parle. Si elle l’ignora en premier lieu, la jeune femme ne tarda pas à relever les yeux vers lui pour les plonger dans les siens. L’espace de quelques fractions de secondes, elle ressentit une sensation très particulière l’envahir, comme une sorte d’électricité qui passait entre eux. Mais, très vite, elle lui répondit par une réplique qui aurait pu paraître ironique, si elle ne venait pas d’elle. Seulement elle avait cette façon de parler, un peu piquante, comme si elle cherchait simplement à le titiller un peu. Et ce fut comme si elle obtenait ce qu’elle avait voulu puisque, bien vite, le jeune homme baissa la tête comme pour fuir son regard. Mais elle surprit sans mal le petit sourire en coin sur ses lèvres. Oh oui, dans d’autres circonstances, elle aurait pu sans aucun doute bien s’amuser avec lui. Du moins le pensait-elle. Parce que, très rapidement, il la fit revenir sur Terre en ramenant le sujet sur son état… Et elle était bien décidée à garder le silence, Grace. Il savait pertinemment qu’elle ne s’était pas blessée ainsi toute seule. Mais, cette fois, ce fut son tour de ne pas lui répondre. A la place, elle reprit la parole tout en le regardant s’installer juste en face d’elle, sur le lit près du sien. Elle sentait son regard rivé sur elle, un regard qui la déstabilisait légèrement sans qu’elle ne sache pourquoi. Jouant distraitement avec ses cheveux, elle ne détournait pas les yeux non plus de lui. Elle ressentait à nouveau cette sensation étrange mais agréable, malgré elle. Toutefois, elle tentait de se concentrer sur sa voix plutôt que sur son regard. Il avait ce discours prévisible, celui du directeur de prison… Mais c’était ce qu’il était après tout, ça et rien d’autre. Il pouvait bien rester avec elle autant qu’il le voudrait, elle ne s’en plaindrait pas. Seulement elle n’allait pas risquer de mettre sa vie en danger pour ses beaux yeux. Se mordant légèrement la lèvre en remarquant qu’il la détaillait dans les moindres détails, elle s’arrêta rapidement lorsqu’elle sentit la douleur sur sa lèvre coupée. Elle ne savait pas pourquoi cela la troublait… Peut-être était-ce parce que la dernière fois qu’un homme l’avait regardée remontait à un petit moment maintenant. Ou peut-être que c’était lui, tout simplement. Sortant de ses pensées, la belle blonde reprit finalement la parole avec un petit sourire malicieux pour lui répondre. – Parce que je suis trop jolie. Elle le provoquait, elle n’avait pas pu s’en empêcher. Et cela faisait du bien. C’était la première fois depuis des jours qu’elle se sentait elle-même, Grace. Et puis, elle avait toujours caché ses faiblesses derrière son insolence. Ce n’était pas parce qu’elle était en prison qu’elle allait changer subitement. Mais, elle ajouta tout de même d’un ton plus sérieux. – Dites, vous croyez qu’on pourrait revoir les uniformes ? Non parce que ceux-là sont vraiment immondes. Maintenant qu’elle avait le directeur face à elle, autant qu’elle en tire quelque chose après tout. 



  CODAGE DE © MRS HYDE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MR. LE MAIREde Wellington.
avatar
MR. LE MAIRE ☆ de Wellington.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 3911
▵ arrivé(e) le : 12/11/2014
▵ avatar : Ioan Gruffudd

MessageSujet: Re: C'est quand on s'y attend le moins que l'amour vous tombe dessus.(Graal) Dim 13 Aoû - 23:32



~ GRAAL ~
"C'est quand on s'y attend le moins que l'amour vous tombe dessus"ღ

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Ça ne faisait pas très longtemps qu'il travaillait dans ce milieux, mais il avait rapidement comprit comment ça fonctionnait. Il ne fallait pas ce leurrer ou ce mentir à soit même, entres elles, les femmes ne ce faisaient pas de cadeau et d'ailleurs il trouvait ça un peu stupide de toutes les mélanger ensembles, les criminel pur et dur avec celles qui n'avaient commis qu'une simple infractions, elles n'étaient pas du tout au même niveau et pourtant elles devaient cohabiter ensembles et il n'était pas dupe pour savoir que parfois les gardiens ne ce mêlait pas de leur affaires sauf quand ça devenait un peu trop grave, comme c'était le cas pour cette jeune femme qui avait finit à l'infirmerie après une bagarre. Elle était salement amochée, quelques bleus, la lèvres entaillées et surement la peur au ventre d'y retourner et de ce retrouver de nouveau face aux personnes qui lui avaient fait ça. Mais c'était pour cette raison qu'il venait la voir, il comptait bien comprendre ce qui c'était passé même si il devait y passer sa soirée pour tenter de comprendre et lui faire dire la vérité. Seulement, la jeune femme avait encore malgré tous du répondant et malgré lui, William ne pu s'empêcher de sourire, baissant doucement la tête afin d'éviter qu'elle ne ce rende compte de quoi que ce soit. Seulement il était loin d'être discret mais ce n'était pas pour cette raison qu'il était ici mais pour parler et en savoir plus. S'approchant doucement d'elle, il s'installa sur le lit juste en face d'elle avant de la fixer. Son regard était surtout en train de l'analyser dans les moindres détails afin de comprendre, de la faire avouer, la mettre mal l'aise même afin qu'elle ce décide à lui dire quelques choses. Mais elle ne semblait pas vouloir coopérer puisqu'elle répondit avec ce ton provocateur et désinvolte. Elle était jolie, oui c'est un fait ! Il fallait être aveugle pour ne pas s'en rendre compte, elle était même très belle avec son regard émeraude, sa chevelure blonde, elle était loin d'être désagréable à regarder. Bon sang il s'éloigne d sujet là ! Souriant une nouvelle fois il haussa légèrement les épaules sans vraiment répondre, il ne pouvait pas lui dire qu'elle avait raison ... ce serait trop mal placé de sa part mais il ne disait pas le contraire non plus. - Je doute que ce soit pour cette raison ! Est ce qu'il y à eu une provocation ? Depuis quand est ce tendue entre vous ? Qu'est ce qui c'est passé ? Je vous promets que ça ne sortira pas d'ici, ça reste entre vous et moi ! Mais il ne comptait pas laisser ce genre d'acte impunie et qui que ce soit, elles allaient en payer les conséquences ... seulement dans ce genre de milieu, la blonde devrait certainement faire face à des représailles et ce n'est pas non plus ce qu'il voulait, voilà pourquoi c'était difficile de gérer tous ça ! Il ne pouvait pas intervenir sans qu'il y est des répercutions. Croisant les bras contre son torse, il la fixait toujours dans l'attente qu'elle lui dire quelques choses ce qu'elle fit mais elle ne répondait pas du tout à ses questions. Les uniformes ? Sérieusement ? - Quoi ? Je vous demande pardon ? Les uniformes n'étaient pas à son gout et elle désirait même qu'il fasse quelques choses pour que ça change. Alors celle là on lui l'avait jamais faite ! D'ailleurs il ne su même pas quoi lui répondre tellement il ne s'attendait pas vraiment à ce qu'elle lui sorte un truc dans ce genre. Pourtant avant de venir la voir, il avait prit le temps de lire son dossier et il avait vu qu'elle était créatrice de mode, elle était ici pour un détournement d'argent ... bien qu'elle ne semblait pas réellement en avoir besoin. - Ce ... c'est une prison ici, les uniformes sont tels qu'ils sont ... et non ce n'est pas négociable ! Dit il en relevant les yeux vers elle, croisant son regard. Elle avait quelques chose de troublant, d'attirant, dangereusement attirant, c'était même étrange de voir à quel point elle parvenait à le troubler par sa simple présence. - Pour en revenir à votre agression, j'aimerais savoir ce qui c'est passé ! Je sais que vous avez peur de parler, peur des répercussion mais ... mais ça reste nous !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.
avatar
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 6763
▵ arrivé(e) le : 19/11/2014
▵ avatar : Sarah Michelle Gellar.

MessageSujet: Re: C'est quand on s'y attend le moins que l'amour vous tombe dessus.(Graal) Lun 14 Aoû - 1:24


 

 
 


« C'est quand on s'y attend le moins que l'amour vous tombe dessus.  »
Graal ღ  

 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Si le bel interlocuteur auquel elle faisait face était parfaitement rodé quant à l’univers pénitentiaire, ce n’était pas le cas de Grace. C’était peut-être naïf, peut-être idiot, mais elle n’imaginait pas que les conditions en prison soient si terribles. Elle croyait, bien à tort, que l’emprisonnement était suffisamment horrible pour que les détenues n’empirent pas les choses. Mais elle se trompait, visiblement. Les bleus qu’elle avait sur le corps pouvaient en témoigner. Elle n’avait pas du tout l’habitude de côtoyer des personnes pareilles… Elle était bien trop plongée dans son petit univers élitiste pour réaliser que, en dehors de cette bulle, tout n’était pas si simple. Elle ne le constatait que maintenant, bien à ses dépens. Pourtant, elle gardait plutôt bien contenance. Devant le directeur de la prison, elle faisait preuve d’un grand calme et d’une assurance toujours présente. Elle se sentait bien plus à l’aise auprès de lui qu’avec n’importe quelle autre personne de cet endroit. Elle rendait même la conversation beaucoup plus légère que les circonstances le permettaient. Mais son interlocuteur n’était probablement pas dupe. Il ne rentrait pas dans son jeu, au contraire il ramenait sur la table le sujet véritable, la raison même de sa présence dans l’infirmerie. Il ne répondit même pas à son auto-compliment bien qu’il esquissait malgré tout un sourire. Et, sans qu’elle ne comprenne vraiment pourquoi, ce sourire-là, il lui réchauffait le cœur. Au fond, elle utilisait son insouciance comme rempart mais… Elle ne savait même pas pourquoi elle avait été prise pour cible. Elle était simplement trop différente, trop fragile aussi surement pour un endroit pareil. Mais ça, jamais, elle ne l’admettrait. Sans se douter des pensées qui envahissaient l’esprit du directeur, Grace l’écouta avec un amusement non dissimulé enchaîner les questions. Il en avait encore beaucoup, sérieusement… ? Elle n’avait pas envie de lui répondre. En réalité, elle ne pouvait pas le faire. Elle était peut-être inconsciente, mais pas à ce point. A la place, elle s’intéressa plutôt à un problème auquel il pouvait véritablement apporter une solution. Parce qu’il devait se montrer réaliste, il n’empêcherait pas les bagarres entre détenues quoi qu’il face. Par contre, la qualité des uniformes était quelque chose qui pouvait nettement être amélioré. Certains y auraient vu quelque chose de superficiel, d’inutile. Mais elle se montrait surtout pragmatique, Grace. En guise de réaction, le jeune homme se montra quelque peu… Stupéfait. Comme si elle lui demandait quelque chose d’absolument insensé. – Les uniformes, ils sont loin d’être esthétiques. Ni confortables, d’ailleurs. répéta-t-elle, patiemment, comme si elle expliquait là quelque chose d’extrêmement sérieux à un enfant qui ne comprenait pas. Mais la réponse arriva rapidement. Et, visiblement, c’était non. Affichant une petite moue boudeuse, la jolie blonde reprit tout aussi vite. – Je me débrouillerais toute seule dans ce cas. affirma-t-elle en croisant les bras. Mais c’était peut-être une idée, en fin de compte. Bien qu’elle risquait de s’attirer encore plus l’attention sur elle… Et l’attention du directeur, elle l’avait toujours apparemment. Il ramenait une nouvelle fois le but de sa présence sur le tapis. Elle le contemplait sans dire un mot cette fois, se perdant quelques instants dans ce regard si intense. Il dégageait quelque chose de charismatique, d’élégant et sobre à la fois. Elle aurait pu se retourner dans la rue sur lui. Elle aurait même pu avoir une chance avec lui. Mais tout ça, c’était avant. Tentant plutôt d’écouter ce qu’il avait à lui dire, elle ne mit pas longtemps pour rétorquer. – Je n’ai pas peur. Enfin, si. Un peu. Seulement elle ne comptait surement pas l’avouer. Détournant le regard vers la fenêtre qui donnait sur l’extérieur, elle se surprit à regarder les voitures qui passaient devant la prison. Elle n’imaginait pas combien la vie, la vraie vie, lui manquerait. Un léger voile apparut sur ses yeux durant quelques secondes, comme si elle était à des milliers de kilomètres d’ici. Avant qu’elle ne se reprenne subitement. – Ecoutez, il faut voir l’évidence en face. Vous ne pourrez pas empêcher les détenues de s’en prendre les unes aux autres. Essayez de régler ce que vous pouvez changer plutôt, par exemple la qualité des matelas. Oui, elle avait beaucoup de revendications. Elle avait été représentante des élèves au lycée, c’était presque pareil… Non ? – Je peux vous prêter mon lit si vous voulez voir ce qu’il en est. assura-t-elle d’abord, avant d’ajouter avec un sourire beaucoup plus joueur. – On devra juste se serrer un peu.  



  CODAGE DE © MRS HYDE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MR. LE MAIREde Wellington.
avatar
MR. LE MAIRE ☆ de Wellington.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 3911
▵ arrivé(e) le : 12/11/2014
▵ avatar : Ioan Gruffudd

MessageSujet: Re: C'est quand on s'y attend le moins que l'amour vous tombe dessus.(Graal) Lun 14 Aoû - 15:51



~ GRAAL ~
"C'est quand on s'y attend le moins que l'amour vous tombe dessus"ღ

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Parfaitement rodé ? Muh oui et non, il n'avait jamais finit en prison, il ne savait pas ce que ça faisait d'être enfermé dans un si petit endroit avec d'autre personne plus ou moins dangereuses, il n'avait jamais était en prison, il était le directeur donc forcément il connaissait le milieu mais comme beaucoup de personne il ignorait l'enfer que c'était de ce retrouver enfermer. Il aimait trop être libre pour s'enfermer ou que ce soit. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il est toujours seul, il n'a pas besoin de quelqu'un, il est heureux en solitaire. La jeune femme tentait de détourner la conversation, en faite il comprit même qu'elle était en train de le provoquer alors que ... elle n'était pas en mesure de le faire. Après ce qu'elle venait de vivre elle conservait tout de même ce côté provocateur mais pas dans le sens agressif, pas dans le sens ou elle voulait lui faire comprendre qu'il devait allait ce faire voir mais dans le sens ou c'était comme si elle voulait qu'il entre dans son jeu. Bien sur, il ne devait pas et surtout il ne pouvait pas ... en faite il ne répondit même pas, il ce contenta de sourire avant de ce rapprocher du lit juste en face d'elle. Il voulait qu'elle lui explique ce qui c'était vraiment passé avec les autres détenues, est ce qu'elle avait provoqué les autres ou avait elle fait quelques choses de travers ? Il ce posait beaucoup de question alors qu'il prenait tout son temps pour la détailler du regard et tenter de la comprendre, rien qu'en regardant une personne c'était très facile comprendre certaine chose. Elle en l’occurrence il avait beaucoup de mal à lire en elle, bien qu'elle avait tout de même quelques chose d'attirant, peut être son côté léger, elle semblait tellement insouciante. Mais il devait ce reprendre, et tenter de garder son sérieux et ne pas oublier pourquoi il était là. D'ailleurs, il n'entra pas dans son jeu et préféra reprendre en lui posant de nouveau des questions mais c'était comme si elle ne voulait pas être sérieuse, même quelques minutes ! Puisque à la place elle reprit en abordant un tout autre sujet. Le pire c'est que lorsqu'il parlait c'était comme si elle ne le prenait pas au sérieux, elle le fixait avec ce petit air amusé ou alors il ne comprenait vraiment pas à quoi est ce qu'elle jouait. Les uniformes, pour elle ça semblait plus importante que le reste ... connaissant son dossier il comprenait un peu plus pourquoi mais ce n'était pas de ça qu'il voulait parler, il était surprit parce qu'elle semblait tellement sérieuse. Mais elle pensait quoi ? C'était une prison ici pas un défilé de mode, évidement que les uniformes n'avaient rien d'esthétique, ils étaient pas du tout féminin non plus mais c'était comme ça et lui n'y pouvait rien, il gérer la prison mais question budget c'était toujours pareil. - Je ... ce n'est pas sujet ! Je, sais que enfin bref je ne suis pas ici pour ça ! Quand elle en parlait, c'était comme si c'était un sujet d'état, un problème à résoudre le plus rapidement possible, bien plus important que ce qu'elle avait vécu elle même ou alors c'était un moyen pour elle de détourner la conversation pour qu'il arrête de lui poser des questions. Affichant cette moue boudeuse, William baissa les yeux comme si il venait de la décevoir et surtout comme si ça le touchait de ne pas pouvoir la satisfaire. - Cependant je ... je peux peut être y réfléchir et faire ... une sorte d'atelier couture enfin c'est à réfléchir ! Il disait ça comme ça, rien de plus. Selon elle, elle n'avait pas peur ... - Vraiment ? Alors pourquoi refusez vous d'en parler ? Dit il ne la fixant toujours alors qu'elle fuyait son regard pour regarder vers l'extérieur. Elle était silencieux et lointaine. C'était comme si pendant quelques secondes, son âme avait quittée son corps pour s'envoler loin, ailleurs qu'entre les murs de cette prison. - C'est un problème que je veux régler, ce qu'elles ont fait ne peut pas rester impunie, c'est vrais que je ne peux pas être au courant de tous ce qui ce passe ici mais ... je peux essayer d'arranger les choses. Ce n'est pas à cause que c'est une prison qu'il n'y à pas de règles à suivre ! Mais voilà qu'elle soulève déjà un autre problèmes. Les matelas, sérieusement ? Finalement, il pensait comprendre pourquoi elles s'en étaient prisent à elle, visiblement elle avait beaucoup de revendications et ça ne devait certainement pas plaire à tous le monde. - Ce n'est pas pour ça que je suis là ! Dit il en souriant doucement en la contemplant toujours. Mais il ne s'attendait encore moins à la suite des propos. - Muh, je pense comprendre pourquoi on s'en prend à vous ! Dit il dans un petit sourire avant de détourner les yeux. - Vous avez beaucoup de revendications et je ne suis pas sur que ça plaise à tous monde mais jouer la discrétion n'est pas non plus une solution ici ! Il pensait cernait son caractère. - Je pense que ... vous devriez essayer de vous rapprocher de certaines personnes, en prison il est difficile de s'en sortir seule mais ... ici tous s’achète. Ne comptait pas uniquement sur vous même.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.
avatar
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 6763
▵ arrivé(e) le : 19/11/2014
▵ avatar : Sarah Michelle Gellar.

MessageSujet: Re: C'est quand on s'y attend le moins que l'amour vous tombe dessus.(Graal) Mar 15 Aoû - 0:54


 

 
 


« C'est quand on s'y attend le moins que l'amour vous tombe dessus.  »
Graal ღ  

 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Personne ne pouvait imaginer. Personne ne pouvait imaginer l’horreur qui se trouvait derrière les murs de cette prison. Et si elle faisait la maligne, si elle jouait les provocatrices, Grace elle-même n’était pas certaine de survivre longtemps dans un endroit pareil. Elle minimisait ses états d’âme devant le directeur, devant le médecin, devant tout le monde. Mais, au fond d’elle, elle était loin d’aller bien. Elle savait juste trop bien jouer les insouciantes. Néanmoins, il n’était pas certain que son interlocuteur apprécie son attitude. Il ne rentrait pas du tout dans son jeu, bien au contraire il l’ignorait délibérément tout autant que ses provocations. Tout ce qu’il voulait entendre sortir de sa bouche, c’était les noms des détenues qui l’avaient agressée, et surement aussi les circonstances dans lesquelles tout était arrivé. Il faisait preuve d’un grand sérieux et, il fallait l’avouer, cela ne donnait que davantage envie à Grace de poursuivre son petit manège. Elle tentait aussi, autant qu’elle le pouvait, de détourner le sujet de la conversation sur quelque chose qui lui serait réellement profitable plutôt qu’une punition pour les autres prisonnières qui entrainerait sans aucun doute des représailles pour elle. Mais il semblait surtout choqué qu’elle ose avoir de telles revendications comme si… Comme si c’était complètement absurde. S’il savait combien elle se sentait mal, horrible, dans cet uniforme, il comprendrait peut-être. Elle n’était pas créatrice de mode pour rien, Grace. Elle était intimement persuadée qu’elle ne pouvait pas se sentir bien si elle ne se sentait pas bien déjà dans ses vêtements. Mais comment pouvait-il saisir ce qu’elle ressentait… Il ne la connaissait pas. Le directeur coupant court à sa demande en refusant, la jeune femme finit par affirmer qu’elle se débrouillerait toute seule. Et elle en était bien capable. Mais il baissa subitement la tête, comme s'il voulait éviter de voir la moue boudeuse qu’elle lui offrait, comme si cela pouvait lui faire quelque chose… Et, contre toute attente, il proposa finalement de réfléchir à un atelier couture. Instantanément, le regard de Grace se changea complètement, retrouvant cette lueur dans ses yeux émeraude, retrouvant ce beau sourire sur les lèvres. Rien n’était pourtant encore sûr mais elle ne se focalisait pas sur ce genre de détails, elle était trop insouciante pour ça. – Oh oui, ce serait génial ! Elle pourrait enfin avoir l’impression de faire quelque chose de ses journées, ses journées si longues, si interminables. Mais si le jeune homme paraissait plutôt gentil en fin de compte, il restait toujours aussi déterminé à avoir le fin mot de son histoire. Il pensait qu’elle avait peur mais… Ce n’était pas ça du tout. Elle n’était pas suicidaire, surtout. – Parce que cela me fera plus de mal que de bien. Et vous le savez. lui répondit-elle simplement, presque avec nonchalance. Elle commençait à comprendre les codes de la prison maintenant… Elle aurait préféré ne jamais savoir. Mais son interlocuteur n’était visiblement pas enclin à le comprendre. Il insistait une nouvelle fois, et elle gardait le silence une nouvelle fois. Elle tentait bien de lui expliquer que c’était vain, mais il semblait borné. Pas de chance pour lui, elle l’était aussi. Sans lui répondre, la belle préféra évoquer une fois encore un autre problème qui avait toute son importance. Elle était bien partie pour lui faire la liste de tout ce qui n’allait pas dans sa prison les yeux dans les yeux. Mais il l’arrêta une fois encore en lui affirmant qu’il n’était pas là pour ça. – Je ne vous donnerais pas ce que vous voulez, monsieur le directeur. affirma-t-elle avec assurance, gardant son regard plongé dans le sien avec ce petit air insolent dans les yeux. Elle donnait presque l’impression de l’aguicher, de le provoquer une fois encore. Mais ses paroles étaient sincères. Toutefois, elle ne s’attendait pas à l’entendre dire qu’il pensait comprendre pourquoi on s’en était pris à elle. Elle arqua un sourcil, l’air quelque peu interloqué. Insinuait-il qu’elle… L’avait cherché ? Elle n’avait absolument rien fait. Elle restait dans son coin, elle tentait de rester impassible autant qu’elle le pouvait. Mais elle avait fini par craquer, rien de plus. Cette fois, ce fut d’un ton plus sérieux qu’elle lui rétorqua. – Je n’ai rien fait pour m’attirer des ennuis. Et c’était presque blessant, en fait, qu’il puisse sous-entendre que c’était sa faute. On s’en était pris à elle sans aucune raison, et elle avait juste fini par ouvrir sa bouche à force de subir ces intimidations. Quelque peu refroidie pour le coup, la jolie blonde l’écoutait malgré tout essayer de la conseiller. Sauf qu’il n’avait pas compris une chose… Elle avait bien trop de caractère pour se plier à qui que ce soit. – Moi, on ne m’achète pas. déclara-t-elle en croisant les bras. Et, finalement, elle en venait à lui en dévoiler un peu plus. Surtout pour le faire taire, à vrai dire. – Si vous voulez savoir, on a essayé de se « rapprocher » de moi comme vous dites, et ça m’aurait peut-être protégée des coups en effet, malheureusement les femmes ne m’attirent pas monsieur le directeur. Et il l’avait surement déjà compris, étant donné la façon dont elle agissait avec lui.  



  CODAGE DE © MRS HYDE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MR. LE MAIREde Wellington.
avatar
MR. LE MAIRE ☆ de Wellington.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 3911
▵ arrivé(e) le : 12/11/2014
▵ avatar : Ioan Gruffudd

MessageSujet: Re: C'est quand on s'y attend le moins que l'amour vous tombe dessus.(Graal) Mar 15 Aoû - 14:04



~ GRAAL ~
"C'est quand on s'y attend le moins que l'amour vous tombe dessus"ღ

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] C'était étrange, mais elle avait quelques choses ... d'attirant ! Bien sur il ne pouvait pas nier que c'était une belle femme. Elle avait quelques choses de troublant, quelques chose d'attirant, incroyablement attirant. Évidement il ne pouvait pas ce laisser tenter par quoi que ce soit et ce n'était pas non plus cette raison qu'il venait la voir. Il voulait surtout comprendre ce qui c'était passé avec les autres pour qu'elle arrive ici mais ça ... elle ne semblait pas vouloir le dire. D'ailleurs elle semblait partante pour parler d'un tas d'autre sujet mais pas de son agression. Elle commença avec les uniformes, lui expliquant combien elle les trouvaient horribles, là c'était la créatrice de mode qui parlait mais ce n'était pas tous .... le pauvre William était loin d'imaginer à qui il avait à faire. Il tenta plus d'une fois de ramener le sujet mais à chaque fois elle trouvait un moyen de répondre autre chose, comme si ... ben elle ne voulait pas en parler. Elle avait raison dans un sens, ça lui ferais plus de mal que de rien d'en parler parce qu'elle ferais surement face à des représailles. - Ce n'est pas la première fois que ça arrive c'est ça ? Tenta t'il mais là encore il devait faire face à un refus de sa part, elle ne voulait rien dire et il devrait ce montrer un peu plus patient pour qu'elle lui accorde sa confiance et surtout qu'elle lui dise tous. - Bon, comme vous voulez ... vous savez je veux juste ... vous aidez ! C'est surement difficile à croire venant du directeur de la prison mais je vous assure que je ne veux pas vous attirer des ennuis. Je comprend que vous préfériez garder le silence. Reprit il sans la lâcher du regard, ils ce contemplaient l'un autre ou plutot ils ce défiaient en faite c'était assez difficile de savoir ce qui ce passait réellement entre eux. En voyant la réaction de la jeune femme, William pensait surtout comprendre pourquoi ça ce passait mal ici pour elle, son petit air insolent, supérieur ... les autres ne devaient surement pas apprécier son attitude. Elle était surement vue comme la fille difficile et jamais satisfaite, le genre de proie facile. - Mais je n'ai pas dit le contraire ! Dit il en la fixant toujours en penchant légèrement la tête sur le côté. Peut être qu'elle n'était pas le genre de fille à ce laisser avoir ou qui s’achète facilement seulement ... ici ce n'était pas comme dehors ! Puis elle finit enfin par reprendre la parole, lui dire clairement ce qui c'était passé ou plutot lui expliquer rapidement ce qui c'était passé. - Oh ! Je vois ... Dit il en détournant finalement le regard. Il comprenait un peu mieux pourquoi elle avait réagit et pourquoi tous c'était mal passé. - Je comprend mieux oui ... On lui avait des faits des avances et elle avait refusé voilà pourquoi on s'en était prit à elle. Seulement, pour le coup il ne savait plus vraiment quoi dire ... il n'était même pas censé être ici. - Je ...je vous remercie d'avoir ... coopéré, je vais ... demandé à une gardienne de faire plus souvent des rondes dans les douches. Quoi est c'est tous ? Il ne savait pas vraiment ce qu'il était censé lui dire en plus !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: C'est quand on s'y attend le moins que l'amour vous tombe dessus.(Graal)

Revenir en haut Aller en bas

C'est quand on s'y attend le moins que l'amour vous tombe dessus.(Graal)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 8Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always love ::  :: archives rp.-