AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 All the world's a stage + Lennary.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 983
▵ arrivé(e) le : 22/12/2016
▵ avatar : Krysten Ritter.

MessageSujet: All the world's a stage + Lennary. Mer 23 Aoû - 16:25

Lennon & January
all the world's a stage

And all the men and women merely players; they have their exits and their entrances, and one man in his time plays many parts, his acts being seven ages.


On a charbonné ses yeux de noir, on les a noyés de cyan. Le résultat met furieusement bien ses iris ambre en valeur — j'ai toujours dit qu'ils avaient un bon potentiel. Encore une fois, je n'avais pas tort. Rouges ses lèvres, roses ses joues, elle a tout à fait le visage de poupée que la jeune première devrait avoir.
Je ne peux m'empêcher d'être un peu fière, enorgueillie par sa jolie vue. Il n'y a pas à dire, Lennon est vraiment resplendissante sous le feu des projecteurs.

Et même si elle est loin d'être ma fille — Dieu merci —, je me sens presque comme une maman ravie de voir son petit ange aussi épanoui. Ah, ce sentiment est bien étrange, et je me demande bien comment j'en suis venue là.
La vérité, c'est que je l'aime comme j'aimerais une petite nièce ou une jeune cousine. Moins qu'Arlo, mais c'est la comparaison la plus proche de la réalité que j'ai pu trouvé.
Bien sûr, je me garde bien de le dire, je trouve ça déjà assez bizarre comme ça. Lennon... Lennon, sa paire de jambes magnifique, son port de tête élégant et fier, ses yeux perçants et moqueurs, Lennon. J'ai l'impression qu'elle a toujours été aussi charmante que la Gwendolen Fairfax qu'elle interprète.

Mais la répétition touche à sa fin, et ma contemplation vague aussi. Je me redresse et ouvre grand les bras en voyant la jolie comédienne approcher. Un, deux, trois, c'est à ton tour, January la marraine fée. « Ma chériiiiiiiiie ! » Un immense sourire, je la prends dans mes bras, et tant pis pour son fond de teint sur mon chemisier blanc. Je dois en avoir quatre identiques, de toute façon.
« Tu as été magnifique, comme d'habitude ! Mais je ne peux pas en dire autant de ton partenaire, il devrait avoir honte d'être sur scène à côté de toi. » Je n'aime vraiment pas ce bougre d'imbécile qui lui sert d'Ernest Worthing. « Je devrais aller lui en toucher deux mots d'ailleurs. Comment veux-tu être parfaite si cet empoté fait son possible pour tout rendre ridicule ? »

©️ élissan.


Dernière édition par January Wolverstone le Mar 24 Oct - 11:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
radioactive
avatar

en savoir plus sur moi
▵ posts : 850
▵ arrivé(e) le : 18/06/2017
▵ avatar : Lily Collins ღ

MessageSujet: Re: All the world's a stage + Lennary. Mer 23 Aoû - 19:59

All the world's a stage
January & Lennon
And so he plays his part. ∞ And all the men and women merely players ; they have their exits and their entrances, and one man in his time plays many parts, his acts being seven ages. (Shakespeare) © code by ÉLISSAN
Bien sûr, car je sais que tu vas sûrement changer. Elle déclama sa dernière réplique, furieuse expression de l'euphorie de Gwendolen, qui fut noyée par les exclamations suivantes de ses partenaires. À présent, Ernest tombait pratiquement dans les bras de Lady Bracknell. À présent, elle devait les regarder avec un certain air bienheureux, les joues crispées par un sourire. Et à présent, ça allait vite, la pièce était tout à coup finie et elle pouvait décontracter son visage. Toutes les lumières se rallumaient dans la salle, on donnait des ordres de toutes parts et comme à chaque fin de répétition, elle était déboussolée. Les spots l'éblouissaient en premier lieu, et puis son metteur en scène criait elle ne savait quoi depuis sa place au premier rang. Ça s'adressait à Ernest. Ah, Ernest manquait de conviction. Il allait falloir rejouer tout l'acte ? La perspective de recommencer tout ce passage de la pièce où elle n'avait pas ses meilleurs moments ne l'enthousiasmait guère, après déjà tant d'heures de répétition. Lennon tendit donc l'oreille et dit un effort pour se concentrer : mais non, on n'allait pas reprendre. On se verrait demain. Gwendolen, tu peux aller te changer.
Avec la légèreté d'un cabri, Lennon descendit de la scène pour retrouver dans la salle, January qui s'avançait vers elle et la prit dans ses bras. Elle se sentait fatiguée et être cajolée de cette façon par quelqu'un qui, elle le savait, l'aimait de manière inexplicable, c'était bon. January n'était pas tout à fait sa petite maman, mais sa bonne fée en tout cas. Celle qui était toujours là pour la complimenter et lui assurer qu'elle était belle, qu'elle était parfaite dans son rôle, et lui donner un coup de pouce.
« Tu as aimé ? »
Elle n'était pas sûre qu'Oscar Wilde soit la tasse de thé de la brune, mais elle avait fait l'effort de venir la voir répéter, et tout dans son attitude semblait indiquer que oui, cela lui avait plu. Elle ne demandait qu'à entendre plus de louanges - douce musique à ses oreilles, chacun ses faiblesses et c'était vraiment trop bon. Trop bon. En revanche, elle ignora sa remarque sur le comédien qui interprétait le rôle d'Ernest, faisant mine d'avoir été assourdie par le bruit produit par deux électriciens. On ne se critique pas gratuitement entre collègues, encore moins à dix mètres l'un de l'autre.
« Je vais me changer, tu viens dans ma loge ? »

Lorsqu'elle eut refermée la porte derrière elle, Lennon se dirigea vers la coiffeuse pour commencer à se démaquiller, laissant January s'installer à son aise. Sur le coton, par traînées noires dans le lavabo, le masque de Gwendolen s'en allait. À demi elle et à demi elle-même, elle regarda son amie dans le miroir.
« Alors, dis-moi, comment tu vas ? »



Dernière édition par Lennon Whiteley le Dim 17 Sep - 12:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 983
▵ arrivé(e) le : 22/12/2016
▵ avatar : Krysten Ritter.

MessageSujet: Re: All the world's a stage + Lennary. Dim 3 Sep - 11:28

Lennon & January
all the world's a stage

And all the men and women merely players; they have their exits and their entrances, and one man in his time plays many parts, his acts being seven ages.


Je n’ai jamais été véritablement passionnée de théâtre, c’est bien vrai. Ce n’est pas moi qui courait le samedi soir dans l’espoir de me dénicher la robe parfaite pour assister à une représentation qui serait, au final, de mauvaise qualité.
J’ai essayé de m’y intéresser, je pensais que ça ferait élégant, de dire que, non désolée, je ne peux pas ce soir, je vais au théâtre ; mais finalement, je me rends compte que ce n’est vraiment pas mon genre. Je préfère davantage raconter moi-même le ragots plutôt que de regarder quelqu’un prétendre le faire, je préfère rire aux éclats, plutôt quelqu’un le fasse pour de faux — le rendu est toujours insupportable.
Je n’aime pas trop la prétention des comédiens non plus. De quel droit s’attribue-t-il les qualités nécessaires pour endosser différentes personnalités ? Comment quelqu’un d’aussi pathétique et pitoyable peut-il prétendre jouer au prince ? Et cette mégère, là, qui est-elle pour imiter les grandes dames ?
En plus d’être totalement ridicule et inapproprié, j’ai toujours trouvé ça profondément triste. C’est vrai, on en aurait presque pitié, de ces gens aux regards qu’ils s’efforcent de remplir, alors qu’ils sont et resteront irrémédiablement vides. C’est comme si, juste pour une soirée, on leur permettait d’être quelqu’un de mieux, de riche, de puissant et de charismatique mais, aussitôt le rideau fermé, il fallait leur arracher de force leur nouveau manteau de fierté. Voilà, retourne dans le monde réel, tu n’es pas plus roi que je ne suis déesse, tu es simplement ce pathétique petit lambeau de chair, écrasé sous le poids d’une couronne bien trop lourde pour ta tête.
Mon Dieu. Si ce n’était pas aussi jouissif, de les voir tomber de si haut, j’en pleurerais.

Heureusement que Lennon est différente.
Je sais qu’elle voit aussi très grand, et a parfois tendance à prétendre au dessus de ses compétences, mais, malgré ces défauts somme toute modiques, je l’apprécie réellement. Oh, attention, affection en vue, je devrais avoir peur. Mais c’est moi qui porte la couronne avec elle, parce que je sais que, sans moi, sans sa bien aimée marraine fée January, elle serait bien embêtée. N’ai-je pas raison, ma chère Lennie ? Elle quitte la scène après sa dernière réplique, je la noie aussitôt de compliments — tout le monde apprécie. Je ne suis pas totalement hypocrite en disant tout ça, je sais qu’elle a un réel talent, et ça se voit. « J’ai a-do-ré. Tu es somptueuse, Lennie. » January, ou comment brosser quelqu’un dans le sens du poil.
Une fois dans sa loge, je peux me mettre plus à l’aise, et critiquer ouvertement le bougre d’imbécile qui lui sert de partenaire. « Ça irait bien mieux si je n’avais pas eu cet empoté dans mon champ de vision pendant presque une heure et demie. » Je secoue la tête en me remémorant ces pénibles souvenirs. Non mais sérieusement, qui a eu l’idée de l’engager, celui-là ? Qu’a-t-il fait pour décrocher le rôle principal ? « Tu ne le féliciteras pas de ma part, à cause de lui j’ai la migraine. » Sa voix pleurnicharde résonne encore entre mes deux oreilles. Je me reprends, et décide de revenir aux choses sérieuses. Si j’ai eu droit au Supplice d’Ernest pendant plus d’une heure, c’était pour une bonne raison. « Dis-moi, est-ce que tu es déjà allée au Japon ? »

©️ élissan.


Dernière édition par January Wolverstone le Mar 24 Oct - 11:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
radioactive
avatar

en savoir plus sur moi
▵ posts : 850
▵ arrivé(e) le : 18/06/2017
▵ avatar : Lily Collins ღ

MessageSujet: Re: All the world's a stage + Lennary. Mer 27 Sep - 19:49

All the world's a stage
January & Lennon
And so he plays his part. ∞ And all the men and women merely players ; they have their exits and their entrances, and one man in his time plays many parts, his acts being seven ages. (Shakespeare) © code by ÉLISSAN
Le coton passait sur sa figure, sur ses joues qui rougissaient d'être frottées, sur ses paupières pleines d'ombre et sur son front un peu brillant, et elle avait l'impression que ce n'était pas sa main qui le tenait. C'était étrange car dans la glace, ce n'était pas tout à fait elle qu'elle voyait, mais le masque dégoulinant d'une autre fille. Le masque qui s'effaçait, en découvrant Lennon.
Ah tu es toujours là.
Le noir passait de ses paupières à l'état de strates sur le disque de coton, ne laissant que de vagues traînées gris anthracite sur sa peau, et des paillettes. Alors, elle en enlevait encore. Et le rose de sa bouche revenait sous le rouge vif. Et tout Gwendolen était là, disséminé sur les disques blancs et épais, de fins nuages en cercle.
Te revoilà Lennon.
Elle se retourna vers January, assise juste derrière elle. Cela la faisait doucement rire que la brune s'acharne à critiquer Ernest, et dans le fond, peut-être qu'elle était d'accord avec elle. Certes, ce n'était pas le meilleur des acteurs... pas un très bon même, et c'était bien dommage pour le rôle titre. Mais par solidarité professionnelle, elle n'avait pas le droit de lui cracher dessus gratuitement comme cela. Quoi que... elle était drôlement tentée d'abonder dans le sens de January, et puisqu'elles n'étaient que toutes les deux dans la loge...
« Et encore, tu n'as pas à faire semblant d'être amoureuse de lui, toi. »
Elle esquissa un fin sourire tout en pensant qu'à présent encore, elle jouait. Ce qu'elle venait de dire n'avait pas grand sens - Gwendolen, Ernest, Lennon et l'autre, quatre entités différentes, sans rapport que des corps. Elle tentait juste de tout concilier, d'être gagnante sur tous les tableaux, aussi bien professionnel que social.
Sale petite menteuse.
Elle refit face à la glace tout en attrapant sa brosse à cheveux, et entrepris de se coiffer pour retrouver tout à fait un air du vingt et unième siècle. Là, ses yeux dérivèrent vers le reflet de ceux de January, qui venait de lui poser une question qu'elle ne parvenait à rattacher un rien.
Le Japon ?
Mais d'où sortait-elle cela ?
« Hum non, jamais. Pourquoi ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 983
▵ arrivé(e) le : 22/12/2016
▵ avatar : Krysten Ritter.

MessageSujet: Re: All the world's a stage + Lennary. Mar 24 Oct - 12:14

Lennon & January
all the world's a stage

And all the men and women merely players; they have their exits and their entrances, and one man in his time plays many parts, his acts being seven ages.


Son visage à travers le miroir, et sur le lavabo, tout ce noir. Dans le miroir, la petite Lennie apparaît, dans le lavabo, c’est Gwendolen qui disparaît. Le noir, le noir, et son visage qui se décompose, emporté par l’eau salie.
Lennon ôte, chasse Gwendolen.
Et revoilà Lennie, Lennie perdue sous tout ce fond de teint, ce noir, et ce rouge inutiles. Mais où vont-ils chercher tout ce maquillage et ces artifices ? Et pourquoi, surtout ? Sous prétexte qu’elle incarne quelqu’un d’autre, et sous le feu des projecteurs, elle doit laisser sa peau suffoquer sous tout ce plâtre ? Ma petite chérie n’a pas besoin d’un ravalement de façade, merci.

Je m’efforce de me taire, pour ne pas la froisser. Je n’ai pas l’habitude de garder mes sarcasmes pour moi, et encore moins mon ton acerbe, mais je veux bien faire un effort, pour elle qui a dû supporter le pire imbécile de la troupe en tant que partenaire. Oh, et dire qu’elle l’a laissé lui pleurnicher et miauler dans ses oreilles ! Je n’aurais pas pu supporter, sincèrement. « Rien que d’y penser, j’en ai des frissons ! » Songer une seconde de devoir faire semblant d’aimer ce gros lard me dégoûte, et je m’empresse de penser à autre chose pour ne pas avoir des nausées. Qu’est-ce qu’elle ne doit pas faire, cette chère Lennie, pour gagner sa pauvre paie. J’aurais déjà demandé une augmentation, à sa place — enfin, je suppose que ça ne fonctionne pas comme ça dans le monde du théâtre.

Je secoue légèrement la tête pour me sortir de mes pensées, et la regarde avec un petit sourire, déjà fière de ce que je vais lui annoncer. Si elle est déjà allée au Japon ? Bien sûr que non — et si elle l’avait fait je l’aurais torturée jusqu’à ce qu’elle me dise le contraire. Je veux avoir le privilège de la nouveauté, je veux lire dans son regard le même émerveillement naïf parmi les étoiles de la surprise, comme lorsque je lui ai proposé de la prendre son mon aile. Alors viens, petite colombe, viens, petite corneille aux yeux espiègles. Viens, je te montrerai ce que signifie briller. « Parfait, alors ! » Je tape des mains, comme une petite fille surexcitée, attendant avec enthousiasme de lire l’étonnement dans son regard. « Et je suppose que ça ne te déplairait pas d’y aller ? » Ça y est, ça y est, je le sens monter, le paroxysme jouissif de la surprise, juste là, dans ses iris… Et un immense sourire fend mon visage. « J’ai bien envie de te présenter à quelqu’un là-bas, qui rêve déjà de te rencontrer. Bon, c’est à Tokyo, mais je me suis dit qu’un petit dépaysement ne serait pas de trop. » Je guette ses yeux — je guette sa surprise, son sourire, ses émotions. Bon sang, Lennon, laisse-toi aller, tu n’es plus sur scène au milieu de ces bouffons.

©️ élissan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
radioactive
avatar

en savoir plus sur moi
▵ posts : 850
▵ arrivé(e) le : 18/06/2017
▵ avatar : Lily Collins ღ

MessageSujet: Re: All the world's a stage + Lennary. Dim 12 Nov - 18:40

All the world's a stage
January & Lennon
And so he plays his part. ∞ And all the men and women merely players ; they have their exits and their entrances, and one man in his time plays many parts, his acts being seven ages. (Shakespeare) © code by ÉLISSAN
Voilà, maintenant elle était pratiquement Lennon.
Les yeux verts et bruns qui brillaient dans la glace allaient plus librement du reflet d’un objet à l’autre qu’ils ne l’avaient sur scène, et ce n’était pas la faute à des sentiments artificiels, que le papier voulait, que seule la volonté de Wilde avait exigé qu’ils soient. Elle retrouvait son visage, la liberté de détendre ses joues quand elle ne voulait pas sourire, de prendre la voix qui lui plaisait et surtout d’enlever toutes les pinces de son chignon qui l’avaient torturée pendant des heures. Elle les ôtait malgré cela avec soin, retenant des soupirs de soulagement.
Bien qu’elle ne soit plus Gwendolen, elle ne pouvait pas tout à fait être elle. Il y avait January à quelques mètres, January qui lui parlait et avait fait l’effort d’assister à la répétition en entier et de la complimenter à outrance quand rien ne la forçait à le faire. Elle ne comprenait pas du tout ce qu’une personne comme elle, avec ses goûts, sa personnalité, et surtout sa fortune, pouvait trouver à une petite comédienne de rien du tout comme elle, ou plutôt, qui n’était encore rien.
Qui n’était encore rien.
C’était ce qui la gênait avec January. Et Dieu savait qu’elle n’était pas du genre à être mal à l’aise pour n’importe quoi. Elle appréciait beaucoup l’héritière Wolverstone, elle adorait se dire qu’elle avait son soutien, que quelqu’un qui comptait dans le monde se souciait d’elle… mais elle ne voyait pas pourquoi elle faisait tout cela. Vraiment pas.
Et si les questions de mérite n’empêchaient pas Lennon de dormir tranquille eh bien, il lui arrivait tout de même de s’interroger de temps à autre.
Le second problème, c’était January tout court. La brune savait qu’elle était susceptible de se vexer et avait bien conscience de son propre manque total de diplomatie, alors elle avait quelque peu l’impression de marcher sur des œufs en sa présence. Perdre son affection, ce serait une chose, qu’elle préférerait éviter certes. Mais s’attirer les foudres de quelqu’un d’aussi influent qu’elle, plutôt creuser sa propre tombe et se remplir la bouche de terre.

Prudence donc avec ce qu’elle pourrait dire. Toujours s’accorder une bonne seconde de réflexion avant de répondre quoi que ce soit, et cette histoire de Japon la laissait perplexe. Non, elle n’avait certainement pas autant voyagé ni aussi loin que January, elle ne s’y était jamais rendue, et ?
Ce n’était pas pour lui faire un récit de vacances au pays du soleil levant que son interlocutrice le lui avait évoqué. Elle voulait l’y emmener.
Lennon dut se souvenir de clore ses lèvres, sous peine d’avaler d’hypothétiques moucherons.
« Co… comment ?! »
Pure convention. Elle avait parfaitement entendu et compris.
« Tu veux m’emmener à Tokyo ?! »
Elle fit pirouetter son siège pour lui faire face, la regarda bien. January ne plaisantait nullement. Bien sûr. Et Lennon savait bien que tout cela était crédible, mais elle peinait à y croire. Elle, au Japon ? Pour voir quelqu’un qui rêvait déjà la rencontrer ? À tous les coups, ce serait un grand nom du spectacle ou du cinéma. January ne faisait jamais les choses à moitié, ni au deux tiers. Quand elle agitait sa baguette magique de bonne fée, on pouvait s’attendre à des cadeaux à la hauteur.
« J… j’adorerais ! »
Elle se leva, seulement une fois debout, ce drôle de sentiment qu’on appelait gêne reprit le dessus et l’envahit, l’empêchant d’exploser de joie tout simplement.
« Mais, January… pourquoi est-ce que tu fais tout ça pour moi ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: All the world's a stage + Lennary.

Revenir en haut Aller en bas

All the world's a stage + Lennary.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always love ::  :: wellington central.-