AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 I got you now (enora&emmanuelle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 415
▵ arrivé(e) le : 28/06/2017
▵ avatar : Vanessa H.

MessageSujet: I got you now (enora&emmanuelle) Sam 7 Oct - 1:32


Enora & Emmanuelle

I got you now


Juin 2016.

Le cœur battant à vitesse maximal. Des émotions indéfinis. Ignorant les évènements et les sentiments futurs. Le soulagement ou la déception, suivi de la continuité d'une angoisse sans fin. Angoisse dors et déjà présente. Faites qu'elle disparaisse. Faites qu'elle se noie pour qu'une joie immense émerge. Seule une porte me sépare de ce verdict. Je ne crois pas en dieu, mais je prie. Prie pour que ce soit son visage et ses cheveux bruns qui apparaissent derrière ce bout de bois. Pour qu'ainsi cesse l'anxiété et le tourment. De pouvoir à nouveau voir son visage, son sourire. Finalement, entendre sa voix. Pour qu'ainsi éclos l'apaisement et le bonheur.


Wellington, Décembre 2015.

D'innombrables appels et messages restés sans réponses. Ai-je fait quelque chose de mal ? Le silence et l'ignorance de ma meilleure amie, m'insupporte. Je dirais même cela commence à me taper sérieusement sur les nerfs. À peine, est si j'ai l'envie de me déplacer chez elle, si c'est pour s'aventurer dans le vent.. Peut-être à-t-elle simplement d'espace ? Partagés entre insister ou la laisser venir à-moi. Un jour et demi depuis que je n'ai plus de ses nouvelles, j'ai été fortement prisée par mes devoirs envers l'université et il n'est pas impossible que j'ai sans m'en apercevoir, négligée Enora. Je me dis que joindre Caleb n'est pas forcément la solution. Je tombe à nouveau sur sa messagerie et lui laisse un énième message vocale, cette fois-ci plus serein. Nous n'avons pas l'habitude de rester aussi longtemps sans se parler l'une à l'autre et je parle là de quelques heures seulement, c'est dire. « Coucou ma Nono, écoute tu ne me réponds pas, je vais pas t'harceler. Je suis débordée en ce moment, je t'ai délaissée et je m'en excuse, ce n'était pas mon intention. Si c'est une différente raison, je suis là, ne l'oublie pas. En revanche, si demain soir je n'ai pas de nouvelles, je reviendrais à la charge. Bisous bisous. » Si elle veut me contacter, elle sait où me trouver.


Le lendemain.

J'ai attendue toute la soirée d'hier soir et toute la journée d'aujourd'hui sans aucune manifestation de sa part. Actuellement, je me tiens dans son appartement. J'ai bien sûr frappée avant, je ne veux pas la surprendre en plein ébat avec son tendre, mais il n'y a pas un chat. C'est un appartement vide de personnes et d'un œil habitué, certaines affaires ont visiblement disparu de leur place d'origine. Je suis dans la bonne maison, je connais cet endroit comme ma poche, ce n'est pas normal, j'ai comme un mauvais pressentiment que quelque chose cloche, je le ressens de ma tête jusqu'à mes orteils. Ce lieu est vide et triste. L'affolement s'accapare de moi, instinctivement je cours doucement en direction de sa chambre pour ouvrir son armoire, le premier endroit à vérifier quand tu doutes si la personne côtoie toujours les lieux. Incapable de décrire l'angoisse qui joint l'affolement lorsque je découvre un placard, un deuxième, un troisième presque entièrement vide. Seul les vêtements qu'elle ne porte plus sont présents. Je parle seule et paniquée, me déplace comme étant impatiente de découvrir les prochains objets absent. Dans la salle de bain, il en manque moins. J'établis alors qu'elle est partie dans la hâte, depuis déjà trois jours dans le silence le plus total. Je tente de sortir mon portable de ma poche de jean toute tremblante en galérant. « Enora, t'es passée où ? Je suis chez toi et c'est assez flippant ! Pourquoi tu me réponds pas ? S'il te plait rappelle moi et vite, je m'inquiète! » Je continue incessamment de la joindre, mais je m'empêche de continuer pour ne pas noyer sa messagerie. Je me rabats donc sur Caleb, qui reste lui aussi sans réponse. « Non mais c'est quoi ce bordel ?! » Je me dis qu'il se trouve surement au boulot avant de m'écrouler sur le canapé en attendant qu'il rentre. Une heure trente plus tard, après avoir fait les cent pas, j'entends la porte d'entrée s'ouvrir. « Qu'est-ce qu'il se passe ici ? » Demandais-je plus désorientée que je ne l'ai jamais été à Caleb.


Wellington, Avril 2016.

Cela fait désormais quatre mois qu'Enora a disparu.. Quatre mois que je suis dans l'ignorance absolue, sans connaitre la raison de son départ. Une chose est certaine, elle va bien. Je ne saurais l'expliquer, mais j'ai la sensation insondable qu'elle fait toujours partie de ce monde. Pour moi elle ne s'est pas faites enlever, n'est pas morte ou quoi que ce soit, non ... elle est partie de son plein gré et sans me tenir au courant. Je vis dans l'incompréhension de cet acte, certes elle est partie d'elle-même, je le ressens si fort.. Mais pourquoi ? J'essaie de résoudre ce mystère, mais sans aucune piste, je reste dans le noir. Elle me manque, certainement plus que je lui en veux. Ça m'obsède, la nuit je me réveille débordante de haine, parfois de manque, d'autres de doute... et si je me trompais ? Et si elle était vraiment...Non, c'est inconcevable. Un fait de grande importance s'est produit, c'est la seule alternative possible, car ce n'est pas dans les habitudes de ma meilleure amie de se volatiliser de la sorte. Si j'en viens à cette conclusion, c'est parce que je la connais. Quoi qu'il en soit, je veux en avoir le cœur net. Même si je me trompe, qu'il n'y a pas de réel motif à ce départ sans signe de vie, je veux comprendre. Je refuse de la détester plus longtemps pour une action dont je ne connais pas les prémices. Si je lui en veux à ce point.. c'est parce que je l'aime. Elle était présente pour moi quand j'en avais désespérément besoin, je lui suis redevable. Si elle avait besoin d'aide, peu importe la cause, j'aurais été là dans la seconde. Pourquoi ne m'a-t-elle rien dit ? Tellement de pourquoi.. Tous les jours, toutes les heures, j'attends constamment son appel, un message...


Quelques jours plus tard.

Je n'ai pas traînassée à me mettre à sa recherche dès que j'ai découvert sa disparition. Je vous épargne la complexité de cette enquête, dans mon cas, n'y connaissant rien, ne savant pas quoi faire, c'est une obscurité profonde. Mais je n'abandonne pas, si je n'essaie pas je n'aurais jamais mes réponses et je ne la reverrais jamais. La revoir, c'est tout ce dont j'ai besoin pour ranger mes craintes au placard. Je suis violoniste, pas détective. Pourtant, je me surprends dans les démarches que j’accomplis et que j'assimile. Comme Caleb. Lui, c'est la claque dans la gueule. LA réponse à tout. À un moment, il faut cesser d'être aveugle, d'être incapable d'imaginer qu'un type aussi gentil puisse en réalité être un monstre et la plus grande des pourritures. J'avais de nombreux soupçons le concernant, qui se sont confirmés cette après-midi. Quatre mois qu'il m'évite, comment ai-je fait pour être aussi aveugle ?!! Il avait je-ne-sais-quoi à se reprocher tout ce temps. Quand il me croisait, il y avait cette dose de peur dans ses yeux, semblait toujours pressé bien que j'avais le temps de constater la sueur sur son front et son ton stressé. Ainsi qu'une légère indifférence. Il a toujours nié savoir quoique ce soit concernant sa disparition.. La situation s'applique à moi comme à lui, pourquoi est-elle partie sans rien lui dire ? Pourquoi m'évitait-il ? Pourquoi n'a-t-il rien fait ? Tu rassembles tous ces petits détails qui te sont désormais flagrants, son comportement, ses agissements, sa tentative d'indifférence et ton cerveau fait tilte..

Au jour où tu as remarquée cet énorme bleu sur le bras d'Enora.


Auckland, Juin 2016.

Je ne suis plus aveugle. J'ai compris. Je ne lui en veux plus à elle, mais à moi. Je suis désolée de ne pas avoir été là, d'avoir été aveugle. Après cette révélation, j'ai travaillée d'arrache pied pour la retrouver, sans relâche. Pas une seule seconde. Rattrapant ce que j'aurais dû faire il y a des mois. Toutes les pistes que j'ai pu suivre m'ont amenés jusqu'ici, devant cette porte, à Auckland. Si loin et si proche à la fois. À l'autre bout du pays. La Enora Aberleen d'Auckland se fait discrète, ça concorde. J'espère.. Me voilà debout, devant cette porte, le cœur battant à sa vitesse maximale. Je suis nerveuse. Je frappe à la porte de l'appartement d'abord doucement, le stresse me faisant faiblir. Un peu plus fort, succombant au courage. Je prie pour que mon Enora apparaisse derrière cette barrière de bois.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Broken princess
avatar
Broken princess

en savoir plus sur moi
▵ posts : 1502
▵ arrivé(e) le : 02/09/2015
▵ avatar : Alexandra Park

MessageSujet: Re: I got you now (enora&emmanuelle) Dim 8 Oct - 19:34


Emmanuelle & Enora
she was the hardest
one to leave behind


Elle était partie.
Elle était partie depuis plusieurs mois maintenant. Elle avait tout quitté. Elle s’était enfuie, en sommes. Elle avait décidé de baisser les bras au lieu de se battre et de continuer à avancer. Elle avait préféré s’exiler loin de sa ville et de tout ce qu’elle aimait. Elle était partie, Enora. Parce qu’elle ne pouvait plus supporter ce qu’elle vivait à Wellington. Ce qu’elle vivait avec son fiancé. Pourtant tout avait si bien commencé. Sa vie aurait pu être belle, si belle. Elle avait toujours tout réussi, elle s’était épanouie dans ses études d’art, dans cette passion qui lui était tombée dessus alors qu’elle était lancée à étudier le droit. Elle avait trouvé l’amour, rapidement. Tout avait peut-être été un peu trop vite entre eux. Peut-être qu’ils n’auraient pas dû emménager ensemble si tôt. Pourtant Caleb avait insisté. Il voulait vivre avec elle. Mais très vite, très vite il s’était mis à devenir possessif, ne la laissant plus sortir. Ne la laissant plus s’habiller comme elle le voulait. Et puis une chose en entraînant une autre, il était devenu violent. Très violent. De plus en plus. Et elle… Elle, elle n’avait rien su faire. Elle n’avait rien su faire parce qu’au départ elle pensait que tout s’arrangerait. Et sans même s’en rendre compte elle était devenue une victime. Une victime incapable de se défendre et trop honteuse pour en parler à qui que ce soit. Ni à ses parents, de qui elle était très proches, ni à ses nombreux amis. Elle était au fur et à mesure du temps devenue une fille terne et cassable, à l’instar de la lumière qu’elle était auparavant. Si ses proches la voyaient, maintenant, ils ne la reconnaitraient même pas. Si tenté qu’ils avaient toujours envie de la voir. Parce qu’elle était partie sans prévenir personne, elle avait disparu, voilà tout. Personne ne savait qu’elle était désormais à Auckland. Qu’elle tentait de se reprendre en mains alors qu’elle n’était plus que l’ombre d’elle-même. Qu’elle était même devenue accroc aux antidépresseurs. Personne ne savait qu’elle était là, et personne ne savait ce qui lui était arrivé.

Et ce n’était pas plus mal. Parce qu’elle avait honte, honte d’être devenue cette loque qu’elle était maintenant. Honte d’être devenue si faible, physiquement et mentalement. Mais en entendant sonner ce soir chez elle, elle se décida tout de même à aller ouvrir, tout en ayant hésité l’espace d’un instant. Seulement, en ouvrant la porte, elle tomba nez à nez avec Emmanuelle. Oh Emmanuelle, c’était bien la personne la plus difficile à laisser derrière elle. Sa meilleure amie, sa jumelle, son inséparable. Elle devait la détester, elle devait la haïr. Et comment l’avait-elle retrouvée ? Elle était sonnée, Enora. Elle était incapable de rien faire face à elle ce soir. Et elle était heureuse aussi, parce qu’elle lui avait tant manqué sa meilleure amie. Même si actuellement, elle ne devait plus l’être… Oh mon dieu... Je... Emma… Qu’est… Qu’est-ce que tu fais ici… ? Elle imaginait sans mal à quel point la belle brune devait avoir envie de l’incendier. Elle imaginait sans mal à quel point elle devait lui en vouloir de l’avoir abandonné, d’être partie depuis des mois sans jamais l’en avoir informé. Elle imaginait, oui… Parce que durant tout ce temps, bien sûr qu’elle avait pensé à elle. Enora n’avait même jamais cessé de penser à elle. Elle se sentait presque glisser sur le sol, tant elle était bouleversée de se retrouver face à elle maintenant. Elle ne devait même pas la reconnaître, parce qu'elle n'était plus la même Enora... Et elle allait vite s'en apercevoir.


c élissan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 415
▵ arrivé(e) le : 28/06/2017
▵ avatar : Vanessa H.

MessageSujet: Re: I got you now (enora&emmanuelle) Jeu 12 Oct - 22:05


Enora & Emmanuelle

I got you now


Le passé est le passé. Le temps passe et petit à petit les souvenirs s'effacent. Soit les images nous reviennent, soit elles s'envolent définitivement. Même nos plus beaux souvenirs d'enfant ou ceux que nous nous étions promis de toujours nous remémorer. Mais des bribes restes. Des bribes de mémoire où Enora et moi, encore jeunes et innocentes, encore insouciantes de ce que la vie futur nous réserve ; treize petites années, cachées dans une petite cabane en ruine, perchée dans un vieil arbre dans la propriété d'une grande maison à l'abandon et personne pour nous trouver. La cachette par excellence. Les planches en bois se battant pour ne pas capituler sous notre poids et nous penchant dans le vide, ignorantes du risque pris. Pouvons-nous rebrousser chemin jusqu'à cette époque ? La vie à la fois belle, peut être des plus cruelles. Enora en a fait les frais, j'en ai fait les frais. Mais je ne suis pas le sujet, je me fiche de moi, seule elle compte au moment présent. Comment ? Comment ?! Comment un homme, .. non.. ce n'est pas un homme, c'est une lavette aucunement nécessaire à l'espèce humaine, une sous-merde qui ne mérite pas la moindre quantité d'amour et de chance possible d'être existante. Comment peut-on s'en prendre physiquement à la femme que l'on a autrefois proclamé aimer avec tant de force et de sincérité ? L'aversion envers ce type est absolue ! Un dégoût si puissant ! Finalement, on ne peut accorder sa confiance à personne, tout est remis en question maintenant. Trahison impensablement pardonnable. D'habitude, je me mets dans les chaussures des gens pour les comprendre, c'est ce que je fais, ma compassion c'est ce que je suis, mais là .. Imaginer ce qu'elle a vécue et ce qu'elle éprouve, c'est au-dessus de tout. Tout ce que je peux faire, c'est courir la retrouver et la serrer dans mes bras en lui disant que je suis là. Je vais aller la chercher et la ramener en sécurité dans notre vieille cabane en ruine.

☆☆☆

J'aurais remuée ciel et terre pour la ramener dans notre forteresse de paix. J'ai mis ce rêve en action et mes doigts tremblants se croisent dans l'espérance qu'il devienne réalité une fois que j'entendrais une main s'appuyer sur la poignée parallèle à celle que j'ai sous les yeux. Si mon cœur pouvait faire de même, il s'en donnerait avec allégresse. Toutes ces émotions me traverses l'esprit en s'y prenant physiquement. Des bruits émettent de l'intérieur. Exaucez mon vœu. S'il vous plait. La porte s'ouvre. Je découvre ... son visage, ses cheveux bruns. Le soulagement. La joie immense émerge et ainsi éclos l'apaisement et le bonheur. Sa voix. Ma beauté. Elle est là, devant moi. « T'es partis à la découverte de la plus grande ville du pays sans moi. » Dis-je submergée par une montagne de sentiments au bord des larmes. Mes premiers mots à ma meilleure amie depuis plus de six longs et interminable mois. Interminable, est-ce une coïncidence qu'il y est minable dans ce mot ? Parce que c'était le cas.. Mais son expression.. n'est pas son expression habituelle.. C'est Enora, sans être Enora. Une Enora ... détruite. Il l'a détruite. J'aurais sa peau. Je vois qu'elle se bat pour rester sur ses pieds, avant qu'elle ne s'écroule au sol je m'avance et l'attrape pour la serrer dans mes bras de manière à ce qu'elle ne disparaisse plus jamais. « Je suis là... je suis là. » En duel contre moi-même pour que les larmes ne coulent pas. Je promets sur la tête de tous les membres de ma famille, qu'elle sera de nouveau heureuse.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Broken princess
avatar
Broken princess

en savoir plus sur moi
▵ posts : 1502
▵ arrivé(e) le : 02/09/2015
▵ avatar : Alexandra Park

MessageSujet: Re: I got you now (enora&emmanuelle) Dim 29 Oct - 19:38



she was the hardest one to leave behind
Emmanuelle & Enora

« Uh-oh, running out of breath, but I, Oh, I, I got stamina. Uh-oh, running now, I close my eyes, well, oh, I got stamina »
Elle n’en croyait pas ses yeux, c’était bel et bien sa meilleure amie qui était là sous ses yeux. En réalité elle ne pensait pas la revoir. Pas dans de telles conditions. Enora s’était imaginée une centaine de fois la manière dont un jour elle la retrouverait. Elle s’imaginait qu’une fois qu’elle irait mieux, qu’elle serait de nouveau sur pieds, elle irait sonner chez Emmanuelle et s’excuserait un millier de fois. Mais ce n’était pas comme cela que les choses se passaient, Emma en avait décidé autrement. Elle avait choisi de venir la retrouver, ici, loin de chez elle. Et elle, elle n’était pas encore sur pieds, elle en était même très loin. Elle était complètement brisée, elle se battait tous les matins pour se lever. Aujourd’hui, elle était en sécurité, mais ce n’était pas pour autant qu’elle allait mieux. Loin de là. Elle n’était plus la même personne. Elle était sous antidépresseurs et très loin de sa vie. Mais Emma était là, oui, elle était là. Et le cœur d’Enora se réchauffait en un instant en entendant ses premières paroles. Elle ne semblait pas lui en vouloir, même pas un peux. Des larmes coulaient sur son visage, elle tenait difficilement, elle n’arrivait même pas à réaliser. Elle n’arrivait pas à réaliser jusqu’à ce que sa meilleure amie s’approche d’elle et l’attrape dans ses bras. Enora se laissa alors aller dans les bras d’Emmanuelle, se serrant contre elle. Emma… Je… Je n’en reviens pas que tu sois là… Sa voix tremblait, elle ne savait même pas quoi dire. Elle ne savait pas par où commencer.

Alors après de longs instants dans les bras l’une de l’autre, Enora se détacha légèrement avant d’essuyer ses larmes et de reprendre la parole. Je… Entre… Elle laissa Emmanuelle rentrer dans l’appartement avant de la suivre à l’intérieur. Elle avait cette drôle d’impression, celle qu’elle était au courant de ce qui lui était arrivé. Mais pourtant c’était impossible. Comment aurait-elle pu le savoir ? Et à la fois, elle était ici, à Auckland. Elle l’avait retrouvé et c’était déjà fou. Elle fit signe à Emmanuelle de s’installer sur le canapé avant de reprendre la parole. Tu m’as retrouvé… Comment tu as su… Elle était complètement bouleversée. Elle devait savoir avant même de lui proposer quoi que ce soit à boire ou à manger. Si elle savait tout, elle n’aurait pas d’explications douloureuses à donner. Et si elle savait tout, cela expliquerait pourquoi elle ne lui en voulait pas. Elle se rendait bien compte qu’elle était la première personne à la chercher, et que peu d’amis auraient fait ce qu’elle avait fait. En général, n’importe qui aurait pensé qu’elle était simplement partie vivre de nouvelles aventures et pas que quelque chose de grave était arrivé. Mais Emmanuelle la connaissait. Elle savait pertinemment que ce n’était pas le genre d’Enora, qu’elle était bien à Wellington et que toute sa vie était là-bas. Elle savait pertinemment que jamais, jamais elle n’aurait voulu partir.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 415
▵ arrivé(e) le : 28/06/2017
▵ avatar : Vanessa H.

MessageSujet: Re: I got you now (enora&emmanuelle) Jeu 30 Nov - 22:49


Enora & Emmanuelle

I got you now


C’est la vue la plus belle qui m’est été dû de contempler depuis un sacré bout de temps. Ma meilleure amie, ma meilleure personne en face de moi. Je me suis langui de ce moment depuis des mois, j’en ai rêvé si… intensément. Ce moment, se produit au moment présent. Entreprendre de se mettre à sa recherche n’était pas un instant questionnable, bien au contraire. Je crois n’avoir jamais agi aussi spontanément de toute ma vie. L’impulsivité à prit acquisition de moi. C’était d’une logistique automatique, un réflexe naturel. L’être humain que je préfère certainement plus que tout dans l’univers, bien évidemment que j’allais être là pour elle, que j’allais vouloir obtenir des réponses à ce mystère jusqu’à avoir la réponse finale quoi qu’elle en soit la sentence. Je n’étais peut-être pas avec elle durant ces six derniers mois, mais j’étais là pour elle. Une aiguille dans une botte foin, comme rechercher Nemo dans cet océan effroyablement immense et interminable, pour quelqu’un qui n’a aucune notion d’investigation et dont les chances de succéder étaient minimes, je me suis transformée à mon étonnante surprise en un véritable Sherlock et stupéfaction ; l’aiguille enfuie dans la corpulente botte, m’a piquée jusqu’au sang. Dans cette ville stupéfiante et impressionnent grande ; j’ai trouvée le chemin menant à ce petit poisson que j’aime tant, me procurant une délivrance et un réconfort puissant, jusqu’à ce que je croise son regard qui n’est plus celui qui m’a portée pendant l’enfance. Instinctivement, je m’approche d’elle pour la serrer dans mes bras dans l’espoir que cette lueur brisée dans ses yeux ravive son étincelle. Elle s’effondre littéralement dans mes bras, visiblement foudroyée par une cascade de sensations, et pas les plus belles. Les larmes coulent, sans que je ne puisse les contrôler. « Tu pensais vraiment que tu pouvais partir comme ça sans que je sois derrière pour te traquer ? » Demandais-je en sanglotant avec ma petite touche d’humour qui fit une petite apparition. Un humour qui est le bienvenue, comptant fortement pour qu’un sourire se dessine sur son visage.

☆☆☆

Notre étreinte arrive à son terme, sachant qu’une nouvelle se prépare inévitablement dans les minutes à suivre. L’émotion toujours à son plein, je passe le seuil de son appartement qui m’est encore inconnu. Je porte la manche de mon gilet à mon œil pour essuyer mes larmes. Je fis mon chemin jusqu’au canapé. Des retrouvailles ? Nous n’avons jamais eu à en vivre avant aujourd’hui. L’atmosphère négative qui plane au-dessus de la cause première de celle-ci, les rends particulières. « J’ai cherché et cherché, … Sans relâche, pas une seule pause. J’ai fait des choses dont je ne me savais même pas capable et les choses ont fait que je suis là et que toi aussi… Tu es là. » Lui expliquais-je vaguement, j’avoue avoir désormais tout oublié de tout ça, en retrouvant Enora, j’ai tournée la page sur ce chapitre. « Mais c’était compliqué ! » Dis-je en ricanant doucement la voix encore tremblante de mes pleurs. Avant de poursuivre sur un terrain glissant. « En ce qui concerne comment j’ai compris pourquoi tu es partie, j’ai simplement ouvert les yeux sur un individu qui nous a tous bien bernés. » Lui dévoilais-je avec réserve, ne voulant pas forcément entamer le sujet. Sous ses mots, je la regarde intensivement dans les yeux ; « Je suis désolée… » Parfois, la personne pour qui tu prendrais une balle volontiers dans le cœur, est celui qui a appuyé sur la détente. Amère trahison.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: I got you now (enora&emmanuelle)

Revenir en haut Aller en bas

I got you now (enora&emmanuelle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always love ::  :: flashback.-