AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 LENNON + Dreams are the surprises of the unconscious

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ADMINa suricate full of love.
avatar
ADMIN ∞ a suricate full of love.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 2282
▵ arrivé(e) le : 20/07/2015
▵ avatar : danielle c.

MessageSujet: LENNON + Dreams are the surprises of the unconscious Ven 13 Oct - 21:32

Dreams are the surprises of the unconscious .

Lennon & Sora-Plùm.
LUCKYRED
Pleurs petite fille, pleurs. Tu pleurs tu ne fais plus que ça. Mais tu l'as voulu. Tu as voulu tirer un trait, mais tu ne le peux pas. Ton cœur s'écorche à chaque pas que tu fais, les larmes glissent sur tes joues rougeâtres, manquerait plus que tu fasses peur aux enfants. L'idée est folle. Tu es en plein désarroi, mais tu as besoin de lui parler, de vider ton sac, sans même l'entendre parler au pire. Peu importe le déguisement tout bidon quel porte. Elle t'a toujours interdit de venir la voir, car elle le sait tu aurais pu rigoler. Oui, tu aurais pu, si tu ne pleurais pas déjà comme une madeleine. Tu continues à te laisser guider par tes pas. Ton maquillage doit couler, tu dois ressembler au clown triste des cirques, tu as horreur des clowns, tu te demandes vraiment c'est qui le con qui les a inventé, ils ont jamais été drôle ceux qu'on vous envoyez à l'orphelinat, limite glauque. Bref, tu arrives au parc d’attraction. Tu restes relativement tendue dans cette foule qui te bouscule le cœur, ton humeur fait défaut à côté des leurs. Des sourires à en décrocher la mâchoire, tu n’arrives pas à te sentir bien, tu n’arrives pas à te sentir bien, tu ne le peux pas. Ton organe central est le fautif ? Non, tu es juste la seule godiche à vouloir défendre les gens que tu aimes, à vouloir les protéger et ça ne plaît pas forcément. Tu te diriges vers l’endroit où elle est censée être Lyon. Ta lionne qui va te rebooster, te redonner du baume à ce cœur si défectueux, que tu ne sais pas en combien de semaines, mois ce comptent ta vie ou peut-être même en minutes ? Tu n’en sais rien. Tu connais son déguisement, mais elle t’a jamais laissé se voir, même si elle a du se douter que ta curiosité t’avait fait chercher et même espionner. Merde ton père est quand même un putain de professionnel de l’espionnage et tu sais plutôt bien comment espionner aussi ! C’est plutôt sympathique pour être dans la vie des gens comme Pacôme dont tu essayes de te séparer pour toujours, car ta vie elle prend fin bientôt. Tu vois enfin cet putain d’hamburger. Les yeux rivés sur ta proie, ton pas se fait plus rapide et moins sûre pour autant. Tu la tire par le bras dans un coin, pas trop romantique, mais tu t’en tapes. Les poubelles ça peut le faire vu comme tu viens de dire adieu à ta relation avec Pacôme. « Chut ! » Que tu assigne Lyon de ne rien dire. « Je viens de briser le cœur de Pacôme, non pas juste brisé, je l’ai pris de sa poitrine pour l’écraser sous mon pied sous ses yeux … » tu souffles et les larmes reprennes, pas une avalanche quelques larmes. « J’ai couché avec lui, une dernière fois avant de dire adieu … » Ton regard se lève vers le ciel. « C’est clair que je vais finir au purgatoire ! » Tu souffles. « Maintenant je dois coucher avec toi ? » Pourquoi tu racontes ça toi ? Ton esprit divague ? Tu commences à entendre le silence … tu deviens folle, complétement taré. « Lyon c’est quoi ce parc ? » Que tu demandes en reculant tirant ton amie à toi, alors que tu es loin de te douter quand la tirant tu allais découvrir la tête d’une autre personne. Si tu connais son nom : Lennon. Comment tu connais son prénom, toi ? Le noir tombe sur vous. Il fait nuit « Il se passe quoi ? » Tu entends des grognements quand un truc te touche toi, tu te tournes et découvre un mort vivant. Ton esprit rêvasse drôlement, ton Morphée à toi et d’humeur cauchemardesque sans nul doute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
radioactive
avatar

en savoir plus sur moi
▵ posts : 871
▵ arrivé(e) le : 18/06/2017
▵ avatar : Lily Collins ღ

MessageSujet: Re: LENNON + Dreams are the surprises of the unconscious Sam 21 Oct - 19:24

Dreams are the surprises
Sora-Plùm & Lennon
∞ Of the unconscious
Sa main s’étala sur sa figure, comme si elle avait voulu se mettre une gifle au ralentit. Elle ne ressentit rien, pas d’impact, pas de petite douleur comme assourdie au milieu du visage. Ce devait être dû à l’épaisseur du masque. Bon sang… elle avait cru que plus jamais elle ne ressentirait cela, cette impression d’être gonflée, gigantesque, et d’avoir une âme toute petite cherchant à se cacher en même temps.
Le ridicule.
Cette abominable conscience du ridicule.
Le fait que si à peu près tout lui était égal, dans le monde, ça, non… parader du matin jusqu’au soir déguisée en hamburger en peluche – combien d’heures, combien d’heures durait le jour ? Beaucoup trop. Combien encore à déambuler dans les allées du parc en étouffant ce qui grondait en elle – la honte et une colère immense contre les enfants qui riaient, contre son patron, contre Lyon, contre elle-même…
Elle avait cru ne jamais plus avoir à ressentir cela. C’était épouvantable, comme dans un jeu de société : retour à la case départ. Elle était persuadée, pourtant… qu’elle s’en était tirée, de cette fichue fête foraine. Qu’elle était parvenue à trouver mieux pour boucler ses fins de mois. Pourtant, elle était là, à marcher en aveugle dans les allées, au milieu des cris, des rires qu’elle maudissait, de la musique assourdissante, ne désirant rien voir, désirant disparaître du creux de son costume.

Elle avait étalé sa main sur sa figure, arrêtée sur un côté, voulant prendre une pause. Rien que trente secondes, ensuite elle reprendrait la route sur laquelle elle était sûre de ne pas croiser Lyon, qui avait gagné à courte-paille, c’est-à-dire le droit de prendre la place qu’elle occupait hier pour la journée. Quelque chose de moins pire que ce rôle affreux de hamburger géant.
Fichue Lyon.
Quand elle retira sa main et qu’elle eut sa paume retournée sous les yeux, Lennon s’aperçut qu’elle était recouverte de fromage fondu. La surprise l’empêcha tout d’abord de penser, ensuite elle comprit ce qui était en train de se produire. Ces imbéciles s’étaient trompés dans son costume ! Elle était enfermée dans un vrai hamburger !
Elle avait l’impression que ça coulait contre son corps, de la sauce, du pain et jusqu’à la salade, ça semblait se dégeler et couler tout contre elle. Ça allait la noyer. Beurk !

Ensuite, Lennon entendit une voix, forte, et celle-ci l’entoura d’un cocon tel qu’elle ne pouvait voir la fille qui lui parlait. J’ai brisé le coeur de Pacôme, je l’ai pris de sa poitrine ! criait-elle. Elle aurait voulu hurler à son tour : mais tais-toi, qu’est-ce que ça peut bien me faire ? D’où est-ce qu’elles se connaissaient ?
L’idée de briser, de mettre un grand coup dans du verre et qu’il s’écroule après en minuscules débris lui plaisait bien. Parce qu’elle était elle-même en train de fondre, de fondre, de fondre…
La voix eut enfin un visage, puis un corps en entier, un vrai corps de jeune femme. Le trouble s’était dissipé, et Lennon se sentit redevenir solide lorsque son interlocutrice la tira tout à coup. Ah ! Mais elle comprenait tout ! Elle la prenait pour Lyon. Ha-ha, comme c’était drôle !
Elle ne réussit pas à se forcer à rire, et d’ailleurs, elle réalisa qu’elle n’en n’avait plus la moindre envie. Celle qui se tenait devant elle, Sora, elle connaissait son nom – Sora… pourtant, c’était la première fois qu’elles se voyaient, et elle l’avait prise pour Lyon.
Et elle lui racontait une histoire embrouillée à propos de brisures, de quelqu’un qui aurait couché avec quelqu’un d’autre et de purgatoire. Du grand n’importe quoi. Lennon n’était pas particulièrement tentée par la possibilité qui lui était offerte de jouer avec elle, mais elle savait qu’elle devait le faire. C’était son rôle, écrit d’avance…
« On s’y tiendra compagnie. »
Au purgatoire. Tout à coup, l’enfer fut sur Terre, dans leur réalité, dans ce parc qui était déjà de toute façon maudit. Il faisait nuit, et le regard de Lennon s’éleva en direction de la grande roue, plus haut. Elle la désigna du doigt.
« Regarde ! Si on saute de là-haut, on sera cassées nous aussi ! »
Elle saisit le bras de Sora et voulut courir vers l’attraction en l’entraînant, mais elle était étrangement lourde pour une silhouette aussi frêle. C’était normal : elle s’aperçut qu’un mort-vivant s’agrippait à elle. Elle voulut lui faire lâcher sa prise en lui envoyant un coup de pied, mais la créature l’esquiva. Et soudain, il y en eut toute une foule autour d’elles, sorties de l’ombre, pour les encercler, et Lennon comprit et se calma.
« Je crois qu’ils veulent que tu nous raconte tout. Tout ce que tu as fait. Depuis le commencement ! »
© ÉLISSAN.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

LENNON + Dreams are the surprises of the unconscious

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always love ::  :: nightmare world.-