AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Until it's dark.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 54
▵ arrivé(e) le : 30/06/2017
▵ avatar : Ryan Gosling

MessageSujet: Until it's dark. Sam 21 Oct - 23:08


Valentina & Marshall

Until it's dark


22h51

Les aiguillent se baladaient au rythme d’un retraité lors de sa balade hebdomadaire dans un bois orangé aux feuilles tombées, et même les habitués semblaient s’évertuer à ne pas briser ce cycle. Si d’ordinaire c’était Al qui s’assurait que jamais l’ambiance ne retombe ainsi, ce dernier baignait dans une fine couche de pizza et de bière qu’il avait, les yeux fermés il semblait s’être agrippé à un certain confort. Les quelques clients étaient eux, des habitués, toujours à comploter dans la pénombre. Après avoir inspecté une bonne douzaine de fois l’état des verres, vidé les bouteilles dans la réserve, épongé toutes les tables inoccupées et même passé un coup de balais pour chasser éclats des bouteilles brisées ordinairement lorsqu’une transaction entre deux personnes n’aboutissaient pas, ou encore dans le cadre d’un règlement de compte, les tâches de sang il en prendrait soin demain, d’ailleurs personne n’y prêterait attention dans un endroit comme celui-là, certains ici présent avaient vu plus de sang qu’ils ne boiraient jamais d’eau. Après ce « dur » labeur, Marshall ne trouva de divertissement que dans une bouteille de Cubanisto, accompagné d’une cigarette morne, il ne savait même pas pourquoi avait cette saloperie pendue au bout de ses lèvres, sans doute après s’être accoutumé aux fumées de celles des clients, il avait fini par décider d’avoir les siennes, et c’était d’ailleurs un privilège pour lui, après une décennie d’enfermement, il avait bien le droit de s’empoissonner à sa guise, pour certains c’était la nourriture de fast-food consommée régulièrement, alors une cigarette de temps en temps ne pouvait pas être si néfaste que le disaient la plupart des gens. Ainsi avec sa chemise bleu ciel immaculée retroussée jusqu’à ses coudes, son pantalon noir entouré d’une ceinture tout aussi noire, et ses petites chaussures en daim déjà bien usée il avait l’air d’être un simple client avant que les responsabilités ne reviennent. Son petit instant fumeur, fut interrompu par Larry, bougre frôlant le plafond, au visage ingrat dissimulé par une barbe hirsute, mais qui laissait tout de même voir une peau granuleuse, marquée par les flammes en certains endroits, une histoire que même l’allemand qui se souvenait plus de la dernière fois qu’il avait vu de l’innocence ne tenait pas à savoir. De son regard n’émanait aucune chaleur, il demandait seulement une bouteille de whisky pur qu’il viderait avec ses « amis » en quelques minutes avant d’entrer dans leur véhicule pour vaquer à leurs occupations, dont il ne tenait pas non plus à savoir la nature, Al et Marshall en avaient déjà assez faire avec les leurs.

Alors qu’il écrasait son mégot contre un cendrier déjà bien rempli, les bavardages cessèrent, les têtes se tournèrent, certains verres se fracassèrent au moment même où la porte claqua après avoir piégé en son sein deux spécimens qui d’ordinaire en voyant les éclaboussures sang séché sur les murs de la façade. Marshall grimaça, maintenir l’ordre avec une meute de chiens aux abois qui venait de repérer de quoi se soulager, allait être une chose impossible, surtout au moment où elles allaient repartir, il était certain que toutes les deux allaient être filés, attrapés dans une ruelle, et laissées souillées. Mais pour le moment, tout allait bien, tandis que les deux femmes avançaient en direction du comptoir, dans un noir presque complet, seulement perturbé par une lumière d’ambiance, qui faisait reluire leurs dents teintées de saloperies indigestes dévoilées par un sourire pervers. Le visage de Marshall n’avait absolument rien d’accueillant, restait impassible lorsque les clients reprirent leurs brouhaha informe, dont il savait pertinemment quel – en l’occurrence quelles – était le sujet. Ce n’est pas ton problème ce qui peut leur arriver, on te paye pour servir des verres. Sans le moindre sourire ou signe de sympathie, il se pencha sur le bar, le coude fermement ancré sur le comptoir, il étala deux verres entre eux.

« Bonsoir, l’heure des cocktails est dépassée, je ferme bientôt, il ne me reste que des alcools forts, bourbon, vodka, whisky, rhum et … Absinthe. »

Derrière eux, Francis, et Larry s’adonnaient à un spectacle des plus lascifs et suggestif, qui clairement était destiné aux deux bonnes femmes qui venaient de faire leur apparition. L’alcool dans le sang n’aidait pas non plus, il était clair qu’ils n’auraient aucune retenue ce soir.

« Aller tout le monde s’assoit ! Tournée générale, on va voir si vous pourrez toujours danser après ça. »

Derrière cet élan de bonté, se cachait le seul geste charitable qu’il pouvait faire pour garder la soirée sous contrôle du moins dans l’enceinte du Red Horn.
AVENGEDINCHAINS


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.
avatar
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 467
▵ arrivé(e) le : 11/09/2016
▵ avatar : Kate Beckinsale.

MessageSujet: Re: Until it's dark. Mer 25 Oct - 4:00



Until it's dark.

♦️ Marshall ♦️




Il est un peu moins de vingt-trois heures quand les deux amies sortent de leur séance de cinéma. Le film n’était pas mauvais même si elle aurait certainement opté pour un autre choix que des clowns tueurs. Enfin, soit. Elles ont passé une bonne soirée, vraiment très bonne. Elle avait tenté de refuser, dans un premier temps, de se laisser entraîner dans ce côté de la ville. Réputée malfamé, New Town est un quartier assez vivant pour un début de soirée… Mais il n’empêche que, la nuit tombée, à la sortie de leur séance, Valentina n’est pas tout à fait à son aise. C’est peut-être l’influence de sa réputation qui la fait penser de cette façon, peut-être qu’elle ne se fonde là que sur des préjugés qui n’ont pas lieu d’être… Mais qu’importe, cet endroit n’est guère accueillant. A la lumière de la Lune, les ombres apparues n’ont rien de rassurant. Mais c’est surtout la population environnante qui laisse l’Italienne perplexe. Elle est surtout pressée de se retrouver à l’abri dans sa voiture et quitter ce quartier de malheur dans lequel elle n’a aucune envie de s’éterniser. Mais les choses ne vont pas exactement se dérouler comme elle le voudrait. Alors que les deux meilleures amies se retrouvent dans sa voiture, celle-ci recommence à faire des siennes. C’est la deuxième fois qu’elle ne parvient pas à la démarrer. Et, cette fois, elle se dit qu’elle va réellement s’en débarrasser pour s’en offrir une toute neuve. Elle n’a aucune raison de s’en priver, puisqu’elle a les moyens. Seulement, pour l’heure, elles doivent surtout attendre la dépanneuse. Agacée, Valentina sent la mauvaise humeur l’envahir de plus en plus. Heureusement pour elle, il se trouve que son accompagnatrice est, à l’inverse d’elle, une éternelle optimiste. Elle lui affirme qu’elles peuvent en profiter pour aller boire un verre… Et elle parvient à convaincre l’Italienne de la suivre jusqu’au bar le plus proche. Le Red Horn Bar. Elle se passe de commentaire sur le nom des lieux pour entrer finalement à l’intérieur, non sans une certaine réticence… Rapidement confirmée. Comment dire que... Elles n’ont rien à faire dans un endroit pareil ? Le bar n’a rien en commun avec ceux qu’elle connaît, de près ou de loin. Plongé dans la pénombre, il est rempli uniquement d’hommes, plus ou moins dans un sale état, dont elles attirent tout de suite l’attention sur elles. Des éclats de verre se font entendre alors qu’un certain silence se crée. Et Valentina, elle commence à regretter d’avoir posé ne serait-ce qu’un de ses escarpins sur ce plancher. Pourtant, son amie débute déjà son avancée jusqu’au comptoir, la contraignant à la suivre malgré toute sa mauvaise volonté. Elle ne jette pas un regard sur la bande de soûlards sur son passage, elle arrive à son tour jusqu’au barman. Plutôt séduisant, il a toutefois cet air froid et indifférent sur le visage. Cela dit, elle aurait surement le même si elle travaillait dans un bar aussi malfamé. En réalité, il n’en demeure pas moins la seule personne dans un état acceptable à cet instant aux yeux de la belle brune. Il leur apprend qu’il ferme bientôt… Et elle se retient de lui rétorquer qu’il devrait songer à ce que la fermeture devienne définitive. Son amie, souriante et polie, commande gentiment du rhum, et Valentina ajoute d’une voix bien plus impassible. – Un whisky pour moi. Elle va bien en avoir besoin. S’installant, presque à regret, sur l’un des tabourets, elle ne peut pas s’empêcher d’observer les alentours, un air de dédain dans le regard quand elle surprend la pseudo-danse de deux clients. C’est peut-être bien le pire endroit où elle a mis les pieds dans sa vie. Elle sort de ses pensées quand elle entend la voix du barman reprendre la parole pour offrir une tournée générale. Si le but est de les rendre plus ivres qu’ils ne le sont déjà, c’est réussi. – Les barmen ne sont pas censés contrôler un tant soit peu la consommation de leurs clients ? l’interroge-t-elle en plongeant son regard dans le sien. Sa question peut paraître rhétorique, voire complètement ironique mais là, tout de suite, elle se demande réellement à quoi il joue. Ils sont suffisamment dans un état minable pour qu’il n’ait pas besoin d’en rajouter. Mais ça, c’est peut-être uniquement dans les bars normaux. Et celui-ci, il n’a visiblement rien de normal. Elle se demande si elles n’auraient pas mieux fait d’attendre le dépanneur loin de cet endroit, enfermées en sécurité dans sa voiture, Valentina.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 54
▵ arrivé(e) le : 30/06/2017
▵ avatar : Ryan Gosling

MessageSujet: Re: Until it's dark. Sam 18 Nov - 0:14


Valentina & Marshall

Until it's dark


« Un moment je vous prie. »

Avant de se charger de leurs commandes, Marshall disparu dans la réserve durant quelques secondes, avant de réapparaître avec un carton de bouteilles de bière qui allaient être jetées de toute façon. Il avait le sens des affaires comme n’importe quel commerçant, et s’il se permettait d’offrir aux habitués une tournée générale c’était uniquement parce que leur soif allait être satisfaite par une liqueur au goût si amer que personne ne voulait en acheter, voilà déjà des mois, des années, il n’en savait pas grand-chose, que ce carton avait été abandonnée à la moisissure et à la crasse au point d’avoir été rongé sur une certaine partie. Les bouteilles une fois sorties du paquet ne donnaient pas plus l’eau à la bouche, la boisson avait rongé la couleur du verre, seul le goulot conservait une teinte ambrée. Alors qu’il sortait le toutes les bouteilles du carton, il jeta un regard dédaigneux à la jeune femme qui pensait pouvoir lui apprendre son travail. Son regard la retenait quelques secondes durant, en demeurant silencieux, Avant de se saisir de deux verres encore propres, qui n’avaient pas servis de la journée.

« Ce sont de grands buveurs. Les barmen doivent surtout fidéliser clients. S’assurer qu’ils aient toujours de quoi boire. »

Après un hochement de tête vers ses véritables clients, ces derniers se ruèrent chercher leurs bouteilles et en moins de temps qu’il ne fallait pour le dire, elles avaient toutes disparues dans la pénombre, dans les mains de buveurs au palais si rassis, qu’il parvenait à trouver du goût dans ces infectes boissons qu’il leur avaient offertes. Tournant le dos aux deux dernières clientes, il sorti une bouteille de rhum immaculée et encore pleine pour la jeune femme s’étant adressée avec politesse à son égard. Il lui empli d’une dose son verre, avec un sourire si léger qu’il en était imperceptible. Pour la deuxième demoiselle, il prit une bouteille de whisky qui traînait quelque part, pour la lui servir sans ménagement, dépassant même la dose standard pour un verre de whisky. Peut-être qu’un verre la rendra plus aimable. S’il était insensible aux rudes exigences des clients, la politesse et le respect demeuraient néanmoins des valeurs qu’il chérissait et savait rendre correctement. Il plaça les deux verres, devant elles.

« Ça fera quinze dollars. »

Les tarifs d’Al étaient peut-être excessifs, mais c’était par ce moyen qu’ils faisaient de réels bénéfices, toutes les personnes payaient sans broncher, qu’ils gonflent la note ou non. Les deux clientes semblaient d’ailleurs faire partie d’un milieu favorisé, donc il n’avait pas de véritable remords à leur faire payer le prix fort. Appuyé contre son comptoir, il restait à l’affût de la moindre commande.
.
AVENGEDINCHAINS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.
avatar
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 467
▵ arrivé(e) le : 11/09/2016
▵ avatar : Kate Beckinsale.

MessageSujet: Re: Until it's dark. Hier à 18:39



Until it's dark.

♦️ Marshall ♦️




Elle suit du regard le barman qui s’éloigne en direction de ce qui semble être la réserve du bar jusqu’à ce qu’il disparaisse de son champ de vision. Elle reporte son regard sur son amie, quelque peu sceptique sur leur choix en réalité. Elle maudit une fois de plus dans sa tête cette voiture qui n’est bonne à rien. Avec le prix qu’elle lui a coûté, c’est quand même dingue qu’elle tombe subitement en panne sans aucune raison, et pour la deuxième fois en plus. Mais elle sort de ses pensées en voyant le jeune homme revenir dans la salle. Elle ne peut retenir un commentaire qui ne lui échappe pas. Au contraire, il la regarde avec cet air dédaigneux, presque hautain dans les yeux. Elle le fixe sans sourciller alors qu’il lui affirme que son travail consiste surtout à fidéliser ses clients. Et quels clients. – Je ne voulais pas remettre en cause l’importance d’un travail aussi honorable. lui rétorque-t-elle avec une pointe d’ironie nettement perceptible dans la voix. Son amie lui donne un coup de coude, comme pour la faire taire. Elle laisse échapper un bref soupir sans dire un mot de plus. Il vaut mieux qu’elle se taise en effet. Pourtant, elle pourrait lui dire que ce n’est pas en s’adressant à ses clients comme il le fait avec elle qu’il risque de les fidéliser. Quoiqu’il n’a aucune chance pour qu’elle soit fidèle à un endroit pareil, Valentina.

Elles attendent quelques minutes avant d’être servies. Si son accompagnatrice a droit à une bouteille toute neuve, elle doit se contenter quant à elle d’un whisky déjà entamé qu’il sert rapidement, brutalement, comme pour s’en débarrasser au plus vite. Cet homme a un problème avec elle, ou bien… ? Quand il énonce le prix de leurs commandes, l’Italienne garde un air impassible. Elle fait signe à son amie qu’elle s’en charge avant de sortir de son sac à main un billet de cinquante dollars. Elle le pose sur le comptoir et le pousse dans sa direction en prenant de nouveau la parole, cet air prodigieusement agaçant, autant qu’il est hautain. – Gardez la monnaie. Ça vous rendra peut-être plus aimable. Avec les moyens dont elle dispose, Valentina n’y accorde aucune importance. Elle a peut-être juste envie de le remettre à sa place. C’est peut-être aussi cette foutue panne de voiture qui la rend d’une humeur exécrable. Elle va s’attirer ses foudres, sans doute. Mais il devrait s’estimer heureux qu’elle lui offre autant d’argent, ça ne peut surement pas faire de mal étant donné l’allure discutable de ce bar. Elle peut parfois avoir l’air d’une véritable garce, elle donne surtout la sensation que tout est achetable à ses yeux. Mais c’est le cas en vérité, c’est réellement ce qu’elle pense. C’est comme ça qu’elle a été éduquée, comme ça qu’elle a évolué. Elle n’a jamais vraiment appris à penser autrement.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Until it's dark.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always love ::  :: new town. :: red horn bar.-