Ils n'attendent que vous...


Et hop, un petit vote.



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 You are a swelling storm (Neven)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 380
▵ arrivé(e) le : 26/02/2017
▵ avatar : Adelaide Kane

MessageSujet: You are a swelling storm (Neven) Mer 11 Avr - 23:04


You are a swelling storm
November & Neven

« There is a swelling storm, And I’m caught up in the middle of it all, And it takes control, Of the person that I thought I was, The boy I used to know. But there is a light, In the dark, And I feel its warmth, In my hands, In my heart, Why can’t I hold on. »
Elle n’allait pas vraiment bien ce moment, November. Portant un grand sourire face à sa mère et ses amis, son jeu d’acteur semblait s’améliorer toujours plus au fil des mois. Peut-être allait-elle finir par développer un véritable talent pour cela. Seule sur son lit, la Austen rit légèrement à cette pensée. Sora avait quitté l’appartement pour la soirée, il fallait croire que sa colocataire commençait à suivre le train de vie de la cavalière sans même que celle-ci ne l’ait mêlé à ce quotidien, si elle pouvait se permettre le terme.

C’était paradoxale. November seule dans cet appartement et Sora dehors à profiter et faire la fête ? La belle brune fit la moue, déprimée. Si seulement elle pouvait juste faire la fête comme avant. Elle était une reine, une véritable reine. Reine de la fête, de Wellington durant toute la nuit, durant les horaires des boîtes de nuits et des bars branchés de la ville.

Et pourtant, elle était seule chez elle.

Ça ne pouvait pas se passer comme cela. Pas ce soir. Elle avait besoin de bouger, d’oublier les tracas de sa vie. Ou plutôt l’énorme problème qu’était sa vie. Il ne lui reste plus grand-chose avant de craquer et de sombrer. Et elle a l’impression d’avoir besoin de bien trop de choses pour remonter la pente. Malgré les amis, l’aspect chaleureux et sain de son appartement dans Wellington Central, tout la ramène perpétuellement à sa vie de débauche, cette femme qui se demande finalement si elle veut renoncer à cette vie, cette vie lui permettant d’oublier l’espace d’un court instant ses faiblesses.

November se posta devant son armoire, en sortit une belle robe courte et moulante et se prépara pour sortir et faire ce qu’elle sait faire de mieux. Prête à sortir son téléphone vibra soudainement et afficha un message sur son écran de verrouillage. Un compagnon de beuverie lui proposait de le rejoindre au Circle où il se trouvait avec un ami. Comme quoi, tout la poussait à quitter son esprit sain pour se métamorphoser en un esprit déjanté, libéré et surtout destructeur. La belle brune se saisit de son cellulaire et envoie le message tant attendu et prévisible. Elle vient. November Summer Austen qui refuse une soirée ? Cela ne s’était encore jamais vu.

La Austen ne met pas beaucoup de temps avant d’arriver au bar le plus branché de la ville. Elle se fraye un chemin entre les corps serrés, se bousculant et se collant et parvient finalement à arriver jusqu’au bar. Elle commande un verre et repère en même temps son ami qui lui fait de grands signes. La cavalière équestre tente de distinguer le visage de l’inconnu qui l’accompagne. Il est blond mais c’est tout ce qu’elle peut dire à cette distance et avec des fêtards qui handicapaient sa vue. Lorsqu’elle eut finalement sa boisson alcoolisée en main, elle se faufila à nouveau entre les différents corps dansants pour arriver à leur table.

« Te voilà enfin ! ‘Fin bref, voilà November ! Si tu veux t’intégrer avec les jeunes de Wellington, traînes avec elle et ça arrivera tout seul comme par magie. » November est tentée de rire mais elle est stoppée par ce visage. Ce visage se tournant dans sa direction. Ses traits qu’elle reconnaitrait entre milles. Ce faciès synonyme de fantôme, de mauvais et à la fois délicieux souvenirs. Le revoir ici…les chances étaient si minces de le croiser ici surtout par le biais d’une connaissance commune. Cela faisait quatre ans…et elle avait eu vent qu’il avait quitté la ville. Pourquoi serait-il revenu après tout ce qui s’était passé ? Lui, qui l’avait rejeté, en overdose de cette relation avec elle, en overdose d’Elle tout simplement. Elle qui avait tout détruit par une seule ligne de poudre.

« Et November voici… »

« Neven…tu…tu es revenu. » Elle ne savait pas quoi faire, November. Elle posa son verre sur la table, se rapprochant de lui. Neven n’avait pas beaucoup changé physiquement parlant mais pourtant en étant plus proche de lui, la Austen fut foudroyée par ce désir d’autrefois. Il n’avait pas beaucoup changé mais il était bien plus attirant encore qu’il y a quelques années. Un fantôme planait toujours entre deux, les empêchant de se laisser aller. Et pourtant, November continuait de tenter une approche sans réelle intention derrière ses paroles. Mais il s’agissait seulement de Neven.

« Je suis contente de te revoir. Ça faisait longtemps. »

Et la voilà, elle la reine déchue face à un doux et toxique souvenir d'autrefois.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OMG ! un alien débarque sur al.
avatar
OMG ! un alien débarque sur al.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 17
▵ arrivé(e) le : 08/04/2018
▵ avatar : Toby Regbo

MessageSujet: Re: You are a swelling storm (Neven) Mar 17 Avr - 19:24

November & Neven

You are a swelling storm


Retrouver Wellington était étrange: il ressentait une étrange familiarité à revoir des lieux qu'il avait connu toute son adolescence, mais les quatre années passées loin de la Nouvelle-Zélande avait transformé la ville en son absence. Il avait quitté Wellington à l'aube de sa vie d'adulte et il y revenait en homme, ayant presque apaisé ses démons et ses souvenirs. Ses parents avaient été plus qu'heureux de le voir rentrer à la maison, dégageant sa chambre des objets qu'ils y avaient entreposé pour lui offrir un point de chute avant qu'il ne trouve son propre appartement. Une semaine après son retour, il avait finalement posé ses valises chez sa soeur aînée, bien moins intrusive qu'une mère privée de son fils pendant quatre longues années, et avec l'avantage d'être plus proche du centre-ville que la demeure familiale. Après plusieurs soirées à ressasser des souvenirs, à jouer avec ses neveux, à se moquer gentiment de leurs caractères en décalage total avec l'aspect strict de leur éducation, Neven et sa soeur avaient fait le tour et le jeune homme ressentait le besoin d'avoir son chez lui, de retrouver son indépendance londonienne, la vie d'un jeune adulte comme un autre. C'était au détour d'une rue du centre ville qu'il avait reconnu un vieil ami du lycée. Un de ceux avec qui il avait l'habitude de traîner, un de ceux dont il avait été proche avant de fuir à l'autre bout du monde. Un regard surpris, un cri en plein milieu de la foule et une conversation qui reprenait comme s'ils s'étaient vu la veille. Si Neven avait crains, un temps, de revoir ses anciens amis, c'était un sentiment de bonheur et de nostalgie qui l'envahissait alors qu'ils prenaient la route d'un bar du centre où ils avaient leurs habitudes dans le passé. L'après-midi bien avancé, ils décidèrent d'un commun accord de se séparer, le temps pour chacun de finir ce qu'ils avaient à faire avant de se retrouver au même endroit à la nuit tombée.

L'ambiance des soirées de Wellington n'avait rien à envier aux pubs britanniques: la population et les coutumes n'y étaient pas les mêmes mais la joie et le rire semblaient universel. La soirée débuta alors, calme, devant deux pintes à se raconter les quatre années qu'ils avaient perdues, à ressasser de vieilles histoires de lycée. Et puis, ils décidèrent de bouger, de profiter de la nuit et des bonnes adresses pour s'amuser vraiment. Emporté par sa joie de renouer avec ses habitudes de jeune adulte, Neven suivit son ami jusque dans un bar bondé où ils durent jouer des coudes pour se frayer un chemin jusqu'au bar et jusqu'à un autre homme que Neven ne connaissait pas. Les présentations furent brèves en raison de la musique qui menaçait d'exploser leurs tympans mais elles résumaient plutôt bien sa situation: Neven, un pote qui revient de Londres, faut lui remontrer comment on s'amuse ici ... Le dit pote adressa un signe de main et un sourire gêné à l'inconnu et l'amitié était lancée. Il avait toujours eut le contact facile, mais il se surprenait de la facilité avec laquelle il parvenait à revenir vers les autres, lui qui avait été si frileux à l'idée de renouer avec ses anciennes connaissances. Finalement, après une heure, son ami tira sa révérence, prétextant devoir rejoindre une quelconque jeune fille qui attendait avec impatience sa présence. Son absence ne fit pas retomber la bonne humeur de Neven qui échangeait avec toujours autant d'aisance avec son nouvel ami, visiblement très porté sur les soirées et la fête. Ils avaient fini par quitter le bar pour s'installer à une table discutant de tout et de rien lorsque le regard de son interlocuteur s'arrêta sur la foule, s'adressant à une nouvelle venue qui rendit Neven pâle comme la mort. November. Il écouta à peine le conseil de son ami du jour, détaillant avec attention les traits de la jeune femme, un peu plus âgée que lors de leur dernière rencontre. Elle faisait plus adulte. Plus femme sans doute. « November. » salua-t-il, incapable de savoir pourquoi son coeur avait manqué un battement alors même qu'elle prononçait son nom. Le destin était ironique, choisissant sa première soirée pour la croiser Elle. Elle qui avait été son enfer et son paradis. Elle qui était l'une des raisons de sa fuite vers l'Angleterre. « Oui c'est ... Etrange. » Il avait l'impression d'être hypnotisé, comme un mauvais rêve, ou un rêve tout court. Il ne savait pas ce qu'il éprouvait à la revoir, ici, après tant de temps. « Tu ... Tu as l'air d'aller bien !. » tenta-t-il sans trop savoir quoi dire, seulement capable de sortir une phrase bateau pour ne pas se noyer sous les émotions contradictoires qui se bousculaient en lui.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alien un jour, alien toujours
avatar
alien un jour, alien toujours

en savoir plus sur moi
▵ posts : 380
▵ arrivé(e) le : 26/02/2017
▵ avatar : Adelaide Kane

MessageSujet: Re: You are a swelling storm (Neven) Hier à 16:13


You are a swelling storm
November & Neven

« There is a swelling storm, And I’m caught up in the middle of it all, And it takes control, Of the person that I thought I was, The boy I used to know. But there is a light, In the dark, And I feel its warmth, In my hands, In my heart, Why can’t I hold on. »
Sa présence semblait l’avoir tué. Son visage était pâle, sa rapprochant de la figure d’un cadavre. La Austen se sentait mal, terriblement mal. Pourtant la belle brune ne recula pas bien au contraire. Elle restait sur un territoire bien connu malgré sa décente aux enfers. Le territoire n’était pas la seule raison…l’attirance pour Neven était toujours là, enfouie au plus profond d’elle. November avait l’impression d’avoir été balayée par une tornade, un tsunami. Quand il était parti, elle avait tout fait pour l’oublier, pour ne plus ressentir cette attraction tortueuse qu’elle avait éprouvé pour lui. Et en le voyant simplement assis là dans ce bar, tout ce travail de quatre ans semblait être ruiné. Envolé.

November avait pris la parole maladroitement et s’était rapprochée de lui. Chaque centimètre de distance en moins augmentait l’attraction de la jeune femme pour cet homme qu’elle avait fait souffrir il y a plusieurs années. C’était sûrement mal. Ça l’était déjà à l’époque quand elle sortait avec son meilleur ami mais qu’elle entretenait cette sorte de relation avec lui à l’insu de celui qui était son petit-ami à l’époque. La Austen n’avait rien regretté de cette ambiguïté avant cette nuit-là, où tout a basculé, où le meilleur ami de Neven est mort. Désormais elle se dit qu’elle aurait pu faire les choses autrement, agir mieux. Mais à l’époque, seule November importait pour November…personne d’autre. Mis à part Neven qui l’avait abandonné après la montée en puissance de leur enfer.

Son prénom glissant entre les lippes de Neven provoqua un frisson imperceptible chez la jeune Austen qui fit comme rien ne s’était passé. Il semblait être aussi confus et déstabilisé qu’elle et il fallait bien l’admettre, November en était rassurée. Il avait raison, c’était étrange et elle ne pouvait que le confirmer. « Oui c’est vrai que c’est étrange…on ne sait jamais ce qui la vie peut réserver, hein ? » Neven ne la lâchait pas du regard et la brune dû lutter intérieurement pour détourner de temps en temps les yeux. Mais finalement après quelques secondes ils revenaient toujours vers ce beau blond qu’elle avait tenté d’effacer de sa mémoire.

Neven tenta une approche avec maladresse certes mais tu en fus plus que touchée. « Les temps sont durs mais…ce soir je vais bien. Toi aussi tu as l’air de bien te porter ! Tu es rentré depuis combien de temps ? » Soudainement un raclement de gorge se fit entendre. Leur ami commun qu’ils avaient complètement oublié retenait son rire et leur offrait un sourire entendu. November le connaissant bien, il devait s’imaginer que Neven était un ex ou un ancien plan régulier. « Vous savez je peux vous laisser tranquille histoire que vous vous…retrouviez. » La Austen leva les yeux au ciel et répondit au tac-au-tact « Fais donc ça, on sera plus tranquille. » Alors que l’intrus les laissa enfin, la jeune femme réalisa que Neven ne voulait peut-être pas être abandonné seul, avec elle. Peut-être qu’il restait cordial uniquement parce que lui était conscient de la présence d’une tierce personne. November ne s’en sentit que plus gênée et confuse, s’asseyant piteusement sur la chaise à côté de Neven, leurs épaules se frôlant et la lourdeur de l’air ambiant s’intensifiant. « Je-je suis désolée, je n’ai pas réfléchi. Peut-être qu’être seul avec moi est la dernière chose dont tu as envie après...tout ce qui s’est passé. » Elle leva le regard vers lui, véritablement désolée. Elle savait qu’elle lui avait fait du mal, elle savait qu’il était encore probablement torturé par cette nuit, par sa relation passée avec elle. November savait bien qu’il avait de multiples rancœurs contre elle, comme elle avait cette rancœur après avoir été laissée derrière. Pourtant elle n’en parle pas. Leur proximité l’en empêche.

Et elle ne se sent aucunement capable de s’éloigner. Pas après tout ce temps. Pas avec cette confusion et ses sentiments, sensations parcourant toutes les fibres de son être. Elle est dans un état totalement second, November.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: You are a swelling storm (Neven)

Revenir en haut Aller en bas

You are a swelling storm (Neven)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always love ::  :: wellington central. :: the circle.-