Ils n'attendent que vous...


Et hop, un petit vote.



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 And if I need your light, be my star. (Owen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.
avatar
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 326
▵ arrivé(e) le : 25/02/2017
▵ avatar : Eva Green.

MessageSujet: And if I need your light, be my star. (Owen) Dim 13 Mai - 19:04



     

Owen
&
April
And if I need your light, be my star.

Debout, juste devant le grand bâtiment, elle l’attend avec une petite angoisse dans le ventre. C’est la première fois, depuis qu’ils ont tout mis à plat, qu’elle va le revoir. Owen. Elle est heureuse de passer cette après-midi en sa compagnie. Elle est heureuse de le revoir, elle sait d’avance qu’il lui fera du bien. Tout est reparti à zéro entre eux comme ils l’ont convenu. Ils sont amis, tout du moins, ils sont en passe de devenir amis tous les deux. Il n’y a rien d’effrayant à l’idée de voir un ami. Mais, alors, pourquoi a-t-elle ce petit picotement dans le ventre ?

Il y a quelque chose de si particulier entre eux, quelque chose qui ne s’explique pas avec des mots. C’est simplement une alchimie. Elle est là, présente entre eux, comme une décharge électrique invisible qui les relierait. C’est agréable, c’est même dangereusement agréable. Mais April a conscience qu’elle est incapable d’offrir autre chose qu’une jolie amitié à qui que ce soit en ce moment. Elle ne veut pas l’imaginer, elle ne veut même pas l’envisager. Elle qui s’est toujours montrée sincère avec elle-même, s’efforce de fermer les yeux pour la première fois de sa vie sur ce qui lui fait si peur. Elle ne peut pas faire autrement.

Il faut dire que les dernières semaines ont été compliquées. Extrêmement compliquées. Au départ de Damon, elle n’a pas seulement perdu le pilier qu’il représentait dans sa vie personnelle. Elle a aussi perdu son travail. Oh, il aurait été capable de lui laisser le temps de se retourner si elle l’avait voulu. Mais il en est hors de question pour April. Le garage étant mis en vente, elle se retrouve aujourd’hui sans travail. Avec un curriculum vitae bien rempli, bien diversifié, mais qui n’affiche rien d’impressionnant. Pire, il y a toujours cette ombre au tableau à chaque fois qu’elle se risque à donner son nom complet à un employeur éventuel. Finalement, elle se retrouve exactement dans la même situation qu’un an plus tôt. Sans travail, sans rien, sauf l'essentiel. Cette fois, au moins, elle a sa fille.

C’est pour Meghan qu’elle continue de se battre. Elle cherche obstinément du travail, elle s’est promis de se débrouiller sans créer d’inquiétude à sa fille. Elle veut se comporter comme une mère, pas uniquement comme sa meilleure amie. Elle veut lui prouver qu’elle est digne de ce rôle. Ou peut-être bien que non, Meghan n’a jamais insinué le contraire, peut-être que c’est à elle-même qu’elle veut se prouver ce dont elle est capable. Et par elle-même aussi, cette fois.

Ses préoccupations sont nombreuses, indéniablement. Le fait de retrouver un ami ne devrait pas s’y ajouter. D’autant plus que, elle le sait, tout va bien se passer. Owen est on ne peut plus adorable avec elle. La jeune femme espère simplement qu’il va aimer la sortie qu’elle va lui proposer. Elle lui a donné l’adresse du lieu de rendez-vous sans aucune précision. Elle a réfléchi longuement elle-même à ce qu’elle pourrait faire en sa compagnie. Elle ne voulait pas d’un endroit qui pourrait prêter à confusion. Avec le baiser qu’ils ont échangé, leur relation est déjà beaucoup plus complexe que ce dont elle a l’habitude. Beaucoup plus ambiguë en vérité. Alors l’évidence s’est imposée à elle.

La patinoire. Elle y allait souvent avec sa fille quand elle était plus jeune. Elle a appris en même temps qu’elle, elle a appris avec elle, comme tant d’autres choses. C’est un lieu qu’elle affectionne particulièrement. Même s’il peut paraître enfantin, il représente une partie de sa vie, la partie la plus chère à son cœur. Ce n’est pas anodin qu’elle emmène Owen dans un tel lieu. Mais elle espère surtout qu’il va apprécier. Il peut autant adorer que détester patiner. Il peut aussi être totalement débutant mais, auquel cas, elle serait là pour l’aider de toute façon. Au fond, elle sait qu’ils vont passer un bon moment. Il doit juste venir pour que ses petites craintes s’évaporent.

Et, enfin, il est là. Elle ne le voit pas tout de suite. Un réflexe, inexplicable, la pousse à tourner la tête vers le côté. Et c’est là qu’elle croise son regard. Toujours aussi charismatique, toujours aussi charmant. Elle se demande, le temps d’une fraction de seconde, si la patinoire était bien un choix judicieux pour un homme aussi élégant. Elle est habillée, quant à elle, avec la plus grande simplicité. Sa chevelure ébène virevolte dans le vent sans la moindre attache pour la discipliner. Mais elle n’a plus le temps de réfléchir car il vient d’arriver à sa hauteur.

Un doux sourire se dessine naturellement sur le coin des lèvres de la belle alors qu’elle le salue enfin. – Bonjour Owen. Comment vas-tu ? Bien, elle l’espère. Elle serait sincèrement attristée du contraire. Relevant la tête un instant vers la bâtisse derrière elle, April marque un petit silence avant de prendre une nouvelle fois la parole. – J’espère que tu es à l’aise sur des patins à glace. Son ton est plus léger que son esprit encore un peu embrumé. C’est ainsi à chaque fois qu’elle vient de le retrouver. Elle a toujours besoin d’un petit temps pour s’habituer à cette sensation qu’elle a en sa présence. Mais, jamais, ils n’ont passé toute une après-midi tous les deux, en tête à tête, jamais avant aujourd’hui.




CODE BY MAY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OMG ! un alien débarque sur al.
avatar
OMG ! un alien débarque sur al.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 46
▵ arrivé(e) le : 19/02/2018
▵ avatar : Henry Cavill

MessageSujet: Re: And if I need your light, be my star. (Owen) Lun 14 Mai - 0:36

Voilà, tout était remis à zéro entre April et Owen. Depuis leur rencontre à l'hôpital, il se sentais plus léger, il lui avait dit tout ce qu'il pensais et tout ce qu'il avait sur le cœur. Elle avait compris qu'il n'étais pas un homme mauvais, du genre à jouer avec les femmes. Elle l'avait bien compris et ils avaient enfin pu redevenir amis, amis. Ce mots sonnais tellement faux quand au fond Owen espérais un peu plus il faut l'avouer. Depuis qu'il avait ressenti ses décharge à chacun de ses contact puis par ce baiser, Owen avait compris, il ne voulais pas l'avouer mais il avait un sentiment pour cette femme qui allait au delà de l'amitié.

C'était tellement anodin comme relation, elle était encore inconnue, beaucoup de mystère planait autour d'elle, il y avait beaucoup de chose qu'il ignorait. Comme qu'avait fait l'homme qui l'avait blesser à ce point ou encore ce qu'elle aimait faire dans la vie. Ce genre de choses que l'on découvre quand on fait connaissance, quand on deviens amis. Oui il avait une forte attirance pour April et il se garderais bien de lui révéler ce qu'il ressentais au plus profond de lui, il avait déjà bien du mal à le reconnaître.

Le travail l'avait pris de court déborder il n'avait pas eu le temps de l'inviter une nouvelle fois pour découvrir toutes ces choses qu'il aimerait savoir sur elle. Ils avaient simplement pris le temps d'échanger quelques message pour ce donner des nouvelles. Hors de question pour le chirurgien de rompre le liens qu'ils avaient réussi à ressouder. Si elle ne pensais pas à lui envoyer un message, il le faisait en retour et vice te versa. Tout deux faisait un effort pour entretenir leur relation.
Mais ce jour là, Owen avait été surpris par l'audace dont elle avait fait preuve, il avait compris que ce n'étais pas dans le genre d'April de ce montrer si audacieuse au contraire elle était même un peu timide. Mais peut-être qu'elle avait changer, ou tout simplement que c'était lui qui la poussais à se dépasser. Elle l'avait inviter à sortir, un après-midi entier à la patinoire. Elle l'avait devancer lui qui allait lui proposer une sortie, c'était bien même parfait, c'était la première fois depuis le baiser, qu'ils allaient oser passer autant de temps ensemble.


Le jour J était arriver et c'est non sans un certain stress qu'Owen c'était préparer. Il avait mis un certain temps à trouver de quoi ce mettre, à croire que dans une autre vie il était une femme. Il avait opter pour une tenue décontracter avec l'activité qui les attendais c'était mieux.
C'était tout de même étrange ce stress qu'il avait au fond de lui, c'était une amie et Owen avait quand même une certaine assurance qui devrais lui éviter ce genre de stress. Mais April c'était pas une femme comme les autres, elle n'étais pas de ces femmes qu'il approchais en soirée pour passer une nuit. Non elle, elle lui plaisait vraiment, il était attiré par elle de façon indéfinissable et surtout inéluctable.

Approchant de la jolie brune poster devant la patinoire il avait les mains qui commençait à devenir moite, les battements de son cœur c'était accélérer à la simple vue d'April. Mais comment et pourquoi cela ce produisait systématiquement dès qu'ils étaient proche l'un de l'autre. Sa chevelure détacher volait au rythme du vent, sa simplicité compléter par son charme était des plus déstabilisant. Comment pouvait-elle douter alors que c'est tout ce qui faisais craquer Owen.

Après quelques longues seconde à l'avoir admirer discrètement tout en avançant vers elle, il fini par arriver à sa hauteur en embrassant sa joue pour la saluer.
-Salut April, pour le moment ça va et toi ?
Comment ne pas allez bien en sa présence, son monde semblait un peu plus clair avec elle, tout ses soucis semblait disparaître pour laisser place au sourire de cette femme. Il regardais ensemble le bâtiment et c'est non sans un sourire crisper qu'Owen ce retournais vers la belle.
-Je suis australien y'a pas vraiment de glace chez nous mais j'en ai fait plus jeune je devrais retrouver mes marques.
Offrant son bras à April pour entrer dans cet empire de glace, jamais ils n'avaient passer autant de temps ensemble et enfin ils pourraient faire plus ample connaissance. Malgré sa « peur » d'affronter la glace Owen était dans le fond impatient de passer ce moment avec elle.
-Tu me retiens hein si je tombe ? Et tu te moque pas !
C'est sous un rire qu'ils entraient dans cet air frais qu'offrais la patinoire. C'était encore étrange mais il sentais April comme encore un peu stresser, il espérait que cela ne vienne pas de leur baiser et qu'elle se détendrais au fil de l'après-midi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.
avatar
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 326
▵ arrivé(e) le : 25/02/2017
▵ avatar : Eva Green.

MessageSujet: Re: And if I need your light, be my star. (Owen) Lun 14 Mai - 13:21



     

Owen
&
April
And if I need your light, be my star.

Amis, peut-être, peut-être pas, elle ne sait pas. Elle ne sait pas encore ce qu’ils représentent l’un pour l’autre, elle ne sait pas ce qu’ils seront ou bien ce qu’ils pourraient être. Mais cela ne l’embête pas. Elle n’a jamais été friande des étiquettes. Ils sont des êtres humains, finalement, complexes chacun à sa manière. Leur relation l’est naturellement elle aussi. Alors, pourquoi tenter de la simplifier avec un seul mot, un seul qualificatif qui n’englobera jamais tout ce qu’elle ressent en sa présence ? Elle n’a jamais eu besoin de mettre des mots sur des sentiments, April. Elle se contente de les ressentir du plus profond de son cœur, le plus sincèrement, le plus authentiquement qui soit. Et elle aime ce qu’elle ressent quand elle est avec Owen. C’est la seule chose qui compte.

C’est ainsi qu’elle se laisse porter tout doucement. Elle se laisse bercer par ce lien indéfinissable sans tenter de le comprendre, juste en se contentant de profiter de chaque instant à ses côtés. Elle se sent bien en sa compagnie. Elle se sent bien quand elle reçoit un message de lui. Il n’en a sans doute pas conscience mais, à sa manière, il l’a empêchée de se sentir seule ces derniers jours. Il lui a donné la sensation de compter pour quelqu’un, quelqu’un qui ne serait pas sa fille bien trop inquiète pour elle. Quelqu’un qui est là, simplement, parce qu’il en a envie, sans aucune obligation, sans aucune motivation autre que celle de suivre son cœur. Il n’imagine pas à quel point il embaume son cœur, à elle, par sa chaleur, par sa présence, par lui tout bonnement.

C’est sans aucun doute pour cette raison que la jeune femme a eu cette envie, cet élan, ce cran de l’inviter à passer une après-midi à ses côtés. Ce n’est pas quelque chose qu’elle ferait si facilement, encore moins avec une personne qu’elle connaît encore si peu. Mais elle se sent terriblement à l’aise avec Owen. Surtout, elle a envie de passer du temps avec lui. Elle n’ose certainement pas se l’avouer mais, au fond, quelque chose la pousse inexorablement vers lui. C’est cette sensation si particulière qui lui a donné l’audace de lui lancer une telle invitation. Parce que, en vérité, elle peut faire preuve de beaucoup plus de courage et de force qu’elle en a l’air. Elle peut soulever des montagnes pour les personnes qu’elle aime. Et lui, bel inconnu il y a quelques semaines seulement, il lui donne aussi cette envie. Celle de se dépasser pour lui ou, plus simplement, celle de lui dévoiler celle qu’elle est véritablement sous la timide, la réservée April.

Mais ce n’est pas quelque chose qu’elle peut faire en un claquement de doigt. Elle est, comme, un site archéologique que l’on découvrirait pour la première fois. Il faut se montrer patient, délicat et extrêmement attentionné surtout pour trouver les trésors enfouis, les vestiges qui échappent à la majorité des gens. Il faut relier chaque petite information, chaque sourire, chaque anecdote, chaque regard comme des trouvailles qu’il faudrait assembler pour espérer obtenir un aperçu de celle qu’elle est véritablement. Ce n’est pas quelque chose dont n’importe qui pourrait être capable, ce n’est même pas quelque chose qui pourrait tenter n’importe qui. Mais il est là, pourtant, Owen à essayer de comprendre son mystère en trouvant en elle les points qu’elle n’a pas encore révélés. C’est même déconcertant à quel point il semble capable de lire en elle. Comme s’il lisait un livre dont il aurait déjà lu le jumeau. Comme s’il tentait d’entrer dans une pièce dont il avait déjà la clef.

C’est incroyablement déstabilisant. Mais cela ne l’est pas encore autant que son cœur qui s’accélère alors qu’elle le voit encore au bout de la rue. Cela ne l’est pas autant que le regard profond et intense du jeune homme alors qu’il approche de plus en plus d’elle. Cela ne l’est pas autant que ses lèvres quand elles viennent déposer un doux baiser contre sa joue. Un contact auquel elle ne s’attend pas une seconde, un contact qui fait frissonner la belle instantanément. C’est la première fois que ses lèvres viennent frôler sa peau. Mais elle ne devrait pas être si troublée. Elle pourrait croire que c’est la surprise pour elle qui n’est pas tant tactile au premier abord, mais non. Elle n’est pas gênée, ou embarrassée, elle est bel et bien troublée. Trop troublée.

Elle parvient à se reprendre alors qu’elle entend la voix d’Owen répondre à sa question. Elle le regarde, presque inquiète cette fois, par ses mots. – Pour le moment ? J’espère que cela ne va pas changer à cause de notre après-midi. déclare-t-elle d’une voix douce, sincèrement concernée. Elle ne veut pas lui imposer une activité qu’il n’aime pas, surtout pas. Focalisée sur cette parole, April ne donne pas de réponse à sa demande, elle ne saurait même pas en vérité laquelle lui donner. Elle est heureuse d’être avec lui, c’est l’essentiel. Le reste ne compte pas, pas aujourd’hui. Elle comprend finalement assez vite que le programme de la journée inquiète quelque peu son interlocuteur. Elle apprend ainsi qu’en tant qu’Australien, il n’est pas si coutumier que cela de la patinoire. – Je suis sûre que tu vas très bien te débrouiller. Elle sourit, presque attendrie, en l’écoutant avant de reprendre la parole pour le rassurer un peu plus. – Je te promets que je ne me moquerais pas. Ce n’est vraiment, vraiment pas son genre. C’est tout le contraire. Elle compte bien être là pour lui s’il en a besoin.

Saisissant le bras qu’il lui tend, les deux amis entrent ensemble dans le temple de la glace. Le temps se fait immédiatement plus frais alors qu’ils sont encore loin d’être sur la piste. Les patineurs, eux s’en donnent à cœur joie. Ils vont vite, si vite qu’elle peut deviner le stress d’Owen sans même l’entendre. Alors qu’ils s’arrêtent devant la petite file d’attente pour payer leurs places et obtenir leurs patins, April relève la tête vers lui. – Je suis vraiment heureuse que tu aies accepté de venir ici avec moi Owen. Ça me touche beaucoup, et d’autant plus si tu n’es pas tout à fait à ton aise. confie-t-elle d’une voix sincère avant de reprendre d’un ton un peu plus léger, moins solennel que sa petite déclaration. – Tu peux compter sur moi pour t’aider.




CODE BY MAY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OMG ! un alien débarque sur al.
avatar
OMG ! un alien débarque sur al.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 46
▵ arrivé(e) le : 19/02/2018
▵ avatar : Henry Cavill

MessageSujet: Re: And if I need your light, be my star. (Owen) Lun 14 Mai - 22:05

Amis ce mots sonnait tellement faux quand il s'agissait d'April. Owen espérait tellement être plus pour elle, l'homme qui lui ferais découvrir le bonheur le vrai, celui qu'on partage à deux. Il avait conscience qu'espérer cela voulais également dire être plus qu'un ami. Leur relation était née naturellement trop pour que cela s'arrête à de simple politesse. Quoi qu'il advienne il faisait partie de sa vie c'était l'essentiel, cela ne servait à rien de chercher à comprendre ce liens entre eux, car il était tout simplement inexplicable. De toute manière il n'étais pas sûr de ce qu'il ressentais lui même alors chercher réponses à ses questions ne servirais qu'à se faire des nœuds au cerveau.

Le temps les guiderais, il se rangeait à cette idée et profitait de cette nouvelle chance que le destin leur offrais pour ne pas ce préoccuper de tout ces détails. La présence d'April lui faisais oublier le monde autour de lui, le moindre de ses tracas, il considérais donc que ces questions faisais partie du lot et qu'il les oublierais systématiquement en sa présence. Dès lors qu'il avait reçu un message de sa part, il n'avait pas pu s'empêcher de prendre de ses nouvelles chaque jours ou presque. Et quand bien même elle n'étais pas présente physiquement, le bien que procurais ses mots était inimaginable. Elle n'en avait sûrement pas conscience elle derrière son écran. A travers ses messages il lui avait fait comprendre qu'elle était réellement importante et qu'il voulais apprendre à la connaître plus intimement si l'on peu dire. Il ne se sentais pas obliger il lui avait déjà dit il le voulais réellement car il aimais la personne qu'elle était.

Mais ce soir là, elle l'avait surpris, April avait fait preuve d'une audace dont il ne l'en aurait pas cru capable, elle l'avait inviter. Oui April avait fait le pas la première et lui avait pas proposer un simple café non, une après-midi entière rien que pour eux. Il avait du lui donner suffisamment confiance pour qu'elle ose le lui proposer. Lui qui c'était imaginer plusieurs soirée dans diverse lieu pour le lui proposer, elle l'avait pris de cours et c'était tout à son honneur. Il était heureux qu'elle le fasse et c'est sans aucune hésitation qu'il avait accepter.

Owen savait qu'April était complexe et difficile à lire, mais il avait appris à lire en April, c'était une inconnue et pourtant sa personnalité n'avait presque aucun secret pour Owen. Il étudiais tout chez elle pour en comprendre le sens et l’interpréter afin de ne pas se méprendre. Et cela marchait plutôt bien puisqu'il semblait toujours se comprendre et que leur liens évoluait dans le bon sens grâce à cela.

En la voyant au loin, il se demandais si elle aussi avait ces pulsations qui s’accélérait. Ou si même elle se rendais compte de cette beauté naturelle qu'elle avait, encore plus flagrante quand il était près d'elle. Sans réfléchir il se laissais allez en embrassant sa joue, il n'avait rien calculer mais il ne ce voyait pas lui faire une poignée de main.Peut-être que ce n'est pas dans les habitude de la jolie brune mais pour Owen c'était naturel et depuis le baiser il n'avait pas oser une autre contact que cette poignée de main dans le couloir de l'hôpital.

Un instant il à cru voir un trouble suite à cette salutation particulière, mais bien vite ce trouble faisais place à de l'inquiétude dans son regard.
-Tu rigole, bien sur que cela ne changera pas enfin si je serais encore plus heureux d'avoir passer cet après-midi avec toi. Je te dit pour le moment car j'aurais l'air ridicule, grand gaillard que je suis de m'étaler sur la glace face à toi.
C'était une excellente idée, essayer quelques chose de nouveau, enfin réessayer, mais elle ne lui avait pas répondu, allait-elle bien ? Est-ce qu'elle regrettais cette invitation au moins le lieu ? Mais son sourire ôtais le doute, elle était autant heureuse d'être ici cela ce sentais. Owen n'étais pas tellement inquiet il la taquinais surtout, tant pis si il tombait, ils en riraient ensemble. Ils allaient profiter du temps ensemble c'était l'essentiel de la journée.
-Je compte sur toi ! Je devrais m'y refaire vite sinon tu sera ma prof.
Elle était adorable et surtout prévenante, elle veillais à ce qu'Owen ce sente à son aise pour cette activité et il était sincèrement toucher.
-Je rigole, tu aura le droit tu sais même moi je serais capable de rire de moi. Mais je vais tâcher d'oublier cette pensée sinon je sens que je vais vraiment tomber.
Peu importe ce qu'il se passerais sur la glace, ils seraient ensemble et surtout elle serais là, à ses côtés.


Une fois qu'elle c'était agripper à lui ils pouvaient enfin avancer et entrer dans cet air frais qu'offrais la patinoire. Voyant tout ses patineurs digne de combattant olympique Owen grimaçais par amusement, aussi pour quelques peu faire rire April, avant de prendre place dans la file d'attente.
-Comment j'aurais pu te refuser April, et puis ce n'est que la patinoire, c'est pas comme si tu me proposais un saut en parachute tu voit. Ça ira et puis ça promet d'être amusant. En tout cas je suis heureux que tu m'es invité. J'ai pas trop pu te proposer de sortir en ce moment les nuits son rude à l'hôpital, mais je l'aurais fait si tu ne m'avait pas devancer.
Il était important qu'elle sache que son invitation l'avait toucher et qu'il était heureux qu'elle ce soit monter audacieuse. Il poursuivait à sa déclaration avec un large sourire alors qu'ils venaient tout juste de récupérer leur patins qu'ils enfilais déjà.
-Je sais que je pourrais toujours compter sur toi. C'est réciproque.
Enfin chausser il était prêt à braver la glace il ne restais plus qu'à attendre sa cavalière pour se lancer à l'assaut de ce sol blanc et froid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.
avatar
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 326
▵ arrivé(e) le : 25/02/2017
▵ avatar : Eva Green.

MessageSujet: Re: And if I need your light, be my star. (Owen) Mar 15 Mai - 18:51



     

Owen
&
April
And if I need your light, be my star.

Il y a quelque chose, en Owen, qui l’apaise autant qu’il l’enflamme. Il anime cette flamme en elle, pourtant presque éteinte, et en même temps il sait adoucir ses maux sans même les connaître. C’est tellement paradoxal, tellement particulier, ce qu’il provoque en elle. C’est déstabilisant, étonnant aussi pour un ami. Mais les émotions d’April ont toujours été intenses pour les personnes qui lui sont chères. Il suffit de voir combien sa relation avec sa fille est fusionnelle, presque trop. Peut-être ne sait-elle pas imposer correctement de limites avec ceux qui l’approchent. Car, après tout, chaque fois qu’elle s’est risquée à aimer quelqu’un, elle n’en avait pas le droit. Pas tout à fait.

Il y a eu son professeur, au lycée, alors qu’elle n’était qu’une adolescente. Elle l’a intrigué, sans même le vouloir, elle, l’élève timide et effacée. Et il a su la charmer, trop, beaucoup trop. Il y a, bien sûr, Meghan aussi. Qui n’était censée être que la petite fille qu’elle gardait mais qui est devenue bien plus au fil du temps. Qui est devenue, dans son cœur d’abord, sa fille, puis dans sa vie malgré toutes les lois qui auraient dû l’en empêcher. Et puis, il y a eu Damon. Damon qui n’était qu’un ami, Damon qui l’a tant mise en garde contre lui, mais cela ne l’a pas empêchée de se jeter à corps perdu dans cette relation qui lui a été fatale. Elle ne sait pas aimer, April. Sans doute qu’elle a tant manqué d’amour, tout au long de son enfance, qu’elle s’est accrochée comme elle l’a pu aux rares personnes qui lui ont accordés par la suite un peu trop d’attention. Comment pourrait-elle savoir aimer, normalement, moralement, purement, alors que jamais, personne ne lui a appris comment faire ?

C’est peut-être bien pour cette raison qu’une partie d’elle a peur de tous ces sentiments qu’Owen provoque en elle depuis le début. Car, elle le sait, ce n’est pas anodin. Il y a quelque chose entre eux, c’est flagrant, quelque chose de fort et intense, quelque chose qui commence du plus profond de son cœur jusqu’à ses tripes. Mais elle ne veut plus aimer, non, elle en a trop souffert. Et, pire que tout, elle a trop fait souffrir, surtout. Elle a cette impression, April, celle de faire du mal à tous ceux qui se risquent à l’aimer en retour, d’une façon ou d’une autre. Peut-être au fond n’est-elle pas destinée à aimer. Peut-être qu’elle ne le mérite pas, peut-être qu’elle a été trop brisée par ses propres parents, pour être capable d’aimer sans démesure, aimer sans souffrance. Peut-être que c’est sa faute, tout ça. Et c’est tout ce dont elle veut les épargner, elle comme Owen. Elle ne veut plus de douleur, elle ne veut plus de déchirement.

C’est peut-être déjà trop tard pourtant. Il est déjà important, essentiel pour elle. Et au fond d’elle, la jeune femme sait qu’elle est importante pour lui aussi. Il a su le dire, chaque fois qu’ils ont parlé d’eux, chaque fois qu’ils ont parlé tout court. Il lui donne la sensation d’être précieuse, celle aussi de lui procurer un peu de bonheur, sans rien faire, juste en étant elle-même. C’est précisément ce qu’elle ressent aussi pour lui. Alors c’est difficile, impossible même, de garder ses distances avec lui. Elle fait tout le contraire, en réalité, avec cette invitation à la patinoire aujourd’hui. C’est comme si elle avait peur de se rapprocher de lui mais qu’elle avait encore plus peur de le voir partir. C’est tellement effrayant, tellement déstabilisant… Mais bien moins encore que les lèvres d’Owen quand elles se posent contre sa joue.

Elle tente, malgré son trouble, de se concentrer sur les paroles du jeune homme. Il s’avère qu’il n’est pas si à l’aise qu’elle l’aurait pensé sur des patins à glace. Elle est quelque peu inquiète d’avoir fait un mauvais choix mais il s’empresse aussitôt de de la rassurer. Il arrive même à la faire sourire avec amusement quand il évoque son si grand gabarit sur la glace. – Je doute que tu puisses avoir l’air ridicule ne serait-ce qu’une seconde. déclare-t-elle avec sincérité. Car, il faut bien l’avouer, Owen est un homme au charisme incontestable. Et quelque chose lui dit qu’il aurait toujours ce charme bien à lui, peu importe ce qu’il est en train de faire. C’est en lui. Mais elle se charge néanmoins de taire ses inquiétudes à son tour. Elle fait tout pour qu’il soit à son aise, parce qu’elle espère qu’il appréciera sincèrement cette activité autant qu’elle, et parce qu’il mérite qu’elle se préoccupe de lui, étant donné combien il est lui-même attentionné envers elle. Un sourire en coin sur les lèvres, April acquiesce à ses paroles avant de reprendre finalement. – Je tenterai de te retenir si tu perds l’équilibre. Et, sinon, promis, je jouerais les professeurs pour toi.

Bras dessus, bras dessous, les deux acolytes entrent ensemble dans le complexe sportif. Si les mimiques d’Owen face aux professionnels de la glace ont le don d’amuser la jeune femme, elle ne met pas longtemps pour le remercier comme il se doit. Elle lui est reconnaissante de faire un tel effort simplement pour être avec elle, pour elle. Mais sa réponse est plus attendrissante encore. Il n’a pas à la rassurer sur le fait qu’il l’aurait contactée, il a su suffisamment lui prouver son sens de l’amitié. Au contraire, c’est peut-être une bonne chose que ce soit elle qui ait fait ce nouveau pas. Cela signifie qu’elle est prête à dépasser ses craintes pour lui. – J’espère que ton travail n’est pas trop épuisant… déclare-t-elle avec douceur. Cela dit, elle est bien placée en ce moment pour savoir combien il vaut mieux se plaindre d’en avoir trop, que pas assez. Mais elle ajoute assez rapidement. – Alors comme ça tu as le vertige ? Elle le taquine à cause de sa remarque sur le saut en parachute. C’est peut-être bien, la première fois qu’elle se risque à le faire. C’est sûrement parce qu’elle se sent de plus en plus à l’aise à ses côtés.

Elle est en train d’enfiler ses patins à glace quand elle entend les mots suivants de son interlocuteur. Il sait qu’il peut compter sur elle. C’est réciproque. Elle n’a pas la sensation qu’il parle uniquement du patinage, mais bien de leur quotidien. Et il a raison. – Je le sais aussi. lui précise-t-elle d’une voix tendre avant de se relever pour s’approcher avec lui de la piste. Elle lève les yeux vers Owen avant de se laisser glisser sur la glace avec aisance. Elle retrouve cette sensation si familière, si agréable. Se retournant vers lui, la belle lui adresse un sourire heureux, rare. Elle tend la main vers lui instinctivement. – Tu viens ? C’est comme une nouvelle étape qu’ils franchissent, sans même en avoir conscience, ils se rapprochent de plus en plus l’un de l’autre.




CODE BY MAY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OMG ! un alien débarque sur al.
avatar
OMG ! un alien débarque sur al.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 46
▵ arrivé(e) le : 19/02/2018
▵ avatar : Henry Cavill

MessageSujet: Re: And if I need your light, be my star. (Owen) Mer 16 Mai - 23:30

Il aurait du mal à expliquer comment il arrivais à maintenir ce lien avec April, son mystère aurait attirer bon nombre d'homme comme il aurait pu les faire fuir, mais au delà de cette curiosité, il avait comme un « don » pour trouver les mots justes quand il voyait la tristesse noircir son visage, tout comme elle arrivait à l'apaiser par sa voix douce et son sourire d'ange quand elle était là, près de lui. Cette relation était risquer car il sentais la réticence de la brune quand à s'ouvrir et à se révéler tel qu'elle est mais comme depuis les premières secondes de leur rencontre Owen veut prendre le temps de bien faire les choses avec elle.

C'était risqué aussi par le fait que cette attirance ne venait pas que de cette alchimie qui aurait pu ce crée entre deux personne faites pour s'entendre, comme deux meilleur ami. Non, il ne voulais pas ce l'avouer mais il savait qu'au fond de lui une petite flamme c'était allumer le jour où son regard avait croiser le sien. Une flamme qui ne relevais pas de l'amitié, qu'il avait connu qu'une seule fois dans sa vie avant April.
C'était à la fac, lorsqu'il avait rencontrer sur les banc d'un amphithéâtre celle qui pensait être la femme de sa vie. Jusqu'à ce qu'elle le trahisse après de long mois d'amour parfait. Depuis ce jour là Owen c'était résigner à aimer une femme, il y croyait, comme l'éternel romantique qu'il était. Mais aucune n'avait valu le coup pour qu'il se consacre totalement à leur relation. Alors était-ce pour ça qu'April était à la fois si importante et troublante pour lui ? Certainement.

Pourtant il à beau cacher ce qu'il ressens au fond de lui il sait que c'est trop tard que son cœur finirais par lâcher et lui cracher au visage ce qui sonne pourtant déjà évident. Rien que lui avouer qu'elle lui plaisais c'était comme sous entendre ses sentiments. Le fait que ce soit April qui l'invite d'elle même, qui surmonte sa timidité, le pousse à ce poser des questions sur les sentiments réciproque de la jeune femme. Mais dès lors qu'elle était là, face à lui, Owen ne se posais plus de question, parce qu'il ne fallait pas au risque de réitérer son erreur de leur dernière rencontre. C'était tout naturellement qu'il la saluais et qu'il entamais la discussion avec elle.

Loin de là, l'idée de la déstabilisé en lui annonçant qu'il n'était pas à l'aise sur la glace, mais il avait déjà patiner quelques fois ça ne serais pas sorcier de reprendre un peu ses marques. Comme à son habitude il à bien vite fait de la rassurer et il était assez toucher par ses paroles en retour.
-Crois moi c'est possible...Après quelques verres ..
Owen laissais échapper un rire en se remémorant ces quelques soirées en compagnie de Gaby bien arrosée qui lui avait valu de nombreux moment immortaliser dans la mémoire de son téléphone. Mais April avait une attention particulière pour qu'il soit à son aise lors de cette activité, elle se préoccupais vraiment de lui comme il le faisais avec elle. Elle reprenais alors la parole non sans un certain amusement de la part du chirurgien.
-Hey là madame Hulk, si je tombe je tombe, va pas te casser pour rattraper le gaillard que je suis, je refuse. Mais bon si tu y arrive tu mériterais au moins un bon resto.
Sans nul doute qu'il l'inviterais même sans ça, mais ce qui l'intéressais c'était surtout la dernière partie de sa phrase, elle serait une excellente prof c'était même certain.

Dans le bâtiment, l'air était plus glacial mais pas entre les deux ami,au contraire Owen ne manquais pas de préserver cet air de détente en jouant au pitre face au athlètes de glace. Mais bien vite April avait repris son sérieux pour le remercier d'être là mais comment refuser, quand bien même elle l'aurais appeler au beau milieu de la nuit pour un chagrin qu'il aurait accouru sans hésitation. Pour April, il le savait il était déjà prêt à beaucoup de chose. Et au fond que ce soit elle qui l'appel avait peut-être une part de bon, pour eux deux.
-Il l'es mais c'est les risque du métier tu sais, j'ai pris l'habitude ça fait dix ans que je suis là et puis j'ai mon meilleur ami à mes côtés ça aide pas mal. Et l'essentiel on fait de belle rencontre dans notre job tu ne crois pas ?
Elle continuais avec cette attention qui touchais particulièrement Owen et d'avantage quand elle s’intéressait à son bien-être.
-ça ce voit tant que ça ? Non enfet j'ai pas complètement le vertige mais ouais les saut dans le vide, en parachute, à l'élastique je suis pas fan, mais de l'escalade en haut d'une falaise je m'en fou un peu tu voit.
Elle fait bien de soulever sa remarque, une façon de parler de lui d'avantage et puis le fait qu'elle le taquine prouve qu'elle ose et qu'elle s'ouvre d'avantage.

Peinant un peu à enfiler ses patins, il s'assurait que l'un et l'autre pouvait compter sur eux, ce n'était effectivement pas qu'une question de patinage. Elle lui répondais d'une voix douce et tendre qui l'aurait fait fondre plus vite que cette glace au soleil. Mais quand venais les choses sérieuse, c'est avec une grande glace qu'elle se laissais glisser sur la glace tandis qu'Owen cherchais son équilibre pour ce lever. Levant les yeux vers elle, ce sourire était d'une beauté et d'une rareté qu'il était frapper par la foudre restant inerte quelques seconde. Mais quand elle tendais la main vers lui, il reprenais ses esprit et se laisse porter comme si il avait des ailes.
-J'arrive oui.
Soudainement le grand gaillard semblait timide et tendais la main pour saisir celle d'April. Serrant sa main comme par crainte de tomber il se surprenais lui même à glisser avec une certaine aisance vers la jolie brune.
-Hey c'est pas si dur que ça enfet, si ça ce trouve c'est moi qui va finir par te guider. On se lance ?
Plongeant son regard bleu dans celui de la belle April, il n'avait pas envie de lâcher sa main, pas uniquement pour l'aider à patine, juste parce qu'il aimais ce contact avec elle et cette sensation que cela procurais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.
avatar
ANIM' ∞ la folie douce d'AL.

en savoir plus sur moi
▵ posts : 326
▵ arrivé(e) le : 25/02/2017
▵ avatar : Eva Green.

MessageSujet: Re: And if I need your light, be my star. (Owen) Hier à 19:12



     

Owen
&
April
And if I need your light, be my star.

L’amour. Ce n’est pas là une notion qu’elle connaît bien, April. Elle n’a jamais rêvé du prince charmant avec lequel elle aurait pu vivre un conte de fées. Elle n’est pas une princesse, elle est même loin de l’être. Elle n’est qu’une jeune femme qui a été brisée par le premier homme qui était censé la protéger, le premier homme qui était censé l’aimer. La violence a pris lieu et place de la tendresse alors qu’elle n’était encore qu’une enfant. Les coups, les agressions, les supplices imposés par son père, tout cela l’a considérablement marquée. Tant et si bien qu’aujourd’hui encore, même libérée de cette souffrance, elle en conserve des séquelles profondes. Elles ne sont pas physiques, c’est pire encore, car elles sont psychologiques. Elle n’a pas le sentiment de mériter un quelconque amour. Elle ne le considère même pas, elle ne l’a jamais fait. Elle n’a jamais imaginé connaître un tel sentiment un jour. Elle ne peut pas concevoir, en réalité, qu’elle puisse être aimée par un homme quelconque. Elle peut être appréciée, liée d’une quelconque façon que ce soit, mais aimée, ça non. Elle que la vie a tant abîmé, elle qui est si ternie. Non, sans doute que non, elle ne mérite pas l’amour.

C’est sans doute parce que ces pensées sont bien ancrées profondément en elle que la jeune femme n’envisage pas l’éventualité, une seule seconde, qu’Owen puisse développer des sentiments autres qu’amicaux pour elle. Ce n’est pas tant de la naïveté car, si elle a du mal à le comprendre, elle a conscience depuis leur dernière rencontre de cette attirance qu’il a éprouvé, ne serait-ce qu’un instant, pour elle. Mais c’est tout le reste qu’elle ne parvient pas à déceler. Peut-être simplement n’est-elle pas prête, car elle ressent bien elle aussi cette attraction si troublante entre eux. Seulement elle ne s’en formalise pas, elle ne s’en inquiète pas. Elle a besoin d’un ami en ce moment. Et il paraît être le meilleur des amis, Owen. Il est loyal, chaleureux, rassurant et attentionné. Il a tout d’un bon ami. A l’exception près qu’elle ne ressent pas cette chaleur troublante avec les autres. Il réchauffe sans le savoir ce cœur bien trop froid ces derniers temps.

Il arrive même à la faire sourire. Elle tente de l’imaginer, lui, le grand chirurgien à l’assurance indéniable après quelques verres d’alcool. C’est difficile. Il faut dire que ce n’est pas quelque chose qu’elle a elle-même déjà bien expérimenté. Elle n’a jamais connu les soirées de débauche, à enchaîner les shooter, jusqu’à ne plus être maître de soi-même. Ce n’est pas pour autant qu’elle le jugerait, pas du tout, mais elle est novice sur le sujet. Mais elle serait curieuse, pourtant, de découvrir comment s’amuse Owen quand l’envie lui prend. – Je n’ai pas encore pu voir ça. déclare-t-elle avec un petit air amusé. Et elle s’empresse, très vite, de reprendre son sérieux pour le rassurer au sujet de la patinoire. Le but de cette sortie n’est pas que l’un d’eux en sorte blessé, encore moins le jeune homme qui a accepté pour elle de l’accompagner. Mais il lui interdit de le retenir s’il venait à tomber. Il faut admettre qu’il n’a pas tout à fait tort sur le fait qu’il soit bien plus imposant qu’elle. Mais ça ne lui fait pas peur, à April. – Je suis plus forte que j’en ai l’air. précise-t-elle d’une voix relativement sérieuse, comme si elle plaisantait simplement pour obtenir cette invitation au restaurant. C’est pourtant vrai. Elle paraît vulnérable, fragile même. Mais elle possède une force inestimable quand elle laisse son cœur la guider. Mais Owen ne le sait pas. Pas encore.

Alors qu’ils se retrouvent dans la file d’attente, pour obtenir des patins à glace à leur taille, les deux amis continuent leur conversation. La belle s’intéresse naturellement au travail de son interlocuteur, apprenant par la même occasion que son meilleur ami fait le même métier que lui. Ce doit être bien utile en effet. Quant à ses derniers propos, ils déclenchent un joli sourire sur les lèvres d’April. Elle ne peut pas dire le contraire, pas en ce qui les concerne. Leur rencontre a été aussi belle qu’inattendue. – Ça, c’est parce que tu es un médecin très attentif envers les patients… Tous les patients. assure-t-elle de sa voix douce, on ne peut plus sincère. Elle se souvient encore combien il a été merveilleux, avec elle. Mais, choisissant ensuite de le taquiner, la jeune femme l’écoute avec une certaine admiration. Elle n’a connu ni les sauts dans le vide, ni l’escalade en haut d’une falaise. Elle ne sait pas si elle serait capable d’une chose pareille. Peut-être bien que oui, si elle en avait vraiment envie, ou bien si elle y était poussée. Mais ce ne sont pas là des activités qu’elle a souvent eu l’occasion d’expérimenter. Alors, naturellement, elle est impressionnée. – Wouah c’est déjà beaucoup. Je ne sais pas si je pourrais faire de l’escalade en plein air comme ça.

Mais, trêve de discussion. Aujourd’hui, ils ne font pas de l’escalade mais du patinage. Un sport qu’elle connaît beaucoup mieux. C’est avec une grande aisance qu’elle se laisse glisser sur la piste avant de se tourner rapidement vers son ami. Il semble arrêté, un instant, presque inerte alors que ses yeux se perdent dans les siens. Mais elle parvient à le sortir de ses pensées, sans se douter qu’elle en était le sujet, en lui tendant la main. Elle lui sourit toujours en le voyant si vite se reprendre avant qu’il ne vienne se saisir de sa main. Il la serre, assez fortement, comme pour s’assurer qu’elle reste bien auprès de lui. Il paraît inquiet, c’en est attendrissant, et pourtant, à peine arrivé sur la glace, Owen démontre une aisance qui ne l’étonne guère. – Peut-être que c’est toi qui vas me donner des cours finalement. dit-elle avec amusement, ravie de le voir aussi à l’aise. Elle est plutôt contente de ce constat. Ils vont pouvoir profiter pleinement de la patinoire tous les deux. Et c’est ce qu’ils font, à peine la question du jeune homme formulé.

Leurs mains sont toujours liées l’une à l’autre. Ils n’en ont pourtant pas besoin, ni l’un ni l’autre, mais c’est comme si elle n’en avait pas tout à fait conscience. C’est tellement naturel, tellement instinctif avec lui qu’elle ne se pose aucune question. C’est la première fois qu’elle éprouve quelque chose dans ce genre. Elle se sent juste terriblement bien. C’est ainsi que les minutes défilent alors qu’ils enchaînent les tours de piste, tantôt lentement, comme pour savourer cette promenade sur la glace, tantôt plus rapidement pour profiter de cette sensation de vitesse fulgurante. – Eh bien, tu te débrouilles beaucoup mieux que ce que tu disais ! reprend-elle en tournant la tête vers lui pour croiser son regard. Ce n’est peut-être pas la chose la plus prudente à faire sur une patinoire mais elle n’y pense pas à cet instant, April. Elle ne pense qu’à l’instant qu’ils sont en train de vivre.





CODE BY MAY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: And if I need your light, be my star. (Owen)

Revenir en haut Aller en bas

And if I need your light, be my star. (Owen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always love ::  :: te aro. :: wellington's rink.-